Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 David : un exemple de la grâce

Aller en bas 
AuteurMessage
Tonton




MessageSujet: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 14:24

Bonjour,

Depuis un moment, je constate que nos discussions se font parfois difficilement avec une réelle envie de partage parce que nous nous comprenons pas.

Pourtant nous parlons la même langue, donc cette incompréhension est liée à une méconnaissance de qui est l'autre.

Bien sûr, au fil du temps, une somme considérable de " préjugés ", agissent forcement dans le sens de cette difficulté.


Ici, ce qui je voudrai mettre en place, c'est un outil pour comprendre que la grâce de Dieu, soulignée par le christianisme, ne correspond pas à ce que certains pensent sur ses conséquences.

Si je caricature, je dirai que pour certains, le message de la grâce représente le risque de croire que tout est permis, et peut effectivement faire chuter l'homme et l'éloigner de Dieu.

je dis effectivement, mais dans ce cas, la grâce donnée n'est pas vécue, elle n'a pas d'influence dans nos esprits, puis dans les actes qui découlent de nos esprits.


je vais donc partir de loin, de David ,pour montrer un exemple de grâce reçue, vécue, et donc partagée.
Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 14:38

Tonton a écrit:
Bonjour,

Depuis un moment, je constate que nos discussions se font parfois difficilement avec une réelle envie de partage parce que nous nous comprenons pas.

Pourtant nous parlons la même langue, donc cette incompréhension est liée à une méconnaissance de qui est l'autre.

Bien sûr, au fil du temps, une somme considérable de " préjugés ", agissent forcement dans le sens de cette difficulté.


Ici, ce qui je voudrai mettre en place, c'est un outil pour comprendre que la grâce de Dieu, soulignée par le christianisme, ne correspond pas à ce que certains pensent sur ses conséquences.

Si je caricature, je dirai que pour certains, le message de la grâce représente le risque de croire que tout est permis, et peut effectivement faire chuter l'homme et l'éloigner de Dieu.

je dis effectivement, mais dans ce cas, la grâce donnée n'est pas vécue, elle n'a pas d'influence dans nos esprits, puis dans les actes qui découlent de nos esprits.


je vais donc partir de loin, de David ,pour montrer un exemple de grâce reçue, vécue, et donc partagée.
la grâce de Dieu chez David !!

David n'est il pas le "bien aimé " ?
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 14:40

[center]DAVID : UN EXEMPLE DE GRÂCE[/center]


Il y a 3 000 ans, la période de l'épopée des rois d'Israël était cruelle. Quand une nouvelle dynastie prenait le pouvoir, toute la famille du roi déchu était exterminée.

Les membres de la famille de Saül étaient donc dans l'inquiétude quand David arriva sur le trône.

Nous pouvons voir l'angoisse présente, à travers l'attitude de la nourrice de Mephibosheth, le fis de Jonathan.


2 Samuel 4.4 : Jonathan, fils de Saül, avait un fils perclus des pieds ; et âgé de cinq ans lorsqu’arriva de Jizreel la nouvelle de la mort de Saül et de Jonathan ; sa nourrice le prit et s’enfuit, et, comme elle précipitait sa fuite, il tomba et resta boiteux ; son nom était Mephiboscheth.


Les écritures gardent le silence sur les 15 à 20 années suivantes de la vie de Mephibosheth.

Mais nous savons que la nourrice s'inquiéta à tort, car David avait appris dans la peine la mort du roi Saül et de son fils Jonathan, avec lequel il avait forgé une solide amitié.

Le chapitre 9 de 2 Samuel fournit la suite de l'histoire.

C'est une période faste pour le roi David et le royaume d'Israël.

Emerveillé par la bonté et la grâce du Seigneur, David se remémore toutes ses bénédictions. Absorbé dans ses pensées, il doit éprouver de la nostalgie au souvenir de l'amitié qui le liait jadis à Jonathan et il interroge :
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 14:42

azdan a écrit:








David n'est il pas le "bien aimé " ?


bonjour mon cher Azdan, si tu le permet, je vais poursuivre avant le débat.
Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 14:43

Tonton a écrit:
azdan a écrit:

David n'est il pas le "bien aimé " ?


bonjour mon cher Azdan, si tu le permet, je vais poursuivre avant le débat.
Ok , je lirais attentivement ton exposé .
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 15:01

2 S.9 : 1 David dit : Reste-t-il encore quelqu’un de la maison de Saül, pour que je lui fasse du bien à cause de Jonathan ?

L'amitié entre David et Jonathan était solide car ils s'étaient fait la promesse de veiller l'un sur l'autre ( 1 Samuel 20. 13-17 ).

David quand il pose cette question se souvient de son amitié pour Jonathan tout en pensant aux bénédictions du Seigneur.

Voici l'idée que ressassait David en son cœur : " Y-a-t-il encore quelqu'un de la famille de Saül à qui je pourrai démontrer la même grâce que Dieu m'a montrée ? "

( Chesed : c'est le terme hébreu souvent traduit par miséricorde, bonté ou grâce dans l'AT )


C'est un serviteur qui répond au roi

2 Samuel 6. 2-3 : Il y avait un serviteur de la maison de Saül, nommé Tsiba, que l’on fit venir auprès de David. Le roi lui dit : Es-tu Tsiba ? Et il répondit : Ton serviteur !
3 Le roi dit : N’y a-t-il plus personne de la maison de Saül, pour que j’use envers lui de la bonté de Dieu ? Et Tsiba répondit au roi : Il y a encore un fils de Jonathan, perclus des pieds.


dans les verset suivant, il est préciser que Mephibospheth vit dans la maison de Majir, à Lodebar ( qui peut se traduire en français par lieu sans pâturage ).

Verset 5 et 7, David donne ses commandements :

5 Le roi David l’envoya chercher dans la maison de Makir, fils d’Ammiel, à Lodebar.

7 David lui dit : Ne crains point, car je veux te faire du bien à cause de Jonathan, ton père. Je te rendrai toutes les terres de Saül, ton père, et tu mangeras toujours à ma table.


Mephiboscheth; sans doute était dans la crainte quand il fut sommé de venir, nous lisons au verset 6 :

6 Et Mephiboscheth, fils de Jonathan, fils de Saül, vint auprès de David, tomba sur sa face et se prosterna. David dit : Mephiboscheth ! Et il répondit : Voici ton serviteur.


aussi au verset 8 ,car il se considère comme une créature méprisable, dédaignable et indigne :

Qu'est ton serviteur pour que tu regardes un chien mort el que moi ? ( dit il )

Mais avec promptitude et sans réserve, le roi tint parole

2 Samuel 9. 9-10

9 Le roi appela Tsiba, serviteur de Saül, et lui dit : Je donne au fils de ton maître tout ce qui appartenait à Saül et à toute sa maison.
10 Tu cultiveras pour lui les terres, toi, tes fils, et tes serviteurs, et tu feras les récoltes, afin que le fils de ton maître ait du pain à manger ; et Mephiboscheth, fils de ton maître, mangera toujours à ma table. Or Tsiba avait quinze fils et vingt serviteurs.



Nous lisons verset 13

Méphibosheth habitait Jérusalem car il mangeait toujours à la table du roi. Il était boiteux des pieds.



Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 15:11

Imaginons la scène :


Quelle scène ! quelle grâce ! A partir de ce jour, on l'accueillait à la table du roi, où la nourriture serait à la fois abondante et variée. Il ne méritait rien, mais était aimé d'un amour inconditionnel. Ces évènements durent faire tourner la tête de Méphibosteth jusqu'à ce qui se rendit compte de sa nouvelle situation.

Imaginons une scène familière plusieurs années plus tard. La cloche du dîner sonne à travers le palais du roi, et David vient s'assoir au bout de la table. Quelques instants après, Ammon, rusé et intelligent, s'assoit à la gauche de David. Puis l'aimable et gracieuse tamar, charmante et merveilleuse jeune femme, arrive et prend place à côté d'Amnon. Ensuite de l'autre côté, Salomon, à la fis précoce, brillant et soucieux, sort de son bureau. L'héritier s'assoit lentement. Puis Absolom, beau, séduisant, aux merveilleux cheveux noirs corbeaux, longs jusqu'aux épaules, arrive et s'assoit à son tour. Ce soir là, Joab, courageux guerrier et comandant des troupes de David, a été invité à dîner. Joab, musclé et bronzé, est assis auprès du roi. Tous ils attendent.

Une démarche traînante se fait alors entendre, accompagnée du bruit répétitif de béquilles, pendant que Méphibosheth, de façon plutôt maladroite, trouve sa place à table et se glisse sur son siège...la nappe couvre ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 15:21

ceci est un exemple de la façon dont la grâce de Dieu a agit dans le cœur de David.

Pour comprendre en partie, cette notion de grâce dans le christianisme, nous pouvons déjà penser que le banquet de David, n'est pas sans montrer ce que pour le chrétien, représente ce que nous nommons le banquet du Christ.

Bien sûr, il faut admettre que nous ne somme ni David, ni Absolom ou Salomon, mais plutôt Méphibosheth. Cette nappe qui lui couvre les pieds, peut aussi correspondre à ce que nous nommons " la robe du Christ ".


Maintenant si David prend conscience qu'il est passé de simple berger à roi par la grâce de Dieu, que son cœur se rempli de cet amour donné ( Azdan ; ) ) nous voyons que cela le pousse à partager les bénédictions reçus simplement par ce qu'il a son cœur à la fois l'amour de Dieu et l'amour de son prochain ( Jonathan dans l'histoire ).

A noter que tout ceci s'exprime malgré conflit autour de la royauté.


Que dirions nous si Méphibosheth profiterait de l'invitation pour planter un couteau dans le dos de David ?

Simplement qu'il n'a pas compris ce qu'est la grâce donnée et qu'il ne vit pas avec.


Ceci pour dire que non, recevoir la grâce de Dieu, ne veut en aucun cas dire que tout est permis, mais c'est bien la possibilité de communiquer cette grâce comme l'a fait David envers le fils de Jonathan.




J'espère que resterons dans cette idée de la grâce et que nous pourrons échanger sur cette notion sans se laisser trop déborder par nos imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 15:26

Nous voyons que face à Mephibosheth, David dit ne crains rien.


Savez vous que c'est le commandement le plus souvent citer par Jésus dans les évangiles ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Jeu 22 Oct 2015, 16:39

Tonton a écrit:
Nous voyons que face à Mephibosheth,  David dit ne crains rien.


Savez vous que c'est le commandement le plus souvent citer par Jésus  dans les évangiles ?

pour ce magnifique partage

Je me régale de te lire, je suis en pleine lecture de 2 Samuel, David est un de mes personnages préféré. J'ai appris à prier en lisant les Psaumes, en le lisant je comprend pourquoi il est le bien-aimé de Dieu, il a une telle beauté d'âme, et je comprend pourquoi il est appelé "l'Homme selon le coeur de Dieu" parce qu'il était droit de coeur et disait tout à Dieu.

L'histoire de David et Jonathan m'émeut toujours, David était tellement loyal, Jonathan a vu que David était aimé de Dieu et sa beauté d'âme. Je trouve terrible la façon dont il meurt, parce que Jonathan aimait tellement David qu'il voulait qu'il soit roi à sa place bien qu'il était le fils de Saül, il a reconnu la royauté de David et que Dieu l'avait établit.

Tu as raison de souligner qu'à chaque fois que Dieu se manifeste il dit "ne crains rien" parce que Dieu ne veu que le bien de ses serviteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Raidicar




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Mer 05 Déc 2018, 13:00

Salut ,

Je pense qu'il y a dans nos deux religions un problème de vocabulaire amenant des incompréhensions .

Pour ma part je dois dire qu'à la lecture de certaines interventions "chrétiennes" je suis totalement perdu .
Selon moi la grâce implique une condamnation sinon il n' y aurait pas de quoi être gracié .
Ensuite , il est très courant de lire chez des musulmans la condamnation d'un laxisme de Dieu dans ce don de la grâce . Pour le musulman il n' y a pas de condamnation préalable , il ne peut donc être question de grâce , mais le coran parle toujours de repentir ou de retour vers Dieu .

Il y a là une approche assez semblable mais avec des mots différents . Ce retour vers Dieu ne peut se faire sans acte , de la même façon que le don de la grâce doit être vécue chez les chrétien .

Un deuxième problème du terme de grâce réside dans un jugement postérieur , un jugement après la mort . Selon le catéchisme de l'eglise catholique n°1022 il est bien question d'un jugement particulier . Or un jugement est bien une séparation ou bien la manifestation du bien et du mal .
J'ai un problème donc avec cette grâce suivi d'un jugement . Je pense que si il y a grâce alors il n'est plus question de jugement , sauf si l'adhésion à la grâce est le critère pour discerner . Ce qui m'amène encore à y voir un lien avec la notion de tawba(repentir) dans le coran . En effet , selon le coran le repenti sincère est pardonné .

Au sujet de l'accusation de laxisme de la part des musulmans . En effet le musulman a du mal à concevoir que l'on sépare la foi des œuvres , car selon le musulman la foi implique forcément des œuvres . Le chrétien a du mal à se faire comprendre à ce niveau et cherche toujours à mettre la foi bien au dessus des œuvres oubliant de souligner que les œuvres découlent de la foi et que par conséquent il ne peut y avoir de foi sans œuvre .

C'est d'ailleurs ce qui semble ressortir des versets de la l'évangile de Matthieu :
25.31 Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire.
25.32 Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs;
25.33 et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
25.34 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.
25.35 Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli;
25.36 j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.
25.37 Les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire?
25.38 Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu?
25.39 Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?
25.40 Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites


Le chrétien pense que l'homme ne mérite pas et ne peut accéder seul au pardon car il est pécheur , et le coran affirme à quel point dieu aime le repentir :
« Et tournez-vous tous vers Dieu, ô croyants, afin de récolter le succès! » (Coran 24:31)
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   Mer 05 Déc 2018, 13:54

Dieu, en donnant la Grâce de la Foi, effectivement allègue « aux condamnés à mort » que nous sommes, l’amnistie et nous sortons de notre prison, libres, mais de quelle manière ?

La Foi qui est un « sentiment nouveau » se manifeste par un Amour envers Dieu inconditionnel, sauf que ce sentiment est comme tous les sentiments, en sommeil, s’il n’est pas mis en valeur.

Tout le monde a en lui le sentiment d’amitié, mais si certains n’ont pas d’ami, comment peuvent ils ressentir ce sentiment d’amitié ?


Donc la Foi s’alimente et comment ? En s’attachant à donner à notre shéol une vision paradisiaque que nous attribuons à Dieu par tant de beauté environnante.
Pourquoi Dieu a voulu que notre shéol soit si beau alors que nous aurions pu associer le Purgatoire à une sorte d’entonnoir où nous serions pressés comme des citrons pour en faire sortir le venin qui nous étouffe ?

Parce que Dieu a voulu que notre Shéol soit pour nous une source de bien être afin de nous purifier de la meilleure des façons, car d’admirer un coucher de soleil ou des cimes enneigées ou un désert brûlant, de mille feux rayonnants, nous donne l’AMOUR en nous révélé par son Créateur.

Donc la Grâce de la Foi en nos cœurs est un sentiment qui se travaille et qui, s’il n’est pas travaillé, disparait comme il est venu, jusqu’au jour où repentant, celui qui l’a camouflé, le sent ressurgir dès lors les mots de repentance s’inscrivent sur ses lèvres, Dieu ayant réveillé en lui cet amour ensommeillé, jusqu’à le faire grandir si le repentant voue sa vie à Dieu, avec sincérité et respect pour toute la Parole de Dieu qui s’inscrit dans 3 livres, Thora Nouveau Testament et Coran, sans rien oublier volontairement.

La Bible dit que seuls ceux qui donnent du précieux à la Parole de Dieu seront sauvés, les autres, qui la disqualifie par des outrages non dissimilés, seront parmi les futurs damnés.

Il faut donc voir la Grâce comme un cadeau de Dieu à nous humains afin que nous sachions comment nous sortir de ce mauvais pas, mais la Grâce est de nous avoir donné l’amour, mais pas de nous avoir sauvés du Shéol car pour aller au Paradis, il faut se rendre parfaits comme notre Père Eternel est parfait.
Ensuite il y a la Grâce ou sauvegarde ou salut accordé aux pécheurs qui, faute à Satan, sont pécheurs malgré eux, et donc ils sont sauvés de la Géhenne mais pas pour aller au Paradis, car le Paradis, toujours se mérite par notre propre mérite justement, et non pas que nous soyons passivement lavés sans avoir eu la volonté de le faire nous-mêmes.

Ces pécheurs ou grande foule blanchie dans le sang de l’Agneau se verra confier une mission sur terre, celle de sacrificateurs (prêtres, imams, rabbins) et alors qu’ils furent les pires ils pourront être parmi les meilleurs, à l’image de Paul qui, de criminel est devenu le saint que l’on connait, grâce à Jésus qui l’a absout de ses péchés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: David : un exemple de la grâce   

Revenir en haut Aller en bas
 
David : un exemple de la grâce
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fonte des glaciers, un exemple :Le Steingletscher
» David [ECS]
» Alexandra David-Néel: "J’ai vécu parmi les Dieux"
» Philosophie – exemple : Contacteurs à mercure
» L'Antéchrist sera ...selon David Wilkerson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: FORUM de DISCUSSIONS ISLAMO-CHRETIEN-
Sauter vers: