Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Arabie Saoudite [i]versus [/i]Iran

Aller en bas 
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Arabie Saoudite [i]versus [/i]Iran   Mar 14 Nov 2017, 09:17

La Croix , le 14/11/2017 à 6h00


Les deux grandes puissances rivales arabe et perse du Moyen-Orient, le royaume saoudien et la République islamique d’Iran, se disputent depuis des décennies le leadership régional. Mardi dernier, Riyad accusait Téhéran « d’agression directe » après le tir d’un missile en direction de l’aéroport international de Riyad par les rebelles yéménites houthistes, accusés d’être soutenus par Téhéran. Depuis, le ton monte entre les deux capitales.

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Arabie Saoudite [i]versus [/i]Iran   Mar 14 Nov 2017, 09:23

« Riyad ne va pas s’engager dans un conflit risqué »

Michael Young

Rédacteur en chef de Diwan, le blog Moyen-Orient de la Carnegie Endowment for International Peace (1)

Le prince héritier Mohammed Ben Salmane profite de la priorité donnée par l’administration Trump à l’endiguement de l’Iran dans la région, une attitude très différente de celle de l’administration Obama qui, selon les Saoudiens, donnait trop de marge de manœuvre à Téhéran. Par ailleurs, Mohammed Ben Salmane a intérêt, en interne, à jouer cette carte anti-iranienne de manière agressive, sans toutefois prendre des risques qui nuiraient à son ascension et menaceraient son arrivée au pouvoir.

L’Arabie saoudite tente de contrer la percée iranienne dans les pays arabes de la région mais sans vraiment y parvenir, d’où la frustration des dirigeants saoudiens. En Syrie, ils ont échoué et, quelque part, accepté leur défaite. Au Yémen, la situation très complexe ne leur a pas permis de l’emporter contre les rebelles houthistes. Riyad a accusé Téhéran d’être derrière le tir d’un missile balistique intercepté au nord-est de la capitale saoudienne. Au Liban, l’objectif n’est pas très clair. Les Saoudiens veulent affaiblir le Hezbollah, au risque de provoquer une guerre civile, ce que ne manque pas d’inquiéter la communauté internationale, à commencer par les États-Unis, les Européens et la Russie, qui ne veulent pas la création d’un nouvel « État failli » au Moyen-Orient.

L’Arabie saoudite pourrait faire pression sur le Liban en renvoyant les Libanais qui travaillent dans les pays du Golfe, ce qui provoquerait un effondrement de l’économie libanaise et aurait des répercussions politiques et confessionnelles. Il n’est pas sûr que ce soit le but du prince héritier, d’autant plus qu’il n’a pas de feu vert international pour s’engager dans cette voie. Jusqu’à nouvel ordre, la pression saoudienne s’est limitée à obtenir la démission du premier ministre libanais Saad Hariri. Paradoxalement, en Irak, un pays gouverné et dominé par la communauté chiite majoritaire, les Saoudiens se sont rapprochés du premier ministre Haïdar Al Abadi, semblant miser sur le nationalisme irakien pour contrecarrer l’influence iranienne.

Est-ce que cette politique peut déboucher sur une guerre entre l’Arabie saoudite et l’Iran ? Je ne crois pas. Riyad n’est pas capable de gagner au Yémen et ne va pas s’engager dans un conflit avec Téhéran qu’il risquerait de perdre.

Une fois devenu roi, le prince héritier pourrait envisager un « grand marchandage » avec l’Iran. Une telle négociation serait complexe si elle avait lieu. Riyad poserait ses conditions sur plusieurs points, en particulier sur le sort réservé aux milices pro-iraniennes en Syrie, au Liban et en Irak, sur la situation à ­Bahreïn et au Yémen, autrement dit sur tout ce qui concerne les pays qui entourent l’Arabie saoudite.

Recueilli par François d’Alançon

(1) carnegie-mec.org/diwan/?lang=en

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Arabie Saoudite [i]versus [/i]Iran   Mar 14 Nov 2017, 09:34


« L’Iran prend très au sérieux les menaces saoudiennes »

Clément Therme

Chercheur pour le programme Moyen-Orient de l’International Institute for Strategic Studies (IISS) de Londres


Dans le Golfe, personne ne veut la guerre. L’Iran a intérêt au statu quo, mais il doit gérer l’imprévisibilité de l’Arabie saoudite qui n’a pas de stratégie claire. La carte de l’Iran, c’est sa continuité stratégique. Depuis la révolution islamique, l’Iran a une politique double : d’un côté le « réalisme défensif » pour assurer la survie de l’État, la défense de ses frontières, et de l’autre un « réalisme offensif » depuis les printemps arabes consistant à intervenir dans les conflits sous couvert de lutte contre le terrorisme. Il est apparu que la République islamique estimait avoir intérêt à participer aux guerres régionales loin de ses frontières, notamment en Syrie, pour lutter contre Daech, d’où l’alliance avec la Russie. Et ce, pour ne pas avoir de conflit en Iran.

Le prosélytisme chiite avec la dimension révolutionnaire de l’Iran pose problème pour la plupart des pays arabes de la région. Sa dynamique s’est accentuée après la guerre d’Irak en 2003, et après 2011 avec les printemps arabes. Dans cette crise avec Riyad, l’Iran veut éviter que l’Europe, défenseur de l’accord sur le nucléaire, n’adhère au discours de Trump, de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis et bascule du côté arabe s’agissant du programme balistique iranien et de ce qu’ils appellent « les ambitions hégémoniques de l’Iran ».

Face à cette offensive tous azimuts, Téhéran revient au réalisme défensif. En réaction à la poussée anti-iranienne de Trump et des Saoudiens, l’Iran a besoin de coopter les Européens. Car de fortes pressions sont exercées sur les entreprises souhaitant investir et en Iran et en Arabie saoudite ou aux Émirats arabes unis. Elles sont inquiètes du risque américain si elles investissent en Iran et du risque géopolitique dû à la crise libanaise et qatarienne. Téhéran se retrouve embarqué dans une montée de tensions géopolitiques alors qu’il lui faut rassurer les investisseurs comme le président Hassan Rohani l’a promis à la population pour améliorer la situation économique interne.

Il y a encore six mois, on parlait d’investissements de plusieurs milliards en Iran et du développement socio-économique du pays. Aujourd’hui, on parle de la politique régionale de l’Iran et de son programme balistique, bien qu’il respecte l’accord sur le nucléaire. Ce changement de nature du débat public sur l’Iran est dangereux pour Téhéran qui doit construire un contre-récit pour décrédibiliser Riyad. Cela consiste à insister sur l’alignement entre Israël et l’Arabie saoudite.

L’Iran prend très au sérieux les menaces saoudiennes. D’autant que Donald Trump alimente le conflit irano-saoudien en prenant parti pour Riyad. Il stimule le nationalisme iranien. La nouveauté dans la région, c’est que l’influence iranienne est perçue comme étant plus problématique que l’occupation israélienne des terres arabes. La seule solution pour Téhéran, c’est la patience stratégique, car les Saoudiens savent que tôt ou tard ils devront parler avec l’Iran.

Recueilli par Agnès Rotivel

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arabie Saoudite [i]versus [/i]Iran   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arabie Saoudite [i]versus [/i]Iran
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Persécution de chrétiens en Arabie Saoudite *vidéo*
» Décapitation en Arabie Saoudite
» Stanton Friedman parlera ovni et extraterrestre la semaine prochaine en Arabie Saoudite
» Babylone = arabie saoudite = riyad = prostituée.
» Manuels scolaires d'Arabie Saoudite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: