Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Immigration et église catholique

Aller en bas 
AuteurMessage
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyDim 8 Avr 2018 - 23:57

08.04.2018


Bonsoir,

Je vous propose de lire un article détaillant la doctrine sociale de l'église catholique sur le sujet de l'immigration.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Immigration : quels fondements pour une parole des chrétiens ?


" J'étais un étranger et vous m'avez accueilli » : une parole pour aujourd'hui

Christian Mellon
25 janvier 2013


Parmi les sujets politiques à fortes implications éthiques, celui de l’immigration mobilise fortement les chrétiens. On l’a vu au printemps 2006, à l’occasion des débats autour de la loi « immigration-intégration ». Plus de 80 organismes chrétiens (mouvements, services d’Église, communautés et congrégations religieuses) ont exprimé leur opposition à la ligne générale de cette loi, qui oppose une immigration « choisie » (à encourager) à une immigration « subie » (à limiter encore davantage). Des évêques ont exprimé de fortes réticences : le cardinal Barbarin a déclaré que la formule « immigration choisie » ne lui semblait pas chrétienne ; Mgr Pontier, alors vice-président de la Conférence épiscopale, a qualifié d’« inhumaines » les restrictions sur le regroupement familial, sur la carte de séjour, sur le droit d’asile ; dans une lettre au Premier ministre, signée des responsables des trois principales Églises de France- catholique, protestante et orthodoxe – on trouve cette question : « Peut-on uniquement proposer aux sans papiers de repartir dans leur pays d’origine, de gré ou de force ? ».

Ce sujet est un de ceux où semblent s’opposer la fidélité à l’Évangile et les choix politiques présentés comme « réalistes ». C’est aussi un de ceux sur lesquels beaucoup de catholiques pratiquants refusent, plus ou moins ouvertement, d’entendre la voix de leurs évêques. Certains ressortent la vieille objection : « ils n’ont pas à s’occuper de ces questions ». D’autres reprennent le thème de l’opposition entre l’éthique inspirée de l’Évangile (qui serait forcément « angélique ») et les nécessités politiques (qui seraient forcement « amorales », voire immorales).

Dans un autre article de ce site, je rappelle quelques données (faits, chiffres) qui montrent que les positions de « fermeture » ne peuvent s’arroger le monopole du réalisme. Dans le présent article, je voudrais seulement rappeler sur quels fondements le chrétien est invité à s’appuyer pour prendre position dans toute question concernant les étrangers. Un bref parcours à travers la Bible (Ancien et Nouveau Testament) et un rappel de quelques uns des principes de la « doctrine sociale de l’Église » précèderont une présentation des principaux documents des autorités catholiques sur le sujet depuis le Concile.

Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyDim 8 Avr 2018 - 23:58

La Bible
Pourquoi partir de la Bible ? Tout simplement parce qu’ « il y a des pages de la Bible que l’on ne peut arracher », comme le disait Mgr Pontier, donnant à La Croix (2 mai 2006) les raisons pour lesquelles les évêques s’opposaient à plusieurs mesures du projet de loi (Ceseda).

L’Ancien Testament
Le rapport à l’étranger traverse toute l’histoire du peuple hébreu. Dès Abraham : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t’indiquerai » (Gn 11,31). « Mon père était un Araméen errant. »

Deux expériences essentielles dans l’Histoire du peuple : l’Exode (« Vous avez été émigrés au pays d’Egypte »), et l’Exil à Babylone.

Ceci se traduit dans la Loi : « Tu n’opprimeras pas l’étranger. Vous connaissez la vie de l’étranger puisque vous avez vous-mêmes résidé comme étrangers dans le pays d’Égypte (Ex 29, 3).

« L’étranger qui réside avec vous sera pour vous comme un compatriote et tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers au pays d’Égypte. »

Il ne s’agit donc pas d’abord d’un principe éthique, juridique, mais bien d’une exigence théologale. Aimer l’étranger est mis en lien avec une expérience qu’on dirait aujourd’hui spirituelle : une invitation à découvrir notre propre condition d’étrangers. Le peuple élu a été constitué par un geste de Dieu : la libération du pays d’Egypte, qui se traduit par une mise en mouvement, une migration de la terre d’esclavage à la terre promise.

Ce thème sera repris par les Pères de l’Église et de nombreux auteurs chrétiens : nous sommes en pèlerinage vers la Cité de Dieu. Le chrétien ne peut s’identifier à aucun lieu, aucune terre, aucun enracinement de type biologique (race), ethnique, national, culturel. « Le phénomène de la mobilité humaine évoque l’image même de l’Église, peuple en pèlerinage sur la terre, mais toujours orienté vers la Patrie céleste » (Jean Paul II, message 1998).

Le thème universaliste apparaît dès Isaïe : « Ma maison s’appellera maison de prière pour tous les peuples » (Is 56, 6-7). Le peuple « particulier » est appelé à s’élargir en peuple universel. Cet élargissement, annoncé dans le l’Ancien Testament, sera au cœur du Nouveau Testament.

Le Nouveau Testament
Du salut pour un peuple, on passe au salut pour tous. Jésus lui-même doit faire ce passage, qui ne va pas de soi. Il dit d’abord qu’il est envoyé « aux brebis perdues de la maison d’Israël ». Peu à peu, il découvre que sa mission est élargie aux « païens ». L’épisode de la femme syro-phénicienne est décisif (Marc 7, 24-31).

Chez Jean, le moment (Jean 12) où Jésus annonce solennellement que l’Heure est venue pour lui, c’est le fait que des Grecs s’intéressent à lui !

Jésus accueille le Centurion romain, guérit la cananéenne, parle positivement des Samaritains. Tout cela le met en opposition aux nationalistes de son propre peuple, ceux pour qui l’identité d’un peuple se définit par opposition aux autres.

La parabole du Bon samaritain opère un retournement décisif quant à la notion même de « prochain ». Alors que, spontanément, je me pense au centre pour me demander jusqu’où je veux bien étendre ma solidarité, la Parabole me dit que, au centre, il n’y a pas moi mais celui qui a besoin de moi. L’homme blessé n’est pas celui dont je dois décider si je vais le considérer ou non comme « mon prochain » : il est celui dont je suis invité à me rendre proche. Je suis invité à devenir son prochain… « Le prochain, dans l’Évangile, n’est pas celui que l’on choisit, mais celui qui nous arrive et dont nous devenons proches », écrit Mgr Claude Rault, évêque de Laghouat. Et Jean Paul II écrit : « L’Église se sent le devoir d’être proche, comme le bon Samaritain, du clandestin, du réfugié, icône contemporaine du voyageur dépouillé , roué de coups et abandonné sur la bord de la route de Jéricho » (message pour la journée mondiale des Migrants de 1997).

Autre passage très connu, celui où Jésus s’identifie au pauvre, au malade, au prisonnier, à l’étranger : « J'étais un étranger et vous m'avez accueilli » (Mt 25, 35). Voici le commentaire qu’en a fait Mgr Daucourt, dans son homélie aux Semaines sociales 2006 : « Jésus ne dit pas : j’étais un malade catholique et vous êtes venus me voir. J’étais un prisonnier innocent et vous m’avez visité. J’étais en étranger avec des papiers en règle et vous m’avez accueilli ».

Les premiers chapitres des Actes des Apôtres retracent les débats autour de l’accueil ou non des païens (des étrangers) dans la communauté chrétienne : les accueillir, oui, mais en leur demandant d’être comme nous ? Ou bien en acceptant qu’ils aient des pratiques alimentaires différentes, qu’ils ne soient pas circoncis ? Le premier Concile tranche en faveur de cette deuxième position : non seulement les non-juifs sont chez eux dans l’Église, mais ils n’ont pas à se soumettre aux rites marquant l’identité nationale et religieuse du peuple juif.

A la Pentecôte, la Bonne nouvelle est proposée à tous (les peuples du monde alors connu sont énumérés), mais elle est entendue par « chacun dans sa langue » : universalité ne signifie pas uniformité.

Paul écrit aux Galates (3, 28) que, en Christ, « il n’y a plus ni juif, ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus ». Plus développé en Col 3, 11 : « il n’y a plus de Grec et de Juif, d’israélite et de païen, il n’y a pas de barbare, de sauvage, d’esclave, d’homme libre, il n’y a que le Christ : en tous il est tout ». Thème repris par Jean Paul II qui écrira : « Dans l’Église, nul n’est étranger ».

Voilà pourquoi Jean Paul II peut souligner que « pour le chrétien, l’accueil et la solidarité envers l’étranger ne constituent pas seulement un devoir humain d’hospitalité, mais une exigence précise qui découle de la fidélité même à l’enseignement du Christ » (Message 1998). Autrement dit, il ne s’agit pas seulement d’éthique, mais de foi.

La doctrine sociale de l’Église

La dignité de tout être humain
Elle ne dépend pas de sa nationalité, de sa race, de son sexe, de son âge, etc. Elle doit être respectée inconditionnellement. D’où les protestations de nombreux textes d’Église contre les humiliations, les discriminations, le racisme… D’où aussi le refus, par les évêques français, du vocabulaire « choisi/subi » : il porte atteinte à la dignité des personnes présentées comme « subies ». L’Église est pour une immigration ni subie, ni choisie, mais accueillie.

Déjà le Concile Vatican II disait : « A l’égard des travailleurs en provenance d’autres pays ou d’autres régions qui apportent leur concours à la croissance économique d’un peuple ou d’une province, on se gardera soigneusement de toute espèce de discrimination en matière de rémunération ou de condition de travail. De plus, tous les membres de la société, en particulier les pouvoirs publics, doivent les traiter comme des personnes et non comme de simples instruments de production, et faciliter la présence auprès d’eux de leur famille » (Gaudium et spes, 66).

Conséquence importante : le chrétien est invité à ne pas aborder le migrant comme une menace. C’est un frère. Toute rencontre est une chance, une « grâce ». Cessons de ne parler de l’immigration qu’en termes de « problèmes » !

La destination universelle des biens
Rappelons l’énoncé de ce principe par Vatican II : « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, de sorte que les biens de la Création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité » (Gaudium et spes 69).

Saint Ambroise (340-397) disait déjà aux riches : « Lorsque vous faites l’aumône aux pauvres, vous ne vous dépouillez pas de vos biens mais leur rendez ce qui leur appartient de droit. Car vous vous êtes approprié pour votre seul usage ce qui a été donné pour l’usage de tous. La Terre n’appartient pas aux riches, mais à tout le monde. C’est pourquoi, loin de vous montrer généreux, vous ne faites que rembourser une partie de votre dette. »

Ce principe s’applique à la question des migrations : « Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine » (Catéchisme universel 2241).

Le président de la conférence épiscopale du Mexique déclare : « Le don de la terre à l’homme, la destinée universelle des biens par désir du Créateur et la solidarité humaine sont antérieures aux droits des Etats ». Donc « les Etats et leurs lois légitimes de protection des frontières seront toujours un droit postérieur et secondaire par rapport au droit des personnes et des familles à la subsistance » (15 novembre 2002).

Le bien commun universel

L’Enseignement social de l’Église met la notion de « bien commun » au centre. Mais un chrétien doit viser le « bien commun universel », ce qui peut parfois le mettre en rupture avec le bien commun de sa communauté nationale. Le chrétien ne peut s’identifier à une Église « nationale », dont le seul souci serait de poursuivre le bien commun de son pays. Parce qu’elle est catholique, l’Église invite à soumettre les choix collectifs à la visée du « bien commun universel ».

L’intérêt national est un objectif qu’il est légitime de prendre en compte, mais il ne peut pas être, pour un chrétien, le critère ultime de ses choix politiques. Il en va de l’universalité (« catholicité ») de l’Église.

Conséquence : l’Église ne conteste pas aux États le droit de gérer les entrées sur leur territoire. Ce qu’elle conteste, c’est que les critères d’admission soient fixés en considération du seul « intérêt national », non du bien universel.

La position « nationaliste » consiste à ne considérer que ce qui est le meilleur pour notre pays : si on a trop de travailleurs, on ferme les portes ; mais si on commence à avoir besoin de certains types de compétence, on les rouvre pour une « immigration choisie », sans se soucier des effets sur les pays d’origine…

Noter, tout à fait à la fin de la vie de Jean Paul II, l’émergence d’un thème assez nouveau, celui de « citoyenneté mondiale ». C’est dans son Message pour la Journée de la Paix (1er janvier 2005) : « L'appartenance à la famille humaine confère à toute personne une sorte de citoyenneté mondiale, lui donnant des droits et des devoirs, les hommes étant unis par une communauté d'origine et de destinée suprême … La condamnation du racisme, la protection des minorités, l'assistance aux réfugiés, la mobilisation de la solidarité internationale envers les plus nécessiteux, ne sont que des applications cohérentes du principe de la citoyenneté mondiale ».



Dernière édition par *Encelade* le Lun 9 Avr 2018 - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyDim 8 Avr 2018 - 23:59

Le choix prioritaire des pauvres
Les critères d’admission, la manière d’accueillir doivent prendre au sérieux le fait que les pauvres ont en quelque sorte davantage de droits que les autres. Précisément parce qu’ils ne sont pas protégés par des biens, des réseaux, des lobbies, des assurances… Le chrétien, face à toute politique publique, doit donc être attentif à ses conséquences sur les personnes les plus fragiles et les plus menacées.

Face à la « misère du monde », la bonne question n’est pas : « Qui pouvons nous raisonnablement accueillir ? », mais « Est-ce que nous prenons « notre part » dans l’accueil de cette misère, compte tenu de nos possibilités, de nos responsabilités, de nos valeurs ? » On fait ici allusion à la célèbre phrase de Michel Rocard : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part ». N’allons pas oublier la deuxième moitié de la phrase, sous prétexte que la première est vraie !

Interventions récentes sur les questions touchant migrations et asile

Depuis 1914, les papes s’expriment régulièrement sur les migrations. Au début, le grand sujet de préoccupation, c’était le souci pastoral envers les catholiques quittant leur pays. Ce souci persiste, bien sur, très légitimement ; mais, depuis le Concile, ces textes traitent aussi, très largement, des questions de migration en général.

Les textes de référence sont, pour le Vatican, le document de 2004 ; La charité du Christ envers les migrants, et les Messages que le pape envoie chaque année pour la journée de janvier (à consulter sur le site internet du Vatican).

Les épiscopats nationaux parlent selon les circonstances. Bon recueil de textes divers, émanant de pays très divers (Mexique, Colombie, Belgique, États-Unis, Allemagne, UK, Italie, Canada, Guatemala, Maroc, Portugal, Espagne, France) dans Les Églises, les migrants et les réfugiés, 35 textes pour comprendre, coordonné par B. Fontaine, éd. de l’Atelier, 2006.

Les points de consensus
L’immigration : un droit
« Il est urgent que, à l’égard des migrants, on sache dépasser une attitude étroitement nationaliste pour instaurer un statut qui reconnaisse un droit à l’émigration, qui favorise leur intégration… C’est le devoir de tous – et spécialement des chrétiens – de travailler avec énergie à instaurer la fraternité universelle… » (Paul VI, Octogesima adveniens 17, 1971).

L’Église souligne à plusieurs reprises l’incohérence du droit international, qui reconnait un droit à l’émigration, sans rien dire de son corollaire logique, le droit à l’immigration : « L’Église s’interroge sur la valeur du droit à l’émigration en l’absence d’un droit correspondant à l’immigration » (Jean Paul II, 1996).

Traiter les causes
Sur ce point, les textes d’Église ne disent pas des choses très originales par rapport à tout ce qu’on dit sur les causes des migrations. Évoquons simplement deux insistances :

la mondialisation : « Nous nous sommes habitués à la libre circulation de l’argent, des marchandises, des informations, mais nous sommes plus réticents face à la liberté de circulation des personnes. Peut-on à la fois pratiquer la liberté du commerce, tout en barrant la route aux immigrés ou en les renvoyant chez eux ? » (Qu’as-tu fait de ton frère ?, Message du Conseil permanent, 18 octobre 2006).

le mal développement : « … Vivre dans sa propre patrie est un droit primaire de l’homme. Mais ce droit ne devient effectif que si l’on tient constamment sous contrôle les facteurs qui poussent à l’émigration. Ces facteurs sont, entre autres, les conflits internes, les guerres, le système de gouvernement, la distribution inique des ressources économiques, la politique agricole incohérente, l’industrialisation irrationnelle, la corruption envahissante » (Jean Paul II, 9 octobre 1998, discours au Congrès mondial sur la pastorale des migrants et réfugiés).

Droit des États à réguler
L’Église ne conteste pas la responsabilité propre des pouvoirs publics dans la régulation des flux migratoires, pourvu qu’elle s’exerce en conformité avec le droit européen et international : « Les autorités politiques peuvent, en vue du bien commun dont elles ont la charge, subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l’égard du pays d’adoption » (Catéchisme 2241).

Vision positive de l’intégration
L’intégration, thème récurrent. Citons seulement ce texte, représentatif de bien d’autres :
« Dans nos sociétés touchées par le phénomène global de la migration, il est nécessaire de chercher un juste équilibre entre le respect de sa propre identité et la reconnaissance de celle d’autrui. Il est en effet nécessaire de reconnaître la légitime pluralité des cultures présentes dans un pays, sauvegardant la protection de l’ordre dont dépend la paix sociale et la liberté des citoyens.

On doit en effet exclure aussi bien les modèles fondés sur l’assimilation, qui tendent à faire de celui qui est différent une copie de soi-même, que les modèles de marginalisation des immigrés, comportant des attitudes qui peuvent aller jusqu’aux choix de l’apartheid. La voie à parcourir est celle de l’intégration authentique dans une perspective ouverte, qui refuse de considérer uniquement les différences entre les immigrés et les populations locales » (Jean Paul II, message de 2005).

On trouve la même idée chez Mgr Vingt-Trois1.

Le devoir d’éduquer les fidèles
« Le problème est de savoir comment associer à cette œuvre de solidarité les communautés chrétiennes souvent gagnées par une opinion publique parfois hostile envers les immigrés » (Jean Paul II, 1996).

« Lorsque la compréhension du problème est conditionnée par les préjugés et des attitudes xénophobes, l’Église ne doit pas manquer de faire entendre la voix de la fraternité, en l’accompagnant de gestes qui attestent du primat de la charité » (Jean Paul II, 1996).

Les points chauds
Les sans papiers
« La situation d'irrégularité légale n'autorise pas à négliger la dignité du migrant, qui possède des droits inaliénables, qui ne peuvent être ni violés ni ignorés » …

« Dans l'Église, nul n'est étranger et l'Église n'est étrangère à aucun homme ni à aucun lieu. En tant que sacrement d'unité, et donc signe et force de regroupement de tout le genre humain, l'Église est le lieu où les immigrés en situation illégale eux aussi sont reconnus et accueillis comme des frères. Les différents diocèses ont le devoir de se mobiliser pour que ces personnes, contraintes à vivre en dehors de la protection de la société civile, trouvent un sentiment de fraternité dans la communauté chrétienne. La solidarité est une prise de responsabilité à l'égard de ceux qui sont en difficulté. Pour le chrétien, le migrant n'est pas simplement un individu à respecter selon des normes fixées par la loi, mais une personne dont la présence l'interpelle et dont les besoins deviennent un engagement dont il est responsable. « Qu'as-tu fait de ton frère ? » (cf. Jn 4, 9). La réponse ne doit pas être donnée dans les limites imposées par la loi, mais dans l'optique de la solidarité. » (Message du Pape Jean Paul II pour la Journée mondiale des migrants, 1996).

Pour le jubilé (en 2000), le pape propose une régularisation :

« … Que se produise un geste de réconciliation, dimension propre au jubilé, sous la forme d’une régularisation d’une large partie de ces immigrés qui, plus que les autres, souffrent du drame de la précarité et de l’incertitude, c’est-à-dire des immigrés en situation irrégulière. » (Jean Paul II, 9 octobre 1998, discours au Congrès mondial sur la pastorale des migrants et réfugiés)

États-Unis : « Notre pays, tout en bénéficiant économiquement de la présence des travailleurs illégaux, ferme les yeux quand ces travailleurs sont exploités par les employeurs… En même temps, nous en faisons les boucs émissaires de nos problèmes sociaux et nous les identifions comme des menaces à notre sécurité et des criminels pour justifier l’adoption de lois anti-immigration » (Cardinal Mahony, Los Angeles, dans le grand débat de 2007).

Royaume-Uni : voir le recueil de B. Fontaine p 312.

France : la lettre du Cecef3 au Premier ministre, lors du débat sur le Ceseda4 en 20065.

Le droit de vivre en famille
Là aussi, thème récurrent. Citons quelques interventions :

« Il faut éviter d’avoir recours à l’utilisation des règlements administratifs visant à réduire les critères d’appartenance à la famille, et ayant pour conséquence de mettre hors la loi, de façon injustifiée, des personnes auxquelles aucune loi ne peut nier le droit à la coexistence familiale » (Jean Paul II, 1996).

Lettre du Cecef au Premier ministre de Villepin :

« …Nous attachons une attention toute particulière au respect du droit à la vie privée et familiale. Guidées principalement par le souci d’éviter les fraudes, les mesures contenues dans le projet de loi auraient pour conséquences, si elles sont adoptées, de fragiliser ou de retarder le regroupement de familles étrangères ou de couples mixtes, et de laisser des familles entières dans une longue incertitude quant à leur possibilité de s’établir durablement en France6. »

Communiqué de Mgr de Berranger et Mgr Shokert (automne 2007) :

« Nous nous inquiétons cependant des conditions toujours plus restrictives mises au regroupement familial qui est un droit toujours à respecter... »

Le droit d’asile
« Le nombre de personnes qui ne cadrent pas avec les dispositions des conventions internationales pour la protection des réfugiés ne cesse d’augmenter. Il est on ne peut plus urgent de tenir compte du changement des causes de fuite… La protection des réfugiés, normalisée selon le droit international, nécessite un élargissement,… à côté de la persécution politique, dont traite le droit d’asile, il existe de très nombreuses causes de départ, qui doivent elles aussi être prises au sérieux. » (Conférence épiscopale d’Allemagne, mars 1995, Documentation catholique, 7 mai 95, p 453)

Au niveau de l’Union européenne, six organisations – Caritas Europe, la Commission des Églises auprès des Migrants en Europe (Ccme), le secrétariat de la Commission des Épiscopats de la Communauté européenne (Comece), la Commission internationale catholique pour les Migrations, le Service jésuite des Réfugiés Europe (Jrs) et le Quaker Council for European Affairs – présentent 12 recommandations en octobre 2004. La politique de migration et d’asile de l’Union devrait fournir un cadre pour les schémas de régularisation pour les migrants irréguliers, la reconnaissance de la réunification familiale comme un droit fondamental, une approche commune de la politique d’intégration et une politique de retour et de réadmission commune. Des normes élevées dans la politique d’asile européenne devraient être assurées. Dans la tentative d’accélération de la procédure d’asile, certaines procédures violent les règles de droit, en particulier le concept de « pays tiers sûr ». Les réfugiés devraient se voir garantir un statut protégé pendant leur procédure de demande d’asile et avoir accès au marché du travail.

« Certes, nous ne pouvons pas recevoir tout le monde, mais il nous est aussi impossible de renvoyer tous les clandestins. Notre pays doit pouvoir continuer à recevoir les réfugiés politiques et ceux qui risquent des persécutions, y compris religieuses, dans leur pays » (Qu’as-tu fait de ton frère ? Message du Conseil permanent, 18 octobre 2006).


Dernière édition par *Encelade* le Lun 9 Avr 2018 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 0:00


L’immigration choisie
« L’Église se sent le devoir d’être proche, comme le bon samaritain, du clandestin et du réfugié, icône contemporaine du voyageur dépouillé, roué de coups et abandonné sur le bord de la route. (1) » Cette parole de Jean Paul II n’a rien perdu de son actualité. Elle justifie à elle seule, par sa référence à l’Évangile, que les chrétiens refusent par principe de choisir entre bons et mauvais migrants, entre clandestins et réguliers, entre citoyens pourvus de papiers et d’autres sans papier. Quels qu’ils soient, ils sont nos frères et sœurs en humanité. »
Communiqué de Mgr de Berranger et Mgr Shokert (automne 2007)

Les points d’interrogation
Obéir à la loi : oui, mais ce n’est pas un absolu
« Il est important d’aider le migrant en situation irrégulière à effectuer les démarches administratives pour obtenir le permis de séjour. Les institutions à caractère social et caritatif peuvent prendre contact avec les autorités pour chercher, dans le respect de la légalité, les solutions adaptées aux différents cas » (Jean Paul II, message 1996).

Mais quand il y a conflit, le Catéchisme de l’Église catholique précise (n° 2242) : « Le citoyen est obligé en conscience de ne pas suivre les prescriptions des autorités civiles quand ces préceptes sont contraires aux exigences de l’ordre moral, aux droits fondamentaux des personnes ou aux enseignements de l’Évangile. Le refus d’obéissance aux autorités civiles, lorsque leurs exigences sont contraires à celles de la conscience droite, trouve sa justification dans la distinction entre le service de Dieu et le service de la communauté politique. « Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu » (Mt 22, 21). « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5, 29) :

États-Unis (2007) : « Le cardinal Roger Mahony de Los Angeles a déjà promis qu'il appellerait ses prêtres à la désobéissance civile si la loi était adoptée. Cela « reviendrait littéralement à criminaliser les activités du bon samaritain, et probablement même celles de Jésus », s'est indignée la sénatrice Hillary Clinton qui, la semaine dernière, a eu l'idée de faire intervenir le Christ dans un débat déjà houleux.7 »

Occupations d’églises ou de bâtiments paroissiaux
« Dans une société laïque et sécularisée, les églises ont-elles à devenir les seuls sanctuaires où se réfugient ceux qui veulent clamer leur détresse ? » (Cecef, juillet 1996).

« Lorsque les portes de l’administration se referment, les églises leur apparaissent l’ultime recours. Certes, ils pourraient choisir d’autres lieux d’accueil. Mais ils savent que rien de ce qui touche la dignité de l’homme n’est étranger à l’Église » (Comité épiscopal des migrations, 7 avril 1998, « J’ai vu la misère de mon peuple »).

« … Nous jugeons qu’il n’est pas opportun… que les lieux catholiques – églises, chapelles, lieux de culte, locaux réservés aux activités spécifiques d’évangélisation et de pastorale – soient mis à la disposition de croyants de religions non chrétiennes, et moins encore qu’ils soient utilisés pour faire valoir des revendications vis-à-vis de l’autorités publique » (La charité du Christ envers les migrants, 2004, n° 61).

Evêques de Belgique : « Les évêques comprennent que certains sans-papiers recourent à des « occupations d’églises » pour porter leur détresse à l’attention du grand public. Ils acceptent que cela se fasse, si les responsables locaux ont donné leur accord8. »

Conclusion

Le chrétien n’est pas naïf. Il n’a pas à nier que les migrations sont liées à des problèmes. Mais il trouve dans ses fondements de fortes raisons de considérer la présence d’étrangers non comme un fardeau, mais comme une chance. Il est invité à passer de l’exil à l’exode, de l’invasion au métissage, de la déploration du mal à la recherche des « signes des temps », du dérangement à l’altérité, de la peur à la promesse. « L'étranger, l'autre, est d'importance vitale pour tous. (…) Aujourd'hui surtout nous croyons mieux assurer notre identité en nous repliant sur l'espace national ou religieux...Mais à cause de cela, la violence se diffuse. (....) Le mot clé de ma foi est le dialogue. Non pas par tactique ou par opportunisme, mais parce que le dialogue est constitutif de la relation de Dieu avec les hommes et des hommes entre eux".
(Pierre Claverie, dominicain, évêque d'Oran, assassiné en août 1996)

Annexes

Pour aller plus loin :

Extrait du texte « Qu’as-tu fait de ton frère ? », publié par les évêques de France, dans la perspective des élections de 2007.

« Le sujet est difficile et nous savons l’extrême sensibilité de nos concitoyens en ce domaine. Comment pourrions-nous nier les problèmes ? Comment pourrions-nous nier qu’un pays comme le nôtre a des limites à sa capacité d’accueil ? Cependant, il convient de prendre notre juste part à cet accueil. Et juste, ici, veut dire de façon généreuse. Evêques, nous voyons nos communautés accueillir nombre de ceux qu’on appelle des étrangers ou des migrants. Leur présence nous amène à formuler quelques convictions :

- Nous estimons normal que notre pays définisse une politique de l’immigration. Cela fait partie de la responsabilité gouvernementale et tout gouvernement doit faire face à cette question.

- Dans l’Église, cependant, il n’y a pas d’étranger : le baptême fait accéder, où que l’on soit, à la « citoyenneté » chrétienne et l’Évangile nous appelle à une fraternité universelle. Dans bien des communautés, les étrangers ont le souci de partager avec d’autres, nous en sommes témoins !

- La rencontre avec ces frères et sœurs venus d’ailleurs nous amène à poser fortement, dans le débat public, la question de l’extraordinaire inégalité qui règne dans le monde. Sommes-nous attentifs aux choix politiques qui favorisent un développement solidaire ? Sommes-nous prêts à modifier notre mode de vie, afin de permettre un réel développement des pays les plus pauvres, en particulier en Afrique ? Sommes-nous prêts à partager concrètement pour aider les pays les moins développés ? N’est-il pas important de lancer cet appel aux Français ?

- Parmi les migrants, beaucoup, pour s’établir en France, ont franchi des difficultés considérables et certains ont risqué leur vie. Pourquoi ne pas porter à leur crédit cette volonté de rejoindre notre pays et ne pas se fonder sur elle pour leur trouver une place dans la société nationale ? Certes, nous ne pouvons pas recevoir tout le monde, mais il nous est aussi impossible de renvoyer tous les clandestins. Notre pays doit pouvoir continuer à recevoir les réfugiés politiques et ceux qui risquent des persécutions, y compris religieuses, dans leur pays.

- Enfin, réguler l’immigration veut dire pourchasser les mafias et autres circuits d’immigration clandestine, employeurs véreux, marchands de sommeil, etc. »

Discours de Mgr Vingt-Trois, début avril 2008

Jusqu’où sommes-nous prêts à aller dans le partage de la prospérité ? Déjà, dans nos pays très développés de l’Ouest européen, la question de l’accueil des migrants est récurrente. Voulons-nous une Europe ouverte ou une Europe close devant les risques de perdre notre sécurité économique, dont la fragilité financière provoque les soubresauts que l’on sait ? L’histoire a montré qu’il n’est pas de clôture qui résiste aux besoins élémentaires qui s’expriment au dehors. La seule voie qui nous paraît raisonnable est évidemment celle du développement qui donne de quoi vivre dans les pays de forte immigration. Mais cette politique coûte très cher en argent et en vigilance sur l’utilisation des aides. Quel pourcentage de notre richesse nationale sommes-nous prêts à y investir, non seulement en « promesses de dons » mais en financement réel ?

La France, pays de migrations anciennes, qui s’enorgueillit d’être le « pays des droits de l’homme » va-t-elle aider l’Europe à progresser dans une politique d’ouverture devant les migrations ? Va-t-elle elle-même progresser dans la mise en oeuvre d’une politique d’aide au développement ? Va-t-elle progresser dans les procédures de traitement des demandes d’asile, dans leur durée comme dans les critères mis en oeuvre et la manière de traiter les demandeurs ? Une politique raisonnée de l’immigration est indissociable des moyens à dégager pour que les fonctionnaires chargés de son exécution ne soient pas submergés et ne se trouvent pas dépassés par les situations qu’ils ont à traiter. Enfin, par delà la réglementation nécessaire, la manière de traiter des personnes en détresse suppose un engagement déterminé dans l’application des lois et des jugements. Une personne qui ne réunit pas les conditions d’accueil sur notre territoire ne cesse pas pour autant d’être une personne humaine, un homme, une femme, un enfant, que l’on doit respecter et traiter avec dignité. Une personne ne peut pas être détenue dans des conditions inhumaines.

L’Église se félicite que de nombreux catholiques soient engagés sur ce front de la solidarité. Elle encourage les fonctionnaires et membres des forces de l’ordre qui exécutent leur mission en respectant les personnes concernées. Elle appelle les communautés locales à réfléchir et à agir pour venir en aide à ceux qui ont mis leur espoir, leur ultime espoir, dans le risque de l’immigration. Elle soutient les femmes et les hommes politiques dans leur implication pour cette cause, même si elle n’est pas très rentable électoralement.

1  Bernard Fontaine (coord.), Les Églises, les migrants et les réfugiés. 35 textes pour comprendre, éd. de l’Atelier, 2006, p 37-38.
2  Bernard Fontaine, op. cit. p 31.
3  Cecef : Le Conseil des Églises chrétiennes en France.
4  Ceseda : Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile.
5  Bernard Fontaine, op. cit. p 89.
6  Cité dans Bernard Fontaine, op. cit. p 90.
7  Voir aussi à ce sujet Bernard Fontaine, op. cit. p 64.
8  Bernard Fontaine, op. cit. p 30.
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 5:44

Au fait tu peux dire tout ce que tu veux à ce propos, pour de me discréditer, l'église accueille l'étranger, mais l'église n'a pas vocation à intégrer les étrangers. Je n'ai absolument pas parlé de rejeter les étrangers en situation régulière, mais ceux en situation irrégulière, et de réguler l'immigration en faisait respecter les lois.
L'étranger est quelqu'un de passage dans la bible, parce que Israël voyait beaucoup de passage sur son territoire, hors actuellement il y a un exode massif de population vers l'Europe qui cherchent à s'installer.
D'ailleurs il y a une grande confusion à ce propos.

Mais si tu veux un avis catholique à ce propos à propos de l'immigration de masse en voici.

Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 9:02

L'avis d'une catho facho dans sa chambre qui fait une video n'a pas la même valeur que l'avis du clergé..... et l'avis du Christ.
Si?
Une nana qui fait une video pour expliquer que le migrant n'est pas notre prochain.... wow faut se retenir de ne pas vomir franchement.

La foi n'est pas obligatoire. Si tu ne crois pas aux évangiles pas de problème, juste faut arrêter avec l'hypocrisie.
je cite:
Citation :
Voilà pourquoi Jean Paul II peut souligner que « pour le chrétien, l’accueil et la solidarité envers l’étranger ne constituent pas seulement un devoir humain d’hospitalité, mais une exigence précise qui découle de la fidélité même à l’enseignement du Christ » (Message 1998). Autrement dit, il ne s’agit pas seulement d’éthique, mais de foi.

Tu n'as pas du lire l'ensemble de l'article vu ce que tu réponds!

Tes propos sont graves  donc oui j'y réponds.
Tu me.nts sur les conséquences économiques, Tu utilises des infos fausses pour discréditer l'autre... face aux mensonges on est obligé d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 9:48

Un ensemble de sources sur l'analyse économique du fait migratoire, qui démontre que l'effet négatif sur l'économie de l'arrivée de migrants est une idée reçue:



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Mettre en concurrence les misères n'est qu'un moyen de trier les gens.


Donc que reste t il pour justifier son hostilité envers les réfugiés de guerres, les migrants économiques?? que reste t il?
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 12:15

Chassez le naturel et il revient au galop.

Ah voilà nous y sommes, tout ceux qui veulent réfreiner l'immigration sont des fachos  Immigration et église catholique 32867 Ça me fait penser à un rappeur d'extrême droite qui se moque des gauchistes particulièrement l'extrême gauche, parce que les gauchistes lambda ne sont pas violent contrairement aux antifas etc. Le rap "Kroc Blanc - Nazi".

Il y a des gauchistes sur le forum qui ne crient pas au fachisme à chaque fois que l'on bouscule leurs idées. Merci à eux.

C'est impossible de discuter avec toi. C'est dommage.


*Encelade* a écrit:
Un ensemble de sources sur l'analyse économique du fait migratoire, qui démontre que l'effet négatif sur l'économie de l'arrivée de migrants est une idée reçue:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Mettre en concurrence les misères n'est qu'un moyen de trier les gens.

Donc que reste t il pour justifier son hostilité envers les réfugiés de guerres, les migrants économiques?? que reste t il?

De quel immigration parlent ces chiffres?
Parce qu'il y a immigration et immigration.
Il y a immigration d'étudiants, de travailleurs. En parlant de travailleurs détachés, eux envoient de l'argent dans leur pays d'origine, l'argent ne reste pas en France.
Depuis le début je ne parle que le l'immigration illégale, mais vous aimez extrapoler.
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV
Moderateur
Moderateur
OlivierV


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 19:16

La petite voix a écrit:
Au fait tu peux dire tout ce que tu veux à ce propos, pour de me discréditer, l'église accueille l'étranger, mais l'église n'a pas vocation à intégrer les étrangers. Je n'ai absolument pas parlé de rejeter les étrangers en situation régulière, mais ceux en situation irrégulière, et de réguler l'immigration en faisait respecter les lois.
L'étranger est quelqu'un de passage dans la bible, parce que Israël voyait beaucoup de passage sur son territoire, hors actuellement il y a un exode massif de population vers l'Europe qui cherchent à s'installer.
D'ailleurs il y a une grande confusion à ce propos.

Mais si tu veux un avis catholique à ce propos à propos de l'immigration de masse en voici.


M'étonnerait fort qu'elle soit catholique cette mam'zelle.

A l'entendre taper sur l’Église conciliaire, à parler du pape François en disant dédaigneusement "Bergoglio".

A faire discrètement de la retape financière...

Comme manichéisme, elle fait fort. Pourquoi donc oppose-t-elle aide aux migrants et aide aux voisins ? Personne ne dit qu'il ne faut pas aider son voisin.

Et question compréhension du mot prochain, elle n'a visiblement pas intégré le sens de la parabole du bon samaritain. Parce que le bon samaritain, est, de tous ceux qui sont passés près de l'homme blessé au bord de la route, celui qui en est le plus éloigné religieusement justement.

Il y a confusion au sujet du mot "prochain". Il n'a pris le sens de proche que parce que le bon samaritain à fait de celui qui lui était étranger un proche.

Le prochain, ce n'est pas celui qui est proche naturellement, c'est celui que l'on rend proche.

Et non, le prochain, ce n'est pas que l'arrêt du bus où l'on descend...
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 20:43

OlivierV a écrit:

M'étonnerait fort qu'elle soit catholique cette mam'zelle.

A l'entendre taper sur l’Église conciliaire, à parler du pape François en disant dédaigneusement "Bergoglio".

A faire discrètement de la retape financière...

Comme manichéisme, elle fait fort. Pourquoi donc oppose-t-elle aide aux migrants et aide aux voisins ? Personne ne dit qu'il ne faut pas aider son voisin.

Et question compréhension du mot prochain, elle n'a visiblement pas intégré le sens de la parabole du bon samaritain. Parce que le bon samaritain, est, de tous ceux qui sont passés près de l'homme blessé au bord de la route, celui qui en est le plus éloigné religieusement justement.

Il y a confusion au sujet du mot "prochain". Il n'a pris le sens de proche que parce que le bon samaritain à fait de celui qui lui était étranger un proche.

Le prochain, ce n'est pas celui qui est proche naturellement, c'est celui que l'on rend proche.

Et non, le prochain, ce n'est pas que l'arrêt du bus où l'on descend...

Si si elle est bien catholique, je t'invite aller d'autres vidéos. Cette vidéo était une réaction suite à la manifestation à la Basilique de Saint-Denis.

Si tu trouve qu'elle y vas fort LOL vas sur les sites antifas ou identitaire, c'est bien plus violent.
Enfin c'est une jeune femme intelligente, la première fois que j'ai écouté une de ces vidéos c'était sur "l'éloge de la virilité" que j'ai trouvé bien jusqu'à un point, et puis j'étais agacé par ce qu'elle disait sur la soumission des femmes. Je ne partage pas son avis sur tout, c'est comme tout, il faut prendre ce qui nous semble bon et laisser le reste.

Et puis en explorant sa chaîne, j'étais parti pour lui trouver des poux parce que je la trouvais très catholique traditionaliste dans le mauvais sens, je suis tombée sur la vidéo de son témoignage, et j'étais vraiment touchée. Elle parlait comme du temps où moi même je sentais le feu de la foi ardent en moi. J'ai découvert qu'elle était convertis et non issue d'une famille catholique traditionaliste, et qu'elle était même issue d'une famille athée de gauche.

Il faut aller au delà de nos propres répulsions pour juger et pour se rendre compte des intentions de la personne. Elle a de fortes convictions, elle n'a pas raison sur tout, mais elle est vraie, elle partage ce qu'elle croit être la vérité sans compromis, et je trouve ça remarquable.

Bref je déborde du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 21:16

La petite voix a écrit:




L'image dit tout la horde de mâles sauvages et menaçants, et noirs, la douce et pâle jeune fille seule et apeurée devant les barbares. Seule contre tous.
Et l'église derrière, c'est toute la civilisation chrétienne qui est en danger. affraid
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 21:29

Anastasia a écrit:

L'image dit tout la horde de mâles sauvages et menaçants, et noirs, la douce et pâle jeune fille seule et apeurée devant les barbares. Seule contre tous.
Et l'église derrière, c'est toute la civilisation chrétienne qui est en danger. affraid

As-tu vu les images de la manifestation dans la basilique de St Denis?
C'était une réponse à cette manifestions. Sinon écoute la vidéo.
Mais se sont principalement des noirs africains les immigrés en question.
Y'a deux ans je suis passée à Calais, et effectivement j'ai vu plein de d'immigrés africain des jeunes Hommes. C'est juste la réalité.
Ça m'a marqué on s'était arrêté à Liddle avec mon frère, un homme avait un caddie remplis de boisson, il ne parlait pas Français.
On l'a vu partir avec le caddie dans la rue.
J'avais un reportage après cela, qu'il y avait carrément un commerce parallèle dans les camps.
Enfin bref, il faut le voir pour le croire.
Revenir en haut Aller en bas
_Michael_AD

_Michael_AD


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyLun 9 Avr 2018 - 23:58

Bonsoir,


Encore une fois, on ne cherche pas les causes concrètes des malheurs, des tragédies.

Et cette immigration de masse est une tragédie.

Quelle est la cause ?

L'ingérence politique et militaire de la France en Afrique, au Moyen-Orient...

Ces migrants — s'ils ne sombrent pas dans la pure délinquance — préféreront travailler au black et seront ainsi, de facto, de la « main d'œuvre bon marché ». Un concept absurde, issu d'individus souffrants de psychose dissociative pour qui la « Vie », « l'humain » ne sont que des marchandises ; des concepts aliénés depuis Adam Smith, en passant par Milton Friedman aux oligarques extrémistes fascistes, appartenant à une certaine communauté que je ne nommerai pas.

La charité chrétienne, et plus encore catholique impose que ces étrangers soient traités et accueillis comme les êtres humains qu'ils sont, en faisant abstraction même de la législation en vigueur.

« Rendez justice au faible et à l’orphelin, faites droit au malheureux et à l’indigent, sauvez le faible et le pauvre, délivrez-les des méchants ! » - PSAUMES 82:3

« L’homme au regard bienveillant sera béni parce qu’il donne de son pain au plus faible. » - PROVERBES 22:9

« Gardez-vous bien de faire des dons devant les hommes pour qu’ils vous regardent ; sinon, vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père céleste. Donc, lorsque tu fais un don à quelqu’un, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues afin de recevoir la gloire qui vient des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu fais un don, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton don se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [lui-même ouvertement]. » - MATTHIEU 6:1-4


.../...
Revenir en haut Aller en bas
Allbatar
Moderateur
Moderateur
Allbatar


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 10:27

Anastasia a écrit:

L'image dit tout la horde de mâles sauvages et menaçants, et noirs, la douce et pâle jeune fille seule et apeurée devant les barbares. Seule contre tous.
Et l'église derrière, c'est toute la civilisation chrétienne qui est en danger. affraid

Immigration et église catholique 987275 Anastasia, fine analyse.

De plus ce n'est pas fais pour rien, elle connait bien le marketing vidéo pour que l'image se retrouve bien figer telle un titre..

Pas besoin de voir la vidéo pour connaitre une partie du contenu de celle-ci..

Puis rien de surprenant quand on sait que cette femme ( Virginie Vota ) est un plume pour Bvoltaire de Robert Ménard..

Qui pour rappel est un site web a fake news qui n'as pour objectif que de crée de la peur envers les migrants et envers l'islam..

Immigration et église catholique 987275 Petit voix, tous tes partages proviennes des branches identitaires dure.. Dont ton pseudo Kroc Blanc.. Lyrics qui donne la gerbe ( honte pour ma tendre bretagne même si il vie en région parisienne & oui je suis breton et heureusement que les bretons sont bien plus intelligents que cela )

Ton kroc-blanc est clairement un raciste anti-juif anti-musulman anti-immigrer, il veut un France blanche et pas qu'un peu, il n'aime pas les sémites.

Il suffit de voir les contenus de ces textes et interviews et de voir aussi les personnes qui l'entoure musicalement et tu comprend vite à quel mouvement l'identifier.

On sait maintenant de manière claire et sans équivoque à qui on a faire !

il y a un truc très subtil, mais vraiment nauséabond qui saute aux yeux et aux narines de cette femme que tu aime partager cette identitaire en jupon.

Car faut le savoir, Virginie Vota est une droite à angle droit.

Catholique, ultra-conservatrice, Princesse Ronron dans son donjon, tu extrais l’ADN de Fillon et tu le mélanges avec une fibre féminine identitaire en jupon et tu obtiens notre Virginie.

Elle a écrit sur des sites comme Boulevard Voltaire et elle est cité par Radio Courtoisie, des références qui ne peuvent pas [......] sur son marquage dogmatique.

Dans d’autres de ces vidéos, ton oreille entend un son qui déclenche une alerte dans ton cerveau.

Car Virginie va parler tour à tour de Grand remplacement, de l’Islamisation de la France et d’autres joyeusetés de la vicissitude française qui règne dans l’esprit dérangé de quelques beaufs qui pensent que la terre tourne encore autour de la fille de l’Église.

Bref tout comme notre virginie tu dois être pro trump et pro poutine et anti-islam, anti-immigration tant que ce n'est pas chrétiens et blanc


Dernière édition par Allbatar le Mar 10 Avr 2018 - 15:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 13:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

voilà ses écrits sur boulevardvoltaire...

La fachosphère.

Est ce que ce forum devient une tribune pour la fachosphère? Est ce une volonté délibérée de la modération?


Savoir que tous les annonceurs qui l'ont pu se sont engagés à ne plus apparaître sur ce site... car ils ne veulent pas se retrouver associé à ce qui est dit.

La croix rouge par exemple...


Un texte résume la pensée de cette femme:
"Trump ne représente pas qu’un parti mais une communauté bientôt minoritaire "
Elle est communutariste, et racialiste. Elle s'y réjouit que la race aux US soit inscrite sans tabou sur les cartes d'identités...



Et la petite voix...  moi la mégère insensible que tu dénonces sans cesse car elle t'agresse, toi douce colombe... oui c'est affreusement violent et terrible ce qu'elle dit. Oui j'en pleurerais. Oui c'est une identitaire pure et dure et si tu n'es même pas capable de le voir, c'est qu'il y a un problème.
Elle déforme l'évangile et ca ne te pose pas de problème. Elle justifie la xénophobie en disant que le prochain ce n'est que nos proches! Et toi non tu n'y vois pas de violence.


Tu es tellement plongée dedans que tu ne vois même pas l'horreur de tes propos.

"des noirs africains".... dans une basilique! ca fait désordre selon toi?

Il en est questions dans l'article que tu n'as pas lu.


Je te met en ignoré petite voix, je soigne mes yeux et protège mon âme.





Et le reste du forum? que pensent ils de la doctrine sociale de l'Eglise? Vous aussi ça vous plait pas? Vous aussi vous préférez boulevardvoltaire aux théologiens?
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 13:48

_Michael_AD a écrit:
Bonsoir,


Encore une fois, on ne cherche pas les causes concrètes des malheurs, des tragédies.

Et cette immigration de masse est une tragédie.

Quelle est la cause ?

L'ingérence politique et militaire de la France en Afrique, au Moyen-Orient...

Ces migrants — s'ils ne sombrent pas dans la pure délinquance — préféreront travailler au black et seront ainsi, de facto, de la « main d'œuvre bon marché ». Un concept absurde, issu d'individus souffrants de psychose dissociative pour qui la « Vie », « l'humain » ne sont que des marchandises ; des concepts aliénés depuis Adam Smith, en passant par Milton Friedman aux oligarques extrémistes fascistes, appartenant à une certaine communauté que je ne nommerai pas.

La charité chrétienne, et plus encore catholique impose que ces étrangers soient traités et accueillis comme les êtres humains qu'ils sont, en faisant abstraction même de la législation en vigueur.

« Rendez justice au faible et à l’orphelin, faites droit au malheureux et à l’indigent, sauvez le faible et le pauvre, délivrez-les des méchants ! » - PSAUMES 82:3

« L’homme au regard bienveillant sera béni parce qu’il donne de son pain au plus faible. » - PROVERBES 22:9

« Gardez-vous bien de faire des dons devant les hommes pour qu’ils vous regardent ; sinon, vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père céleste. Donc, lorsque tu fais un don à quelqu’un, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues afin de recevoir la gloire qui vient des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu fais un don, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton don se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [lui-même ouvertement]. » - MATTHIEU 6:1-4


.../...

Tes propos pourrait s'entendre.... si il n'y avait pas au milieu une grosse vacherie.

Il te suffirait d'arrêter de viser "une certaine communauté que tu ne nommes pas " pour gagner en crédibilité.

L'essentialisme est toujours une erreur... c'est toujours réducteur. Réducteur humainement, et réducteur de la pensée.

La paranoia part toujours de fait réels, mais elle les interprète de manière à servir sa persécution de départ.
Revenir en haut Aller en bas
_Michael_AD

_Michael_AD


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 15:00

*Encelade* a écrit:
_Michael_AD a écrit:
Bonsoir,


Encore une fois, on ne cherche pas les causes concrètes des malheurs, des tragédies.

Et cette immigration de masse est une tragédie.

Quelle est la cause ?

L'ingérence politique et militaire de la France en Afrique, au Moyen-Orient...

Ces migrants — s'ils ne sombrent pas dans la pure délinquance — préféreront travailler au black et seront ainsi, de facto, de la « main d'œuvre bon marché ». Un concept absurde, issu d'individus souffrants de psychose dissociative pour qui la « Vie », « l'humain » ne sont que des marchandises ; des concepts aliénés depuis Adam Smith, en passant par Milton Friedman aux oligarques extrémistes fascistes, appartenant à une certaine communauté que je ne nommerai pas.

La charité chrétienne, et plus encore catholique impose que ces étrangers soient traités et accueillis comme les êtres humains qu'ils sont, en faisant abstraction même de la législation en vigueur.

« Rendez justice au faible et à l’orphelin, faites droit au malheureux et à l’indigent, sauvez le faible et le pauvre, délivrez-les des méchants ! » - PSAUMES 82:3

« L’homme au regard bienveillant sera béni parce qu’il donne de son pain au plus faible. » - PROVERBES 22:9

« Gardez-vous bien de faire des dons devant les hommes pour qu’ils vous regardent ; sinon, vous n’aurez pas de récompense auprès de votre Père céleste. Donc, lorsque tu fais un don à quelqu’un, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues afin de recevoir la gloire qui vient des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu fais un don, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton don se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [lui-même ouvertement]. » - MATTHIEU 6:1-4


.../...

Tes propos pourrait s'entendre.... si il n'y avait pas au milieu une grosse vacherie.

Il te suffirait d'arrêter de viser "une certaine communauté que tu ne nommes pas " pour gagner en crédibilité.

L'essentialisme est toujours une erreur... c'est toujours réducteur. Réducteur humainement, et réducteur de la pensée.

La paranoia part toujours de fait réels, mais elle les interprète de manière à servir sa persécution de départ.


Bonjour Madame (ou Mademoiselle ?),


J'ai écrit exactement : « [...] aux oligarques extrémistes fascistes, appartenant à une certaine communauté que je ne nommerai pas. »

Il existe des extrémistes fascistes dans tout groupe ethnique, dans toute communauté, dans toute idéologie, dans toute... religion.

Vous en avez le parfait exemple, justement, avec Virginie Vota, fasciste notoire, indigne de sa profession de foi « catholique ».

Ensuite, vous évoquez la paranoïa ?

C'est bien vous qui avez écrit ceci :

*Encelade* a écrit:


Ca vous choque pas qu'un forum religieux serve ainsi de tribune antisémite?


En page 1 du fil de discussion intitulé : « Les musulmans n’ont pas importé le terrorisme en Europe. »

En réponse au message suivant de mario-franc_lazur :

message de mario-franc_lazur:
 


Et que j'ai très vite remis dans son contexte via ma réponse suivante :

réponse à *Encelade*:
 


Alors, c'est qui le ou plutôt la paranoïaque, ici ?


Vos messages vous trahissent, vous, mais aussi votre acolyte « Raphaël# ».

Parce que j'aimerais bien savoir pour qui vous roulez, au final. Mais, je le saurai assez tôt...


.../...
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV
Moderateur
Moderateur
OlivierV


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 16:41

_Michael_AD a écrit:

Alors, c'est qui le ou plutôt la paranoïaque, ici ?


Vos messages vous trahissent, vous, mais aussi votre acolyte « Raphaël# ».

Parce que j'aimerais bien savoir pour qui vous roulez, au final. Mais, je le saurai assez tôt...


.../...

Anti-athéisme primaire ?

Pour info : Judéo-bolchévisme
Revenir en haut Aller en bas
_Michael_AD

_Michael_AD


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 18:01

OlivierV a écrit:
_Michael_AD a écrit:

Alors, c'est qui le ou plutôt la paranoïaque, ici ?


Vos messages vous trahissent, vous, mais aussi votre acolyte « Raphaël# ».

Parce que j'aimerais bien savoir pour qui vous roulez, au final. Mais, je le saurai assez tôt...


.../...

Anti-athéisme primaire ?

Pour info : Judéo-bolchévisme : wikipedia.org/wiki/Jud%C3%A9o-bolchevisme



Bonjour OlivierV,

Pas du tout anti-quoi que ce soit. Dans le cadre de ma profession, je côtoie 90% d'athées.

Cela me rappelle ce que m'avait dit un confrère (athée) : la religion c'est comme le manteau dans les vestiaires, tu la ranges avant de rentrer dans le lieu d'exercice...

P.-S. : Vous aviez évoqué les mathématiques comme vérité absolue ; ne confondez pas la vérité universelle (en le deuxième sens de sa définition, c'est-à-dire par rapport à l'ensemble de l'humanité) et absolue qui ne concerne pas seulement ce qui peut être appréhendé par les êtres pensants, mais aussi toute vie, tout corps, de l'infiniment microscopique à l'infiniment macroscopique.

.../...


Dernière édition par _Michael_AD le Mar 10 Avr 2018 - 18:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 18:04

Eh oui, bienvenue dans le monde réel.
Il existe d'autres mondes en dehors de la "gaucho sphère*" (fragilo sphère* comme disent certain "facho" pour se moquer des gauchistes).

Nous sommes en permanence matraqué par la pensée de la gauche bien pensante dans les médias, une petite claque derrière la tête de la part de la "facho sphère" pour remettre les idées en place c'est pas mal non plus. C'est ça la liberté d'expression! Non?!  Twisted Evil

Quand aux commentaire sur ma personne je laisse la modération juger de leur inutilité.


Je me retiens de parler politique, mais je me suis lâchée ces derniers temps. Je suis profondément en quête de justice et vérité, mais c'est très difficile de faire valoir ces idées dans la sobriété, puisque nous vivons dans une société ou si l'on ne montre pas les crocs on se fait marcher dessus.

J'ai été pourris par toute la propagande médiatique de la pensée universel bisounours qui nous endors pour mieux nous exploiter, et l'athéisme institutionnalisé pour nous faire culpabiliser de croire en Dieu plutôt qu'aux hommes. Je n'ai pas envie d'être violente, mais forcé de constater qu'il n'y a que par la force que l'on peut se faire entendre.

La politesse, la courtoisie n'atteignent pas le cœur de ceux qui veulent imposer la pensée unique. Quand bien même tu es poli et courtois, certain sont devenu mettre dans l'art de la ma.ni.pu.la.tion et la culpabilisation.

J'ai n'ai pas encore trouver la stratégie pour me préserver de la méchanceté tout en prenant de la hauteur. Les hypocrites sont des maîtres de l'évitement, tandis que les personnes entière finissent par se fissurer se heurtant aux boucliers des autres, et laisse apparaître leur défaut.
Revenir en haut Aller en bas
_Michael_AD

_Michael_AD


Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 18:16

La petite voix a écrit:
Je me retiens de parler politique, mais je me suis lâchée ces derniers temps. Je suis profondément en quête de justice et vérité, mais c'est très difficile de faire valoir ces idées dans la sobriété, puisque nous vivons dans une société ou si l'on ne montre pas les crocs on se fait marcher dessus.

J'ai été pourris par toute la propagande médiatique de la pensée universel bisounours qui nous endors pour mieux nous exploiter, et l'athéisme institutionnalisé pour nous faire culpabiliser de croire en Dieu plutôt qu'aux hommes. Je n'ai pas envie d'être violente, mais forcé de constater qu'il n'y a que par la force que l'on peut se faire entendre.

La politesse, la courtoisie n'atteignent pas le cœur de ceux qui veulent imposer la pensée unique. Quand bien même tu es poli et courtois, certain sont devenu mettre dans l'art de la ma.ni.pu.la.tion et la culpabilisation.

J'ai n'ai pas encore trouver la stratégie pour me préserver de la méchanceté tout en prenant de la hauteur. Les hypocrites sont des maîtres de l'évitement, tandis que les personnes entière finissent par se fissurer se heurtant aux boucliers des autres, et laisse apparaître leur défaut.


Bonjour La petite voix,


Spoiler:
 

Un peu d'humour ne fera pas de mal, dans ce monde de brutes.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
marie-chantal
Moderateur
Moderateur



Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique EmptyMar 10 Avr 2018 - 18:24

"Mgr Pontier, alors vice-président de la Conférence épiscopale, a qualifié d’«inhumaines» les restrictions sur le regroupement familial, sur la carte de séjour, sur le droit d’asile"

Tout à fait d'accord.

La loi énonce des conditions simples, mais c'est l'excès de zèle et la lenteur de l'administration qui complique les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Immigration et église catholique Empty
MessageSujet: Re: Immigration et église catholique   Immigration et église catholique Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Immigration et église catholique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vérité sur l'Église catholique
» Le festival de métal Hellfest fait réagir l'Église Catholique... Avec raison !!!
» Quels sont les quatre premiers Dogmes Marials proclamés par l'Église Catholique ?
» LES FÊTES D'OBLIGATION de la Sainte Église Catholique.
» Conversion d'une catholique femme pretre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SCIENCES, FOI et SOCIETE-
Sauter vers: