Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Mer 13 Jan 2010, 23:34

13 janvier 2010

Shaikh Al Albani:

La célébration de l'anniversaire du prophète, est-ce un bien ou un mal?

L'interlocuteur:

C'est un bien

Shaikh Al Albani:

Parfait ! Ce bien, le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– et ses compagnons l'ignoraient-ils ?

L'interlocuteur:

Non.

Shaikh Al Albani:

Tu ne me convaincs pas en disant simplement : non, mais tu dois dire de suite : il est impossible que ce bien, ou un autre, soit méconnu du prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– et de ses compagnons. Nous n'avons connu l'islam et la foi que par le biais de Muhammad –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–; alors comment pourrions-nous connaître un bien que lui-même ignorait ! C'est impossible.

L'interlocuteur:

On célèbre l'anniversaire du prophète–que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– pour se souvenir de lui, pour l’honorer.

Shaikh Al Albani:

Ce raisonnement nous le connaissons, nous l'entendons de beaucoup de gens, et nous l'avons lu dans leurs livres. Mais le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– lorsqu’il a appelé les gens, les a-t-il appelés à l'islam en entier ou il les a appelé à l'unicité d'Allah?

L'interlocuteur:

A L'unicité d'Allah


Dernière édition par chrisredfeild le Mer 13 Jan 2010, 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Mer 13 Jan 2010, 23:47

Shaikh Al Albani:

La première chose à laquelle il les a appelés est l'unicité d'Allah, puis les prières obligatoires, puis le jeûne obligatoire, puis le pèlerinage et ainsi de suite. Ainsi, tu dois suivre cette pratique légiférée pas à pas.

Maintenant, nous sommes d'accord qu'il est impossible qu'il existe un bien que le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– ignorait.

Nous avons connu tout le bien par le biais du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– et il n’y a pas de divergence sur cela. Quant à moi, je crois que celui qui doute à ce sujet n'est pas musulman. Et parmi les hadiths du Messager d'Allah qui soutiennent ces propos, Sa parole –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– : {Je n'ai pas laissé une chose qui vous rapproche d'Allah sans vous l’avoir ordonnée.} si l'anniversaire était un bien, et s'il était une chose qui rapproche plus encore d'Allah, le prophète aurait dû nous la montrer.

Est-ce vrai ou pas? Je ne veux pas que tu sois d'accord sans être convaincu par tout ce que je dis, et tu as toute la liberté de dire: s'il vous plaît je ne suis pas convaincu par ce point.

Tu veux t'arrêter sur un point ou tu me suis parfaitement?

L'interlocuteur:

Je vous suis parfaitement.

Shaikh Al Albani:

Qu'Allah te récompense par le bien.

Donc {Je n'ai pas laissé une chose qui vous rapproche d'Allah sans vous l’avoir ordonnée.}

Nous disons à tous ceux qui prétendent la permission de célébrer l'anniversaire du prophète :

Cet anniversaire qui est un bien –selon ce que vous prétendez– soit le Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– nous l'a montré, soit Il ne nous l'a pas montré.

S'il disent il nous l'a montré.

Nous leur disons :" {Donnez votre preuve, si vous êtes véridiques} (S2 V111) et ils ne pourront jamais le faire.

Et nous avons lu les écrits d'Al-'Alawî et d'autres à ce sujet, et ils ne se basent sur aucune preuve sauf que c'est une bonne innovation !! Une bonne innovation !!

Tous, ceux qui célèbrent l'anniversaire du prophète et ceux qui rejettent cette pratique, sont d'accord que cette célébration n’existait ni à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– ni à l'époque des nobles compagnons et non plus à l'époque des grands imams.

Mais ceux qui permettent cette célébration disent: Qu’y a-t-il de mal dans la célébration de l'anniversaire du prophète ? Ce n’est que rappel du Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– prière sur lui et d'autres actes similaires.

Nous disons: si c'était un bien, ils nous auraient devancés.

Tu connais le hadith du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– : {Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui les suivent, puis ceux qui les suivent}, il est rapporté dans les deux Sahîh. Et à son époque –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– ont vécu ses compagnons, et ceux qui les ont suivi sont les successeurs, puis ceux qui les ont suivis sont les successeurs des successeurs, et en cela aussi il n’y a pas de divergence.

Peux-tu imaginer qu'il y ait un bien dans lequel nous les avons devancés ? Qu'il soit une science (religieuse) ou une pratique? Cela est-il possible?

L'interlocuteur:

Concernant la science, si le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– avait dit à ceux de sa génération que la terre tournait…


Shaikh Al Albani:

Désolé, mais s'il te plait il ne faut pas s'écarter du sujet. Je t'ai interrogé sur deux choses, la science et la pratique, mais en vérité ta digression m’est bénéfique, je parlais bien évidemment de la science religieuse et pas de science comme la médecine par exemple. Je dis que le docteur à notre époque a plus de science qu'Avicenne, car il est venu après de longs siècles et de nombreuses expériences, mais cela ne lui donne pas de recommandation auprès d'Allah et ne le met pas en avant par rapport aux générations pour lesquelles (Allah et Son prophète) ont témoignées. Mais, cela lui est profitable dans la science qu'il connaît, et nous nous parlons discutons de la science religieuse, qu'Allah te fasse miséricorde. Il faut que tu fasses attention à cela; quand je te dis: crois-tu que nous sommes plus savants; ici nous désignons la science religieuse et pas la science expérimentale comme la géographie et l'astronomie et la chimie et la physique. Imagine un mécréant qui aurait plus de science que les autres dans une de ces des sciences, cela va-t-il le rapprocher d'Allah ?

L'interlocuteur:

Non.

Shaikh Al Albani:

Donc, nous ne parlons pas, ici, de cette science, mais nous parlons de la science par laquelle nous voulons nous rapprocher d'Allah, le Glorieux, le Très Haut. Nous parlions de la célébration de l'anniversaire du prophète, donc je repose ma question et j’espère que tu y répondras clairement sans t’écarter du sujet. Et je dis: Penses-tu, d’après ce que tu possèdes de raisonnement et de compréhension, que nous qui venons à la fin du temps, il nous est possible d’être plus savants que les compagnons et les successeurs et les grands imams dans la science (religieuse) et plus prompts à accomplir le bien et à nous rapprocher d'Allah plus encore que ces pieux prédécesseurs?

L'interlocuteur:

Vous voulez dire par « science religieuse » l'exégèse du Coran?

Shaikh Al Albani:

Ils sont plus savants que nous dans l'exégèse du Coran, ils sont plus savants que nous de l'explication du hadith du Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–, et ils sont plus savants que nous en tout point de la législation islamique.

L'interlocuteur:

En ce qui concerne l'exégèse du Coran, on en sait peut être aujourd'hui plus qu’à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–; par exemple le verset :{ Et tu verras les montagnes - tu les crois figées - alors qu'elles bougeront comme des nuages. Telle est l'œuvre d'Allah qui a tout façonné à la perfection. Il est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites!} S27 V88, et si le Messager d'Allah avait dit à quelqu'un à son époque que la terre tournait, quelqu'un l'aurait-il cru ? Personne n'aurait pu le croire.

Shaikh Al Albani:

Donc, ce que tu veux –sans reproche de ma part– c’est que nous signalons un autre écartement du sujet. Ô mon frère, moi je t’interroge sur l'ensemble et pas sur une partie, nous posons une question générale: l'islam dans son ensemble, qui en est le plus savant ?

L'interlocuteur:

Bien sûr le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– et ses compagnons.

Shaikh Al Albani:

C'est cela que nous attendons de toi, qu'Allah te bénisse. Puis, l'exégèse duquel tu parles n'a pas de relation avec la pratique, mais avec la pensée et la compréhension. Et nous avons déjà parlé avec toi du verset précédent et nous t'avons prouvé que ceux qui prennent ce verset comme preuve que la terre tourne sont dans l'erreur car le verset parle du Jour Dernier : { Le jour où la terre sera remplacée par une autre, ainsi que les cieux et où (les hommes) comparaîtront devant Allah, l'Unique, le Dominateur Suprême.} S14 V48. En tout cas, ce n'est pas notre sujet maintenant.

Et j’admets comme toi, qu'il est possible qu'un homme venu plus tard connaisse une vérité scientifique ou cosmique mieux que les compagnons ou les successeurs. Mais cela n'a pas de relation avec la l’œuvre pieuse (qui rapproche d'Allah). Par exemple, aujourd'hui les mécréants connaissent mieux que nous l'astronomie et d'autres sciences dans ce domaine, mais en quoi cela leur est-il profitable? En rien. Nous ne voulons pas creuser, ici, ce "rien", nous voulons parler de tout ce qui nous rapproche d'Allah, et nous parlons de l'anniversaire du noble prophète.

Et nous sommes d'accord que si cela était un bien, nos pieux prédécesseurs, à leur tête le Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– sont plus savants que nous sur ce qu’est le bien et plus prompts que nous à le pratiquer, as-tu un doute en cela ?

L'interlocuteur:

Non, il n’y a pas de doute dans cela.

Shaikh Al Albani:

Donc, ne lie pas cela à des choses qui appartiennent à la science expérimentale qui n'ont aucune relation avec ce qui rapproche d'Allah par l’œuvre pieuse.

Maintenant, cet anniversaire n'existait pas à l'époque du prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– tous les savants sont unanimes sur ce point. Donc ce bien n'existait à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–, des compagnons, des successeurs et des grands imams,

Comment ce bien leur a-t-il échappé ?

De deux choses l’une :

Soit ils ont connu ce bien comme nous l'avons connu, et ils sont plus savants que nous, soit ils ne l'ont pas connu, alors comment nous l'avons connu, nous ?

Si nous disons qu’ils l'ont connu; et c'est la parole la plus authentique et la meilleure pour ceux qui prétendent la légitimité de la célébration de l'anniversaire du prophète, alors pourquoi ils (les prédécesseurs) ne l'ont pas pratiqué!? Sommes-nous plus proches d'Allah!? Pourquoi aucun ne s'est trompé, ne serait-ce qu’une fois, parmi les compagnons, successeurs, savants ou adorateurs d'Allah et a pratiqué ce bien ?

Peux-tu raisonnablement admettre que personne n'ait pratiqué ce bien ? Alors qu'ils étaient des millions, plus savants et meilleurs et plus proches d’Allah que nous ?

Tu connais, je crois, la parole du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– : {N'insultez pas mes compagnons, car par Celui dont l'âme de Muhammad est entre Ses mains, si l’un d’entre vous dépense l'équivalent de la montagne d'Uhud en or, il n'atteindra ni la poignée de l'un d'eux, ni sa moitié}.

Tu as vu la différence entre nous et eux !

Car ils ont combattu dans le sentier d'Allah, et avec le Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–, ils ont appris la science (religieuse) de lui sainement sans les moyens intermédiaires qui sont maintenant entre nous et lui –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–, ainsi il a indiqué dans le même sens dans le hadith authentique :

{Celui qui veut lire le coran d'une manière saine qu'il le lise comme Ibn Umm 'Abd}, désignant 'Abd Allah ibn Mass-'ud.

Ces prédécesseurs, à leur tête les compagnons, nous ne pouvons point imaginer qu'ils ignoraient un bien qui les rapprochait d'Allah et que nous l'ayons connu nous. Et si nous disons qu’ils l’ont connu comme nous, alors nous ne pouvons imaginer qu'ils ont négligé ce bien.

Ce que je dis est plus clair ?

L'interlocuteur:

Louange à Allah.


Dernière édition par chrisredfeild le Mer 13 Jan 2010, 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Mer 13 Jan 2010, 23:48

Shaikh Al Albani:

Qu'Allah te bénisse. Il y a autre chose, il y a plusieurs versets et hadiths qui expliquent que l'islam a été parachevé, et je crois que c'est une vérité que tu connais et à laquelle tu crois, et il n’y a pas de différence entre un savant, un étudiant en science (religieuse) et un musulman ordinaire dans la connaissance de cette vérité qui est que l'islam a été parachevé, et qu'il n'est pas comme la religion des juifs et des chrétiens chez lesquels chaque jour il y a un changement et une modification.

Et j'évoque par exemple la parole d'Allah le très Haut: {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée pour vous l'Islam comme religion.}.

Maintenant nous avons une question: il s'agit d'une autre façon de montrer que la célébration de l'anniversaire du prophète n'est pas un bien, et pas à la façon précédente qui est que si cela était un bien les pieux prédécesseurs nous auraient devancé dans la pratique, car ils sont plus savants et plus pieux que nous.

Si la célébration de l'anniversaire du prophète était un bien, elle fait alors partie de l'islam, et nous disons: sommes-nous tous, opposants et partisans de la célébration de cet anniversaire, d’accord, comme dans le consensus précédent, que la célébration de l'anniversaire du prophète n'existait pas à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui. Et sommes-nous d'accord que si cette célébration est un bien, elle fait partie de l'islam et si elle n'est pas un bien alors elle ne fait pas partie de l'islam ?

Et le jour où ce verset a été révélé : {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion}, la célébration de l'anniversaire du prophète n’existait pas. Vois-tu donc cette pratqiue comme faisant partie de la religion?

J'espère que tu es franc avec moi et ne crois pas que je suis parmi les machaykh qui font taire les étudiants et les gens en leur disant : tais-toi tu ne sais rien, tu ne connais rien. Au contraire, prend toute ta liberté comme si tu discutais avec une personne comme toi, moins âgée que toi et qui a moins de science que toi. Si tu n'es pas convaincu dis : je ne suis pas convaincu.

Donc, si la célébration de l'anniversaire du prophète est un bien, elle fait partie de l'islam, et si elle n'est pas un bien alors non, et si nous sommes d'accord qu'elle n'existait pas quand le verset en question a été révélé, alors il est évident qu'elle ne fait pas partie de l'islam.

Et j'appuie ce que je dis par la parole de l'imam Malik ibn Anas qui a dit :

"Celui qui innove une chose en islam (note bien qu'il dit une seule innovation et pas de nombreuses d'innovations) et la voit bonne, alors il a prétendu que Muhammad –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– a trahi le message.".

Il s'agit d'une chose grave et d'un danger énorme, qu'elle est la preuve ô Malik ?

L'imam Malik a dit: lisez si vous voulez la parole d'Allah le Très Haut : {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée pour vous l'Islam comme religion.}. Ce qui n'était pas une religion à l'époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd'hui. » Fin de citation.

Quand l'imam Malik a-t-il prononcé cette parole ? Au deuxième siècle de l'Hégire, l'un des siècles (pour lequel le prophète) a témoigné en bien.

Alors que penses-tu du quatorzième siècle?

Cette parole doit être écrite avec de l'or, mais nous sommes inattentif au livre d'Allah, au hadith du Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–, et aux paroles des imams que nous prétendons suivre, loin de là, la distance entre nous et eux est comme les deux orients.

Il s'agit de l'imam de « Dar Al Hijra » dit clairement : " Ce qui n'était pas une religion à l'époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd'hui"

Aujourd'hui la célébration de l'anniversaire du prophète est une religion, sans cela, la polémique n'aurait pas lieu entre les savants qui s'attachent à la sunna et les savants qui défendent l'innovation.

Comment cela peut-il être de la religion alors que cela n’existait ni à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– ni à l'époque des compagnons ni à l'époque des successeurs et ni à l'époque de ceux qui ont suivi les successeurs!?

L'imam Malik est de ceux qui ont suivi les successeurs (tabi’ tabi’in) et il est de ceux qui sont désignés par le hadith :

{Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui les suivent, puis ceux qui les suivent}.

L'imam Malik dit : " Ce que n'était pas une religion à l'époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd'hui, et la dernière génération de cette communauté ne peut être rectifiée que par ce qui a rectifié sa première génération".

Qu’est-ce qui a rectifié sa première génération ? Par l'innovation dans la religion et le rapprochement d'Allah par des choses que le Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – n'a pas fait ?

Alors que le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– a dit :

{Je n'ai rien laissé qui vous rapproche d'Allah, sans vous avoir ordonné de faire}.

Pourquoi alors le prophète ne nous a pas ordonné de célébrer son anniversaire ? C'est une question qui a une réponse :

Il existe une célébration de la naissance du prophète légiférée contre cette célébration non autorisée, cette célébration légiférée existait à l'époque du Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– contrairement à la célébration non légiférée, et il y a une grande différence entre les deux:

Premièrement : la célébration légiférée est une adoration qui est objet du consensus entre tous les musulmans.

Deuxièmement : la célébration légiférée se pratique une fois par semaine, et leur célébration non légiférée, une fois par an.

Voila la différence entre les deux célébrations : la première est une adoration qui se pratique une fois par semaine et la deuxième, qui n'est pas légiférée, n'est pas une adoration et ne se pratique pas chaque semaine.

Et je ne dis pas des paroles comme ça, sans aucune preuve venant d'Allah, mais je vous ramène un hadith rapporté dans le Sahih Muslim, d'après Abu Qatada Al-Anssari qui a dit :

" Un homme est venu voir le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – et lui a dit: Ô Messager d'Allah: que dis-tu au sujet du jeûne du lundi?

Il a répondu : {C'est le jour de ma naissance, et c'est le jour où le Coran m’a été révélé}

Qu'elle est la signification de cette parole?

C'est comme s'il voulait dire : comment interroges-tu au sujet de ce jour, alors que c'est en ce jour-là qu'Allah m'a donné vie, et que la révélation est descendue sur moi!?

C'est-à-dire que vous devriez jeûner le lundi pour remercier Allah le Très Haut de m'avoir créé ce jour-là et d'y avoir fait descendre sur moi la révélation.

Et cela est en rapport au jeûne des juifs le jour de 'Achura, et vous savez très probablement que le jeûne de 'Achura était une obligation aux musulmans avant la prescription du jeûne du mois de Ramadan.

Et il est rapporté dans certains hadiths que le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – lorsqu’il a émigré à Médine, a vu les juifs jeûner le jour de 'Achura, et il les a interrogés à ce sujet. Ils lui ont répondu que c'était en ce jour qu'Allah a sauvé Mussa (Moïse) et son peuple de pharaon et de ses soldats, et nous l'avons jeûné pour remercier Allah. Et il –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a dit: {Nous méritons de nous réclamer de Mussa que vous}, et il l'a jeûné et il a ordonné de le jeûner, et c’est devenu une obligation jusqu'à qu'Allah le Très Haut révèle Sa parole : { (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été révélé comme guide pour les gens, et preuves claires de la guidée et du discernement. Quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne !}

Et le jeûne de 'Achura est alors devenu une sunna et l’obligation a été abrogée.

Cela montre que le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a jeûné comme les juifs le jour de 'Achura pour remercier Allah d'avoir sauvé Mussa de pharaon. Il a aussi ouvert pour nous la porte du remerciement à Allah par le jeûne du lundi, car c'est le jour de la naissance du Messager d'Allah et le jour de la révélation.

Maintenant je te pose une question: ceux qui célèbrent l'anniversaire du prophète, et nous savons que cette pratique n'est pas une voie vers le bien, je sais que beaucoup d’entre eux jeûnent le lundi et le jeudi; mais la plupart des musulmans jeûnent-ils le lundi?

Non, il ne jeûnent pas le lundi, par contre la plupart des musulmans célèbrent l'anniversaire du prophète une fois par an ! Ne s'agit-il pas du contraire de la vérité ?

Sur ces gens s'applique La parole d'Allah le Très Haut adressée aux juifs:

{Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon}

Voilà le bien: un jeûne sur lequel il y a consensus entre tous les musulmans qui est le jeûne du lundi mais la plupart des musulmans ne le jeûne pas !!

En ce qui concerne le peu de musulman qui le jeûne, connaissent-ils le secret du jeûne du lundi? Non, ils ne le connaissent pas.

Où sont les savants qui défendent la célébration de l'anniversaire du prophète, pourquoi ne leur montrent-ils pas que le jeûne du lundi est la célébration légiférée de la naissance du prophète et ne les exhortent-ils pas à le pratiquer à la place de la célébration non légiférée?!!

Allah a dit : {Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon}

Et le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a dit:

{Vous suivrez les pratiques de ceux d'avant vous, empan par empan, coudée par coudée, au point que s'ils entrent dans le terrier d'un lézard, vous les suivrez.}

Et dans une autre narration c'est encore plus grave : {au point que si l'un d’entre eux forniquait avec sa mère en plein rue, l'un d’entre vous le ferait.}.

Nous avons suivi les pratiques des juifs, et nous avons échangé le meilleur pour le moins bon, comme nous avons échangé la célébration de la naissance du prophète chaque lundi –une célébration légiférée dont le jeûne est un remerciement à Allah d'avoir créé le messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – et d’avoir descendu en ce jour la révélation, par la célébration de l'anniversaire du prophète, une fois par an et sans aucun fondement.

Et je conclue mon discours par sa parole –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – :

{Allah déteste accepter le repentir d'un innovateur}.

Et Allah le très Haut a dit : {Ö messager, transmets ce qui t'a été révélé de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n'aurais pas transmis Son message. Et Allah te protègera des gens.}…


Dernière édition par chrisredfeild le Mer 13 Jan 2010, 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Mer 13 Jan 2010, 23:50

L'interlocuteur:

La lecture de la biographie du prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – n'est-elle pas un honneur qu’on lui rend ?

Shaikh Al Albani:

Oui.

L'interlocuteur:

Il y a une récompense d'Allah pour ce bien ?

Shaikh Al Albani:

Tout le bien. Tu ne profites en rien de cette question; c’est pour cela je t'interromps en te posant une question : est-ce que quelqu'un t'interdit de lire sa biographie ?

Je te pose une autre question: s'il y a une adoration légiférée, mais le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – ne lui a pas donné un temps précis, et il ne lui pas donné une description, est-il permis que nous lui donnons un temps précis et une description spécifique de nous-même? As-tu une réponse?

L'interlocuteur:

Non, je n'ai pas de réponse.

Shaikh Al Albani:

Allah le Très Haut dit : {Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu'Allah n'a jamais permises?}.

Et Allah le très Haut dit aussi :

{Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le messie fils de Marie, comme seigneurs en dehors d'Allah, alors qu'on ne leur a commandé que d'adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui! Gloire à Lui! Il est au-dessus de ce qu'ils (Lui) associent.}

"Quand 'Idi ibn Hatim (qui était chrétien avant sa conversion) a entendu ce verset, cela lui a posé problème et il a dit (au prophète): nous ne les adorons pas, il a dit : { Ne rendent-ils pas illicite ce qu’Allah a rendu licite, et ainsi vous le rendez illicite, et ne rendent-ils pas licite ce que Allah a rendu illicite et ainsi vous le rendez licite?} Il a répondu : si, puis il a dit : {C'est cela leur adoration}.

Et cela montre la gravité de l'innovation dans la religion d'Allah le Très Haut
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Mer 24 Fév 2010, 19:54

apres ce débat qui confirme le statut de la fete de la naissance de notre prophete, voici le commentaire de l'imam IBN OUTHAIMINE :
Au Nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux. Ô gens ! Craignez Allah et sachez que le plus grand de Ses bienfaits réside dans les Messagers qu’Il a dépêchés en tant qu’annonciateurs et avertisseurs, et dans les Livres qu’Il leur a révélés afin de trancher les litiges de Ses serviteurs.
Muhammad (صلى الله عليه وسلم), qu’Allah suscita afin de guider l’humanité dans son entier et par qui il clôtura la prophétie, fait [sans conteste] partie des plus élevés d’entre eux, de ceux dont l’emprunte fut la plus profonde et dont le message fut le plus global.
Allah l’envoya à une période creuse de la prophétie, à un moment où les hommes avaient le plus grand besoin de la lumière de [Son] message.
Par lui, Il répandit la guidée après l’égarement, l’union après la division et la richesse après la pauvreté. Les êtres devinrent alors frères par Sa grâce et des soutiens mutuels dans Sa religion. Les nations y adhérèrent ensuite et ceux qui s’y agrippèrent furent telle une lueur éclatante dans le ciel de l’histoire humaine.
En effet, aussi longtemps que la communauté islamique s’est montrée soucieuse d’appliquer la Loi d’Allah et de vivre en conformité avec les principes qui furent ceux de son guide Muhammad (صلى الله عليه وسلم) en termes de pratiques cultuelles, de relations sociales et de politique intérieure et extérieure...
Aussi longtemps donc qu’elle observa cette ligne de conduite, elle garda le leadership des nations.
Mais la situation eut vite fait de changer avec les premières déviations qui apparurent. Allah plaça alors son malheur dans ses membres mêmes et les soumis à l’autorité de leurs ennemis.
Ils devinrent tel l’écume du torrent et furent littéralement dévorés par les autres nations, sans compter que les passions semèrent la division en leur sein.
[Il convient par ailleurs de savoir] que ce prestige et cette puissance dont elle a longtemps joui ne pourront à nouveau être effectifs que lorsqu’elle reviendra, par chacun des membres et des peuples qui la constituent, vers sa religion...
Sa religion qu’elle appliquera avec tout ce que cela implique en termes de paroles, d’actes et de croyances...
Sa religion dont elle fera son unique finalité [et qu’elle observa] conformément à ce qui nous été rapporté de la part du Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) et de ses nobles compagnons. Or, une parfaite application passe nécessairement par le fait de n’instaurer aucune pratique rituelle ou autre occasion religieuse en dehors de celles qui ont été vérifiées de source sûre de la part du Prophète (صلى الله عليه وسلم).
Car il a en effet uniquement été ordonné aux êtres humains d’adorer leur Seigneur en toute exclusivité. Dès lors, quiconque Lui adresse un acte d’adoration qu’Il n’a pas légiféré verra cet acte lui être renvoyé, conformément à la parole dans laquelle le Prophète (صلى الله عليه وسلم) nous dit :
" Quiconque accomplit un acte non conforme à nos enseignements le verra rejeté."
De telles pratiques constituent, aux yeux de la législation, des innovations, sachant que toute innovation est égarement.
Participe de ces pratiques innovées, la commémoration de la naissance du Prophète (صلى الله عليه وسلم) qui se déroule [chaque année] durant le mois de Rabî’ Al Awwal. Ainsi, la douzième nuit de ce mois voit les gens se réunir dans les mosquées ou chez eux pour accomplir des prières, innovées, sur le Messager d’Allah (صلى الله عليه وسلم) et lui adresser des éloges par lesquelles ils dépassent la limite qu’il a fixée en termes de considération à son égard.
D’aucuns accompagnent même parfois ces réunions d’un repas et veillent ainsi. Ils dilapident donc de l’argent et du temps tout en fatiguant leur corps dans ce que ni Allah, ni Son Messager n’ont légiféré...
Dans une pratique à laquelle ni les califes éclairés, ni les compagnons, ni les musulmans des trois premiers siècles ou encore ceux qui les ont suivis en bien ne s’adonnaient.
Or, [il est évident que] s’il y avait un bien en cela, ils nous y auraient certes devancés. Car comment Allah priverait les plus anciens membres de cette communauté, qui comptaient parmi eux les califes éclairés, d’un tel bien si toutefois il en était ainsi.
Ce n’est donc qu’au quatrième siècle de l’hégire que des gens ont institué cette innovation.
Le Sheikh Al Islâm Ibn Taymiyya (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit dans son ouvrage intitulé : " Iqtidâ As-Sirâte Al Mustaqîm : Mukhâlafatu Ashâb Al Jahîm " :
"L’institution, par certains, d’une fête commémorant la naissance du Prophète malgré les divergences existant quant à sa date exacte -et qui vise, soit à ressembler aux chrétiens dans leur commémoration de la naissance de ’Îssa (’alayhi salam), soit à exprimer leur amour et leur vénération pour le Prophète (صلى الله عليه وسلم) - n’était pas pratiquée par les anciens bien qu’ils aient eu raisons de le faire et que rien ne les en empêchait.
Et si une telle démarche comportait un bien, qu’il soit absolu ou même prépondérant, ces derniers seraient plus en droit de l’appliquer que nous. L’amour et la vénération qu’ils avaient à l’égard du Prophète (صلى الله عليه وسلم) étaient en effet bien plus intenses que les nôtres et ils étaient on ne peut plus soucieux que nous de pratiquer le bien. Leur amour et leur vénération s’exprimaient donc uniquement dans leur mise en conformité avec la voie du Prophète, l’obéissance qu’ils lui vouaient, l’application de ses commandements, la revivification tant dans la forme que dans le fond- de sa Sunna, la propagation [du message] avec lequel il fut dépêché et enfin dans tous les efforts qu’ils déployèrent dans leur coeur, par leur langue ou par les actes- dans cette voie.
Or, force est de constater que la plupart de ces personnes soucieuses de pratiquer de telles innovations sont dans une totale léthargie lorsqu’il s’agit d’oeuvrer là où l’ordre du Prophète (صلى الله عليه وسلم) leur est parvenu. On ne peut que les comparer à ceux qui ornent et embellissent le Coran sans le lire ou encore à ceux qui le lisent sans l’appliquer. "
Ô vous qui êtes soumis à Allah ! Sachez par ailleurs que cette pratique innovée que l’on a instaurée le 12 du mois de Rabî’ Al Awwal n’a aucun fondement du point de vue historique.
En effet, il n’a pas été vérifié de source sûre que la naissance du Prophète (صلى الله عليه وسلم) eut lieu en cette nuit. Les historiens ont ainsi divergé sur ce point en sept dates différentes, à savoir : le 02, le 08, le 09, le 10, le 12, le 17, et le 22.
Sept opinions existent ainsi et rien n’indique que l’une d’elles prévaut sur les autres. La détermination du jour exact de la naissance du Prophète al-dhiyâ’ul-Lami’ou minal-Khotbi al-djawâmi’ en ce mois reste donc inconnue.
Cependant un spécialiste contemporain de la question a établi qu’elle correspondait au 09 Rabî’ Al Awwal.
Et si une telle innovation n’est pas fondée historiquement parlant, elle ne l’est pas plus du point de vue religieux. En effet, ni le Prophète (صلى الله عليه وسلم), ni ses compagnons ou ceux qui les ont suivis en bien ne s’y sont adonnés.
Or, le messager d’Allah dit :

" Attachez-vous donc à ma Sunna ainsi qu’à la Sunna des califes bien guidés qui me succéderont. Agrippez-vous-y becs et ongles ! Et prenez garde à ce que l’on introduit en religion, car toute innovation est égarement. "

Il dit également :
" Ceci étant : ’’Le meilleur des propos est certes la parole d’Allah et la meilleure des voies est celle de Muhammad (صلى الله عليه وسلم). Quant aux pires des choses, ce sont celles que l’on introduit [en religion]. Or, toute innovation est égarement et tout égarement mène en enfer.’’ "
Toute fête ou occasion religieuse par laquelle on entend se rapprocher d’Allah en proclamant Sa grandeur ou celle de Son Messager (صلى الله عليه وسلم) entre dans le cadre des adorations. On n’en instituera donc que ce qui l’a été par Allah et par Son Prophète ( صلى الله عليه وسلم), et l’on ne pourra vouer d’adoration par l’une quelconque d’entre elles en dehors de celles avec lesquelles Muhammad (صلى الله عليه وسلم) s’est présenté à nous.
Et sachez qu’il y a dans les façons qu’Allah nous a instituées afin d’exprimer notre vénération et notre amour du Prophète (صلى الله عليه وسلم) largement de quoi nous passer de tout autre moyen que l’on innove et introduit à cet effet.
Craignez donc Allah, ô vous qui êtes Ses serviteurs et contentez-vous de ce qui a été légiféré par Allah et instauré par Son Messager (صلى الله عليه وسلم) pour délaisser ce qui ne l’a pas été.
Sachez enfin, chers musulmans, que nous n’avons pas abordé ce sujet du fait de l’existence d’une telle innovation chez nous. Nous louons en effet Allah de voir que celle-ci n’a pas cours ici et que les habitants de ce pays ne la pratiquent pas, suivant ainsi l’exemple du Prophète (صلى الله عليه وسلم) et de ses compagnons.
C’est uniquement le fait que beaucoup en entendent parler sur les ondes radio qui nous a amenés à en expliciter l’origine et le statut. Le but étant que les membres de cette communauté soient à même d’en avoir une vision claire et de puiser dans ce qui fait le coeur de cette religion tout en délaissant les futilités sans fondement aucun.
[Et Allah nous dit] :
" ’’ Et voilà mon chemin dans toute sa rectitude. Suivez-le donc, et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie.’’ Voilà ce qu’Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. "
Sourate Le Bétail ; verset 153.
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 17:35

voila le sujet qui parle de la celebration de la fete de naissance de notre prophete (si seulement sa date de naissance était authentique, ce qui n'est pas encor le cas)
Revenir en haut Aller en bas
edaeda




MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 18:53

Ah désolée j'avais rédigé un message qui vous était destiné dans le topic précédent, je n'avais pas remarqué celui-là. Donc célébrer l'anniversaire de notre prophète (saw) seulement avec des invocations serait une innovation? C'est effrayant ce que vous dîtes! Nous sommes pourtant des milliers à le faire en Turquie!
Revenir en haut Aller en bas
LA REPONSE

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 21:27

edaeda a écrit:
Ah désolée j'avais rédigé un message qui vous était destiné dans le topic précédent, je n'avais pas remarqué celui-là. Donc célébrer l'anniversaire de notre prophète (saw) seulement avec des invocations serait une innovation? C'est effrayant ce que vous dîtes! Nous sommes pourtant des milliers à le faire en Turquie!

Mes chers amis,
Un amoureux du prophète que le salut soit sur lui éprouve au plus profond de lui même nécessairement de brûlants sentiments qui enflamment son entité. Et ce dès qu'il hume auprès de lui la moindre senteur se rapportant a la mémoire de l'élu. La mémoire de l'élu ne se limite pas au jour ni au mois de sa naissance.Combien sont en effet ces souvenirs qui nous relient sentimentalement a l'élu. A vrai dire ceux qui disent que les compagnons du messager de Dieu ne célébrait pas sa mémoire après sa mort se font des illusions. Avaient-ils le choix de le faire ...Si l'un d'eux passait prés d'un arbre sous lequel le messager de Dieu que le salut soit sur lui avait dormi il s’arrêtait devant cet arbre tandis que la mémoire du bien-aimé resurgissait de ses entrailles lui faisait oublier sa vie ainsi que sa condition. S'il passait par un endroit ou s’était arrêté le messager de Dieu la mémoire de son bien aimé se ravivait comme un feu ardent. Il restait la a parler ,a clamer des vers de poésie, a exprimer ses sentiments fiévreux et a répandre ses larmes. Tout ce qui touche et nous relie a notre bien aimé est de nature a raviver sa mémoire. L'amoureux ne dispose absolument d'aucun choix pour exprimer ou réfréner ses sentiments.

Encore une fois posons la question..Comment un amoureux du messager de Dieu peut-il passer le mois de Rabie durant lequel est né l'élu, humer autour de lui le souvenir de sa naissance puis ne pas brûler de désir et de nostalgie pour l'élu. Un amoureux qui ne ressent pas de désir brûlant ..c'est invraisemblable. La commémoration par le coeur de souvenirs sacrés est une chose naturelle inhérente a la nature de l'homme. L’amour de l’Élu - paix et bénédiction sur lui - découle quant à lui de l’amour de Dieu - Exalté soit-Il. Il est en effet impossible pour une personne qui aime Dieu de ne pas aimer Son Messager. Il suffit là encore, pour s’en convaincre, de citer la parole du Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, rapportée par At-Tirmidhî et Al-Hâkim d’après `Abd Allâh Ibn `Abbâs, parole authentique si l’on s’en tient aux critères d’authenticité d’Al-Bukhârî et de Muslim : « Aimez Dieu pour les bienfaits qu’Il vous octroie, et aimez-moi pour l’amour dont Il m’aime. »

L’amour du Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, tout comme l’amour de Dieu - Exalté soit-Il -, constitue le combustible qui flamboie dans le cœur, poussant l’homme à observer la conduite du Prophète et à marcher sur ses pas. L’amour n’est pas seulement synonyme d’observance, comme se l’illusionnent certaines personnes. L’amour est en effet le combustible qui flamboie dans le cœur, poussant l’homme à observer la conduite du Prophète, à observer la loi de Dieu - Exalté soit-Il - et celle de Son Messager élu - paix et bénédiction sur lui. Si l’amour du Messager de Dieu ou l’amour de Dieu se limitaient à l’observance, comme le soutiennent certains contemporains, alors les hypocrites seraient les premiers à aimer Dieu et Son Messager.

L’amour est donc un état du cœur, un combustible flamboyant dans le cœur et poussant l’être humain à l’observance de celui ou ceux qu’il aime. L’amour pousse l’être humain au sacrifice, au mépris de son ego, et lui permet de dépasser les inclinations de l’âme et du sectarisme. L’amour, tel que défini par les savants, est ce sentiment sacré, singulier et étrange qui, une fois qu'il domine un cœur, est capable de rapprocher le distant, d’amollir l’acier, de rendre facile ce qui est difficile. Alors comment le détenteur de cet amour dans le coeur brûle pourrait-il laisser passer le moindre évènement sans se rappeler son bien-aimé. Pour les compagnons chaque jour, chaque instant, chaque lieu était une raison pour se rappeler le prophète de nos jours seule l'anniversaire de sa naissance nous reste alors fêtons la tous ensemble ...

Voici 10 preuves montrant que la célébration de la naissance du Prophète
est acceptée dans la Chari'a


1.ALLAH dit: Réjouissez-vous du Prophète
Se réjouir à cause de la venue du Prophète à l'humanité est une obligation ordonnée par Allah dans le Coran comme suit: «De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc!» (Younus 10:58). Cet ordre fut révélé parce que la joie rend le coeur reconnaissant de la miséricorde d'Allah. Et y a-t-il plus grande miséricorde de la part de Dieu que de nous envoyer le Prophète , auquel Il s'adresse en ces termes:
«Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers»
(Les prophètes 21:107).
.Du fait que le Prophète a été envoyé comme une miséricorde à toute l'humanité, il incombe non seulement aux Musulmans, mais à tous les êtres vivants de se réjouir de sa personne. Malheureusement, aujourd'hui, certains Musulmans sont les premiers à rejeter cet ordre divin.

[b]2.Allah dit: Invoquez les bénédictions sur le Prophète[/b]
L'anniversaire du Prophète nous encourage à invoquer les bénédictions d'Allah sur lui et à faire ses éloges, ce qui est une obligation qui nous incombe selon l'ordre d'Allah dans le verset: «Allah et ses anges envoient les bénédictions sur le Prophète. O croyants! invoquez sur lui les bénédictions et les meilleures salutations!»
(al-Ahzab 33:56).
.«Les meilleures salutations,» ce sont les salutations pleines de respect et d'amour, pleines de louanges et d'admiration pour le haut rang du Prophète et de son message. Se réunir dans le but de se rappeler le Prophète nous amène à invoquer les prières sur lui et à le louer comme Allah le demande. Quelqu'un oserait-il nier l'obligation qu'Allah nous impose à travers le saint Coran? La récompense qu'on obtient quand on exécute un ordre divin, et la lumière divine que cette récompense apporte au coeur sont inestimables! Notons que le verset mentionne le pluriel: «Allah et ses anges envoient...» en assemblée. Il est donc incorrect de dire qu'invoquer les prières sur le Prophète et faire ses éloges doit se faire individuellement.

3. Le Prophète a souligné le lundi comme jour de sa naissance

Abou Qatada al-Anari raconte dans ai Mouslim, Kitib as-iayam, que le Prophète avait été interrogé au sujet du jeûne du lundi et qu'il avait répondu: «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.».Plusieurs évènements extraordinaires se sont déroulés le jour de sa naissance comme cela est mentionné dans les hadiths et les livres de sira, et la nuit de sa naissance n'est semblable à celle d'aucun autre être humain. Ces évènements et les hadiths s'y référant, dont le tremblement de la court de Chosroès, l'extinction en Perse du feu vieux de 1000 ans, la lumière issue d'Amina l'honorable mère du saint Prophète , etc. sont relatés dans le livre al-Bidaya d'Ibn Kathir.

Nous citons pour vous un passage du Kitab al-Madkhal d'Ibn al-ajj (Vol. 1, p. 261):
«C'est un devoir pour nous chaque lundi de Rabi'al-Awwal d'augmenter nos actes d'adoration afin de remercier Allah de nous avoir accordé une immense faveur: celle de nous envoyer son bien-aimé Prophète pour nous diriger vers l'Islam et la paix... Le Prophète répondit à quelqu'un qui l'interrogeait au sujet du Lundi: «En ce jour-là je suis né.» Ce jour du lundi honore le mois de Rabic al-Awwal parce que c'est le jour du Prophète (s) ... . Et, Mouslim cite dans son hadith que le Prophète a dit: «Je suis né un lundi et le premier message m'est parvenu un lundi.»»
Le Prophète commémorait donc le jour de sa naissance et remerciait Allah pour la grande faveur de l'avoir fait naître en jeûnant le lundi comme cela est mentionné dans le hadith de Abou Qataa. Cela signifie que le Prophète exprimait sa joie pour ce jour par le jeûne, qui est une forme d'adoration. Depuis ce temps, toute sorte d'adoration pour marquer ce jour est acceptable. Même si nous changeons la forme (de l'acte pour exprimer sa joie), l'essence reste la même. Partant de là, jeûner, nourrir les pauvres, se rassembler pour louer le Prophète ou se remémorer ses vertus et son excellent caractère tout ceci est considéré comme une commémoration du jour de sa naissance.

4. Le Prophète commémorait l'anniversaire des autres prophètes
Le Prophète commémorait le jour et le lieu de naissance des Prophètes qui l'ont précédé. Parlant de la grandeur du vendredi, le Messager d'Allah a dit dans son hadith: «En ce jour, Allah créa Adam.» Ceci signifie que le jour du vendredi est commémoré parce qu'Allah créa Adam en ce jour. En d'autres termes, ce jour est important du fait qu'il vit la création d'Adam, prophète et père de tous les êtres humains. Qu'en est-il donc du jour où le plus grand des prophètes et le meilleur de l'humanité fut créé? Le Prophète a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile.».

Pourquoi Boukhari a nommé un chapitre «Mourir le lundi» L'Imam Qastallani dit:
Dans son livre intitulé Jana'iz (Funérailles), Boukhari a nommé un chapitre entier «Mourir le lundi.» Dans ce chapitre figure un hadith rapporté par Aïcha au sujet d'une question posée par son père Abou Bakr qui lui demanda: «Quel jour le Prophète est-il décédé?» Elle répondit: «Lundi.» Il demanda: «Quel jour sommes-nous aujourd'hui?» Elle répondit: «O père, nous sommes lundi aujourd'hui.» Il dit alors: «J'espère mourir avant la nuit.»

L'Imam Qastallani continue, «Pourquoi Abou Bakr demanda-t-il que sa mort soit un lundi? Afin qu'elle coincide avec le jour du décès du Prophète pour qu'il reçoive la baraka de ce jour. Quelqu'un a-t-il fait objection à la demande d'Abou Bakr de mourir le lundi dans l'intention de bénéficier de sa baraka? Pourquoi donc les gens refusent-ils aujourd'hui d'honorer le jour de la naissance du Prophète en vue de recevoir sa baraka?»

Le Prophète commémorait le lieu de naissance des autres prophètes
Un hadith chez Bazzar, Abu Yacla, et Tabarani, déclaré authentique par Ibn ajar Haythami et Ibn ajar 'Asqalani, relate qu'à la nuit de l'Isra' et du Mi'raj (l'ascension nocturne) l'ange Gabriel ordonna au Prophète de prier deux rak'at à Bayt Lam (Bethléem), puis lui dit: «Sais-tu où tu viens de prier? Lorsque le Prophète lui demanda: où? Il lui dit: A l'endroit où Issa (Jésus) est né.»

5. Le Prophète célébrait les grands évènements historiques
Le Prophète a toujours concilié les évènements religieux et les évènements historiques. Ainsi, pour chaque évènement significatif, il exhortait ses Compagnons de se le rappeler et de le commémorer, même s'il s'était déroulé dans un passé lointain. Ce principe est déduit entre autre du hadith suivant: Lorsque le Prophète arriva à Médine, il vit les juifs jeûner le jour de 'Achoura. Il se renseigna (sur leur raison) à ce sujet et il lui fut rapporté que c'était en ce jour qu'Allah avait sauvé son Prophète Sayyidina Moussa et noyé ses ennemis. Il dit alors ces mots bien connus: «Nous avons plus droit à Moise que vous.» Et le prophète encouragea les gens à jeûner ce jour et celui qui le précède.

6. L'obligation d'accroître notre amour pour le Prophète et de l'honorer

Allah demande au Prophète de rappeler à sa Communauté qu'il est primordial pour ceux qui prétendent aimer Allah d'aimer aussi le Prophète :«Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi (et aimez-moi et honorez-moi) et Allah vous aimera» (3:31).

La célébration du Mawlid est motivée par cette obligation d'aimer le Prophète , de lui obéir, de se rappeler de lui, de suivre son exemple, et d'être fiers de lui comme Allah l'est, car Il l'exalte aux nues dans le Coran avec ces mots: «En vérité tu es (O Mouhammad) d'un caractère sublime (68:4).».L'amour pour le Prophète est l'élément qui différentie les croyants dans la perfection de leur foi. Dans un hadith authentique transmis par Boukhari et Mouslim, le Prophète a dit: «Nul d'entre vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus qu'il n'aime ses enfants, ses parents, et tous les gens.» Et dans un autre hadith dans Boukhari il dit: «Aucun de vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus que sa propre personne», et Sayyidina `Oumar dit: «O Prophète, je t'aime plus que ma propre personne.» .La perfection de la foi est liée à l'amour pour le Prophète parce qu'Allah et Ses anges l'honorent continuellement, comme souligné dans le verset du Coran vu précédemment: «Allah et Ses anges envoient des bénédictions sur le Prophète».

L'ordre divin qui suit immédiatement ce verset est «O croyants, invoquez des bénédictions sur lui,» ce qui signifie que la condition sine qua non d'être un croyant dépend et doit se manifester par l'invocation de prières sur le Prophète . Seigneur! répand Ta Bénédiction, Ta paix et Ta miséricorde sur le Prophète , sa Famille, et ses Compagnons.

7. L'effet du Mawlid sur les non-croyants
Exprimer sa joie pour la naissance du Prophète et célébrer son anniversaire comporte des effets bénéfiques, par la miséricorde d'Allah, même sur les incroyants. Ceci est mentionné dans Boukhari qui rapporte en effet: «Chaque Lundi Abou Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thouwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète son neveu».
Si un kafir qui était condamné pour l'éternité à l'enfer avec «Tabbat yada Abi Lahab» (sourate 111) gagne un sursis tous les lundis parce qu'il s'était réjoui de la naissance d'Ahmad, que pensez-vous du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux avec Ahmad et qui, mourant, dit: La ilaha illallah Mouhammadoun Rassouloullah?

8. L'obligation de connaître la vie du Prophète et de l'imiter
Il nous est recommandé de connaître le Prophète, ses miracles, sa naissance, son caractère, sa foi, ses signes et miracles, ses retraites spirituelles, ses actes d'adoration, et tout ceci n'est-il pas obligatoire pour un Musulman? Par conséquent, qu'est-ce qui est meilleur que la célébration de sa naissance qui symbolise l'essence de sa vie?. Se souvenir de sa naissance nous emmène, en effet, à nous souvenir des autres aspects de sa vie, et cela attire la satisfaction d'Allah sur nous, car ce faisant, nous connaîtrons mieux le Prophète et nous serons mieux préparés à nous corriger, à l'imiter, et à le prendre comme modèle. Voilà pourquoi la célébration de sa naissance est bénéfique pour nous.

9. Le Prophète acceptait la poésie en son honneur
De son vivant, il est bien connu de tous que les poètes venaient au Prophète faire son panégyrique, décrivait ses campagnes et ses combats, et faisaient de même avec ses Compagnons. Abou Bakr, Ali, Fatima, et nombreux autres parents et proches du Prophète ont composé des poèmes en son honneur. Cela est vérifié dans les traditions ainsi que les Sira ou livres biographiques dont ceux d'Ibn Hicham, al-Waqidi, et autres. Le Prophète appréciait ces compositions et il est rapporté dans l'Adab al-moufrad de Boukhari qu'il a dit: «Il y a une sagesse dans la poésie.» L'oncle du Prophète al-'Abbas a composé un poème où il célèbre la naissance du Prophète en ces termes:

Lorsque tu es né, la terre brillait....et le firmament contenait à peine ta lumière!
Grâce à cette splendeur, et à cette lumière, et à cette voie bien guidée, nous pouvons espérer traverser le chemin.

Ibn Kathir mentionne aussi que d'après les Sahabas, le Prophète chanta ses propres éloges et récita de la poésie au sujet de sa propre personne en pleine bataille de Honayn dans le but d'encourager ses Compagnons et de faire peur à ses ennemis. Ce jour-là il dit: «Je suis le Prophète, en vérité! Je suis le fils de 'Abd al-Moutalib!»
Le Prophète par conséquent était content de ceux qui faisaient son éloge et les récompensait avec ce qu'Allah lui donnait comme provisions. Si nous nous réunissons dans le but d'accomplir un acte qui nous rapproche du Prophète , cela veut dire que nous nous rapprochons d'Allah et bénéficions de Sa miséricorde. Même Ibn Qayyim conclue que: Ecouter une belle voix célébrer l'anniversaire du Prophète ou célébrer n'importe quel autre jour important de notre histoire procure la paix et achemine au coeur de l'auditeur la lumière du Prophète, et il boira de la source de Mouhammad (al-'ayn al-Mouammadiyya).

10. L'unanimité (ijma') des oulama sur la permissibilité du Mawlid
Célébrer l'anniversaire du Prophète est un acte que tous les oulama du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu'Allah l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas`oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad: "Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allah, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allah"

Premières mentions du Mawlid public

La mention la plus vieille du mawlid comme commémoration publique se trouve dans les Rial d'Ibn Jubayr (540-614), p. 114-115: Ce lieu béni [la maison du Prophète] est ouvert au grand public qui y entre pour en obtenir la bénédiction (moutabarrikin bihi) chaque lundi du mois de Rabi' al-awwal, car c'est en ce jour et en ce mois qu'est né le Prophète.
Les historiens du 7e siècle Aboul 'Abbas al-'Azafi et son fils Aboul Qassim al-'Azafi ont écrit dans leur livre Kitab ad-dourr al-mounaam:

Les pieux pèlerins et les voyageurs témoignent qu'au jour du Mawlid à la Mecque, aucune activité n'est entreprise: il n'y a ni achat, ni vente. Seulement les fidèles qui s'affairent et s'empressent de visiter le noble lieu de naissance du Prophète . Ce jour-là, la Kacba est ouverte et visitée.

Le récit d'Ibn Battouta sur le Mawlid
Le célèbre historien du 8e siècle Ibn Batoua raconte dans sa Rila, Vol. 1, p. 309 and 347, qu'après la prière chaque vendredi, de même que le jour de la naissance du Prophète , la porte de la Kacba est ouverte par le chef des Banou Chayba, les gardiens de la Kaaba, et que le jour du Mawlid, le qadi ou juge suprême Chafici de la Mecque, Najmouddin Mouammad Ibn al-Imam Mouhyiddin at-Tabari, distribue de la nourriture aux chourafa' (descendants du Prophète ) ainsi qu'à tous les gens de la Mecque.

La Célébration du Mawlid aujourd'hui dans les pays musulmans
Aujourd'hui dans tous les pays musulmans, les fidèles célèbrent l'anniversaire du Prophète. Cela peut se voir en Egypte, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Palestine, en Iraq, au Koweit, en Afghanistan, aux Emirats, en Arabie Saoudite (non officiellement mais dans la majorité des familles), au Soudan, au Yémen, en Libye, en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Mauritanie, à Djibouti, en Somalie, en Turquie, au Pakistan, en Inde, au Sri Lanka, en Iran, en Azerbaidjan, en Ouzbekistan, au Turkestan, en Bosnie, en Indonésie, en Malaisie, au Brunei, à Singapour, et dans la plupart des pays musulmans. C'est une fête nationale dans la plupart des pays arabes.

Tous ces pays, O Nation de l'Islam, célèbrent ce grand évènement. Comment une minorité peut-elle venir aujourd'hui déclarer de haram la célébration du Mawlid? Et qui sont ces savants qui sont contre la célébration du Mawlid, en comparaison aux houffaz (savants de hadiths) et les savants de la communauté dont Abou Chama, `Asqalani, Souyouti, Sakhawi, Haythami, Chawkani, et al-Qari, qui déclarèrent tous le Mawlid d'action louable? Comment peuvent-ils déclarer quelque chose de haram quand le plus strict de leurs savants, Ibn Taymiyya, permit de célébrer sous certaines conditions, et qu'Ibn al-Jawzi et ibn Kathir encouragèrent chacun en rédigeant un livret intitulé Mawlid et composé de poèmes et de passages tirés de leur sira?




Dernière édition par LA REPONSE le Sam 22 Jan 2011, 08:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 22:10

Et bien vous avez encore du chemin à faire pour vous mettre tous d'accord ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
féérique

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 22:16

Salam aleykoum


Je n'ai pas laissé une chose qui vous rapproche d'Allah sans vous l’avoir ordonnée.


je reprends ici ce que j'ai mis dans un autre post :


Jâbir ibn ‘Abd Allâh raconte : « Des bédouins vêtus de laine vinrent auprès du Prophète (saws). En voyant leur état pitoyable, il comprit qu’un malheur les avait atteints. Il invita les gens à se montrer généreux, mais ils tardèrent à le faire, à tel point que la déception du Prophète se voyait sur son visage. Un Médinois vint alors avec une bourse d’argent, [imitant son exemple,] un autre en fit autant, puis ils se succédèrent les uns aux autres jusqu’à ce que la joie paraisse sur le visage du Prophète. Il dit alors : « L’initiateur d’une
bonne pratique en Islam (sunna hasana), bénéficiera des récompenses [inhérentes à son innovation] ainsi que celles de tous ceux qui imiteront son exemple ; sans que le mérite de ceux qui la mettront en pratique après lui n’en soit diminué.
Quant à l’initiateur d’une mauvaise pratique en Islam (sunna sayyi’a), il supportera les conséquences [inhérentes à son innovation] ainsi que celles de tous ceux qui imiteront son exemple ; sans que la sanction de ceux qui la mettront en pratique après lui n’en soit diminuée145. »

Le Prophète (saws) a dit : « L’instigateur d’un bon usage (hudan), bénéficiera des récompenses [inhérentes à son bon conseil] ainsi que celles de tous ceux qui imiteront son exemple ; sans que le mérite de ceux qui le mettront en pratique après lui n’en soit diminué. Quant à l’instigateur d’un mauvais usage (dalâla) il supportera les conséquences [inhérentes à son mauvais conseil] ainsi que celles de tous ceux qui imiteront son exemple ; sans que la sanction de ceux qui le mettront en pratique après lui n’en soit diminuée 146. »
145 . Muslim. Chapitre de la science. D’après Jârîr ibn ‘Abd Allâh, hadith n° 4830 – At-Tirmidhî, Ibn Mâja, an- Nasâ’î, Ahmad.
146 . Muslim. Chapitre de la science. D’après Abû Hurayra, hadith n° 4831 – At-Tirmidhî, Abû Dâwûd, Ahmad.


ENSUITE :
{Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui les suivent, puis ceux qui les suivent}

la définition des "anciens vertueux" est, de part ce hadith authentique, très précise. Selon Ibn Tamiyya, la période de leur parution s'achève en l'an 132 de l'Hégire. Selon d'autres le mot qarn couvre une plus longue période ; au plus 100 ans. En tout état de cause, seule l'élite de la communauté musulmane née, au plus tard, avant la fin du troisième siècle de l'Hégire, peut prétendre à ce titre. tout ceux, nés après l'an 300 sont considérés comme des Succésseurs (khalaf).

Commentaire d'Âbu Zahrah :

"les "salafs" apparurent aux 4e siècle de l'Hégire, ils étaient d'obédience hanbalite et prétendaient que la totalité de leurs théories trouvait son fondement dans celle d'Ahmad ibn Hanbal ; lequel réhabilita la doctrine des Anciens vertueux et combattit toutes les autres. Au 7e siècle de l'Hégire, cette mouvance réapparut à l'instigation d'Ibn Tamiyya, leur leader. Il réactualisa la doctrine et, en fonction des nécéssités de son époque, l'augmenta de ses propres réflexions et éléments doctrinaux. Au 12e siècle de l'Hégire, à l'initiative de Muhammad ibn Abd al-Wahhâb, les théories d'ibn Tamiyya se répandirent dans la péninsule Arabique [...] "

de plus on trouvera :

Abd Allah ibn Umar raconte : " j'ai entendu le Prophète dire, en désignant l'Est : "Là ! La sédition se trouve là ! La sédition se trouve là ! A l'endroit d'où paraîtront les cornes du diable." Al-Bukhari

Le Prophète à dit : "Seigneur, Béni notre Shâm, Seigneur, béni notre Yaman." De l'assemblé quelqu'un demanda : "Et notre Najd?" Le Prophète réitéra son invocation et dit : "Seigneur, béni notre Shâm. Seigneur, béni notre Yaman." de l'assemblée quelqu'un demanda : "Et notre Najd?" Il me semble que la troisième fois il dit : "de là proviendront les secousses et la sédition, et de là paraîtront les cornes du diable." Al-Bukhari


Abû Sa id al-Khudri raconte : "Alors que Ali se trouvait au yemen, il fit parvenir au Prophète une gangue d'or qu'il paragea ensuite entre [quatres personnes]. Véxés, les Qurayshites et les Ansars dirent : "Il donne aux notables des gens du Najd et il nous exclus du partage." Le Prophète dit alors, "je ne fais celà que pour leur être agréable." C'est alors qu'apparut un homme aux yeux enfoncé dans leurs orbites, au front protubérant, à la barbe touffue, aux joues saillantes et au crane rasé. Il vint et dit : "Ô muhammad ! Craint Allah !" Le Prophète lui dit : "Qui donc Lui obéirait, si je ne Lui obéissait pas moi-même ? Il m'a gratifié de Sa confiance auprès de Ses créatures et vous, vous me refuseriez la vôtre?" De l'assamblés quelqu'un réclama sa mise à mort, mais le Prophète s'y opposa. Quand [l'insolent] S'en retourna il dit : "De sa posérité naîtront des gens, ils liront le Coran, mais il ne dépassera pas leur gorges. Ils quitteront l'Islam à la vitesse avec laquelle une flèche transperce une proie. Ils tueront les musulmans et épargneront les polythéistes. S'il m'était donné de vivre à leur époque je les auraient extérminés comme le furent les Adîtes." Al-Bukhari

Commentaire d’Ibn Hajar :

Al-Muhlib explique que le Prophète ignora la demande de son interlocuteur en faveur des gens de l’Est, sachant par avance que la propagation de troubles multiples se ferait à partir de chez eux, du fait de leur forte propension à succomber aux tentations du Diable […] Al-Khattâbî explique que le mot qarn [traduit par cornes] peut désigner une nouvelle communauté venant remplacer celle disparue […] D’autres disent qu’à cette époque l’Est était infesté d’incroyants. Par cette prédiction le Prophète informait que c’est à partir de là que débuterait la sédition, et il en fut ainsi […] Al- Khattâbî dit que le Najd se trouve à l’Est, que pour les Médinois, il désigne les déserts irakiens et les régions alentours, que tout cela correspond à l’Est de Médine et que le mot najd signifie : terrains en élévation, par opposition à ceux situés en contrebas appelés gawr. Ad-Dawâdî prétend qu’il désigne l’Irak ; s’il en était ainsi, cela voudrait dire qu’il désigne un endroit particulier, ce qui n’est pas le cas (Ibn Hajar. Fath al-Bârî bi sharh Sahîh al-Bukhârî. 13/51. Chapitre de la sédition.)


Les wahhabites, que toutes ces prédictions horripilent, tant elles les désignent, sont tous originaires du Wâd Hanîfa, dans le Najd et dont l’actuelle capitale est Riyad. Selon eux, le Prophète ne parle pas de Riyad et sa banlieue, mais de l’Irak et de la Perse. Ils s’appuient en cela sur certains faits historiques et les commentaires de savants réputés du 12e et 15e siècle. Même si la pertinence de ces commentaires, impliquant les Perses et les Iraqiens – les khârijîtes et les chiites – ne peut être remise en question, ils ne sauraient exclure la secte wahhabite, cela pour les raisons suivantes :

1°) Médine et Riyad, ont exactement le même méridien, 24°, en dessus du Tropique du Cancer, alors que Karbala, la ville historique irakienne la plus proche, est à 33°, au Nord-Est. Les moyens rudimentaires par lesquels étaient déterminés les points cardinaux au 6e siècle ne sauraient, en aucun cas, prévaloir sur ceux dont nous disposons aujourd’hui grâce aux technologies modernes, lesquelles nous permettent de mesurer à la seconde près la latitude et la longitude d’un point précis que seule la main bénie du Prophète a su désigner, en son temps, avec autant de précision. Cet argument est à n’en pas douter le plus probant d’entre tous ; il suffit de consulter une carte pour le vérifier ! De plus, la signification première du mot « al-mashriq » n’est pas l’Est, mais le Levant et, rien ne permet de limiter sa signification à un point cardinal particulier.

2°) En plus de son insistance, l’interlocuteur du Prophète est très précis, car il dit “ notre Najd ” ce qui prouve que les deux versants de ce massif – l’un iraquien et l’autre saoudien – étaient occupés par deux populations bien distinctes. La version de ce hadith rapportée par at-Tabarânî et Abû Nu‘aym en fait état : « Ils dirent : “Ô Messager d’Allâh et notre Irak ?” [D’autres rétorquèrent] : “Non, notre Najd.” Il dit alors : “De là proviendront les secousses et la sédition.” » (Citation de ce hadith recueillie dans : Al-arba‘în al-buldâniyya fî al- ahâdîth an-Najdâniyya, du Dr Sa‘ûd ibn ‘Abd Allâh al-Fanîsân. Page 47.)

3°) Sauf précision, une prédiction n’a jamais une incidence limitée. Comme l’a indiqué précédemment l’imam al-Khattâbî : « le mot qarn peut désigner une nouvelle communauté venant remplacer celle disparue » ; et il en fut ainsi, car sur le versant saoudien du Najd se sont succédés Musaylima, les carmâtes et les wahhabites, et, toujours à l’Est, sur le versant irakien, les khârijîtes, les chiites puis, plus à l’intérieur des terres, les mu‘tazilites et toutes les autres sectes musulmanes en Perse et en Irak.

Maintenant revenons à l'anniversaire entre autre :

Commentaire d’Abû Shâma :
Parmi les plus belles innovations de notre époque, il y a cette fête que l’on célèbre chaque année, à l’occasion de la naissance du Prophète (saws), et durant laquelle, les gens offrent des aumônes, sont aimables entre eux, revêtent de beaux vêtements et sont joyeux. Mais par delà le caractère louable de cette solidarité avec les pauvres, cette manifestation est une preuve, de la part de celui qui agit ainsi, de son amour pour le Prophète et de la vénération qu’il lui porte, mais aussi un témoignage de reconnaissance envers Allâh, pour le remercier de les avoir ainsi gratifié de l’envoi de Son Messager qu’Il a suscité en tant que miséricorde pour l’univers (Muhammad Ridâ. Muhammad Rasûl Allâh, page 26.)

Abû Shâma, le shaykh de l’imam an-Nawawî, n’est pas le seul savant sunnite à vanter les mérites de cette innovation. Aucun d’entre eux, jusqu’à nos jours, n’a fait l’amalgame entre cette fête religieuse et les soirées dansantes de leurs concitoyens. Ce n’est pas parce que des ignorants s’adonnent, lors de cet anniversaire, à des pratiques condamnables, que l’on doit en priver les gens pieux et respectueux, sans quoi, il faudrait également interdire la célébration des mariages, des naissances et de l’aïd, car ils en font autant lors de ces évènements.

icon_santa
Revenir en haut Aller en bas
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 22:43

féérique a écrit:
Salam aleykoum

................................/................................

Abû Shâma, le shaykh de l’imam an-Nawawî, n’est pas le seul savant sunnite à vanter les mérites de cette innovation. Aucun d’entre eux, jusqu’à nos jours, n’a fait l’amalgame entre cette fête religieuse et les soirées dansantes de leurs concitoyens. Ce n’est pas parce que des ignorants s’adonnent, lors de cet anniversaire, à des pratiques condamnables, que l’on doit en priver les gens pieux et respectueux, sans quoi, il faudrait également interdire la célébration des mariages, des naissances et de l’aïd, car ils en font autant lors de ces évènements.

icon_santa

Tout ce qui peut apporter du bonheur ne peut être condamnable.... sauf par des aigris....
Revenir en haut Aller en bas
Hicverax




MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 22:50

Si jamais j'ai ce lien :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Honnêtement, je dois dire que je suis assez d'accord avec ce qui est écrit là-dedans.
Bien sûr je suis totalement contre le fait de danser ou des choses comme cela, mais simplement se rappeler que ce jour-là, Mohammed(saws) est né, notre maître, et faire quelque invocations, je ne pense pas que cela est blâmable.

Et Allah sait mieux


EDIT : un autre document aussi : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
ysov

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 23:56

Bon! C'est bien beau tout ça, mais ok, vous pouvez évoquer l'anniversaire de votre prophète, mais je dois signaler une chose, est que dans un autre topic au volet
PARLONS DE NOUS, un topic pour souligner l'imminence de l'anniversaire de Aededa a suscité une polémique.

Maintenant, à la lumière de ce que nous lisons ici qui s'oppose, l'affirmation de Rachid qu'il constitue une innovation donc potentiellement égarant de la religion,
alors que LA RÉPONSE contredit dans une certaine mesure les premières affirmations. Mais là, il y a un point obscure.

Le fait qu'il y a affirmation que l'évocation de Mohamed sur son anniversaire dans la majorité des pays musulmans, démontre-t-il que nous pouvons évoquer l'anniversaire de naissance de toutes autres personnes que Mohamed, ou bien cela lui est strictement réservé, de sorte que vous devez vous abstenir d'évoquer
d'autres personnes en soulignant son anniversaire de naissance?
Revenir en haut Aller en bas
ysov

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 21 Jan 2011, 23:57

Tanja49 a écrit:
féérique a écrit:
Salam aleykoum

................................/................................

Abû Shâma, le shaykh de l’imam an-Nawawî, n’est pas le seul savant sunnite à vanter les mérites de cette innovation. Aucun d’entre eux, jusqu’à nos jours, n’a fait l’amalgame entre cette fête religieuse et les soirées dansantes de leurs concitoyens. Ce n’est pas parce que des ignorants s’adonnent, lors de cet anniversaire, à des pratiques condamnables, que l’on doit en priver les gens pieux et respectueux, sans quoi, il faudrait également interdire la célébration des mariages, des naissances et de l’aïd, car ils en font autant lors de ces évènements.

icon_santa

Tout ce qui peut apporter du bonheur ne peut être condamnable.... sauf par des aigris....

.................................................................(l'administrateur MFL)
Revenir en haut Aller en bas
LA REPONSE

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 07:52

ysov a écrit:
Bon! C'est bien beau tout ça, mais ok, vous pouvez évoquer l'anniversaire de votre prophète, mais je dois signaler une chose, est que dans un autre topic au volet
PARLONS DE NOUS, un topic pour souligner l'imminence de l'anniversaire de Aededa a suscité une polémique.

Maintenant, à la lumière de ce que nous lisons ici qui s'oppose, l'affirmation de Rachid qu'il constitue une innovation donc potentiellement égarant de la religion,
alors que LA RÉPONSE contredit dans une certaine mesure les premières affirmations. Mais là, il y a un point obscure.

Le fait qu'il y a affirmation que l'évocation de Mohamed sur son anniversaire dans la majorité des pays musulmans, démontre-t-il que nous pouvons évoquer l'anniversaire de naissance de toutes autres personnes que Mohamed, ou bien cela lui est strictement réservé, de sorte que vous devez vous abstenir d'évoquer
d'autres personnes en soulignant son anniversaire de naissance?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bonjour,
Les innovations il n'y a rien de plus clair dans l'islam c'est faire quelque chose qui n'a pas sa racine dans l'islam. Or vous voulez arrêter toutes les innovations pour freiner la religion de Mohamed que le salut soit sur lui...Justement l’une des plus grandes contributions de l’imam As-Shafi’i se situe au niveau de la division de l’innovation (Bid’aa) en "bonnes" ou en "mauvaises", en fonction du fait qu'elles se conforment ou non aux lignes directrices de la religion.

Ainsi, l’imam As-Shafi’i affirme: « Toute chose innovée qui contredit le Livre, la Sounna, le Consensus des savants ou un Athar, est une innovation qui se perd dans l’errance. Par contre toute chose qui est innovée en matière de bien et qui ne les contredit en rien, est une innovation louable. »
Il estime également : « Il existe deux types d’innovations : les innovations réprouvées et les innovations autorisées. Les innovations conformes à la Sounna sont autorisées, mais celles qui la contredisent sont réprouvées ». Il appuie ses propos en se basant sur la parole de Omar : « Quelle bonne innovation ! ». Il importe de noter, à ce sujet, que des avis similaires ont été rapportés par nombre de savants tels que Al Bayhaqui , Al-Nawawî , l’Imâm Al-Haytamî, Abou Bakr ibn Al ’Arabi, Al-Ghazali, Ibn Hazm, Ibn al Jawzi, le Sultan des oulémasl’imam Al Izz Ibn Abd Salam et Al Hafidh ibn Hajar et bien d’autres.

L’imam Al-Shawkani, éminent savant de l’islam, a conclu dans son livre Nayl al-Awtar que la séparation des innovations en bonnes et mauvaises, est la position la plus authentique. Il existe des actes et des faits nouveaux qui ne contredisent pas les règles de la législation islamiques, bien au contraire, ces derniers étant louables deviennent selon les cas obligatoires. Les compagnons et leurs successeurs qui ont « innové » à plusieurs reprises, respectaient l’esprit de l’islam et ses préceptes généraux.Ces innovations ont été bien accueillies et adoptées par toute la communauté, car elles lui étaient bénéfiques.

Et donc pour répondre a Ysov toutes les occasions sont bonne pour se retrouver en famille et faire plaisir a ses proches et a ses amis et bien sur en faire une obligation religieuse dans son essence mais pas dans ses détails. C'est a dire la rencontre avec la famille est une obligation mais nécessairement un jour d'anniversaire ne l'est pas..
Il y a rien de mal a ca.

Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 08:44

LA REPONSE a écrit:

Bonjour,
Les innovations il n'y a rien de plus clair dans l'islam c'est faire quelque chose qui n'a pas sa racine dans l'islam. Or vous voulez arrêter toutes les innovations pour freiner la religion de Mohamed que le salut soit sur lui...Justement l’une des plus grandes contributions de l’imam As-Shafi’i se situe au niveau de la division de l’innovation (Bid’aa) en "bonnes" ou en "mauvaises", en fonction du fait qu'elles se conforment ou non aux lignes directrices de la religion.

Ainsi, l’imam As-Shafi’i affirme: « Toute chose innovée qui contredit le Livre, la Sounna, le Consensus des savants ou un Athar, est une innovation qui se perd dans l’errance. Par contre toute chose qui est innovée en matière de bien et qui ne les contredit en rien, est une innovation louable. »
Il estime également : « Il existe deux types d’innovations : les innovations réprouvées et les innovations autorisées. Les innovations conformes à la Sounna sont autorisées, mais celles qui la contredisent sont réprouvées ». Il appuie ses propos en se basant sur la parole de Omar : « Quelle bonne innovation ! ». Il importe de noter, à ce sujet, que des avis similaires ont été rapportés par nombre de savants tels que Al Bayhaqui , Al-Nawawî , l’Imâm Al-Haytamî, Abou Bakr ibn Al ’Arabi, Al-Ghazali, Ibn Hazm, Ibn al Jawzi, le Sultan des oulémasl’imam Al Izz Ibn Abd Salam et Al Hafidh ibn Hajar et bien d’autres.

L’imam Al-Shawkani, éminent savant de l’islam, a conclu dans son livre Nayl al-Awtar que la séparation des innovations en bonnes et mauvaises, est la position la plus authentique. Il existe des actes et des faits nouveaux qui ne contredisent pas les règles de la législation islamiques, bien au contraire, ces derniers étant louables deviennent selon les cas obligatoires. Les compagnons et leurs successeurs qui ont « innové » à plusieurs reprises, respectaient l’esprit de l’islam et ses préceptes généraux.Ces innovations ont été bien accueillies et adoptées par toute la communauté, car elles lui étaient bénéfiques.

Et donc pour répondre a Ysov toutes les occasions sont bonne pour se retrouver en famille et faire plaisir a ses proches et a ses amis et bien sur en faire une obligation religieuse dans son essence mais pas dans ses détails. C'est a dire la rencontre avec la famille est une obligation mais nécessairement un jour d'anniversaire ne l'est pas..
Il y a rien de mal a ca.



MERCI, mon cher LA REPONSE, et je vois que nous avons eu bien tort de faire douter notre soeur EDAEDA sur la légitimité de lui souhaiter son anniversaire, et sur la légitimité des habitudes turques .

EDAEDA, pardonne-nous !


_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 11:16

ysov a écrit:
Tanja49 a écrit:


Tout ce qui peut apporter du bonheur ne peut être condamnable.... sauf par des aigris....

.................................................................(l'administrateur MFL)


????????????????????????????????????????????????????????? Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
ysov

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 15:31

Tanja49 a écrit:
ysov a écrit:


.................................................................(l'administrateur MFL)


????????????????????????????????????????????????????????? Rolling Eyes


Wink
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 15:44

Tanja49 a écrit:
ysov a écrit:
Tanja49 a écrit:


Tout ce qui peut apporter du bonheur ne peut être condamnable.... sauf par des aigris....

.................................................................(l'administration)


????????????????????????????????????????????????????????? Rolling Eyes

Cher TANJA,

Je ne sais pas par qui ce message a été modéré , je vais me renseigner, nous avons demandé à nos modérateurs de signer à côté de la modération effectuée, et de nous faire part par MP du copier/coller du message enlevé......... si je fais par exemple une modération tu verras RDM !!!

Si Mario fait une modération désormais tu verras MFL etc....

Je te présente nos excuses pour cet incident !

Donc sans signature ces messages ne viendront ni de moi Rose, ni de Mario-franc_lazur !




_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 17:35

rosedumatin a écrit:

Je te présente nos excuses pour cet incident !


Merci de l'info, mais s'il te plait, pas d'excuses... c'est surtout la curiosité qui m'a poussé a ... "opiner" ainsi > Rolling Eyes

C'est une bonne règle celle que tu décris.... je te suggère, puisqu'on n'est pas des centaines a participer, qu'un "double" du message modéré soit envoyé en "MP" au "coupable" pour qu'il prenne conscience de la raison de la modération.... pour qu'au futur cela ne recommence pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 17:47

Tanja49 a écrit:
rosedumatin a écrit:

Je te présente nos excuses pour cet incident !


Merci de l'info, mais s'il te plait, pas d'excuses... c'est surtout la curiosité qui m'a poussé a ... "opiner" ainsi > Rolling Eyes

C'est une bonne règle celle que tu décris.... je te suggère, puisqu'on n'est pas des centaines a participer, qu'un "double" du message modéré soit envoyé en "MP" au "coupable" pour qu'il prenne conscience de la raison de la modération.... pour qu'au futur cela ne recommence pas Wink

Merci tu es gentil TANJA Very Happy

Pour satisfaire ta curiosité , nous faisons déjà cela nous envoyons par MP une copie au "coupable " et alors ainsi en effet il prend conscience , tes conseils sont les bienvenus Wink

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 22 Jan 2011, 17:59

rosedumatin a écrit:
............

Pour satisfaire ta curiosité , nous faisons déjà cela nous envoyons par MP une copie au "coupable " et alors ainsi en effet il prend conscience , tes conseils sont les bienvenus Wink

Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 01:32

ysov a écrit:
Bon! C'est bien beau tout ça, mais ok, vous pouvez évoquer l'anniversaire de votre prophète, mais je dois signaler une chose, est que dans un autre topic au volet
PARLONS DE NOUS, un topic pour souligner l'imminence de l'anniversaire de Aededa a suscité une polémique.

Maintenant, à la lumière de ce que nous lisons ici qui s'oppose, l'affirmation de Rachid qu'il constitue une innovation donc potentiellement égarant de la religion,
alors que LA RÉPONSE contredit dans une certaine mesure les premières affirmations. Mais là, il y a un point obscure.

Le fait qu'il y a affirmation que l'évocation de Mohamed sur son anniversaire dans la majorité des pays musulmans, démontre-t-il que nous pouvons évoquer l'anniversaire de naissance de toutes autres personnes que Mohamed, ou bien cela lui est strictement réservé, de sorte que vous devez vous abstenir d'évoquer
d'autres personnes en soulignant son anniversaire de naissance?


a tu suffisement la raison pour juger toi meme?????


les muuslmans pour beaucoup celebrent l'anniversaire de notre prophete.

nous savons ceci, et tu le sais


mais je pense que nous parlons de RELIGION

est-ce que c'est LEGIFERER selon les TEXTES????


oui ou non

tu a lu peut etre ce que j'ai mis


les autres ont mis quoi??????

nous parlons de la SOURCE ISLAMIQUE, dans le sens si ALLAH et son PROPHETE l'ont prescrit.


l'ont-ils fait???

maintenant, il est normal que celui qui celebre cette fete, va te chercher n'importe quel argument pour se justifier


pareexemple, tu li que quelqu'un a dit :
Citation :


Voici 10 preuves montrant que la célébration de la naissance du Prophète
est acceptée dans la Chari'a

1.ALLAH dit: Réjouissez-vous du Prophète

Se réjouir à cause de la venue du Prophète à l'humanité est une obligation ordonnée par Allah dans le Coran comme suit: «De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc!» (Younus 10:58). Cet ordre fut révélé parce que la joie rend le coeur reconnaissant de la miséricorde d'Allah. Et y a-t-il plus grande miséricorde de la part de Dieu que de nous envoyer le Prophète , auquel Il s'adresse en ces termes:
«Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers»
(Les prophètes 21:107).
.Du fait que le Prophète a été envoyé comme une miséricorde à toute l'humanité, il incombe non seulement aux Musulmans, mais à tous les êtres vivants de se réjouir de sa personne. Malheureusement, aujourd'hui, certains Musulmans sont les premiers à rejeter cet ordre divin.

[b]2.Allah dit: Invoquez les bénédictions sur le Prophète[/b]
L'anniversaire du Prophète nous encourage à invoquer les bénédictions d'Allah sur lui et à faire ses éloges, ce qui est une obligation qui nous incombe selon l'ordre d'Allah dans le verset: «Allah et ses anges envoient les bénédictions sur le Prophète. O croyants! invoquez sur lui les bénédictions et les meilleures salutations!»
(al-Ahzab 33:56).
.«Les meilleures salutations,» ce sont les salutations pleines de respect et d'amour, pleines de louanges et d'admiration pour le haut rang du Prophète et de son message. Se réunir dans le but de se rappeler le Prophète nous amène à invoquer les prières sur lui et à le louer comme Allah le demande. Quelqu'un oserait-il nier l'obligation qu'Allah nous impose à travers le saint Coran? La récompense qu'on obtient quand on exécute un ordre divin, et la lumière divine que cette récompense apporte au coeur sont inestimables! Notons que le verset mentionne le pluriel: «Allah et ses anges envoient...» en assemblée. Il est donc incorrect de dire qu'invoquer les prières sur le Prophète et faire ses éloges doit se faire individuellement.



ou est la PREUVE ICI????


nous parlons d'une fete precise,


nous parlons de L'INVENTION D'UNE FETE


est-ce que ces textes sont une preuves que cette FETE est PRESCRITE PAR L'ISLAM???

non

et que dire de cette FAUSSE PREUVE :
Citation :



3. Le Prophète a souligné le lundi comme jour de sa naissance

Abou Qatada al-Anari raconte dans ai Mouslim, Kitib as-iayam, que le Prophète avait été interrogé au sujet du jeûne du lundi et qu'il avait répondu: «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.».Plusieurs évènements extraordinaires se sont déroulés le jour de sa naissance comme cela est mentionné dans les hadiths et les livres de sira, et la nuit de sa naissance n'est semblable à celle d'aucun autre être humain. Ces évènements et les hadiths s'y référant, dont le tremblement de la court de Chosroès, l'extinction en Perse du feu vieux de 1000 ans, la lumière issue d'Amina l'honorable mère du saint Prophète , etc. sont relatés dans le livre al-Bidaya d'Ibn Kathir.

Nous citons pour vous un passage du Kitab al-Madkhal d'Ibn al-ajj (Vol. 1, p. 261):
«C'est un devoir pour nous chaque lundi de Rabi'al-Awwal d'augmenter nos actes d'adoration afin de remercier Allah de nous avoir accordé une immense faveur: celle de nous envoyer son bien-aimé Prophète pour nous diriger vers l'Islam et la paix... Le Prophète répondit à quelqu'un qui l'interrogeait au sujet du Lundi: «En ce jour-là je suis né.» Ce jour du lundi honore le mois de Rabic al-Awwal parce que c'est le jour du Prophète (s) ... . Et, Mouslim cite dans son hadith que le Prophète a dit: «Je suis né un lundi et le premier message m'est parvenu un lundi.»»
Le Prophète commémorait donc le jour de sa naissance et remerciait Allah pour la grande faveur de l'avoir fait naître en jeûnant le lundi comme cela est mentionné dans le hadith de Abou Qataa. Cela signifie que le Prophète exprimait sa joie pour ce jour par le jeûne, qui est une forme d'adoration. Depuis ce temps, toute sorte d'adoration pour marquer ce jour est acceptable. Même si nous changeons la forme (de l'acte pour exprimer sa joie), l'essence reste la même. Partant de là, jeûner, nourrir les pauvres, se rassembler pour louer le Prophète ou se remémorer ses vertus et son excellent caractère tout ceci est considéré comme une commémoration du jour de sa naissance.



parceque ceci, constitue une PREUVE????

n'ai je pas raporté ce HADITH , lorsque l'imam a dit :
Citation :

Shaikh Al Albani:

Qu'Allah te bénisse. Il y a autre chose, il y a plusieurs versets et hadiths qui expliquent que l'islam a été parachevé, et je crois que c'est une vérité que tu connais et à laquelle tu crois, et il n’y a pas de différence entre un savant, un étudiant en science (religieuse) et un musulman ordinaire dans la connaissance de cette vérité qui est que l'islam a été parachevé, et qu'il n'est pas comme la religion des juifs et des chrétiens chez lesquels chaque jour il y a un changement et une modification.

Et j'évoque par exemple la parole d'Allah le très Haut: {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée pour vous l'Islam comme religion.}.

Maintenant nous avons une question: il s'agit d'une autre façon de montrer que la célébration de l'anniversaire du prophète n'est pas un bien, et pas à la façon précédente qui est que si cela était un bien les pieux prédécesseurs nous auraient devancé dans la pratique, car ils sont plus savants et plus pieux que nous.

Si la célébration de l'anniversaire du prophète était un bien, elle fait alors partie de l'islam, et nous disons: sommes-nous tous, opposants et partisans de la célébration de cet anniversaire, d’accord, comme dans le consensus précédent, que la célébration de l'anniversaire du prophète n'existait pas à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui. Et sommes-nous d'accord que si cette célébration est un bien, elle fait partie de l'islam et si elle n'est pas un bien alors elle ne fait pas partie de l'islam ?

Et le jour où ce verset a été révélé : {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion}, la célébration de l'anniversaire du prophète n’existait pas. Vois-tu donc cette pratqiue comme faisant partie de la religion?

J'espère que tu es franc avec moi et ne crois pas que je suis parmi les machaykh qui font taire les étudiants et les gens en leur disant : tais-toi tu ne sais rien, tu ne connais rien. Au contraire, prend toute ta liberté comme si tu discutais avec une personne comme toi, moins âgée que toi et qui a moins de science que toi. Si tu n'es pas convaincu dis : je ne suis pas convaincu.

Donc, si la célébration de l'anniversaire du prophète est un bien, elle fait partie de l'islam, et si elle n'est pas un bien alors non, et si nous sommes d'accord qu'elle n'existait pas quand le verset en question a été révélé, alors il est évident qu'elle ne fait pas partie de l'islam.

Et j'appuie ce que je dis par la parole de l'imam Malik ibn Anas qui a dit :

"Celui qui innove une chose en islam (note bien qu'il dit une seule innovation et pas de nombreuses d'innovations) et la voit bonne, alors il a prétendu que Muhammad –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– a trahi le message.".

Il s'agit d'une chose grave et d'un danger énorme, qu'elle est la preuve ô Malik ?

L'imam Malik a dit: lisez si vous voulez la parole d'Allah le Très Haut : {Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée pour vous l'Islam comme religion.}. Ce qui n'était pas une religion à l'époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd'hui. » Fin de citation.

Quand l'imam Malik a-t-il prononcé cette parole ? Au deuxième siècle de l'Hégire, l'un des siècles (pour lequel le prophète) a témoigné en bien.

Alors que penses-tu du quatorzième siècle?

Cette parole doit être écrite avec de l'or, mais nous sommes inattentif au livre d'Allah, au hadith du Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui–, et aux paroles des imams que nous prétendons suivre, loin de là, la distance entre nous et eux est comme les deux orients.

Il s'agit de l'imam de « Dar Al Hijra » dit clairement : " Ce qui n'était pas une religion à l'époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd'hui"

Aujourd'hui la célébration de l'anniversaire du prophète est une religion, sans cela, la polémique n'aurait pas lieu entre les savants qui s'attachent à la sunna et les savants qui défendent l'innovation.

Comment cela peut-il être de la religion alors que cela n’existait ni à l'époque du Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– ni à l'époque des compagnons ni à l'époque des successeurs et ni à l'époque de ceux qui ont suivi les successeurs!?

L'imam Malik est de ceux qui ont suivi les successeurs (tabi’ tabi’in) et il est de ceux qui sont désignés par le hadith :

{Les meilleurs des gens sont ceux de ma génération, puis ceux qui les suivent, puis ceux qui les suivent}.

L'imam Malik dit : " Ce que n'était pas une religion à l'époque (de la révélation) ne peut pas être une religion aujourd'hui, et la dernière génération de cette communauté ne peut être rectifiée que par ce qui a rectifié sa première génération".

Qu’est-ce qui a rectifié sa première génération ? Par l'innovation dans la religion et le rapprochement d'Allah par des choses que le Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – n'a pas fait ?

Alors que le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– a dit :

{Je n'ai rien laissé qui vous rapproche d'Allah, sans vous avoir ordonné de faire}.

Pourquoi alors le prophète ne nous a pas ordonné de célébrer son anniversaire ? C'est une question qui a une réponse :

Il existe une célébration de la naissance du prophète légiférée contre cette célébration non autorisée, cette célébration légiférée existait à l'époque du Messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui– contrairement à la célébration non légiférée, et il y a une grande différence entre les deux:

Premièrement : la célébration légiférée est une adoration qui est objet du consensus entre tous les musulmans.

Deuxièmement : la célébration légiférée se pratique une fois par semaine, et leur célébration non légiférée, une fois par an.

Voila la différence entre les deux célébrations : la première est une adoration qui se pratique une fois par semaine et la deuxième, qui n'est pas légiférée, n'est pas une adoration et ne se pratique pas chaque semaine.

Et je ne dis pas des paroles comme ça, sans aucune preuve venant d'Allah, mais je vous ramène un hadith rapporté dans le Sahih Muslim, d'après Abu Qatada Al-Anssari qui a dit :

" Un homme est venu voir le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – et lui a dit: Ô Messager d'Allah: que dis-tu au sujet du jeûne du lundi?

Il a répondu : {C'est le jour de ma naissance, et c'est le jour où le Coran m’a été révélé}

Qu'elle est la signification de cette parole?

C'est comme s'il voulait dire : comment interroges-tu au sujet de ce jour, alors que c'est en ce jour-là qu'Allah m'a donné vie, et que la révélation est descendue sur moi!?

C'est-à-dire que vous devriez jeûner le lundi pour remercier Allah le Très Haut de m'avoir créé ce jour-là et d'y avoir fait descendre sur moi la révélation.

Et cela est en rapport au jeûne des juifs le jour de 'Achura, et vous savez très probablement que le jeûne de 'Achura était une obligation aux musulmans avant la prescription du jeûne du mois de Ramadan.

Et il est rapporté dans certains hadiths que le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – lorsqu’il a émigré à Médine, a vu les juifs jeûner le jour de 'Achura, et il les a interrogés à ce sujet. Ils lui ont répondu que c'était en ce jour qu'Allah a sauvé Mussa (Moïse) et son peuple de pharaon et de ses soldats, et nous l'avons jeûné pour remercier Allah. Et il –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a dit: {Nous méritons de nous réclamer de Mussa que vous}, et il l'a jeûné et il a ordonné de le jeûner, et c’est devenu une obligation jusqu'à qu'Allah le Très Haut révèle Sa parole : { (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été révélé comme guide pour les gens, et preuves claires de la guidée et du discernement. Quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne !}

Et le jeûne de 'Achura est alors devenu une sunna et l’obligation a été abrogée.

Cela montre que le Messager –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a jeûné comme les juifs le jour de 'Achura pour remercier Allah d'avoir sauvé Mussa de pharaon. Il a aussi ouvert pour nous la porte du remerciement à Allah par le jeûne du lundi, car c'est le jour de la naissance du Messager d'Allah et le jour de la révélation.

Maintenant je te pose une question: ceux qui célèbrent l'anniversaire du prophète, et nous savons que cette pratique n'est pas une voie vers le bien, je sais que beaucoup d’entre eux jeûnent le lundi et le jeudi; mais la plupart des musulmans jeûnent-ils le lundi?

Non, il ne jeûnent pas le lundi, par contre la plupart des musulmans célèbrent l'anniversaire du prophète une fois par an ! Ne s'agit-il pas du contraire de la vérité ?

Sur ces gens s'applique La parole d'Allah le Très Haut adressée aux juifs:

{Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon}

Voilà le bien: un jeûne sur lequel il y a consensus entre tous les musulmans qui est le jeûne du lundi mais la plupart des musulmans ne le jeûne pas !!

En ce qui concerne le peu de musulman qui le jeûne, connaissent-ils le secret du jeûne du lundi? Non, ils ne le connaissent pas.

Où sont les savants qui défendent la célébration de l'anniversaire du prophète, pourquoi ne leur montrent-ils pas que le jeûne du lundi est la célébration légiférée de la naissance du prophète et ne les exhortent-ils pas à le pratiquer à la place de la célébration non légiférée?!!

Allah a dit : {Voulez-vous échanger le meilleur pour le moins bon}

Et le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a dit:

{Vous suivrez les pratiques de ceux d'avant vous, empan par empan, coudée par coudée, au point que s'ils entrent dans le terrier d'un lézard, vous les suivrez.}

Et dans une autre narration c'est encore plus grave : {au point que si l'un d’entre eux forniquait avec sa mère en plein rue, l'un d’entre vous le ferait.}.

Nous avons suivi les pratiques des juifs, et nous avons échangé le meilleur pour le moins bon, comme nous avons échangé la célébration de la naissance du prophète chaque lundi –une célébration légiférée dont le jeûne est un remerciement à Allah d'avoir créé le messager d'Allah –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – et d’avoir descendu en ce jour la révélation, par la célébration de l'anniversaire du prophète, une fois par an et sans aucun fondement.

Et je conclue mon discours par sa parole –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – :

{Allah déteste accepter le repentir d'un innovateur}.

Et Allah le très Haut a dit : {Ö messager, transmets ce qui t'a été révélé de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n'aurais pas transmis Son message. Et Allah te protègera des gens.}…









qui peut alors raporté des PREUVES???
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 01:40

et que dire de ce commentaire :
Citation :
Ah désolée j'avais rédigé un message qui vous était destiné dans le topic précédent, je n'avais pas remarqué celui-là. Donc célébrer l'anniversaire de notre prophète (saw) seulement avec des invocations serait une innovation? C'est effrayant ce que vous dîtes! Nous sommes pourtant des milliers à le faire en Turquie!

parceque la encor, sa constitue une PREUVE?????


en faite , cet arguement ressemble a ce que dit le verset coranique :

51. En effet, Nous avons mis auparavant Abraham sur le droit chemin. Et Nous en avions bonne connaissance.
52. Quand il dit à son père et à son peuple : "Que sont ces statues auxquelles vous vous attachez ?".
53. Ils dirent : "Nous avons trouvé nos ancêtres les adorant".

sourate les PROPHETES


parceque les TURQUES font ceci que sa consitut une preuve?????





nous parlons du CORAN et la SUNNA, alors si quelqu'un a une PREUVE, qu'il l'a PRESENTE, et qu'il ne nous présente pas le JEUNE DU LUNDI, mais qu'il nous présente cette FETE que les MUSULMANS ACTUELLES celebrent.

s'il ne peut pas, alors elle sera déclarer comme une INNOVATION RELIGIEUSE A REJETE.
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 02:06

féérique a écrit:


de plus on trouvera :

Abd Allah ibn Umar raconte : " j'ai entendu le Prophète dire, en désignant l'Est : "Là ! La sédition se trouve là ! La sédition se trouve là ! A l'endroit d'où paraîtront les cornes du diable." Al-Bukhari

Le Prophète à dit : "Seigneur, Béni notre Shâm, Seigneur, béni notre Yaman." De l'assemblé quelqu'un demanda : "Et notre Najd?" Le Prophète réitéra son invocation et dit : "Seigneur, béni notre Shâm. Seigneur, béni notre Yaman." de l'assemblée quelqu'un demanda : "Et notre Najd?" Il me semble que la troisième fois il dit : "de là proviendront les secousses et la sédition, et de là paraîtront les cornes du diable." Al-Bukhari


Abû Sa id al-Khudri raconte : "Alors que Ali se trouvait au yemen, il fit parvenir au Prophète une gangue d'or qu'il paragea ensuite entre [quatres personnes]. Véxés, les Qurayshites et les Ansars dirent : "Il donne aux notables des gens du Najd et il nous exclus du partage." Le Prophète dit alors, "je ne fais celà que pour leur être agréable." C'est alors qu'apparut un homme aux yeux enfoncé dans leurs orbites, au front protubérant, à la barbe touffue, aux joues saillantes et au crane rasé. Il vint et dit : "Ô muhammad ! Craint Allah !" Le Prophète lui dit : "Qui donc Lui obéirait, si je ne Lui obéissait pas moi-même ? Il m'a gratifié de Sa confiance auprès de Ses créatures et vous, vous me refuseriez la vôtre?" De l'assamblés quelqu'un réclama sa mise à mort, mais le Prophète s'y opposa. Quand [l'insolent] S'en retourna il dit : "De sa posérité naîtront des gens, ils liront le Coran, mais il ne dépassera pas leur gorges. Ils quitteront l'Islam à la vitesse avec laquelle une flèche transperce une proie. Ils tueront les musulmans et épargneront les polythéistes. S'il m'était donné de vivre à leur époque je les auraient extérminés comme le furent les Adîtes." Al-Bukhari

Commentaire d’Ibn Hajar :

Al-Muhlib explique que le Prophète ignora la demande de son interlocuteur en faveur des gens de l’Est, sachant par avance que la propagation de troubles multiples se ferait à partir de chez eux, du fait de leur forte propension à succomber aux tentations du Diable […] Al-Khattâbî explique que le mot qarn [traduit par cornes] peut désigner une nouvelle communauté venant remplacer celle disparue […] D’autres disent qu’à cette époque l’Est était infesté d’incroyants. Par cette prédiction le Prophète informait que c’est à partir de là que débuterait la sédition, et il en fut ainsi […] Al- Khattâbî dit que le Najd se trouve à l’Est, que pour les Médinois, il désigne les déserts irakiens et les régions alentours, que tout cela correspond à l’Est de Médine et que le mot najd signifie : terrains en élévation, par opposition à ceux situés en contrebas appelés gawr. Ad-Dawâdî prétend qu’il désigne l’Irak ; s’il en était ainsi, cela voudrait dire qu’il désigne un endroit particulier, ce qui n’est pas le cas (Ibn Hajar. Fath al-Bârî bi sharh Sahîh al-Bukhârî. 13/51. Chapitre de la sédition.)


Les wahhabites, que toutes ces prédictions horripilent, tant elles les désignent, sont tous originaires du Wâd Hanîfa, dans le Najd et dont l’actuelle capitale est Riyad. Selon eux, le Prophète ne parle pas de Riyad et sa banlieue, mais de l’Irak et de la Perse. Ils s’appuient en cela sur certains faits historiques et les commentaires de savants réputés du 12e et 15e siècle. Même si la pertinence de ces commentaires, impliquant les Perses et les Iraqiens – les khârijîtes et les chiites – ne peut être remise en question, ils ne sauraient exclure la secte wahhabite, cela pour les raisons suivantes :

1°) Médine et Riyad, ont exactement le même méridien, 24°, en dessus du Tropique du Cancer, alors que Karbala, la ville historique irakienne la plus proche, est à 33°, au Nord-Est. Les moyens rudimentaires par lesquels étaient déterminés les points cardinaux au 6e siècle ne sauraient, en aucun cas, prévaloir sur ceux dont nous disposons aujourd’hui grâce aux technologies modernes, lesquelles nous permettent de mesurer à la seconde près la latitude et la longitude d’un point précis que seule la main bénie du Prophète a su désigner, en son temps, avec autant de précision. Cet argument est à n’en pas douter le plus probant d’entre tous ; il suffit de consulter une carte pour le vérifier ! De plus, la signification première du mot « al-mashriq » n’est pas l’Est, mais le Levant et, rien ne permet de limiter sa signification à un point cardinal particulier.

2°) En plus de son insistance, l’interlocuteur du Prophète est très précis, car il dit “ notre Najd ” ce qui prouve que les deux versants de ce massif – l’un iraquien et l’autre saoudien – étaient occupés par deux populations bien distinctes. La version de ce hadith rapportée par at-Tabarânî et Abû Nu‘aym en fait état : « Ils dirent : “Ô Messager d’Allâh et notre Irak ?” [D’autres rétorquèrent] : “Non, notre Najd.” Il dit alors : “De là proviendront les secousses et la sédition.” » (Citation de ce hadith recueillie dans : Al-arba‘în al-buldâniyya fî al- ahâdîth an-Najdâniyya, du Dr Sa‘ûd ibn ‘Abd Allâh al-Fanîsân. Page 47.)

3°) Sauf précision, une prédiction n’a jamais une incidence limitée. Comme l’a indiqué précédemment l’imam al-Khattâbî : « le mot qarn peut désigner une nouvelle communauté venant remplacer celle disparue » ; et il en fut ainsi, car sur le versant saoudien du Najd se sont succédés Musaylima, les carmâtes et les wahhabites, et, toujours à l’Est, sur le versant irakien, les khârijîtes, les chiites puis, plus à l’intérieur des terres, les mu‘tazilites et toutes les autres sectes musulmanes en Perse et en Irak.

Maintenant revenons à l'anniversaire entre autre :

Commentaire d’Abû Shâma :
Parmi les plus belles innovations de notre époque, il y a cette fête que l’on célèbre chaque année, à l’occasion de la naissance du Prophète (saws), et durant laquelle, les gens offrent des aumônes, sont aimables entre eux, revêtent de beaux vêtements et sont joyeux. Mais par delà le caractère louable de cette solidarité avec les pauvres, cette manifestation est une preuve, de la part de celui qui agit ainsi, de son amour pour le Prophète et de la vénération qu’il lui porte, mais aussi un témoignage de reconnaissance envers Allâh, pour le remercier de les avoir ainsi gratifié de l’envoi de Son Messager qu’Il a suscité en tant que miséricorde pour l’univers (Muhammad Ridâ. Muhammad Rasûl Allâh, page 26.)

Abû Shâma, le shaykh de l’imam an-Nawawî, n’est pas le seul savant sunnite à vanter les mérites de cette innovation. Aucun d’entre eux, jusqu’à nos jours, n’a fait l’amalgame entre cette fête religieuse et les soirées dansantes de leurs concitoyens. Ce n’est pas parce que des ignorants s’adonnent, lors de cet anniversaire, à des pratiques condamnables, que l’on doit en priver les gens pieux et respectueux, sans quoi, il faudrait également interdire la célébration des mariages, des naissances et de l’aïd, car ils en font autant lors de ces évènements.

icon_santa



si ce que vous nommez "LES WAHABITES " disent qu'il s'agit de L'IRAK, ce n'est nullement par OPINION, comme je voit dans ce que tu raporte ici (surment un lien soufi), mais par PREUVE, tiré d'un HADITH EXPOLICITE.


tu oubli que le MOT NAJD est un mot qui désigne : TERRAIN EN ELEVATION; commme tu l'a lu dans ton commentaire.

mais de quel TERRAIN????

ou est ce NAJD dont parle notre prophete, et qui vérra la CORNE DU DIABLE???


heureusement que le HADITH de MOUSLIM est CLAIRE :

Salim ibnou ‘Abdillah Bni ‘Omar -Qu’Allah l’agrée- : a dit lorsque des gens de l’Irak l’ont questionnés :
« Ô gens de l’Irak, comme est étrange ce que vous demandez à propos des péchés mineurs alors que vous commettez les grands péchés ! [Le meurtre de al-Hossein], j’ai entendu mon père dire qu’il a entendu le Messager d’Allah -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- dire, en montrant la direction de l’Est : « Certainement les troubles viendront de ce côté d’où apparaîtra la corne de chaytan) ». »


pour plus de PREUVE :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

seul la preuve compte, et tout opinion émit sur la passion est rejeté


Dernière édition par chrisredfeild le Dim 23 Jan 2011, 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LA REPONSE

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 10:00

chrisredfeild a écrit:
nous parlons de la SOURCE ISLAMIQUE, dans le sens si ALLAH et son PROPHETE l'ont prescrit.l'ont-ils fait???
maintenant, il est normal que celui qui celebre cette fete, va te chercher n'importe quel argument pour se justifier

Pourquoi t'attarder a cela. La réglementation islamique nous vient de la sounna sur laquelle il faut se baser. Non sur les actes du prophète seulement mais sur tout ce que dont la communauté a besoin en usant du mikyasse. C'est a dire que si quelque chose de nouveau qui n'a jamais eu lieu au temps du prophète devient a un certain moment nécessaire elle devient automatiquement une obligation. Donc ne perdons pas notre temps a ne rien dire.

Tu sais qu'a sa mort le Prophète n'a pas laissé un Coran écrit mais les califes voyant la nécessité par la suite l'ont écrit . Ont ils fait une mauvaise innovation!!!!! Non c'est la sounna qui précise que quelque soit le problème il faut le mesurer par la sounna et prendre la solution ineffables. Le Coran en tant que livre est devenu une obligation bien que cela ne l'a pas été du temps du prophète.

Par la suite le coran ne comportait pas les point diacritiques ni les voyelles mais par la suite les musulmans ont vu la nécessité vu les illettrés ils ont remédié a cela. Maintenant le Coran doit obligatoirement comporter cela bien que ce n'était pas le cas au temps des califes...

Par la suite les musulmans étaient "un" mais la nécessité des madhab s'est fait sentir et maintenant c'est une obligation de s'aligner sur un madhab aussi bien sur le fiqh que sur la aquida bien que les compagnons du prophète ne connaissent aucun madhab..

Par la suite beaucoup d'autres choses comme les minarets les mihrab dans les mosquées etc..etc... Qui n'ont jamais existé au temps du prophète sont devenus des obligations par la suite nous comprenons donc qu'une obligation n'est pas seulement une chose faite clairement par le prophète lui-même ou par ses compagnons mais tout ce que les musulmans décident sur des choses nouvelles sur la base de l’interprétation de la sounna.

Au sujet du Mawlid ce ne sont pas seulement le peuple qui fête cela mais les plus grands exégètes qui voient que la fête le jour de Rabie 12 est légale au vu de la charia même si cela n’apparaît pas clairement a quelques uns. En ce qui nous concerne rien n'est plus claire que cela et pour nous une telle question ne se pose même pas.

Sheykh an-Nawawî, l'imam dont l'autorité, la grandeur, le rang et l'intelligence dans toutes sortes de sciences islamiques font l'unanimité, il classe l'innovation en cinq catégories. Il a écrit dans son ouvrage Al-Qawa'id (Al-Kubrâ) :" L'innovation est divisée en celle qui est obligatoire (wâjiba), interdite (muharrama), recommandée (mandûba), déconseillée (makrûha) ou indifférente (mubâha). La manière de décider est d'examiner l'innovation à la lumière des règles de la Loi (qawâ’id al-sharî’a). Si elle tombe dans le champ des obligations (îjab), elle est donc obligatoire, si elle tombe dans le champs des interdictions, elle est interdite (tahrîm), dans le champs des recommandations, elle devient recommandée, déconseillé si elle concerne ce qui l’est et permise si elle touche aux permissions."

L'Imam al-Ghazâli a dit sur sa discussion concernant le fait d'ajouter la ponctuation au texte du Coran : "Le fait que cet acte soit innové (muhdath) n'est en rien un obstacle. Combien de pratiques innovées sont excellentes ! Comme il a été dit concernant l'établissement de la prière de Tarawih en groupe, c'était une nouvelle pratique instaurée par 'Umar (radhia Allâh 'anhu) et c'était une excellent innovation (bida'a hassana). L'innovation blâmable est uniquement celle qui s'oppose à la Sunna ou qui mène à la changer."

L'Imam Ibn al-Jawzi a parlé en terme similaire au début de son Tablîs Iblîs : "Certaines nouveautés (muhdathât) ont été apportées qui ne s'opposent pas à la Loi Sacré, pas plus qu'elles ne la contredisent, ainsi, ils (les pieux Prédécesseurs) n'ont pas vu de mal dans leur pratique, comme le fait que 'Umar ait rassemblé les gens pour les prières nocturnes de Ramadân, après quoi il les a vu et a dit : "Quelle bonne innovation !"

Le grand savant du Hadith, al-Hâfidh ibn Hajar al-'Asqalani a dit : " La signification première de l'innovation est ce qui est produit sans précédent. Ce terme est employé dans la Loi par opposition à la Sunna, ainsi elle est blâmable. De manière précise, si elle fait partie de ce qui est classé comme désirable par la Loi, alors c'est une bonne innovation (hasana), tandis que si cela fait partie des actes blâmables, alors c'est une innovation blâmable (mustaqbaha), sinon elle tombe dans la catégorie de ce qui est permis (mubah). Elle peut être classée dans les cinq catégories connues."

Les grands Savants de L'Islam qui ont autorisé la célébration du Mawlid :

- Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî déclare : " Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Messager de Dieu , car il est le modèle par excellence pour tout musulman. Ainsi, il n'y a pas de mal à ce que les musulmans, aux quatre coins de la terre, profitent de cette occasion - la naissance du noble Prophète - pour étudier sa Sunnah , sa prédication, ses nobles manières, et pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les oeuvres pies et les efforts dans le bien. Nous devons donc comprendre que la célébration de la naissance du plus noble Messager, Muhammad , est une bonne habitude. Il n'y a aucun mal à ce que les musulmans lui accordent des soins et se réunissent à son occasion, à condition que leur célébration reste dans le cadre de ce que Dieu a légiféré et autorisé. "

- L'imam as-Suyuti a écrit tout un chapitre sur la validité du Mawlid ou il dit ceci : " Il y a une question qui était posée concernant la commémoration du Mawlid du Prophète au mois de Rabi ' Al-Awal : Quelle est la décision légale religieuse à cet égard, c'est bon ou mauvais ? Celui qui le célèbre est-il récompensé ou non ?" La réponse selon moi est comme suit : Pour commémorer le Mawlid qui réunit essentiellement les gens ensemble, récitant les parties du Qour'an, relatant des histoires de la naissance du Prophète et les miracles qui l'ont accompagné, est une des bonnes innovations (bid'a hassana); et celui qui le pratique est récompensé, parce qu'il implique la vénération du statut du Prophète et l'expression de la joie pour sa naissance honorable."

- L'imam al 'Iraqi (le sheykh des huffad du hadith) a écrit un grand ouvrage également sur le sujet ou il précise clairement la validité du mawlid ennabawi echarif.

- L'imam as-Sakhawi dit dans ses fatawa : " La commémoration du Mawlid a été innovée après les trois premiers siècles. Par la suite, les gens de l'Islam dans les grandes villes des différents pays n'ont pas cessé de commémorer le Mawlid, de donner les différentes sortes d'aumônes durant ses nuits, et de s'appliquer à la lecture de l'histoire de sa noble naissance, et tous les mérites largement répandus rejaillissaient sur eux grâce à ses bénédictions."

- L'imam al-Shihab al-Qastalani le commentateur du Sahih al-Boukhâri a dit : " Qu'Allâh ait pitié de celui qui rend les nuits du mois de la naissance du Prophète en festivités afin de réduire les souffrances de ceux dont les cœurs sont malades ! "

- L'imam Abu al-Khattab ibn Dihyaa écrit tout un mujallad dessus. On y trouve tous ses arguments ainsi que les noms des savants qui fêtaient al-Mawlid à son époque.

- Sheikh 'Atiyyah Saqr, ancien président du Comité de Fatwa de l'université d'Al-Azhar ash-Sharîf, dit à propos de la commémoration de Mawlid : " Mon opinion est qu'il n'y a pas de mal à faire cela, notamment à cette époque où les jeunes ont bientôt oublié leur religion et leur gloire, noyés dans les autres célébrations qui dominent tyranniquement les célébrations religieuses. Cette célébration doit consister à méditer sur la vie du Prophète et à faire des œuvres qui immortalisent le souvenir de la naissance du Prophète, par exemple, en construisant des mosquées ou des instituts, ou toute autre bonne œuvre qui lie celui qui la contemple au Messager de Dieu et à sa vie. "

- Sheykh Ahmad ibn Zayni Dahlan, le Mufti de la Mecque a écrit : " Célébrer le Mawlid et se rappeler le Prophète est accepté par tous les savants musulmans. "

- L'imam as-Subki a dit : " Quand nous célébrions l'anniversaire du Prophète , un grand état de 'uns' (caractère familier) vient à notre cœur et nous sentons quelque chose spécial."

- L'imam Shawkani a dit : " Il est permis de célébrer l'anniversaire du Prophète. "

- Mullah 'Alî Qari a tenu le même avis dans un livre écrit spécifiquement soutenir la célébration de l'anniversaire du Prophète. Dans un autre ouvrage il stipule que le Mawlid est une manière d'honorer et de montrer l'estime que nous avons pour le Prophète .

- L'imam Abu Shama, le sheikh de l'imam an-Nawawi, a dit dans son livre sur des innovations ayant droit : " La meilleure innovation (bida'a hassana) en notre jour est le souvenir de l'anniversaire du Prophète. Ce jour, les gens donnent beaucoup, font beaucoup d'adoration, montrent beaucoup d'amour au Prophète et donnent beaucoup de remerciements à Allâh Tout-puissant pour l'envoi parmi eux de Son Messager, et pour préserver la Sunna et la Shari'a. "

- L'imam as-Sakhawi a dit : " Le Mawlid a été introduit trois siècles après le Prophète, et toutes les nations Musulmanes l'ont célébré et tout 'Ulama (savant) l'a accepté, en adorant Allâh seul, en donnant des donations et en lisant la Sira du Prophète . "

- L'Imam Mohammed bin Abu Bakr Abdullâh al-Qaisi al-Dimashqi confirme sa permissivité dans plusieurs de ses ouvrages.

- Hafiz Ibn Hajar al-Haytami a dit : " Comme les Juifs ont célébré le jour de Ashoura en prenant part au jeûne pour remercier Allâh, nous devons aussi célébrer le jour de Mawlid. "

- Ibn Hajar 'al-Asqalani a dit qu'il y a un dalil pour cela, il a fait référence à un hadith sahih où un compagnon demanda au prophète : " Pourquoi ya Rassul Allâh jeûnes-tu le lundi ? " Sayyidna Muhammad a répondu : " Car c'est le jour où je suis né ". L'imam Ibn Hajar al-'Asqalani a dit : " Le Prophète lui-même commémorait sa naissance. " Ibn Hajar a aussi déclaré : " On remercie Allâh pour la faveur qu'Il a donnée un jour particulier ou pour un grand bienfait, ou pour la prévention d'un désastre. Ce jour est célébré chaque année ensuite. L'action de grâces entraîne les formes diverses d'adoration comme la prosternation, le jeûne, l'aumone et la récitation de Qour'an et quel plus grand bienfait y a t-il que l'apparition de ce Prophète, le Prophète de la Miséricorde, en ce jour de Mawlid ? ".

- Ibn Al-Jawzi a composé un livre de poésie et de Sira destiné à être lu lors des célébrations du Mawlid.

- Sheykh Hisham Muhammad Kabbani écrit : " Célébrer l'anniversaire du Prophète est un acte que tous les Ulamas du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu'Allâh l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas'oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad : « Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allâh, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allâh » ".

- L'imam Shams ud-Din ibn al-Jazri, l'imam des récitateurs, a écrit un livre qu'il a nommé : "Le parfum de l'annonce de l'anniversaire Béni ".

- Sheikh al-Qardawi approuve également la célebration du Mawlid en ces termes : " Actuellement, célébrer l'anniversaire du Prophète signifie célébrer la naissance de l'Islam. On est censé en une telle occasion rappeler aux gens comment le Prophète a vécu. Je pense que ces célébrations, si elles sont faites de la façon appropriée, serviront un grand but, rapprochant les Musulmans des enseignements d'Islam et de la vie et de la Sounna du Prophète . "

-Sheykh Al-Muhaddith Sayyid Muhammad al-Maliki a dit : " Combien de fois avons-nous dit que le jour du Mawlid de notre maître Muhammad n'est pas un Aïd, et nous ne le considérons pas comme un Aïd, parce qu'il est supérieure à l’Aïd, plus important et plus noble. Un Aïd ne vient qu'une fois par an, quant à la célébration de son Mawlid et la considération de son souvenir et de la Sira, cela doit être permanent et non limité à un moment ou à un lieu donné! "

- Sheykh ibnou Taymiyya a écrit : " Même si nos prédécesseurs ne le faisaient pas (comprendre : ne célébraient pas le Mawlid) et qu'ils avaient de bonnes raisons, il n'y a rien qui soit contre (cette célébration). " Il dit également dans son encyclopédie de Fatawa : " Célébrer et honorer la naissance du Prophète et en faire un moment exceptionnel, comme le font certains, est une bonne chose en laquelle réside une grande récompense, à cause de la bonne intention d'honorer le Prophète ".

- Al-Hafiz Ismaïl Ibnou Kathir le célèbre exégète autorise également la célébration du Mawlid et enchante cette fête dans un de ses ouvrages. Il a dit : " La nuit de la naissance du Prophète est une magnifique, noble, bénie et sainte nuit, une nuit de bonheur pour les croyants, pure, radieuse avec des lumières, et des prix inestimables ".

- Ibn Qayyim al-Djawziyya, le plus célèbre et meilleur élève d'Ibn Taymiyya, écrit :" Écouter une belle voix célébrer l'anniversaire du Prophète ou célébrer l’un des jours saints de notre histoire apporte la paix dans le cœur, et apporte au cœur de l'auditeur la lumière du Prophète, et il boira plus encore à partir de la source Muhammadienne ( `Ayn al-Muhammadiyya) ".

- L’imam Hay Lucknowi a dit : " Sans aucun doute, la nuit de la naissance du Saint Prophète est la plus majestueuse, puis la Nuit du Mérite (Lailatul-Qadr) ".

- Sheykh al-Islam Abdul Haq Muhaddith de Delhi a dit : " Les personnes qui dénoncent le Mawlid comme une innovation (Bidaa), sachez que une telle objection est contraire à la Shari'a Islamique. Une grande récompense réside dans la participation au Mawlid an-Nabi ".

- L’imam Ibn Nabata (Le Sheykh des orateurs) a dit : " Ce musulman qui honore et respecte la naissance du saint Prophète sera digne du Paradis ".

- L’imam Jamal Hanafi, Mufti de la Mecque (Makkah Mukarrama) a dit : " La commémoration du Mawlid Sharif compte parmi les bonnes innovations ". Le Sheykh Abou Bakr Bisouni Maliki à approuvé cet avis.

- L’imam ‘Abd ar-Rahman Siraj, Mufti de la Mecque (Makkah Mukarrama) a dit : " Le Mawlid est une pratique acceptable, qui est une bonne innovation. La grande majorité des prédécesseurs parmi les hommes de science de l'Islam ont statué que le Mawlid Sharif est une pratique qui est recommandée ".

- L’imam Muhammad Said Baseel, Mufti Shafé’ite de la Mecque (Makkah Muazzama), a écrit : " Célébrer le Mawlid an-Nabi est une innovation, mais c’est une excellente innovation car elle consiste en la bonté envers les pauvres, les récitations du Qour’an, à augmenter le souvenir et les Salawat, à montrer le bonheur et l’amour pour le Saint Prophète . Et tout cela est extrêmement déplaisant pour les cœurs malades et les haineux qui déshonorent le Saint Prophète parmi les égarés, les hérétiques, les mécréants et les polythéistes ".

Parmi ceux qui ont approuvé le Mawlid on peut également citer :

Autorisation du Dar el-Ifta d'Egypte,autorisation du CNI (Conseil National Islamique de Côte d'Ivoire), autorisation du ISCC (Islamic Supreme Council of Canada), autorisation duministère des affaires religieuses des Emirats Arabes Unis,autorisation du Darul-Ifta Darul-Uloom de Karashi au Pakistan, le grand moufti sheykh 'Atiyya Saqr, sheykh Ibrahim ad-Dusuqi, sheykh an-Nabhani, sheykh al-Qahtaniy, l'imam ibn Dahiya,sheykh Faysal Mawlawi le célèbre mufti du Liban et vice-président du haut conseil de la fatwa en Europe,sheykh Abdu Allah ibn as-Siddiq al-Ghumari (l'un des plus grand imams du hadith du 20ème siècle),sheykh Muhammad Abdul Muntaqim Sylheti,sheykh 'Abdel Khaliq ash-Sharif,le Mufti Muhammad Rafi Usmani, sheykh Suhaib Webb, sheykh Shah Farid ul-Haqq (vice président de la World Islamic Mission), sheykh Zaïd Shakir, le Mufti 'Abdul Rauf Sakharvi, le Syrien sheykh al-Bouti, sheykh Ahmad Khalil, sheykh Faraz Rabbani, le grand savant du hadith de Médine sheykh Hassan al-Maliki, l'imam Wajihu Din bin 'Ali al-Dayba al-Shaybani al-Zubaidi, et bien d'autres encore .

Alors tous ceux-la ne savent pas ce que tu ne cesses de dire et de redire. Reviens a la raison si tu ne veut pas fêter ne fête pas mais laisse la Oumma fêter l'anniversaire de son prophète et assouvir sa soif... elle a une grande soif.



Dernière édition par LA REPONSE le Dim 23 Jan 2011, 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 11:50

Je retire de tout cela que finalement la fête de la naissance du prophète de l'Islam... c'est quelque part le penchant du Noël chrétien.... mimétisme ? Comme pour beaucoup d'autres choses d'ailleurs, Mohamed pour les musulmans finalement est le Jésus chrétien y compris dans son aspect trinitaire.
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 15:05

Tanja49 a écrit:
Je retire de tout cela que finalement la fête de la naissance du prophète de l'Islam... c'est quelque part le penchant du Noël chrétien.... mimétisme ? Comme pour beaucoup d'autres choses d'ailleurs, Mohamed pour les musulmans finalement est le Jésus chrétien y compris dans son aspect trinitaire.


malheureusement OUI , certains MUSULMANS exagerent sur la personnalité de MOHAMAD.

certains meme vont jusqu'a le DIVINISE (bien qu'ils sont peu, mais ils existent réellement).


il y'a un jour prescrit par le prophete (non obligatoire) qui est le jeune de LUNDI.

ce jeune, beaucoup de MUSULMANS ne le font pas, et lui preferent un anniversaire inventé par eux une foi par an.

parexemple, LA REPONSE insiste pour défendre cette FETE DE UNE FOI PAR AN (donc celle qui n'est pas legiférer) , et il continue a formulé des commentaire (plutot a copié collé) qui parle du jeune du lundi et non de cette FETE

ne raporte t-il pas ceci :

Citation :
Hafiz Ibn Hajar al-Haytami a dit : " Comme les Juifs ont célébré le jour de Ashoura en prenant part au jeûne pour remercier Allâh, nous devons aussi célébrer le jour de Mawlid. "


comme ci IBN HAJAR (celebre theologien) serait entraine de parler de ce MAWLID non LEGIFERER.


cepandant, IBN HAJAR parle uniquement du JEUNE DU LUNDI, et LA REPONSE l'a raporté sans se rendre compte (puisqu'il a fait COPIE COLLE SANS LIRE)


voila la parole complete de IBN HAJAR :

Citation :
- Hafiz Ibn Hajar al-Haytami a dit : " Comme les Juifs ont célébré le jour de Ashoura en prenant part au jeûne pour remercier Allâh, nous devons aussi célébrer le jour de Mawlid. "

- Ibn Hajar 'al-Asqalani a dit qu'il y a un dalil pour cela, il a fait référence à un hadith sahih où un compagnon demanda au prophète : " Pourquoi ya Rassul Allâh jeûnes-tu le lundi ? " Sayyidna Muhammad a répondu : " Car c'est le jour où je suis né ". L'imam Ibn Hajar al-'Asqalani a dit : " Le Prophète lui-même commémorait sa naissance. " Ibn Hajar a aussi déclaré : " On remercie Allâh pour la faveur qu'Il a donnée un jour particulier ou pour un grand bienfait, ou pour la prévention d'un désastre. Ce jour est célébré chaque année ensuite. L'action de grâces entraîne les formes diverses d'adoration comme la prosternation, le jeûne, l'aumone et la récitation de Qour'an et quel plus grand bienfait y a t-il que l'apparition de ce Prophète, le Prophète de la Miséricorde, en ce jour de Mawlid ? ".


de plus, LA REPONSE cite des paroles d'autres imams , ou on ne sais s'ils parlent du mawlid legiférer ou non, puisque leur parole est INCOMPLETE.


cepandant, LA REPONSE oubli que meme si un GRAND IMAM se trompe, SEUL LA PAROLE DU PROPHETE COMPTE.


l'islam n'est pas définie par IBN HAJAR ou IBN TAYMIYA, mais l'islam est définie par le PROPHETE


Dernière édition par chrisredfeild le Dim 23 Jan 2011, 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tanja49

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 15:10

1400 ans se sont écoulés depuis... il faudrait se moderniser un chwia !
Revenir en haut Aller en bas
edaeda




MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 16:47

mario-franc_lazur a écrit:
LA REPONSE a écrit:

Bonjour,
Les innovations il n'y a rien de plus clair dans l'islam c'est faire quelque chose qui n'a pas sa racine dans l'islam. Or vous voulez arrêter toutes les innovations pour freiner la religion de Mohamed que le salut soit sur lui...Justement l’une des plus grandes contributions de l’imam As-Shafi’i se situe au niveau de la division de l’innovation (Bid’aa) en "bonnes" ou en "mauvaises", en fonction du fait qu'elles se conforment ou non aux lignes directrices de la religion.

Ainsi, l’imam As-Shafi’i affirme: « Toute chose innovée qui contredit le Livre, la Sounna, le Consensus des savants ou un Athar, est une innovation qui se perd dans l’errance. Par contre toute chose qui est innovée en matière de bien et qui ne les contredit en rien, est une innovation louable. »
Il estime également : « Il existe deux types d’innovations : les innovations réprouvées et les innovations autorisées. Les innovations conformes à la Sounna sont autorisées, mais celles qui la contredisent sont réprouvées ». Il appuie ses propos en se basant sur la parole de Omar : « Quelle bonne innovation ! ». Il importe de noter, à ce sujet, que des avis similaires ont été rapportés par nombre de savants tels que Al Bayhaqui , Al-Nawawî , l’Imâm Al-Haytamî, Abou Bakr ibn Al ’Arabi, Al-Ghazali, Ibn Hazm, Ibn al Jawzi, le Sultan des oulémasl’imam Al Izz Ibn Abd Salam et Al Hafidh ibn Hajar et bien d’autres.

L’imam Al-Shawkani, éminent savant de l’islam, a conclu dans son livre Nayl al-Awtar que la séparation des innovations en bonnes et mauvaises, est la position la plus authentique. Il existe des actes et des faits nouveaux qui ne contredisent pas les règles de la législation islamiques, bien au contraire, ces derniers étant louables deviennent selon les cas obligatoires. Les compagnons et leurs successeurs qui ont « innové » à plusieurs reprises, respectaient l’esprit de l’islam et ses préceptes généraux.Ces innovations ont été bien accueillies et adoptées par toute la communauté, car elles lui étaient bénéfiques.

Et donc pour répondre a Ysov toutes les occasions sont bonne pour se retrouver en famille et faire plaisir a ses proches et a ses amis et bien sur en faire une obligation religieuse dans son essence mais pas dans ses détails. C'est a dire la rencontre avec la famille est une obligation mais nécessairement un jour d'anniversaire ne l'est pas..
Il y a rien de mal a ca.



MERCI, mon cher LA REPONSE, et je vois que nous avons eu bien tort de faire douter notre soeur EDAEDA sur la légitimité de lui souhaiter son anniversaire, et sur la légitimité des habitudes turques .

EDAEDA, pardonne-nous !


Bonjour, vous n'êtes responsables en rien je vous rassure. Nous n'avons pas la science infuse et il faut tomber pour mieux se relever.^^ De toute façon je ne renoncerai pas à mes habitudes et comme le disait Cat Stevens après sa conversion à l'Islam : je suis heureuse d'avoir connu l'Islam avant de connaître les musulmans.
Revenir en haut Aller en bas
edaeda




MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 16:58

LA REPONSE a écrit:
edaeda a écrit:
Ah désolée j'avais rédigé un message qui vous était destiné dans le topic précédent, je n'avais pas remarqué celui-là. Donc célébrer l'anniversaire de notre prophète (saw) seulement avec des invocations serait une innovation? C'est effrayant ce que vous dîtes! Nous sommes pourtant des milliers à le faire en Turquie!

Mes chers amis,
Un amoureux du prophète que le salut soit sur lui éprouve au plus profond de lui même nécessairement de brûlants sentiments qui enflamment son entité. Et ce dès qu'il hume auprès de lui la moindre senteur se rapportant a la mémoire de l'élu. La mémoire de l'élu ne se limite pas au jour ni au mois de sa naissance.Combien sont en effet ces souvenirs qui nous relient sentimentalement a l'élu. A vrai dire ceux qui disent que les compagnons du messager de Dieu ne célébrait pas sa mémoire après sa mort se font des illusions. Avaient-ils le choix de le faire ...Si l'un d'eux passait prés d'un arbre sous lequel le messager de Dieu que le salut soit sur lui avait dormi il s’arrêtait devant cet arbre tandis que la mémoire du bien-aimé resurgissait de ses entrailles lui faisait oublier sa vie ainsi que sa condition. S'il passait par un endroit ou s’était arrêté le messager de Dieu la mémoire de son bien aimé se ravivait comme un feu ardent. Il restait la a parler ,a clamer des vers de poésie, a exprimer ses sentiments fiévreux et a répandre ses larmes. Tout ce qui touche et nous relie a notre bien aimé est de nature a raviver sa mémoire. L'amoureux ne dispose absolument d'aucun choix pour exprimer ou réfréner ses sentiments.

Encore une fois posons la question..Comment un amoureux du messager de Dieu peut-il passer le mois de Rabie durant lequel est né l'élu, humer autour de lui le souvenir de sa naissance puis ne pas brûler de désir et de nostalgie pour l'élu. Un amoureux qui ne ressent pas de désir brûlant ..c'est invraisemblable. La commémoration par le coeur de souvenirs sacrés est une chose naturelle inhérente a la nature de l'homme. L’amour de l’Élu - paix et bénédiction sur lui - découle quant à lui de l’amour de Dieu - Exalté soit-Il. Il est en effet impossible pour une personne qui aime Dieu de ne pas aimer Son Messager. Il suffit là encore, pour s’en convaincre, de citer la parole du Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, rapportée par At-Tirmidhî et Al-Hâkim d’après `Abd Allâh Ibn `Abbâs, parole authentique si l’on s’en tient aux critères d’authenticité d’Al-Bukhârî et de Muslim : « Aimez Dieu pour les bienfaits qu’Il vous octroie, et aimez-moi pour l’amour dont Il m’aime. »

L’amour du Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, tout comme l’amour de Dieu - Exalté soit-Il -, constitue le combustible qui flamboie dans le cœur, poussant l’homme à observer la conduite du Prophète et à marcher sur ses pas. L’amour n’est pas seulement synonyme d’observance, comme se l’illusionnent certaines personnes. L’amour est en effet le combustible qui flamboie dans le cœur, poussant l’homme à observer la conduite du Prophète, à observer la loi de Dieu - Exalté soit-Il - et celle de Son Messager élu - paix et bénédiction sur lui. Si l’amour du Messager de Dieu ou l’amour de Dieu se limitaient à l’observance, comme le soutiennent certains contemporains, alors les hypocrites seraient les premiers à aimer Dieu et Son Messager.

L’amour est donc un état du cœur, un combustible flamboyant dans le cœur et poussant l’être humain à l’observance de celui ou ceux qu’il aime. L’amour pousse l’être humain au sacrifice, au mépris de son ego, et lui permet de dépasser les inclinations de l’âme et du sectarisme. L’amour, tel que défini par les savants, est ce sentiment sacré, singulier et étrange qui, une fois qu'il domine un cœur, est capable de rapprocher le distant, d’amollir l’acier, de rendre facile ce qui est difficile. Alors comment le détenteur de cet amour dans le coeur brûle pourrait-il laisser passer le moindre évènement sans se rappeler son bien-aimé. Pour les compagnons chaque jour, chaque instant, chaque lieu était une raison pour se rappeler le prophète de nos jours seule l'anniversaire de sa naissance nous reste alors fêtons la tous ensemble ...

Voici 10 preuves montrant que la célébration de la naissance du Prophète
est acceptée dans la Chari'a


1.ALLAH dit: Réjouissez-vous du Prophète
Se réjouir à cause de la venue du Prophète à l'humanité est une obligation ordonnée par Allah dans le Coran comme suit: «De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc!» (Younus 10:58). Cet ordre fut révélé parce que la joie rend le coeur reconnaissant de la miséricorde d'Allah. Et y a-t-il plus grande miséricorde de la part de Dieu que de nous envoyer le Prophète , auquel Il s'adresse en ces termes:
«Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers»
(Les prophètes 21:107).
.Du fait que le Prophète a été envoyé comme une miséricorde à toute l'humanité, il incombe non seulement aux Musulmans, mais à tous les êtres vivants de se réjouir de sa personne. Malheureusement, aujourd'hui, certains Musulmans sont les premiers à rejeter cet ordre divin.

[b]2.Allah dit: Invoquez les bénédictions sur le Prophète[/b]
L'anniversaire du Prophète nous encourage à invoquer les bénédictions d'Allah sur lui et à faire ses éloges, ce qui est une obligation qui nous incombe selon l'ordre d'Allah dans le verset: «Allah et ses anges envoient les bénédictions sur le Prophète. O croyants! invoquez sur lui les bénédictions et les meilleures salutations!»
(al-Ahzab 33:56).
.«Les meilleures salutations,» ce sont les salutations pleines de respect et d'amour, pleines de louanges et d'admiration pour le haut rang du Prophète et de son message. Se réunir dans le but de se rappeler le Prophète nous amène à invoquer les prières sur lui et à le louer comme Allah le demande. Quelqu'un oserait-il nier l'obligation qu'Allah nous impose à travers le saint Coran? La récompense qu'on obtient quand on exécute un ordre divin, et la lumière divine que cette récompense apporte au coeur sont inestimables! Notons que le verset mentionne le pluriel: «Allah et ses anges envoient...» en assemblée. Il est donc incorrect de dire qu'invoquer les prières sur le Prophète et faire ses éloges doit se faire individuellement.

3. Le Prophète a souligné le lundi comme jour de sa naissance

Abou Qatada al-Anari raconte dans ai Mouslim, Kitib as-iayam, que le Prophète avait été interrogé au sujet du jeûne du lundi et qu'il avait répondu: «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.».Plusieurs évènements extraordinaires se sont déroulés le jour de sa naissance comme cela est mentionné dans les hadiths et les livres de sira, et la nuit de sa naissance n'est semblable à celle d'aucun autre être humain. Ces évènements et les hadiths s'y référant, dont le tremblement de la court de Chosroès, l'extinction en Perse du feu vieux de 1000 ans, la lumière issue d'Amina l'honorable mère du saint Prophète , etc. sont relatés dans le livre al-Bidaya d'Ibn Kathir.

Nous citons pour vous un passage du Kitab al-Madkhal d'Ibn al-ajj (Vol. 1, p. 261):
«C'est un devoir pour nous chaque lundi de Rabi'al-Awwal d'augmenter nos actes d'adoration afin de remercier Allah de nous avoir accordé une immense faveur: celle de nous envoyer son bien-aimé Prophète pour nous diriger vers l'Islam et la paix... Le Prophète répondit à quelqu'un qui l'interrogeait au sujet du Lundi: «En ce jour-là je suis né.» Ce jour du lundi honore le mois de Rabic al-Awwal parce que c'est le jour du Prophète (s) ... . Et, Mouslim cite dans son hadith que le Prophète a dit: «Je suis né un lundi et le premier message m'est parvenu un lundi.»»
Le Prophète commémorait donc le jour de sa naissance et remerciait Allah pour la grande faveur de l'avoir fait naître en jeûnant le lundi comme cela est mentionné dans le hadith de Abou Qataa. Cela signifie que le Prophète exprimait sa joie pour ce jour par le jeûne, qui est une forme d'adoration. Depuis ce temps, toute sorte d'adoration pour marquer ce jour est acceptable. Même si nous changeons la forme (de l'acte pour exprimer sa joie), l'essence reste la même. Partant de là, jeûner, nourrir les pauvres, se rassembler pour louer le Prophète ou se remémorer ses vertus et son excellent caractère tout ceci est considéré comme une commémoration du jour de sa naissance.

4. Le Prophète commémorait l'anniversaire des autres prophètes
Le Prophète commémorait le jour et le lieu de naissance des Prophètes qui l'ont précédé. Parlant de la grandeur du vendredi, le Messager d'Allah a dit dans son hadith: «En ce jour, Allah créa Adam.» Ceci signifie que le jour du vendredi est commémoré parce qu'Allah créa Adam en ce jour. En d'autres termes, ce jour est important du fait qu'il vit la création d'Adam, prophète et père de tous les êtres humains. Qu'en est-il donc du jour où le plus grand des prophètes et le meilleur de l'humanité fut créé? Le Prophète a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile.».

Pourquoi Boukhari a nommé un chapitre «Mourir le lundi» L'Imam Qastallani dit:
Dans son livre intitulé Jana'iz (Funérailles), Boukhari a nommé un chapitre entier «Mourir le lundi.» Dans ce chapitre figure un hadith rapporté par Aïcha au sujet d'une question posée par son père Abou Bakr qui lui demanda: «Quel jour le Prophète est-il décédé?» Elle répondit: «Lundi.» Il demanda: «Quel jour sommes-nous aujourd'hui?» Elle répondit: «O père, nous sommes lundi aujourd'hui.» Il dit alors: «J'espère mourir avant la nuit.»

L'Imam Qastallani continue, «Pourquoi Abou Bakr demanda-t-il que sa mort soit un lundi? Afin qu'elle coincide avec le jour du décès du Prophète pour qu'il reçoive la baraka de ce jour. Quelqu'un a-t-il fait objection à la demande d'Abou Bakr de mourir le lundi dans l'intention de bénéficier de sa baraka? Pourquoi donc les gens refusent-ils aujourd'hui d'honorer le jour de la naissance du Prophète en vue de recevoir sa baraka?»

Le Prophète commémorait le lieu de naissance des autres prophètes
Un hadith chez Bazzar, Abu Yacla, et Tabarani, déclaré authentique par Ibn ajar Haythami et Ibn ajar 'Asqalani, relate qu'à la nuit de l'Isra' et du Mi'raj (l'ascension nocturne) l'ange Gabriel ordonna au Prophète de prier deux rak'at à Bayt Lam (Bethléem), puis lui dit: «Sais-tu où tu viens de prier? Lorsque le Prophète lui demanda: où? Il lui dit: A l'endroit où Issa (Jésus) est né.»

5. Le Prophète célébrait les grands évènements historiques
Le Prophète a toujours concilié les évènements religieux et les évènements historiques. Ainsi, pour chaque évènement significatif, il exhortait ses Compagnons de se le rappeler et de le commémorer, même s'il s'était déroulé dans un passé lointain. Ce principe est déduit entre autre du hadith suivant: Lorsque le Prophète arriva à Médine, il vit les juifs jeûner le jour de 'Achoura. Il se renseigna (sur leur raison) à ce sujet et il lui fut rapporté que c'était en ce jour qu'Allah avait sauvé son Prophète Sayyidina Moussa et noyé ses ennemis. Il dit alors ces mots bien connus: «Nous avons plus droit à Moise que vous.» Et le prophète encouragea les gens à jeûner ce jour et celui qui le précède.

6. L'obligation d'accroître notre amour pour le Prophète et de l'honorer

Allah demande au Prophète de rappeler à sa Communauté qu'il est primordial pour ceux qui prétendent aimer Allah d'aimer aussi le Prophète :«Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi (et aimez-moi et honorez-moi) et Allah vous aimera» (3:31).

La célébration du Mawlid est motivée par cette obligation d'aimer le Prophète , de lui obéir, de se rappeler de lui, de suivre son exemple, et d'être fiers de lui comme Allah l'est, car Il l'exalte aux nues dans le Coran avec ces mots: «En vérité tu es (O Mouhammad) d'un caractère sublime (68:4).».L'amour pour le Prophète est l'élément qui différentie les croyants dans la perfection de leur foi. Dans un hadith authentique transmis par Boukhari et Mouslim, le Prophète a dit: «Nul d'entre vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus qu'il n'aime ses enfants, ses parents, et tous les gens.» Et dans un autre hadith dans Boukhari il dit: «Aucun de vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus que sa propre personne», et Sayyidina `Oumar dit: «O Prophète, je t'aime plus que ma propre personne.» .La perfection de la foi est liée à l'amour pour le Prophète parce qu'Allah et Ses anges l'honorent continuellement, comme souligné dans le verset du Coran vu précédemment: «Allah et Ses anges envoient des bénédictions sur le Prophète».

L'ordre divin qui suit immédiatement ce verset est «O croyants, invoquez des bénédictions sur lui,» ce qui signifie que la condition sine qua non d'être un croyant dépend et doit se manifester par l'invocation de prières sur le Prophète . Seigneur! répand Ta Bénédiction, Ta paix et Ta miséricorde sur le Prophète , sa Famille, et ses Compagnons.

7. L'effet du Mawlid sur les non-croyants
Exprimer sa joie pour la naissance du Prophète et célébrer son anniversaire comporte des effets bénéfiques, par la miséricorde d'Allah, même sur les incroyants. Ceci est mentionné dans Boukhari qui rapporte en effet: «Chaque Lundi Abou Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thouwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète son neveu».
Si un kafir qui était condamné pour l'éternité à l'enfer avec «Tabbat yada Abi Lahab» (sourate 111) gagne un sursis tous les lundis parce qu'il s'était réjoui de la naissance d'Ahmad, que pensez-vous du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux avec Ahmad et qui, mourant, dit: La ilaha illallah Mouhammadoun Rassouloullah?

8. L'obligation de connaître la vie du Prophète et de l'imiter
Il nous est recommandé de connaître le Prophète, ses miracles, sa naissance, son caractère, sa foi, ses signes et miracles, ses retraites spirituelles, ses actes d'adoration, et tout ceci n'est-il pas obligatoire pour un Musulman? Par conséquent, qu'est-ce qui est meilleur que la célébration de sa naissance qui symbolise l'essence de sa vie?. Se souvenir de sa naissance nous emmène, en effet, à nous souvenir des autres aspects de sa vie, et cela attire la satisfaction d'Allah sur nous, car ce faisant, nous connaîtrons mieux le Prophète et nous serons mieux préparés à nous corriger, à l'imiter, et à le prendre comme modèle. Voilà pourquoi la célébration de sa naissance est bénéfique pour nous.

9. Le Prophète acceptait la poésie en son honneur
De son vivant, il est bien connu de tous que les poètes venaient au Prophète faire son panégyrique, décrivait ses campagnes et ses combats, et faisaient de même avec ses Compagnons. Abou Bakr, Ali, Fatima, et nombreux autres parents et proches du Prophète ont composé des poèmes en son honneur. Cela est vérifié dans les traditions ainsi que les Sira ou livres biographiques dont ceux d'Ibn Hicham, al-Waqidi, et autres. Le Prophète appréciait ces compositions et il est rapporté dans l'Adab al-moufrad de Boukhari qu'il a dit: «Il y a une sagesse dans la poésie.» L'oncle du Prophète al-'Abbas a composé un poème où il célèbre la naissance du Prophète en ces termes:

Lorsque tu es né, la terre brillait....et le firmament contenait à peine ta lumière!
Grâce à cette splendeur, et à cette lumière, et à cette voie bien guidée, nous pouvons espérer traverser le chemin.

Ibn Kathir mentionne aussi que d'après les Sahabas, le Prophète chanta ses propres éloges et récita de la poésie au sujet de sa propre personne en pleine bataille de Honayn dans le but d'encourager ses Compagnons et de faire peur à ses ennemis. Ce jour-là il dit: «Je suis le Prophète, en vérité! Je suis le fils de 'Abd al-Moutalib!»
Le Prophète par conséquent était content de ceux qui faisaient son éloge et les récompensait avec ce qu'Allah lui donnait comme provisions. Si nous nous réunissons dans le but d'accomplir un acte qui nous rapproche du Prophète , cela veut dire que nous nous rapprochons d'Allah et bénéficions de Sa miséricorde. Même Ibn Qayyim conclue que: Ecouter une belle voix célébrer l'anniversaire du Prophète ou célébrer n'importe quel autre jour important de notre histoire procure la paix et achemine au coeur de l'auditeur la lumière du Prophète, et il boira de la source de Mouhammad (al-'ayn al-Mouammadiyya).

10. L'unanimité (ijma') des oulama sur la permissibilité du Mawlid
Célébrer l'anniversaire du Prophète est un acte que tous les oulama du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu'Allah l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas`oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad: "Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allah, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allah"

Premières mentions du Mawlid public

La mention la plus vieille du mawlid comme commémoration publique se trouve dans les Rial d'Ibn Jubayr (540-614), p. 114-115: Ce lieu béni [la maison du Prophète] est ouvert au grand public qui y entre pour en obtenir la bénédiction (moutabarrikin bihi) chaque lundi du mois de Rabi' al-awwal, car c'est en ce jour et en ce mois qu'est né le Prophète.
Les historiens du 7e siècle Aboul 'Abbas al-'Azafi et son fils Aboul Qassim al-'Azafi ont écrit dans leur livre Kitab ad-dourr al-mounaam:

Les pieux pèlerins et les voyageurs témoignent qu'au jour du Mawlid à la Mecque, aucune activité n'est entreprise: il n'y a ni achat, ni vente. Seulement les fidèles qui s'affairent et s'empressent de visiter le noble lieu de naissance du Prophète . Ce jour-là, la Kacba est ouverte et visitée.

Le récit d'Ibn Battouta sur le Mawlid
Le célèbre historien du 8e siècle Ibn Batoua raconte dans sa Rila, Vol. 1, p. 309 and 347, qu'après la prière chaque vendredi, de même que le jour de la naissance du Prophète , la porte de la Kacba est ouverte par le chef des Banou Chayba, les gardiens de la Kaaba, et que le jour du Mawlid, le qadi ou juge suprême Chafici de la Mecque, Najmouddin Mouammad Ibn al-Imam Mouhyiddin at-Tabari, distribue de la nourriture aux chourafa' (descendants du Prophète ) ainsi qu'à tous les gens de la Mecque.

La Célébration du Mawlid aujourd'hui dans les pays musulmans
Aujourd'hui dans tous les pays musulmans, les fidèles célèbrent l'anniversaire du Prophète. Cela peut se voir en Egypte, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Palestine, en Iraq, au Koweit, en Afghanistan, aux Emirats, en Arabie Saoudite (non officiellement mais dans la majorité des familles), au Soudan, au Yémen, en Libye, en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Mauritanie, à Djibouti, en Somalie, en Turquie, au Pakistan, en Inde, au Sri Lanka, en Iran, en Azerbaidjan, en Ouzbekistan, au Turkestan, en Bosnie, en Indonésie, en Malaisie, au Brunei, à Singapour, et dans la plupart des pays musulmans. C'est une fête nationale dans la plupart des pays arabes.

Tous ces pays, O Nation de l'Islam, célèbrent ce grand évènement. Comment une minorité peut-elle venir aujourd'hui déclarer de haram la célébration du Mawlid? Et qui sont ces savants qui sont contre la célébration du Mawlid, en comparaison aux houffaz (savants de hadiths) et les savants de la communauté dont Abou Chama, `Asqalani, Souyouti, Sakhawi, Haythami, Chawkani, et al-Qari, qui déclarèrent tous le Mawlid d'action louable? Comment peuvent-ils déclarer quelque chose de haram quand le plus strict de leurs savants, Ibn Taymiyya, permit de célébrer sous certaines conditions, et qu'Ibn al-Jawzi et ibn Kathir encouragèrent chacun en rédigeant un livret intitulé Mawlid et composé de poèmes et de passages tirés de leur sira?



Bonjour La réponse, je te remercie pour tes réponses^^. C'est incroyable comme le monde musulman diverge sur des points qui ne valent pas tripettes. Ils sont là à ergoter sur des vétilles alors que les ennemis d'Allah ourdissent discrètement des complots à leur insu. Certains sont capables de dénigrer leurs frères musulmans pour de viles raisons au prix de scinder la communauté et de créer une dissension qui profite généralement aux ravisseurs. Comment voulez-vous que l'on persévère si nous n'arrivons même pas à nous entendre entre nous? Pour la polémique en question il serait mieux de dire qu'Allah sait mieux et aller de l'avant.
Revenir en haut Aller en bas
ysov

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 20:26

edaeda a écrit:
LA REPONSE a écrit:


Mes chers amis,
Un amoureux du prophète que le salut soit sur lui éprouve au plus profond de lui même nécessairement de brûlants sentiments qui enflamment son entité. Et ce dès qu'il hume auprès de lui la moindre senteur se rapportant a la mémoire de l'élu. La mémoire de l'élu ne se limite pas au jour ni au mois de sa naissance.Combien sont en effet ces souvenirs qui nous relient sentimentalement a l'élu. A vrai dire ceux qui disent que les compagnons du messager de Dieu ne célébrait pas sa mémoire après sa mort se font des illusions. Avaient-ils le choix de le faire ...Si l'un d'eux passait prés d'un arbre sous lequel le messager de Dieu que le salut soit sur lui avait dormi il s’arrêtait devant cet arbre tandis que la mémoire du bien-aimé resurgissait de ses entrailles lui faisait oublier sa vie ainsi que sa condition. S'il passait par un endroit ou s’était arrêté le messager de Dieu la mémoire de son bien aimé se ravivait comme un feu ardent. Il restait la a parler ,a clamer des vers de poésie, a exprimer ses sentiments fiévreux et a répandre ses larmes. Tout ce qui touche et nous relie a notre bien aimé est de nature a raviver sa mémoire. L'amoureux ne dispose absolument d'aucun choix pour exprimer ou réfréner ses sentiments.

Encore une fois posons la question..Comment un amoureux du messager de Dieu peut-il passer le mois de Rabie durant lequel est né l'élu, humer autour de lui le souvenir de sa naissance puis ne pas brûler de désir et de nostalgie pour l'élu. Un amoureux qui ne ressent pas de désir brûlant ..c'est invraisemblable. La commémoration par le coeur de souvenirs sacrés est une chose naturelle inhérente a la nature de l'homme. L’amour de l’Élu - paix et bénédiction sur lui - découle quant à lui de l’amour de Dieu - Exalté soit-Il. Il est en effet impossible pour une personne qui aime Dieu de ne pas aimer Son Messager. Il suffit là encore, pour s’en convaincre, de citer la parole du Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, rapportée par At-Tirmidhî et Al-Hâkim d’après `Abd Allâh Ibn `Abbâs, parole authentique si l’on s’en tient aux critères d’authenticité d’Al-Bukhârî et de Muslim : « Aimez Dieu pour les bienfaits qu’Il vous octroie, et aimez-moi pour l’amour dont Il m’aime. »

L’amour du Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui -, tout comme l’amour de Dieu - Exalté soit-Il -, constitue le combustible qui flamboie dans le cœur, poussant l’homme à observer la conduite du Prophète et à marcher sur ses pas. L’amour n’est pas seulement synonyme d’observance, comme se l’illusionnent certaines personnes. L’amour est en effet le combustible qui flamboie dans le cœur, poussant l’homme à observer la conduite du Prophète, à observer la loi de Dieu - Exalté soit-Il - et celle de Son Messager élu - paix et bénédiction sur lui. Si l’amour du Messager de Dieu ou l’amour de Dieu se limitaient à l’observance, comme le soutiennent certains contemporains, alors les hypocrites seraient les premiers à aimer Dieu et Son Messager.

L’amour est donc un état du cœur, un combustible flamboyant dans le cœur et poussant l’être humain à l’observance de celui ou ceux qu’il aime. L’amour pousse l’être humain au sacrifice, au mépris de son ego, et lui permet de dépasser les inclinations de l’âme et du sectarisme. L’amour, tel que défini par les savants, est ce sentiment sacré, singulier et étrange qui, une fois qu'il domine un cœur, est capable de rapprocher le distant, d’amollir l’acier, de rendre facile ce qui est difficile. Alors comment le détenteur de cet amour dans le coeur brûle pourrait-il laisser passer le moindre évènement sans se rappeler son bien-aimé. Pour les compagnons chaque jour, chaque instant, chaque lieu était une raison pour se rappeler le prophète de nos jours seule l'anniversaire de sa naissance nous reste alors fêtons la tous ensemble ...

Voici 10 preuves montrant que la célébration de la naissance du Prophète
est acceptée dans la Chari'a


1.ALLAH dit: Réjouissez-vous du Prophète
Se réjouir à cause de la venue du Prophète à l'humanité est une obligation ordonnée par Allah dans le Coran comme suit: «De la grâce d'Allah et de Sa miséricorde qu'ils se réjouissent donc!» (Younus 10:58). Cet ordre fut révélé parce que la joie rend le coeur reconnaissant de la miséricorde d'Allah. Et y a-t-il plus grande miséricorde de la part de Dieu que de nous envoyer le Prophète , auquel Il s'adresse en ces termes:
«Nous ne t'avons envoyé que par miséricorde pour les univers»
(Les prophètes 21:107).
.Du fait que le Prophète a été envoyé comme une miséricorde à toute l'humanité, il incombe non seulement aux Musulmans, mais à tous les êtres vivants de se réjouir de sa personne. Malheureusement, aujourd'hui, certains Musulmans sont les premiers à rejeter cet ordre divin.

[b]2.Allah dit: Invoquez les bénédictions sur le Prophète[/b]
L'anniversaire du Prophète nous encourage à invoquer les bénédictions d'Allah sur lui et à faire ses éloges, ce qui est une obligation qui nous incombe selon l'ordre d'Allah dans le verset: «Allah et ses anges envoient les bénédictions sur le Prophète. O croyants! invoquez sur lui les bénédictions et les meilleures salutations!»
(al-Ahzab 33:56).
.«Les meilleures salutations,» ce sont les salutations pleines de respect et d'amour, pleines de louanges et d'admiration pour le haut rang du Prophète et de son message. Se réunir dans le but de se rappeler le Prophète nous amène à invoquer les prières sur lui et à le louer comme Allah le demande. Quelqu'un oserait-il nier l'obligation qu'Allah nous impose à travers le saint Coran? La récompense qu'on obtient quand on exécute un ordre divin, et la lumière divine que cette récompense apporte au coeur sont inestimables! Notons que le verset mentionne le pluriel: «Allah et ses anges envoient...» en assemblée. Il est donc incorrect de dire qu'invoquer les prières sur le Prophète et faire ses éloges doit se faire individuellement.

3. Le Prophète a souligné le lundi comme jour de sa naissance

Abou Qatada al-Anari raconte dans ai Mouslim, Kitib as-iayam, que le Prophète avait été interrogé au sujet du jeûne du lundi et qu'il avait répondu: «C'est en ce jour que je suis né et c'est en ce jour que j'ai reçu la prophétie.».Plusieurs évènements extraordinaires se sont déroulés le jour de sa naissance comme cela est mentionné dans les hadiths et les livres de sira, et la nuit de sa naissance n'est semblable à celle d'aucun autre être humain. Ces évènements et les hadiths s'y référant, dont le tremblement de la court de Chosroès, l'extinction en Perse du feu vieux de 1000 ans, la lumière issue d'Amina l'honorable mère du saint Prophète , etc. sont relatés dans le livre al-Bidaya d'Ibn Kathir.

Nous citons pour vous un passage du Kitab al-Madkhal d'Ibn al-ajj (Vol. 1, p. 261):
«C'est un devoir pour nous chaque lundi de Rabi'al-Awwal d'augmenter nos actes d'adoration afin de remercier Allah de nous avoir accordé une immense faveur: celle de nous envoyer son bien-aimé Prophète pour nous diriger vers l'Islam et la paix... Le Prophète répondit à quelqu'un qui l'interrogeait au sujet du Lundi: «En ce jour-là je suis né.» Ce jour du lundi honore le mois de Rabic al-Awwal parce que c'est le jour du Prophète (s) ... . Et, Mouslim cite dans son hadith que le Prophète a dit: «Je suis né un lundi et le premier message m'est parvenu un lundi.»»
Le Prophète commémorait donc le jour de sa naissance et remerciait Allah pour la grande faveur de l'avoir fait naître en jeûnant le lundi comme cela est mentionné dans le hadith de Abou Qataa. Cela signifie que le Prophète exprimait sa joie pour ce jour par le jeûne, qui est une forme d'adoration. Depuis ce temps, toute sorte d'adoration pour marquer ce jour est acceptable. Même si nous changeons la forme (de l'acte pour exprimer sa joie), l'essence reste la même. Partant de là, jeûner, nourrir les pauvres, se rassembler pour louer le Prophète ou se remémorer ses vertus et son excellent caractère tout ceci est considéré comme une commémoration du jour de sa naissance.

4. Le Prophète commémorait l'anniversaire des autres prophètes
Le Prophète commémorait le jour et le lieu de naissance des Prophètes qui l'ont précédé. Parlant de la grandeur du vendredi, le Messager d'Allah a dit dans son hadith: «En ce jour, Allah créa Adam.» Ceci signifie que le jour du vendredi est commémoré parce qu'Allah créa Adam en ce jour. En d'autres termes, ce jour est important du fait qu'il vit la création d'Adam, prophète et père de tous les êtres humains. Qu'en est-il donc du jour où le plus grand des prophètes et le meilleur de l'humanité fut créé? Le Prophète a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu'Adam était entre eau et argile.».

Pourquoi Boukhari a nommé un chapitre «Mourir le lundi» L'Imam Qastallani dit:
Dans son livre intitulé Jana'iz (Funérailles), Boukhari a nommé un chapitre entier «Mourir le lundi.» Dans ce chapitre figure un hadith rapporté par Aïcha au sujet d'une question posée par son père Abou Bakr qui lui demanda: «Quel jour le Prophète est-il décédé?» Elle répondit: «Lundi.» Il demanda: «Quel jour sommes-nous aujourd'hui?» Elle répondit: «O père, nous sommes lundi aujourd'hui.» Il dit alors: «J'espère mourir avant la nuit.»

L'Imam Qastallani continue, «Pourquoi Abou Bakr demanda-t-il que sa mort soit un lundi? Afin qu'elle coincide avec le jour du décès du Prophète pour qu'il reçoive la baraka de ce jour. Quelqu'un a-t-il fait objection à la demande d'Abou Bakr de mourir le lundi dans l'intention de bénéficier de sa baraka? Pourquoi donc les gens refusent-ils aujourd'hui d'honorer le jour de la naissance du Prophète en vue de recevoir sa baraka?»

Le Prophète commémorait le lieu de naissance des autres prophètes
Un hadith chez Bazzar, Abu Yacla, et Tabarani, déclaré authentique par Ibn ajar Haythami et Ibn ajar 'Asqalani, relate qu'à la nuit de l'Isra' et du Mi'raj (l'ascension nocturne) l'ange Gabriel ordonna au Prophète de prier deux rak'at à Bayt Lam (Bethléem), puis lui dit: «Sais-tu où tu viens de prier? Lorsque le Prophète lui demanda: où? Il lui dit: A l'endroit où Issa (Jésus) est né.»

5. Le Prophète célébrait les grands évènements historiques
Le Prophète a toujours concilié les évènements religieux et les évènements historiques. Ainsi, pour chaque évènement significatif, il exhortait ses Compagnons de se le rappeler et de le commémorer, même s'il s'était déroulé dans un passé lointain. Ce principe est déduit entre autre du hadith suivant: Lorsque le Prophète arriva à Médine, il vit les juifs jeûner le jour de 'Achoura. Il se renseigna (sur leur raison) à ce sujet et il lui fut rapporté que c'était en ce jour qu'Allah avait sauvé son Prophète Sayyidina Moussa et noyé ses ennemis. Il dit alors ces mots bien connus: «Nous avons plus droit à Moise que vous.» Et le prophète encouragea les gens à jeûner ce jour et celui qui le précède.

6. L'obligation d'accroître notre amour pour le Prophète et de l'honorer

Allah demande au Prophète de rappeler à sa Communauté qu'il est primordial pour ceux qui prétendent aimer Allah d'aimer aussi le Prophète :«Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi (et aimez-moi et honorez-moi) et Allah vous aimera» (3:31).

La célébration du Mawlid est motivée par cette obligation d'aimer le Prophète , de lui obéir, de se rappeler de lui, de suivre son exemple, et d'être fiers de lui comme Allah l'est, car Il l'exalte aux nues dans le Coran avec ces mots: «En vérité tu es (O Mouhammad) d'un caractère sublime (68:4).».L'amour pour le Prophète est l'élément qui différentie les croyants dans la perfection de leur foi. Dans un hadith authentique transmis par Boukhari et Mouslim, le Prophète a dit: «Nul d'entre vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus qu'il n'aime ses enfants, ses parents, et tous les gens.» Et dans un autre hadith dans Boukhari il dit: «Aucun de vous n'est croyant jusqu'à ce qu'il m'aime plus que sa propre personne», et Sayyidina `Oumar dit: «O Prophète, je t'aime plus que ma propre personne.» .La perfection de la foi est liée à l'amour pour le Prophète parce qu'Allah et Ses anges l'honorent continuellement, comme souligné dans le verset du Coran vu précédemment: «Allah et Ses anges envoient des bénédictions sur le Prophète».

L'ordre divin qui suit immédiatement ce verset est «O croyants, invoquez des bénédictions sur lui,» ce qui signifie que la condition sine qua non d'être un croyant dépend et doit se manifester par l'invocation de prières sur le Prophète . Seigneur! répand Ta Bénédiction, Ta paix et Ta miséricorde sur le Prophète , sa Famille, et ses Compagnons.

7. L'effet du Mawlid sur les non-croyants
Exprimer sa joie pour la naissance du Prophète et célébrer son anniversaire comporte des effets bénéfiques, par la miséricorde d'Allah, même sur les incroyants. Ceci est mentionné dans Boukhari qui rapporte en effet: «Chaque Lundi Abou Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thouwayba lorsqu'elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète son neveu».
Si un kafir qui était condamné pour l'éternité à l'enfer avec «Tabbat yada Abi Lahab» (sourate 111) gagne un sursis tous les lundis parce qu'il s'était réjoui de la naissance d'Ahmad, que pensez-vous du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux avec Ahmad et qui, mourant, dit: La ilaha illallah Mouhammadoun Rassouloullah?

8. L'obligation de connaître la vie du Prophète et de l'imiter
Il nous est recommandé de connaître le Prophète, ses miracles, sa naissance, son caractère, sa foi, ses signes et miracles, ses retraites spirituelles, ses actes d'adoration, et tout ceci n'est-il pas obligatoire pour un Musulman? Par conséquent, qu'est-ce qui est meilleur que la célébration de sa naissance qui symbolise l'essence de sa vie?. Se souvenir de sa naissance nous emmène, en effet, à nous souvenir des autres aspects de sa vie, et cela attire la satisfaction d'Allah sur nous, car ce faisant, nous connaîtrons mieux le Prophète et nous serons mieux préparés à nous corriger, à l'imiter, et à le prendre comme modèle. Voilà pourquoi la célébration de sa naissance est bénéfique pour nous.

9. Le Prophète acceptait la poésie en son honneur
De son vivant, il est bien connu de tous que les poètes venaient au Prophète faire son panégyrique, décrivait ses campagnes et ses combats, et faisaient de même avec ses Compagnons. Abou Bakr, Ali, Fatima, et nombreux autres parents et proches du Prophète ont composé des poèmes en son honneur. Cela est vérifié dans les traditions ainsi que les Sira ou livres biographiques dont ceux d'Ibn Hicham, al-Waqidi, et autres. Le Prophète appréciait ces compositions et il est rapporté dans l'Adab al-moufrad de Boukhari qu'il a dit: «Il y a une sagesse dans la poésie.» L'oncle du Prophète al-'Abbas a composé un poème où il célèbre la naissance du Prophète en ces termes:

Lorsque tu es né, la terre brillait....et le firmament contenait à peine ta lumière!
Grâce à cette splendeur, et à cette lumière, et à cette voie bien guidée, nous pouvons espérer traverser le chemin.

Ibn Kathir mentionne aussi que d'après les Sahabas, le Prophète chanta ses propres éloges et récita de la poésie au sujet de sa propre personne en pleine bataille de Honayn dans le but d'encourager ses Compagnons et de faire peur à ses ennemis. Ce jour-là il dit: «Je suis le Prophète, en vérité! Je suis le fils de 'Abd al-Moutalib!»
Le Prophète par conséquent était content de ceux qui faisaient son éloge et les récompensait avec ce qu'Allah lui donnait comme provisions. Si nous nous réunissons dans le but d'accomplir un acte qui nous rapproche du Prophète , cela veut dire que nous nous rapprochons d'Allah et bénéficions de Sa miséricorde. Même Ibn Qayyim conclue que: Ecouter une belle voix célébrer l'anniversaire du Prophète ou célébrer n'importe quel autre jour important de notre histoire procure la paix et achemine au coeur de l'auditeur la lumière du Prophète, et il boira de la source de Mouhammad (al-'ayn al-Mouammadiyya).

10. L'unanimité (ijma') des oulama sur la permissibilité du Mawlid
Célébrer l'anniversaire du Prophète est un acte que tous les oulama du monde musulman ont accepté et continuent d'accepter. Cela signifie qu'Allah l'accepte, car selon le hadith de Ibn Mas`oud rapporté dans le Musnad de l'Imam Ahmad: "Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allah, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allah"

Premières mentions du Mawlid public

La mention la plus vieille du mawlid comme commémoration publique se trouve dans les Rial d'Ibn Jubayr (540-614), p. 114-115: Ce lieu béni [la maison du Prophète] est ouvert au grand public qui y entre pour en obtenir la bénédiction (moutabarrikin bihi) chaque lundi du mois de Rabi' al-awwal, car c'est en ce jour et en ce mois qu'est né le Prophète.
Les historiens du 7e siècle Aboul 'Abbas al-'Azafi et son fils Aboul Qassim al-'Azafi ont écrit dans leur livre Kitab ad-dourr al-mounaam:

Les pieux pèlerins et les voyageurs témoignent qu'au jour du Mawlid à la Mecque, aucune activité n'est entreprise: il n'y a ni achat, ni vente. Seulement les fidèles qui s'affairent et s'empressent de visiter le noble lieu de naissance du Prophète . Ce jour-là, la Kacba est ouverte et visitée.

Le récit d'Ibn Battouta sur le Mawlid
Le célèbre historien du 8e siècle Ibn Batoua raconte dans sa Rila, Vol. 1, p. 309 and 347, qu'après la prière chaque vendredi, de même que le jour de la naissance du Prophète , la porte de la Kacba est ouverte par le chef des Banou Chayba, les gardiens de la Kaaba, et que le jour du Mawlid, le qadi ou juge suprême Chafici de la Mecque, Najmouddin Mouammad Ibn al-Imam Mouhyiddin at-Tabari, distribue de la nourriture aux chourafa' (descendants du Prophète ) ainsi qu'à tous les gens de la Mecque.

La Célébration du Mawlid aujourd'hui dans les pays musulmans
Aujourd'hui dans tous les pays musulmans, les fidèles célèbrent l'anniversaire du Prophète. Cela peut se voir en Egypte, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Palestine, en Iraq, au Koweit, en Afghanistan, aux Emirats, en Arabie Saoudite (non officiellement mais dans la majorité des familles), au Soudan, au Yémen, en Libye, en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Mauritanie, à Djibouti, en Somalie, en Turquie, au Pakistan, en Inde, au Sri Lanka, en Iran, en Azerbaidjan, en Ouzbekistan, au Turkestan, en Bosnie, en Indonésie, en Malaisie, au Brunei, à Singapour, et dans la plupart des pays musulmans. C'est une fête nationale dans la plupart des pays arabes.

Tous ces pays, O Nation de l'Islam, célèbrent ce grand évènement. Comment une minorité peut-elle venir aujourd'hui déclarer de haram la célébration du Mawlid? Et qui sont ces savants qui sont contre la célébration du Mawlid, en comparaison aux houffaz (savants de hadiths) et les savants de la communauté dont Abou Chama, `Asqalani, Souyouti, Sakhawi, Haythami, Chawkani, et al-Qari, qui déclarèrent tous le Mawlid d'action louable? Comment peuvent-ils déclarer quelque chose de haram quand le plus strict de leurs savants, Ibn Taymiyya, permit de célébrer sous certaines conditions, et qu'Ibn al-Jawzi et ibn Kathir encouragèrent chacun en rédigeant un livret intitulé Mawlid et composé de poèmes et de passages tirés de leur sira?



Bonjour La réponse, je te remercie pour tes réponses^^. C'est incroyable comme le monde musulman diverge sur des points qui ne valent pas tripettes. Ils sont là à ergoter sur des vétilles alors que les ennemis d'Allah ourdissent discrètement des complots à leur insu. Certains sont capables de dénigrer leurs frères musulmans pour de viles raisons au prix de scinder la communauté et de créer une dissension qui profite généralement aux ravisseurs. Comment voulez-vous que l'on persévère si nous n'arrivons même pas à nous entendre entre nous? Pour la polémique en question il serait mieux de dire qu'Allah sait mieux et aller de l'avant.

Mais ça ne règle pas pour autant la divergence entre deux musulmans ici, Rachid qui prône le vrai islam, a des arguments non négligeables à ma lecture tout comme à la lecture de LA RÉPONSE... Mais il est vrai que je manque probablement de raison comme je me le suis fait très clairement dit dans un message antérieur
en ce topic...
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 23 Jan 2011, 22:58

l'islam c'est ALLAH dit, MOHAMAD dit.


les partisans de cette FETE n'ont de preuve que les PAROLES DE QUELQUE SAVANTS qui peuvent se tromper, et si seulement ces savants parlent de cette FETE, car beaucoup de savants ne parlent que du JEUNE DU LUNDI qui est PRESCRIT PAR LE PROPHETE.
Revenir en haut Aller en bas
féérique

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Mar 25 Jan 2011, 01:15

chrisredfeild a écrit:
l'islam c'est ALLAH dit, MOHAMAD dit.


les partisans de cette FETE n'ont de preuve que les PAROLES DE QUELQUE SAVANTS qui peuvent se tromper, et si seulement ces savants parlent de cette FETE, car beaucoup de savants ne parlent que du JEUNE DU LUNDI qui est PRESCRIT PAR LE PROPHETE.

salam aleykoum,

je suis tout à fait d'accord avec toi.. le lundi est un jour important en islam, le Prophète (saws) est né un lundi, il reçu la révélation un lundi et il est mort un lundi... il est aussi recommander de jeûner 3 jours par mois.. etc..

Maintenant le Prophète était quelqu'un de doux, Allah dans le Coran met aussi la douceur en avant comme tu le sais.. Alors je ne sais pas si "les gens" comme tu dis préfère une fête "inventé" au fait de jeûner le lundi.. Juste que dans leur niveau d'avancement on va dire, c'est sans doute quelque chose de plus facile pour eux ("ne rendez pas les choses difficile" !), et il n'y a absolument aucun mal à féter l'anniversaire de quelqu'un que l'on aime.. Il faut aussi regarder le monde avec les yeux de l'amour.. chercher le beau en toute chose.. Sinon on entretien le mal aussi.. La douceur doit faire parti de nos valeurs personnelles..

voici quelques hadiths par rapport au comportement des gens devant le Prophète (saws)

Sahîh al-Bukhârî :
« Chapitre : Ce que l’on rapporte au sujet de la cuirasse du Prophète, son bâton, son épée, sa pierre à feu, sa bague et tout ce que les califes ont utilisé après lui, parmi ses effets [personnels] et dont on ne sait s’ils ont fait l’objet d’un partage. Figurent aussi ses cheveux, ses sandales, son gobelet et tout ce que ses Compagnons et d’autres qu’eux utilisaient pour se bénir (tabarruk)152. »


Ibn Sirîn raconte : « Je dis un jour à ‘Ubayda : “Nous avons, chez nous, quelques cheveux du Prophète (saws) que nous avons obtenus auprès d’Anas.” [‘Ubayda] dit alors : “Posséder, ne serait-ce qu’un seul de ses cheveux me serait plus agréable que de posséder ce bas monde et tout ce qui s’y trouve153.” »

Anas raconte : « Lorsque [lors du pèlerinage] le Prophète (saws) se rasa la tête, Abû Talha fut le premier à en prélever quelques mèches154. »

Le Prophète (saws) avait l’habitude de se faire appliquer des ventouses. Un jour, après une séance, il confia à ‘Abd Allâh ibn Zubayr le soin de récupérer son sang, de s’éloigner avec et de le verser dans un endroit retiré, à l’abri des regards. Quand ‘Abd Allâh revint, le Prophète lui demanda : « “Qu’as-tu fait du sang ?” Il répondit : “Je l’ai mis dans l’endroit qui m’a semblé être le plus à l’abri des gens.” Le Prophète lui demanda : “L’aurais- tu avalé ?” Il répondit : “Oui !” […]155. »


Abû Juhayfa raconte : « Le Prophète (saws) se rendit, au début de l’après- midi, à la rivière. Il s’ablutionna et pria deux rak‘a pour la prière du zuhur puis deux pour celle du ‘asr, un pic fiché en terre devant lui […] ; ensuite, les gens se levèrent. [Tour à tour,] chacun prenait la main [du Prophète] et la passait sur son visage. [Abû Juhayfa ajoute] : “Je pris sa main et la passai sur mon visage. Je la sentis plus fraîche que de la neige et plus parfumée que du musc156. »


‘Urwa rapporte, d’après al-Miswarî et Marwân : « […] Jamais l’Envoyé (saws) ne crachait, sans que son expectoration n’atterrisse dans les mains de
l’un d’entre eux ; ils s’en frottaient ensuite le visage et la peau157. »

Anas ibn Mâlik rapporte : « L’Envoyé (saws) vint chez nous et fit sa sieste. [Durant son sommeil] il transpirait. Umm Sulaym [ma mère] s’approcha de lui et se mit à recueillir de sa transpiration dans un flacon. L’Envoyé (saws) se réveilla et lui dit : “Mais, que fais-tu ?” Elle répondit : “Ceci est ta transpiration ; je vais la mélanger à notre parfum, car [ta transpiration] est le plus beau des parfums.” » Dans la version suivante, elle dit : « “Ô Messager d’Allâh, nous espérons ainsi répandre la bénédiction [que cette eau porte en elle] sur nos enfants.” Il répondit : “Tu as bien fait158.” »


Al-Hakam raconte : “J’ai entendu Abû Juhayfa dire : “Le Prophète (saws) vint à nous au début de l’après-midi. On [Bilâl], lui porta un récipient d’eau avec laquelle il s’ablutionna. Les gens se mirent alors à recueillir cette eau et à s’en humecter le corps […]” Abû Mûsâ dit : “Le Prophète demanda un récipient d’eau. Il se lava les mains et le visage puis rejeta, dans le récipient, l’eau contenue dans sa bouche et leur dit : – Buvez de cette eau puis versez- en sur votre visage et votre gorge159.” »



Dans une autre version, il est précisé : « J’ai vu Bilâl prendre le récipient d’eau des ablutions du Prophète (saws) et les gens se presser autour de cette eau. Celui qui parvenait à en obtenir un peu s’en humectait le corps ; celui qui n’y parvenait pas saisissait la main de son compagnon et s’imprégnait de l’humidité restée dans ses mains160. »

Ibn Shihâb raconte : « Mahmûd ibn ar-Rabî – celui-là même que le Prophète bénit un jour, alors qu’il était enfant, en aspergeant son visage avec de l’eau qu’il avait recueilli dans sa bouche – m’a dit : “Lorsque le Prophète (saws) s’ablutionnait, [l’effervescence autour de lui] était telle que les gens manquaient de s’entretuer pour récupérer l’eau de ses ablutions161.” »

Al-Ja‘d raconte : « J’ai entendu as-Sâ’ib ibn Yazîd dire : “Ma tante m’emmena un jour auprès du Prophète. Elle lui dit : “Ô Messager d’Allâh, le fils de ma sœur, que voici, est malade.” Le Prophète (saws) passa sa main sur ma tête et me bénit (baraka). Il s’ablutionna et je bus de l’eau de ses ablutions. Je me levai et vins derrière lui. Alors, je vis entre ses omoplates, le Sceau de la Prophétie ; il était gros comme un œuf de colombe162. »

Ja‘fâr ibn Muhammad rapporte : « De l’eau de la toilette mortuaire du Prophète (saws), stagnait dans [l’orbite], le creux de ses paupières. ‘Alî [la recueillait et] la buvait163. »

« Sahl rapporte qu’une femme vint auprès du Prophète (saws) avec une étoffe (burda) aux bords tissés encore intacts. [Elle demanda à l’assemblée] : “Savez-vous ce qu’est une burda ?” Il répondirent : “C’est un vêtement ample” [Le Prophète] dit : “C’est exact.” Elle dit : “Je l’ai tissé de mes mains et je voudrai t’en revêtir.” Le Prophète qui en avait besoin, l’a pris ; il revint ensuite vers nous en l’ayant revêtu. Elle plut à un homme, qui lui dit : “Offre-la-moi ; qu’elle est belle !” Les gens lui dirent : “Tu as mal agi, le Prophète (saws) l’a portée, car il en avait besoin.” Plus tard [Sahl dit :] Ayant appris qu’il ne la lui avait pas rendue, je l’interrogeais [sur son comportement], il me dit : “Je jure par Allâh, je ne la lui ai pas demandée pour la porter, mais pour en faire mon linceul.” – Sahl ajoute – : “Et elle fut son linceul164.” »

« Le Prophète (saws) appelait affectueusement « ma mère » Fâtima bint Asad la mère de ‘Alî. Lors de son décès, il fit de sa chemise le linceul dont elle fut revêtue et s’allongea dans sa tombe avant de l’enterrer165. »



L’intercession du Prophète au Jour du jugement est une certitude pour tous les musulmans sunnites. Les radicaux musulmans contestent le fait que, de par la bénédiction attachée à la personne du Prophète, d’autres que lui puissent intercéder auprès d’Allâh et être exaucés.

« Anas rapporte que, quand la sécheresse sévissait, ‘Umar ibn al-Khattâb sollicitait l’intercession d’al-‘Abbâs ibn ‘Abd al-Muttalib pour faire tomber la pluie. [‘Umar invoquait Allâh en] disant : “Seigneur, autrefois nous faisions intercéder notre Prophète auprès de Toi, et Tu faisais tomber la pluie. [Aujourd’hui que Muhammad est auprès de Toi] nous faisons intercéder son oncle al-‘Abbâs, et Te demandons de faire tomber la pluie.” [Anas ajoute] “Et la pluie tombait166.” »

J'appelle cela de la vénération : et ce n'est pas de l'associationnisme !! les compagnons du Prophète (saws) le faisait.. Voilà aussi le vrai islam !

Dans le Coran Allâh a juré par de nombreuses créatures : le ciel, le soleil, la lune, le temps, les anges. Le seul descendant d’Adam par lequel Il a juré est Muhammad (saws) " Par ta vie, ces gens étaient en plein égarement dans leur ivresse " (Coran 15/72)


152 . Al-Bukhârî. Intitulé du chapitre du partage (khumus).
153 . Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions, hadith n°168.
154 . Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions, hadith n°169.
155 . Al-Hâkim. Chapitre de la connaissance des Compagnons. D’après ‘Âmir ibn ‘Abd Allâh ibn az-Zubayr, hadith n° 6343 – al-Bayhaqî, al-Bazzâr, at-Tabarânî.
156 . Al-Bukhârî. Chapitre des vertus (manâqib). D’après al-Hakam, hadith n°3360.
157 . Al-Bukhârî. Chapitre N° 75 des ablutions. Paragraphe : Les mucosités buccales et nasales sur les vêtements (al-buzâq wa-l-mukhât wa nahwihi fî ath-thawb).
158 . Sahîh Muslim. Chapitre des mérites (fadâ’il) Paragraphe de l’odeur et de la bénédiction de la transpiration du Prophète (tibb ‘araq an-Nabî wa at-tabarruk bihi). Hadiths n° 4300 et 4301.
159 . Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions. D’après Abû Juhayfa, hadith n° 185 – Muslim. Chapitre de la prière.
160 . Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions. D’après le père d’Abû Juhayfa, hadith n° 369.
161 . Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions, hadith n° 186.
162 . Al-Bukhârî. Chapitre des ablutions, hadith n° 187 – Muslim. Chapitre des mérites (fadâ’il).
163 . Ahmad. Chapitre des Banû Hâshim, masnad ‘Abd Allâh ibn ‘Abbâs, hadith n° 2407.
164 . Al-Bukhârî. Chapitre des funérailles (janâ’iz). Paragraphe de la préparation anticipée du linceul, hadith n° 1218.
165 . Ibn al-Athîr. Asad al-ghâba. 7/213, hadith n° 7176
166 . Al-Bukhârî. Chapitre de la pluie. Hadith n°964
.
Revenir en haut Aller en bas
safae

avatar


MessageSujet: Mais pourquoi   Ven 18 Fév 2011, 18:32

Célébrer l'anniversaire du Prophète n'est pas légitime??! je ne vois pas une preuve sensée à cela. Si le fait de se rappeler du jour de sa naissance que la paix soit sur lui fait revenir à nos mémoires sa grandeur, ses bienfaits, ses qualités, et comment il a marqué l'histoire de l'humanité, nous incite à suivre son exemple, je ne vois pas pourquoi ça serait un trot de célébrer sa naissance. Même si on ne peut pas être sur de la date, et aussi qui a dit que tout ce qui n'est pas cité dans l'islam comme légitime ne l'est pas ?? l'origine de toutes les choses c'est qu'elles sont permise en islam sauf ce qui a été formellement interdit dans le Coran où clairement et surement , par le prophète, et je ne crois pas que célébrer l'anniversaire soit mal, encore moins quand il s'agit de l'anniversaire d'un prophète quel qu'il soit.
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 19 Fév 2011, 21:16

c'est un mal parcequ'on a fait de cette celebration : UNE RELIGION

or dans la RELIGION, l'islam n'"a que 2 FETES, et on a délaissé" une religion qui est se souvenir de notre prophete, a savoir JEUNER LE LUNDI


on a échanger le BON par le MOINS BON
Revenir en haut Aller en bas
safae

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Sam 19 Fév 2011, 22:43

chrisredfeild a écrit:
c'est un mal parcequ'on a fait de cette celebration : UNE RELIGION

or dans la RELIGION, l'islam n'"a que 2 FETES, et on a délaissé" une religion qui est se souvenir de notre prophete, a savoir JEUNER LE LUNDI


on a échanger le BON par le MOINS BON

Je ne vois exactement ce que tu veux dire par ''religion''; si célébrer l'anniversaire du prophète veut dire pour toi religion; c'est ta façon de voir les choses qui n'est pas celle de la grande majorité des musulmans; car je suis sûre; que célébrer l'anniversaire du prophète constitue une manière pour s'attacher encore à leur religion qui est l'islam. et en outre tu ne peux savoir ce qui est dans les âmes et pensées des gens.
Ont quitté le bon pour le moins bon? est alors? ça ne veut pas dire la non légitimité de la chose pour autant cher frère.

Safae
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 20 Fév 2011, 02:09

la majorité des musulmans disent que la celebration de cette fete fait partie de l'islam, d'ailleur, elle est nommé FETE RELIGIEUSE, or elle n'a aucune source dans la RELIGION islamique, et la RELIGION c'est ALLAH DIT ET MOHAMAD dit, et si sa faisait partie de la RELIGION, alors ALLAH et son PROPHETE nous l'aurais ENSEIGNE ce qui n'est pas le CAS, et ce qu'ils nous ont enséigné c'est que si nous ajoutons des choses nouvelles dans la RELIGION , alors c'est une INNOVATION BALAMBLE

et la CELEBRATION DE LA FETE DU PROPHETE EST UNE INNOVATION
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Dim 20 Fév 2011, 02:11

on a suffisement montrer de preuve dans LA PREMIERE PAGE, et celui qui veut remiercier DIEU pour avoir envoyé MOHAMAD peut tres bien appliquer la SUNNA qui est le JEUNE DU LUNDI, or LES MUSULMANS ont délaissé cette SUNNA enséigné par le PROPHETE, et ils ont préféré une FETE inventé au 10 siecle ou bien apres , par des HOMMES

entre la SUNNA et ce que les HOMMES INVENTENT, je prefere 10000000 fois la SUNNA
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   Ven 27 Jan 2012, 16:13

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Légitimité de "al mawlid annabawi" (l'anniversaire du Prophète) ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» bientot l'aid
» La manière de fêter l'anniversaire du Prophète comme l'a enseigné la Sounna, et ceci toutes les semaines
» Bientôt, le 9ème anniversaire des "attentats " du 11 septembre...
» Anniversaire Jean Michel
» Bon anniversaire Jojo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE MUSULMANE-
Sauter vers: