Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 élections au PAKISTAN

Aller en bas 
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 25 Juil 2018, 09:02

25 juillet 2018

Une nouvelle génération au Pakistan, l’un des pays les plus jeunes du monde, passe aux urnes pour la première fois aujourd’hui, à l’occasion des élections législatives.
Entre désenchantement et espoir, leur vote déterminera l’avenir de leur pays.

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 25 Juil 2018, 09:11

SUITE


"Les jeunes sont aussi présents dans les rangs des candidats. Les partis religieux en comptent le plus grand nombre. Jusqu’à la moitié, selon le candidat Mian Faisal, qui n’a que 29 ans. Lui défend les couleurs du parti radical Tehreek Labeik Pakistan, qui milite pour des lois anti-blasphèmes très controversées. « Les jeunes sont demandeurs de religion, et notre parti est représenté partout au Pakistan », se félicite-t-il. La campagne a en effet donné davantage de visibilité aux partis extrémistes sur l’échiquier politique.
Au cœur de Lahore, Gibran Butt est le plus jeune candidat des élections. Grand gaillard de 26 ans, il a arpenté sa circonscription pour sa formation religieuse du Jamat-e-islami. Lui veut se battre contre la corruption. Et dans la marée des mines sérieuses de politiciens placardées dans la ville, les posters de Gibran Butt, avec un immense sourire, détonnent. « Les jeunes me demandent si je sourirai toujours après les résultats, plaisante-t-il. Mais je garderai mon sourire car, ce qui compte, c’est de s’engager à servir notre pays. » Si elle est désenchantée à l’égard de la classe politique, la nouvelle génération du Pakistan veut désormais avoir son mot à dire."


Vanessa Dougnac, du journal "La Croix"
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosarum

rosarum


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 25 Juil 2018, 09:35

mario-franc_lazur a écrit:

"Les jeunes sont aussi présents dans les rangs des candidats. Les partis religieux en comptent le plus grand nombre. Jusqu’à la moitié, selon le candidat Mian Faisal, qui n’a que 29 ans. Lui défend les couleurs du parti radical Tehreek Labeik Pakistan, qui milite pour des lois anti-blasphèmes très controversées. « Les jeunes sont demandeurs de religion, et notre parti est représenté partout au Pakistan », se félicite-t-il. La campagne a en effet donné davantage de visibilité aux partis extrémistes sur l’échiquier politique.

montée de l'extrémisme musulman au Pakistan, montée de l'extrémisme hindou en Inde, cela n'augure rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
gerard2007




élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 25 Juil 2018, 11:24

rosarum a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:

"Les jeunes sont aussi présents dans les rangs des candidats. Les partis religieux en comptent le plus grand nombre. Jusqu’à la moitié, selon le candidat Mian Faisal, qui n’a que 29 ans. Lui défend les couleurs du parti radical Tehreek Labeik Pakistan, qui milite pour des lois anti-blasphèmes très controversées. « Les jeunes sont demandeurs de religion, et notre parti est représenté partout au Pakistan », se félicite-t-il. La campagne a en effet donné davantage de visibilité aux partis extrémistes sur l’échiquier politique.

montée de l'extrémisme musulman au Pakistan, montée de l'extrémisme hindou en Inde, cela  n'augure rien de bon.
c'est bien ce que je disais , a chaque élection , l'islam se renforce .

et comme ca iras encore plus mal avec des islamistes au pouvoir , et qu'il n'est pas envisageable que les lois d'Allah ne soient pas la solution , ce sera forcement la faute des autres .

et vraiment ca n'augure rien de bon
Revenir en haut Aller en bas
Michael 1

Michael 1


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMar 31 Juil 2018, 17:21

Pakistan : Imran Khan promet un renforcement des relations avec l’Iran

Imran Khan, vainqueur des élections législatives au Pakistan, envisage un renforcement des relations avec l’Iran.

Imran Khan, 65 ans, ex-champion de cricket, a revendiqué, le jeudi 26 juillet, la victoire de son parti aux élections législatives lors d’une intervention télévisée en direct depuis son quartier général de Bani Gala, situé à quelques kilomètres d’Islamabad.

Avec 119 sièges sur un total de 270 ouverts au vote au Parlement, le résultat du dépouillement des bulletins montre que le Mouvement du Pakistan pour la justice (PTI), le parti d’Imran Khan, aurait remporté les législatives pakistanaises, tandis que son principal rival, PML-N, était loin derrière avec 65 sièges.

Lors de son premier discours après l’annonce non officielle des résultats, Imran Khan a appelé à la solidarité le peuple pakistanais ainsi que toutes les factions politiques du pays.

Imran Khan a souligné la nécessité de la paix et de la stabilité au Pakistan, ce qui selon lui implique des relations étroites avec les pays voisins, dont la République islamique d’Iran, avec laquelle il envisage de renforcer les relations.

Quant à la situation au Moyen-Orient, Imran Khan a adopté une position de neutralité en expliquant que le Pakistan tient aux bonnes relations entre les États et à la fin de tous les conflits.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMar 31 Juil 2018, 18:19

Michael 1 a écrit:


Lors de son premier discours après l’annonce non officielle des résultats, Imran Khan a appelé à la solidarité le peuple pakistanais ainsi que toutes les factions politiques du pays.

Imran Khan a souligné la nécessité de la paix et de la stabilité au Pakistan, ce qui selon lui implique des relations étroites avec les pays voisins, dont la République islamique d’Iran, avec laquelle il envisage de renforcer les relations.

Quant à la situation au Moyen-Orient, Imran Khan a adopté une position de neutralité en expliquant que le Pakistan tient aux bonnes relations entre les États et à la fin de tous les conflits.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Tout cela semble bon !....
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Michael 1

Michael 1


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 01 Aoû 2018, 09:59

Pakistan: revers politique de l’axe Riyad-EAU-USA

Les résultats partiels des élections législatives au Pakistan et la victoire du parti d’Imran Khan, l’ex-champion de cricket et chantre du « Nouveau Pakistan », tourmentent les États-Unis, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

L’éditorialiste du journal en langue arabe Rai Al-Youm, se référant dans un article, à l’ascension du réformiste Imran Khan aux législatives du Pakistan, a fait part des préoccupations des autorités saoudiennes en raison de la défaite de leur allié, Nawaz Sharif aux élections. Une inquiétude logique puisque le vainqueur de ces législatives est contre l’intervention du Pakistan dans la guerre yéménite et envisage un renforcement des relations avec l’Iran.

Le journal évoque également l’ancien Premier ministre de Malaisie, Najib Razak, un autre allié de Riyad dans la guerre yéménite, inculpé de corruption et emprisonné, et indique : « Tout comme l’arrivée au pouvoir de Mahathir Mohamad qui était un revers politique pour l’Arabie saoudite en Malaisie, car la victoire de cet homme, fermement opposé à l’agression saoudienne contre le Yémen, s’opposait farouchement au désir et à la volonté de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, on s’attend à ce que le nouveau premier ministre pakistanais agisse de la même manière et retire son pays de la coalition d’agression saoudienne et du bourbier yéménite. »

Imran Khan qui rejette les politiques saoudienne et américaine a une position perspicace concernant la question palestinienne.

S’attardant sur les farouches critiques de Imran Khan à l’égard des politiques « humiliantes » de Donald Trump contre son pays, le journal évoque la réponse catégorique de ce dernier au président américain, Donald Trump qui menace de supprimer l’aide des États-Unis au Pakistan et qui reproche à Islamabad de ne pas combattre suffisamment le terrorisme.

« Tu n’es qu’un idiot qui pousse le Pakistan vers l’extrémisme», avait réagi l’ex-star de cricket.

« Les États-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces quinze dernières années, et ils [le pays] ne nous ont rien donné en retour, si ce n’est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots », avait écrit l’ex-homme d’affaires, Trump, dans son premier tweet de 2018.

Imran Khan devrait prêter serment comme nouveau Premier ministre le 14 août, jour de la fête de l’indépendance du Pakistan.

Le réformiste est pour plus de coopérations avec le président afghan, Ashraf Ghani, en faveur du rétablissement de la paix chez son voisin troublé, et a appelé à des liens plus étroits avec l’Iran, ainsi que du retrait de son pays du camp américain.

L’Arabie saoudite et les EAU ont bien raison, tout comme Trump, de rester préoccupés, car le nouveau Premier ministre pakistanais ne se veut pas inféodé, comme l’étaient ses prédécesseurs.

Diplômé d’Oxford, Imran Khan s’est lancé dans la politique en 1996. Aujourd’hui, nouveau Premier ministre du Pakistan, il souhaite redresser son pays et en faire l’un des acteurs clés de la région. Une tâche manquée par ses anciens homologues corrompus, et qui s’annonce difficile pour le légendaire joueur de cricket, conclut le journal.

Source: PressTV

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 01 Aoû 2018, 14:05

Michael 1 a écrit:
Pakistan: revers politique de l’axe Riyad-EAU-USA

Les résultats partiels des élections législatives au Pakistan et la victoire du parti d’Imran Khan, l’ex-champion de cricket et chantre du « Nouveau Pakistan », tourmentent les États-Unis, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

L’éditorialiste du journal en langue arabe Rai Al-Youm, se référant dans un article, à l’ascension du réformiste Imran Khan aux législatives du Pakistan, a fait part des préoccupations des autorités saoudiennes en raison de la défaite de leur allié, Nawaz Sharif aux élections. Une inquiétude logique puisque le vainqueur de ces législatives est contre l’intervention du Pakistan dans la guerre yéménite et envisage un renforcement des relations avec l’Iran.

Le journal évoque également l’ancien Premier ministre de Malaisie, Najib Razak, un autre allié de Riyad dans la guerre yéménite, inculpé de corruption et emprisonné, et indique : « Tout comme l’arrivée au pouvoir de Mahathir Mohamad qui était un revers politique pour l’Arabie saoudite en Malaisie, car la victoire de cet homme, fermement opposé à l’agression saoudienne contre le Yémen, s’opposait farouchement au désir et à la volonté de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, on s’attend à ce que le nouveau premier ministre pakistanais agisse de la même manière et retire son pays de la coalition d’agression saoudienne et du bourbier yéménite. »

Imran Khan qui rejette les politiques saoudienne et américaine a une position perspicace concernant la question palestinienne.

S’attardant sur les farouches critiques de Imran Khan à l’égard des politiques « humiliantes » de Donald Trump contre son pays, le journal évoque la réponse catégorique de ce dernier au président américain, Donald Trump qui menace de supprimer l’aide des États-Unis au Pakistan et qui reproche à Islamabad de ne pas combattre suffisamment le terrorisme.

« Tu n’es qu’un idiot qui pousse le Pakistan vers l’extrémisme», avait réagi l’ex-star de cricket.

« Les États-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces quinze dernières années, et ils [le pays] ne nous ont rien donné en retour, si ce n’est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots », avait écrit l’ex-homme d’affaires, Trump, dans son premier tweet de 2018.

Imran Khan devrait prêter serment comme nouveau Premier ministre le 14 août, jour de la fête de l’indépendance du Pakistan.

Le réformiste est pour plus de coopérations avec le président afghan, Ashraf Ghani, en faveur du rétablissement de la paix chez son voisin troublé, et a appelé à des liens plus étroits avec l’Iran, ainsi que du retrait de son pays du camp américain.

L’Arabie saoudite et les EAU ont bien raison, tout comme Trump, de rester préoccupés, car le nouveau Premier ministre pakistanais ne se veut pas inféodé, comme l’étaient ses prédécesseurs.

Diplômé d’Oxford, Imran Khan s’est lancé dans la politique en 1996. Aujourd’hui, nouveau Premier ministre du Pakistan, il souhaite redresser son pays et en faire l’un des acteurs clés de la région. Une tâche manquée par ses anciens homologues corrompus, et qui s’annonce difficile pour le légendaire joueur de cricket, conclut le journal.

Source: PressTV

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Très intéressant ! Un au moins qui "ne baisse pas sa culotte" devant le fou Trump !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosarum

rosarum


élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN EmptyMer 01 Aoû 2018, 15:02

Editorial du « Monde ».

Elections au Pakistan : l’ombre des militaires


La victoire de l’ex-star du cricket, Imran Khan, et de son parti, le Mouvement du Pakistan pour la justice (PTI), aux élections générales pakistanaises du 25 juillet a des allures de nouvelle ère, au regard de l’histoire de ce pays situé au cœur d’enjeux politiques régionaux sensibles. C’est la première fois que cette personnalité, qui s’était contentée d’un rôle de contestataire populiste sans programme, accède au pouvoir. Sa formation, le PTI, renouvelle, de plus, un champ politique trusté jusque-là, alternativement, par le Parti populaire pakistanais (PPP) et la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PML-N).

L’émergence d’Imran Khan, personnage flamboyant, illustre le souhait de la population pakistanaise d’assainir les mœurs d’un pouvoir civil disqualifié par des affaires de corruption, qui ont coûté leur poste aux dirigeants qui l’ont précédé. Sa victoire a été favorablement accueillie par les Etats-Unis, qui ont sanctionné financièrement, en janvier, ce pays pour son double discours à l’égard des groupes islamistes insurgés de la région, condamnant d’un côté leur violence et les instrumentalisant de l’autre pour déstabiliser son voisin afghan.

Enfin, le PTI, ayant gagné de nombreux sièges dans des bastions du PML-N, jugés imprenables, au Pendjab, et ayant consolidé ses bases dans les zones pachtounes de l’est et du sud, porte l’espoir d’un renouveau de la démocratie pakistanaise. Pour autant, cette victoire invite, également, à la prudence sur la réalité d’un tournant politique.

Les putschs ont scandé l’histoire du pays

Cette élection n’a, en effet, pas fait table rase d’une problématique qui structure le Pakistan depuis dix ans : un rapport de force entre les pouvoirs civil et militaire. Les putschs ont scandé l’histoire du pays et le rythme démocratique n’a été rétabli qu’en 2008. Aujourd’hui emprisonné pour la gestion financière d’avoirs familiaux, Nawaz Sharif, ex-chef du PML-N, démis de ses fonctions de premier ministre en 2017, incarnait cette résistance des civils face aux prétoriens. Lors de ses deux précédents mandats de premier ministre (1990-1993 et 1997-1999), les tensions avaient culminé avec le coup d’Etat du général Pervez Musharraf.

Si les militaires pakistanais, qui constituent également un pouvoir économique, semblent avoir, depuis 2008, renoncé au recours à la force, de forts soupçons pèsent, aujourd’hui, sur leur volonté d’agir par procuration, utilisant des relais politiques acquis à leur cause ou soucieux de ne pas s’opposer à leurs intérêts. C’est le doute qui plane depuis plusieurs années sur Imran Khan. Au cours de sa campagne, le futur nouveau premier ministre s’est aligné sur une bonne partie des positions historiques de l’armée. Résolument nationaliste en matière de politique étrangère et régionale, il a pu laisser croire que le gouvernement civil qu’il pourrait diriger ne définirait pas les grandes orientations du pays, mais pourrait porter celles de l’armée.

Les militaires le connaissent depuis longtemps. En 1987, pour satisfaire l’attente de l’opinion publique, le président putschiste Muhammad Zia Ul-Haq lui avait demandé de se remettre au cricket. Il a côtoyé le général Musharraf avant de s’en éloigner et il a été proche d’Hamid Gul, l’ex-chef des services secrets militaires pakistanais dans les années 1980. Il lui faut donc maintenant convaincre qu’il n’est le pantin de personne et que cette élection n’a pas placé la démocratie pakistanaise sous tutelle pour que s’ouvre véritablement une nouvelle ère politique.

source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




élections au PAKISTAN Empty
MessageSujet: Re: élections au PAKISTAN   élections au PAKISTAN Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
élections au PAKISTAN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les fléaux de l'été 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: