Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Le danger du sentimentalisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OlivierV




MessageSujet: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 11:41

08.11.2017

Article de Shayk Hamdi ben Aissa

Je partage cet article ici et non pas dans le salon pour musulmans et personnes en recherche, parce que je pense qu'il peut être interprété "à la sauce" chrétienne aussi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 11:43

Nous devons aborder le sujet du sentimentalisme. Conceptuellement, le sentimentalisme est la survalorisation de l’émotion par rapport à l’action et la pensée. En Occident, le sentimentalisme prend historiquement ses racines dans l’empathie religieuse, devenant un phénomène culturel autour de la période des soit-disantes Lumières. Une de ses prémisses est que la surexposition des sentiments n’est pas une faiblesse, mais plutôt la preuve d’un bon caractère moral.

On peut trouver ce type de sentimentalisme dans nos interactions religieuses d’aujourd’hui, particulièrement dans notre consommation du matériel religieux, incluant les Enseignants et leurs enseignements. Trop souvent, je me demande ce que les gens essayent de tirer d’un Enseignant? Est-ce rien de plus qu’une agitation émotionnelle, leur permettant d’expérimenter un sentiment qui, quoique vécu à travers d’autres, vient tout de même d’une source authentique, contrairement à ceux auxquels ils ont été habitués en naviguant sur leurs médias sociaux ? Est-ce une petite stimulation qu’ils trouvent à la vue d’un être humain ressentant de l’amour pour Dieu, si rare en notre temps et in-apercevable dans leur miroir, qu’ils souhaitent simplement consommer pour quelques moments chaque semaine ou chaque année?

Qu’est-ce qui fait que certaines personnes puissent partager des extraits d’un cours sur Whatsapp, des segments qui ne contiennent que le moment où le Shaykh pleure ou le Qari fond en larmes, oubliant le contexte en entier et l’enseignement du cours. Le sens est mis de côté au profit d’un élan émotionnel. Nous regardons des extraits et lisons des paroles de sagesses sans les placer dans un paradigme de développement personnel; nous ne les utilisons pas dans le but de méditer sur notre cheminement de purification de soi pour l’Amour de Dieu. On se contente plutôt de sourire dans le moment présent pour ensuite les oublier. Rien n’est investi comme il se doit. On se contente de dire «Wow! SoubhanAllah! » pour ensuite passer à autre chose. Rien en nous se transforme par ce à quoi nous avons été exposés. Aucune pensée ou réflexion n’est faite sur les implications de ce dont nous avons témoigné. On consomme ces enseignements comme des moments de plaisir instantanés, sans vraiment les absorber et les investir en nous-mêmes dans le but de nourrir nos coeurs.

Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 11:43

La fonction du contenu sentimentaliste semble simplement nous permettre de continuer à tenir le coup. Dans nos vies, nous sommes émotionnellement affamés et avons refusé à nos coeurs la chaleur d’une connexion personnelle avec Dieu. Nous errons alors comme des vampires à la recherche de l’élément vital des autres sur lequel nous pouvons survivre. Ce n’est pas si différent d’une âme solitaire regardant un film romantique; seulement, dans ce cas, ce n’est pas que nous n’avons pas accès à l’amour de Dieu dans nos vies, mais que nous avons choisi de ne pas vivre une véritable relation avec Lui, et devons par conséquent regarder quelqu’un d’autre le faire pour nous sentir connectés au sens de l’existence.

En transposant notre vitalité émotionnelle sur quelqu’un d’autre, nous avons fait de nos enseignants (shouyoukhs) des substituts à notre relation avec Dieu et les avons retirés de leur fonction originale qui est d’indiquer la voie à suivre, corriger, entraîner, guider, avertir et nous transformer. Nous ne venons plus à eux pour ces raisons. Nous venons simplement pour assister à une performance, et si celle-ci ne chatouille pas nos fantasmes, nous l’abandonnons pour une autre. Loin sont les jours où les gens cherchaient la compagnie d’enseignants pour apprendre à être meilleurs avec Dieu, où ils étaient pleinement ouverts à découvrir la sagesse pour s’améliorer, nettoyer leurs coeurs et s’engager davantage dans les oeuvres qui Lui plaisent.

En changeant la fonction des shouyoukhs dans nos vies, nous sommes arrivés à une situation où nous avons réduit nos enseignants à une image, et nous ne pouvons les accepter s’ils ne se conforment pas à notre portrait romancé. Nous le faisons même avec la biographie prophétique (Seerah), ne voulant pas connaître notre Prophète, que la Paix et la Bénédiction de Dieu continuent de nourrir son être ainsi que notre connexion à lui, comme étant à la fois le porteur de bonnes nouvelles et l’avertisseur, mais seulement comme protagoniste dans une série d’anecdotes « tweetable » et « likeable » à partager sur nos réseaux sociaux. (Et pourquoi partageons-nous ces citations? Pour éduquer et éclairer? Pour partager la lumière de la guidée? Ou pour contribuer à notre propre image; nous avons eu le palais pour apprécier et sélectionner ce fin morceau de viande, ce qui en dit beaucoup au monde entier sur notre goût, n’est-ce pas? )
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 11:44

Si il arrive que nous apercevons nos shouyoukhs dans un moment qui ne se conforme pas à l’image sentimentaliste que nous nous sommes créée, comme lors d’une correction, l’attribution ou l’accomplissement d’une tâche, la gestion d’un projet ou l’expression de mécontentement avec leurs étudiants, nous ne pouvons le supporter. Nous ne pouvons simplement pas le digérer.

Nous voulons seulement voir l’homme ou la femme qui pleure, récite une prière touchante , arrive avec une tournure de phrase sur laquelle nous pouvons nous émerveiller ou qui sourit continuellement sans montrer le désir de nous voir progresser ou la déception de nous voir stagner. Nous sommes comme des artistes qui veulent seulement se présenter pour voir un autre artiste peindre. Nous voulons le portrait de l’artiste sans apprendre de lui. Il ne nous arrive plus de peindre chez soi et d’amener nos oeuvres au maître afin d’obtenir des conseils et savoir quels points améliorer, pour éventuellement obtenir une approbation. Nous nous présentons plutôt les mains vides et voulons qu’il peigne devant nous, comme une performance. Nous voulons continuellement voir le portrait du ‘abd parfait (dans notre esprit) - celui que nous aurions aimé être si nous en avions la discipline… Et alors, nous ne prenons jamais l'opportunité d’apprendre sur les états d’un vrai ‘abd de Dieu, d’un ‘abd vivant. Nous finissons par ne jamais apprendre comment gérer la déception, comment nous comporter lorsqu’une erreur a été commise, comment être sévères lorsque la sévérité est nécessaire.

Et tout ceci parce que nous ne sommes pas véritablement à la recherche d’enseignements qui pourront nous transformer. Nous recherchons le spectacle, et nous en demandons encore et encore. Plus de photos, plus d’enregistrements d’hymnes agréables qui serviront comme musique de fond, plus de citations qui nous enchantent sur le moment sans pour autant être investis en nos coeurs en vue d’un changement permanent. Nous voulons ce portrait du ‘abd, car nous évitons d’être un ’abd (chercheur) nous-mêmes. Nous ne sommes pas à la recherche de ce qui peut nous bénéficier dans notre cheminement vers Dieu, mais plutôt de ce qui nous fait fondre en larmes ou nous donne des sensations. Par conséquent, les enseignements qui sont effectivement transformatifs dans leurs intentions sont en train d’être négligés, sacrifiés et même méprisés de nos jours. Ils nécessitent trop d’efforts de notre part et nous ne sommes simplement pas intéressés...

Par ailleurs, le médium est inséparable du message. Soyez méfiants d’une culture qui réduit les enseignements des savants en extraits sensationnels. Ce médium est destructeur du message. Insistez sur le message complet; soyez patients à suivre un chemin jusqu’à sa fin; cherchez à vous rapprocher véritablement de votre Seigneur plutôt que d’être simplement divertis, apaisés ou rassurés de faire parti d’un club. L’affaire est beaucoup plus importante que ce que Facebook peut vous offrir. Nous devons être prêts à écouter des messages qui nous élèvent même lorsqu’ils sont difficiles à supporter par nos égos. Ceci est une étape nécessaire que nous devons tous franchir. La transformation est par nature pénible pour nos égos...et c’est notre protection de ces derniers qui nous a causé la perte des opportunités de transformation.
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 11:45

Essentiellement, cette publication décrit de quelle manière la religion pourrait disparaître. Vous pouvez transmettre des enseignements que vous avez cherchés à acquérir, mais vous ne pouvez pas transmettre un spectacle que vous avez regardé. Il n’y a rien à partager de votre expérience de spectateur. Si les Enseignants existants actuellement quittaient ce monde sans qu’aucun élève ne leur ait tenu compagnie, mais seulement des spectateurs, alors il ne serait pas possible pour leurs enseignements de survivre. Les spectateurs n’auront pas la possibilité de partager avec qui que ce soit le cadeau que les savants leur ont véritablement offert.

Que Dieu nous pardonne d’avoir transformé la religion en spectacle et de nous être transformés en spectateurs. Qu’Il nous permette de trouver la satisfaction émotionnelle que nous recherchons directement dans nos interactions avec Lui, et de redonner à nos enseignants leurs nobles rôles dans cette Oummah. Que nous soyons prudents avec nos habitudes de consommation lorsqu’il s’agit de religion. Que nous puissions retourner à un régime spirituel organique préparé par nous-mêmes, humblement et sans ostentation, suivant les directives d’un nutritionniste. S.v.p., la prochaine fois que vous regardez un extrait ou lisez une citation, prenez une pause et posez-vous la question: « Quel est le sens que je peux retirer pour moi-même? Comment pourrais-je m’en servir pour me rapprocher de mon Seigneur ? »

Tout au moins, faites un dou’a.
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 12:58

Haha tu fais écho à mon sujet!

Le problème n'est pas les sentiments, mais la superficialité des sentiments, et l'hypocrisie. C'est ici le vrai danger.
"Si donc il y a quelque consolation en Christ, s'il y a quelque soulagement dans la charité, s'il y a quelque union d'esprit, s'il y a quelque compassion et quelque miséricorde,
2.2 rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée.

2.3 Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.
2.4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
2.5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ,
2.6 lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu,
2.7 mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme,
2.8 il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix.

2.9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,
2.10 afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,
2.11 et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père." Philippiens 2 v 1 à 11


Voilà le problème avec l'islam, il ne parle pas d'amour, de "sentiment" ni pour Dieu, ni pour son prochain.
Revenir en haut Aller en bas
rosarum

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 13:37

Il n'a pas tort mais cela ne concerne pas que l'islam
l'immédiat, le sensationnel et l'émotionnel priment sur l'analyse et la réflexion
est ce une conséquence de l'hypertrophie des moyens de communication modernes ?
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 14:09

rosarum a écrit:
Il n'a pas tort mais cela ne concerne pas que l'islam
l'immédiat, le sensationnel et l'émotionnel priment sur l'analyse et la réflexion
est ce une conséquence de l'hypertrophie des moyens de communication modernes ?

Ouais mais le lien qu'il fait avec le Christianisme n'est pas clair, ça colle pas.
Je voudrais bien savoir pourquoi Olivier a publié cet article.
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 16:55

La petite voix a écrit:
rosarum a écrit:
Il n'a pas tort mais cela ne concerne pas que l'islam
l'immédiat, le sensationnel et l'émotionnel priment sur l'analyse et la réflexion
est ce une conséquence de l'hypertrophie des moyens de communication modernes ?

Ouais mais le lien qu'il fait avec le Christianisme n'est pas clair, ça colle pas.
Je voudrais bien savoir pourquoi Olivier a publié cet article.

Tout simplement parce qu'il y a ce même genre de comportement dans le christianisme aussi. Il suffit de voir la manière dont certaines conversions sont instrumentalisées ou encore l'importance excessive accordée au "merveilleux" lors de diverses "apparitions"...
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 17:51

OlivierV a écrit:

Tout simplement parce qu'il y a ce même genre de comportement dans le christianisme aussi. Il suffit de voir la manière dont certaines conversions sont instrumentalisées ou encore l'importance excessive accordée au "merveilleux" lors de diverses "apparitions"...

Ah je comprend.
J'ai une connaissance qui fait des vidéos sur YouTube qui parlait de ça justement. Des "chrétiens" qui vendent l'évangile en mettant en avant des "miracles" et ont mît celà au centre du message au lieu de Jésus. Jésus attirait les foules, beaucoup venait seulement pour voir des miracles, il ne comprenaient pas le sens de ses enseignements.

Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Mer 08 Nov 2017, 18:45

La petite voix a écrit:

Ah je comprend.
J'ai une connaissance qui fait des vidéos sur YouTube qui parlait de ça justement. Des "chrétiens" qui vendent l'évangile en mettant en avant des "miracles" et ont mît celà au centre du message au lieu de Jésus. Jésus attirait les foules, beaucoup venait seulement pour voir des miracles, il ne comprenaient pas le sens de ses enseignements.


Tu as effectivement bien compris ce que je voulais exprimer...
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 00:20

A relire : la parabole du semeur en Matthieu 13.
Revenir en haut Aller en bas
rosarum

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 11:32

OlivierV a écrit:
La petite voix a écrit:


Ouais mais le lien qu'il fait avec le Christianisme n'est pas clair, ça colle pas.
Je voudrais bien savoir pourquoi Olivier a publié cet article.

Tout simplement parce qu'il y a ce même genre de comportement dans le christianisme aussi. Il suffit de voir la manière dont certaines conversions sont instrumentalisées ou encore l'importance excessive accordée au "merveilleux" lors de diverses "apparitions"...

pour cette fois je suis complètement d'accord avec toi, mais je pensais surtout aux évangéliques.
les catholiques et les protestants traditionnels y sont moins en enclins.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 12:04

Le sentimentalisme rejoint un peu le misérabilisme dans l'esprit.

C'est vouloir toucher le cœur par l'apparat de mots déguisés en douceurs volontaires pour contraindre son interlocuteurs à se sensibiliser par la forme et non pas le fond qu'il déploie.

Comme le misérabilisme c'est volontairement adopter une attitude en souffrance pour recueillir des faveurs qui peuvent être en nature, en argent, en avantages.

Tous les deux sont à rejeter pour ma part et si on veut se faire convainquant en religion, il faut l'argument avec une touche de sensibilité, une touche d'émotion bien entendu mélangées à une dialectique saine qui commence par un prologue et finit par une conclusion ayant l'avantage de donner à l'interlocuteur le sentiment qu'il comprend ce qu'auparavant il n'avait pas saisi.
Revenir en haut Aller en bas
Pierresuzanne

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 13:10

OlivierV a écrit:
Nous devons aborder le sujet du sentimentalisme. Conceptuellement, le sentimentalisme est la survalorisation de l’émotion par rapport à l’action et la pensée. En Occident, le sentimentalisme prend historiquement ses racines dans l’empathie religieuse, devenant un phénomène culturel autour de la période des soit-disantes Lumières. Une de ses prémisses est que la surexposition des sentiments n’est pas une faiblesse, mais plutôt la preuve d’un bon caractère moral.


Maintenant que je sais que tu es devenu musulman parce que c'était une religion qui défiait la raison, la rationalité et la moralité,
je suis rassuré de savoir que tu n'es pas un sentimental.

Pour avoir choisi librement la charia, juste parce qu'elle était immoral... il faut effectivement avoir peu de richesse affective.


Parfois, le coté bisounours des chrétiens m'agace, car tout le monde n'est pas beau et  tout le monde n'est pas gentil,
mais au moins la niaiserie des chrétiens les poussent davantage à donner à manger aux pauvres, qu'à couper la main des voleurs.

Ils sont naïfs, mais cools. On ne lapide pas chez les chrétiens, ni de façon préventive, ni à tempérament.

On est des niais et on en est fiers, on est des sentimentaux. On souffre de la souffrance d'autrui et on essaie d'y trouver un remède.


rosarum a écrit:
Il n'a pas tort mais cela ne concerne pas que l'islam

Je ne suis pas d'accord avec toi.


L'instrumentalisation des émotions permet effectivement de faire gober ce que la raison rejetterait.


La sentimentalité ne doit pas servir pour tromper la raison,
mais elle doit être utilisée pour donner sa chair de charité à la raison froide.

On compatit avec autrui, et on aspire à le soulager, car on ressent (en partie) ce qu'il souffre.
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 16:53

rosarum a écrit:


pour cette fois je suis complètement d'accord avec toi, mais je pensais surtout aux évangéliques.
les catholiques et les protestants traditionnels y sont moins en enclins.

Pour ce qui est des catholiques, il y a pourtant la "mouvance" du renouveau charismatique qui fait assez fort dans ce domaine. Il est vrai que cette "mouvance" est issue d'un mouvement protestant.
Mais concernant les apparitions mariales, je peux t'assurer que nombreux sont les fidèles qui focalisent avant tout sur l'émotion liée à l'apparition, avant une méditation sur le message proprement dit...

Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 17:05

Pierresuzanne a écrit:
OlivierV a écrit:
Nous devons aborder le sujet du sentimentalisme. Conceptuellement, le sentimentalisme est la survalorisation de l’émotion par rapport à l’action et la pensée. En Occident, le sentimentalisme prend historiquement ses racines dans l’empathie religieuse, devenant un phénomène culturel autour de la période des soit-disantes Lumières. Une de ses prémisses est que la surexposition des sentiments n’est pas une faiblesse, mais plutôt la preuve d’un bon caractère moral.


Maintenant que je sais que tu es devenu musulman parce que c'était une religion qui défiait la raison, la rationalité et la moralité,
je suis rassuré de savoir que tu n'es pas un sentimental.

Pour avoir choisi librement la charia, juste parce qu'elle était immoral... il faut effectivement avoir peu de richesse affective.


Parfois, le coté bisounours des chrétiens m'agace, car tout le monde n'est pas beau et  tout le monde n'est pas gentil,
mais au moins la niaiserie des chrétiens les poussent davantage à donner à manger aux pauvres, qu'à couper la main des voleurs.

Ils sont naïfs, mais cools. On ne lapide pas chez les chrétiens, ni de façon préventive, ni à tempérament.

On est des niais et on en est fiers, on est des sentimentaux. On souffre de la souffrance d'autrui et on essaie d'y trouver un remède.


rosarum a écrit:
Il n'a pas tort mais cela ne concerne pas que l'islam

Je ne suis pas d'accord avec toi.


L'instrumentalisation des émotions permet effectivement de faire gober ce que la raison rejetterait.


La sentimentalité ne doit pas servir pour tromper la raison,
mais elle doit être utilisée pour donner sa chair de charité à la raison froide.

On compatit avec autrui, et on aspire à le soulager, car on ressent (en partie) ce qu'il souffre.  

Mais tu vas cesser d'interpréter mes propos et ta vision purement islamophobe du Coran ?

Où ai-je dit que je cautionnais une immoralité ? C'est parce que toi tu ne vois qu'immoralité dans l'islam que tu fais ce genre de transfert.

J'ai dit quelque part que je cautionnait la sharia ?

Moi quand je parle de ne pas se fier à la raison raisonnante, cela signifie simplement que celle ci doit accepter d'être éclairée par quelque chose qui la dépasse.

Si tu veux te placer sur le simple plan de la raison, alors, cesse de prier, Notre Dieu n'existe pas. C'est juste l'auteur de la première création, s'il n' y en a pas d'autres... Ouste les miracles de Jésus, ouste sa résurrection, ouste ses apparitions après avoir été mis à mort. Ouste toutes les apparitions...

Et mieux encore, tu laisse tomber les préceptes de cette religion puisqu'au cours de l’histoire à chaque fois qu'un chrétien commet des horreurs il désobéit à l'Evangile, qui est donc raisonnablement un but inaccessible.

Ton gros problème, c'est ta psycho-rigidité qui te fait lire le Coran à la lumière de ce qu'en font les terroristes. Si tu arrivais à le lire autrement, tu comprendrais que les terroristes désobéissent aussi au Coran. Et surtout à Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
salamsam

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 17:32

OlivierV a écrit:
Pierresuzanne a écrit:


Maintenant que je sais que tu es devenu musulman parce que c'était une religion qui défiait la raison, la rationalité et la moralité,
je suis rassuré de savoir que tu n'es pas un sentimental.

Pour avoir choisi librement la charia, juste parce qu'elle était immoral... il faut effectivement avoir peu de richesse affective.


Parfois, le coté bisounours des chrétiens m'agace, car tout le monde n'est pas beau et  tout le monde n'est pas gentil,
mais au moins la niaiserie des chrétiens les poussent davantage à donner à manger aux pauvres, qu'à couper la main des voleurs.

Ils sont naïfs, mais cools. On ne lapide pas chez les chrétiens, ni de façon préventive, ni à tempérament.

On est des niais et on en est fiers, on est des sentimentaux. On souffre de la souffrance d'autrui et on essaie d'y trouver un remède.




Je ne suis pas d'accord avec toi.


L'instrumentalisation des émotions permet effectivement de faire gober ce que la raison rejetterait.



La sentimentalité ne doit pas servir pour tromper la raison,
mais elle doit être utilisée pour donner sa chair de charité à la raison froide.

On compatit avec autrui, et on aspire à le soulager, car on ressent (en partie) ce qu'il souffre.  

Mais tu vas cesser d'interpréter mes propos et ta vision purement islamophobe du Coran ?

Où ai-je dit que je cautionnais une immoralité ? C'est parce que toi tu ne vois qu'immoralité dans l'islam que tu fais ce genre de transfert.

J'ai dit quelque part que je cautionnait la sharia ?

Moi quand je parle de ne pas se fier à la raison raisonnante, cela signifie simplement que celle ci doit accepter d'être éclairée par quelque chose qui la dépasse.

Si tu veux te placer sur le simple plan de la raison, alors, cesse de prier, Notre Dieu n'existe pas. C'est juste l'auteur de la première création, s'il n' y en a pas d'autres... Ouste les miracles de Jésus, ouste sa résurrection, ouste ses apparitions après avoir été mis à mort. Ouste toutes les apparitions...

Et mieux encore, tu laisse tomber les préceptes de cette religion puisqu'au cours de l’histoire à chaque fois qu'un chrétien commet des horreurs il désobéit à l'Evangile, qui est donc raisonnablement un but inaccessible.

Ton gros problème, c'est ta psycho-rigidité qui te fait lire le Coran à la lumière de ce qu'en font les terroristes. Si tu arrivais à le lire autrement, tu comprendrais que les terroristes désobéissent aussi au Coran. Et surtout à Dieu.

Mon cher Olivier, le jour où vous ignorerez tous ce troll et ses semblables dans le forum, je peux t'assurer que les discussions en seront que plus enrichissantes.

Ils sont uniquement dans la provoc pour justement que leur interlocuteur réagisse à leur propos.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 18:37

salamsam a écrit:

Mon cher Olivier, le jour où vous ignorerez tous ce troll et ses semblables dans le forum, je peux t'assurer que les discussions en seront que plus enrichissantes.

Ils sont uniquement dans la provoc pour justement que leur interlocuteur réagisse à leur propos.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Bah, je sais bien, mais parfois c'est plus fort que moi...
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 19:46

rosarum a écrit:
OlivierV a écrit:


Tout simplement parce qu'il y a ce même genre de comportement dans le christianisme aussi. Il suffit de voir la manière dont certaines conversions sont instrumentalisées ou encore l'importance excessive accordée au "merveilleux" lors de diverses "apparitions"...

pour cette fois je suis complètement d'accord avec toi, mais je pensais surtout aux évangéliques.

Neanmoins cela est la minorite bruyante (apostate/faux chretien) et non pas la majorite silencieuse. Les evangeliques forment quand meme trois quarts du protestantisme et oui sans contredit une faction de ce qui se nomme evangelique; instrumentalisme, sensationnalisme, populisme, ''veudeurs d'indulgences'' et de ''miracles'' (etc), bref des comportement honteux de faux chretiens.

Cela dit, Dieu nous a cree avec des sentiments nous ne sommes pas des robots non plus.


Dernière édition par samuel777444 le Ven 10 Nov 2017, 02:48, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 19:53

samuel777444 a écrit:


Neanmoins cela est la minorite bruyante (et apostate) et non pas la majorite silencieuse. Les evangeliques forment quand meme trois quarts du protestantisme et oui sans contredit une faction est apostat, instrumentalisme, sensationnalisme, populisme, ''veudeurs d'indulgences'' et de ''miracles'', bref des comportement honteux.

Ça existe encore la notion d'apostat dans le christianisme ?
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 20:03

OlivierV a écrit:
samuel777444 a écrit:


Neanmoins cela est la minorite bruyante (et apostate) et non pas la majorite silencieuse. Les evangeliques forment quand meme trois quarts du protestantisme (si ce n'est pas plus) et oui sans contredit une faction est apostate; instrumentalisme, sensationnalisme, populisme, ''veudeurs d'indulgences'' et de ''miracles'', bref des comportement honteux.

Ça existe encore la notion d'apostat dans le christianisme ?

Oui.

Et d'ailleurs j'suis un Apostat pour Rome.


Dernière édition par samuel777444 le Jeu 09 Nov 2017, 21:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 20:30

OlivierV a écrit:


Ça existe encore la notion d'apostat dans le christianisme ?


3 "Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et
qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition,


4 l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore, jusqu'à s'asseoir
dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. "



C'est l'apostasie qui est citée à la fin des temps qui sera plus actuelle que jamais laquelle est concomitante avec l'adversaire de Dieu que les hommes appellent Dieu lequel ils adorent en criant tout fort Allahu akbar lorsque tout en le vénérant ils répandent le sang et le chaos en fidèles adeptes du califat, ce califat dont les anges s''en inquiétaient alors que Dieu leur a dit de le laisser faire car si eux ont une ruse Allah a un plan.
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 20:42

samuel777444 a écrit:
OlivierV a écrit:


Ça existe encore la notion d'apostat dans le christianisme ?

Oui, d'ailleurs j'suis un apostat pour Rome.

Enfin faut dire que ce n'est pas tres clair depuis Vatican II.... Selon le concile de trente je suis definitivement un apostat mais selon le pape Francis (et compagnie) finalement...., j'sais pas trop lol!
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Jeu 09 Nov 2017, 23:56

L'expression de la béatitude ressentie, même trop exacerbée, au goût de certain, n'a rien de critiquable tant qu'elle est sincère.

Ce n'est pas la façon dont nous exprimons ce que nous ressentons qui me semble mise sur la sellette mais plutôt une apparente expression peu en accord avec la sincérité.

Aussi, musulman, catholique, évangélique ou autre, chacun son expression, certains ressentent et expriment peu, d'autres ressentent peu mais expriment bcp, mais dans tous les cas, n'est ce pas plutôt une interrogation sur la sincérité ?

Si un ressent le besoin de courir autour de sa mosquée ou de sa cathédrale pour crier les louanges, en quoi ça gêne ?

N'est ce pas plutôt celui qui fait semblant pour être bien vu qui pose plutôt une interrogation sur sa sincérité ?

Dit simplement, ça sert à quoi d'avoir une attitude en église et une autre en sortant ?


je crois que c'est vers cela qu'il faut aller pour comprendre et faire le rapport avec aussi ce qui est dit dans les évangiles, à la fin du 3e chapitre de Jacques et aussi à propos des hypocrites dont parle le Christ en Matthieu 6.
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Ven 10 Nov 2017, 01:10

Tonton a écrit:
L'expression de la béatitude ressentie, même trop exacerbée, au goût de certain, n'a rien de critiquable tant qu'elle est sincère.

Ce n'est pas la façon dont nous exprimons ce que nous ressentons qui me semble mise sur la sellette mais plutôt une apparente expression peu en accord avec la sincérité.

N'est ce pas plutôt celui qui fait semblant pour être bien vu qui pose plutôt une interrogation sur sa sincérité ?

Dit simplement, ça sert à quoi d'avoir une attitude en église et une autre en sortant ?


je crois que c'est vers cela qu'il faut aller pour comprendre et faire le rapport avec aussi ce qui est dit dans les évangiles, à la fin du 3e chapitre de Jacques et aussi à propos des hypocrites dont parle le Christ en Matthieu 6.

Oui j'suis bien d'accord avec ceci Tonton. Et Dieu nous a cree avec des sentiments nous ne sommes pas des robots.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Ven 10 Nov 2017, 08:17

Le sentimentalisme a toutefois du bon il permet au chrétien de se surpasser lorsque lui-même a du dédain envers une personne il prend sur lui il va vers la personne même si au fond de lui il l'a banni de son cœur. Cela se voit qu'il fait un effort sur lui parce qu'il a appris à aimer ses ennemis mais au fond de lui il y a une lutte qui elle se retranscrit par une manière de parler par des mots comme si on parlait à un fou incapable de raisonner alors les mots qu'on lui adresse en premier lieu c'est l'injure et puis pour se rattraper parce que l'on se dit croyant il va recevoir des mots doucereux mielleux il fera du sensibilisme non pas pour lui mais pour épater la galerie parce que la galerie se dira Oh il est un bon croyant il y a du miel dans la voix et des mots de réconfort. C'est bien sûr de l'hypocrisie faire du sentimentalisme

Et puis il y a les autres ceux qui n'ont aucune sensibilité, qui font fuser l'injure sans état d'âme à  ne savoir que faire de la poutre dans leur oeil ils vont condamner sans autre procès celui qui ne leur ressemble pas et encouragé par son audace il va continuer à faire comme si le dédain qu'il porte ne se voit pas il va éviter la confrontation de peur de l'assimilation il va tourner le dos à celui qui passe désormais pour le paria. Mais lorsque le paria est reconnu sain d'esprit et que la société le portera lui le dédaigneux adoptera à son tour comme le premier le langage douceureux de l'hypocrite faisant du sensibilisisme ou sentimentalisme c'est la même chose

Lorsque Dieu dit qu'il vomit des hommes de sa bouche je comprends parce que l'hypocrisie  donne la nausée. Dieu sonde les coeurs ô combien font preuve d'hypocrisie à donner la nausée car fuyant le prochain ils font mine d'être croyant attendant que l'un se dévoue pour qu'à leur tour ils avancent à petits pas avec du miel dans la voix
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   Ven 10 Nov 2017, 14:52

Tonton a écrit:
L'expression de la béatitude ressentie, même trop exacerbée, au goût de certain, n'a rien de critiquable tant qu'elle est sincère.

Ce n'est pas la façon dont nous exprimons ce que nous ressentons qui me semble mise sur la sellette mais plutôt une apparente expression peu en accord avec la sincérité.

Aussi, musulman, catholique, évangélique ou autre, chacun son expression, certains ressentent et expriment peu, d'autres ressentent peu mais expriment bcp, mais dans tous les cas, n'est ce pas plutôt une interrogation sur la sincérité ?

Si un ressent le besoin de courir autour de sa mosquée ou de sa cathédrale pour crier les louanges, en quoi ça gêne ?

N'est ce pas plutôt celui qui fait semblant pour être bien vu qui pose plutôt une interrogation sur sa sincérité ?

Dit simplement, ça sert à quoi d'avoir une attitude en église et une autre en sortant ?


je crois que c'est vers cela qu'il faut aller pour comprendre et faire le rapport avec aussi ce qui est dit dans les évangiles, à la fin du 3e chapitre de Jacques et aussi à propos des hypocrites dont parle le Christ en Matthieu 6.

Bonjour tonton, cela commençait à faire un bail ! Very Happy

Je crois, si tu voulais parler de l'article, que ce n'est pas tant l'expression de la béatitude ressentie qui est pointée du doigt, mais bien la surexposition qu'en font certains témoins au détriment de ce qui la sous-tend...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le danger du sentimentalisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le danger du sentimentalisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manque de protéines? attention danger!
» Phosphates dans l’alimentation : les enfants en danger !
» MAITREYA arrive au QUÉBEC DANGER URGENT
» Danger du tabac sur le cerveau
» POUR HUB ET SON BEBE EN DANGER D'ETRE AVORTE !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: FORUM de DISCUSSIONS ISLAMO-CHRETIEN-
Sauter vers: