Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Où sont passés les insectes?

Aller en bas 
AuteurMessage
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 4:13

06.05.2018

Bonjour,


Une question... les plus jeunes ne pourront répondre...

Rappelez vous il y a 20/30 ans l'état de nos voitures après un trajet de quelques dizaines de kilomètres? N'étaient elle pas couvertes d'une multitude d'insectes, les plus variés?

Nous passions notre temps à nettoyer les pare brises de nos voitures, car ils étaient en permanence maculé d'un cimetière hétéroclite.

Et aujourd'hui? Avez vous remarqué qu'il n'y a quasiment plus rien?... si on se replonge dans le passé, le contraste est plus que saisissant!!

Des chiffres: selon une étude allemande, 80% des insectes ont disparus dans les milieux protégés (on est quasi 100% dans les autres), en 30 ans.


80% en 30 ans
!


sans faire de bruit.... sans qu'on le remarque.
(et puis c'est cool on a moins besoin de nettoyer nos voitures LOL )
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

On parle beaucoup des abeilles.... mais TOUS les insectes sont importants. Pourrons nous survivre sans insecte?

Au quotidien, étant régulièrement questionnée pour les problèmes ménagers des uns et des autres.... sans cesse, le problème qui m'est exposé est: comment se débarrasser de tel ou tel insecte? Trop de bzzz dans un buisson, trop fourmis dans le jardin (oui oui incroyable), trop de bzzz sur la terrasse...... bref!

Il n'y a t il un vrai problème de prise de conscience?
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 4:17

un doc qui est très visuel:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 4:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Citation :
Sauterelles, moustiques, coléoptères, hannetons… Pris au piège dans les phares des voitures, ils venaient s’écraser dans un jus peu ragoûtant sur les pare-brise. Avez-vous remarqué qu’ils sont de moins en moins nombreux ? Que votre pare-brise n’est plus le cimetière à bestioles qu’il était avant ? Et ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle…


Vous l’avez peut-être noté lors de vos vacances cet été. Les insectes sont moins nombreux à s’écraser sur le pare-brise. Le constat n’a rien de scientifique, mais dans un article de la revue américaine Science, intitulé « Où sont passés tous les insectes ? », paru au mois de mai, une équipe de chercheurs a partagé la même réflexion. « Je ne me fie qu’aux données statistiques, mais quand vous vous rendez compte que vous ne voyez plus tout ça sur votre pare-brise, ça vous retourne le ventre », témoigne Scott Black, entomologiste, directeur de la Xerces Society for Invertebrate Conservation, à Portland, dans l’Oregon.

Parmi les explications, celle de l’aérodynamisme des voitures revient souvent. Moins mortelles pour les insectes les nouvelles lignes des autos ? Pas si sûr… « Je conduis une Land Rover à l’aérodynamisme d’un réfrigérateur et pourtant, ces jours-ci, elle reste propre », assure Martin Sorg, un entomologiste cité aussi dans Science.

Très peu de données existent à ce sujet. Hormis le déclin alarmant des populations d’abeilles, de certains papillons ou de vers luisants, qui font l’objet d’observations chiffrées, peu de scientifiques se sont intéressés à ces insectes qui volent dans l’air tiède de l’été avant de venir mourir sur les pare-brise. « Nous sommes très doués pour ignorer les espèces peu charismatiques », ironise Joe Nocera, un biologiste de l’université du Nouveau-Brunswick, au Canada.

Diminution de 80 % en 24 ans

L’une des rares mesures de ce phénomène n’est pas rassurante : elle a été conduite en 1989, par des entomologistes de la Krefeld Entomological Society, dans une zone humide dans la réserve naturelle d’Orbroich Bruch, en Allemagne. Ils y ont posé des pièges et mesuré la quantité d’insectes récupérée sur plusieurs années.

En 2013, ils notent avec surprise que la quantité de bestioles piégées a diminué de 80 % ! Afin de confirmer leurs résultats et pour s’assurer que l’année 2013 n’est pas une année inhabituelle, les mêmes relevés sont effectués sur la même zone en 2014. Les quantités étaient aussi basses. L’équipe, qui a conservé des échantillons sur trente ans, a constaté la même baisse radicale dans une douzaine d’autres sites.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L’évolution de la quantité d’insectes piégés dans la réserve naturelle d’Orbroich Bruch, en Allemagne par les entomologistes de la Krefeld Entomological Society


Une telle diminution affecte forcément le reste de l’écosystème local. « Pour les oiseaux qui s’en nourrissent, c’est quatre cinquièmes de leur alimentation qui a disparu dans le dernier quart de siècle, c’est bouleversant », souligne Dave Goulson, un professeur de l’université de Sussex, au Royaume-Uni, qui travaille avec la Krefeld Society.

Principal suspect : les néonicotinoïdes

Qu’a-t-il bien pu se passer ? Pour ces entomologistes, le principal suspect est une famille d’insecticides agricoles très puissants : les néonicotinoïdes. Utilisés directement sur les semences sur des millions d’hectares depuis les années 1990, ils sont aussi suspectés d’être responsables de la diminution alarmante des populations d’abeilles.

Deux nouvelles études, l’une britannique, l’autre canadienne, publiées fin juin et détaillées dans la revue Science, ont fini de lever les derniers doutes qui subsistaient sur les dégâts provoqués par les néonicotinoïdes. Elles montrent que les abeilles domestiques ont une survie réduite, une fertilité diminuée et une plus forte mortalité hivernale quand elles sont exposées en conditions réelles à deux néonicotinoïdes (le thiaméthoxame et la clothianidine). Chez les butineuses sauvages, les effets sont encore pires.

Pour Dave Goulson, « il est devenu intenable de continuer à affirmer que l’utilisation agricole des néonicotinoïdes n’endommage pas les abeilles sauvages et domestiques ». Et il ne s’agirait que d’une toute petite part du problème, vu la diminution vertigineuse des populations d’insectes observée par la Krefeld Entomological Society.

En Europe, l’usage des néonicotinoïdes est restreint. En France, les députés ont voté l’été dernier pour interdire l’usage de ces insecticides à partir de 2018. L’interdiction sera totale en 2020. Elle va plus loin que le moratoire partiel imposé par l’Union européenne. Cependant, un document interministériel a fuité à la fin du mois de juin. Il revient sur deux interdictions concernant les pesticides utilisés dans l’agriculture. Le retour de l’épandage aérien et des néonicotinoïdes y est inscrit. Le texte doit servir de base à la future loi de « simplification ».

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, assurait ne pas en avoir connaissance et que de telles décisions n’étaient « pas encore arbitrées ». De son côté, le ministre l’Agriculture Stéphane Travert a confirmé que sa position était d’autoriser certains néonicotinoïdes en agriculture quand « il n’existe pas de produits de substitution ».


Savoir que les pressions sont nombreuses pour ne pas interdire.

Ici, dans la campagne, il y a de nombreux affichages de revendications... et le message principal est: Laissez les agriculteurs tranquilles, laissez les utiliser ce qu'ils veulent, c'est eux qui connaissent la nature, la terre, les plantes.

J'aimerais vraiment comprendre comment ils peuvent ainsi refuser de voir. En tout cas pour ce qui est de ma région, le combat est très virulent (ex: un journaliste a été tabassé lors d'une manif d'agriculteurs car la foule l'a désigné comme écologiste.... où lors d'une manif contre la coupe de 2 vieux chênes, les mêmes sont venus pour les couper eux même par la force...)

Bref, j'aimerais comprendre comme ces attitudes sont encore possibles aujourd'hui, comment nier qu'il y a un problème?
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 5:19

Il faut aussi comprendre les agriculteurs.
On leur a vendu des merdes pour pouvoir avoir plus de rendement. Et malgré le rendement qui augmente ils sont payés une misère. Le problème c'est la concurrence entre les Pays européens, et ces laboratoires qui vendent des saloperies et se font des millions.
Pourquoi ils ne sont pas interdit? Parce que ça rapporte du pognon à des industries.
Mais la même histoire que pour les médocs.
Les industriels sont les plus gros pollueurs, et ils s'arrangent toujours pour magouiller et faire payer les consommateurs alors qu'ils ne devraient plus produire ces produits toxiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 5:49

La petite voix a écrit:
Il faut aussi comprendre les agriculteurs.
On leur a vendu des merdes pour pouvoir avoir plus de rendement. Et malgré le rendement qui augmente ils sont payés une misère. Le problème c'est la concurrence entre les Pays européens, et ces laboratoires qui vendent des saloperies et se font des millions.
Pourquoi ils ne sont pas interdit? Parce que ça rapporte du pognon à des industries.
Mais la même histoire que pour les médocs.
Les industriels sont les plus gros pollueurs, et ils s'arrangent toujours pour magouiller et faire payer les consommateurs alors qu'ils ne devraient plus produire ces produits toxiques.

Ça ne rapportera pas longtemps du pognon, les pays européens les plus malins, ainsi que les agriculteurs les plus malins se mettent au bio qui est à peine plus cher et si les agriculteurs produisent de la merde les consommateurs en ont marre de la manger. Tout le monde meurt d'un cancer de nos jours, après les insectes c'est nous.
Le pire c'est que c'est faux en partie ce que tu dis, le rendement augmente plus sans tous ces produits qu'avec, les sols sont lessivés et n'ont plus de substance à force de vouloir produire toujours plus.

Et puis après on jette les surplus sur les routes, ou bien les prix s'effondrent. LOL
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 6:01

Christian^ a écrit:
La petite voix a écrit:
Il faut aussi comprendre les agriculteurs.
On leur a vendu des merdes pour pouvoir avoir plus de rendement. Et malgré le rendement qui augmente ils sont payés une misère. Le problème c'est la concurrence entre les Pays européens, et ces laboratoires qui vendent des saloperies et se font des millions.
Pourquoi ils ne sont pas interdit? Parce que ça rapporte du pognon à des industries.
Mais la même histoire que pour les médocs.
Les industriels sont les plus gros pollueurs, et ils s'arrangent toujours pour magouiller et faire payer les consommateurs alors qu'ils ne devraient plus produire ces produits toxiques.

Ça ne rapportera pas longtemps du pognon, les pays européens les plus malins, ainsi que les agriculteurs les plus malins se mettent au bio qui est à peine plus cher et si les agriculteurs produisent de la merde les consommateurs en ont marre de la manger. Tout le monde meurt d'un cancer de nos jours, après les insectes c'est nous.
Le pire c'est que c'est faux en partie ce que tu dis, le rendement augmente plus sans tous ces produits qu'avec, les sols sont lessivés et n'ont plus de substance à force de vouloir produire toujours plus.

Et puis après on jette les surplus sur les routes, ou bien les prix s'effondrent.  LOL

Franchement.... tu connais pas le milieu agricole. Tu sais avant c'était bio, on leur vendaient pas des merdes.
Arrêtez de taper sur les agriculteurs, attaquez-vous aux responsables les fabricants et revendeurs. Franchement. Y'a des agriculteurs qui ne joigne pas les deux bouts et on vient encore les emmerder à cause des gouvernements qui ont légaliser des produit toxiques. Les premiers contaminés sont les agriculteurs.
Et le truc le plus traiter c'est pas les légumes, c'est les fruits, les vignes notamment, je le sais bien, je vivais en bordure de vigne et le gars n'arrêtait pas de traiter.
Ah notre Pays si fier de son vin. Si vous saviez....
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 15:31

qu'ils se battent pour une protection de leurs revenus, et pas pour conserver ces produits toxiques.
qu'ils se battent pour ne plus être contaminé, et pas pour pouvoir continuer à s'en servir.

C'est ça qui reste incompréhensible et tue dans l'oeuf les justifications.

Non il n'y a aucune justification de se battre contre les interdictions...

Donc non les campagnes d'affichage qui réclament du glyphosate, rien ne peut le justifier.



Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyDim 6 Mai - 16:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]






celui la nous a fait fait beaucoup rire!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
les végans effacent régulièrement le "un".... une bataille d'affichage dans toute la campagne...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyLun 7 Mai - 4:15

*Encelade* a écrit:



Une question... les plus jeunes ne pourront répondre...

Rappelez vous il y a 20/30 ans l'état de nos voitures après un trajet de quelques dizaines de kilomètres? N'étaient elle pas couvertes d'une multitude d'insectes, les plus variés?

Nous passions notre temps à nettoyer les pare brises de nos voitures, car ils étaient en permanence maculé d'un cimetière hétéroclite.

Et aujourd'hui? Avez vous remarqué qu'il n'y a quasiment plus rien?... si on se replonge dans le passé, le contraste est plus que saisissant!!


Il m'arrive de me rendre à Reims où j'ai de la famille. C'est une région de culture (d'ultra culture même) et il n'y a quasiment pas d'insecte sur le pare-brise ou sur l'avant de la voiture à l'arrivée (Marseille-Reims c'est quand-même 800 bornes) alors que c'est le printemps.

Les quelques insectes attrapés sur la route l'ont été avant d'arriver dans cette région, c'est sans commentaire.

La production agricole ressemble de plus en plus à une gigantesque usine en plein air qui n'obéit plus qu'au rendement et à la surproduction.
Revenir en haut Aller en bas
Cyril 84
Moderateur
Moderateur
Cyril 84


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyLun 7 Mai - 7:30

*Encelade* a écrit:
Bonjour,

Une question... les plus jeunes ne pourront répondre...

Rappelez vous il y a 20/30 ans l'état de nos voitures après un trajet de quelques dizaines de kilomètres? N'étaient elle pas couvertes d'une multitude d'insectes, les plus variés?

Nous passions notre temps à nettoyer les pare brises de nos voitures, car ils étaient en permanence maculé d'un cimetière hétéroclite.

Et aujourd'hui? Avez vous remarqué qu'il n'y a quasiment plus rien?... si on se replonge dans le passé, le contraste est plus que saisissant!! [...]

Skander a écrit:
Il m'arrive de me rendre à Reims où j'ai de la famille. C'est une région de culture (d'ultra culture même) et il n'y a quasiment pas d'insecte sur le pare-brise ou sur l'avant de la voiture à l'arrivée (Marseille-Reims c'est quand-même 800 bornes) alors que c'est le printemps.

Les quelques insectes attrapés sur la route l'ont été avant d'arriver dans cette région, c'est sans commentaire.

La production agricole ressemble de plus en plus à une gigantesque usine en plein air qui n'obéit plus qu'au rendement et à la surproduction.

C'est très préoccupant ! pale

Pas besoin de remonter à 20/30 ans...

Je n'ai eu le permis de conduire qu'en janvier 2000 et je remarque une différence énorme avec mes premières années de conduite.
Et je parcoure entre 30 et 50 000 kilomètres/an.
(Aux alentours de 1 millions de kilomètres parcourus à ce jour)
Dans toute la France et une partie de l'Europe.
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
cailloubleu*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyLun 7 Mai - 8:49

Cyril 84 a écrit:
*Encelade* a écrit:
Bonjour,

Une question... les plus jeunes ne pourront répondre...

Rappelez vous il y a 20/30 ans l'état de nos voitures après un trajet de quelques dizaines de kilomètres? N'étaient elle pas couvertes d'une multitude d'insectes, les plus variés?

Nous passions notre temps à nettoyer les pare brises de nos voitures, car ils étaient en permanence maculé d'un cimetière hétéroclite.

Et aujourd'hui? Avez vous remarqué qu'il n'y a quasiment plus rien?... si on se replonge dans le passé, le contraste est plus que saisissant!! [...]

Skander a écrit:
Il m'arrive de me rendre à Reims où j'ai de la famille. C'est une région de culture (d'ultra culture même) et il n'y a quasiment pas d'insecte sur le pare-brise ou sur l'avant de la voiture à l'arrivée (Marseille-Reims c'est quand-même 800 bornes) alors que c'est le printemps.

Les quelques insectes attrapés sur la route l'ont été avant d'arriver dans cette région, c'est sans commentaire.

La production agricole ressemble de plus en plus à une gigantesque usine en plein air qui n'obéit plus qu'au rendement et à la surproduction.

C'est très préoccupant ! pale

Pas besoin de remonter à 20/30 ans...

Je n'ai eu le permis de conduire qu'en janvier 2000 et je remarque une différence énorme avec mes premières années de conduite.
Et je parcoure entre 30 et 50 000 kilomètres/an.
(Aux alentours de 1 millions de kilomètres parcourus à ce jour)
Dans toute la France et une partie de l'Europe.

Cette vitesse de disparition fait peur.

Mais elle n'est pas uniforme Il y a encore beaucoup d'insectes dans les régions d'élevage, je n'ai pas remarqué de différence dans la Vosge (région des Vosges vers Passavant la Rochère)
Et dans mon jardin en Allemagne je vois encore pas mal d'insectes mais je ne mets pas de produits.

Un insecte que je regrette ce sont les vers luisants. Dans mon enfance on en voyait des nuées la nuit et maintenant j'en vois un tous les trois ans.
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyLun 7 Mai - 11:05

L'étude en allemagne porte sur une zone protégée... C'est la biomasse globale qui a baissé.
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyLun 7 Mai - 13:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Citation :
Faut-il s’inquiéter de la disparition des insectes ?

75 % des insectes auraient disparu en 27 ans en Allemagne, selon une étude scientifique internationale. Avec des conséquences très inquiétantes sur l’écosystème et la chaîne alimentaire.

ENTRETIEN avec Vincent Bretagnolle, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des services écologiques rendus par la biodiversité.

Une étude scientifique internationale menée en Allemagne depuis 1989, et dont les résultats ont été publiés récemment dans la revue PLOSOne, révèle un « déclin dramatique des insectes volants de 76 % en moyenne, et jusqu’à 82 % au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes, en seulement 27 ans ». Vincent Bretagnolle, directeur de recherche au CNRS, en explique les causes et les conséquences.

La Croix : Quels pays sont affectés par la diminution des insectes ?

Vincent Bretagnolle : Les auteurs de cette étude discutent beaucoup de cette question. Mais nous-mêmes sommes arrivés à des résultats un peu similaires, selon les données recueillies sur le site de la Zone Atelier « Plaine et Val de Sèvre », où l’on observe l’évolution de la biodiversité et de la chaîne alimentaire depuis 25 ans. On a constaté en effet que 80 % des insectes terrestres (type coléoptères) avaient disparu. Cette évolution est donc probablement la même dans d’autres pays d’Europe.

Quelles en sont les causes ?

V. B. : Les auteurs de l’étude allemande étudient plusieurs causes possibles, comme le changement climatique et l’usage des sols. Mais ils les écartent plus ou moins pour ne retenir que les causes les plus plausibles : les changements liés aux pratiques agricoles. Comme nous aussi d’ailleurs.

L’intensification de l’agriculture produit plusieurs mécanismes qui se combinent. La simplification des paysages, avec la disparition des prairies et de l’élevage, qui s’accompagne de la disparition de tous ces éléments semi-naturels que sont les haies, les mares d’eau, les murets, tous ces sites dans lesquels les insectes se reproduisaient.

S’y ajoute évidemment l’utilisation de plus en plus intense des intrants chimiques : les insecticides bien sûr, mais aussi les herbicides, qui jouent certainement un rôle très important car ils éliminent la flore et les plantes dont se nourrissent les insectes.


Quelles en sont les conséquences ?

V. B. : Elles sont multiples. Les insectes sont des maillons essentiels des écosystèmes et des chaînes trophiques (alimentaires). Ils sont à la base de l’alimentation de beaucoup d’autres animaux, notamment les oiseaux. Les perdrix, les alouettes, les hirondelles, tous les oiseaux communs des champs sont en diminution importante dans les zones agricoles, comme le montrent de nombreuses études. Et ce phénomène s’observe dans toute l’Europe.

Les insectes ont un rôle absolument clé dans le fonctionnement des écosystèmes agricoles. Ils contribuent directement à la production. L’exemple le plus connu est la pollinisation des cultures. Si on diminue la pollinisation, on diminue les rendements. L’impact sur l’agriculture devrait faire réfléchir les agriculteurs et la société tout entière, qui considèrent les insectes comme des pestes. C’est une vision courte, car ils sont indispensables à l’agriculture. Si on n’a plus de pollinisateurs, on n’aura plus de tomates dans nos jardins. Il existe beaucoup de fruits et de légumes pour lesquels la pollinisation est obligatoire.

Autrement dit, la disparition des insectes pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur l’homme aussi ?

V. B. : On ne peut pas imaginer un monde sans insectes. C’est comme si on se demandait ce qu’il adviendrait si on n’avait plus d’air. Car sans insectes, il n’y a plus d’écosystème, plus de nature. Or l’homme tire l’essentiel de ses ressources de la nature, et pas simplement son alimentation – il ne faut pas oublier par exemple que 75 % des médicaments proviennent de la nature. Leur diminution constitue un signal d’alarme très fort. On parle beaucoup du changement climatique. Mais il se passe sous nos yeux des phénomènes plus urgents et aux conséquences plus immédiates. Il faut donc agir, et vite.

Tout le monde se concentre sur le réchauffement climatique... et oublie l’extinction de masse qui a lieu sous nos yeux!

Je relève: "L’impact sur l’agriculture devrait faire réfléchir les agriculteurs et la société tout entière, qui considèrent les insectes comme des pestes."


Là on en est à un point où tout le monde doit s'y mettre.

Je trouve les responsables vraiment pas à la hauteur de l'enjeu et du besoin énorme de pédagogie.

Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
cailloubleu*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyMar 8 Mai - 2:09

*Encelade* a écrit:


Tout le monde se concentre sur le réchauffement climatique... et oublie l’extinction de masse qui a lieu sous nos yeux!

Je relève: "L’impact sur l’agriculture devrait faire réfléchir les agriculteurs et la société tout entière, qui considèrent les insectes comme des pestes."


Là on en est à un point où tout le monde doit s'y mettre.

Je trouve les responsables vraiment pas à la hauteur de l'enjeu et du besoin énorme de pédagogie.


Je l'ai remarqué sur les hirondelles, dans mon village on ne voit pas le quart des hirondelles qu'on voyait il y a seulement 4 ans.

Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyMar 8 Mai - 4:53

Si je vois des tas d'hirondelles.... en ville le long de la rivière dans le centre ville... c'est tout.


Ce matin dans le journal local:
Citation :
Lot-et-Garonne : pourquoi certaines espèces d’oiseaux sont en voie de disparition

Pinson, chardonneret élégant, moineau, verdier d’Europe, linotte mélodieuse disparaissent de nos campagnes.

Dans la mangeoire de son jardin cette année, Michel Hoare a vu défiler un paquet d’oiseaux. S’il n’était pas un observateur avisé et curieux, il pourrait croire que les chardonnerets qui fréquentent assidûment son auge sont une espèce en pleine forme.

Mais cet ornithologue amateur et néanmoins éclairé, ne limite pas sa contemplation aux seules limites de son jardin. Inlassablement, chaque matin ou presque, il arpente la campagne, les bois, les clairières et tous les endroits favorables aux oiseaux, dans le secteur de Castillonnès, pour le plaisir mais aussi dans un but bien précis.

Car en identifiant les oiseaux grâce à leurs chants, « l’ornithophile », comme il aime à se qualifier, effectue un comptage qui lui donne une estimation générale des populations d’oiseaux en Lot-et-Garonne.

Or, en dépit de ce que pourrait indiquer les assauts sur sa mangeoire, Michel Hoare confirme l’effondrement du nombre de chardonnerets dans le département.

Même les espèces communes
« Ce qu’il y a de plus inquiétant, ce n’est pas seulement la disparition d’espèces rares, mais aussi des espèces très communes comme le pinson, le verdier d’Europe, le chardonneret élégant, la linotte mélodieuse ou même le moineau, qui dégringolent », observe l’ornithophile.

Michel Hoare y voit « un tas de raisons. » Pour certaines espèces, leur raréfaction est directement liée au réchauffement climatique.

« Mais c’est parce qu’elles remontent vers le nord pour rechercher la fraîcheur, comme le bruant jaune et le pouillot siffleur. » Déplacés mais pas exterminés, ceux-là s’adaptent aux conditions climatiques.

En revanche, pinsons et chardonnerets sont clairement impactés par « la destruction des milieux naturels, l’urbanisation, la construction de routes, la destruction des haies, mais aussi l’emploi des biocides. »

Sous ce vocable qu’il revendique, Michel Hoare englobe insecticides, pesticides et toute la cohorte des produits « dits phytosanitaires qui voudraient faire croire qu’ils œuvrent à la santé des plantes. »

Bye bye le coucou
Espèce en grande difficulté, le coucou, inquiète aussi sérieusement Michel Hoare. « On a perdu un tiers des effectifs en dix ans. Nous sommes censés être en pleine saison, puisqu’il arrive en général autour du 15 mars. Le coucou est un oiseau qui se nourrit essentiellement de chenilles. Or, il y en a de moins en moins. »

"On a perdu un tiers des effectifs en dix ans"
« En outre, le coucou pond ses œufs dans les nids d’autres oiseaux très communs chez nous, tels que le troglodyte mignon ou l’accenteur mouchet. Mais là encore, à cause du réchauffement climatique, ils se sont adaptés. Au lieu de nicher au mois d’avril, ils nidifient désormais fin février début mars. Résultat, quand le coucou vient déposer ses œufs, il n’y a plus personne pour les couver, puis les nourrir quand ils ont éclos… »

Si la raréfaction du cuculidé est indubitable, Michel Hoare nuance les conséquences du réchauffement climatique. « Pour certaines espèces, ce n’est pas parce qu’on en voit de moins en moins ou carrément plus du tout, qu’elles ont disparu. Elles se sont simplement adaptées en allant rechercher la fraîcheur plus au nord. Depuis peu en Lot-et-Garonne, nous avons par exemple des oiseaux qui remontent du sud et viennent s’installer chez nous, notamment des hérons garde-bœuf. Autour de Castillonnès, il y a désormais une dizaine de couples d’élanions blancs, alors qu’il n’y en avait pas il y a dix ans ! »

Mais ces quelques « transferts » de populations, ne compensent pas l’éclaircissement général des rangs des petits volatiles que l’ornithophile attribue aussi à la destruction des milieux et l’usage des produits qu’il qualifie de « biocides ». Le grand remembrement mené dans les années 1980 a en effet sonné le glas des haies que la fédération des chasseurs et les agriculteurs s’emploient désormais à replanter ça et là, et dont le Conseil département finance également la réintroduction. « Ce sont d’excellentes initiatives, car la haie est un refuge pour beaucoup d’espèces qui vont protéger les cultures. Un faucon crécerelle, une vipère, une couleuvre ou une fouine dans une haie, qui va manger les mulots, sont les meilleurs régulateurs des écosystèmes. » Mais les vertus de la haie ne se bornent pas à son hospitalité pour la faune. Elle permet aussi de limiter l’érosion du sol et de ralentir l’écoulement des eaux. Et elle est un brise-vent très utile pour les cultures.

Seule exception dans l’effondrement général des populations d’oiseaux, la palombe ! « Elle est en grande augmentation partout. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt. » Comble de l’ironie environnementale : « Les oiseaux qui se portent le mieux aujourd’hui, sont ceux qui vivent en ville. Les merles, les grives… Tout simplement parce que dans les jardins publics ou les jardins de particuliers, ils ont beaucoup moins de produits biocides contre lesquels lutter… »
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV
Moderateur
Moderateur
OlivierV


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyMar 8 Mai - 6:14

Il faudrait que je refasse le trajet Lyon/Venise.

Dans les années 90 je le faisais régulièrement. Impossible de faire tout le trajet sans s'arrêter pour décrasser le pare-brise, particulièrement vers la plaine du Po.

Sinon, il y a eu de beaux "génocides" en Languedoc-Roussillon. Les campagnes de démoustiquage ont toujours lieu chaque année.

Il semble qu'il reste des insectes à Bruxelles. En tous cas, j'ai eu un moustique qui m'a tenu compagnie un bon bout de nuit... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

*Encelade*


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyMar 8 Mai - 14:20

Bonsoir,

Je vais tenter un peu de pédagogie, cela aidera peut être certains lecteurs à mieux comprendre les enjeux.

Mon métier va me servir de base car c'est exactement le même mécanisme.

Un milieu propre est constitué d'une flore: une multitude de micro organismes divers et variés. Il peut arriver que parmi eux, certains sont potentiellement dangereux, mais tout se passe bien car le fait qu'ils soient au milieu d'une multitude d'autres types de micro organismes, ils sont en concurrence donc ils ne prolifèrent pas... et donc ils ne sont jamais assez nombreux pour poser des problèmes.

Ainsi par exemple pour cicatriser une plaie chronique, il est important de respecter la flore de la plaie, le nettoyage consistant uniquement à contenir le nombre de micro-organismes de manière globale: c'est l'hygiène.

Un milieu aseptisé par définition ne contient aucun micro organisme. Le problème du milieu aseptique c'est que c'est une bombe à retardement. Un micro organisme qui se retrouve dans ce milieu vide, sans aucune concurrence, il prolifère et son pouvoir de nuisance émerge.

Exemple: vous prenez des antibiotiques... ils tuent une bonne partie de votre flore cutanée et intestinale... Le candida albicans est un champignon naturellement présent dans la flore humaine et donc lui n'est pas détruit par les antibiotiques et il se retrouve soudain tout seul sans concurrence notable, il prolifère et provoque des symptômes (rougeurs, démangeaison, inflammation...). Ce micro organisme était là avant, mais il ne posait aucun problème... seule l'extinction massive des bactéries cutanées a donc conduit aux symptomes.

Autre exemple: une banale bactérie intestinale se retrouve dans une chaine de l'industrie alimentaire (milieu aseptisé+++)... elle prolifère et provoque des intoxications alimentaires... alors que la même bactérie, à la maison dans un milieu avec une flore "normale", elle n'aurait rien provoqué car elle n'aurait pas proliféré.

Les maladies nosocomiales des hopitaux... le staphylocoque qui fait si peur.... alors que plus de la moitié des gens en ont dans leur nez en permanence, et cela ne pose pas de problème normalement.... mais un hopital, un bloc, ce n'est pas un milieu normal.



Voilà à quoi sert la biodiversité. En quoi elle nous protège. En quoi elle est PRIMORDIALE.

Et c'est exactement la même chose dans tous les écosystèmes... chaque lieu construit un équilibre.. et l'extinction de masse que nous produisons c'est dangereux, TRES dangereux.



Ici, on est envahit par les moustiques tigres depuis quelques années (il se répand... les nordistes, vous allez comprendre votre douleur.... c'est des voraces lol ).
Dans le journal local un titre:
"après les moustiques, les grenouilles"... un groupe de riverain qui réclame l'assèchement d'une mare car elle produisait trop de moustiques... puis le même collectif l'année suivante se sont plains du bruit des grenouilles....

Grenouilles qui ont proliféré car pouvant se nourrir des larves de moustiques et donc au final réguler leur population.

(et puis moi j'aime le son des grenouilles.... j'ai une grosse mare devant chez moi, et je suis contente quand elles se mettent à chanter)



Que réclame ce collectif? Une aseptisation de l'environnement. D'en faire une bombe!


Je me demande si le ministère de l'écologie ne devrait pas investir davantage dans la pédagogie, et à grande échelle.

Y a urgence, on peut pas attendre que les générations passent...
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël#

Raphaël#


Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? EmptyMar 8 Mai - 15:05

*Encelade* a écrit:
Bonsoir,

Je vais tenter un peu de pédagogie, cela aidera peut être certains lecteurs à mieux comprendre les enjeux.

Spoiler:
 


Je me demande si le ministère de l'écologie ne devrait pas investir davantage dans la pédagogie, et à grande échelle.

Y a urgence, on peut pas attendre que les générations passent...

Merci d'avoir pris le temps de nous rappeler l'importance de la préservation de toutes les bestioles et animaux.
Je crois que la prise de conscience est en court, trop lente évidemment, trop tard ? J'espère que non, mais ce sont des sujets qui reviennent de plus en plus dans les médias, dans les discussions et un peu/pas assez encore chez les dirigeants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Où sont passés les insectes? Empty
MessageSujet: Re: Où sont passés les insectes?   Où sont passés les insectes? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Où sont passés les insectes?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A votre avis , ou sont passé toutes les autres zermateuses ?
» Ne jugez pas. Saint Matthieu 7,1-5
» Où sont passés les déchets plastiques en mer ?
» Les rods ne sont pas des ovnis mais des anomalies numériques ou des insectes ne mélangeons pas tout!
» VIVRE DANS LA NOSTALGIE DU PASSÉ : EST-CE BON OU MAUVAIS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SCIENCES, FOI et SOCIETE-
Sauter vers: