Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Saints du jour- année 2018

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 04 Fév 2018, 23:23

Voir ci-dessous


Dernière édition par Julie le Dim 04 Fév 2018, 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 04 Fév 2018, 23:23

Sainte Agathe
Vierge et martyre
(† 251)

Deux villes de Sicile, Palerme et Catane, se disputent l'honneur d'avoir donné naissance à sainte Agathe ; ce qui est certain, c'est qu'elle fut martyrisée à Catane, sous l'empereur Dèce.

Dénoncée au préteur Quintianus, comme chrétienne, Agathe lui fut amenée. La beauté de la jeune fille le séduisit ; il conçut pour elle une passion criminelle et crut venir à bout de son dessein en la remettant aux mains d'une femme débauchée, nommée Aphrodisia. Celle-ci employa son art et son artifice afin de séduire Agathe, sans pouvoir y réussir ; et après un mois de tentatives, elle s'en fut trouver le préfet pour lui annoncer l'inutilité de ses efforts.

Le juge alors fit comparaître la servante du Seigneur devant son tribunal.

« Qui es-tu ?

- Je suis noble et d'une illustre famille, toute ma parenté le fait assez connaître.

- Pourquoi donc suis-tu la chétive condition des chrétiens ?

- Parce que la véritable noblesse s'acquiert avec Jésus-Christ dont je me dis la servante.

- Quoi donc ! Sommes-nous dégradés de noblesse pour mépriser ton Crucifié ?

- Oui, tu perds la véritable liberté en te faisant esclave du démon jusqu'au point d'adorer des pierres pour lui faire honneur. »

Afin d'apprendre à la jeune fille à mieux parler, Quintianus la fit frapper sur la joue, et commanda qu'on la conduisît en prison, lui disant qu'elle eut à se préparer à renier Jésus-Christ ou à mourir dans les tourments. Le lendemain, le juge essaya de gagner Agathe par des promesses, mais il la trouva inébranlable, et ses réponses excitèrent tellement la rage du persécuteur, que, sur son ordre, on lui arracha un sein. Elle dit à Quintianus : « N'as-tu pas honte, ô cruel tyran, de me faire souffrir de cette façon, toi qui as sucé ta première nourriture du sein d'une femme ? »

Quand elle fut rentrée dans la prison, où le préfet avait défendu de lui rien donner, saint Pierre lui apparut et la guérit au nom du Sauveur ; la Sainte s'écria : « Je vous rends grâces, ô mon Seigneur Jésus-Christ, de ce qu'il vous a plu de m'envoyer votre Apôtre afin de guérir mes plaies et de me rendre ce que le bourreau m'avait arraché » et la prison fut remplie d'une si éclatante lumière que les gardiens s'enfuirent épouvantés, laissant les portes ouvertes.

Les autres prisonniers conseillaient à Agathe de prendre la fuite, mais elle répondit : « Dieu me garde de quitter le champ de bataille et de m'enfuir en voyant une si belle occasion de remporter la victoire sur mes ennemis. »

Quatre jours après, Agathe fut ramenée devant le juge qui, la voyant saine et sauve, fut rempli d'étonnement ; sa rage n'en devint que plus grande. Par son ordre, on roula Agathe sur des têts de pots cassés et sur des charbons, en même temps que l'on perçait son corps de pointes aiguës. Pendant ce supplice, un tremblement de terre survint, et les principaux ministres de la cruauté de Quintianus furent écrasés. La ville, épouvantée, vit là un châtiment du Ciel, et le persécuteur, craignant qu'on ne lui enlevât sa victime, se hâta de la renvoyer en prison. Quand elle y fut rentrée, Agathe dit : « Ouvrez, Seigneur, les bras de votre miséricorde, et recevez mon esprit qui désire vous posséder avec tous les transports d'amour dont il est capable » et en achevant ces mots elle expira.

Aussitôt que la nouvelle de cette mort se fut répandue, toute la ville accourut pour honorer les restes de sainte Agathe, et au moment où on voulut la mettre dans le tombeau, cent Anges, sous la figure de jeunes hommes, apparurent, et au front d'Agathe inscrivirent ces mots : « C'est une âme sainte ; elle a rendu un honneur volontaire à Dieu et elle est la rédemption de sa patrie. » Quintianus, de son côté, était parti pour se mettre en possession des biens de la servante de Dieu, mais au passage d'une rivière, un cheval le mordit au visage et un autre, à coups de pieds, le précipita dans l'eau où il se noya.

La dévotion à sainte Agathe ne tarda pas à se répandre partout, mais nulle part elle ne fut plus honorée qu'à Catane. Plusieurs fois sa protection a sauvé cette ville des éruptions de l'Etna, et pour cela il suffisait aux habitants de donner, comme barrière aux torrents de lave qui descendaient de la montagne, un objet qui avait touché le corps de la Sainte.

@evangelizo.org

Les autres saints du jour :

St Jésus Mendez Montoya, prêtre et martyr († 1928)
St Avit, évêque de Vienne († 518)
St Génuin, Ier évêque à Seben en Rhétie († v. 605)
St Luc (Luca), abbé en Lucanie († 995)
St Sabas le jeune, moine à Rome († 995)
St Albuin de Brixen, évêque dan le Tyrol († 1005 ou 1006)
Ste Adélaïde, première abbesse de Villich († v. 1025)
Bse Françoise Mézière, vierge et martyre († 1794)
Bse Elisabetta Canori Mora, mère de famille († 1825)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 06 Fév 2018, 23:00

7 février

Saint Égide Marie de Saint Joseph
Religieux o.f.m.

Égide Marie de Saint Joseph (au baptême : Francesco Antonio Domenico Pasquale Postillo), né à Tarente (Italie) le 16 novembre 1729, expérimenta la pauvreté depuis son enfance.

Bientôt, il fut amené à apprendre le double et dur métier de ses parents devenant lui aussi un excellent « cordier » et un expert « feutrier ».

À dix-huit ans, orphelin de père, il devient le seul soutien de sa pauvre famille. La foi chrétienne sincère, que son père et sa mère lui avaient transmise, l'aida à dépasser toute difficulté et à toujours avoir confiance en la bonne Providence du Père céleste.

En février 1754, réalisant ce qui fut toujours son inspiration, à savoir : « pouvoir penser et travailler seulement pour le Seigneur », après avoir pourvu comme il fallait aux besoins de la famille, il fut accepté parmi les Frères mineurs « Alcantarins » de la Province de Lecce.
II fut initié à la vie franciscaine dans le couvent de Galatone (Lecce). Là, le 28 février 1755, dans les mains du Ministre provincial Frère Damien de Jésus et Marie, il fit sa profession religieuse.

Depuis le mois de février 1755 et jusqu'à la fin de mai 1759, il demeura dans le couvent de Squinzano (Lecce) s'adonnant à la tâche de cuisinier de la Fraternité.

Après un bref séjour dans le couvent de Capurso (Bari), au mois de mai 1759, le Frère Égide Marie fut destiné à Naples, où les Frères Mineurs Alcantarins de Lecce avaient un petit Hospice, celui de  San Pasquale (Pascal) à Chiaia, élevé pendant le chapitre de 1759, au rang de « Gardiennat ».

À Naples il demeurera presque cinquante-trois ans, c'est à dire jusqu'au jour de sa mort, occupant au fur et à mesure les charges de cuisinier, de concierge et de quêteur, édifiant tous, et en particulier les pauvres, qui accouraient nombreux au couvent de Chiaia pour recevoir du Frère Égide Marie une aide ou un mot de consolation.

Avec sollicitude franciscaine et charité active le Bienheureux consacra ses énergies au service des derniers et des souffrants, s'insérant profondément dans le tissu de la ville parthénopéenne qui, dans ces années difficiles, expérimentait de très fortes tensions sociales et de scandaleuses formes de pauvreté, à cause des événements politiques qui impliquèrent ce qui était alors le Royaume de Naples et n'épargnèrent même pas l'Église et ses Pasteurs.
Très nombreux furent les prodiges qui accompagnèrent sa mission de bien  de Frère Égide Marie, jusqu'à lui mériter, de son vivant, l'appellation populaire de : « Consolateur de Naples ».

Entouré d'une grande et vaste réputation de sainteté, Frère Égide Marie accueillit avec joie le Roi de gloire, à 12 heures le 7 février 1812.

Le Bx Pie IX (fête aussi aujourd’hui) déclara l'héroïcité de ses vertus le 24 février 1868.

Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) le déclara bienheureux le 4 février 1888.

Saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005) l'éleva à la gloire des autels, le 3 juin 1996.

Pour un approfondissement biographique :

>>> Ègide Marie de Saint Joseph

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bse Rosalie (Jeanne-Marie) Rendu, Fille de la Charité
Bse Klara (Ludwika) Szczesna, cofondatrice (1886-1916)
Sts Paul Miki et ses comp., martyrs († 1597)
St Maxime, évêque de Nole en Campanie († IIIe s.)
St Partène, évêque à Lampsaque († IVe siècle)
St Moise, évêque († v. 389)
Ste Julienne (Giuliana), mère et veuve († IVe s.)
St Laurent, évêque de Siponto († v. 545)
St Richard, père de trois saints  († v. 720)
St Luc le Jeune, ermite en Grèce († 945)
Bx Rizzier (Rizziero), disciple de saint François († 1236)
Bx Antoine (Antonio) de Stroncone, religieux o.f.m. († 1461)
Bx Thomas Sherwood, marchand drapier et martyr († 1578)
BBx Jacques Salès et Guillaume Saultemouche s.j., martyrs
St Jean de Triora, prêtre o.f.m. et martyr († 1816)
Bse Marie de la Providence (Eugénie Smet), vierge et fond.
Bx Pie IX, Pape (255e) de 1846 à 1878
BBx Anselme Polanco et Philippe Ripoll, martyrs († 1936)
Bx Wolciech Nierychlewski, prêtre et martyr (1903-1942)
Bx Pierre Verhun, prêtre ukrainien et martyr († 1957)
Bse Anna Maria Adorni, veuve et fondatrice (1805-1893)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMer 07 Fév 2018, 21:51

8 février

Saint Jérôme Émiliani
Fondateur des

« Clercs réguliers de Somasque »


Girolamo Emiliani, né à Venise en 1486, passa sa jeunesse dans le métier des armes.

Il avait reçu une éducation chrétienne, mais se laissa bientôt entraîner par le torrent des passions.

Fait prisonnier et chargé de fers, en 1511, après une courageuse défense de la place de Castelnuovo, qui lui avait été confiée, voyant la mort proche de lui, il sentit une vive crainte de paraître devant Dieu en état de péché mortel. Les yeux pleins de larmes, Jérôme fit alors un vœu à Marie ; aussitôt, la Mère de Dieu lui apparut, l'appela par son nom, lui donna les clefs de ses fers et de son cachot et lui fit traverser sain et sauf les rangs de l'armée ennemie.

Le jeune converti alla suspendre ses chaînes et les clefs de sa prison à l'autel de la Madone de Trévise, et publia partout les miséricordes de Marie à son égard.

Dès lors, à l'admiration de Venise entière, qui l'avait connu si mondain, il change de vie et passe son temps dans l'exercice de la prière, de la mortification et des bonnes œuvres, visite les hôpitaux, panse les plaies des malades, et se montre le père de tous les malheureux. Il fit surtout éclater sa charité durant une famine et une maladie épidémique ; il vendit jusqu'à ses meubles, et sa maison devint un hôpital où personne n'était rebuté.

Touché du sort des enfants que la mort avait privés de leurs parents, il loua une maison où il les réunit, et où il se chargea de leur nourriture, de leur entretien et de leur instruction ; il devenait ainsi le père de ceux qui n'en avaient plus ; il allait les chercher par les rues et les places, les amenait dans son pieux asile, et leur inspirait une piété qui fit bientôt l'admiration de Venise.

Le zèle ne connaît pas de limites : Jérôme trouva encore le temps de s'occuper des jeunes gens et des vieillards, de diriger l'hôpital des Incurables, de fonder une œuvre pour réunir les pécheresses converties par ses prédications, de parcourir les campagnes, la clochette à la main, pour apprendre aux enfants et au peuple les éléments de la religion.

Il meurt, le 8 février 1537, au service des pestiférés, laissant la congrégation (fondée en 1532) des « Clercs réguliers de Somasque » pour continuer son œuvre.

Les clercs réguliers, très nombreux au XVIIe siècle, ils ne sont pas aujourd'hui implantés en France mais sont encore environ 500 répartis dans 88 maisons en Italie, Espagne, Pologne, Roumanie, Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique, USA, Colombie, Brésil, Équateur, Philippines, Inde et Sri Lanka.

Girolamo Emiliani a été béatifié en 1747 par Benoît XIV (Prospero Lorenzo Lambertini, 1740-1758) et canonisé par Clément XIII (Carlo Rezzonico, 1758-1769) en 1767.

En 1928 Pie XI (Ambrogio Damiano Ratti, 1922-1939) le proclama « Patron universel des orphelins et de la jeunesse abandonnée ».

©️Evangelizo.org

Les autres saints du jour :

Ste Joséphine Bakhita, esclave soudanaise puis religieuse
Bse Esperanza de Jesús, religieuse et fondatrice (1893-1983)
Ste Coïnte, martyre († 249)
St Juvence (Invenzio), évêque de Pavie († 397)
Sts Martyrs du monastère de Die à Constantinople († v. 485)
St Jacut, abbé en Bretagne au VIe siècle
St Honorat (Onorato), évêque de Milan († Gênes v. 570)
St Nicet, évêque de Besançon († VIIe s.)
St Paul, évêque de Verdun († v. 647)
Bx Pietro d'Igneo, évêque d'Albano († 1089)
St Étienne de Grandmont, abbé et fondateur († 1124)
Bse Giuseppina Gabriella Bonino, vierge († 1906)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 11 Fév 2018, 22:42

12 février

Le lundi de la 6e semaine du temps ordinaire

Commémoraison des saints martyrs d’Abitène

(† 304)

Saturnin, prêtre, avec ses quatre enfants : Saturnin le jeune et Félix, tous deux lecteurs, Marie, vierge consacrée, et le petit Hilarion. Le sénateur Dativus, Félix ; un autre Félix, Émérite et Ampelius, lecteurs. Rogatien, Quintus, Maximien ou Maxime, Telica ou Tazelita, un autre Rogatien, Rogatus, Janvier, Cassien, Victorien, Vincent, Cécilien, Restitute, Prima, Éve, encore un autre Rogatien, Givalius, Rogatus, Pomponia, Secunde, Januaria, Saturnine, Martin, Clautus, Félix le jeune, Marguerite, Major, Honorata, Regiola, Victorin, Peluse, Fauste, Dacien, Matrone, Cécile, Victoire, vierge de Carthage, Berectina, Secunde, Matrone, Januaria. (Martyrologe Romain)



Visite Pastorale du Pape Benoît XVI

à Bari pour la Clôture du
XXIV Congrès Eucharistique Italien

Esplanade de Marisabella
Dimanche 29 mai 2005

Extraits de l’Homélie du Pape

Très chers frères et sœurs,

[...] Ce Congrès eucharistique, qui arrive aujourd'hui à sa conclusion, a voulu présenter le dimanche comme la « Pâque hebdomadaire », expression de l'identité de la communauté chrétienne et centre de sa vie et de sa mission.

Le thème choisi - « Sans le dimanche nous ne pouvons pas vivre » - nous ramène à l'an 304, lorsque l'empereur Dioclétien interdit aux chrétiens, sous peine de mort, de posséder les Écritures, de se réunir le dimanche pour célébrer l'Eucharistie et de construire des lieux pour leurs assemblées.

A Abitène, une petite ville située dans l'actuelle Tunisie, 49 chrétiens furent surpris un dimanche alors que, réunis dans la maison d'Octave Félix, ils célébraient l'Eucharistie, bravant ainsi les interdictions impériales. Arrêtés, ils furent conduits à Carthage pour être interrogés par le Proconsul Anulinus. La réponse, parmi d'autres, qu'un certain Eméritus donna au Proconsul qui lui demandait pourquoi ils avaient transgressé l'ordre sévère de l'empereur, est significative. Il répondit : « Sine dominico non possumus » : sans nous réunir en assemblée le dimanche pour célébrer l'Eucharistie, nous ne pouvons pas vivre.

Les forces nous manqueraient pour affronter les difficultés quotidiennes et ne pas succomber. Après d'atroces tortures, ces 49 martyrs d'Abitène furent mis à mort. Ils confirmèrent ainsi leur foi, à travers l'effusion de leur sang. Ils moururent, mais ils vainquirent : nous les rappelons à présent dans la gloire du Christ ressuscité.

Les martyrs d'Abitène représentent une expérience sur laquelle nous, chrétiens du XXI siècle, nous devons réfléchir. Pour nous non plus, il n'est pas facile de vivre en chrétiens, même s'il n'y a pas ces interdictions de l'empereur. Mais, d'un point de vue spirituel, le monde dans lequel nous nous trouvons, souvent marqué par une consommation effrénée, par l'indifférence religieuse, par un sécularisme fermé à la transcendance, peut apparaître comme un désert aussi aride que celui « grand et redoutable » (Dt 8, 15) dont nous a parlé la première lecture, tirée du Livre du Deutéronome. [...]

« Comment pourrions-nous vivre sans Lui ? ». Nous entendons retentir dans ces paroles de saint Ignace l'affirmation des martyrs d'Abitène : « Sine dominico non possumus ». C'est précisément de là que jaillit notre prière : que nous aussi, chrétiens d'aujourd'hui, retrouvions la conscience de l'importance décisive de la Célébration dominicale et sachions tirer de la participation à l'Eucharistie l'élan nécessaire pour un nouvel engagement dans l'annonce au monde du Christ « notre paix » (Ep 2, 14). Amen !

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

St Mélèce, évêque d'Antioche († 381)
St Benoît d'Aniane, abbé et réformateur († 821)
St Antoine, surnommé Cauléas, évêque († 901)
Bse Ombeline, moniale cistercienne († 1136)
St Ludan, pèlerin venu d'Écosse († 1202)
Bx Thomas Hemerford, prêtre et martrys († 1584)
BBx Jacques Fenn, Jean Nutter, Jean Munden, martyrs († 1584)
Bx Réginald de Saint Gilles, prêtre o.p. († 1220)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 13 Fév 2018, 22:46

14 février

Saints Cyrille et Méthode

Apôtres des slaves
Patrons de l'Europe
(† IXe siècle)

Jusqu'à ces derniers temps, saint Cyrille (son nom de baptême était Constantin) et saint Méthode n'étaient honorés qu'en certains lieux, surtout aux divers pays slaves, qu'ils avaient évangélisés, et à Rome. Le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) étendit leur culte à toute l'Église.
Ces deux nobles frères, nés à Thessalonique, allèrent s'instruire à Constantinople. Après de profondes études, Méthode se fit moine ; Cyrille reçut de l'impératrice Théodora la mission de christianiser certains peuples voisins de la Grèce ; de là, il fut appelé avec son frère à l'évangélisation de la Moravie, où leur zèle produisit des merveilles de conversions.

Ils traduisirent la Bible en langue slave, langue qui leur doit sa formation régulière. Leur renommée les fit appeler à Rome par le pape Nicolas Ier ; ils y arrivèrent porteurs des reliques du pape saint Clément Ier, que Cyrille avait découvertes dans la Chersonèse.

Revenus à leur apostolat, ils furent accusés d'employer la langue slave dans les cérémonies liturgiques ; mais ils se défendirent victorieusement auprès du pape Adrien II. Cyrille étant mort à Rome, dans la force de l'âge, eut son tombeau auprès de celui de saint Clément ; son frère évangélisa la Pannonie, la Bulgarie, la Dalmatie, la Carinthie.

Accusé de nouveau à Rome, il se justifia si bien qu'il revint à son apostolat revêtu du caractère épiscopal. Après avoir prêché l'Évangile à la Bohême et à la Pologne, il alla mourir en Moravie, chargé de mérites et de gloire.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :

>>> Saints Cyrille et Méthode

[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

©️Evangelizo.org

Les autres saints du jour :

St Valentin, martyr († v. 273)
Bx Nicola (Nicolas) Paglia, prêtre o.p. († 1256)
St Vitale (Vital) de Spolète (I), martyr († s. inc.)
St Zénon, martyr († s. inc.)
Sts Bassien, Tanion, Protus et Lucius, martyrs († s. inc.)
Sts Cyrion, Agathon, Moïse, Denys et Ammonius, martyrs
St Éleucade (Eleucadio), évêque de Ravenne († IIIe s.)
St Auxence, prêtre et archimandrite († Ve s.)
St Nostrien (Nostriano), évêque de Naples († v. 450)
St Antonin, abbé à Sorrente, en Campanie († v. 830)
St Jean-Baptiste de La Conception, prêtre o.ss.t. († 1613)
Bx Vicente (Vincent) Vilar David, martyr (1889-1937)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMer 14 Fév 2018, 23:15

15 février

Saint Claude La Colombière

Prêtre s.j.

Claude La Colombière, troisième enfant du notaire Bertrand La Colombière et Marguerite Coindat, naît le 2 février 1641 à St. Symphorien d'Ozon dans le Dauphiné.

Quatre des six enfants de cette famille profondément chrétienne entrent dans la vie religieuse, dont Claude. Un de ses frères, Joseph La Colombière, fut vicaire général au Canada.

Après des études au collège de la sainte Trinité de Lyon, Claude entra le 25 octobre 1658 au noviciat de la Compagnie de Jésus. Après quinze ans de vie religieuse, cherchant la plus haute perfection spirituelle, il fit le vœu d'observer fidèlement la règle et les constitutions de son ordre sous peine de péché. Ceux qui vécurent avec lui purent certifier que ce vœu fut observé avec la plus grande exactitude.

En 1675, Claude La Colombière, arrive à Paray comme supérieur de la communauté. Confesseur des religieuses du couvent de la Visitation, il rencontre alors Marguerite-Marie Alacoque : il prend nettement position en faveur de la voyante et la soutient dans sa mission.

« Mon fidèle serviteur et parfait ami » : c’est par ces mots étonnants que Notre-Seigneur lui-même avait désigné Claude La Colombière à Marguerite-Marie. Et il était en effet bien préparé à comprendre le message de l’amour de Dieu. Bien avant de venir à Paray, il avait écrit dans son journal : « Je veux que mon cœur ne soit désormais que dans celui de Jésus et de Marie, ou que celui de Jésus et de Marie soient dans le mien afin qu’ils lui communiquent leurs mouvements, et qu’il ne s’agite et qu’il ne s’émeuve que conformément à l’impression qu’il recevra de ces Cœurs ». Quand la sœur Marguerite-Marie Alacoque lui ouvre sa conscience, Claude voit en elle l’œuvre de Dieu, la rassure et l’encourage.

Mais dès l’année suivante, il part pour Londres en qualité de  prédicateur de Marie Beatrice de Modène, duchesse d’York. Bientôt éclate en Angleterre la « Terreur papiste » : Claude est calomnieusement accusé, jeté en prison pendant trois semaines, frôle le martyre et finalement est expulsé. Il revient en France phtisique et presque mourant. Il ne retournera à Paray que pour de brefs séjours qui lui permettront de réconforter Sœur Marguerite-Marie dont la vie mystique se heurte toujours au scepticisme de son entourage.

Quand la tuberculose l’emporte, le 15 février 1682, il n’a que 41 ans mais la mission est accomplie.

Deux ans plus tard, paraît en librairie la Retraite spirituelle du Père Claude La Colombière : ce modeste opuscule va merveilleusement ouvrir les voies à la mission de Marguerite-Marie (canonisée le 13 mai 1920) et au message du Cœur de Jésus.

La « dévotion au Sacré-Cœur » va se répandre dans toute la chrétienté et en 1899, le Pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) instituera la fête du Sacré-Cœur.

Claude La Colombière a laissé de très nombreux écrits :

Sermons (3 vol.), Lyon, 1684.
Réflexions chrétiennes, Lyon, 1684.
Retraite spirituelle, Lyon, 1684.
Lettres spirituelles, Lyon, 1715.
Des éditions complètes de ses œuvres ont été publiées plusieurs fois :

Œuvres du R. P. Claude de la Colombière, Avignon, 1832 ; Paris, 1864.
Œuvres complètes (6 vol.), Grenoble, 1900-1902.
Écrits spirituels (éd. par André Ravier), Collection 'Christus', Paris, 1962


Claude La Colombière a été béatifié, le 16 juin 1929, par le Pape Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939)  et canonisé, le 31 mai 1992, par Saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Pour un approfondissement : >>> Claude La Colombière

Source principale : jesuites.com ; vatican.va ; wikipédia.org (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bx Michel (Michał) Sopoćko, prêtre (1888-1975)
BBx Fréderic Bachstein et 13 comp., martyrs († 1611)
Sts Faustin et Jovite, martyrs († s. inc.)
St Onésime, converti par saint Paul († 95)
Sts Isice, Josippe, Zosime, Baral et Agapè, martyrs
Ste Géorgie, vierge en Auvergne († Ve ou VIe s.)
St Quinide, évêque à Vaison-la-Romaine († v. 578)
St Sévère (Severo), prêtre dans les Abruzzes († VIe s.)
St Décorose (Decoroso), évêque de Capoue († après 680)
St Walfrid (Valfredo), ermite en Toscane († VIIIe s.)
St Siegfrid, évêque anglais († v. 1045)
Bx Ange (Angelo) Scarpetti, prêtre o.e.s.a. († v. 1306)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 15 Fév 2018, 22:56

16 février

Bx Joseph Allamano

Prêtre et fondateur de deux Congregations :

« Missionnaires de la Consolata »

« Sœurs Missionnaires de la Consolata »

Joseph (Giuseppe) Allamano naît le 21 janvier 1851 dans une petite ville du nord de l’Italie (Castelnuovo d’Asti, aujourd’hui : Castelnuovo Don Bosco); sa mère était la sœur de saint Joseph Cafasso, alors recteur du sanctuaire de Notre-Dame de la Consolata à Turin.

Il fréquenta l’école de saint Jean Bosco et devint en 1873 prêtre du diocèse de Turin. Sept ans plus tard, son évêque le nomme recteur du sanctuaire de Notre-Dame de la Consolata et responsable de la formation permanente des prêtres du diocèse. C’est ainsi que l’abbé Allamano se rend compte qu’il y a beaucoup de prêtres en Italie.

Dans les années 1890, avec son fidèle collaborateur Jacques Camisassa, il tente de fonder une communauté de missionnaires pour aller évangéliser l’Afrique, mais tous ses projets échouent.

Le 29 janvier 1900, il guérit miraculeusement d’une maladie grave et son évêque lui dit : « C’est pour que tu fondes un institut missionnaire ! »

Joseph Allamano se met tout de suite à la tâche et, en mai 1902, le premier groupe de quatre missionnaires (dont un laïque) part pour le Kenya.

En 1910, il fondera un deuxième institut, les « Sœurs Missionnaires de la Consolata ».

Il passe le reste de sa vie à diriger ses deux instituts missionnaires, à coordonner la pastorale au sanctuaire de Notre-Dame de la Consolata et à la formation des prêtres de son diocèse.

Il meurt à Turin le 16 février 1926.

Dans son homélie à la messe de la béatification de Joseph Allamano, le 7 octobre 1990, Saint Jean-Paul II a déclaré :

« En ce moment où il est accueilli parmi les bienheureux, Joseph Allamano nous rappelle que, pour rester fidèles à notre vocation chrétienne, nous devons savoir partager les dons reçus de Dieu avec nos frères et sœurs, sans discrimination de race ou de culture. »

Pour un approfondissement : >>> Missionnaires de la Consolata

Source principale : consolata.qc.ca (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bx Mariano Arciero, prêtre (1707-1788)
Ste Julienne de Nicomédie, vierge et martyre († 310)
Sts Élie, Jérémie, Isaïe, Samuel et David, martyrs
St Marutha, évêque († v. 420)
Bse Philippa (Filippa) Mareri, vierge († 1230)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptySam 17 Fév 2018, 01:10

17 février

Saint Alexis Falconieri
et les sept fondateurs de l’Ordre

« Servites de Marie »

Alexis, en italien Alessio, Falconieri, né en 1200 à Florence (Toscane), où il est mort le 17 février 1310, est l'un des sept fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Il est fêté dans l’Église catholique le 17 février, date de sa mort, en même temps que ses autres compagnons, canonisés ensemble « comme un seul homme » par le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903), le 15 janvier 1888.

Alexis était le fils de Bernard Falconieri, riche négociant de Florence. Sa famille appartenait au parti des Guelfes, favorable à la papauté, et opposé aux tenants du Saint-Empire romain germanique. Il grandit dans une atmosphère pieuse, cultivant l'humilité et la charité et rejoignit, ensuite, une confraternité religieuse dédiée à la Vierge Marie, où il rencontra ses six futurs compagnons : Bonfils (Bonfilio), Bienvenu (Bonagiunta), Manet (Manetto), Amédée (Amadeo), Sosthène (Sostegno) et Hugues (Uguccione).

Tous les sept fondèrent l’Ordre des Servites de Marie.

Ses biographes ont relaté l'apparition qu'il eut de la Vierge Marie, le 15 août 1233.

Il ne voulut jamais être ordonné prêtre, ne s'estimant pas digne de cette fonction, et préféra rester frère lai, occupé aux basses besognes, allant mendier la subsistance de ses frères.

En 1252, avec l'aide financière de Chiarissimo Falconieri, il acheva la construction de l'église de Cafaggio, dans les faubourgs de Florence. Il fut le directeur spirituel de sa nièce, Julienne Falconieri, qui fut canonisée en 1737.

À la fin de sa vie, Alexis Falconieri se retira d'abord à La Camarzia, une maison à l'extérieur de la ville, et enfin à l’abbaye de Monte Senario où il mourut, âgé de 110 ans, le 17 février 1310.

Ses six compagnons étaient partis vers la maison du Père bien des années avant lui :

- Bonfilio († 1er janvier 1262)

- Bonagiunta († 31 août 1267)

- Manetto († 20 août 1268)

- Amadio († 18 aprile 1266)

- Sostegno et Uguccione († 3 mai 1282)

Les sept fondateurs des Servites de Marie sont habituellement représentés ensemble, vêtus de bure noire, en contemplation devant la Vierge Marie.

Comme un même lien de vraie fraternité avait uni ces sept hommes durant leur vie, ainsi la postérité les embrassa dans une seule et même vénération.

Leurs corps sont ensevelis au Mont Sénario, près de l’église de l’Annonciation, à Florence, dans le même sépulcre, afin qu'une même châsse conserve, une fois morts, ceux que la vie fraternelle avait unis.

Sources principales : servidimaria.net. wikipédia.org (« Rév. x gpm »).  

Les autres saints du jour :

Bx Antoni Leszczewicz, prêtre et martyr (1890-1943)
BBx Frédéric de Berga et XXV compagnons, martyrs
Bse Elisabetta Sanna, laïque et veuve (1788-1857)
St Théodore le conscrit, martyr († 306)
St Bonose, évêque de Trèves († v. 306)
St Mesrob, docteur des Arméniens († v. 440)
St Fintan, abbé en Irlande († 603)
St Flavien, évêque de Constantinople († 449)
St Finan, évêque et évangélisateur († 656)
St Silvin, évêque à Auchy († v. 717)
Bx Constable (Costabile), abbé en Campanie († 1124)
St Evermode, évêque dans le Holstein († 1178)
Bx Luc (Luca) Belludi, prêtre o.f.m. († 1286)
St Pierre Yu Chong-nyul, martyr († 1866)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptySam 17 Fév 2018, 23:38

18 février

Bx Fra' Angelico (Giovanni de Fiesole)
Prêtre o.p. et peintre († 1455)

Fra’ Angelico, dans le siècle Guido di Pietro, naît en 1387 à Vicchio di Mugello (Toscane, Italie).

Son éducation artistique se déroule à Florence à l'époque de Lorenzo Monaco et Gherardo Starnina. Du premier, il reprend l'usage de couleurs accentuées et peu naturelles, mais aussi une lumière très forte qui annule les ombres et participe au mysticisme des scènes sacrées, thèmes qu'on retrouve dans ses miniatures et dans ses premières compositions.

En 1418 il entre chez les Dominicains observants au couvent Saint-Dominique à Fiesole. Il commence sa carrière comme enlumineur dans le scriptorium du couvent. Il réalise la décoration d'un autel pour la chapelle Gherardini de l'église Santo Stefano à Florence. Le triptyque de saint Pierre Martyr est daté d'environ 1425.

En 1427, il est ordonné prêtre.
En 1430 il peint l'Annonciation, une œuvre où apparaissent de nouvelles techniques inspirées de Masaccio. Pour la première fois est utilisée une lumière diaphane qui enveloppe la composition, exaltant les couleurs et les masses plastiques des figures, et unifie l'image.

Entre 1430 et 1433 il réalise le Jugement Dernier, encore très influencé par le style de Lorenzo Monaco, mais le rythme des plans démontre un intérêt naissant pour l'organisation en perspective de l'espace.
Entre 1434 et 1435 il peint a tempera sur bois.
En 1436, les dominicains de Fiesole s'installent au couvent San Marco à Florence, récemment reconstruit par Michelozzo. L'Angelico, aidé parfois d'assistants, peint de nombreuses fresques pour le cloître, le chapitre et une vingtaine de cellules. Les travaux sont dirigés par son ami St Antonin de Florence.

Invité à Rome par le pape Eugène IV, il peint une chapelle. En 1447 il se rend à Orvieto pour peindre la nouvelle chapelle de la cathédrale en collaboration avec son élève Benozzo Gozzoli.
De 1449 à 1452, Fra’ Angelico est prieur de son couvent.

Il meurt à Rome le 18 février 1455 dans le couvent de Santa Maria sur la Minerve, où il est enterré. C'est seulement après sa mort qu'il est appelé ‘Beato Angelico’.

« Fra’ Giovanni fut un homme simple et de mœurs très saintes. Il ne cessa de pratiquer la peinture et ne voulut jamais faire que des sujets religieux. Il aurait pu être riche mais il ne s’en soucia point. Il fut d’une profonde humanité, sobre, menant une vie chaste, et échappa ainsi aux pièges du monde. Jamais les frères ne l’ont vu en colère; il avait coutume d’admonester ses amis avec un simple sourire. Avec une gentillesse incroyable, il disait à tous ceux qui lui demandaient une œuvre de se mettre d’accord avec le prieur, et qu’ensuite il ne manquerait pas de les satisfaire. Nul autre n’offre des saints qui aient autant l’air de saints. Il ne retoucha et ne transforma jamais aucune de ses peintures. Il n’aurait jamais touché ses pinceaux sans avoir auparavant récité une prière. » (Giorgio Vasari)

La représentation du mystère pour l'Angelico ne peut se réduire à une simple figuration, car la finalité de la peinture, objet matériel en soi, est contradictoire avec le désir de représenter l'immatériel absolu, c'est-à-dire le divin. La peinture de l'Angelico est profondément liée aux réflexions théologiques menées à l'époque autour de l'œuvre de saint Thomas d'Aquin par les dominicains florentins. Il ne peignit jamais d’autres visages que ceux du Seigneur, de la Vierge, des saints et des anges.

Saint Jean-Paul II (Karol Józef  Wojtyła, 1978-2005), qui l’a béatifié le 03 octobre 1982, et déclaré Patron Universel des artistes le 18 février 1984, a défini son œuvre comme “une prière peinte”.

Source principale : docteurangelique.com (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Sts Sadoth (évêque) et 128 comp., martyrs († 342)
St Hellade, évêque de Tolède († 632)
St Taraise, patriarche de Constantinople († 806)
St Angilbert, abbé dans le Ponthieu († 814)
St Théotone, prieur et fondateur († v. 1162)
Bx Guillaume Harrington, prêtre et martyr († 1594)
Bx Jean Pibush, prêtre à Londres et martyr († 1601)
St François-Régis Clet, prêtre et martyr († 1820)
St Jean-Pierre Néel, prêtre m.e.p. († 1862)
Ste Gertrude (Caterina) Comensoli, vierge et fond. († 1903)
Bx Georges Kaszyra, prêtre et martyr († 1943)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 18 Fév 2018, 22:51

19 février

Bse Élisabeth (Elisabetta) Picenardi

Servite de Marie

Élisabeth (nom de baptême Bartolomea) naît à Crémone (en Lombardie) entre 1428 et 1430, de Leonardo Picenardi et Paola Nuvoloni.

Peu après sa naissance, son père déménage avec sa famille à Mantoue pour être au service du marquis de Gonzague. Élisabeth est donc élevée dans cette ville. Elle demeure dans une maison proche de l’église Saint-Barnabé desservie par les frères Serviteurs de Marie de l’Observance. Elle a donc souvent l’occasion de rencontrer des membres de l’Ordre, ce qui sans aucun doute influence sa formation spirituelle de jeune fille.

Comme son père voulait la marier à l’un des princes de la ville, Élisabeth, qui désirait garder la virginité, refuse ce mariage. À l’âge de vingt ans, elle se consacre à Dieu et revêt l’habit des mantelées, comme on disait alors. D’abord, dans la maison paternelle, elle mène une vie quasi religieuse. Puis, à la mort de son père, elle va vivre chez sa sœur Orsina. Jusqu’à sa mort, elle demeure chez elle, non loin de l’église des Servites, dans une cellule qui lui était réservée.

Élisabeth rend témoignage par son amour de la Vierge Marie, sa chasteté, sa pénitence, son esprit de prière et son amour de l’eucharistie.

Elle est tellement attachée à la Mère du Christ qu’elle décide de garder la virginité à son exemple. Dans sa dernière agonie, elle remercie Dieu et la Vierge de mourir en ayant gardé la virginité qu’elle estime tant. Bien qu’accablée de plusieurs maladies, elle s’impose de rudes pénitences, portant continuellement un cilice et une chaîne de fer.

Dans la veille et la prière, elle attend le Christ, son Époux. Elle chante les louanges de Dieu et intercède pour le salut des hommes, en célébrant l’Office divin, répandu par les frères mendiants.

Contrairement à l’usage de son temps, elle communie souvent des mains du frère Barnabé de Mantoue. Vers la fin de sa vie, elle reçoit tous les jours le sacrement de pénitence.

Sa réputation de sainteté se répand si bien que ses concitoyens viennent la consulter. Leur ayant souvent obtenu des faveurs de Dieu par l’intercession de notre Dame, elle est considérée comme leur porte-parole auprès de la Mère de Dieu.

Plusieurs jeunes filles suivent son exemple et imitent son mode de vie. Elles constitueront plus tard un groupe du Tiers-Ordre régulier.

Favorisée du don de prophétie, Élisabeth prédit le jour et l’heure de sa mort. Avant de s’en aller vers le Seigneur, raconte l’auteur de sa Legenda, alors qu’elle souffre de violentes douleurs, on la voit réconfortée comme par une vision de Jésus et de sa Mère et par une musique céleste.

Elle manifeste de diverses manières son amour de l’Ordre. En particulier, un an avant sa mort, le 19 février 1468, elle lègue par testament aux frères du couvent Saint-Barnabé le bréviaire dont elle se servait pour célébrer la louange divine et une somme de 300 ducats.

D’abord enseveli dans l’église Saint-Barnabé, son corps est transféré au village de Tordei Picenardi, dans la région de Crémone, après la destruction du couvent.

Le 20 novembre 1804, le pape Pie VII (Barnaba Chiaramonti, 1800-1823) accorde à tout l’Ordre des Servites la faculté de célébrer la messe et l’office de la bienheureuse.

Source principale : servidimaria.org (« Rév. x gpm »).    

Les autres saints du jour :

Bse Elisabetta Picenardi, servite de Marie († 1468)
Bx Álvaro de Córdoba, prêtre o.p. (1360-1430)
St Quodvultdeus, évêque de Carthage († Naples v. 450)
Sts moines et autres martyrs en Palestine († 507)
St Mansuet, évêque († v. 680)
St Barbat (Barbato), évêque en Campanie († 682)
St Georges, moine au pays de Rodez († 877)
St Proclus (Proclo), moine en Calabre († v. 970)
St Boniface, évêque de Lausanne († 1260)
Ste Lucie Yi Zhenmei, vierge et martyre († 1862)
Bx Joseph Zaplata, religieux et martyr († 1945)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 22 Fév 2018, 23:03

23 février

Saint Polycarpe
Évêque et martyr
(† 167)

Polycarpe fut un personnage d'une éminente sainteté et d'une très profonde doctrine. Il avait eu le bonheur de connaître plusieurs disciples du Sauveur, et de les entretenir familièrement, surtout l'apôtre saint Jean, par l'autorité duquel il fut établi évêque de Smyrne.

Homme de grande foi, Polycarpe avait horreur de tout ce qui attaquait la doctrine chrétienne. L'hérétique Marcion s'approcha un jour de lui audacieusement, au moment où Polycarpe détournait la tête pour éviter de le voir, et il lui dit : « Ne me connaissez-vous pas ? “Si, répondit l'évêque, je vous connais pour le fils aîné de Satan.” » Une telle âme était préparée au martyre.

Le récit de son sacrifice est une des plus belles pages de l'histoire aux premiers siècles. À l'entrée de ce saint vieillard dans l'amphithéâtre, tous les chrétiens présents entendirent une voix mystérieuse qui lui disait : « Courage, Polycarpe, combats en homme de cœur ! »

Le proconsul lui demanda : « Es-tu Polycarpe ? “Oui, je le suis.” Aie pitié de tes cheveux blancs, maudis le Christ, et tu seras libre. “Il y quatre-vingt-six ans que je le sers et il ne m'a fait que du bien ; comment pourrais-je le maudire ? Il est mon Créateur, mon Roi et mon Sauveur.” Sais-tu que j'ai des lions et des ours tout prêts à te dévorer ? “Fais-les venir ! ” Puisque tu te moques des bêtes féroces, je te ferai brûler. “Je ne crains que le feu qui brûle les impies et ne s'éteint jamais. Fais venir tes bêtes, allume le feu, je suis prêt à tout.” »

De toutes parts, dans l'amphithéâtre, la foule s'écrie : « Il est digne de mort. Polycarpe aux lions ! » Mais on arrêta qu'il serait brûlé vif.

Comme les bourreaux se préparaient à l'attacher sur le bûcher, il leur dit : « C'est inutile, laissez-moi libre, le ciel m'aidera. » Le saint lève les yeux au ciel et prie. Tout à coup la flamme l'environne et s'élève par-dessus sa tête, mais sans lui faire aucun mal, pendant qu'un parfum délicieux embaume les spectateurs. À cette vue, les bourreaux lui percent le cœur avec une épée.

Les autres saints du jour :

Bse Giovannina Franchi, religieuse et fondatrice (1807-1872)
St Sérène ou Sénère, jardinier et martyr († v. 307)
Ste Mildburge, abbesse en Angleterre († v. 722)
St Willigis, évêque († 1011)
St Jean (Giovanni) le Moissonneur, moine († v. 1127)
Bse Raphaëlle Ybarra de Villalonga, fondatrice († 1900)
Bx Nicolas Tabouillot, prêtre et martyr († 1795)
Bse Joséphine Vannini, vierge et fondatrice († 1911)
Bx Louis Mzyk, prêtre s.v.d. et martyr († 1942)
Bx Etienne Frelichowski, prêtre et martyr (1913-1945)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 25 Fév 2018, 23:15

26 février

Sainte Paule de Saint Joseph de Calasanz

Religieuse et fondatrice des :

« Hijas de María, Religiosas Escolapias »

(Filles de Marie, religieuses scolopes)

Paule de Saint Joseph de Calasanz, (dans le siècle Paula Montal Fornés), naît  le 11 octobre 1799 à Arenys del Mar (Barcelone) dans une famille chrétienne modeste. Elle est baptisée le jour même.

Aînée de cinq enfants, elle doit, dès l'âge de dix ans, aider sa mère qui est veuve et elle comprend que les filles, et les femmes en général, ont peu d'accès à l'éducation et à la culture. Elle se sent poussée par Dieu à agir en leur faveur. Son projet sera de « sauver la famille en éduquant les petites filles dans la sainte crainte de Dieu ».

En 1829, elle se rend à Figueras (Gerone, Catalogne) suivie de son amie inconditionnelle Inés Busquets, pour ouvrir une première école de filles fondée sur un vaste projet éducatif, lequel dépasse largement le système pédagogique de l'époque, même en ce qui concerne les garçons. Elle veut une éducation complète, humaine et chrétienne, des femmes, sachant que cela ne peut avoir qu'une influence bénéfique sur la société. Elle prévoit un quatrième vœu pour les religieuses à venir : celui d'enseigner.

En 1837, elle se transfère à Sabadel (Barcelone). Cette femme, cette « mystique enracinée dans l'action », déploie une intense activité. A partir de cette époque, elle s'identifie entièrement avec le charisme de Saint Joseph de Calasanz (le saint espagnol fondateur des Scolopes, qui s'est voué à la scolarisation des enfants pauvres à Rome au XVIIe siècle). Elle veut vivre selon la spiritualité de ce grand éducateur et selon sa règle qui se résume par la devise : « piété et instruction ».

Elle fonde une deuxième école à Arenys del Mar, sa ville d'origine, en 1842, puis une troisième à Sabadell en 1846. Elle est toujours en contact avec les Pères Scolopes et grâce à l'aide de deux d'entre eux, elle réussit à obtenir rapidement la structure canonique des Scolopes pour sa Congrégation naissante.

Le 2 février 1847, avec trois autres compagnes dont Inés, elle prononce ses vœux comme « Fille de Marie, religieuse scolope ». En tout, de 1829 à 1859, elle a fondé 7 écoles et aidé à la fondation de 4 autres. De plus, elle a été la formatrice de 130 sœurs de la Congrégation.

En 1859, elle fonde sa dernière école dans le petit village de Olesa de Montserrat, au pied du Monastère et de la Vierge de Montserrat à laquelle elle est particulièrement attachée. Là, pendant une trentaine d'années jusqu'à sa mort, elle mène une vie retirée. Elle donne alors la preuve de l'authenticité, du courage et de la tendresse de son esprit : un esprit modelé par Dieu. Dans ce collège qui bénéficie de sa présence et auquel va sa préférence, elle est entourée de l'affection et de la vénération de toutes ses Filles.

Lorsqu'elle meurt, très âgée, le 26 février 1889, la Congrégation compte 346 religieuses réparties dans 19 collèges en Espagne. Aujourd'hui elles sont 800, qui enseignent à environ 30.000 élèves dans 19 pays et sur 4 continents.

Paula Montal Fornés de San José de Calasanz a été béatifiée le 18 avril 1993, à Rome, et canonisée, toujours à Rome, par le même Pape, Saint Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005), le 25 novembre 2001.

Source principale : abbaye-saint-benoit.ch (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour:

Bse Piedad de la Cruz Ortíz Real, vierge (1842-1916)
St Porphyre, évêque de Gaza († 420)
St Alexandre, évêque d'Alexandrie († 326)
St Faustinien (Faustiniano), évêque († IVe s.)
St Agricole, évêque de Nevers († v. 594)
St Victor, ermite en Champagne († VIe s.)
St André (Andrea), évêque de Florence († IXe s.)
Bx Robert Drury, prêtre et martyr († 1607)
St Denis d'Augsbourg, évêque et martyr († v. 303)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 27 Fév 2018, 22:54

28 février

Saint Auguste Chapdelaine
Prêtre et martyr
(1814-1856)

Dans la ville de Xilinxian, dans la province de Kouang-Si en Chine, l'Église commémore le souvenir de saint Auguste Chapdelaine, prêtre des Missions Étrangères de Paris.
Auguste naît à La Rochelle (La Rochelle-Normande dans le département de la Manche en France) en 1814 et il fut un des premiers à semer la graine de la foi chrétienne dans la terre de Chine.

Arrêté par les soldats avec un groupe de chrétiens convertis, il fut frappé de trois cents coups de nerf de bœuf, enfermé dans une cage minuscule et finalement décapité.

Béatifié par Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) le 27 mai 1900, il fut canonisé par Saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005) le 1er octobre 2000.

Les autres saints du jour :

Bx Daniel Brottier, missionnaire spiritain (1876-1936)
St Romain, prêtre et abbé de Condat († 461)
Stes Marane et Cyre, vierges en Syrie († 455)
St Hilaire, Pape (46e) de 461 à 468
St Oswald, évêque en Angleterre († 992)
Bse Antoinette de Florence, abbesse († 1472)
Bx Tymoteusz Trojanowski, o.f.m. conv. et martyr († 1942)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 01 Mar 2018, 23:20

2 mars

Sainte Agnès de Bohême
Clarisse
(1211-1282)

Agnès de Bohême (en tchèque Svatá Anežka Česká) naÏt à Prague en 1211 du roi de Bohême Přemysl Otakar I et de Constance de Hongrie. Son frère deviendra le roi de Bohême Venceslas Ier.

À l'âge de trois ans, elle est confiée, pour son éducation, au monastère cistercien de Třebnice où vit sa tante sainte Edwige, laquelle lui enseigne les vérités de la foi et les premières prières. L'exemple de sa tante s'imprime profondément dans le cœur d'Agnès et l'accompagnera toute sa vie durant.

Fiancée en 1220 à Henri, le fils de Frédéric II du Saint-Empire, elle va vivre à sa cour à Vienne. Elle y reste jusqu'en 1225, quand ses fiançailles sont rompues pour revenir vers Prague. Otakar essaie par la suite de la marier à Henri III d'Angleterre. Agnès qui a voué depuis longtemps sa virginité entre les mains de la Vierge Marie, alerte le pape Grégoire IX, lequel fait intervenir son légat, et le projet tourne court.

Agnès décide alors de se consacrer totalement dans la vie religieuse. Ayant entendu parler de saint François et du nouvel Ordre de sainte Claire, elle désire elle-aussi suivre dans une totale pauvreté le Christ pauvre. Grâce à l'appui du pape Grégoire IX, elle fonde à Prague un couvent de Clarisses et un hôpital, avec cinq sœurs envoyées par sainte Claire.

Claire entretiendra une correspondance suivie avec Agnès. Il reste encore de nos jours quatre lettres envoyées par sainte Claire qui reflètent l'affection et la sollicitude de la pauvre dame d'Assise pour Agnès en même temps qu'elles sont un trésor de la spiritualité franciscaine.

À la suite de Claire, Agnès obtient du Pape pour son monastère le privilège de la pauvreté, c'est-à-dire la renonciation à toute propriété. Le monastère de Prague est le seul avec celui d'Assise à suivre la règle écrite par Claire en 1253 incluant ce privilège.

Sainte Agnès rejoint son Seigneur en mars 1282.

Elle a été canonisée le 12 novembre 1989, à Rome, par Saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005); est la sainte patronne de la Bohême.

©️Evangelizo.org

Les autres saints du jour :

Ste Ángela de la Cruz, religieuse († 1932)
Bx Engelmar (Hubert) Unzeitig, prêtre et martyr († 1945)
St Troadius, martyr († 251)
St Céadde ou Chad, évêque en Angleterre († 677)
St Luc Casale de Nicosie, abbé († IXe s.)
Bx Charles le Bon, prince et martyr († 1127)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptySam 03 Mar 2018, 23:57

4 mars

Bse Marie-Louise-Élisabeth de Lamoignon
Veuve Molé de Champlâtreux
(en religion Mère Saint-Louis)
Fondatrice de la Congrégation des
« Sœurs de la Charité de Saint-Louis »

Marie-Louise-Élisabeth, fille de Chrétien François de Lamoignon de Basville, garde des sceaux de France en 1787, naît à Paris le 3 octobre 1763, dans l'hôtel particulier des Lamoignon, et fait partie de la haute noblesse française.

Elle est baptisée le jour même à l'église Saint-Sulpice. Louise-Élisabeth est proche de sa grand-mère, Madame Berryer, qui reçoit la famille dans son château de Thubeuf en Normandie et qui veille à la piété de sa petite-fille, tout en lui donnant des précepteurs de qualité. La fillette est influencée par Bourdaloue qui est le directeur spirituel de la famille. Elle n'oubliera jamais les grâces reçues de sa première communion, à l'âge de huit ans.

Marie-Louise-Élisabeth épouse, en la chapelle de l'hôtel Lamoignon, en février 1779, Édouard François Mathieu Molé, conseilleur au Parlement de Paris, issu d'une famille de grands magistrats. Ils auront cinq enfants dont deux atteignent l'âge adulte.
Madame Molé forme, grâce à M. de Pancemont, nouveau curé de sa paroisse Saint-Sulpice, un groupe de dames pour secourir la pauvreté du quartier pendant le dur hiver 1788-1789. Au cours d'une retraite, elle sent l'appel du Christ.

Puis la Révolution survient, la famille reste en France, malgré un court intermède à Bruxelles en 1791. Le comte et la comtesse Molé de Champlâtreux sont de retour en janvier 1792 pour se mettre en règle avec la loi du 9 novembre 1791 sur les émigrés. Ils sont cependant arrêtés et enfermés à la Conciergerie. Madame Molé est libérée à cause de son état de santé, mais son mari, homme intègre et charitable, est guillotiné, le jour de Pâques 1794.
Madame Molé est profondément affectée par l'exécution de son mari et la mort de sa fille de quatre ans en 1794 et songe à entrer dans un ordre contemplatif. Elle a trente ans, et renouvelle son pacte avec la Croix du Christ. Elle est expulsée de chez elle. Elle ne retrouve sa propriété de Méry-sur-Oise que l'année suivante. Elle perd son frère qui combat contre la Convention thermidorienne en Bretagne en 1795. C'est une nouvelle épreuve.

Elle est cependant dissuadée, à cette époque, d'entrer en religion par son confesseur, M. de Pancemont, avec qui elle correspond clandestinement et qui, revenu d'exil est devenu évêque de Vannes, l'encourage plutôt à fonder quelques années plus tard une congrégation religieuse, la congrégation des « Sœurs de la Charité de Saint-Louis », le 25 mai 1803.
Le Concordat est entré en vigueur depuis quelques mois, et la liberté religieuse peut s'établir en France. Madame Molé s'installe à Vannes avec quelques compagnes et sa mère, Madame de Lamoignon, dans un premier couvent acheté par elle, près du port de Vannes. Ses deux enfants étant « établis », elle y ouvre des classes pour les fillettes de familles pauvres.

Elle prononce ses vœux sous le nom de Sœur Saint-Louis (Mère Saint-Louis lorsqu'elle devient supérieure de la Congrégation) et les vocations affluent. Elle y anime notamment un atelier de dentelle et de tissage du coton.

Lorsque Pie VII (Barnaba Chiaramonti, 1800-1823) vient sacrer Napoléon Ier, il bénit la fondatrice et ses compagnes. Une nouvelle épreuve crucifiante survient en 1807, lorsque Mgr de Pancemont meurt d'une attaque d'apoplexie. Une nouvelle maison de charité ouvre en 1808 à Auray, dans l'ancien couvent des cordelières, puis fonde un noviciat séparé en 1810. La congrégation est reconnue civilement par une ordonnance royale, en 1816. En 1824, elle achète l'ancien couvent de Saint-Gildas de Rhuys pour y ouvrir une école gratuite et une œuvre de retraites.

Mère Saint-Louis quitte, à Vannes, sa demeure terrestre, pour la rencontre avec Dieu, le 4 mars 1825, serrant sur son cœur le crucifix qui ne la quittait pas depuis ses jeunes années.
Au décès de la Fondatrice, la Congrégation compte une cinquantaine de religieuses.
Elles désirent vivre selon son esprit et porter aux déshérités l'amour de Dieu qui les habite.
L'œuvre de Mère Saint-Louis s'est poursuivie en France, et dans d'autres pays : Angleterre, Canada, États-Unis, Haïti, Madagascar, Mali, Sénégal, Martinique, Mexique de sorte qu'on peut dire que sa Congrégation a pris une dimension internationale.

Le procès diocésain de béatification débute en 1959, le diocèse de Vannes déposant le dossier à Rome en 1962.

Déclarée vénérable par Saint Jean-Paul II, le 16 janvier 1986, Louise-Elisabeth de Lamoignon, épouse Molé de Champlâtreux (Mère Saint-Louis), a été proclamée bienheureuse le 27 mai 2012, en la solennité de Pentecôte, sur l’esplanade du port de Vannes, par le card. Angelo Amato s.d.b., Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, qui représentait le Pape Benoît XVI (Joseph Ratzinger).

Une première en Bretagne !

Pour voir la vidéo de la Béatification :
>>> Mère Saint-Louis - YouTube

Source principale : wikipédia.org (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bx Giovanni Fausti, prêtre et martyr († 1946)
Bx Gjon (Kolë) Shllaku, prêtre et martyr († 1946)
Bx Daniel Dajani, prêtre s.j. et martyr († 1946)
Bx Qerim Sadiku, laïc et martyr († 1946)
Bx Mark Çuni, séminariste et martyr († 1946)
Bx Gjelosh Lulashi, laïc et martyr († 1946)
St Gérasime, l’anachorète du Jourdain († 475)
St Casimir, prince de Pologne († 1484)
Sts Photius, Archélaüs, Quirin et 17 autres, martyrs
St Basin, évêque de Trèves († 705)
St Appien, moine à Comacchio en Flaminie († VIIIe s.)
St Pierre Ier, évêque et puis moine († 1123)
Bx Humbert III, comte de Savoie (1136-1189)
BBx Alexandre Blake, Nicolas Horner, martyrs († 1590)
Bx Christophe Bales, prêtre et martyr († 1590)
Bse Placide (Eulalie Viel), vierge (1815-1877)
St Giovanni Antonio Farina, évêque et fondateur († 1888)  
Bx Ladislas Mackowiak, prêtre et martyr († 1942)  
Bx Miecislas Bohatkiewicz, prêtre et martyr († 1942)  
Bx Stanislas Pyrtek, prêtre et martyr († 1942)  
Bx Zoltan Lajos Meszlenyi, évêque et martyr (1892-1951)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 04 Mar 2018, 23:17

5 mars

Saint Jean-Joseph de la Croix
Prêtre o.f.m.
(1654-1734)

Giovanni Giuseppe della Croce (dans le siècle Carlo Gaetano Calosinto) naît dans l'île d'Ischia, près de Naples, le jour de l'Assomption, 1654. Tout enfant, il aimait la retraite, le silence et la prière, et fuyait les jeux de son âge, aimant mieux consacrer le temps de ses récréations à visiter des églises et à y adorer le Sauveur.

Marie avait, après Jésus, toute sa prédilection ; il dressa dans sa chambre un petit autel, récitait chaque jour les offices de la Mère de Dieu et jeûnait en son honneur tous les samedis et aux vigiles de ses fêtes. Dès ce temps, il aimait les pauvres au point de leur distribuer tout l'argent dont il pouvait disposer.

C'est à dix-sept ans qu'il entra chez les Frères Mineurs réformés de Saint-Pierre d'Alcantara. Il s'acquitta avec succès des missions les plus difficiles ; à vingt-quatre ans, il était maître des novices, puis gardien d'un couvent ; mais il n'accepta jamais les honneurs qu'avec une humble crainte et les quitta toujours avec joie.

Il aimait Dieu d'un ardent amour : « Quand il n'y aurait ni ciel ni enfer, disait-il, je voudrais néanmoins aimer Dieu toujours. »

Dieu opérait de nombreuses merveilles par les mains de ce fidèle disciple de saint François d'Assise et de saint Pierre d'Alcantara. Prophéties, visions, extases, bilocation, sont des preuves étonnantes de sa sainteté. Il fut surtout un père spirituel voué à la direction des âmes.

Il meurt à Naples, où il est grandement vénéré, le 5 mars 1734.

Jean-Joseph de la Croix a été béatifié par Pie VI (Giovanni Angelo Braschi, 1775-1799), le 24 mai 1789, et canonisé, par Grégoire XVI (Bartolomeo Mauro Alberto Cappellari, 1831-1846), le 26 mai 1839.

©️Evangelizo.org

Les autres saints du jour :

Bx Lazër Shantoja, prêtre et martyr († 1945)
St Théophile de Césarée, évêque († v. 195)
St Conon le jardinier, martyr († v. 250)
St Lucius I, pape († 254)
St Phocas de Sinope, jardinier et martyr († IVe s.)
St Adrien de Césarée, martyr († 309)
St Kiéran, évêque d'Ossory en Irlande († v. 530)
St Virgile d'Arles, évêque († v. 618)
Bx Cristofaro Macassoli, prêtre o.f.m. († 1485)
Bx Jérémie de Valachie, o.f.m. roumain († 1625)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyLun 05 Mar 2018, 23:08

6 mars

Bse Rose de Viterbe
Vierge du Tiers Ordre de Saint-François
(† v. 1251)

À l'époque où Frédéric II d'Allemagne persécutait l'Église et s'emparait des États pontificaux, Dieu suscitait Rose pour la défense de Viterbe, capitale du patrimoine de saint Pierre et du territoire qui appartenait au souverain pontife.

Les noms de Jésus et Marie furent les premiers mots qui sortirent de la bouche de cette candide créature. Elle avait trois ans lorsque Dieu manifesta sa toute-puissance en ressuscitant par son intermédiaire une de ses tantes qu'on portait au cimetière. Lorsqu'elle fut capable de marcher, elle ne sortait que pour aller à l'église ou pour distribuer aux pauvres le pain qu'on lui donnait. Un jour son père la rencontra en chemin et lui demanda d'ouvrir son tablier pour voir ce qu'elle portait. Ô prodige ! Des roses vermeilles apparurent à la place du pain.

Au lieu de s'amuser comme toutes les fillettes de son âge, Rose passait la plus grande partie de son temps en prière devant de saintes images, les mains jointes, immobile et recueillie. À l'âge de sept ans, elle sollicita instamment la permission de vivre seule avec Dieu dans une petite chambre de la maison. La petite recluse s'y livra à une oraison ininterrompue et à des austérités effrayantes qu'elle s'imposait, disait-elle, pour apaiser la colère de Dieu. Entre autres mortifications, sainte Rose marchait toujours les pieds nus et dormait sur la terre.

Dieu lui révéla les châtiments éternels réservés aux pécheurs impénitents. Rose en fut toute bouleversée. La Très Sainte Vierge Marie lui apparut, la consola, la bénit et lui annonça que le Seigneur l'avait choisie pour convertir les pauvres pécheurs. « Il faudra t'armer de courage, continua la Mère de Dieu, tu parcourras des villes pour exhorter les égarés et les ramener dans le chemin du salut. » Une autre vision la fit participer au drame du Calvaire ; dès lors, la soif de sauver les âmes ne la quitta plus. Sa pénitence aussi austère que précoce, réduisit le frêle corps de Rose à un tel état de faiblesse qu'on désespérait de sauver sa vie. La Très Sainte Vierge la visita de nouveau, la guérit miraculeusement et lui dit d'aller visiter l'église de St-Jean-Baptiste le lendemain, puis celle de St-François où elle prendrait l'habit du Tiers Ordre.

Obéissante à la voix du ciel, elle commença à parcourir les places publiques de la ville de Viterbe vêtue de l'habit de pénitence, pieds nus, un crucifix à la main, exhortant la foule à la pénitence et à la soumission au Saint-Siège. Des miracles éclatants vinrent confirmer l'autorité de sa parole. Instruit de ce qui se passait, le gouverneur impérial de la ville de Viterbe craignit que cette enfant extraordinaire ne détruisît complètement le prestige de l'empereur Frédéric et que l'autorité du pape s'affirmât à nouveau. Il fit comparaître Rose à son tribunal et menaça de la jeter en prison si elle continuait à prêcher. La servante de Dieu lui répondit : « Je parle sur l'ordre d'un Maître plus puissant que vous, je mourrai plutôt que de Lui désobéir. » Sur les instances d'hérétiques obstinés, sainte Rose est finalement chassée de Viterbe avec toute sa famille, en plein cœur de l'hiver.

Peu après, Rose annonça le trépas de l'ennemi de Dieu, Frédéric II d'Allemagne. En effet, il ne tarda pas à expirer étouffé dans son lit. À cette nouvelle, les habitants de Viterbe s'empressèrent de rappeler leur petite Sainte, absente depuis dix-huit mois. Celle que tous regardaient comme la libératrice de la patrie, la consolatrice des affligés et le secours des pauvres fut reçue en triomphe dans sa ville natale, tandis que le pape Innocent IV (Sinibaldo Fieschi, 1243-1254) ramené à Rome, rentrait en possession de Viterbe.

Sa mission apostolique terminée, sainte Rose songea à réaliser son vœu le plus cher. Elle se présenta au couvent de Ste-Marie-des-Roses, mais n'y fut pas acceptée, probablement à cause du genre de vie extraordinaire qu'elle avait menée auparavant. Rose vécut donc en recluse dans la maison paternelle, se vouant à la contemplation et aux plus rigoureuses pénitences. Plusieurs jeunes filles dont elle s'était déjà occupée la supplièrent de les prendre sous sa conduite. La demeure de la Sainte devint un véritable couvent où des âmes généreuses se livrèrent à l'exercice des plus sublimes vertus.

À l'heure de son glorieux trépas, les cloches sonnèrent d'elles-mêmes. Sainte Rose de Viterbe apparut au souverain pontife pour lui demander de transporter son corps au monastère de Ste-Marie-des-Roses, translation qui eut lieu six mois après sa mort. À cette occasion, son corps fut trouvé intact. Il se conserve encore, au même endroit, dans toute sa fraîcheur et sa flexibilité. D'innombrables miracles ont illustré son tombeau.

À Viterbe, elle est fêtée le 4 septembre, jour de la translation de son corps.

©️Evangelizo.org  

Les autres saints du jour :

Ste Colette de Corbie, clarisse († 1447)
St Marcien (Marciano), évêque et martyr († 120)
St Victorin de Nicomédie, martyr († s. inc.)
St Quiriaque, prêtre à Trèves en Allemagne († IVe siècle)
St Évagre, évêque de Constantinople († 378)
St Julien, évêque à Tolède en Espagne († 690)
St Fridolin de Säckingen, abbé en Allemagne († VIe s.)
St Chrodegand (ou Chrodegang), évêque de Metz († 766)
Sts Martyrs d'Amorium de Phrygie  († 848)
St Ollégaire, évêque à Barcelone en Catalogne († 1137)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 08 Mar 2018, 23:04

9 mars

Sainte Françoise Romaine
Religieuse et fondatrice

Francesca Bussa de Leoni (ou sainte Françoise dite Françoise Romaine ou Françoise de Rome) naît à Rome en 1384, d'une famille très ancienne et non moins illustre. Son enfance, passée dans le recueillement et dans l'union avec Dieu, l'avait disposée à se consacrer à Jésus-Christ ; mais à l'âge de treize ans, parce qu'elle appartenait à la noblesse romaine, elle fut mariée à Lorenzo de Ponziani. Tous deux formèrent un ménage uni, paisible et heureux.

Sa maison fut l'école de toutes les vertus chrétiennes. Aimable pour tous, on ne sait laquelle fut la plus parfaite, de l'épouse, de la mère, de la maîtresse de maison. Les obligations de son état n'étaient jamais sacrifiées au bonheur de prier Dieu, et elle en reçut la récompense ; car, un jour qu'elle avait été obligée de s'interrompre quatre fois pendant la récitation du même verset de son office, elle retrouva le verset écrit en lettres d'or.

Elle obtint de son mari, au bout de quelques années de mariage, de vivre en sa maison comme une véritable religieuse. Plus tard, son mari étant mort, elle put rejoindre les Sœurs Oblates, qu'elle avait fondées, et avec qui elle avait vécu jusque là en communauté d'œuvres et de prières.

Parmi toutes les choses étonnantes de sa vie, on peut signaler surtout la présence ordinaire et visible de son ange gardien, et les luttes terribles qu'elle eut à soutenir contre le démon. Outre son ange gardien, Dieu lui avait donné un ange chargé de la punir ; cet ange était sévère ; car, à la moindre faute, il la frappait, même en public. L'ange restait invisible, mais les coups étaient entendus de tous. Ainsi, quelques personnes tenant un jour devant elle une conversation frivole, Dieu inspira à la sainte de les interrompre, et comme elle hésitait, elle reçut sur la joue un rude soufflet. Souvent, alors qu'elle était à genoux devant une statue de la Sainte Vierge, son ange s'approchait et continuait avec elle la prière.

On représente généralement sainte Françoise avec un ange à côté d'elle. Plus d'une fois l'ange dévoué eut à chasser les démons, qui ne cessaient de harceler la servante de Dieu. Une nuit, pendant qu'elle priait, le diable la prit par les cheveux, et, la portant sur la terrasse de la maison, la suspendit au-dessus de la rue ; mais Dieu la remit en sûreté dans sa cellule.

D'autres fois, elle était traînée violemment ; l'ennemi du salut prenait toutes les formes pour la tromper ou l'épouvanter ; le calme de Françoise excitait son dépit et le mettait en fuite.

Elle meurt le 9 mars 1440 en soignant son fils Jean-Baptiste, ses dernières paroles furent : « Le ciel s'ouvre, les anges descendent, l'archange a fini sa tâche, il est debout devant moi et me fait signe de le suivre ».

Françoise Romaine a été canonisée, le 29 mai 1608, par le pape Paul V (Camillo Borghese, 1605-1621).

Les autres saints du jour :

St Dominique Savio, disciple de saint J. Bosco († 1857)
Bx Anton Zogaj, prêtre et martyr (1908-1948)
Sts Martyrs de Sébaste, soldats († 320)
St Pacien, évêque de Barcelone († v. 390)
St Vital (Vitale), ermite en Lucanie († 993)
St Bruno, évêque de Querfurt et martyr († 1009)
Ste Catherine (Caterina) de Bologne, clarisse (1413-1463)
St Jean-Baptiste Chon Chang-un, martyr († 1866)
St Pierre Ch'oe Hyong, père de famille et martyr († 1866)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 11 Mar 2018, 21:35

12 mars

Saint Louis Orione
Prêtre et fondateur :

« Petite Œuvre de la divine Providence »

« Petites Sœurs Missionnaires de la Charité »

« Mouvement Laïcal Orioniste (MLO) »

Luigi Orione naît à Pontecurone, dans le diocèse de Tortona, le 23 juin 1872. Au début de son adolescence, il aida son père comme paveur jusqu'à treize ans. Louis voulait étudier pour devenir prêtre et fut accueilli dans le couvent franciscain de Voghera, mais il dut abandonner à cause d'une grave pneumonie.

Il fut alors accepté dans le collège de Valdocco, où il connut don Bosco, déjà âgé. Il parvint à obtenir le privilège de se faire confesser par lui et, après avoir préparé trois cahiers entiers de péchés, il vit le saint les déchirer, qui lui dit, entre autres choses: « Nous serons amis pour toujours ». À Turin il respira l'esprit salésien et connut l'œuvre du Cottolengo qui était proche.

En 1889 il commença ses études de philosophie au séminaire de Tortona. En 1892, alors qu'il est encore séminariste, il ouvrit un oratoire, et l'année suivante un collège. Il est ordonné prêtre en 1895. Dans la même célébration, l'évêque impose l'habit clérical à six élèves de son collège.

Il commença à ouvrir des œuvres dans toute l'Italie et en 1903 l'évêque de Tortona reconnut la congrégation religieuse masculine de la « Petite Œuvre de la divine Providence », composée de prêtres, de frères coadjuteurs et d'ermites, avec le charisme apostolique de « collaborer pour porter les petits, les pauvres et le peuple de l'Église au pape, moyennant les œuvres de charité. »

Après le terrible tremblement de terre de 1908, il secourut Messina e Reggio Calabria, assistant les orphelins et la population. Après avoir quitté la Sicile, il continua à s'occuper de l'expansion de sa Congrégation, en procurant des aides dans toute l'Italie à l'occasion de la Première Guerre mondiale.

En 1915 il fonda la branche féminine: les « Petites Sœurs Missionnaires de la Charité », à laquelle vinrent s'ajouter, en 1927, les « Adoratrices Sacramentines » pour les non-voyantes et, successivement, les « Sœurs Contemplatives de Jésus crucifié ». Plus tard surgiront également l'Institut Séculier et le Mouvement laïc don Orione.

Les fondations s'étendirent dans une grande partie du monde, en Amérique latine, dans les États-Unis d'Amérique, en Angleterre, en Albanie.

Au cours de l'hiver 1940, pour essayer de soulager les problèmes de cœur et de poumons, dont il souffrait, il se rendit à la maison de San Remo même si, comme il disait, « ce n'est pas entre les palmiers que je veux vivre et mourir, mais entre les pauvres qui sont Jésus-Christ ». Après seulement trois jours, entouré de l'affection de ses confrères, don Orione mourut le 12 mars 1940, en soupirant « Jésus ! Jésus ! Je viens vers toi ».

Luigi Orione a été béatifié le 26 octobre 1980 et canonisé le 16 mai 2004, par saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Pour un approfondissement :

>>> Luigi Orione (1872-1940), biographie

Source principale : sdb.org/fr/ (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

St Syméon le Nouveau Théologien, moine († 1022)
St Maximilien de Thébeste, martyr († 295)
Sts Mygdon, Eugène, Maxime, Domna, martyrs († 303)
Sts Mardoine, Smaragde et Hilaire, martyrs († 303)
Sts Pierre, Dorothée et Gorgon, martyrs († 303)
St Innocent Ier, pape (40e) de 401 à 417
St Paul Aurélien, évêque en Bretagne au VIe s.
St Grégoire Ier, surnommé le Grand, déposition († 604)
St Théophane le Chronographe, moine († 817)
St Elphège, évêque de Winchester († 951)
Bse Fine (Fina), vierge en Toscane († 1253)
Bse Giustina Francucci Bezzoli, vierge, o.s.b. († 1319)
Bx Girolamo Gherarducci, prêtre o.e.s.a. († 1335)
Bx Joseph Zhang Dapeng, laïc et martyr († 1815)
Bse Angèle Salawa, vierge à Cracovie († 1922)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 15 Mar 2018, 22:29

16 mars

Saint Jean de Brébeuf

Prêtre s.j. et martyr

Né le 25 mars 1593 à Condé-sur-Vire en Normandie, Jean de Brébeuf est un des premiers pères jésuites à aller en Nouvelle-France. Il arrive à Québec en juin 1625, s'installe chez les Montagnais et plus tard, chez les Hurons.

Dans ses mémoires, il relate de façon admirable le mode de vie et les mœurs de ces peuples. Ces notes furent par la suite reproduites dans les « Relations des Jésuites » et sont aujourd'hui des sources d'information précieuses pour nous aider à comprendre la vie des Hurons avant les guerres et les épidémies qui décimeront leurs populations.

Il traduit un catéchisme et plusieurs prières dans la langue des Hurons et entreprend même la rédaction d'un dictionnaire et d'une grammaire. Brébeuf établit plusieurs missions en Huronie dont celle de Ihonatiria (Saint-Joseph). Peu après l'arrivée des Européens, les Hurons sont victimes de plusieurs épidémies de variole, de grippe et de dysenterie.

Le travail de conversion de Brébeuf est difficile et peu efficace. Lors d'une émeute en 1640, Brébeuf et d'autres Jésuites sont battus et la chapelle est détruite. C'est en 1642 que les vrais problèmes commencent. Soutenus par les Anglais dans leur entreprise, les Iroquois amorcent une vaste offensive contre leurs anciens ennemis les Hurons et leurs alliés français. Ils bloquent les routes commerciales en multipliant les pillages et les massacres sanglants. En 1647, la menace iroquoise est devenue telle que les Hurons refusent d'entreprendre des voyages vers Québec.

Le 4 juillet 1648, alors que les guerriers hurons sont absents, les Iroquois attaquent les missions de Saint-Joseph et Saint-Michel en Huronie. Plusieurs habitants sont massacrés dont le père Antoine Daniel qui sera criblé de flèches. Les Iroquois prennent 700 prisonniers.

Le 16 mars 1649, plus de 1000 Iroquois attaquent les missions de Saint-Ignace et de Saint-Louis où se trouvent alors les pères Brébeuf et Lalemant. Les deux hommes sont faits prisonniers et emmenés dans un village dans l'actuelle région de Midland, en Ontario.

Le père Jean de Brébeuf subit alors une des plus atroces tortures. Ces actes furent rapportés par Christophe Regnault qui put observer le cadavre. Le corps a été sauvagement battu et a reçu au moins 200 coups de bâtons. On avait arraché la chair des bras et des jambes de Brébeuf jusqu'aux os et on l'avait aspergé d'eau bouillante pour ridiculiser le sacre du baptême. Les Iroquois avaient également placé un collier de haches incandescentes autour de son cou et de son ventre et lui avaient arraché les lèvres pour qu'il cesse de parler de Dieu. Son crâne avait été scalpé et son cœur, arraché. Il est possible que les Iroquois l'aient dévoré, croyant ainsi absorber les qualités de leurs ennemis.

La nation huronne entière est bientôt décimée. Quelques survivants se réfugient chez des nations alliées du nord ou encore près de Québec où leurs descendants vivent toujours. Brébeuf fut proclamé Saint Patron du Canada en 1940.

Jean de Brébeuf, et ses compagnons martyrs (mémoire 19 octobre) ont été béatifiés le 21 juin 1925, par le « Pape des Missions » Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) et canonisés, par le même pape, le 29 juin 1930.

Pour un approfondissement biographique :

>>> Jean de Brébeuf

Source principale : echo.franco.ca (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

St José Gabriel del Rosario Brochero, prêtre († 1914)
Bse Bénédicte, clarisse (1214-1260)
Sts Hilaire, évêque, et Tatien, diacre, martyrs († 285)
St Papas, martyr († IVe s.)
St Julien d'Antioche, martyr († IVe s.)
Ste Eusébie, abbesse († v. 680)
St Héribert, évêque de Cologne († 1021)
Bx Jean (Giovanni) Sordi, évêque et martyr († 1181)
BBx Jean Amias et Robert Dalby, martyrs († 1589)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 18 Mar 2018, 23:17

19 mars

SAINT JOSEPH
Époux de la Très Sainte Vierge Marie

Patron de l'Église universelle




Saint Joseph descendait de la race royale de David. On croit généralement qu'en vue de la mission sublime que le Ciel lui destinait, il fut sanctifié avant sa naissance. Nul ne peut douter que Joseph ne fût préparé à son sublime ministère, quand la Providence, qui dirige tous les événements, unit son sort à celui de Marie.

L'Évangile est très sobre de détails sur saint Joseph, et on y voit tout résumé en ces mots: "Il était juste." Mais que ces mots couvrent de merveilles, puisque les docteurs s'accordent à dire que saint Joseph tient le premier rang après Marie parmi tous les Saints!

Son père l'éleva, d'après la tradition, dans l'état modeste de charpentier; il pouvait avoir, selon de sérieux auteurs, une cinquantaine d'années, et il avait gardé une chasteté parfaite, lorsque la Volonté de Dieu lui confia la Très Sainte Vierge. Cette union, belle devant les anges, dit saint Jérôme, devait sauvegarder l'honneur de Marie devant les hommes.

Dieu voulut que le mystère de l'Annonciation demeurât quelques temps caché à saint Joseph, afin de nous donner, dans le trouble qui plus tard s'empara de lui, lorsqu'il s'aperçut de la grossesse de Marie, une preuve de la virginité de la Mère et de la conception miraculeuse du Fils. L'avertissement d'un ange dissipa toutes ses craintes.

Qui dira ce que Joseph, depuis lors, montra de respect, de vénération, de tendresse pour Celle qui bientôt allait donner au monde le Sauveur? Combien Joseph fut utile à Marie dans le voyage de Bethléem! Combien plus encore il Lui fut utile dans la fuite en Égypte! Joseph se montra pour la Mère de Dieu l'ami fidèle, le gardien vigilant, le protecteur dévoué.

Imaginons-nous les progrès en vertu que dut faire saint Joseph, vivant dans la compagnie de Jésus et de Marie. Quel délicieux intérieur! Quelle sainte maison que cette modeste demeure! Que de mystères dans cette vie cachée où un Dieu travaille sous la direction d'un homme, où un homme se sanctifie sous l'influence d'un Dieu visible à ses yeux et devenu son Fils adoptif! Après la plus heureuse des vies, Joseph eut la plus heureuse des morts, car il rendit son dernier soupir entre les bras de Jésus et de Marie.

Il est permis de croire, après saint François de Sales qui l'affirme, que saint Joseph est dès maintenant au Ciel en corps et en âme, avec Jésus et Marie. C'est à bon droit que saint Joseph porte le titre glorieux de Patron de l'Église universelle, et que son nom, dans la dévotion chrétienne, est devenu inséparable des noms de Jésus et de Marie.

On l'invoque aussi comme Patron de la bonne mort.

Les autres saints du jour :

Bx Marcel Callo, ouvrier et martyr († 1945)
Bx Vinçens (Kolë) Prennushi, évêque et martyr († 1949)
St Jean, abbé en Ombrie au VIe siècle
Bx Andrea Gallerani, fondateur à Sienne († 1251)
Bx Jean (Giovanni) Buralli, prêtre o.f.m. († 1289)
Bx Marco de Montegallo, prêtre o.f.m. († 1496)
Bx Narcisse Turchan, prêtre o.f.m. et martyr († 1942)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 20 Mar 2018, 22:26

21 mars

Bienheureuse Clémence de Hohenberg
Religieuse bénédictine
(† 1176)

Clémence de Hohenberg naquit en Rhénanie au début du XIIe siècle. Elle épousa le comte de Spanheim (Allemagne), et devenue veuve elle distribua tous ses biens aux pauvres et se retira comme simple moniale à l'abbaye d'Horrès à Trèves, où elle vécut dans l'exercice constant de la plus fervente prière et de la plus profonde charité, jusqu'à sa mort, le 21 mars 1176.

Etymologie: du latin clemens, doux, indulgent.

Les autres saints du jour :

St Nicolas de Flüe, patron de la Suisse († 1487)
St Sérapion, évêque de Thmuis († après 362)
St Lupicin, abbé de Condat († 480)
St Endée, abbé et fondateur en Irlande († v. 542)
St Benoît, abbé au Mont Cassin († 547)
St Jacques, surnommé le Confesseur, martyr († v. 824)
St Jean, évêque de Valence († v. 1145)
Bx Thomas Pilchard, prêtre et martyr († 1501)
Bx Matthieu Flathers, prêtre et martyr († 1608)
St Augustin Zhao Rong, prêtre et martyr (1746-1815)
Ste Benedetta Cambiagio, fondatrice († 1858)
Bx Miguel Gómez Loza, laïc et martyr (1888-1928)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMer 21 Mar 2018, 22:02

22 mars

Sainte Léa
(† v. 383)

Elle faisait partie de ces nobles dames admiratrices de saint Jérôme. À la mort de son mari, elle se retira dans un monastère de Rome.

Devenue, par la suite, mère supérieure de son couvent, elle passait ses nuits en oraisons et tous l'admiraient pour sa foi et son humilité.

Saint Jérôme lui consacrera une lettre dithyrambique.

Les autres saints du jour :

Bx François Chartier, prêtre et martyr († 1794)
Bx Clemens August Graf von Galen, cardinal († 1946)
St Épaphrodite, évêque († Ier s.)
St Paul, premier évêque de Narbonne au IIIe s.
Sts Callinique et Basilisse, martyrs († s. inc.)
St Basile d'Ancyre, prêtre et martyr († 362)
St Bienvenu Scotivoli, évêque († 1282)
St Nicolas Owen, religieux s.j. et martyr († 1606)
Bx Bronislas Komorowski, prêtre et martyr († 1940)
Bx Marien Gorecki, prêtre et martyr († 1940)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 22 Mar 2018, 23:53

23 mars

Martyrologe Romain : Commémoraison des saints martyrs Victorien, proconsul de Carthage, et deux frères de la ville d’Aquarège; de plus, deux autres marchands nommés Frumence. Ces saints, à l’époque de la persécution des Vandales, sous le roi arien Hunnéric, en 434, souffrirent les plus cruelles tortures pour avoir confessé avec constance la foi catholique et reçurent la couronne de gloire.

Les autres saints du jour :

Ste Rafqa Pietra Choboq Ar-Rayès, moniale libanaise († 1914)
Bx Pierre Higgins, prêtre o.p. et martyr. († 1642)
St Turibio de Mogrovejo, évêque de Lima († 1606)
St Fingar ou Guigner, martyr († Ve siècle)
St Gautier, premier abbé à Pontoise († v. 1035)
St Othon (Ottone), ermite († v. 1120)
Bx Pierre de Gubbio, prêtre o.s.a. († v. 1306)
Bx Edmond Sykes, prêtre et martyr († 1587)
St Joseph Oriol, prêtre en Catalogne († 1702)
Bse Annonciade Cocchetti, vierge († 1882)
Bx Méthode-Dominique Trcka, prêtre et martyr († 1959)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptySam 24 Mar 2018, 00:42

24 mars

Sainte Catherine de Suède

(vierge)

Catherine de Suède, dans le siècle Katarina Ulfsdotter, appartenait à la famille royale de Suède, par sa mère, sainte Brigitte (Birgitta Birgersdotte) et par son père Ulf Gudmarson.

La fille devait être l'émule, sinon l'égale de sa mère, par ses vertus comme par les lumières qu'elle reçut du Ciel.

Après une sainte éducation dans un monastère, elle en sortit pour épouser, contre son gré, Edgar Lydersson, un jeune noble vertueux qui était invalide et qu'elle soigna avec un grand dévouement. Celui-ci accepta de garder avec elle une chasteté parfaite.

D'accord avec lui, en 1350, pour le jubilé, elle rejoint à Rome sa mère qui y a fait sa demeure depuis son veuvage. Catherine, pendant son séjour, apprend la mort de son jeune époux. Elle décide à son tour de rester à Rome.

Dans la Ville éternelle, on pouvait voir la mère et la fille visiter avec ferveur les églises et les tombeaux des martyrs et s'adonner ensemble à tous les exercices de la mortification et de la piété. Catherine sut résister aux obsessions de plusieurs seigneurs romains qui la recherchaient en mariage, et Dieu la défendit parfois d'une manière merveilleuse.

Quand sa mère meurt, Catherine revient en Suède pour l'ensevelir au couvent de Vadstena, où elle entre et dont elle sera bientôt l'abbesse. Elle retournera une fois encore à Rome pour obtenir la reconnaissance des religieuses de l'ordre du Très-Saint-Sauveur, les Brigittines, et pour la cause de la canonisation de sa mère. Celle-ci n'aura lieu qu'en 1384, trois ans après la mort de Catherine, le 24 mars 1381.

Katarina Ulfsdotter a été canonisée en 1484 par le pape Innocent VIII (Giovanni Battista Cybo, 1484-1492).

©️Evangelizo.org  

Les autres saints du jour :

Bx Oscar Arnulfo Romero, évêque et martyr († 1980)
Bse Marie Karłowska, vierge et fondatrice (1865-1935)
Sts Timolaus, Denis, Pauside, Romulus, Alexandre, martyrs
St Secondule, martyr († siècle inc.)
St Mac Carthind, évêque en Irlande au Ve siècle
St Sévère (Severo) évêque à Catane († 814)
Bx Jean (Giovanni) de Bâton, prêtre et moine († 1290)
Bx Diègo-Joseph Lopez, prêtre o.f.m. cap. (1743-1801)
Bse Marie-Séraphine du Sacré Cœur, fond. (1849-1911)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptySam 24 Mar 2018, 23:11

25 mars

St Humbert, o.s.b.
Moine bénédictin à Laon puis à l'abbaye de Maroilles
(✝️ 680)

Moine de l'abbaye de Laon, dans l'Aisne. Sa noble famille pensait qu'il ferait ainsi une bonne carrière dans l'Eglise en devenant un jour évêque. A la mort de ses parents, il revint dans ses domaines, à Mézières sur Oise, pour y régler quelques questions d'héritage. Il y trouva de nombreux esclaves de l'un et l'autre sexe, des lits moelleux et une table excellente, des distractions et des chasses à courre, tant de choses qui lui retirèrent le goût de la vie monastique. Il y passa de nombreuses années, jusqu'au jour où saint Amand l'emmena en pèlerinage à Rome. Il en revint totalement changé. L'abbaye de Laon lui étant fermée, il entra dans celle de Maroilles dont la pauvreté fut bien contente de trouver sa fortune. Et c'est là qu'il passa ses dernières années dans la pauvreté, la pénitence et la prière.

C’est au cours de son 2e voyage à Rome que Saint Humbert, fondateur de l’abbaye de Maroilles (en 652), revint avec des reliques et une statuette de 'Madame Marie' qui deviendra à Maroilles Notre Dame des Affligés, patronne de l’église abbatiale.
Saint Humbert mériterait d’être plus fréquenté. Solide moine, à la personnalité bien trempée, formé à l’école épiscopale de Laon, il fut compagnon de Saint Amand. Le pape Martin 1er l’ordonne évêque missionnaire, il n’a pas trente ans. Évangélisateur des Pays-Bas et du pays des Helpres (désigne 'le pays des deux Helpes', du nom de la rivière qui passe à Avesnes sur Helpe - 59440), il meurt à Maroilles vers l’an 682.

Les autres saints du jour :

Bx Hilary Januszewski, prêtre o.c.d. et martyr († 1945)
Ste Marie-Alphonsine Danil Ghattas, cofond. († 1927)
Bx Ndre Zadeja, prêtre et martyr († 1945)
Bx Omeljan Kovč, prêtre et martyr (1884-1944)
St Dismas, le Bon Larron († Ier s.)
Ste Dule, esclave d'un soldat païen et martyre († IVe s.)
St Quirin, martyr († siècle inc.)
Ste Matrone, servante d'une juive et martyre († v. 304)
St Monas (Mona), évêque à Milan au IVe siècle
St Hermeland, abbé dans l'île d'Indre († v. 720)
St Nicodème, ermite en Calabre († 990)
St Procope, abbé au monastère de Sazava († 1053)
Bx Évrard, comte de Nellenbourg et moine († 1078)
Bx Thomas, ermite en Ombrie († 1337)
Ste Margaret Clitherow, martyre (1550/56-1586)
Bx Jacques Bird, jeune martyr anglais († 1592)
Ste Lucie (Lucia) Filippini, vierge et fondatrice († 1732)
Bx Placide (Placido) Riccardi, prêtre o.s.b. († 1915)
Bse Josaphata (Michaelina) Hordashevka, vierge et fond.
Bse Marie-Rose Flesch, vierge et fond. (1826-1906)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyDim 25 Mar 2018, 23:21

26 mars

Saint Liudger (Ludger) von Münster
Évêque (v. 745-809)

Ludger de Munster, contemporain de Charlemagne, naît à Utrecht (Pays Bas) vers le 745, issu d'une noble famille de la Frise.

Élevé par ses parents, Thiadgrim et Liafburg, dans la vertu et la piété, il ne tarda pas à donner des marques évidentes d'une vocation extraordinaire; son enfance et sa jeunesse se passèrent dans un monastère où il reçut de St Grégoire d'Utrecht les leçons de la science et de la sainteté. Sa vive intelligence pénétrait les questions les plus difficiles; les livres saints surtout faisaient ses plus chers délices; il y puisait cette onction suave qui devait plus tard caractériser sa parole apostolique et ramener tant d'âmes à Dieu.
Saint Grégoire envoya son jeune disciple en Angleterre auprès du célèbre Alcuin, pour y compléter ses études. Simple diacre, il reçut la mission d'aller rétablir l'Église de Deventer, ruinée par les Saxons infidèles; ce qu'il exécuta avec un tel succès qu'il y abolit les restes du paganisme.

Ordonné prêtre, il devint l'apôtre de la Frise et le digne émule de saint Wulfran. Ni les fatigues ni les persécutions ne purent l'arrêter : à la place des idoles renversées, il plantait la Croix et faisait entrer en masse ces populations barbares dans le sein de l'Église.
Obligé de fuir la persécution du redoutable Witikind, le saint pasteur se réfugia au monastère du Mont-Cassin, en Italie. Il y étudia la règle de saint Benoît en compagnie de son frère saint Hildegrin, qui l'y avait suivi, et y continua sa mission par ses prières et par ses austérités.

Charlemagne, vainqueur des Saxons, ayant demandé à l'infatigable apôtre le secours de sa parole, afin de conquérir à la foi ce peuple déjà conquis au royaume de France, Ludger accourut. Un nouveau diocèse est érigé, qui embrasse toute la Westphalie, et Ludger en est sacré évêque; sa ville épiscopale prend, dans la suite, le nom de Munster, d'un monastère d'Augustins, qu'il avait fondé. Mais sa vertu avait trop d'éclat pour être à l'abri de la jalousie et de la calomnie.
La frugalité de sa table, sa tendresse pour les pauvres, sa modestie, son humilité, ses austérités excessives déplurent aux hommes mondains, qui le décrièrent auprès du grand empereur des Francs, et l'accusèrent en même temps de dissiper les biens de l'Église par ses grandes charités.

Ludger fut mandé à la cour pour avoir à se justifier : appelé près du prince dans un moment où il récitait son bréviaire, le Saint voulut l'achever et se fit attendre.
« Pourquoi, lui dit Charles, n'être pas venu tout d'abord? »
“Prince, répond l'évêque, je priais Dieu; quand vous m'avez choisi pour évêque, vous m'avez recommandé de préférer toujours le service de ce Roi des rois à celui des hommes, même de l'empereur.”
L'empereur, charmé de cette réponse n'en voulut pas entendre davantage: il renvoya avec honneur le pasteur vers ses ouailles, l'exhortant à montrer toujours la même ardeur dans le service du Seigneur et celui de Son Église.

Dieu honora les travaux apostoliques de Son humble serviteur par le don des miracles. Il rendit la vue à un aveugle en faisant le signe de la Croix sur ses yeux. Un autre aveugle ayant un jour demandé à lui parler :
« Mon frère, que me voulez-vous », lui dit Ludger?
“ Faites, dit-il, que je voie, pour l'amour de Dieu! ”
« Que vous voyiez, pour l'amour de Dieu ? » reprit Ludger, s'étonnant de sa demande. Et à l'instant l'aveugle vit.

Il était sur le point de partir pour le Danemark et la Norvège, quand le Ciel mit un terme à sa course ici bas, le 26 mars 809. Les reliques de saint Ludger sont conservées au monastère de Werden. A Munster on vénère deux de ses os.

Source principale : Frères des Écoles Chrétiennes, Vie des Saints, p. 133-134 (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

St Castule, martyr († IIIe siècle)
Sts Emmanuel, Sabin, Codrat et Théodose, martyrs († v. 304)
Sts Montan et Maxima, son épouse, martyrs († IVe s.)
St Eutyche, sous-diacre d'Alexandrie et martyr († 356)
St Pierre, évêque, frère de saint Basile († v. 391)
St Bercaire, abbé de Hautvilliers († 685)
Sts Baront et Dizier, ermites au VIIe siècle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 27 Mar 2018, 23:22

28 mars

Saint Gontran
(545-592)

Petit-fils de Clovis et de sainte Clotilde. Il est, à 16 ans, roi d'Orléans, de Bourgogne, du Berry. Il connut cette époque féroce et cruelle où la reine Frédégonde fit assassiner sa sœur, son beau-frère, son mari et l'évêque Prétextat.

Clotaire II fit périr Brunehaut, reine d'Austrasie, en l'attachant à un cheval au galop. Gontran lui-même fit bien quelques écarts dans la fidélité conjugale, répudia sa femme, crime qu'il ajoutait à bien d'autres.

Et puis, il se convertit, pleura ses péchés pendant le reste de sa vie, racheta ses fautes par ses grandes libéralités envers les pauvres, qui le surnommèrent « le bon roi Gontran ». Il essaya toujours de réconcilier ses frères et fit fonder de nombreux monastères.

Vers la fin de sa vie, il entra au monastère Saint-Marcel de Chalon sur Saône. Peu après sa mort, il fut proclamé saint par son peuple.

Les autres saints du jour :

St Joseph Sébastien Pelczar, évêque et fonateur. († 1924)
Bx Dedë Maçaj, prêtre et martyr (1920-1947)
Bx Jean-Baptiste Malo, prêtre MEP et martyr (1899-1954)
Bx Venturino de Bergame, frère prêcheur (1304-1346)
St Castor, martyr († siècle inc.)
Sts Prisque, Malchus et Alexandre, martyrs († 260)
St Cyrille, diacre et martyr († 362)
St Protère, évêque et martyr († 454)
St Hilarion, higoumène († VIIIe s.)
St Étienne Harding, abbé en Bourgogne († 1134)
Bx Conon (Cono), anachorète en Sicile († 1236)
Bx Antoine (Antonio) Patrizi, prêtre o.e.s.a. († 1311)
Bse Jeanne-Marie de Maillé, veuve à Tours († 1414)
Bx Christopher Wharton, prêtre et martyr († 1600)
Bse Renée-Marie Feillatreau, veuve et martyre († 1794)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyJeu 29 Mar 2018, 23:29

30 mars

Bx Amédée IX de Savoie

3e duc
(1435-1472)

Amédée IX de Savoie, fils de Louis I et d’Anne de Lusignan, fille du roi de Chypre, naît à Thonon-les-Bains le 14 février 1435.

Il épouse, en 1452, Yolande de France (1434-1478), fille du roi Charles VII et de Marie d’Anjou, dont il a :

1°/ Louis, 1453, mort né

2°/ Anne, (1455-1480) épouse de Frédéric d’Aragon, roi de Naples

3°/ Charles, (1456-1471), seigneur de Piémont

4°/ Maria (morte en 1511), elle épouse en 1476 de Philippe de Hochberg, comte de Neûchatel

5°/ Louise ou Loyse (1461-1503) épouse d’Hugues de Chalons, de Bourgogne-Ivré, prince d’Orange, une fois veuve elle entre chez les Clarisses, elle est béatifiée en 1839.

6°/ Philibert I, (1465-1482), 4e duc, époux de Bianca-Maria Sforza

7°/ Bernard (1467)

8°/ Charles I, (1468-1490), 5e duc, époux de Blanche de Montferrat

9°/ Jacques -Louis, (1470-1485), comte de Genevois, marquis de Gex

10°/ Claude, mort à deux mois en 1472

Chétif et épileptique, le faible et indécis Amédée IX n’était guère disposé à régner, d’autant que sa piété lui eût fait préférer entrer au monastère. Il laissa l’initiative à sa femme, aussi vive que gracieuse et énergique qui assura une régence effective dès 1466. Ensemble, ils évitèrent les guerres et essayèrent de toujours faire preuve d'une grande justice avec leurs sujets.

Il meurt le 30 mars 1472 à Verceil (Piémont) où il est inhumé (avec sa femme).

Amédée IX de Savoie a été déclaré bienheureux, en 1677, par le Pape Innocent XI (Benedetto Odelscalchi).

Source principale : savoie-archives.fr/ (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

St Jean Climaque, abbé († 649)
St Second, converti et martyr († 134)
St Domnin, martyr au IVe siècle
St Rieul, Ier évêque de Senlis au IVe siècle
Sts Martyrs de Constantinople, († v. 350)
St Zosime, évêque à Syracuse en Sicile († 662)
Ste Osburge, première abbesse à Coventry († v. 1018)
St Cligne (Clinio), moine dans le Latium († après 1050)
St Pierre Régalado, prêtre o.f.m. († 1456)
Sts Antoine Daveluy, évêque et martyr († 1866)
Sts Pierre Aumaître, Martin-Luc Huin, martyrs († 1866)
St Joseph Chang Chu-gi, catéchiste et martyr († 1866)
St Luc Hwang Sok-tu, martyr († 1866)
St Thomas Son Cha-son, martyr († 1866)
St Ludovico de Casoria, prêtre o.f.m. († 1885)
St Julio Alvarez Mendoza, prêtre et martyr († 1927)
Bse Hélène Kafka, vierge et martyre († 1943)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 03 Avr 2018, 23:05

4 avril

Saint Isidore
Évêque et docteur de l'Église
(* v. 560 - † 636)

L'Espagne s'honore d'avoir donné le jour à une famille de saints avec les frères Léandre, Fulgence, Isidore et leur sœur Florentine. Léandre l'aîné, qui devint évêque de Séville (vers 580), éleva son jeune frère Isidore, né entre 560 et 570.

A la mort de Léandre (601), Isidore lui succéda et il continua avec éclat l'organisation de l'Église d'Espagne dans le royaume wisigothique, que son frère avait entreprise. Léandre avait tenu à Tolède un important concile en 586 ; Isidore prolongea son action en de nombreux synodes et spécialement dans le célèbre IVe Concile de Tolède (633).

Durant un épiscopat de trente-cinq années, il s'adonna à la formation du peuple chrétien non seulement par la prédication, mais par l'instruction des jeunes. Il fonda pour eux un collège dans lequel il voulut enseigner lui-même. C'était là une préoccupation tout à fait en avance sur son temps. Elle est en partie à l'origine de la production littéraire d'Isidore, qui est une sorte d'inventaire de l'ensemble des connaissances humaines, auquel l'auteur fournit un apport original.

Isidore meurt à Séville en 636.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :

>>> Saint Isidore de Séville

[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Daigne exaucer, Seigneur,
les prières que nous t'adressons
en la fête de saint Isidore de Séville :
que ton Eglise trouve en lui un défenseur
après l'avoir écouté
comme un maître spirituel.

Les autres saints du jour :

St Gaetano Catanoso, prêtre et fondateur († 1963)
St Benedetto (Benoît) Massarari, religieux o.f.m. († 1589)
Bx Karl (Ndue) Serreqi, prêtre et martyr (1911-1954)
Sts Agathopode et Théodore, martyrs († 303)
St Ambroise (mise au tombeau), évêque de Milan († 397)
St Platon, higoumène du monastère de Sakkoudion († 814)
St Pierre, évêque de Poitiers († 1115)
Bx Guillaume (Guglielmo) Cuffitelli, ermite. († 1404)
Bx Joseph-Benoît Dusmet, évêque o.s.b. († 1894)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMer 04 Avr 2018, 23:16

5 avril

Saint Vincent Ferrier (Vicente Ferrer)
Missionnaire

Commémoration :
Martyrologium Romanum le 05 avril (dies natalis).
Ordo Fratrum Praedicatorum le 05 mai.

Vincent naît le 23 janvier 1350 à Valence, en Espagne. Sa mère, avant sa naissance, eut révélation de son avenir. Inquiète, elle consulta un saint personnage et en reçut l'assurance que cet enfant prédestiné serait un grand saint, dont l'éloquente parole ferait fuir les loups et ramènerait au bercail les brebis égarées.

Tout petit enfant, il réunissait ses camarades, leur parlait du bon Dieu et de la Sainte Vierge avec tant d'onction et d'amour, qu'ils en étaient touchés.

Après avoir édifié quelques années le couvent des Dominicains de Valence, il fit ses premiers essais dans la prédication, et l'on accourut bientôt de loin pour l'entendre. Il puisait son éloquence dans les plaies sacrées du Sauveur et dans les lumières de l'oraison. Un jour qu'il devait prêcher devant un grand seigneur, il se prépara, contre son ordinaire, plus par l'étude que par la prière ; son sermon fut remarquable. Mais le lendemain, prêchant devant le même seigneur, après une longue préparation aux pieds du crucifix, il parla avec beaucoup plus de chaleur et d'onction. Le prince lui en demanda la raison : « Monseigneur, dit le Saint, c'est Vincent qui a prêché hier, et c'est Jésus-Christ qui a prêché aujourd'hui. »

Vincent avait quarante ans quand il entra pleinement dans sa vocation de missionnaire, après avoir été guéri d'une grave maladie par Notre-Seigneur. Un bâton d'une main, un crucifix de l'autre, il parcourut à pied presque toutes les provinces de l'Espagne, de la France et de l'Italie, instruisant, édifiant, convertissant les foules ; il alla jusqu'en Angleterre, en Écosse et en Irlande, répandre la semence de la parole divine.

Les églises ne suffisant pas à contenir la foule de ses auditeurs, il prêchait ordinairement sur les places publiques et en pleine campagne. On compte que ce prédicateur tout divin convertit vingt-cinq mille juifs et autant de musulmans, et retira du vice plus de cent mille pécheurs. Dieu renouvela pour lui le miracle des premiers jours de l'Église : Vincent ne prêchait qu'en latin et en espagnol, et tous ses auditeurs, quels qu'ils fussent, le comprenaient dans leur langue.

Son triomphe était la prédication des fins dernières ; il fut l'apôtre du jugement dernier, et les foules frémissaient dès qu'il répétait les paroles du prophète : « Levez-vous, morts, et venez au jugement. »

Quand Vincent prêchait en quelque lieu, les marchands de disciplines, de cilices et autres instruments de mortification accouraient et ne pouvaient suffire à satisfaire les acheteurs. Tous les jours, après le sermon, son compagnon sonnait les miracles, et on apportait les malades en foule. Il mourut à Vannes (Bretagne) le 5 avril 1419.

Vicente Ferrer a été canonisé le 5 juin 1455, à Rome, par le pape Calixte III (Alonso de Borgia, 1455-1458).

Il est le saint patron des travailleurs de la construction en général, et plus particulièrement des constructeurs, fabricants de briques et de tuiles, poseurs de revêtements de sol.

Il est invoqué contre l'épilepsie et le mal de tête.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950 (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Ste Irène, vierge et martyre († 304)
Ste Julienne, prieure du monastère du Mont-Cornillon
Ste Pherbutha, veuve et martyre († v. 342)
BBx Martyrs en Perse, 111 H et 9 F († 344)
Sts Martyrs en Maurétanie († 459)
St Gérard, abbé en Aquitaine († 1095)
St Albert, évêque dans les Pouilles († 1127)
Ste Catherine Tomás, vierge († 1574)
Ste Maria Crescentia Höss, vierge (1682-1744)
Bx Mariano de la Mata, missionnaire o.s.a. († 1983)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyVen 06 Avr 2018, 23:59

7 avril

Saint Jean-Baptiste de La Salle

Fondateur de l’Institut des

« Frères des Écoles Chrétiennes »

Jean-Baptiste de La Salle naît à Reims le 30 avril 1651. Il est le premier né de dix enfants de Louis de La Salle et de Moët de Brouillet.

Destiné, par sa famille de juristes, à la prêtrise, dès l'âge de 11 ans, il reçut la tonsure et fut nommé chanoine de la Cathédrale de Reims à 15 ans. À la mort de ses parents, il dut assumer la gestion des affaires familiales ; il acheva ses études de théologie et fut ordonné prêtre le 9 avril 1678 à 27 ans. Deux ans plus tard, il fut reçu Docteur en Théologie. Il est promis à une belle carrière ecclésiastique.


En 1679, il rencontre Adrien Nyel venu à Reims pour y développer les écoles gratuites de garçons. Jean-Baptiste de La Salle le reçoit chez lui pour faciliter la réussite de cette mission à laquelle il est progressivement associé.

En 1682, la famine sévit en France : ému par la condition des enfants pauvres, Jean-Baptiste de La Salle prit la décision de mettre ses talents et son éducation au service de ces enfants, « souvent laissés à eux-mêmes et mal élevés ». Pour être plus efficace, il renonça à la maison familiale et emménagea avec des professeurs, renonça à sa position de Chanoine et à sa fortune, puis il forma la communauté aujourd’hui appelée « Frères des Écoles Chrétiennes ».

Son entreprise rencontra de nombreuses oppositions tant au sein même de son Ordre qu’auprès des maîtres d’écoles l’accusant de concurrence illicite.

Malgré tout, Jean-Baptiste et ses Frères réussirent, avec succès, à créer un réseau d’écoles de qualité, caractérisées par l’utilisation de la langue vernaculaire, par des groupes d’élèves réunis par niveau et résultats, par une instruction religieuse basée sur des thèmes originels, préparée par des professeurs ayant une vocation à la fois religieuse et missionnaire, et par l’implication des parents dans l’instruction.

De plus, il fut un précurseur en proposant des programmes pour former des professeurs laïques, des cours les dimanches pour les jeunes ouvriers, et l’une des premières institutions pour la prise en charge de jeunes délinquants.

Harassé par une vie faite d’austérités et de labeurs, il mourut à Saint Yon, près de Rouen, le 7 avril 1719, quelques semaines seulement avant son 68ème anniversaire.

Jean-Baptiste de La Salle est le premier à avoir mis en place des centres de formation pour les professeurs, des écoles d’apprentissage pour les délinquants, des écoles techniques, et des écoles secondaires pour les langues modernes, les arts et les sciences.

Son œuvre s’est répandue très rapidement en France et, après sa mort, à travers le monde entier.

Jean-Baptiste de la Salle a été béatifié le 19 février 1888 et canonisé le 24 mai 1900 par le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903).

Le 15 mai 1950, en raison de sa vie et de ses écrits inspirés, il fut fait Saint Patron de tous ceux travaillant dans le domaine de l’éducation.

Jean-Baptiste de La Salle a montré comment enseigner et s’occuper des jeunes, comment faire face au manque et à la faiblesse avec compassion, comment soutenir, affirmer et guérir. Aujourd’hui, des écoles lasalliennes existent dans 86 pays autour du monde.

Pour un approfondissement biographique :

>>> Archives-lasalliennes.org/

Source principale : lasalle.org.

Les autres saints du jour :

St Hermann-Joseph, prêtre († entre 1241 et 1252)
St Hégésippe, écrivain chrétien († v. 180)
St Isidore de Péluse, prêtre († v. 449)
Sts Théodore, Irénée, Sérapion et Ammon, martyrs
St Calliopius, martyr († 304)
Sts Martyrs de Sinope (200 soldats) au IVe s.
St Georges, évêque à Mytilène († 816)
St Aibert, prêtre et moine († 1140)
St Henri Walpole, prêtre s.j. et martyr († 1595)
Bx Alexandre Rawlings, prêtre et martyr († 1595)
Bx Edouard Oldcorne et Raoul Ashley, martyrs († 1606)
St Pierre Nguyên Van Luu, prêtre et martyr († 1861)
Bse Maria Assunta Pallotta, franciscaine (1878-1905)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyLun 09 Avr 2018, 22:59

10 avril

Saint Michel des Saints
Trinitaire déchaussé

Miguel de los Santos naît à Vich, en Catalogne (Espagne), le 29 septembre 1591. Cet enfant de bénédiction méprisa le monde avant de le connaître et dès sa plus tendre jeunesse, il fait le vœu de chasteté perpétuelle.

À l'âge de six ans, pressé du désir de marcher sur les traces des Saints, il courut se cacher dans une caverne. Il s'y livrait à de pieuses méditations sur les souffrances de Notre-Seigneur, lorsqu'il fut découvert et obligé à revenir chez lui. En rentrant sous le toit paternel, Michel ne diminua en rien la sévérité du genre de vie qu'il s'était proposé de suivre. Il jeûnait trois fois la semaine, couchait sur des sarments, n'avait qu'une pierre pour oreiller et prenait fréquemment la discipline. Ses mortifications étaient si rigoureuses qu'on a peine à comprendre comment un âge aussi tendre a pu les supporter.

Michel n'avait que douze ans lorsqu'il prit la ferme résolution d'embrasser l'état religieux. Il se rendit à Barcelone et se présenta chez les Trinitaires qui l'admirent au noviciat. Dès qu'il eut atteint l'âge fixé par les canons de l'Église, il fit ses vœux, le 30 septembre 1607.

Peu de mois après, il apprit que le bienheureux Jean-Baptiste de la Conception venait d'entreprendre la réforme de l'Ordre de la sainte Trinité. Il se hâta d'aller se joindre aux fervents religieux qui secondaient le zélé réformateur. Il se distingua bientôt par son ardeur à pratiquer la Règle primitive de l'institut que les réformés observaient dans toute sa rigueur.

Sa fidélité aux moindres observances était si grande que jamais on ne put le trouver en défaut sur aucun point de la Règle. Il ne possédait qu'une seule tunique, ne buvait jamais de vin et passait quelquefois une semaine entière sans prendre aucune nourriture. Il donnait très peu de temps au sommeil, et passait le reste de la nuit dans la contemplation des choses célestes.

On a écrit qu'il passait des heures et des heures agenouillé devant le Saint Sacrement à la chapelle et qu'il fut souvent favorisé d'extases et de visions célestes pendant qu'il célébrait les saints mystères. Mais quelles que soient les consolations célestes que Saint Michel des Saints goûta dans les exercices de piété, il savait s'en arracher pour remplir les devoirs imposés par la charité. Il passait un temps considérable au confessionnal, dévoué tout entier au service des âmes.

Aux yeux de tous, de son vivant même, il a paru être un véritable Saint. On l'appelait : « la fleur des Saints », d'où provient sans doute le nom de Michel des Saints que lui connaît la postérité. Son mérite le fit choisir par deux fois pour gouverner des maisons de son Ordre.

Il est mort âgé de trente-trois ans, le 10 avril 1625.

Miguel de los Santos a été canonisé le 8 juin 1862 par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878).

D'après les Petits Bollandistes, Paris, 1874, tome VIII, p. 61-63

Les autres saints du jour :

Bx Antonio Neyrot, prêtre o.p. et martyr (1425-1460)
Sts Térence, Africain, Maxime et 40 comp., martyrs
Sts Pompée, Alexandre, Théodore et 40 comp., martyrs
St Apollonius, prêtre et martyr († siècle inc.)
St Pallade, évêque d'Auxerre († v. 658)
St Bède le jeune, moine en Vénétie († 883)
St Macaire l'Arménien, moine à Gand († 1012)
St Fulbert, évêque de Chartres (960-1029)
Bx Marc (Marco) Fantuzzi, prêtre o.f.m. (1405-1479)
Bx Bonifacy Zukowski, prêtre o.f.m. et martyr (1913-1942)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 10 Avr 2018, 22:55

11 avril

Saint Stanislas
Évêque de Cracovie, martyr
(1030-1079)

Stanislas (Stanisław en polonais) naît à Cracovie en 1030 de parents fort avancés en âge, mariés depuis trente ans et encore sans postérité. Dieu, qui avait des vues élevées sur cet enfant, lui inspira dès son bas âge de grandes vertus, surtout la charité pour les pauvres, et une mortification qui le portait à jeûner souvent et à coucher sur la terre nue, même par les plus grands froids.

Après de brillantes études, il n'aspirait qu'au cloître ; à la mort de ses parents, il vendit leurs vastes propriétés et en donna le prix aux pauvres. Stanislas dut se soumettre à son évêque, qui l'ordonna prêtre et le fit chanoine de Cracovie.

Il fallut avoir recours au Pape pour lui faire accepter, en 1072, le siège de Cracovie, devenu vacant. Ses vertus ne firent que grandir avec sa dignité et ses obligations ; il se revêtit d'un cilice, qu'il porta jusqu'à sa mort ; il se fit remettre une liste exacte de tous les pauvres de la ville et donna l'ordre à ses gens de ne jamais rien refuser à personne.

La plus belle partie de la vie de Stanislas est celle où il fut en butte à la persécution du roi de Pologne, Boleslas II. Ce prince menait une conduite publiquement scandaleuse. Seul l'évêque osa comparaître devant ce monstre d'iniquité, et d'une voix douce et ferme, condamner sa conduite et l'exhorter à la pénitence. Le roi, furieux, attendit l'heure de se venger.

Stanislas avait acheté pour son évêché, devant témoins, et il avait payé une terre dont le vendeur était mort peu après. Le roi, ayant appris qu'il n'y avait pas d'acte écrit et signé, gagna les témoins par promesses et par menaces, et accusa Stanislas d'avoir usurpé ce terrain. L'évêque lui dit : « Au bout de ces trois jours, je vous amènerai comme témoin le vendeur lui-même, bien qu'il soit mort depuis trois ans. »

Le jour venu, le saint se rendit au tombeau du défunt ; en présence d'un nombreux cortège, il fit ouvrir la tombe, où on ne trouva que des ossements. Stanislas, devant cette tombe ouverte, se met en prière, puis touche de la main le cadavre : « Pierre, dit-il, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, viens rendre témoignage à la vérité outragée. »

À ces mots, Pierre se lève, prend la main de l'évêque devant le peuple épouvanté, et l'accompagne au tribunal du roi. Le ressuscité convainc de calomnie le roi et les témoins, et de nouveau accompagne l'évêque jusqu'au tombeau, qu'on referme sur son corps, redevenu cadavre. Loin de se convertir, le roi impie jura la mort de Stanislas, et bientôt l'assassina lui-même, en 1079, pendant qu'il offrait le saint sacrifice.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950 (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bse Elena Guerra, vierge et fondatrice (1835-1914)
Ste Gemma Galgani, vierge († 1905)
St Antipas, martyr pour le nom de Jesus († Ier siècle)
St Philippe, évêque de Gortyne en Crète († v. 180)
St Domnion, évêque et martyr († 299)
St Barsanuphe, anachorète en Palestine († v. 540)
St Isaac, moine et fondateur († v. 500)
Bx Lanuin, successeur de saint Bruno († 1119)
Bse Sancie, vierge, fille du roi Sanche Ier († 1229)
Bx Ange (Antonio Carletti), prêtre o.f.m. († v. 1495)
Bx Georges Gervase, prêtre o.s.b. et martyr († 1608)
Bx Symphorien Ducki, o.f.m. cap et martyr († 1942)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 26 Juin 2018, 01:26

26 juin

Saint Josemaría Escrivá de Balaguer
Prêtre, fondateur de l'Opus Dei
(1902-1975)

Josemaría Escrivá de Balaguer naît à Barbastro (province de Huesca, Espagne) le 9 janvier 1902. Ses parents s'appelaient José et Dolores. Il eut cinq frères et sœurs : Carmen (1899-1957), Santiago (1919-1994) et trois sœurs plus jeunes que lui, qui moururent étant encore enfants. Le couple Escrivá donna à ses enfants une profonde éducation chrétienne.

En 1915, l'entreprise commerciale de son père ferma ses portes, et il dût s'installer à Logroño, où il trouva un autre travail. Dans cette ville, Josémaria perçut pour la première fois que Dieu l'appelait : après avoir vu des traces de pieds nus dans la neige laissées par un religieux, il comprit que Dieu attendait quelque chose de lui, sans savoir quoi exactement. Il pensa alors qu'il pourrait mieux le découvrir en devenant prêtre ; il commença à s'y préparer tout d'abord à Logroño et plus tard au séminaire de Saragosse. Il poursuivit aussi des études de droit civil, comme auditeur libre.

Son père mourut en 1924, et il devint alors comme le chef de la famille. Le 28 mars 1925, il fût ordonné prêtre et il commença à exercer son ministère dans une paroisse rurale dans les environs de Saragosse. En 1927, il s'installa, avec la permission de son évêque, à Madrid, pour pouvoir achever un doctorat en droit. Là, le 2 octobre 1928, durant des exercices spirituels, il vit ce que Dieu lui demandait et il fonda l'Opus Dei. Dès lors, il commença à travailler à cette fondation, en même temps qu'il exerçait son ministère sacerdotal, spécialement dans les milieux déshérités, auprès des pauvres et des malades. En outre, il prolongea ses études à l'Université de Madrid et dispensa des cours pour subvenir aux besoins de sa famille.

En 1946, il fixa sa résidence à Rome. Il obtint le doctorat en Théologie à l'Université du Latran. Il fût nommé consulteur de deux congrégations vaticanes, membre honoraire de l'Académie Pontificale de Théologie et prélat d'honneur de Sa Sainteté. Depuis Rome, il voyagea à de nombreuses occasions dans différents pays d'Europe - et en 1970 au Mexique -, pour établir et consolider l'Opus Dei dans ces régions du monde. Animé de la même ambition, il entreprit, en 1974 et en 1975, deux grands voyages en Amérique centrale et du Sud, où il tint des réunions catéchétiques avec de très nombreuses personnes.

Josemaría mourut à Rome le 26 juin 1975. Des milliers de personnes, dont plus d'un tiers de l'épiscopat mondial, sollicitèrent du Saint-Siège l'ouverture de son procès en béatification et en canonisation.

Depuis sa mort, des milliers de lettres furent adressées à Rome pour demander au pape l'ouverture de sa cause en béatification et en canonisation. Parmi elles, celles de 69 cardinaux et près de 1300 évêques (plus d'un tiers de l'épiscopat mondial). Plusieurs miracles ont été attribués à l'intercession du saint, incluant quelques guérisons, médicalement inexpliqués.
Le miracle retenu pour la béatification de Mgr Escrivá fut celui de la guérison, en 1976, d'une carmélite de la Charité, la sœur Concepción Boullón Rubio, qui, malade, était au bord de la mort.

Après un examen exhaustif de la vie et de l'œuvre de Mgr Escrivá - un procès de 10 ans - le pape le béatifia le 17 mai 1992 sur la Place Saint-Pierre. La béatification de Mgr Escrivá, aux côtés de la bienheureuse Joséphine Bakhita, eut lieu devant une des plus grandes foules réunie sur cette place au cours du XXème siècle, soit quelques 300 000 personnes dont 34 cardinaux et 200 évêques. Dans son homélie, Jean-Paul II dit aux fidèles : « Avec une intuition surnaturelle, le bienheureux Josémaria a prêché inlassablement l'appel universel à la sainteté et à l'apostolat.
Dans une société où le désir effréné de posséder transforme les biens matériels en idoles qui éloignent les hommes de Dieu, le nouveau bienheureux nous rappelle que ces réalités concrètes, créés par Dieu et par le génie de l'homme, si l'on s'en sert correctement pour la gloire du Créateur et au service de nos frères, peuvent être un chemin qui conduit les hommes à rencontrer le Christ. »

Josemaría Escrivá de Balaguer a été canonisé le 06 octobre 2002, sur la place Saint-Pierre, par saint Jean-Paul II (Homélie du Saint-Père)

Pour un approfondissement biographique :
>>> Josemaría Escrivá de Balaguer
[Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Polonais, Portugais]

Sources principales : opusdei.fr/ ; vatican.va (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Sts Jean et Paul, martyrs († 362)
Bse Marie-Joséphine de Jésus Crucifié, carmélite († 1948)
St Vigile, évêque de Trente en Vénétie († 405)
St Déodat, évêque de Nole en Campanie († 405)
St Maixent d'Agde, abbé en Poitou († v. 515)
St David de Thessalonique, ermite  († v. 540)
Sts Saulve (évêque) et Supéry, martyrs  († VIIIe s.)
St Pélage de Courdoue, martyr à 13 ans († 925)
St Rodolphe (Rodolfo) de Gubbio, évêque (1034-1064)
St Anthelme de Chignin, évêque de Belley († 1178)
Bx Raymond Petiniaud, prêtre et martyr († 1794)
Bse Madeleine Fontaine et ses comp., martyres († 1794)
Bx Andrea Giacinto Longhin, évêque o.f.m. (1863-1936)
St Joseph Ma Taishun, médecin et martyr  († 1900)
St José María Robles, prêtre et martyr (1888-1927)
Bx Vladimir Pryjma, père de famille et martyr († 1941)
Bx Nicolas Konrad, prêtre et martyr († 1941)
Bx André Iscak, prêtre et martyr († 1941)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 26 Juin 2018, 17:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 26 Juin 2018, 22:56

rosedumatin a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Saints du jour- année 2018 189259
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMar 26 Juin 2018, 22:58

27 juin

Saint Cyrille d'Alexandrie
Évêque et docteur de l’Église
(370-444)

Cyrille naît probablement dans la métropole égyptienne entre 370 et 380. On sait très peu de choses sur la vie de Cyrille avant son élection sur l'important siège d'Alexandrie. Neveu de Théophile, qui en tant qu'Évêque, dirigea d'une main ferme et avec prestige le diocèse alexandrin à partir de 385, il fut très tôt dirigé vers la vie ecclésiastique et reçut une bonne éducation, tant culturelle que théologique.
En 403, il se trouvait à Constantinople à la suite de son puissant oncle et il participa dans cette même ville au Synode appelé du « Chêne », qui déposa l'Évêque de la ville, Jean (appelé plus tard Chrysostome), marquant ainsi le triomphe du siège alexandrin sur celui, traditionnellement rival, de Constantinople, où résidait l'empereur. A la mort de son oncle Théophile, Cyrille encore jeune fut élu Évêque de l'influente Église d'Alexandrie en 412, qu'il gouverna avec une grande énergie jusqu’à sa mort, en 444, visant toujours à en affirmer le primat dans tout l'Orient, également fort des liens traditionnels avec Rome.

Il se battit contre la théorie voulant que Jésus ne soit pas homme, et contre son contraire, niant la divinité du Christ (arianisme). Il luttait d'autant plus que les deux théories niaient la virginité et la maternité de Marie. Par ses efforts, il réussit à faire accepter le dogme de la double nature du Christ et permettra que la Vierge Marie soit appelée « Mère de Dieu ».

Pour couronner ses efforts, il fut déclaré docteur de l'Église en 1883.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :
>>> Saint Cyrille d'Alexandrie
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).  

Les autres saints du jour :

Bse Marguerite Bays, couturière mystique († 1879)
Ste Guddénis de Carthage, martyre († 203)
St Zoïle, jeune martyr († v. 301)
St Samson l'Hospitalier, prêtre († 560)
St Jean de Chinon, prêtre breton († VIe s.)
St Ariald (Arialdo), diacre à Milan et martyr († 1066)
Bx Benvenuto de Gubbio, religieux o.f.m. († v. 1232)
St Thomas Toan, catéchiste et martyr († 1840)
Bse Louise-Thérèse Montaignac de..., vierge († 1885)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 EmptyMer 27 Juin 2018, 23:09

28 juin

Saint Irénée
Évêque et martyr
(135-140 - † 202-203)


Irénée naît selon toute probabilité à Smyrne (aujourd'hui Izmir, en Turquie), vers 135-140, où, encore jeune, il alla à l'école de l'Évêque Polycarpe, lui-même disciple de l'Apôtre Jean.
Nous ne savons pas quand il se rendit d'Asie mineure en Gaule, mais son transfert dut coïncider avec les premiers développements de la communauté chrétienne de Lyon : c'est là que, en 177, nous trouvons Irénée au nombre du collège des prêtres. Toujours en 177, il fut envoyé à Rome, porteur d'une lettre de la communauté de Lyon au pape Éleuthère. Cette mission romaine permit à Irénée d'échapper à la persécution de Marc-Aurèle, dans laquelle au moins 48 martyrs trouvèrent la mort, parmi lesquels l'Évêque de Lyon lui-même, Pothin, âgé de 90 ans, mort des suites de mauvais traitements en prison.

Ainsi, à son retour, Irénée fut élu Évêque de la ville. Le nouveau pasteur se consacra entièrement au ministère épiscopal.
Il exposa sans relâche la Tradition apostolique et publia un ouvrage célèbre en cinq livres contre les hérésies, Adversus haereses.

Il mourut, très probablement martyr, vers 202-203.

Pour approfondir, lire la catéchèse du pape Benoît XVI :
>>> Saint Irénée de Lyon
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bse Maria Pia Mastena, vierge et fond. († 1951)
Sts Martyrs d'Alexandrie, disciples d'Origène († v.202)
St Paul I, pape (93e) de 757 à 767
St Argimir, moine et martyr († 856)
St Heimrad, prêtre et ermite († 1019)
St Jean Southworth, prêtre et martyr († 1654)
Ste Vincente Gerosa, vierge et fond. († 1847)
Stes Lucie Wang Cheng, Marie Fan Kun, martyres († 1900)
Stes Marie Qi Yu et Marie Zheng Xu, martyres († 1900)
Ste Marie Du Zhaozhi, martyre († 1900)
Bx Joachim Senkivskyj, prêtre basilien et martyr († 1941)
Bx Sévérien Baranyk, prêtre basilien et martyr († 1941)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Saints du jour- année 2018 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Saints du jour- année 2018
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» calendrier avec les Saints du jour
» Saints du jour- 30 mai
» Belle année 2018!
» Saints du jour- 22 juillet
» un saint pour l'année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: