Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Saints du jour- année 2018

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyDim 04 Fév 2018, 23:23

Rappel du premier message :

Voir ci-dessous

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération


Dernière édition par Julie le Dim 04 Fév 2018, 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Julie
Moderateur
Moderateur



Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMer 27 Juin 2018, 23:09

28 juin

Saint Irénée
Évêque et martyr
(135-140 - † 202-203)


Irénée naît selon toute probabilité à Smyrne (aujourd'hui Izmir, en Turquie), vers 135-140, où, encore jeune, il alla à l'école de l'Évêque Polycarpe, lui-même disciple de l'Apôtre Jean.
Nous ne savons pas quand il se rendit d'Asie mineure en Gaule, mais son transfert dut coïncider avec les premiers développements de la communauté chrétienne de Lyon : c'est là que, en 177, nous trouvons Irénée au nombre du collège des prêtres. Toujours en 177, il fut envoyé à Rome, porteur d'une lettre de la communauté de Lyon au pape Éleuthère. Cette mission romaine permit à Irénée d'échapper à la persécution de Marc-Aurèle, dans laquelle au moins 48 martyrs trouvèrent la mort, parmi lesquels l'Évêque de Lyon lui-même, Pothin, âgé de 90 ans, mort des suites de mauvais traitements en prison.

Ainsi, à son retour, Irénée fut élu Évêque de la ville. Le nouveau pasteur se consacra entièrement au ministère épiscopal.
Il exposa sans relâche la Tradition apostolique et publia un ouvrage célèbre en cinq livres contre les hérésies, Adversus haereses.

Il mourut, très probablement martyr, vers 202-203.

Pour approfondir, lire la catéchèse du pape Benoît XVI :
>>> Saint Irénée de Lyon
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bse Maria Pia Mastena, vierge et fond. († 1951)
Sts Martyrs d'Alexandrie, disciples d'Origène († v.202)
St Paul I, pape (93e) de 757 à 767
St Argimir, moine et martyr († 856)
St Heimrad, prêtre et ermite († 1019)
St Jean Southworth, prêtre et martyr († 1654)
Ste Vincente Gerosa, vierge et fond. († 1847)
Stes Lucie Wang Cheng, Marie Fan Kun, martyres († 1900)
Stes Marie Qi Yu et Marie Zheng Xu, martyres († 1900)
Ste Marie Du Zhaozhi, martyre († 1900)
Bx Joachim Senkivskyj, prêtre basilien et martyr († 1941)
Bx Sévérien Baranyk, prêtre basilien et martyr († 1941)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyJeu 28 Juin 2018, 22:46

29 juin

Solennité des saints Pierre et Paul
Extraits de l’homélie de saint Jean-Paul II
(Jeudi 29 juin 2000)


« Mais pour vous, qui suis-je ? » (Mt 16, 15)

Cette question sur son identité, Jésus la pose aux disciples, alors qu'il se trouve avec eux en haute Galilée. Il était arrivé plusieurs fois que ce soit eux qui posent des questions à Jésus ; désormais, c'est Lui qui les interpelle. Il pose une question précise, qui attend une réponse. C'est Simon-Pierre qui prend la parole au nom de tous : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16, 16). La réponse est extraordinairement lucide. La foi de l'Église s'y reflète de façon parfaite. Nous aussi, nous nous y reflétons. De façon particulière, dans les paroles de Pierre se reflète l'Évêque de Rome, par volonté divine son indigne successeur. [...]

« Tu es le Christ ! »
À la confession de Pierre, Jésus répond : « Tu es heureux Simon, fils de Jonas, car cette révélation t'est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux » (Mt 16, 17).
Tu es heureux, Pierre ! Heureux, car cette vérité, qui est centrale dans la foi de l'Église, ne pouvait naître dans ta conscience d'homme que par l'œuvre de Dieu. « Nul ne connaît le Fils si ce n'est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler » (Mt 11, 27). Nous réfléchissons sur cette page de l'Évangile particulièrement riche : le Verbe incarné avait révélé le Père à ses disciples ; à présent est venu le moment où le Père lui-même leur révèle son Fils unique. Pierre accueille l'illumination intérieure et proclame avec courage : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! ». Ces paroles sur les lèvres de Pierre proviennent du plus profond du mystère de Dieu. Elles révèlent l'intime vérité, la vie même de Dieu. Et Pierre, sous l'action de l'Esprit divin, devient témoin et confesseur de cette vérité surhumaine. Sa profession de foi constitue ainsi la base solide de la foi de l'Église « Sur toi je bâtirai mon Église » (cf. Mt 16, 18). Sur la foi et sur la fidélité de Pierre est édifiée l'Église du Christ. La première communauté chrétienne en était bien consciente, elle qui, comme le rapportent les Actes des Apôtres, lorsque Pierre se retrouva en prison, se recueillit pour élever à Dieu une prière implorante pour lui (cf. Ac 12, 5). Elle fut écoutée, car la présence de Pierre était encore nécessaire à la communauté qui accomplissait ses premiers pas : le Seigneur envoya son ange le libérer des mains des persécuteurs (cf. ibid., 12, 7-11). Il était écrit dans les desseins de Dieu que Pierre, après avoir confirmé longuement ses frères dans la foi, souffrirait le martyre ici à Rome, avec Paul, l'Apôtre des Nations, ayant lui aussi échappé plusieurs fois à la mort.

« Le Seigneur lui, m'a assisté et m'a rempli de force afin que, par moi, le message fût proclamé et qu'il parvînt aux oreilles de tous les païens » (2 Tm 4, 17)
Ce sont les paroles de Paul au fidèle disciple. Elles témoignent de l'œuvre qui a été accomplie en lui par le Seigneur, qui l'avait choisi comme ministre de l'Évangile, « le saisissant » sur la route de Damas (cf. Ph 3, 12). Enveloppé dans une lumière fulgurante, le Seigneur s'était présenté à lui, disant : « Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes-tu ? » (Ac 9, 4), tandis qu'une puissance mystérieuse le jetait à terre (cf. Ac 9, 5). « Qui es-tu, Seigneur ? », avait demandé Saoul. « Je suis Jésus que tu persécutes ! » (Ac 9, 5). Telle fut la réponse du Christ. Saoul persécutait les fidèles de Jésus et Jésus lui faisait savoir que c'était Lui-même qui était persécuté à travers eux. Lui, Jésus de Nazareth, le Crucifié, que les chrétiens affirmaient être ressuscité. Si, à présent, Saoul en ressentait la puissante présence, il était clair que Dieu l'avait réellement ressuscité des morts. C'est véritablement Lui le Messie attendu par Israël, c'était Lui le Christ vivant et présent dans l'Église et dans le monde ! Saoul aurait-il pu par sa seule raison comprendre tout ce qu'un tel événement comportait ? Certainement pas ! Cela faisait partie en effet des desseins mystérieux de Dieu. Ce sera le Père qui donnera à Paul la grâce de connaître le mystère de la rédemption, opérée par le Christ. Ce sera Dieu qui lui permettra de comprendre la réalité merveilleuse de l'Église, qui vit pour le Christ, avec le Christ et dans le Christ. Et lui, participant à cette vérité, ne cessera de la proclamer inlassablement jusqu'aux extrémités de la terre. De Damas, Paul commencera son itinéraire apostolique qui le conduira à diffuser l'Évangile dans tant de parties du monde alors connu. Son élan missionnaire contribuera ainsi à la réalisation du mandat du Christ aux Apôtres : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28, 19). [...]

Pour approfondir, lire les Catéchèses du pape Benoît XVI :

Pierre, le pêcheur
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Pierre, l'Apôtre  
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Pierre, le roc sur lequel le Christ a fondé l'Église  

[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Paul, l’Apôtre (1)  
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (2) : Les voyages de saint Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (3) : La conversion de Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (4) : L'apostolat de saint Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (5) : Les relations entre saint Paul et les apôtres
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (6) : Le "Concile" de Jérusalem et l'incident d'Antioche
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (7) : Saint Paul et la vie terrestre de Jésus
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (8 ) : Saint Paul premier théologien de l'Église
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (9) : Le christocentrisme de saint Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (10) : La théologie de la Croix dans la christologie
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (11) : La résurrection du Christ dans la prédication de saint Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (12) : Eschatologie - L'attente de la parousie
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (13) : La doctrine de la justification chez saint Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (14) : Une foi incarnée dans l'amour fait obstacle aux divisions dans l'Église
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (15) : Les relations entre Adam et le Christ et la doctrine de saint Paul
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (16) : Le rôle des sacrements
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (17) : Le culte spirituel
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (18) : La vision théologique des Lettre aux Colossiens et aux Éphésiens
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (19) : La vision théologique des Lettres pastorales
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Saint Paul (20) : Le martyre et son héritage
[Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).

Les autres saints du jour :

Bx Raymond Lulle, tertiaire franciscain et martyr († 1316)
St Syr (Siro), évêque à Gênes († v. 330)
St Cassius, évêque de Narni en Ombrie († 558)
Ste Emma de Gürk, comtesse et veuve († v. 1045)
Sts Paul Wu Juan et Paul Wu Wanshu, martyrs († 1900)
Stes Marie Du Tianshi et Madeleine, martyres († 1900)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyJeu 05 Juil 2018, 23:09

6 juillet

Sainte Maria Goretti
« martyre de la pureté »
(1890-1902)

Maria naît dans le petit village de Corinaldo, le 16 octobre 1890, troisième d'une famille de sept enfants. En 1899, son père, cultivateur pauvre, déménagea dans une ferme au bord de la Méditerranée, près de Nettuno. Il mourut peu de temps après, laissant six enfants à nourrir.
Assunta, son épouse, décida de continuer la rude tâche à peine commencée et confia la garde des petits à Marietta, qui n'était alors âgée que de neuf ans. La petite fille d'une maturité précoce devint très vite une parfaite ménagère. Le jour de la Fête-Dieu, elle communia pour la première fois avec une ferveur angélique. Elle s'appliquait avec délices à la récitation quotidienne du chapelet. Maria Goretti ne put apprendre à lire, car la pauvreté et l'éloignement du village l'empêchèrent de fréquenter l'école. La pieuse enfant ne tint cependant aucun compte des difficultés et des distances à parcourir lorsqu'il s'agissait de recevoir Jésus dans le Saint Sacrement. « Je puis à peine attendre le moment où demain j'irai à la communion », dit-elle l'après-midi même où elle allait sceller de son sang sa fidélité à l'Époux des vierges.

Les Serenelli, proches voisins de la famille Goretti, étaient des gens serviables et honnêtes, mais leur fils Alessandro se laissait entraîner par des camarades corrompus et des lectures pernicieuses. Il venait aider la famille Goretti pour des travaux agricoles trop pénibles. Maria l'accueillait, reconnaissante, trop pure pour se méfier. Ce jeune homme ne tarda pas à lui tenir des propos abjects, en lui défendant de les répéter. Sans bien comprendre le péril qui la menaçait et craignant d'être en faute, Maria avoua tout à sa mère. Avertie d'un danger qu'elle ignorait, elle promit de ne jamais céder.

Alessandro Serenelli devenait de plus en plus pressant, mais prudente, l'adolescente s'esquivait le plus possible de sa présence. Furieux de cette sourde résistance, le jeune homme guettait le départ de la mère pour pouvoir réaliser ses desseins pervers. L'occasion tant attendue se présenta le matin du 6 juillet 1902. Alessandro se précipita brutalement sur Maria, alors seule et sans défense. Brandissant sous ses yeux un poinçon dont la lame acérée mesurait 24 centimètres, il lui fit cette menace : « Si tu ne cèdes pas, je vais te tuer ! » La jeune chrétienne s'écria : « Non! C'est un péché, Dieu le défend ! Vous iriez en enfer ! » Déchaîné par la passion, n'obéissant plus qu'à son instinct, l'assassin se jette sur sa proie et la laboure de quatorze coups de poinçon.

Lorsque Assunta est mise au courant du drame, Maria gît mourante à l'hôpital de Nettuno. Le prêtre au chevet de la martyre, lui rappelle la mort de Jésus en croix, le coup de lance et la conversion du bon larron : « Et toi, Maria, pardonnes-tu ? lui demanda-t-il. - “Oh, oui ! murmura sans hésitation la douce victime, pour l'amour de Jésus, qu'il vienne avec moi au Paradis.” » Les dernières paroles que la Sainte prononça au milieu d'atroces douleurs, furent celles-ci : « Que fais-tu Alessandro ? Tu vas en enfer ! » et comme elle se détournait dans un ultime effort, son cœur cessa de battre.

Alessandro Serenelli fut condamné à une peine de trente ans de prison. Après huit années d'incarcération, une nuit de 1910, il rêva que Maria lui offrait des lys qui se transformaient en lumières scintillantes. Ce rêve lui fit réaliser le mal qu'il avait fait et il se repentit. Il fut libéré en 1929, après vingt-sept années de détention.

Dans la nuit de Noël 1934, il alla jusqu'à Corinaldo, où était retournée la mère de Marietta, Assunta Goretti, qui à cette époque était au service du curé, et la supplia de lui pardonner. Elle accepta en disant : « Dieu vous a pardonné, ma Marietta vous a pardonné, moi aussi je vous pardonne. » Tous deux assistèrent à la messe ensemble le lendemain, recevant la Sainte Communion, l'un à côté de l'autre, sous le regard très étonné des paroissiens.

C'est ensemble également qu'ils assistèrent le 27 avril 1947 aux cérémonies de la béatification et à celles de la canonisation de Marietta le 24 juin 1950, par le vénérable pape Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958). Ce fut la première fois qu'une mère assistait à la canonisation de sa fille.

Dans son allocution, le Saint-Père déclarait : « Elle est le fruit mûr d'une famille où l'on a prié tous les jours, où les enfants furent élevés dans la crainte du Seigneur, l'obéissance aux parents, la sincérité et la pudeur, où ils furent habitués à se contenter de peu, toujours disposés à aider aux travaux des champs et à la maison, où les conditions naturelles de vie et l'atmosphère religieuse qui les entouraient les aidaient puissamment à s'unir à Dieu et à croître en vertu. Elle n'était ni ignorante, ni insensible, ni froide, mais elle avait la force d'âme des vierges et des martyrs, cette force d'âme qui est à la fois la protection et le fruit de la virginité. »

Alessandro Serenelli, devenu membre du Tiers-Ordre franciscain, travaillait depuis 1936 en tant que jardinier du Couvent des Pères Capucins d’Ascoli Piceno, puis, plus tard, au couvent de Macerata où il passa le reste de sa vie à leur service. Il y mourut le 6 mai 1970, à l'âge de 88 ans, après avoir rédigé un testament des plus édifiants.

Alessandro Serenelli, testament autographe, 5 mai 1961:

« Je suis âgé de presque 80 ans, et ma journée va bientôt se terminer. Si je jette un regard sur mon passé, je reconnais que dans ma première jeunesse j'ai pris un mauvais chemin : celui du mal qui m'a conduit à la ruine ; j'ai été influencé par la presse, les spectacles et les mauvais exemples que la plupart des jeunes suivent sans réfléchir, mais je ne m'en souciais pas. J'avais auprès de moi des personnes croyantes et pratiquantes, mais je ne faisais pas attention à elles, aveuglé par une force brutale qui me poussait sur une route mauvaise. À vingt ans j'ai commis un crime passionnel, dont le seul souvenir me fait encore frémir aujourd'hui.

Maria Goretti, qui est aujourd’hui une sainte, a été le bon ange que la Providence avait mis devant mes pas. Dans mon cœur j’ai encore l’impression de ses paroles de reproche et de pardon. Elle a prié pour moi, intercédé pour moi, son assassin. Trente ans de prison ont suivi. Si je n’avais pas été mineur, j’aurais été condamné à vie. J’ai accepté la sentence méritée ; j’ai expié ma faute avec résignation. Marie a été vraiment ma lumière, ma Protectrice ; avec son aide j’ai acquis un bon comportement et j’ai cherché à vivre de façon honnête lorsque la société m’a accepté à nouveau parmi ses membres. Avec une charité séraphique les fils de saint François, les frères mineurs capucins des Marches, m’ont accueilli parmi eux non comme un serviteur, mais comme un frère. C’est avec eux que je vis depuis 1936. Et maintenant j’attends avec sérénité le moment où je serai admis à la vision de Dieu, où j’embrasserai de nouveau ceux qui me sont chers, où je serai près de mon ange gardien et de sa chère maman, Assunta.

Puissent ceux qui liront ma lettre en tirer l’heureuse leçon de fuir dès l’enfance le mal et de suivre le bien. Qu’ils pensent que la religion avec ses préceptes n’est pas une chose dont on puisse se passer, mais qu’elle est le vrai réconfort, la seule voie sûre dans toutes les circonstances, même les plus douloureuses de la vie. Pax et Bonum (Paix et bien !) ».

Les autres  saints du jour :

Des exemples à suivre
 

St Antoine-Marie Zaccaria

prêtre et fond. († 1539)  
BBx Georges Nichols

Richard Yaxley et 2 autres, m. († 1589)  
St Etienne de Nicée

évêque et martyr († v. 78)  
Ste Cyprille

vierge et martyre († IVe s.)  
St Athanase de Jérusalem

diacre et martyr († 451/452)  
St Domèce

surnommé le Médecin, ermite († Ve s.)  
Ste Marthe

mère de saint Syméon Stylite († 551)  
St Thomas (Tommaso)

abbé en Calabre († 1000)  
St Athanase l'Athonite

abbé au Mont Athos († v. 1004)  
BBx Matthieu Lambert

et Robert Meyler, martyrs († 1581)  
BBx Édouard Cheevers et Patrick Cavanagh

martyrs  
Stes Thérèse Chen Jinxie et Rose Chen Aixie

martyres  
Bx Joseph Boissel

prêtre OMI et martyr (Laos, 1969)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptySam 07 Juil 2018, 14:04

7 juillet

Le samedi de la 13e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,14-17.

En ce temps-là, les disciples de Jean le Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront.
Et personne ne pose une pièce d’étoffe neuve sur un vieux vêtement, car le morceau ajouté tire sur le vêtement, et la déchirure s’agrandit.
Et on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, les outres éclatent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le tout se conserve. »

Commentaire du jour :

Alors ils jeûneront »

« Des jours viendront où l'Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. » Puisque l'Époux nous a été enlevé, c'est pour nous le temps de la tristesse et des pleurs. Cet Époux « est plus beau que tous les enfants des hommes ; la grâce est répandue sur ses lèvres » (Ps 44,3) et pourtant, sous la main de ses bourreaux, il a perdu tout éclat, toute beauté, et il a été retranché de la terre des vivants (Is 53,2.8 ). Or notre deuil est juste si nous brûlons du désir de le voir. Heureux ceux qui, avant sa Passion, ont pu jouir de sa présence, l'interroger comme ils le voulaient et l'écouter comme il se devait... Quant à nous, nous voyons maintenant l'accomplissement de ce qu'il a dit : « Le temps viendra où vous désirerez voir un des jours du Fils de l'homme, et vous ne le verrez pas » (Lc 17,22)...

     Qui ne dirait pas avec le roi prophète : « Mes larmes sont devenues ma nourriture jour et nuit, pendant qu'on me dit sans cesse : 'Où est ton Dieu ?' » (Ps 41,4) Nous croyons en lui sans doute, assis déjà à la droite du Père, mais tant que nous sommes dans ce corps, nous voyageons loin de lui (2Co 5,6), et nous ne pouvons pas le montrer à ceux qui doutent de son existence, et même qui la nient en disant : « Où est ton Dieu ? »...

     « Encore un peu de temps, disait le Seigneur à ses disciples, et vous ne me verrez plus, et encore un peu de temps et vous me verrez » (Jn 16,19). Maintenant, c'est l'heure dont il a dit : « Vous serez dans la tristesse, mais le monde sera dans la joie... Mais, ajoute-t-il, je vous verrai de nouveau et votre cœur se réjouira, et nul ne vous enlèvera votre joie » (v. 20). L'espérance que nous donne ainsi celui qui est fidèle dans ses promesses ne nous laisse pas, dès maintenant, sans quelque joie — jusqu'à ce que vienne la joie surabondante du jour où nous lui serons semblables, parce que nous le verrons tel qu'il est (1Jn 3,2)... « Une femme qui enfante, dit notre Seigneur, est dans la peine, parce que son heure est venue. Mais, quand l'enfant est né, elle éprouve une grande joie, parce qu'un être humain est venu dans le monde » (Jn 16,21). C'est cette joie que personne ne pourra nous enlever, et dont nous serons comblés lorsque nous passerons de la conception présente de la foi à la lumière éternelle. Jeûnons donc maintenant, et prions, puisque nous sommes encore au jour de l'enfantement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptySam 07 Juil 2018, 23:50

8 juillet

Saint Antonin Fantosati, évêque
Saint Joseph-Marie Gambaro, prêtre
Tous deux franciscains et martyrs en Chine

Martyrologe Romain : En Chine, près de la ville de Hengchow dans la province de Hunan, en 1900 (le 07 juillet), les saints martyrs Antonin Fantosati, évêque, et Joseph-Marie Gambaro, prêtre, tous deux franciscains. Dans la persécution de la secte de Yihetuan, alors qu’ils accostaient à la rive du fleuve pour venir en aide aux fidèles, ils furent massacrés à coups de pierres.

Antonino, au siècle Antonio Sante Agostino, Fantosati naît le 16 octobre 1842 à Santa Maria in Valle, au diocèse de Spolète (Ombrie - Italie).

Giuseppe Maria Gambaro naît à Galliate (Piémont, Italie) le 07 août 1869. Après une enfance pieuse, il entre le 23 octobre 1883 au couvent de Monte Mesma : là, il fait son noviciat et fait des études ecclésiastiques. Il a été ordonné prêtre à Novara le 12 mars 1892 et a été immédiatement nommé recteur du Collège séraphique de Cerano, puis d'Ornavasso, un poste qu'il a occupé jusqu'à son départ pour la Chine, qui a eu lieu après de nombreux refus, en décembre 1895.

Antonino Fantosati est missionnaire en Chine depuis plus de 30 ans et vicaire apostolique du Hunan méridional depuis 8 ans lorsque, le 4 juillet 1900, un jeune missionnaire franciscain de 27 ans, le Père Cesidio Giacomantino est tué par les Boxers à Heng-chow-fou. Lorsqu'il apprend ce qui s'est passé, Mgr Fantosati, alors en visite pastorale dans les montagnes, décide aussitôt de se rendre près de ses fidèles persécutés. À ceux qui essayent de le dissuader d'accomplir ce dangereux voyage, il répond : « Je ne le peux pas, mon devoir est de défendre mes enfants et surtout les orphelins ». Et il part accompagné du Père Joseph-Marie Gambaro qui n'a que 30 ans.

Ils arrivent devant Heng-chow-fou le 7 juillet. Dès que leur barque est reconnue, de nombreuses barques l'entourent et la poussent au rivage où les deux missionnaires sont accueillis par une grêle de pierres. Ils s'effondrent sans proférer une plainte, mais en répétant seulement : « Jésus, Marie ». Le P. Gambaro se traîne jusqu'aux pieds de son évêque, il l'embrasse et retombe mort. Mgr Fantosati agonise encore pendant deux heures. Un païen l'achève. De nombreux païens, qui avaient assisté au terrible martyre, répétaient : « Cet étranger était vraiment un homme juste ! »

Antonino Fantosati et Giuseppe Maria Gambaro ont été béatifiés le 24 novembre 1946 par le vénerable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958).

Le Ier octobre 2000, saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005) canonisa un groupe de 120 martyrs en Chine parmi lesquels figuraient Antonino Fantosati, Giuseppe Maria Gambaro et les autres 26 martyrs chinois béatifiés avec eux en 1946.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre
 

Sts Antonino Fantosati et Giuseppe Maria Gambaro

martyrs († 1900)  
Bse María Romero Meneses

religieuse s.d.b. FMA († 1977)  
St Pantène d'Alexandrie

patriarche (†  v. 215)  
Ste Séthride

abbesse († v. 660)  
St Hedde

évêque à Winchester († 706)  
St Guillebaud (Willibald)

évêque d'Eischstätt  († 787)  
St Maël Ruain

évêque et abbé en Irlande († 789)  
St Odon

évêque en Catalogne († 1122)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyDim 08 Juil 2018, 23:25

9 juillet

Saints Aquilas (ou Aquila) et Priscilla
Époux exemplaires
(† Ier s.)

« Saluez Prisca et Aquilas, mes coopérateurs dans le Christ Jésus ; pour me sauver la vie ils ont risqué leur tête, et je ne suis pas seul à leur devoir de la gratitude : c'est le cas de toutes les Églises de la gentilité ; saluez aussi l'Église qui se réunit chez eux » (Rm 16, 3-5).

Quel extraordinaire éloge des deux conjoints dans ces paroles ! Et c'est l'apôtre Paul lui-même qui le fait. Il reconnaît explicitement en eux deux véritables et importants collaborateurs de son apostolat. La référence au fait d'avoir risqué la vie pour lui est probablement liée à des interventions en sa faveur au cours d'un de ses emprisonnements, peut-être à Éphèse même (cf. Ac 19, 23; 1 Co 15, 32; 2 Co 1, 8-9). À sa grande gratitude, Paul associe celle de toutes les églises des gentils. L'expression peut paraître quelque peu excessive ! Mais cela laisse entrevoir combien leur rayon d'action a été vaste, ainsi, en tous cas que leur influence en faveur de l'Évangile.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du pape Benoît XVI :
>>> Aquilas et Priscille, époux
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]
Encore plus >>> Homélies de Saint Jean Chrysostome sur Priscille et Aquila  

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre
 

Sts Aquila et Priscille

époux exemplaires († Ier s.)  
Bx Pierre Vigne

prêtre ardéchois († 1740)  
Ste Glycérie

fille d’officier romain et martyre († IIe s.)  
St Procope d’Antioche

martyr († v. 303) St Pancrace
St Pancrace

Ier évêque de Taormina et martyr († Ier s.)  
St Auspice

évêque de Toul († Ve s.) St Disibode
St Disibode

ermite d’origine irlandaise († Ve s.)  
Ste Landrade

abbesse à Belsen († 690) St Kilian
St Kilian

évêque originaire d’Irlande et martyr († 689)  
Sts Moines du monastère Saint-Abraham

martyrs († 840)  
St Adrien III

pape (109e) de 884 à 885 Bx Eugène III
Bx Eugène III

pape (165e) de 1145 à 1153  
Bx Mancius Araki

martyr († 1623)  
St Jean Wu Wenyin

catéchiste et martyr († 1900) St Edgar le Pacifique
St Edgar le Pacifique

roi d'Angleterre († 975)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMar 09 Oct 2018, 23:07

10 octobre

St Daniel Comboni
MISSIONNAIRE († 1881)
Fête Le 10 Octobre
Saint Daniel Comboni
Évêque missionnaire et fondateur des :
« Missionnaires Comboniens »
« Missionnaires Comboniennes ».

Daniele Comboni naît à Limone sul Garda (Brescia - Italie) le 15 mars 1831, dans une famille de paysans au service d'un riche seigneur de la région. Son père Louis et sa mère Dominique sont très attachés à Daniel, le quatrième de huit enfants, morts presque tous en bas âge. Ils forment une famille unie, riche de leur foi et de valeurs humaines, mais pauvre en moyens économiques. C'est justement la pauvreté de la famille Comboni qui pousse Daniel à quitter son village pour aller fréquenter l'école à Vérone, auprès de l'Institut de l'Abbé Nicola Mazza.
Ordonné prêtre en 1854, il part trois ans plus tard pour le Soudan. Le choc initial est rude : climat, pauvreté. En assistant à la mort en Afrique d'un jeune compagnon missionnaire, Comboni, au lieu de se décourager, se sent encore plus intérieurement confirmé dans sa décision de continuer sa mission : « Ou l'Afrique ou la mort » dit-il. Pour cette grande entreprise du « salut des âmes les plus abandonnées du monde », il est prêt à tout, même s’il doit revenir en Italie momentanément pour raison de santé.

En 1864, alors qu'il était en prière sur la tombe de S. Pierre à Rome, Daniel est frappé par une illumination fulgurante qui le pousse à élaborer son fameux « Plan pour la régénération de l'Afrique », un projet missionnaire qui peut être synthétisé en une phrase: « Sauver l'Afrique par l'Afrique », fruit de sa confiance sans limites dans les capacités humaines et religieuses des peuples africains.

Plusieurs fois, le Père Comboni revient d’Afrique en Europe et, aidé par sa connaissance des langues, il visite plusieurs pays européens pour faire connaître la mission de l’Afrique Centrale.

Sa foi inébranlable dans le Seigneur et dans l'Afrique le conduit à fonder, respectivement en 1867 et en 1872, les Instituts masculin et féminin de ses missionnaires, connus plus tard sous le nom de « Missionnaires Comboniens » et de sœurs « Missionnaires Comboniennes ».

Entre temps, il assiste au Concile Vatican I comme théologien et fait signer par 70 Pères conciliaires une pétition en faveur de l’évangélisation de l’Afrique Centrale. Les souffrances ne lui sont pas épargnées, ni les calomnies, mais il reçoit la croix avec un esprit de foi.

Évêque de Khartoum en 1877, il affronte, avec ses missionnaires hommes et femmes, la sécheresse et la famine des années 1877-78 qui réduisent de moitié la population locale et épuisent le personnel et l'activité missionnaire.

En 1880, avec toujours le même courage, Mgr Comboni revient en Afrique, pour la huitième et dernière fois, à côté de ses missionnaires, décidé à continuer la lutte contre la plaie de l'esclavage et à consolider l'activité missionnaire avec les africains eux-mêmes. L'année suivante, éprouvé par la fatigue, les morts fréquentes et récentes de ses collaborateurs, l'amertume des accusations et des calomnies, le grand missionnaire tombe malade.

Le 10 octobre 1881, à l'âge de cinquante ans, marqué par la croix qui jamais ne l'a abandonné comme une épouse fidèle et aimée, il meurt à Khartoum, parmi ses gens, conscient que son œuvre missionnaire ne mourra pas. « Je meurs, dit-il, mais mon œuvre, qui est oeuvre de Dieu, ne mourra pas ».

Daniel Comboni a été beatifié le 17 mars 1996 et canonisé le 20 décembre 2002, sur la Place Saint-Pierre de Rome (dans les deux cas), par le même pape, saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

Pour un approfondissement biographique :
>>> Daniel Comboni

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

St Daniel Comboni

missionnaire († 1881)  
Bse María des Épousailles

religieuse († 1918)  
St Pinytos

évêque de Cnossos en Crète († v. 180)  
Sts Eulampios et Eulampie

martyrs († débuts IVe s.) Sts Géréon et ses compagnons
Sts Géréon et ses compagnons

martyrs († v. IVe s.)  
Sts Victor et Mallosus

martyrs († v. IVe s.)  
Sts Cassius

Florent et plusieurs autres, martyrs († IIIe s.)  
St Clair

Ier évêque de Nantes († IVe s.)  
St Cerbonius

évêque à Populonia en Toscane († v. 575)  
Ste Tanche

vierge et martyre († VIe ou VIIe s.)  
St Paulin

évêque d'York († 644)  
Ste Telchilde

abbesse au pays de Meaux  († v. 670) Sts Sept Premiers Martyrs o.f.m. († 1227)
Sts Sept Premiers Martyrs o.f.m. († 1227)

prêtre à Brindlington en Angleterre († 1379)  
Bse Angèle-Marie Truszkowska

vierge et fond. († 1899) Bx Léon Wetmanski
Bx Léon Wetmanski

évêque et martyr († 1941)  
Bx Édouard Detkens

prêtre de Varsovie et martyr († 1942)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMer 10 Oct 2018, 22:50

11 octobre

St Jean XXIII
PAPE (261E) DE 1958 À 1963
Fête Le 11 Octobre
Saint Jean XXIII
Pape (261e) de 1958 à 1963
Surnom affectueux : « Le Bon Pape »

« Au vu de la dimension extraordinaire avec laquelle ces Souverains Pontifes ont offert au clergé et aux fidèles un modèle singulier de vertu et ont promu la vie dans le Christ, tenant compte des innombrables requêtes partout dans le monde, le Saint-Père François, faisant siens les désirs unanimes du peuple de Dieu, a disposé que les célébrations de saint Jean XXIII, Pape, et de saint Jean-Paul II, Pape, soient inscrites dans le Calendrier Romain général, la première le 11, la deuxième le 22 octobre, avec le degré de mémoire facultative. […] »

De la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, 29 mai 2014, solennité de l’Ascension du Seigneur.

Jean XXIII (au siècle : Angelo Giuseppe Roncalli) est né le 25 novembre 1881, à Sotto il Monte près de Bergame, dans une famille nombreuse de milieu modeste. Il entre au séminaire à l'âge de douze ans. Il y suit le cursus ecclésiastique classique.

En 1904, il est ordonné prêtre. Peu après, il est nommé secrétaire de Mgr Giacomo Radini Tedeschi, nouvel évêque de Bergame, et reste à son service jusqu'à la mort de ce dernier en 1914. Pendant cette période, il s'occupe aussi de l'enseignement auprès du séminaire de Bergame.

En 1915, il est incorporé dans le service des santés des armées, avant de devenir aumônier militaire. Après la guerre, il devient directeur spirituel du séminaire de Bergame.

En 1921, il entre dans la Curie romaine, dans la Congrégation pour la propagation de la foi (plus connue sous le nom de Propaganda Fide).

En 1925, Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) le promut évêque et l'envoie en Bulgarie, terre orthodoxe, en tant que visiteur, puis délégué apostolique. Il occupe ensuite le même poste à Istanbul entre 1935 et 1944, ce qui lui permet de sauver, pendant l'occupation, des victimes du nazisme.

En 1945, il succède comme nonce apostolique de Paris à Mgr Valeri, compromis avec le régime de Vichy. Il règle avec succès le problème des autres évêques compromis avec le régime de Vichy, dont le gouvernement français demandait la substitution. Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958) devra accepter seulement les démissions de trois prélats : les évêques de Mende, Aix-en-Provence et Arras.

En 1953, sa carrière diplomatique s'achève, et il retourne à sa première vocation pastorale : il est nommé patriarche de Venise, puis cardinal.

Le 9 octobre 1958 le pape Pie XII vient de mourir. Le cardinal Angelo Roncalli, patriarche de Venise, âgé et malade, se rend à la Cité du Vatican pour participer au conclave qui élira un nouveau pontife. À mesure que le conclave se déroule Roncalli revoit très clairement des images de son passé, comme lorsque, jeune prêtre, il soutenait des ouvriers en grève ; ou bien cette fois où, délégué apostolique en Turquie, il a négocié secrètement avec un ambassadeur nazi afin de sauver des juifs arrivant dans les trains bondés; ou encore en France, devant un de Gaulle autoritaire, qu'il a convaincu de ne pas expulser plusieurs évêques contestés.

Au douzième tour du scrutin, le 28 octobre 1958, Angelo Giuseppe Roncalli est élu pape et prend le nom de Jean XXIII : il est couronné le 4 novembre. On s'attendait à ce qu'il soit un pape de transition sans grand éclat. Mais il surprend le monde entier en convoquant, le 25 janvier 1959, le Concile Vatican II. Cette démarche audacieuse vers une importante modernisation de l'église vise à assurer que cette institution, l'une des plus vieilles au monde, continuera de s'épanouir jusqu'à la fin du 20e siècle et bien au-delà. Il se préoccupe aussi du conflit entre les États-Unis et l'Union soviétique, qui devient de plus en plus pressant.

Le 11 octobre 1962, le concile, couramment désigné depuis lors sous le nom de « Vatican II », est ouvert. Jean XXIII y prononce un important >>> Discours. À la fin de la journée d’ouverture du Concile, était organisée une procession aux flambeaux entre le château Saint-Ange et la place Saint-Pierre. Le pape Jean XXIII, attiré par la prière de la foule, était apparu à sa fenêtre, improvisant une allocution connue aujourd’hui comme le >>> Discours à la lune. Le passage qui a fait éclater les applaudissements est celui de la larme d’un enfant : « En rentrant chez vous, vous trouverez vos enfants. Donnez une caresse à vos enfants, et dites-leur : c’est la caresse du pape. Vous trouverez peut-être quelque larme à essuyer. Ayez une bonne parole pour celui qui souffre : Le pape est avec nous, spécialement aux heures de tristesse et d’amertume ».

Vers la fin de 1962, un cancer de l’estomac est diagnostiqué. Jean XXIII s’efforce cependant de permettre au concile de continuer son travail. Le 11 avril 1963, il promulgue une encyclique qui est perçue comme étant son testament spirituel : >>> Pacem in Terris. Au-delà du monde catholique elle est adressée à tous les hommes de bonne volonté, fait l’apologie de la démocratie, affirme que la guerre ne peut être un instrument de justice et préconise que ce soit désormais la « loi morale » qui régisse la relation entre les états, prônant la solidarité, la justice et la liberté. Le 11 mai il reçoit le prix Balzan pour son engagement en faveur de la paix : c’est là sa dernière apparition publique.

Le 28 mai 1963 il est victime d'une hémorragie. À ce moment Radio Vatican transmet chaque jour l'état de santé du Pape en indiquant sa température et son pouls défaillants. Jean XXIII, entre lucidité et inconscience, continue toutefois de tenir son rôle jusqu'aux derniers moments. À l'issu d'une longue agonie il meurt le 3 juin 1963, jour de la fête de la Pentecôte. Il voulait être un prêtre ordinaire, mais il a changé la face du monde à jamais.

Jean XXIII (Angelo Giuseppe Roncalli) a été béatifié le 3 septembre 2000 par saint Jean-Paul II.

Le  27 avril 2014 sa Sainteté le pape Francesco a proclamé saints ses prédécesseurs Jean XXIII et Jean-Paul II. Un moment de joie et de prière pour les 800.000 et plus fidèles qui du monde entier ont conflué dans la place Saint-Pierre, mais aussi le début d'un voyage éternel dans la gloire de l'Église catholique.

Pour un approfondissement :
>>> Canonisation des bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

St Jean XXIII

pape (261e) de 1958 à 1963  
St Nicaise

prêtre, Quirin et Scubicule, martyrs († s. inc.) Bx Jakob Griesinger d'Ulm
Bx Jakob Griesinger d'Ulm

religieux o.p. (1407-1491)  
St Philippe

diacre « Apôtre de la Palestine » († 80)  
Sts Tharace

Probus et Andronic, martyrs († v. 304)  
St Saintin

évêque à Verdun († IVe siècle)  
St Sarmata

abbé en Thébaïde et martyr († 357)  
St Firmin

 évêque à Uzès († après 552)  
St Canice (Kenneth)

abbé en Irlande († v. 600)  
St Anastase

apocrisiaire de l’Église romaine († 666)  
St Gommaire

soldat dévoué à Dieu († v. 775)  
St Bruno

évêque à Cologne en Rhénanie († 965)  
St Gaudence ou Radzim (Gaudentius)

évêque († 1011)  
St Meinard

évêque de Lettonie († 1196) St Alexandre Sauli
St Alexandre Sauli

évêque (1534-1592)  
St Pierre Lê Tuy

prêtre et martyr († 1833) Ste María de Soledad Torrès Acosta
Ste María de Soledad Torrès Acosta

vierge et fond. († 1887)  
Bx Ange Ramos Velasquez

s.d.b. et martyr († 1936)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyJeu 11 Oct 2018, 23:14

12 octobre

St Séraphin de Montegranaro
O.F.M. CAP. († 1604)
Fête Le 12 Octobre
Saint Séraphin de Montegranaro
Religieux o.f.m. cap.
(1540-1604)

Serafino (au baptême : Felice) naît à Montegranaro, dans les Marches (Italie), vers 1540, de Girolamo Rapagnano et Teodora Giovannuzzi.
Félix fut berger et aide-maçon, mais son désir était de vivre seul au fond des bois et de prier. Une dame le recommanda aux Capucins de Tolentino qui hésitèrent beaucoup à accepter ce jeune homme illettré, maladroit et de mauvaise santé ; ils s'y résignèrent cependant en 1556 et lui donnèrent le nom de Séraphin.

Ses confrères ne lui épargnèrent ni les moqueries ni les persécutions, mais il restait humble, simple et serviable envers tous. Sa vie mystique, sa dévotion eucharistique, et surtout les prodiges qu'il réalisait provoquèrent le respect et l'admiration pour cet illettré qui commentait l'Évangile avec une clarté peu commune.

Il passa les dernières années de sa vie au couvent d'Ascoli où il quitta sa demeure terrestre, pour la rencontre avec Dieu, le 12 octobre 1604.

Serafino fut canonisé le 16 juillet 1767 par le Pape Clément XIII (Carlo Rezzonico, 1758-1769).

Lettre de Saint Jean-Paul II
à l’Évêque d'Ascoli Piceno (Italie)
à l'occasion du IV centenaire de la mort
de Saint Séraphin de Montegranaro

(Extraits)

[...]

2. Saint Séraphin de Montegranaro appartient de plein droit à l'assemblée des saints qui ont enrichi l'Ordre capucin dès ses débuts. Il avait assimilé si profondément l'exhortation évangélique de « prier toujours, sans se lasser » (cf. Lc 18, 1; 21, 36), que son esprit restait généralement plongé dans les choses de l'esprit, si bien qu'il s'isolait souvent du monde qui l'entourait. Il s'arrêtait en contemplation devant la présence divine dans la création et en tirait son inspiration pour une union constante avec Dieu.

Sa prière se prolongeait pendant des heures dans le silence de la nuit, à la lumière tremblante de la lampe qui brûlait devant le Tabernacle, dans l'église conventuelle. Avec quelle dévotion l'humble frère participait à la célébration eucharistique! Et que de temps passait-il en adoration pleine d'extase devant le Très Saint Sacrement, laissant sa prière s'élever comme un encens agréable au Seigneur!

Animé par un intense amour pour la Passion du Christ, il s'arrêtait pour méditer sur les souffrances du Seigneur et de la Très Sainte Vierge. Il aimait répéter le Stabat Mater et, en le récitant, il s'effondrait en larmes, suscitant une profonde émotion chez ceux qui l'écoutaient. Il portait toujours avec lui un Crucifix de laiton, qui est conservé aujourd'hui encore comme une précieuse relique; il avait l'habitude de bénir les malades avec celui-ci, en implorant pour eux la guérison physique et spirituelle.

3. Le style de vie humble et essentiel qu'il menait dans une petite cellule austère et étroite, ses vêtements pauvres et rapiécés, constituent un témoignage éloquent de l'amour qu'il nourrissait pour la « Mère de la pauvreté ». La profonde conscience de sa petitesse, qui lui était devenue naturelle au fil des ans, laissait transparaître la véritable grandeur de son âme. Il avait bien compris la page évangélique qui proclame: « Celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier parmi vous, sera l'esclave de tous » (Mc 10, 43-44).

A des pénitences incessantes, librement choisies, parmi lesquelles figurait également l'usage du cilice et de la discipline, il unissait la pratique quotidienne des sacrifices et des renoncements, alors qu'il parcourait en mendiant les sentiers poussiéreux sous le soleil, partageant les difficultés d'un grand nombre de ses contemporains. Il aimait côtoyer les classes sociales les plus pauvres et abandonnées de la population, afin d'en percevoir les exigences, parfois cachées, et d'en adoucir les peines physiques et spirituelles. Il faisait preuve de la même disponibilité à l'égard de ceux qui frappaient à la porte du couvent. Il fut un grand pacificateur des familles, alternant avec sagesse, selon les circonstances, des rappels à l'ordre énergiques, des gestes de solidarité pleine d'amour et des paroles encourageantes de réconfort. [...]

Du Vatican, le 3 juin 2004

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

o.f.m. cap. († 1604)  
Bx Louis Brisson

prêtre et fond. († 1908)  
St Félix IV

pape (54e) de 526 à 530 Bse Maria Teresa Fasce
Bse Maria Teresa Fasce

abbesse o.s.a. (1881-1947) St Hédiste
St Hédiste

martyr († siècle incertain)  
Ste Domnine

martyre († v. 304)  
Sts Martyrs (4966) dans la région de Tunis  († 483)


St Opilion

diacre à Plaisance en  Émilie († Ve s.) St Maximilien
St Maximilien

évêque de Lorch († IIIe siècle)  
St Rodobalde

évêque à Pavie en Lombardie († 1254)  
Bx Thomas Bullaker

prêtre o.f.m. et martyr († 1642) Bx Joseph Gonzalez Huguet
Bx Joseph Gonzalez Huguet

prêtre et martyr († 1936) Bx Pacifique (Pedro)
Bx Pacifique (Pedro)

religieux o.f.m. et martyr († 1936) Bx Roman Sitko
Bx Roman Sitko

prêtre de Tarnow et martyr († 1942)  
St Wilfrid

évêque d'York (634-709)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptySam 13 Oct 2018, 23:52

14 octobre

St Calixte
PAPE (16E) DE 217 À 222 ET MARTYR
Fête Le 14 Octobre
Saint Calixte Ier (155-222)
Pape (16 ème) de 217 à 222
Martyr

Calixte naît vers 155 d'une famille d'esclaves d'origine grecque qui habitait le quartier du Transtévère (Trastevere) à Rome. Calixte (kalistos = le plus beau) devint chrétien au début de sa vie d'adulte. Il fut d'abord au service d'un haut fonctionnaire de l'empereur Commode, nommé Carpophore, chrétien lui-même, qui le chargea d'administrer ses biens. En relation d'affaires avec quelques juifs de Rome, il fit de mauvaises opérations, s'affola, prit la fuite, fut finalement rattrapé et enfermé dans un cachot. Son maître, qui l'estimait, le fit relâcher, pensant qu'il parviendrait à récupérer l'argent perdu. Il était sur le point d'aboutir quand il pénétra un jour de sabbat dans la synagogue, perturba l'office qui s'y célébrait et se fit mettre rudement à la porte par les participants qui le livrèrent au préfet Tuscianus en le dénonçant comme chrétien.
Il fut condamné aux mines de soufre de Sardaigne pour avoir troublé une réunion juive, et parce que chrétien. Il travailla donc durant 3 ans à l'extraction du minerai en Sardaigne et là, côtoya de nombreux martyrs chrétiens, relégués au bagne comme lui : il se montra auprès d'eux d'un dévouement admirable.
Libéré et affranchi vers 190, il passa quelques années à Antium (Anzio) au sud-est de Rome. Zéphyrin, dès son élection comme pape en 199, l'appela à ses côtés, le faisant son secrétaire personnel et l'archidiacre de la ville : il le rendit responsable de la direction du clergé et de la création du premier cimetière chrétien qu'il fit creuser dans le tuf sur la Via Appia : cimetière qui porte aujourd'hui son nom « Catacombe de Saint-Calixte ».

A la mort de Zéphyrin, en 217, Calixte est élu pape. Il le demeura 5 ans 2 mois et 10 jours. Son court pontificat fut des plus difficiles, marqué par l'opposition d'un prêtre de Rome, Hippolyte, brillant mais excessif. Calixte défendit contre lui et quelques autres la foi trinitaire et fit prévaloir l'usage d'absoudre tous les péchés, y compris ceux que les rigoristes, tel Tertullien, considéraient comme impardonnables : l'idolâtrie, l'adultère et le meurtre. Il reconnut comme valide le mariage entre esclaves et femmes libres (non admis comme légal par le droit romain) et accepta le remariage des veufs ainsi que leur entrée éventuelle dans le clergé. Politique d'indulgence générale qui lui valut beaucoup de critiques : face à ses opposants, il resta ferme et donna sans se lasser l'image du bon pasteur.

Il est à remarquer qu'envers l'État, il ne montra aucune servilité. Apprenant qu'un chrétien venait d'être exécuté sur ordre de l'empereur Alexandre-Sévère et jeté dans le Tibre, Calixte se cacha sur les rives du fleuve et avec l'aide de quelques pêcheurs et membres du clergé, le retira des eaux, célébrant solennellement ses funérailles dans sa catacombe de la Via Appia.

Il mourut le 14 Octobre 222 dans son quartier du Transtévère, victime d'une émeute dirigée contre les chrétiens. Jeté du haut d'une fenêtre dans un puits, recouvert de décombres, il en fut retiré par un prêtre une quinzaine de jours après : on l'enterra sur la Via Aurélia dans le cimetière de Calépode non loin de là. Il laissait l'Église en pleine prospérité, organisée corporativement et dotée d'une école de théologie.

Dès le début du 4° siècle, il était déclaré martyr et l'un des rares à avoir son anniversaire. Ses reliques se trouvent sous le maître-autel de la basilique Sainte Marie du Transtévère : elle fut construite sur l'emplacement du modeste oratoire consacré à Marie qu'il avait fait édifier dans sa maison : Ier lieu de culte connu érigé à la mémoire de la mère du Christ dans la Ville éternelle.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

St Calixte

pape (16e) de 217 à 222 et martyr Bse Marie Poussepin
Bse Marie Poussepin

vierge et fondatrice († 1744)  
St Lupulus (Lupulo)

martyr († siècle inc.) St Gaudence (Gaudenzio)
St Gaudence (Gaudenzio)

Ier évêque à Rimini († IVe s.) St Donatien
St Donatien

 évêque de Reims († 389)  
St Fortunat

évêque de Todi en Ombrie († v. 542)  
Ste Ménehould

originaire de saint Dizier († 490)  
St Venant (Venanzio)

évêque en Ligurie († VIe s.)  
Ste Angadrême

abbesse près de Beauvais († v. 695) St Dominique (Domenico)
St Dominique (Domenico)

ermite en Italie († 1060) Bx Jacques Laigneau
Bx Jacques Laigneau

prêtre et martyr († 1794)  
Bse Anne-Marie Aranda Riera

vierge et martyre († 1936) Bx Stanisław Mysakowski
Bx Stanisław Mysakowski

prêtre et martyr († 1942) Bx Franciszek Roslaniec
Bx Franciszek Roslaniec

prêtre et martyr († 1942) Bx Romain Lysko
Bx Romain Lysko

prêtre et martyr (1914-1949)  
St Calix

martyr († 1010) - patron de Cazaux-Fréchet St John (Jean) Ogilvie
St John (Jean) Ogilvie

prêtre s.j. martyr († 1615)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyDim 14 Oct 2018, 23:52

15 octobre

Ste Thérèse d'Avila
DOCTEUR DE L'ÉGLISE († 1582)
Fête Le 15 Octobre
Sainte Thérèse d'Avila
Vierge et Docteur de l'Église
(1515-1582)

Thérèse (nom complet : Teresa Sánchez de Cepeda Avila Y Ahumada) naît à Avila (85 km à nord-ouest de Madrid, le 28 mars 1515, de parents nobles et chrétiens.
Dès l'âge le plus tendre, un fait révéla ce qu'elle devait être un jour. Parmi ses frères, il y en avait un qu'elle aimait plus que les autres ; ils se réunissaient pour lire ensemble la vie des saints : « Quoi ! lui dit-elle, les martyrs verront Dieu toujours, toujours ! Allons, mon frère, chez les cruels Maures, et soyons martyrs nous aussi, pour aller au ciel. » Et, joignant les actes aux paroles, elle emmenait son petit frère Rodrigue ; ils avaient fait une demi-lieue, quand on les ramena au foyer paternel.

Elle avait dès lors une grande dévotion à la Sainte Vierge. Chaque jour elle récitait le rosaire. Ayant perdu sa mère, à l'âge de douze ans, elle alla se jeter en pleurant aux pieds d'une statue de Marie et la supplia de l'accepter pour sa fille, promettant de la regarder toujours comme sa Mère.

Cependant sa ferveur eut un moment d'arrêt. De vaines lectures, la société d'une jeune parente mondaine, refroidirent son âme sans toutefois que le péché mortel la ternît jamais. Mais ce relâchement fut court, et, une vive lumière divine inondant son âme, elle résolut de quitter le monde. Elle en éprouva un grand déchirement de cœur ; mais Dieu, pour l'encourager, lui montra un jour la place qu'elle eût occupée en enfer, si elle s'était attachée au monde.

Elle devint la réformatrice de l'Ordre du Carmel et fut accompagnée de saint Jean de la Croix.

Un séraphin vint un jour la percer du dard enflammé de l'amour divin : Jésus la prit pour épouse. Ses révélations, ses écrits, ses miracles, ses œuvres, ses vertus, tout est sublime à la même hauteur.

Elle a notamment rédigé à la demande de ses supérieures : Le Château intérieur, Le Chemin de la perfection, Les Exclamations, Les Fondations.

En 1582, après avoir fondé le carmel de Burgos et tandis qu'elle est en train d'effectuer son voyage de retour à Avila, elle meurt la nuit du 15 octobre à Alba de Tormes, en répétant humblement ces deux phrases : « À la fin, je meurs en fille de l'Église » et « L'heure est à présent venue, mon Époux, que nous nous voyons ». Une existence passée en Espagne, mais consacrée à l'Église tout entière.

Thérèse d'Avila a été béatifiée par le pape Paul V (Camillo Borghese, 1605-1621) en 1614 et canonisée le 12 mars 1622 par Grégoire XV (Alessandro Ludovisi, 1621-1623) ; elle est proclamée « Docteur de l'Église » par le Bx Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) en 1970.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du pape Benoît XVI :
>>> Sainte Thérèse d'Avila  
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Pour lire ou télécharger les Œuvres :
>>> Autobiographie (écrite par elle-même)
>>> Le chemin de la perfection
>>> Le Château Intérieur

Les autres saints du jour

Des exemples à suivre

Ste Thérèse d'Avila

docteur de l'Église († 1582)  
St Cannat

évêque de Marseille († 487)  
St Barsès

évêque d'Édesse en Syrie († 379)  
St Sévère

évêque de Trèves († 447)  
Ste Thècle

abbesse à Kitzingen († 790)  
Ste Edwige

religieuse, dies natalis († 1243) Bx Gonzalve de Lagos
Bx Gonzalve de Lagos

prêtre o.e.s.a. († 1422) Ste Madeleine de Nagasaki
Ste Madeleine de Nagasaki

vierge et martyre († 1634)  
Bx Narcisse Basté Basté

prêtre s.j. et martyr († 1936)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMar 16 Oct 2018, 23:25

17 octobre

St Ignace d'Antioche
ÉVÊQUE ET MARTYR († V. 115)
Fête Le 17 Octobre
Saint Ignace
Patriarche d'Antioche, martyr
Docteur de l'Église
(† v. 115)

Certains auteurs assurent qu'Ignace fut ce petit enfant que Notre-Seigneur plaça au milieu des apôtres lorsque, pour leur donner une leçon d'humilité, Il leur dit : « Si vous ne devenez semblables à de petits enfants, vous n'entrerez jamais dans le royaume des Cieux ». Ce qui est certain, c'est qu'il était un familier des premiers disciples du Sauveur, disciple lui-même de saint Jean, l'apôtre bien-aimé.

Ignace fut un grand évêque, un homme d'une rare sainteté ; mais sa gloire est surtout son martyre. Conduit devant l'empereur Trajan, il subit un long interrogatoire :
« C'est donc toi, vilain démon, qui insultes nos dieux?
“ Nul autre que vous n'a jamais appelé Théophore un mauvais démon.
Qu'entends-tu par ce mot Théophore ?
Celui qui porte Jésus-Christ dans son cœur.
Crois-tu donc que nous ne portons pas nos dieux dans notre cœur ?
Vos dieux ! Ce ne sont que des démons ; il n'y a qu'un Dieu Créateur, un Jésus-Christ, Fils de Dieu, dont le règne est éternel.
Sacrifie aux dieux, je te ferai pontife de Jupiter et père du Sénat.
Tes honneurs ne sont rien pour un prêtre du Christ.”»

Trajan, irrité, le fait conduire en prison. « Quel honneur pour moi, Seigneur, s'écrie le martyr, d'être mis dans les fers pour l'amour de Vous ! » et il présente ses mains aux chaînes en les baisant à genoux.

L'interrogatoire du lendemain se termina par ces belles paroles d'Ignace : « Je ne sacrifierai point ; je ne crains ni les tourments, ni la mort, parce que j'ai hâte d'aller à Dieu. »

Condamné aux bêtes, il fut conduit d'Antioche à Rome par Smyrne, Troade, Ostie. Il écrivit, pendant son long parcours, sept lettres, soit six à des Églises locales et une à l’évêque de l’une d’elles qui l’avait accueilli : Polycarpe de Smyrne.

Ces sept lettres nous renseignent sur la vie des Églises au début du second siècle, sur leur organisation hiérarchique et sur les hérésies menaçantes. Quatre lettres furent écrites de Smyrne (aux Éphésiens, aux Magnésiens, aux Tralliens, aux Romains) et les trois autres de Troas (aux Philadelphiens, aux Smyrniotes,  à l’évêque Polycarpe).

Son passage fut partout un triomphe ; il fit couler partout des larmes de douleur et d'admiration :
« Je vais à la mort avec joie, pouvait-il dire. Laissez-moi servir de pâture aux lions et aux ours. Je suis le froment de Dieu ; il faut que je sois moulu sous leurs dents pour devenir un pain digne de Jésus-Christ. Rien ne me touche, tout m'est indifférent, hors l'espérance de posséder mon Dieu. Que le feu me réduise en cendres, que j'expire sur le gibet d'une mort infâme ; que sous la dent des tigres furieux et des lions affamés tout mon corps soit broyé ; que les démons se réunissent pour épuiser sur moi leur rage : je souffrirai tout avec joie, pourvu que je jouisse de Jésus-Christ. »

Saint Ignace, dévoré par un lion, répéta le nom de Jésus jusqu'au dernier soupir. Il ne resta de son corps que quelques os qui furent transportés à Antioche.

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape Benoît XVI :
>>> Saint Ignace d'Antioche
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Les autres saints du jour

Des exemples à suivre

St Ignace d'Antioche

évêque et martyr († v. 115)  
Bx Balthasar de Clavario

prêtre o.f.m. († 1492)  
St Osée

prophète A.T. († v. 750 av. JC)  
Sts Zozime et Rufus

martyrs († 107)  
Sts Martyrs de Voli

en Afrique († IIIe s.)  
St Jean

ermite à Lycopolis en Égypte († IVe s.)  
St Dulcide

évêque à Agen († début Ve s.)  
St Florent

évêque d'Orange († v. 524)  
Bx Gilbert

abbé de Cîteaux († 1168) St Richard Gwyn
St Richard Gwyn

père de famille et martyr († 1584) Bx Pierre (Pietro) Casani
Bx Pierre (Pietro) Casani

prêtre s.p. († 1647) Bx Jacques Burin
Bx Jacques Burin

prêtre et martyr († 1794)  
BBses Marie-Nathalie et 4 comp.

martyres († 1794)  
St Isidore Gagelin

prêtre m.e.p. et martyr († 1833)  
Bx Contardo Ferrini

tertiaire o.f.m. († 1902)  
Bx Fidèle Fuidio Rodriguez

religieux et martyr († 1936) Bx Raymond-Étienne Bou Pascual
Bx Raymond-Étienne Bou Pascual

prêtre, martyr († 1936)  
Bse Tarsilla Cordoba Belda

mère et martyre († 1936)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyDim 21 Oct 2018, 23:34

22 octobre

St Jean-Paul II
PAPE (264E) DE 1978 À 2005
Fête Le 22 Octobre
Saint Jean-Paul II
« Le Géant de Dieu »
Pape (263e) de 1978 à 2005

« Au vu de la dimension extraordinaire avec laquelle ces Souverains Pontifes ont offert au clergé et aux fidèles un modèle singulier de vertu et ont promu la vie dans le Christ, tenant compte des innombrables requêtes partout dans le monde, le Saint-Père François, faisant siens les désirs unanimes du peuple de Dieu, a disposé que les célébrations de saint Jean XXIII, Pape, et de saint Jean-Paul II, Pape, soient inscrites dans le Calendrier Romain général, la première le 11, la deuxième le 22 octobre, avec le degré de mémoire facultative. […] »

De la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, 29 mai 2014, solennité de l’Ascension du Seigneur.

« Frères et sœurs, n’ayez pas peur d’accueillir le Christ et d’accepter son pouvoir ! Aidez le Pape et tous ceux qui veulent servir le Christ et, avec la puissance du Christ servir l’homme et l’humanité entière ! N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! À sa puissance salvatrice ouvrez les frontières des États, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement. N’ayez pas peur !

Ces paroles mémorables, prononcées le 22 octobre 1978 dans l’homélie du début du pontificat (>>> Vidéo Extraits du discours du Pape) restent, désormais, sculptées dans les cœurs de tous les chrétiens et des hommes de bonne volonté du monde entier.

Ce que le Pape demandait à tous, lui même l’a fait en premier : il a ouvert au Christ la société, la culture, les systèmes politiques et économiques, en inversant, avec la force d’un géant qui venait de Dieu, une tendance qui pouvait sembler irréversible.

Karol Józef Wojtyła, devenu Jean-Paul II à son élection au Siège apostolique d'octobre 1978, est né le 18 mai 1920 à Wadowice, petite ville située à 50 km de Cracovie. Il est le plus jeune des trois enfants de Karol Wojtyła et d'Émilie Kaczorowska. Sa mère mourut en 1929. Son frère aîné Edmund, qui fut médecin, est décédé en 1932 ; leur père, ancien sous-officier, en 1941. Leur sœur Olga était décédée avant la naissance de Karol.
Il fut baptisé le 20 juin 1920, dans l'église paroissiale de Wadowice, par le prêtre François Żak, fit sa Première Communion à neuf ans et reçut la Confirmation à dix-huit ans. Ses études secondaires près l'École Marcin Wadowita de Wadowice achevées, il s'inscrit en 1938 à l'Université Jagellon de Cracovie et à un cours de théâtre. L'Université ayant été fermée en 1939 par l'occupant nazi, le jeune Karol dut travailler sur un chantier de l'usine chimique Solvay afin de gagner sa vie et d'échapper à la déportation en Allemagne.

À compter de 1942, ressentant l'appel au sacerdoce, il suivit les cours de formation du Séminaire clandestin de Cracovie. Il fut à la même époque l'un des promoteurs du Théâtre Rapsodique, lui aussi clandestin.

Après la Seconde Guerre mondiale, il poursuivit ses études au Grand Séminaire de Cracovie à peine rouvert, et également à la Faculté de théologie de l'Université Jagellon, jusqu'à son ordination sacerdotale à Cracovie le 1er novembre 1946 des mains du cardinal Adam Stefan Sapieha. Il fut ensuite envoyé à Rome par le cardinal Sapieha et poursuivit ses études doctorales sous la direction du dominicain français, le P. Garrigou-Lagrange. Il soutint en 1948 sa thèse en théologie consacrée à la Foi dans l'œuvre de saint Jean-de-la-Croix (Doctrina de fide apud Sanctum Ioannem a Cruce). Durant ce séjour romain, il occupa son temps libre pour exercer son ministère pastoral auprès des émigrés polonais de France, de Belgique et des Pays-Bas.

Il rentra en 1948 en Pologne pour être vicaire en diverses paroisses de Cracovie et aumônier des étudiants jusqu'en 1951 où il reprit ses études philosophiques et théologiques.

En 1953, il soutint à l'Université catholique de Lublin une thèse intitulée « Mise en valeur de la possibilité de fonder une éthique catholique sur la base du système éthique de Max Scheler ». Il accéda ensuite à l'enseignement professoral de la théologie morale et d'éthique sociale au Grand Séminaire de Cracovie et à la Faculté de théologie de Lublin.

Le 4 juillet 1958, le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958) le nomma Évêque titulaire d'Ombi et auxiliaire de Cracovie et, le 28 septembre suivant, il reçut la consécration épiscopale des mains de l'Archevêque Eugeniusz Baziak, en la cathédrale du Wawel (Cracovie).

Le 13 janvier 1964, il fut nommé Archevêque de Cracovie par  le Bx Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) qui, le 26 juin 1967, l'éleva au cardinalat, du titre de S. Cesareo in Palatio, une diaconie élevée au rang presbytéral pro illa vice (pour l’occasion). Après avoir participé au Concile Vatican II (1962-1965), où il offrit notamment une importante contribution à l'élaboration de la constitution Gaudium et Spes, le Cardinal Wojtyła prit part à toutes les assemblées du Synode des Évêques.

Au cours du second Conclave de 1978, il fut élu Pape par les Cardinaux le 16 octobre et prit le nom de Jean-Paul II. Le 22 octobre, Jour du Seigneur, il entamait solennellement son ministère de 263e successeur de l'Apôtre Pierre. Son pontificat de près de 27 années allait être l'un des plus longs de l'histoire de l'Église.

Jean-Paul II a exercé son ministère pétrinien avec un inlassable esprit missionnaire, prodiguant toutes ses énergies, poussé par la sollicitude pastorale envers toutes les Églises et par la charité ouverte à l'humanité tout entière. En vingt-six années de pontificat, le pape Jean-Paul II a accompli 104 voyages apostoliques hors d'Italie et 146 visites dans ce pays. Comme Évêque de Rome, il a visité 317 des 333 paroisses de son diocèse.

Plus qu'aucun de ses prédécesseurs, il a rencontré le Peuple de Dieu et les Responsables des nations : aux 1166 audiences générales du mercredi ont participé plus de 17 600 000 pèlerins, sans compter toutes les autres audiences spéciales et les cérémonies religieuses [plus de 8 millions de pèlerins seulement au cours du Grand Jubilé de l'An 2000] ; outre les millions de fidèles qu'il a rencontrés au cours de ses visites pastorales en Italie et dans le monde. Nombreuses sont les personnalités gouvernementales reçues en audience : il suffit de rappeler les 38 visites officielles et les 738 audiences ou rencontres de chefs d'État, ainsi que les 246 audiences et rencontres de premiers ministres.

Son amour pour les jeunes l'a poussé à lancer en 1985 les Journées mondiales de la Jeunesse, et les dix-neuf JMJ de son pontificat ont rassemblé des millions de jeunes dans diverses parties du monde. D'autre part, son attention à la famille s'est exprimée par la tenue de Rencontres mondiales des Familles entreprises à son initiative en 1994.

Il a promu avec succès le dialogue avec les juifs et avec les représentants des autres religions, les invitant parfois à des rencontres de prière pour la paix, en particulier à Assise.

Sous sa direction l'Église s'est approchée du troisième millénaire et a célébré le grand Jubilé de l'An 2000, selon les orientations indiquées dans la Lettre apostolique Tertio Millennio Adveniente. Celle-ci s'est ensuite ouverte à la nouvelle époque, en recevant ses indications dans la Lettre apostolique Novo Millennio Ineunte, dans laquelle il montrait aux fidèles le chemin de l'avenir.

Avec l'Année de la Rédemption, l'Année mariale et l'Année de l'Eucharistie il a promu le renouveau spirituel de l'Église.

Il a donné une impulsion extraordinaire aux canonisations et aux béatifications, pour montrer d'innombrables exemples de la sainteté d'aujourd'hui, qui soient un encouragement pour les hommes de notre temps. Jean-Paul II a procédé à 147 cérémonies de béatification (1338 bienheureux) et à 51 de canonisation (482 saints). Il a proclamé Docteur de l'Église sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.

Il a considérablement élargi le Collège des Cardinaux, en en créant 231 en neuf Consistoires, plus un in pectore, dont le nom n'a jamais été révélé. Il a également présidé six réunions plénières du Sacré Collège.

Jean-Paul II a présidé quinze Synodes des Évêques : six Assemblées ordinaires (1980, 1983, 1987, 1990, 1994 et 2001), une générale extraordinaire (1985), huit spéciales (1980, 1991, 1994, 1995, 1997, 1998 [2] et 1999).

Il a prononcé 20 351 discours pendant son seul pontificat dont 3438 hors d'Italie. Au nombre de ses documents majeurs, on compte quatorze encycliques, quinze exhortations apostoliques, onze constitutions apostoliques et quarante-cinq lettres apostoliques.

À titre privé, en tant que Docteur, a également publié cinq livres : Entrer dans l'espérance (octobre 1994) ; Don et Mystère  en ce 50ème anniversaire de mon ordination sacerdotale (novembre 1996) ; Triptyque romain - Méditations poétiques (mars 2003) ; Levez-vous et allons ! (mai 2004) et Mémoire et Identité (février 2005).

Les seuls écrits officiels représentent plus de 80 000 pages ; à cela il faut ajouter des publications à titre personnel et sans doute des milliers de lettres et documents privés divers.

Il a promulgué le Catéchisme de l'Église catholique, à la lumière de la Tradition, interprétée avec autorité par le Concile Vatican II. Il a également réformé les Codes de droit canonique latin et oriental, a créé de nouvelles institutions et réorganisé la Curie romaine.

Jean-Paul II est décédé au Vatican le 2 avril 2005 à 21 h 37, tandis qu'on entrait déjà dans le Jour du Seigneur, Octave de Pâques et Dimanche de la Divine Miséricorde.

Les funérailles se sont déroulées le >>> 08/04/05 alors que, depuis son décès, plus de trois millions de fidèles étaient venus à Rome saluer sa dépouille, attendant jusqu'à 24 heures avant d'entrer dans la basilique Saint-Pierre.

Le 28 avril, le nouveau pape Benoît XVI a accordé la dispense des cinq années après la mort pour l'ouverture de la Cause en béatification-canonisation de Jean-Paul II. La procédure canonique a été ouverte le 28 juin suivant par le card. Camillo Ruini, Vicaire général pour le diocèse de Rome.

Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła) a été officiellement élevé aux honneurs des autels le dimanche 1er mai 2011, au cours de la messe de béatification, sur la place Saint-Pierre de Rome, présidée par le pape Benoît XVI  (>>> Homélie).

Le  27 avril 2014 sa Sainteté le pape Francesco a proclamé Saints ses prédécesseurs Jean XXIII et Jean-Paul II. Un moment de joie et de prière pour les 800 000 et plus fidèles qui, du monde entier, ont conflué dans la place Saint-Pierre, mais aussi le début d'un voyage éternel dans la gloire de l'Église catholique.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

St Jean-Paul II

pape (264e) de 1978 à 2005 Stes Nunilon et Alodie
Stes Nunilon et Alodie

vierges et martyres († 851)  
St Marc

évêque de Jérusalem († IIe s.)  
St Abercius

évêque en Phrygie († IIe s.)  
Sts Philippe

évêque, et Hermès, diacre, martyrs († 303)  
St Mellon

évêque à Rouen († IVe s.)  
St Vallier

diacre à Langres et martyr († IVe s.)  
St Lupien

abbé près de Mende et martyr († v. 584)  
St Léothade

évêque en Aquitaine († VIIe s.)  
St Modéran

abbé en Lombardie († v. 720)  
St Benoît

solitaire près de Nantes († 845) St Donat Scot
St Donat Scot

évêque en Toscane  († v. 875)  
St Berthaire

abbé et martyr († v. 884)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptySam 10 Nov 2018, 18:18

10 novembre

Saint Léon I le Grand 
Pape, Docteur de l'Église

Le 45e Pape de l'Église, Léon I, est né en Toscane en 406.

Il fut diacre du pape Célestin avant d'être envoyé en mission en Gaule. C'est là qu'il apprit sa nomination pontificale sous le nom de Léon I, pour succéder au Pape Sixte III.

L'époque est une époque très troublée : en même temps que commence la lente agonie de l'empire romain sous les coups des invasions des Francs, des Wisigoths, des Vandales, des Huns, des Burgondes, l'Église risque l'éclatement, confrontée à de nombreuses hérésies.

On dit que c'est lui qui arrêtera Attila qui s'apprêtait à envahir l'Italie à la tête des Huns, en 452. L'armée de l'empereur étant insuffisante, c'est la rencontre entre Léon et Attila qui décidera celui-ci à épargner Rome et à se retirer derrière le Danube. Pour remercier le ciel, Léon fera fabriquer une statue de St Pierre avec le bronze provenant d'une statue de Jupiter. Léon s'opposera ensuite à la mise à sac de Rome par les Vandales, mais ne pourra l'éviter en 455.

Léon I apporta son soutien à Flavien, le patriarche de Constantinople, par une lettre dogmatique le tome à Flavien, qui sera la base de la définition du concile christologique de Chalcédoine (451) quelques années plus tard : le Christ-Jésus réunit en sa seule personne toute la nature divine et toute la nature humaine.

Il laissa de très nombreuses homélies, prières liturgiques et lettres, pleines d'enseignement. Il fut proclamé Docteur de l'Église en 1754.

Il sera le premier pape à être enterré dans la Basilique Saint-Pierre de Rome.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

St Léon I le Grand
pape et docteur de l'Église († 461)

St André Avellin
prêtre théatin († 1608)

St Démétrien d'Antioche
évêque († v. 260)

St Oreste
martyr († IVe s.)

St Probe (Probo)
6ème évêque de Ravenne († v. 175)

Sts Narsès (évêque) et Joseph (diacre)
martyrs († 343)

St Juste de Rochester
archevêque de Cantorbéry († 632)

Bx Baudolin (Baudolino)
ermite († VIIIe s.)

Bx Joaquín Piña Piazuelo
Religieux o.h. et martyr († 1936)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyLun 12 Nov 2018, 13:55

12 novembre

St Jean KuncewitzÉVÊQUE ET MARTYR († 1623) S'abonnerFête Le 12 Novembre

Saint Josaphat (Jean) Kuncewicz
Archevêque de Polotsk et martyr 
(1580-1623)

Josaphat naquit à Wladimir, ville de Pologne, d'une famille modeste. Il reçut le nom de Jean au baptême. Il entra à vingt ans dans l'ordre des Basiliens-Unis de Pologne où il prit le nom de Josaphat.

Secrètement passé au schisme, le Supérieur de la communauté tenta vainement de convaincre Josaphat à se révolter contre le Saint Père, mais au grand mécontentement des schismatiques qui accablèrent le Saint d'injures et de sarcasmes, Josaphat dénonça l'archimandrite au métropolitain. Ce dernier déposa le Supérieur de sa charge.

Quoique simple diacre, Josaphat fit preuve d'un zèle ardent pour la conversion des non-unis et en ramena un bon nombre dans le giron de l'Église. Ordonné prêtre, le saint basilien se fit l'apôtre de la contrée, s'appliqua au ministère de la prédication et de la confession tout en pratiquant une exacte observance de ses Règles. Dieu avait doté saint Josaphat d'un talent particulier pour assister les condamnés à mort. Il visitait aussi les malades pauvres, lavait leurs pieds et tâchait de procurer des remèdes et de la nourriture aux miséreux.

Nommé archimandrite du couvent de la Trinité, qui se composait surtout de jeunes religieux, il les forma à la vie monastique avec une vigilance toute paternelle. À l'âge de trente-huit ans, Josaphat Koncévitch fut sacré archevêque de Polotsk à Vilna (Vilnius). Pendant que l'archevêque se trouvait à la diète de Varsovie où plusieurs évêques avaient été convoqués, un évêque schismatique s'empara de son siège à l'improviste.

Josaphat s'empressa de revenir vers son troupeau pour rappeler les brebis rebelles à l'obéissance. Au moment où il voulut prendre la parole, la foule excitée par les schismatiques se rua impétueusement sur lui. Il aurait été impitoyablement massacré si la force armée n'était intervenue pour le dégager.

Le matin du 12 novembre 1623, alors qu'il priait dans la chapelle du palais épiscopal de Vitebsk, une foule en furie envahit la sainte demeure. Josaphat accourut promptement au bruit de l'émeute : « Si vous en voulez à ma personne, dit-il aux assassins, me voici. » Deux hommes s'avancèrent alors vers lui ; l'un d'eux le frappa au front avec une perche et l'autre lui asséna un coup de hallebarde qui lui fendit la tête. Enfin, deux coups de fusil lui percèrent le crâne.
Béatifié par le pape Urbain VIII (Maffeo Barberini, 1623-1644), le 16 mai 1643, et canonisé par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878), le 29 juin 1867, saint Josaphat est le premier saint des Églises uniates à être canonisé à Rome.

Ses reliques se trouvent sous l'autel Saint-Basile dans la basilique Saint-Pierre du Vatican.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

 
St Martin

évêque de Tours († 397)

 

St Théodore le Studite

higoumène († 826)

 

Bse Vincenza Maria Poloni

fondatrice (1802-1855)

 

St Ménas

martyr († IIIe ou IVe s.)

 

St Véran

évêque de Vence (IVe/Ve s.)

 

St Ménas

solitaire dans la province de Samnium († v. 580)

 

St Jean l'Aumônier

patriarche d'Alexandrie († 636)

 

St Bertuin

évêque et abbé († VIIe s.)

 

St Barthélemy

abbé à Grottaferrata († 1065)

 

Ste Marine de Nagasaki

tertiaire o.p. et martyre († 1634)

 

Bse Alice Kotowska

martyre († 1939)

 

Bx Vincent Eugène Bossilkov

évêque et martyr († 1952)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMer 14 Nov 2018, 18:01

14 novembre

Saints Nicolas Tavelic
 et ses compagnons
Martyrs († 1391)

En 1383, des Franciscains arrivèrent d'Europe pour grossir les rangs des Franciscains dans leur couvent du Mont Sion, en Terre Sainte. L'Ordre des Frères Mineurs est en effet le gardien des Lieux Saints et depuis le Moyen Age jusqu' à nos jours est organisé en Custodie.

Pendant huit ans, ces nouveaux Frères, Nicolas Tavelic, Adéodat Aribert de Rodez, Etienne de Coni et Pierre de Narbonne, vécurent selon la règle de saint François, s'occupant des Chrétiens confiés à leur protection, et s'efforçant de réaliser un apostolat, pratiquement infructueux, au sein des Musulmans.

Le 11 novembre 1391, ils furent convoqués devant le Cadi de Jérusalem pour exposer leur Foi. Ils firent une lecture publique d'un exposé théologique qu’ils avaient préparé avec grand soin. Après une audition attentive de leur présentation, les autorités leur intimèrent de se rétracter. Les Franciscains refusèrent et furent aussitôt condamnés à mort. Enfermés pendant trois jours, ils furent exposés à de cruels sévices.

Le 14 novembre, on leur demanda d’abjurer. Ils refusèrent à nouveau. Ils furent battus à mort, écartelés et brûlés. Leur martyre fut décrit par le Père Gérald Calveti dans une lettre envoyée à son Ordre. Il devait lui-aussi mourir peu de temps après. Ceux-ci furent toujours honorés chez les Frères Mineurs.

En 1889, le Pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) confirma la mémoire liturgique du bienheureux Nicolas Tavelic qui était spécialement vénéré en Yougoslavie.
En 1966, le Bx Paul VI confirma la mémoire liturgique des trois autres Franciscains, fixant leur fête au 17 novembre, alors que la mémoire de ces martyrs était fixée au 14 novembre au sein de l’Ordre. Finalement le 21 juin 1970, le Bx Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) canonisa les quatre Franciscains, fixant leur fête au 14 novembre. Ils sont les premiers saints martyrs de la Custodie de Terre Sainte.

Nicolas Tavelic, Croate,  était originaire de Dalmatie, où il naquit vers 1340. Il entra adolescent chez les Franciscains, et devenu prêtre, évangélisa la Bosnie et prêcha avec le Père Adéodat de Rodez contre la secte des Bogomiles qui niait la nature divine du Christ, et avait une vision manichéenne de l’existence, en définissant un esprit du mal égal à l’esprit du bien. Les Bogomiles (appelés au Moyen Age, les Bougres) niaient aussi la Trinité, et refusaient le baptême ainsi que le sacrement de mariage.
Adéodat de Rodez prêcha à partir de 1372 avec le Père Nicolas, avant de se rendre en Palestine avec lui.
Pierre de Narbonne fut envoyé en 1368 en Ombrie par le bienheureux Paul de Foligno (1309-1391) où il vécut dans la prière et la méditation. En 1381, il partit en mission pour la Palestine.
Etienne de Coni avait vécu à Gênes, puis avait été envoyé par ses supérieurs en Corse. De Corse, il partit en mission pour la Terre Sainte en 1383.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre

St Nicolas I

  pape (105e) de 858 à 867

 

Ste Augustine Pietrantoni

martyre († 1894)

 

St Stanislas Kostka

novice s.j. (1550-1568)

 

Sts Antonin et compagnons

martyrs († 308)

 

St Mitre

martyr à Aix († IVe s.)

 

St Brice

évêque de Tours († v. 444)

 

Sts Arcadius et ses compagnons

martyrs († 437)

 

St Léonien

abbé à Vienne en Gaule († v. 518)

 

St Quintien

évêque de Clermont († 525 ou 526)

 

St Dalmas

évêque de Rodez († 580)

 

St Himier

ermite en Suisse (†  VIe ou VIIe s.)

 

St Eugène de Tolède

évêque († 657)

 

Ste Maxellende

vierge et martyre († v. 670)

 

St Abbon

abbé de Fleury et martyr († 1004)

 

Bx Varmond

évêque à Ivréa dans le Piémont

 

St Homobon de Crémone

laïc († 1197)

 

Bx Jean Gonga Martinez

martyr († 1936)

 

Bse Marie Giner Gomis

vierge et martyre († 1936)

 

Bx Josaphat Chichkov

prêtre et martyr († 1952)

 

BBx Kamen Vitcev

Pavel Djidjov, prêtres et martyrs († 1952)

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyJeu 15 Nov 2018, 17:47

15 novembre

Saint Albert Le Grand 
Évêque et docteur de l'Église 
(1193-1280)

Albert le Grand naît aux environs d'Augsbourg de parents riches. Dès son enfance, il montra dans ses études une rare perspicacité ; le goût des sciences lui fit abandonner les traditions chevaleresques de sa famille et le conduisit à l'université de Padoue où il sut tempérer son ardeur pour l'étude par une vive piété.

À l'âge de trente ans, encore incertain de son avenir, mais inspiré par la grâce, il alla se jeter aux pieds de la très Sainte Vierge, et crut entendre la céleste Mère lui dire : « Quitte le monde et entre dans l'ordre de Saint Dominique. » Dès lors, Albert n'hésita plus, et malgré les résistances de sa famille, il entra au noviciat des Dominicains. Tels furent bientôt ses progrès dans la science et la sainteté, qu'il dépassa ses maîtres eux-mêmes.

Muni du titre de docteur en théologie, il fut envoyé à Cologne, où sa réputation lui attira pendant longtemps de nombreux et illustres disciples. Mais un seul suffirait à sa gloire, c'est saint Thomas d'Aquin.

Ce jeune religieux, déjà tout plongé dans les plus hautes études théologiques, était silencieux parmi les autres au point d'être appelé par ses condisciples : « le Bœuf muet de Sicile ». Mais Albert les fit taire en disant : « Les mugissements de ce bœuf retentiront dans le monde entier. »

De Cologne, Albert fut appelé à l'Université de Paris avec son cher disciple. C'est là que son génie parut dans tout son éclat et qu'il composa un grand nombre de ses ouvrages. Plus tard l'obéissance le ramène en Allemagne comme provincial de son Ordre ; il dit adieu, à sa cellule, à ses livres, à ses nombreux disciples, et voyage sans argent, toujours à pied, à travers un immense territoire pour visiter les nombreux monastères soumis à sa juridiction. Il était âgé de soixante-sept ans quand il dut se soumettre à l'ordre formel du pape et accepter, en des circonstances difficiles, le siège épiscopal de Ratisbonne ; là, son zèle infatigable ne fut récompensé que par de dures épreuves où se perfectionna sa vertu.

Rendu à la paix dans un couvent de son Ordre, il lui fallut bientôt, à l'âge de soixante-dix ans, reprendre ses courses apostoliques. Enfin il put rentrer définitivement dans la retraite pour se préparer à la mort. On s'étonne que, parmi tant de travaux, de voyages et d'œuvres de zèle, Albert ait pu trouver le temps d'écrire sur les sciences, la philosophie et la théologie des ouvrages qui ne forment pas moins de vingt et un volumes in-folio, et on peut se demander ce qui a le plus excellé en lui du savant, du saint ou de l'apôtre.

Il mourut âgé de quatre-vingt-sept ans, le 15 novembre 1280 ; son corps fut enterré à Cologne dans l'église des dominicains. Il lui a fallu attendre jusqu'au 16 décembre 1931 les honneurs de la canonisation et l'extension de son culte à l'Église universelle. En proclamant sa sainteté, le pape Pie XI y ajouta le titre si glorieux et si bien mérité de docteur de l'Église.

Les autres saints du jour 


Des exemples à suivre


 
St Albert le Grand

docteur de l'Église († 1280)

 

Bse Marie de la Passion

vierge et fond. (1839-1904)

 

Bse Lucia Broccadelli

tertiaire dominicaine (1476-1544)

 

Sts Habib

Samonas et Gurias, martyrs († 306)

 

St Felix

évêque de Nole en Campanie († IV/Ve s.)

 

St Malo d'Aleth

évêque en Bretagne († v. 640)



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMar 04 Déc 2018, 14:25

4 décembre


St Clément d'AlexandriePÈRE DE L'ÉGLISE († V. 215) S'abonnerFête Le 4 Décembre


Clément d'Alexandrie, surnommé le père de la théologie spéculative et qui avait formé Origène, enseignait à l'école d'Alexandrie en Égypte entre 193 et 200, il dut fuir ensuite à cause de la persécution et il est allé rejoindre le Seigneur vers 215.

 

L'école d'Alexandrie rejetait l'interprétation littérale des Écritures, et en particulier celle de la prophétie, et elle considérait la Bible toute entière comme une vaste allégorie dont la signification profonde était masquée par la formulation même du texte. Elle s'efforçait de marier idéalisme platonicien et textes bibliques, entreprise exigeant l'adoption d'un système d'interprétation non littéral.

 

W.H. Rutgers écrit au sujet de Clément d'Alexandrie : « Clément, charmé par les sirènes de la philosophie grecque, soumettait l'Écriture sainte à cette interprétation allégorique et erronée, à ce parti-pris outré contre tout ce qui était matériel, visible, tangible, tout ce qui se situait dans un contexte géographico-historique. La philosophie éthérée des platoniciens ne pouvait supporter la 'charnelle et sensuelle' vision eschatologique des prémillénaristes. » 

Clément rapporte dans Quis dives salvetur 23:1, une citation de Jésus qu'on ne retrouve nulle part dans la Bible mais qui est en accord avec son enseignement :

« Je t'ai régénéré, toi que le monde avait enfanté dans le malheur et pour la mort. Je t'ai libéré, je t'ai guéri, je t'ai racheté. Je te donnerai la vie sans fin, éternelle, surnaturelle. Je te montrerai le visage de Dieu, le bon Père. »

Les autres saints du jour :


St Jean DamascènePRÊTRE ET DOCTEUR DE L'ÉGLISE († V. 749)
Sainte BarbeVierge et martyre (✝️ 235)
Sainte Adaabbesse (7ème s.)Bienheureux Adolphe Kolpingprêtre à Cologne (✝️ 1845)Saint AnnonEvêque de Cologne (✝️ 1075)Saint Bernard de ParmeEvêque de Parme (✝️ 1133)Sainte Bertoaire(✝️ 614)Bienheureux Christian(✝️ 1245)Saint Clément d'Alexandriepére de l'Église (✝️ v. 215)Saint CyranAbbé au diocèse de Bourges (✝️ 657)Saint Félix de Bologneévêque de Bologne (✝️ v. 431)Bienheureux François, Jérôme et Simonmartyrs au Japon (✝️ 1623)Saint Gennade de Novgorodévêque de Novgorod (✝️ 1505)Saint HéraclasPatriarche d'Alexandrie (✝️ 247)Saint Jeanévêque (8ème s.)Saint Jean Calabriaprêtre, fondateur des Congrégations des Pauvres serviteurs et des Pauvres servantes de la divine Providence (✝️ 1954)Saint Maruthas(✝️ 449)Saint Mélétiosévêque dans l'Attique en Grèce. (✝️ 330)Saint OsmondEvêque d'Old Sarum (✝️ 1099)Bienheureux PierreTiers-Ordre de Saint-François (✝️ 1289)Saint Séraphim(✝️ 1601)Saint Solermite (✝️ 794)Théodore de CyrEvêque de Cyr (✝️ v. 450)Saint Théophane(✝️ 815)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Évangileauquotidien.org

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyLun 10 Déc 2018, 22:50

11 décembre

Saint Damase
Pape (37e) de 366 à 384

Damase naît à Rome vers 305 ; fut diacre du pape Libère (352-366) qu’il accompagna en exil (355) ; retourné assez vite à Rome, il prit du service auprès de l’antipape Félix II (355-365) mais se réconcilia avec le pape Libère quand celui-ci fut autorisé à rentrer à Rome. A la mort de Libère (24 septembre 366) éclatèrent de violents désordres : les fidèles du défunt pape, réunis dans la basilique Julienne, élisaient le diacre Ursin à sa succession et le faisaient sacrer ; les autres, où l’on voyait beaucoup de partisans du défunt antipape, choisirent Damase et soudoyèrent une bande de voyous qui firent l’assaut de la basilique Julienne où, pendant trois jours, on massacra des ursiniens.

Le 1° octobre 366, après que ses partisans se furent emparé de la basilique du Latran, Damase fut sacré et, avec l’appui du préfet de la ville, fit chasser Ursin et ses fidèles de Rome d’où les derniers disparurent dans la prise de la basilique libérienne (26 octobre 366).
Pour les chrétiens du IV siècle, les catacombes sont des cimetières où ils enterrent chaque jour les leurs qui veulent reposer près des martyrs, mais l'accès est malaisé (éboulements, dégradations, vétusté). Après la paix constantinienne, de somptueuses basiliques sont édifiées en l'honneur des martyrs : Saint-Pierre, Saint-Paul, Saint-Laurent, Sainte-Agnès ... Devait-on multiplier ces monuments qui demandaient d’énormes dépenses ? Le pape Damase préféra restaurer le culte des martyrs dans les catacombes elles-mêmes et il entreprit des fouilles systématiques pour découvrir les tombes inconnues ou méconnues. Dans la Via Salaria vetus, la catacombe des saints Prothe et Hyacinthe est explorée, restaurée et embellie. On relie les salles par des escaliers qui facilitent la marche et la circulation des pèlerins. Au cimetière de Saint-Sébastien, Damase met à jour et honore les reliques du pape saint Eutychien (mort en 283). Non content de restaurer et de canaliser la dévotion populaire, le maître d'œuvre compose et appose une bonne cinquantaine d'inscriptions. Tibulle, poète élégiaque du I siècle avant Jésus-Christ, exprimait le souhait : Fac lapis inscriptis stat super ossa notis, (Fais en sorte que, grâce aux inscriptions sur pierre, nos restes soient identifiés) ; ce sera l'actif souci du pape Damase. Les fragments découverts dans la crypte des papes du cimetière de Calliste permettent de reconstituer l'hommage de Damase aux témoins ici rassemblés : Ci-gît, réunie, une foule de saints. Si vous les cherchez, leurs corps sont réunis dans ces vénérables tombes. Quant à leurs âmes sublimes, les célestes royaumes les ravit. -  Ci-gisent les compagnons de Sixte ; de l'ennemi, ils portent les trophées. - Ici, nombre d'hommes illustres gardent les autels du Christ. - Ci-gît un évêque dont la vie s'écoula en longue paix. - Ici, les saints confesseurs, transférés de Grèce, reposent. - Ici, vous trouverez : jeunes gens, enfants, vieillards, chaste génération qui pudeur garda. - Ici, je l'avoue, Moi, Damase, j'aurais souhaité faire ensevelir mes restes. Je m'en suis abstenu, soucieux de ne pas troubler les pieuses cendres des saints.

Si Damase ne fut pas un très grand versificateur, il eut le génie et le courage du restaurateur, soucieux de canaliser la piété populaire par le culte des saints et les pèlerinages à leurs tombes. On lui doit aussi la fondation de Sainte-Anastasie, de Saint-Laurent-in-Damaso, de Saint-Clément, deSainte-Pudentienne et du baptistère de Saint-Pierre. Son rôle n'est-il pas celui d'un pontife éclairé qui, non seulement prescrit la doxologie (formule de louange) Gloria Patri, à la fin des psaumes, mais surtout établit des rapports étroits entre Église et État, après l’extirpation des vieilles hérésies.

Le saint pape Damase meurt le 11 décembre 384, presque octogénaire sous l’empereur Théodose, dit saint Jérôme, après avoir gouverné pendant dix-huit ans l'Église de Jésus-Christ avec un dévouement inlassable et une sagesse éprouvée.

Les autres saints du jour :

Des exemples à suivre



Bx Anton Durcovici

évêque et martyr en Moldavie († 1951)

 

Bx Marcantonio Durando

prêtre et fond. († 1880)

 

Ste Eulalie de Mérida

vierge et martyre († 304)

 

St Maur (Mauro) de Rome

martyr  († sec. IV)

 

St Gemelle

martyr († 362)

 

St Grégoire III

pape (90e) de 731 à 741

 

St Luc

évêque en Calabre († 1114)

 

St Edmond Gennings

Polydore Plasden, martyrs († 1591)

 

Bx Brian Lacey

prêtre et martyr († 1591)

 

BBx Jean Mason

Sydney Hodgson, martyrs († 1591)

 

Sts Eustathe White

Swithun Wells, martyrs († 1591)

 

St Thomas Somers

prêtre et martyr († 1610)

 

St Jean Roberts

prêtre o.s.b. et martyr († 1610)

 

Bx Gonzalo Viñes Masip

prêtre et martyr (1883-1936)

 

Bx Antonio Martin Hernandez

 s.d.b. et martyr († 1936)

 

Bx Agustin Garcia Calvo

prêtre s.d.b. et martyr († 1936)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyMar 11 Déc 2018, 23:05

12 décembre

Saint Corentin 
1er évêque de Quimper

Corentin n’est pas venu d’Angleterre en Bretagne, comme la plupart des premiers Saints de cette province de Cornouailles. On met sa naissance au commencement du IVe siècle, époque où la Foi de Jésus-Christ, étant devenue maîtresse de l’empire romain, avait déjà pénétré dans les pays les plus barbares de l’Occident et du Nord.

Ayant été élevé dans la piété, il embrassa l’état ecclésiastique et fut promu aux Ordres Sacrés. Puis il se retira dans un ermitage, en la paroisse de Plouvodien, où Dieu fit de grands miracles pour sa nourriture. Il contracta une étroite amitié avec saint Primel, qui était aussi un solitaire d’une très grande piété ; et il fit sourdre une fontaine à son ermitage, pour l’exempter d’aller chercher de l’eau en un endroit fort éloigné.

Souvent il nourrit des hôtes, venus le voir, par des multiplications surnaturelles, trouvant même du poisson où il n’y en avait point auparavant. Entre autres, il fit un festin à un prince nommé Grallon et à des chasseurs de sa compagnie, avec un morceau de poisson qui n’aurait pas suffi pour rassasier un de ces hommes affamés. Ce prince, en reconnaissance, lui donna un grand espace de terre, où il fit bâtir un monastère qui fut bientôt rempli de très saints religieux. Les enfants nobles y étaient aussi reçus, pour être formés aux sciences humaines et à la piété : de sorte qu’il servit extrêmement à la bonne éducation de la jeune noblesse de Cornouailles et de toute la Bretagne.

Les seigneurs du pays, charmés de la prudence et de la sainteté de Corentin, prièrent le prince de procurer un nouvel évêché à Quimper-Odets et d’en faire nommer saint Corentin premier évêque. Grallon y consentit ; et, ayant fait venir ce saint Abbé, il l’envoya vers saint Martin, archevêque de Tours, dont la juridiction s’étendait sur toute la Bretagne, afin de recevoir de lui la consécration épiscopale.
Saint Corentin mena avec lui à Tours deux excellents religieux, Vennolé et Tudin, pour être bénis abbés de deux nouveaux monastères que le prince voulait fonder. Mais saint Martin, l’ayant sacré, lui dit que, pour la bénédiction des abbés de son diocèse, c’était à lui à la faire ; et il l’envoya ainsi gouverner le peuple que la divine Providence lui avait commis. On lui fit une entrée magnifique dans Quimper ; et on lui donna de quoi fonder un Chapitre de chanoines, pour sa nouvelle cathédrale.

Comme il n’oublia point dans l’Épiscopat qu’il était religieux, de même les exercices de la vie solitaire, qu’il continua toujours de pratiquer, ne lui firent point oublier qu’il était Évêque. Il visita tout son diocèse ; il ordonna de bons ecclésiastiques pour les distribuer dans les paroisses ; il corrigea les abus qui s’étaient glissés parmi les fidèles ; il combattit les restes du paganisme et il s’acquitta de toutes les autres obligations d’un bon pasteur. Enfin, Dieu le retira de ce monde pour lui donner la couronne de l’immortalité.

Son corps fut enseveli avec beaucoup d’honneur dans son église cathédrale, devant le grand autel ; et son convoi fut illustré par plusieurs miracles signalés. Il s’en est fait depuis quantité à son tombeau. Une femme avait promis de présenter de la cire à son église, en reconnaissance d’un insigne bienfait qu’elle avait reçu de son intercession. Elle en apporta en effet ; mais comme elle était prête à l’offrir, elle retira sa main par avarice et ne l’offrit point. Alors cette même main se ferma si fort, qu’il lui fut impossible de l’ouvrir, jusqu’à ce que le Saint, ayant égard à ses larmes, lui apparut par deux fois et la guérit de ce mal qu’elle s’était attiré par sa cupidité. Il apparut aussi à un pauvre homme, que des scélérats avaient enfermé dans un coffre pour le faire mourir de faim et le délivra de cette horrible prison en levant la serrure qui la tenait fermée.

Ses reliques sont maintenant au monastère de Marmoutier-lez-Tours, après avoir été à Saint-Martin de la même ville, où la crainte des Normands les avait fait transporter. La vie de notre Saint est dans Benoît Gonon et dans le P. Alexandre Legrand, de Morlaix. Sa ville épiscopale a pris son nom et ne s’appelle plus Quimper-Odets, mais Quimper-Corentin… jusqu’à ce que la révolution intervienne.

Pour un approfondissement :
>>> Saint Corentin, Évêque de Quimper (5ème s.)

Les autres saints du jour 

Des exemples à suivre 

St Damase

pape (37e) de 366 à 384

 

Ste María Maravillas de Jesús

fondatrice († 1974)

 

Sts Victoric

Fuscien et Gentien, martyrs († v. 300)

 

St Savin de Plaisance

évêque († 420)

 

St Daniel le Stylite

prêtre à Constantinople († 493)

 

Bx David

abbé à Himmerode en Allemagne († 1179)

 

Bx Franco Lippi

ermite de l'Ordre du Carmel († 1291)

 

Bx Ugolino Magalotti

tertiaire de Saint-François († 1373)

 

Bx Jérôme (Girolamo) Ranuzzi

prêtre († 1455)

 

Bx Melchior Sanchez Pérez

prêtre et martyr († 1632)

 

Bx Martin Lumbreras Peralta

prêtre et martyr († 1632)

 

Bx Arthur Bell

prêtre et martyr  († 1643)

 

Bse María del Pilar Villalonga

martyre († 1936)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptyVen 28 Déc 2018, 23:35

29 décembre


St Thomas BecketARCHEVÊQUE ET MARTYR († 1170) S'abonnerFête Le 29 Décembre

Saint Thomas Becket
Archevêque de Cantorbéry 
Martyr  

 Thomas de Cantorbéry naît à Londres le 21 décembre 1117.  

Par son courage indomptable à défendre les droits de l'Église, il est devenu l'un des plus célèbres évêques honorés du nom de saints et de martyrs. Dès sa jeunesse, il fut élevé aux plus hautes charges de la magistrature ; mais l'injustice des hommes détacha du monde ce cœur plein de droiture et de sincérité, et il entra dans l'état ecclésiastique. Là encore, son mérite l'éleva aux honneurs, et le roi Henri II le nomma son chancelier. Il ne fit que croître en vertu, donnant le jour aux affaires et passant la meilleure partie de la nuit en oraison. Il n'était que le distributeur de ses immenses revenus : les familles ruinées, les malades abandonnés, les prisonniers, les monastères pauvres, en avaient la meilleure part.

Le roi l'obligea d'accepter l'archevêché de Cantorbéry. Thomas eut beau dire au prince, pour le dissuader, qu'il s'en repentirait bientôt : celui-ci persista, et le chancelier reçut le sacerdoce et l'onction épiscopale. Sa sainteté s'accrut en raison de la sublimité de ses fonctions. On ne le voyait jamais dire la Sainte Messe, sinon les yeux baignés de larmes ; en récitant le Confiteor, il poussait autant de soupirs qu'il prononçait de mots. Il servait les pauvres à table trois fois par jour ; à la première table, il y avait treize pauvres ; à la seconde, douze ; à la troisième, cent.

Thomas avait bien prévu : les exigences injustes du roi obligèrent l'archevêque à défendre avec fermeté les droits et les privilèges de l'Église. Henri II, mal conseillé et furieux de voir un évêque lui résister, exerça contre Thomas une persécution à outrance. Le pontife, abandonné par les évêques d'Angleterre, chercha un refuge en France. Il rentra bientôt en son pays, avec la conviction arrêtée qu'il allait y chercher la mort ; mais il était prêt. 

Le 29 décembre 1170, les émissaires du roi se présentèrent dans l'église où Thomas priait. Il refusa de fuir et fut assommé si brutalement, que sa tête se brisa et que sa cervelle se répandit sur le pavé du sanctuaire. C'est à genoux qu'il reçut le coup de la mort. Il employa ce qui lui restait de force pour dire : « Je meurs volontiers pour le nom de Jésus et pour la défense de l'Église ».

l’Évangile au Quotidien« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68

Les autres saints du jour

Sts Innocents

martyrs

 

St Gaspard del Bufalo

prêtre et fondateur († 1837)

 

Ste Caterina Volpicelli

vierge et fond. (1839-1894)

 

St Théonas

évêque d'Alexandrie († v. 300)

 

St Antoine

moine au monastère de Lérins († v. 520)

 

Bse Matthia (Mattia) Nazzarei

abbesse († v. 1300)

 

St François de Sales

évêque († 1622)

 

Bx Gregory Khomyšyn

évêque et martyr (1867-1945)


St David fils de Jessé le BethléémiteIIE ROI D'ISRAËL

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 EmptySam 29 Déc 2018, 23:21

30 décembre

St Perpet

ÉVÊQUE DE TOURS († 494) S'abonnerFête Le 30 Décembre

Saint Perpet ou Perpetuus
Évêque de Tours 
(† 494)

Saint Perpetuus, originaire d'une famille sénatoriale d'Auvergne, dans la première moitié du Ve siècle, fut désigné par l'éclat de ses vertus au clergé et au peuple de Tours pour gouverner leur Église, en 461.

La gloire de l'épiscopat de saint Perpetuus, ce fut son amour pour saint Martin et pour la basilique qu'il avait fait construire en son honneur, basilique que les auteurs et les poètes de l'époque comparent au temple de Salomon et regardent comme une des merveilles du monde. La construction de ce temple, digne du saint qui devait y être honoré, dura vingt-deux ans ; sa consécration se fit avec une grande solennité ; Perpetuus y avait invité un grand nombre d'évêques et de religieux.

 

Lorsqu'on voulut exhumer le corps de saint Martin pour le transporter dans un sanctuaire du nouvel édifice, on éprouva des difficultés insurmontables, et l'on ne put remuer le cercueil ; le projet allait être abandonné, quand un vieillard inconnu, revêtu du costume d'abbé, s'approcha et dit : « Ne voyez-vous pas que saint Martin est prêt à vous aider ? » Et aussitôt, de ses mains, il souleva sans effort le corps du bienheureux. C'était sans doute un ange envoyé du ciel ou peut-être saint Martin lui-même.

 

De nombreux miracles s'opérèrent plus que jamais au tombeau de saint Martin, et depuis ce temps le nom de saint Perpetuus se trouva lié à toutes les gloires de la superbe basilique. Le saint évêque de Tours bâtit beaucoup d'autres églises ; de là vient qu'on le représente avec un édifice sacré sur la main, symbole qui convient fort bien à l'un des plus grands bâtisseurs d'églises qui aient jamais existé.

 

St Perpetuus aima les pauvres, son clergé et son Église d'un ardent amour, comme son testament en fait foi. Voici quelques lignes de ces pages vraiment épiscopales : « Au nom de Jésus-Christ. Ainsi soit-il. Moi, Perpetuus, pécheur, prêtre de l'Église de Tours, je ne veux pas partir de ce monde sans laisser un testament, de peur que les pauvres ne soient privés des biens dont la bonté du ciel m'a libéralement doté, et de peur que les biens d'un prêtre ne passent à d'autres familles qu'à mon Église. Je donne et lègue à tous les prêtres, diacres et clercs de mon Église, la paix de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ainsi soit-il. Que le Seigneur Jésus détruise du souffle de sa bouche tous les impies ! Ainsi soit-il, ainsi soit-il ! Paix soit à l'Église, paix soit au peuple, à la ville et à la campagne... Pour vous, mes frères bien-aimés, ma couronne, ma joie, mes seigneurs, mes enfants, pauvres de Jésus-Christ, indigents, mendiants, malades, orphelins, veuves, vous tous, je vous fais et constitue mes héritiers... »

l’Évangile au Quotidien« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68

Les autres saints du jour


Des exemples à suivre


 Bx Jean-Marie Boccardoprêtre et fond. († 1913)




St Thomas Becket

archevêque et martyr († 1170)

 

St David fils de Jessé le Bethléémite

IIe roi d'Israël

 

St Trophime

Ier évêque d'Arles († 250)

 

St Libosus

évêque de Béja (Tunisie) et martyr († 258)

 

St Martinien

évêque de Milan († 435)

 

St Marcel de Constantinople

abbé († 485)

 

St Évroul

abbé d'Ouche, en Normandie († 596)

 

Bx Gérard (Gerardo) Cagnoli

religieux o.f.m. (1267-1342)

 

Bx Guillaume Howard

vicomte de Stafford et martyr

 

Sts Bénédicte Hyon Kyong-Nyon et 6 comp.

martyrs († 1839)

 

Bx José Aparicio Sanz

prêtre et martyr (1893-1936)

 

BBx Enrique Juan Requena et José Perpiña Nácher

martyrs


Bx Juan-Bautista Ferreres Boluda

prêtre s.j. et martyr

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Saints du jour- année 2018   Saints du jour- année 2018 - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Saints du jour- année 2018
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» calendrier avec les Saints du jour
» Saints du jour- 30 mai
» Belle année 2018!
» Saints du jour- 28 novembre
» Saints du jour- 22 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: