Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Une histoire de religion ou de comportement ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Une histoire de religion ou de comportement ?    Sam 01 Sep 2018, 18:34

Rappel du premier message :

J'ouvre ce sujet après avoir lu et médité sur ces versets :

Voici donc ce que je dis: marchez par l'Esprit et vous n'accomplirez pas les désirs de votre nature propre. En effet, la nature humaine a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit a des désirs contraires à ceux de la nature humaine. Ils sont opposés entre eux, de sorte que vous ne pouvez pas faire ce que vous voudriez. Cependant, si vous êtes conduits par l'Esprit, vous n'êtes pas sous la loi. Les œuvres de la nature humaine sont évidentes: ce sont [l'adultère,] l'immoralité sexuelle, l'impureté, la débauche, l'idolâtrie, la magie, les haines, les querelles, les jalousies, les colères, les rivalités, les divisions, les sectes, l'envie, [les meurtres,] l'ivrognerie, les excès de table et les choses semblables. Je vous préviens, comme je l'ai déjà fait: ceux qui ont un tel comportement n'hériteront pas du royaume de Dieu. Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi. Contre de telles attitudes, il n’y a pas de loi. Ceux qui appartiennent à [Jésus-]Christ ont crucifié leur nature propre avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l'Esprit, laissons-nous aussi conduire par l'Esprit.
Galates 5:16‭-‬25 S21

La Bible est très claire, ceux qui ont des comportements comme ceux cités en première partie n'hériteront pas du royaume de Dieu, et cela est même répété à plusieurs reprises dans la Bible, comme par exemple :

Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni ceux qui vivent dans l’immoralité sexuelle, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les travestis, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les hommes toujours désireux de posséder plus, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les exploiteurs n'hériteront du royaume de Dieu.
1 Corinthiens 6:9‭-‬10 S21

Et puis pour illuster ces propos, j'ai aussi ce verset qui me vient en tête :

Faites attention: que personne ne vous prenne au piège par la philosophie, par des tromperies sans fondement qui s'appuient sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires qui régissent le monde , et non sur Christ. En effet, c’est en lui qu’habite corporellement toute la plénitude de la divinité.
Colossiens 2:8‭-‬9 S21
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Phoutoufoot




MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 20:48

Hubert-Aimé a écrit:
Phoutoufoot a écrit:


Merci
Non avec les gens comme Hubert, les textes saints sont juste là pour la deco,
Il dénature les messages à l’instar de bcp de musulmans qui font dire l’inverse à des textes pourtant très clair
Cette béatitude trompeuse, hypocrite est juste le fruit de ses passions et pensées.
Toi, quand tu seras chrétien, on en reparlera. Mais pour l'instant ta vanité et ton ignorance m’écœure.

Je suis sans doute plus chretien que toi, je ne travesti pas les textes contrairement à toi et je ne me complait pas dans une beatitude plus que hypocrite.
C’est plutot toi qui est ecoeurant et à gerber avec tous tes menson.ges
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 20:54

Thedjezeyri14 a écrit:


Pas du tout .. l'athée  ne croit pas qu'il n'a pas besoin de Dieu il croit plutôt que Dieu n'existe pas ...
je te reprends...
la video que je poste, explique bien la nuance.
ce n'est pas: croire que dieu n'existe pas.
c'est: ne pas croire que dieu existe.

Et tout comme lui dans une autre video, s'il faut détailler, je pense que oui pour ce qui est du dieu des monothéismes, je pourrais dire je crois qu'il n' existe pas. Pour ce qui est d'une divinité, c'est plutot je ne crois pas que cela existe.
OlivierV a écrit:
La petite voix a écrit:

Donc si je comprend bien, donner la vie c'est être orgueilleux.

Toi tu as des enfants, tu les as voulu non? Tu les as fais par amour non? Tu les as porté, les a nourrit, les a aimé par orgueil? Je ne crois pas.
S'ils te rejettent et nient tous ce que tu as fais pour eux, serais-tu contente? Qui est vraiment ingrat dans l'histoire?


Je ne vois pas en quoi donner la vie serait ou non orgueilleux. Mais par contre, si tu es fâchée de ce que tes enfants ne reconnaissent pas à leur juste valeur ce que tu as fait pour eux, c'est que quelque part, tu ne l'a pas fait dans un gratuité totale.

Bon , c'est sûr que la gratuité totale, cela ne doit pas courir les rues. Mais il s'agit simplement d'être lucide sur nos motivations....
Donc je reprends...

ce n'est pas dieu dans le truc qui serait orgueilleux. Mais les hommes.

Les hommes sont orgueilleux de se croire spéciaux, de croire qu'un dieu a créer le monde pour lui, de croire que leur âme puisse être éternelle et j'en passe.
Et c'est par orgueil qu'ils croient donc en un dieu qui les auraient crée, avec une âme éternelle...

ainsi après "ce péché d'orgueil", il se sent reconnaissant pour ce dieu de l'avoir crée, lui être si exceptionnel... cette gratitude n'est donc le reflet que de l'orgueil qui a conduit à ces croyances.

donc non cela a été compris à l'envers, et non je n'ai pas dit que le fait de donner la vie serait orgueilleux.... s'autoproclamer créature crée à l'image d'un dieu, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Hubert-Aimé




MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:00

Phoutoufoot a écrit:
Hubert-Aimé a écrit:

Toi, quand tu seras chrétien, on en reparlera. Mais pour l'instant ta vanité et ton ignorance m’écœure.

Je suis sans doute plus chretien que toi, je ne travesti pas les textes contrairement à toi et je ne me complait pas dans une beatitude plus que hypocrite.
C’est plutot toi qui est ecoeurant et à gerber avec tous tes [......].s
 car venant d'un tiède qui ne veut pas s'engager, ce ne peut être qu'un compliment.
Revenir en haut Aller en bas
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:04

Hubert-Aimé a écrit:
Phoutoufoot a écrit:


Je suis sans doute plus chretien que toi, je ne travesti pas les textes contrairement à toi et je ne me complait pas dans une beatitude plus que hypocrite.
C’est plutot toi qui est ecoeurant et à gerber avec tous tes [......].s
 car venant d'un tiède qui ne veut pas s'engager, ce ne peut être qu'un compliment.

Je préfère être un tiède qui lis les textes tels qu’ils sont qu’un soit disant vrai qui men.s pour faire plaisir à la galerie et qui ensuite va faire la leçon aux musulmans alors que ta taqquiya chrétienne est aussi grosse que ton égo.
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:05

Phoutoufoot a écrit:


La Bible est très claire, ceux qui ont des comportements comme ceux cités en première partie n'hériteront pas du royaume de Dieu, et cela est même répété à plusieurs reprises dans la Bible, comme par exemple :

Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni ceux qui vivent dans l’immoralité sexuelle, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les travestis, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les hommes toujours désireux de posséder plus, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les exploiteurs n'hériteront du royaume de Dieu.
1 Corinthiens 6:9‭-‬10 S21


Tu as cité Paul. Paul n'est pas Jésus, Paul n'est pas Dieu, c'est pourquoi je t'avais donné les béatitudes en réponse, et c'est pourquoi aussi je ne lis pas Paul, pas pour m'édifier en tout cas.

Paul s'est gouré dans ce verset, il n'a pas pris en compte l'amour de Jésus et sa justice.

Ceci dit, si quelqu'un est un voleur calomniateur et ivrogne qui ne pense qu'à s'en mettre plein les poches il aura de mauvaises cartes pour le Royaume de Dieu.

_________________
Mener des croisades contre  la religion de l'autre conduit à la guerre, au terrorisme et au génocide.

Revenir en haut Aller en bas
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:08

cailloubleu* a écrit:
Phoutoufoot a écrit:


La Bible est très claire, ceux qui ont des comportements comme ceux cités en première partie n'hériteront pas du royaume de Dieu, et cela est même répété à plusieurs reprises dans la Bible, comme par exemple :

Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront pas du royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni ceux qui vivent dans l’immoralité sexuelle, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les travestis, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les hommes toujours désireux de posséder plus, ni les ivrognes, ni les calomniateurs, ni les exploiteurs n'hériteront du royaume de Dieu.
1 Corinthiens 6:9‭-‬10 S21


Tu as cité Paul. Paul n'est pas Jésus, Paul n'est pas Dieu, c'est pourquoi je t'avais donné les béatitudes en réponse, et c'est pourquoi aussi je ne lis pas Paul, pas pour m'édifier en tout cas.

Paul s'est gouré dans ce verset, il n'a pas pris en compte l'amour de Jésus et sa justice.

Ceci dit, si quelqu'un est un voleur calomniateur et ivrogne qui ne pense qu'à s'en mettre plein les poches il aura de mauvaises cartes pour le Royaume de Dieu.

La Bible est parole de Dieu, inspiré par Dieu. Hubert-mytho va aussi dire le contraire ?
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:13

Phoutoufoot a écrit:
cailloubleu* a écrit:

Tu as cité Paul. Paul n'est pas Jésus, Paul n'est pas Dieu, c'est pourquoi je t'avais donné les béatitudes en réponse, et c'est pourquoi aussi je ne lis pas Paul, pas pour m'édifier en tout cas.

Paul s'est gouré dans ce verset, il n'a pas pris en compte l'amour de Jésus et sa justice.

Ceci dit, si quelqu'un est un voleur calomniateur et ivrogne qui ne pense qu'à s'en mettre plein les poches il aura de mauvaises cartes pour le Royaume de Dieu.

La Bible est parole de Dieu, inspiré par Dieu. Hubert-mytho va aussi dire le contraire ?


Ne te transforme pas en fanatique du mot. Il y a la lettre et il y a l'esprit.




_________________
Mener des croisades contre  la religion de l'autre conduit à la guerre, au terrorisme et au génocide.

Revenir en haut Aller en bas
Hubert-Aimé




MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:17

Phoutoufoot a écrit:
Hubert-Aimé a écrit:

 car venant d'un tiède qui ne veut pas s'engager, ce ne peut être qu'un compliment.

Je préfère être un tiède qui lis les textes tels qu’ils sont qu’un soit disant vrai qui men.s pour faire plaisir à la galerie et qui ensuite va faire la leçon aux musulmans alors que ta taqquiya chrétienne est aussi grosse que ton égo.
Mais non, tu ne lis pas les textes comme ils sont, puisque tu n'es même pas baptisé, tu ne participes pas au repas du Seigneur... mais étrangement tu préfères condamner les homosexuels en t'estimant "plus vrai chrétien"... c'est à mourir de rire.

La preuve que non, que je ne fais pas plaisir à la galerie des pharisiens.


Dernière édition par Hubert-Aimé le Dim 02 Sep 2018, 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Citation :
Sophie de Villeneuve : L'Eglise dit-elle que l'homosexualité est une perversion, comme on l'a beaucoup entendu ? Et d'abord, dans quels termes la Bible évoque-t-elle l'homosexualité ?

A. G. : Je pense qu'il y a deux textes qu'il est important d'avoir en mémoire, celui du Lévitique qui dit que quand deux hommes sont ensemble dans une même couche, c'est abominable, et qui pose donc un interdit, et celui de Paul dans le prologue de l'épître aux Romains, qui parle de l'idolâtrie en la comparant à l'homosexualité.

C'est peu, pour l'ensemble de la Bible.
A. G. : Il y a d'autres textes, mais l'homosexualité est une question secondaire pour la morale, qui ne représente elle-même qu'un des nombreux aspects de la Bible. Mais pour les hommes et les femmes qui la vivent, c'est important.

Dans les Evangiles, Jésus n'en parle jamais ?
A. G. : Dans les Evangiles, Jésus ne parle jamais de beaucoup de choses. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'est pas attentif aux personnes homosexuelles de son temps, et il en a certainement rencontré. Que les Evangiles le passent sous silence est difficile à interpréter, parce qu'en soulignant un silence, on risque d'y glisser son propre regard, ses propres questions, sa contestation ou son accord sur la question, implicite ou explicite. Interpréter un silence, c'est une habileté rhétorique.

Si l'on quitte la Bible pour prendre le catéchisme, on trouve des paroles dures : « déviation objectivement grave », « dépravation grave », « actes intrinsèquement désordonnés ». Que peut-on en penser ?
A. G. : Il n'est pas facile d'être chrétien, il n'est pas facile d'être homosexuel, et il n'est pas facile d'être les deux. Le christianisme est une sagesse de vie et une espérance qui tient un propos tous les domaines de l'existence. Il n'est pas facile d'être un homme et une femme mariés ensemble et d'être chrétien, et en même temps c'est une aide. L'homosexualité est condamnée dans beaucoup de traditions religieuses, et, encore récemment, la médecine la considérait comme une maladie et les Etats comme un crime passible d'une peine de prison. Nos sociétés ont donc encore une grande réflexion à mener sur cette question. Aujourd'hui, l'homosexualité fascine, on en parle beaucoup trop, ce qui est sans doute le signe d'un déséquilibre de notre vie psychique. L'être humain du XXe siècle, qui est forcément né d'un homme et d'une femme, porte en lui, quels que soient son sexe et son genre, la trace de l'autre sexe et de l'autre genre, il porte en lui une forme de bisexualité psychique. Devant une question aussi médiatisée, qui est devenue un combat politique, chacun est ramené à du rationnel, mais aussi à de l'affectif, voire à de l'inconscient. Nous ne sommes pas les meilleurs lecteurs de la Bible, de ce point de vue, mais nous devons le faire. Quel service peut-elle nous rendre ?

Vous avez l'air de dire que finalement, quand on parle de l'homosexualité, quelque chose en nous se révèle qui est de l'ordre de l'inconscient ?
A. G. : Quelque chose qui est de l'ordre du rationnel, de l'affectif et de l'inconscient. On parle toujours de l'homosexualité, mais il y a aussi l'homophilie. Dans toute amitié, il y a une dimension érotique, inconsciente ou pas. Dans les lettres de la Marquise de Sévigné et de sa fille se révèle un véritable amour entre deux femmes, qui est exclu parce qu'elles ont un sur-moi solide et ne veulent pas aller au-delà de ce qu'elles pensent. Quant à l'homosexualité, ce que dit la tradition chrétienne, c'est que comme acte, elle n'est pas ordonnée à l'accomplissement des personnes. Le Catéchisme dit qu'il y a un nombre non négligeable d'hommes et de femmes qui se reconnaissent homosexuels et pratiquent l'homosexualité. C'est un nombre minoritaire, 3 % de la population je crois, et déjà on peut se demander pourquoi les deux types de sexualité ne sont pas également pratiquées. Mais cela concerne tout de même un nombre important de personnes qui vivent une difficulté qui peut devenir une jouissance et une joie d'accomplissement.

C'est ce que l'Église condamne ? Et d'abord, peut-on dire qu'elle condamne ?
A. G. : Elle condamne au sens moral, mais l'Eglise ne fait pas que de la morale. Elle dit que l'acte lui-même, moralement, n'est pas ajusté. Elle ne condamne pas les personnes. Vous me direz que ce sont bien des personnes qui commettent ces actes. Mais cela fait une grande différence. Si vous tuez un voleur, il ne peut plus rien faire. Si vous condamnez le vol, ce n'est pas la même chose. Condamner la personne et tuer le voleur, c'est ajouter un crime à un autre.

Qu'est-ce que cela veut dire ? Que l'Eglise accepte l'homosexualité des personnes à condition qu'elles ne pratiquent pas leur homosexualité ? Est-ce quelque chose que l'on peut leur demander  ?
A. G. : Ce n'est pas aussi simple. Il est vrai que l'Eglise n'a pas eu une position claire et respectable par rapport à la loi Taubira, même si celle-ci est une supercherie, pour reprendre les mots du cardinal Vingt-Trois, car elle n'apporte pas le mariage pour tous, elle change le mariage de tous. Si l'Eglise était si critiquable, c'est qu'elle n'a pas exprimé une doctrine ouverte, mais plutôt et surtout un jugement moral négatif. L'Eglise a le droit de former un jugement moral négatif, elle a des valeurs à défendre, mais ce qu'on lui demande d'abord, ce n'est pas de veiller à la morale, c'est d'accompagner les personnes. Et le paragraphe suivant du Catéchisme dit à quel point l'Eglise regarde avec amour ceux qui accueillent avec compassion les personnes homosexuelles. Une personne homosexuelle est liée à son comportement, elle pose des actes homosexuels. La question qui importe pour le moraliste est de savoir si ses actes sont « gravement désordonnés » ou si, étant donné ce qu'elle est, ce sont des péchés véniels, comme on disait autrefois.

A cela, que répondez-vous ?
A. G. : Dans le cas de l'homosexualité comme pour beaucoup de fautes morales, il peut y avoir des circonstances où l'acte blesse fortement le rapport entre l'homme et sa fin éternelle. Mais il y a des cas où se vit un chemin de sainteté qui avance vers une meilleure connaissance de soi-même, vers une plus grande socialisation, et où se construit une relation humaine respectable.

Vous dites qu'une relation homosexuelle peut être un chemin de sainteté ?
A. G. : Oui. Une personne peut avancer vers la sainteté tout en posant des actes qui sont des péchés, parce que pour elle, peut-être qu'ils ne le sont pas. Si la personne ne comprend pas qu'il y a faute, dans la morale catholique, curieusement, c'est une circonstance atténuante.

Est-ce qu'un couple homosexuel marié civilement pourra être prochainement accueilli dans sa paroisse, participer à la vie paroissiale ? Pensez-vous que cela pourrait ou devrait se faire ?
A. G. : La première responsabilité de l'Eglise n'est pas d'orienter les gens vers elle-même et vers le culte. Mais une personne homosexuelle vivant une relation stable, qui s'entend avec son pasteur et qui ne provoque pas de scandale, ce qui fait certes beaucoup de conditions difficiles à réunir, peut avoir une présence dans l'Eglise, bien sûr. Le Catéchisme lui-même (n° 2358) dit que les personnes homosexuelles doivent être accueillies avec respect, compassion et délicatesse. Pas comme des frères fragiles, mais comme chaque personne humaine. On pourrait dire la même chose de personnes adultères par exemple. L'adultère est un acte désordonné, mais certaines personnes adultères construisent une relation d'amour qui est belle et qui les nourrit, tout en étant désordonnée. L'amour homosexuel peut être sincère et fidèle, on en connaît des exemples. Et je demande à ceux qui peuvent se sentir déçus par mes propos, parce que je n'en dis pas assez ou que j'en dis trop, de réfléchir en pensant aux personnes qu'elles connaissent, chez leurs amis ou dans leur famille, et de voir que la dimension morale n'est pas le seul aspect de la question.




Dernière édition par *Encelade* le Dim 02 Sep 2018, 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:30

Phoutoufoot a écrit:



Non avec les gens comme Hubert, les textes saints sont juste là pour la deco,
Il dénature les messages à l’instar de bcp de musulmans qui font dire l’inverse à des textes pourtant très clair

Je n'ai pas trop suivi, mais ce n'est pas du tout l'impression qu'il me laisse.
L'homosexualité est clairement condamné dans la Bible, peut-être Hubert veut simplement dire qu'une personne pénitente et abstinente combattant cette déviance ne devrait pas etre automatiquement condamné et mit a l'écart mais devrait recevoir de l'appui. (Ce qui est la position orthodoxe de l'Église chrétienne)

J'ai comme l'impression que vous dites la meme chose et que ce n'est qu'un simple malentendu.
Revenir en haut Aller en bas
La petite voix




MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 21:52

Eh bin....
C'est absurde ces querelles. Mais derrière tout cela on sent la pression du lobby LGBT qui tente d'influencer l'opinion publique sur quelques chose qui ne concerne que peu d'homosexuels en France, le fait d'être discriminé pour son orientation sexuelle. Je ne crois pas que les gens qui trouvent l'homosexualité contre nature, persécutent les homosexuels ou aient une haine contre eux. Il faut voir la réalité des choses, les homosexuels ne se cachent plus depuis longtemps, ils ont obtenu le droit de se marier, grand bien leur fasse. Donc il faudrait arrêter avec cette paranoïa, et laisser les gens penser ce qu'ils veulent. Arrêter avec les procès d'intention aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 22:10

Hubert-Aimé a écrit:
Phoutoufoot a écrit:


Je préfère être un tiède qui lis les textes tels qu’ils sont qu’un soit disant vrai qui men.s pour faire plaisir à la galerie et qui ensuite va faire la leçon aux musulmans alors que ta taqquiya chrétienne est aussi grosse que ton égo.
Mais non, tu ne lis pas les textes comme ils sont, puisque tu n'es même pas baptisé, tu ne participes pas au repas du Seigneur... mais étrangement tu préfères condamner les homosexuels en t'estimant "plus vrai chrétien"... c'est à mourir de rire.

La preuve que non, que je ne fais pas plaisir à la galerie des pharisiens.

tu dis des sornettes
le fait de ne pas être baptisé ne m'empeche pas de donner mon opinion sur les textes et de participer au forum
et puis qu'est-ce que tu en sais si ce n'est pas en cours ? tu me connais personnellement pour juger de cela?
je ne condamne personne, la Bible condamne ce pêché ! ce qui est différent
qqun qui marche pas l'esprit laisse tomber tout ça, même si il est gay, comme il laisse tomber les men.songes, les turpitudes et j'en passe
donc ne nous sors pas l'excuse de "l'amour"
l'homosexualité est une turpitude selon la Bible et c'est pas Hubert-aimé qui va décider du contraire!
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 22:14

La petite voix a écrit:
Eh bin....
C'est absurde ces querelles. Mais derrière tout cela on sent la pression du lobby LGBT qui tente d'influencer l'opinion publique sur quelques chose qui ne concerne que peu d'homosexuels en France, le fait d'être discriminé pour son orientation sexuelle. Je ne crois pas que les gens qui trouvent l'homosexualité contre nature, persécutent les homosexuels ou aient une haine contre eux. Il faut voir la réalité des choses, les homosexuels ne se cachent plus depuis longtemps, ils ont obtenu le droit de se marier, grand bien leur fasse. Donc il faudrait arrêter avec cette paranoïa, et laisser les gens penser ce qu'ils veulent. Arrêter avec les procès d'intention aussi.

Est-ce que le sujet sur la religion et le comportement va se transformer en tribune contre l'homosexualité? Nous avons plein de sujets sur ce thème, il n'y a qu'à en continuer un.

C'est dommage de gâcher ce sujet avec l'homosexualité. Et que dire des voleurs et des ivrognes alors?
Phoutoufoot se demande si on ne trompe pas les gens en disant que tout est toujours pardonné.

Je pense que ce n'est pas un seul péché qui fera pencher la balance, que ce péché sera compensé par des qualités de coeur et que c'est Dieu qui juge, pas nous.

_________________
Mener des croisades contre  la religion de l'autre conduit à la guerre, au terrorisme et au génocide.

Revenir en haut Aller en bas
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 22:14

cailloubleu* a écrit:
Phoutoufoot a écrit:


La Bible est parole de Dieu, inspiré par Dieu. Hubert-mytho va aussi dire le contraire ?


Ne te transforme pas en fanatique du mot. Il y a la lettre et il y a l'esprit.




biensur qu'il y a l'esprit chère caillou,
qqun qui pleure sur ses pêchés, qui fait des efforts pour ne plus les commettre et qui se laisse guider n'est pas condamné
mais qqun qui dit "oh tant pis, je suis comme ça, c'est la vie, Dieu est amour de toute façon..." pour moi il se trompe lui même
Dieu appel à la sainteté et c'est vers quoi nous devons nous élever
après biensur qu'on trèbuche tous, c'est "normal" et humain, parce que personne n'est saint et personne n'est juste, il n'y a pas un seul de juste
mais on doit se relever et réessayer pour ne pas retomber, et si on retombe, on se relève encore et encore... on se complait pas dans notre pêché en se disant "j'arrive pas à le combattre"
avec la foi on peut tout faire, c'est même marqué dans la bible que si on a un grain de moutarde de foi on pourrait déplacer un arbre si on ne doute pas dans son coeur
mais nous sommes des gens de peu de foi, Jésus à d'ailleurs qualifiés ses apôtres de la sorte !
car nous doutons de la parole de Dieu alors que nous nous précipitons pour croire les insufflation du diable...
Revenir en haut Aller en bas
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 22:16

samuel777444 a écrit:
Phoutoufoot a écrit:



Non avec les gens comme Hubert, les textes saints sont juste là pour la deco,
Il dénature les messages à l’instar de bcp de musulmans qui font dire l’inverse à des textes pourtant très clair

Je n'ai pas trop suivi, mais ce n'est pas du tout l'impression qu'il me laisse.
L'homosexualité est clairement condamné dans la Bible, peut-être Hubert veut simplement dire qu'une personne pénitente et abstinente combattant cette déviance ne devrait pas etre automatiquement condamné et mit a l'écart mais devrait recevoir de l'appui. (Ce qui est la position orthodoxe de l'Église chrétienne)

J'ai comme l'impression que vous dites la meme chose et que ce n'est qu'un simple malentendu.

ah bah si il dit ça je suis d'accord !
merci de confirmer que l'homosexualité et condamné par la Bible au même titre que le menson.ge ou le vol ou toute autre pêché
Revenir en haut Aller en bas
Phoutoufoot

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 22:19

La petite voix a écrit:
Eh bin....
C'est absurde ces querelles. Mais derrière tout cela on sent la pression du lobby LGBT qui tente d'influencer l'opinion publique sur quelques chose qui ne concerne que peu d'homosexuels en France, le fait d'être discriminé pour son orientation sexuelle. Je ne crois pas que les gens qui trouvent l'homosexualité contre nature, persécutent les homosexuels ou aient une haine contre eux. Il faut voir la réalité des choses, les homosexuels ne se cachent plus depuis longtemps, ils ont obtenu le droit de se marier, grand bien leur fasse. Donc il faudrait arrêter avec cette paranoïa, et laisser les gens penser ce qu'ils veulent. Arrêter avec les procès d'intention aussi.

je ne crois pas que l'homosexualité est contre nature !
l'adultère est aussi grave selon la Bible que l'homosexualité
il y a même des animaux qui sont homosexuels
pour moi, on ne choisi par de devenir homo mais on nait avec cette tendance
mais ça n'empêche pas que ça reste un pêché grave qu'il faut combattre contre soi même
et ne pas se laisser aller à ses désires "primaire"
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 22:23

Phoutoufoot a écrit:

biensur qu'il y a l'esprit chère caillou,
qqun qui pleure sur ses pêchés, qui fait des efforts pour ne plus les commettre et qui se laisse guider n'est pas condamné
mais qqun qui dit "oh tant pis, je suis comme ça, c'est la vie, Dieu est amour de toute façon..." pour moi il se trompe lui même
Dieu appel à la sainteté et c'est vers quoi nous devons nous élever
après biensur qu'on trèbuche tous, c'est "normal" et humain, parce que personne n'est saint et personne n'est juste, il n'y a pas un seul de juste
mais on doit se relever et réessayer pour ne pas retomber, et si on retombe, on se relève encore et encore... on se complait pas dans notre pêché en se disant "j'arrive pas à le combattre"
avec la foi on peut tout faire, c'est même marqué dans la bible que si on a un grain de moutarde de foi on pourrait déplacer un arbre si on ne doute pas dans son coeur
mais nous sommes des gens de peu de foi, Jésus à d'ailleurs qualifiés ses apôtres de la sorte !
car nous doutons de la parole de Dieu alors que nous nous précipitons pour croire les insufflation du diable...

Maintenant je suis d'accord avec toi.

Et tu l'as très bien exprimé.
sunny


_________________
Mener des croisades contre  la religion de l'autre conduit à la guerre, au terrorisme et au génocide.

Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 23:11

*Encelade* a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Citation :
Sophie de Villeneuve : L'Eglise dit-elle que l'homosexualité est une perversion, comme on l'a beaucoup entendu ? Et d'abord, dans quels termes la Bible évoque-t-elle l'homosexualité ?

A. G. : Je pense qu'il y a deux textes qu'il est important d'avoir en mémoire, celui du Lévitique qui dit que quand deux hommes sont ensemble dans une même couche, c'est abominable, et qui pose donc un interdit, et celui de Paul dans le prologue de l'épître aux Romains, qui parle de l'idolâtrie en la comparant à l'homosexualité.

C'est peu, pour l'ensemble de la Bible.
A. G. : Il y a d'autres textes, mais l'homosexualité est une question secondaire pour la morale, qui ne représente elle-même qu'un des nombreux aspects de la Bible. Mais pour les hommes et les femmes qui la vivent, c'est important.

Dans les Evangiles, Jésus n'en parle jamais ?
A. G. : Dans les Evangiles, Jésus ne parle jamais de beaucoup de choses. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'est pas attentif aux personnes homosexuelles de son temps, et il en a certainement rencontré. Que les Evangiles le passent sous silence est difficile à interpréter, parce qu'en soulignant un silence, on risque d'y glisser son propre regard, ses propres questions, sa contestation ou son accord sur la question, implicite ou explicite. Interpréter un silence, c'est une habileté rhétorique.

Si l'on quitte la Bible pour prendre le catéchisme, on trouve des paroles dures : « déviation objectivement grave », « dépravation grave », « actes intrinsèquement désordonnés ». Que peut-on en penser ?
A. G. : Il n'est pas facile d'être chrétien, il n'est pas facile d'être homosexuel, et il n'est pas facile d'être les deux. Le christianisme est une sagesse de vie et une espérance qui tient un propos tous les domaines de l'existence. Il n'est pas facile d'être un homme et une femme mariés ensemble et d'être chrétien, et en même temps c'est une aide. L'homosexualité est condamnée dans beaucoup de traditions religieuses, et, encore récemment, la médecine la considérait comme une maladie et les Etats comme un crime passible d'une peine de prison. Nos sociétés ont donc encore une grande réflexion à mener sur cette question. Aujourd'hui, l'homosexualité fascine, on en parle beaucoup trop, ce qui est sans doute le signe d'un déséquilibre de notre vie psychique. L'être humain du XXe siècle, qui est forcément né d'un homme et d'une femme, porte en lui, quels que soient son sexe et son genre, la trace de l'autre sexe et de l'autre genre, il porte en lui une forme de bisexualité psychique. Devant une question aussi médiatisée, qui est devenue un combat politique, chacun est ramené à du rationnel, mais aussi à de l'affectif, voire à de l'inconscient. Nous ne sommes pas les meilleurs lecteurs de la Bible, de ce point de vue, mais nous devons le faire. Quel service peut-elle nous rendre ?

Vous avez l'air de dire que finalement, quand on parle de l'homosexualité, quelque chose en nous se révèle qui est de l'ordre de l'inconscient ?
A. G. : Quelque chose qui est de l'ordre du rationnel, de l'affectif et de l'inconscient. On parle toujours de l'homosexualité, mais il y a aussi l'homophilie. Dans toute amitié, il y a une dimension érotique, inconsciente ou pas. Dans les lettres de la Marquise de Sévigné et de sa fille se révèle un véritable amour entre deux femmes, qui est exclu parce qu'elles ont un sur-moi solide et ne veulent pas aller au-delà de ce qu'elles pensent. Quant à l'homosexualité, ce que dit la tradition chrétienne, c'est que comme acte, elle n'est pas ordonnée à l'accomplissement des personnes. Le Catéchisme dit qu'il y a un nombre non négligeable d'hommes et de femmes qui se reconnaissent homosexuels et pratiquent l'homosexualité. C'est un nombre minoritaire, 3 % de la population je crois, et déjà on peut se demander pourquoi les deux types de sexualité ne sont pas également pratiquées. Mais cela concerne tout de même un nombre important de personnes qui vivent une difficulté qui peut devenir une jouissance et une joie d'accomplissement.

C'est ce que l'Église condamne ? Et d'abord, peut-on dire qu'elle condamne ?
A. G. : Elle condamne au sens moral, mais l'Eglise ne fait pas que de la morale. Elle dit que l'acte lui-même, moralement, n'est pas ajusté. Elle ne condamne pas les personnes. Vous me direz que ce sont bien des personnes qui commettent ces actes. Mais cela fait une grande différence. Si vous tuez un voleur, il ne peut plus rien faire. Si vous condamnez le vol, ce n'est pas la même chose. Condamner la personne et tuer le voleur, c'est ajouter un crime à un autre.

Qu'est-ce que cela veut dire ? Que l'Eglise accepte l'homosexualité des personnes à condition qu'elles ne pratiquent pas leur homosexualité ? Est-ce quelque chose que l'on peut leur demander  ?
A. G. : Ce n'est pas aussi simple. Il est vrai que l'Eglise n'a pas eu une position claire et respectable par rapport à la loi Taubira, même si celle-ci est une supercherie, pour reprendre les mots du cardinal Vingt-Trois, car elle n'apporte pas le mariage pour tous, elle change le mariage de tous. Si l'Eglise était si critiquable, c'est qu'elle n'a pas exprimé une doctrine ouverte, mais plutôt et surtout un jugement moral négatif. L'Eglise a le droit de former un jugement moral négatif, elle a des valeurs à défendre, mais ce qu'on lui demande d'abord, ce n'est pas de veiller à la morale, c'est d'accompagner les personnes. Et le paragraphe suivant du Catéchisme dit à quel point l'Eglise regarde avec amour ceux qui accueillent avec compassion les personnes homosexuelles. Une personne homosexuelle est liée à son comportement, elle pose des actes homosexuels. La question qui importe pour le moraliste est de savoir si ses actes sont « gravement désordonnés » ou si, étant donné ce qu'elle est, ce sont des péchés véniels, comme on disait autrefois.

A cela, que répondez-vous ?
A. G. : Dans le cas de l'homosexualité comme pour beaucoup de fautes morales, il peut y avoir des circonstances où l'acte blesse fortement le rapport entre l'homme et sa fin éternelle. Mais il y a des cas où se vit un chemin de sainteté qui avance vers une meilleure connaissance de soi-même, vers une plus grande socialisation, et où se construit une relation humaine respectable.

Vous dites qu'une relation homosexuelle peut être un chemin de sainteté ?
A. G. : Oui. Une personne peut avancer vers la sainteté tout en posant des actes qui sont des péchés, parce que pour elle, peut-être qu'ils ne le sont pas. Si la personne ne comprend pas qu'il y a faute, dans la morale catholique, curieusement, c'est une circonstance atténuante.

Est-ce qu'un couple homosexuel marié civilement pourra être prochainement accueilli dans sa paroisse, participer à la vie paroissiale ? Pensez-vous que cela pourrait ou devrait se faire ?
A. G. : La première responsabilité de l'Eglise n'est pas d'orienter les gens vers elle-même et vers le culte. Mais une personne homosexuelle vivant une relation stable, qui s'entend avec son pasteur et qui ne provoque pas de scandale, ce qui fait certes beaucoup de conditions difficiles à réunir, peut avoir une présence dans l'Eglise, bien sûr. Le Catéchisme lui-même (n° 2358) dit que les personnes homosexuelles doivent être accueillies avec respect, compassion et délicatesse. Pas comme des frères fragiles, mais comme chaque personne humaine. On pourrait dire la même chose de personnes adultères par exemple. L'adultère est un acte désordonné, mais certaines personnes adultères construisent une relation d'amour qui est belle et qui les nourrit, tout en étant désordonnée. L'amour homosexuel peut être sincère et fidèle, on en connaît des exemples. Et je demande à ceux qui peuvent se sentir déçus par mes propos, parce que je n'en dis pas assez ou que j'en dis trop, de réfléchir en pensant aux personnes qu'elles connaissent, chez leurs amis ou dans leur famille, et de voir que la dimension morale n'est pas le seul aspect de la question.




Qui c'est A.G. ?
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 23:15

A.G. a écrit:
A. G. : Oui. Une personne peut avancer vers la sainteté tout en posant des actes qui sont des péchés, parce que pour elle, peut-être qu'ils ne le sont pas. Si la personne ne comprend pas qu'il y a faute, dans la morale catholique, curieusement, c'est une circonstance atténuante.

Ce n'est pas vrai parce qu'on ne peut pas s'avancer vers la sainteté et faire des péchés c'est impossible.

La sainteté est un stade qui, lorsqu'il est juste atteint, se matérialise par le parler en langues chez la personne.

Dès lors que la personne parle en langues elle ne peut plus pécher, car Dieu la guide, donc il n'y a plus de péchés.

A.G n'a pas très bien compris je pense.
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 23:19

l'auteur est:

Citation :
Antoine Guggenheim est prêtre du diocèse de Paris depuis 1993, il est professeur ordinaire de théologie (2010), il a présidé la Faculté de théologie « Notre-Dame » de Paris (2000-2006) et dirige le Pôle de recherche du Collège des Bernardins depuis 2007. Il participe aux travaux du « Collège des études juives et de philosophie contemporaine » de Paris IV-Sorbonne. Publications récentes aux éditions Parole et Silence : Jésus Christ, grand prêtre de l’ancienne et de la nouvelle Alliance, 2011, réédition ; Pour un nouvel humanisme. Essai sur la philosophie de Jean-Paul II, 2011.

oui il a du mal comprendre....
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 23:22

Il y a quelque chose à faire pour éviter aux homosexuels de subir les conséquences d'une attitude controversée désavouée par Dieu, c'est de ne pas encourager l'homosexualité en banalisant l'acte comme la situation de deux hommes mariés entre eux.

Je trouve que dans le discours de A.G. beaucoup de détachement par rapport à la volonté divine qui est claire à ce sujet, l'homosexualité est une abomination donc il faut accueillir bien entendu les homosexuels dans la paroisse qui est ouverte à tout le monde et surtout aux pécheurs afin de leur dire la Parole de Dieu dans ses termes précis, et ne pas, par pudeur ou manque d'assurance, dire les choses avec des nuances pour ne froisser personne.

Le but est de dire ce que Dieu veut, et non pas ce que nous mettrions entre guillemets juste parce que nous ne savons pas comment nous y prendre.

Est ce qu'il n'y a pas plus clair lorsqu'on lit : un homme ne couche pas avec un homme c'est une abomination ?

Donc c'est dit, et les prêtres n'ont pas à faire des fioritures autour, ils ont un rôle transmettre la Parole de Dieu et ne pas faire de commentaires pour minimiser la faute car c'est porter préjudice aux intéressés eux mêmes, les homosexuels, c'est ne pas leur rendre service.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Dim 02 Sep 2018, 23:23

*Encelade* a écrit:
l'auteur est:

Citation :
Antoine Guggenheim est prêtre du diocèse de Paris depuis 1993, il est professeur ordinaire de théologie (2010), il a présidé la Faculté de théologie « Notre-Dame » de Paris (2000-2006) et dirige le Pôle de recherche du Collège des Bernardins depuis 2007. Il participe aux travaux du « Collège des études juives et de philosophie contemporaine » de Paris IV-Sorbonne. Publications récentes aux éditions Parole et Silence : Jésus Christ, grand prêtre de l’ancienne et de la nouvelle Alliance, 2011, réédition ; Pour un nouvel humanisme. Essai sur la philosophie de Jean-Paul II, 2011.

oui il a du mal comprendre....

Ah merci Encelade, prêtre Antoine G. d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Thedjezeyri14

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 00:15

*Encelade* a écrit:
Thedjezeyri14 a écrit:


Pas du tout .. l'athée  ne croit pas qu'il n'a pas besoin de Dieu il croit plutôt que Dieu n'existe pas ...
je te reprends...
la video que je poste, explique bien la nuance.
ce n'est pas: croire que dieu n'existe pas.
c'est: ne pas croire que dieu existe.

.

Mais c'est la.positiom agnostique ça... parceque l'agnostique aussi ne croit pas que Dieu existe... moi je connais bien des personne qui sont sur à 99% que Dieu n'existe pas .
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 00:27

Thedjezeyri14 a écrit:
*Encelade* a écrit:

je te reprends...
la video que je poste, explique bien la nuance.
ce n'est pas: croire que dieu n'existe pas.
c'est: ne pas croire que dieu existe.

.

Mais c'est la.positiom agnostique ça... parceque l'agnostique aussi ne croit pas que Dieu existe... moi je connais bien des personne qui sont sur à 99% que Dieu n'existe pas .
as tu regardé la vidéo? je pourrais difficilement faire plus clair pour expliquer.

agnostique et athée...
je te la remet...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Thedjezeyri14

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 01:09

*Encelade* a écrit:

as tu regardé la vidéo? je pourrais difficilement faire plus clair pour expliquer.

agnostique et athée...
je te la remet...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Tu avais mis une vidéo ?? Je la vois pas dans ton ancien message .
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 01:37

celui d'hier à 1h44... Wink

c'est raphael qui l'avait posté dans un autre fil
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 02:34

La petite voix a écrit:
Mais derrière tout cela on sent la pression du lobby LGBT qui tente d'influencer l'opinion publique sur quelques chose qui ne concerne que peu d'homosexuels en France, le fait d'être discriminé pour son orientation sexuelle. Je ne crois pas que les gens qui trouvent l'homosexualité contre nature, persécutent les homosexuels ou aient une haine contre eux. Il faut voir la réalité des choses, les homosexuels ne se cachent plus depuis longtemps, ils ont obtenu le droit de se marier, grand bien leur fasse. Donc il faudrait arrêter avec cette paranoïa, et laisser les gens penser ce qu'ils veulent. Arrêter avec les procès d'intention aussi.


Tout a fait, et pour donner une exemple c'est a cause de cette immense pression séculière (etc) que plusieurs pasteurs, et autres responsables protestants ont élaboré en 2017 la déclaration de Nashville (et ces 14 articles);

Sachez que le Seigneur est Dieu : c’est lui qui nous a faits,
et nous lui appartenons…
–Psaume 100:3-

Beaucoup nient le fait que Dieu a créé les êtres humains pour sa gloire, et que ses plans parfaits incluent notre identité en tant qu’hommes et femmes. La plupart des gens pense que l’identité humaine définie selon le genre ne fait pas partie du merveilleux plan de Dieu, mais qu’elle est, bien plutôt, l’expression des préférences personnelles des individus. Le plan très saint de Dieu qui a pour but la joie entière et durable de ses créatures est remplacé par des alternatives insensées, qui, tôt ou tard, brisent la condition humaine et déshonorent Dieu.

La mentalité séculière de notre monde d’aujourd’hui représente un véritable défi pour l’Église. L’Église du Seigneur Jésus‑Christ perdra-t-elle ses convictions, sa clarté et son courage ? Finira-t-elle par adhérer à la morale commune ? Ou bien tiendra-t-elle ferme dans la Parole, se laissant encourager par son Sauveur en proclamant sans honte que le chemin qu’il ordonne de suivre est le bon chemin ? Parviendra-t-elle à maintenir un témoignage clair, à contre-courant face à ce monde qui semble courir à sa perte ?

Nous croyons que le plan de Dieu concernant sa création et son œuvre salvatrice a pour buts sa gloire suprême et notre plus grand bien. La volonté parfaite de Dieu nous libère pleinement. Jésus a dit qu’il est venu pour que nous ayons la vie, et que nous l’ayons en abondance. Il est pour nous, non pas contre nous. En conséquence, afin de servir l’Église de Christ et de témoigner publiquement des desseins parfaits de Dieu pour la sexualité humaine tels qu’ils sont révélés dans les Écritures, nous affirmons et réfutons ce qui suit.

Article 1
Nous affirmons que le mariage est, selon le plan de Dieu, une union d’alliance, sexuelle et procréative entre un homme et une femme unis en tant que mari et femme jusqu’à la mort ; que le mariage doit refléter l’amour de l’alliance entre Christ et l’Épouse, c’est-à-dire l’Église.
Nous réfutons l’idée que Dieu a conçu le mariage pour qu’il consiste en une relation homosexuelle, polygame ou polyamoureuse ; Nous réfutons également que le mariage est un simple contrat humain : au contraire, il s’agit d’une alliance scellée devant Dieu.

Article 2
Nous affirmons que la volonté de Dieu pour tous est la chasteté en dehors du mariage et la fidélité dans le mariage.
Nous réfutons toutes les sortes d’affections, de désirs ou d’engagements utilisés pour justifier les relations sexuelles avant ou en dehors du mariage ; celles-ci ne justifient pas non plus la moindre forme d’immoralité sexuelle.

Article 3
Nous affirmons que Dieu a créé Adam et Ève comme les premiers êtres humains, à sa ressemblance, égaux devant lui en tant que personnes et distincts en genre.
Nous réfutons l’idée que les différences de genre divinement instituées entre hommes et femmes les rendent inégaux devant Dieu en dignité ou en valeur.

Article 4
Nous affirmons que les différences de genre divinement instituées entre hommes et femmes reflètent le plan de la création originelle de Dieu et servent au bien-être et à l’épanouissement de l’être humain.
Nous réfutons l’idée que de telles différences sont le résultat de la chute ou sont une épreuve que l’individu doit surmonter.

Article 5
Nous affirmons que les différences entre les appareils reproducteurs des hommes et des femmes font entièrement partie du plan de Dieu pour la définition du concept de soi en tant qu’homme ou femme.
Nous réfutons l’idée que des anomalies physiques ou des conditions psychologiques rendent sans effet le lien entre le sexe biologique et le concept de soi en tant qu’homme ou femme.

Article 6
Nous affirmons que les personnes nées avec un trouble physique du développement sexuel sont créées à l’image de Dieu et possèdent devant lui dignité et valeur au même titre que tous ceux qui ont été créés selon la ressemblance de Dieu ; qu’ils sont appelés par notre Seigneur Jésus comme des « eunuques qui le sont depuis le ventre de leur mère » ; qu’ils font partie des serviteurs fidèles de Jésus-Christ et doivent accepter librement leur sexe biologique dans la mesure où il leur est possible de le connaître.
Nous réfutons l’idée que des ambiguïtés concernant le sexe biologique d’une personne la rendent incapable de vivre une vie heureuse et productive dans l’obéissance à Christ.

Article 7
Nous affirmons que la définition du concept de soi en tant qu’homme ou femme doit être soumise au plan très saint de Dieu pour la création et la rédemption, telles qu’elles sont révélées dans les Écritures.
Nous réfutons l’idée que la définition homosexuelle ou transgenre du concept de soi est en accord avec le saint plan de Dieu pour la création et la rédemption.

Article 8
Nous affirmons que les personnes qui éprouvent de l’attirance sexuelle pour une personne du même sexe peuvent vivre une vie qui porte des fruits et qui plaît à Dieu, par la foi en Jésus‑Christ, pourvu qu’elles marchent, comme tous les autres chrétiens, en pureté de vie.
Nous réfutons l’idée que l’attirance sexuelle pour des personnes du même sexe fait partie de la perfection naturelle du plan de Dieu pour la création originelle, ou qu’elle prive la personne qui la ressent de l’espérance de l’évangile.

Article 9
Nous affirmons que le péché entache les désirs sexuels en les dirigeant hors du cadre de l’alliance maritale et vers l’immoralité sexuelle, qu’elle soit hétérosexuelle ou homosexuelle.
Nous réfutons l’idée que des désirs perpétuels d’immoralité sexuelle justifient le comportement sexuellement immoral.

Article 10
Nous affirmons qu’approuver l’immoralité sexuelle ou la transidentité est un péché et qu’une telle approbation constitue un écart majeur à la fidélité et au témoignage chrétien.
Nous réfutons l’idée que l’approbation de l’immoralité homosexuelle ou la transidentité n’est qu’une question d’opinion morale à laquelle le chrétien fidèle peut choisir d’adhérer ou non.

Article 11
Nous affirmons qu’il est de notre devoir de prêcher la vérité dans l’amour en toutes circonstances, lorsque nous nous parlons les uns aux autres et que nous parlons d’un tiers, homme ou femme.
Nous réfutons l’idée qu’il est permis de parler d’une manière qui déshonore le plan de Dieu ou de ceux qui sont créés à son image qu’ils soient hommes ou femmes.

Article 12
Nous affirmons que la grâce de Dieu en Christ nous offre tout à la fois un pardon miséricordieux et un pouvoir de transformation ; que ce pouvoir et ce pardon permettent à ceux qui suivent Jésus de détruire en eux les désirs pécheurs et de marcher d’une manière qui honore le Seigneur.
Nous réfutons l’idée que la grâce de Dieu en Christ est insuffisante pour pardonner tous les péchés sexuels ou pour donner les moyens d’atteindre la sainteté à tout croyant qui se sent prisonnier d’un péché sexuel.

Article 13
Nous affirmons que la grâce de Dieu en Christ permet aux pécheurs de se détourner de leur définition du concept de soi en tant que transgenre ; qu’ils peuvent parvenir à accepter, grâce à la patience divine, le lien entre le sexe biologique d’un individu et la définition du concept de soi en tant qu’homme ou femme tel qu’il est ordonné par Dieu.
Nous réfutons l’idée que la grâce de Dieu en Christ permet l’établissement de concepts de soi entrant en désaccord avec la volonté révélée de Dieu.

Article 14
Nous affirmons que le Christ Jésus est venu dans ce monde pour sauver les pécheurs ; que par sa mort et sa résurrection, le pardon des péchés et la vie éternelle sont offerts à toute personne qui se repent de ses péchés et qui se confie en Christ en faisant de lui son Sauveur, son Seigneur et son plus grand trésor.
Nous réfutons l’idée que la main de l’Éternel est trop courte pour sauver ou qu’un pécheur est trop loin de lui pour recevoir le salut.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 10:35

Ces articles sont issus du Protestantisme ?

Revenir en haut Aller en bas
camille

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 11:50

Phoutoufoot a écrit:
Hubert-Aimé a écrit:

Toi, quand tu seras chrétien, on en reparlera. Mais pour l'instant ta vanité et ton ignorance m’écœure.

Je suis sans doute plus chretien que toi, je ne travesti pas les textes contrairement à toi et je ne me complait pas dans une beatitude plus que hypocrite.
C’est plutot toi qui est ecoeurant et à gerber avec tous tes menson.ges


Je vous crois chrétien par le coeur certainement plus que moi qui suis dans le doute au sujet de la foi et je vous envie de vos certitudes et de vos doutes, vous êtes tellement humain et j'ose dire que je vous souhaite toujours comme ça, lol.

Non il faut évoluer aussi et j'ai lu vos messages ensuite et ils m'ont touchés, vous évoluez au fil de vos messages et votre pensée se structure au fur et à mesure de vos recherches, continuez comme ça cher Phoutoufoot.
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 13:47

Aquilas** a écrit:
Ces articles sont issus du Protestantisme ?


Oui...
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 13:53

Comme quoi les religions ne peuvent se juger par l'absolu... le protestantisme si libéral et ouvert, le catholicisme si conservateur et fermé par le passé... le rapport s'est inversé aujourd'hui.


Donc une histoire de religion? de comportements? mais quels comportements? quelle religion?
Personne n'a la même réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 14:06

*Encelade* a écrit:
Comme quoi les religions ne peuvent se juger par l'absolu... le protestantisme si libéral et ouvert, le catholicisme si conservateur et fermé par le passé... le rapport s'est inversé aujourd'hui.


Donc une histoire de religion? de comportements? mais quels comportements? quelle religion?
Personne n'a la même réponse.

C'est du protestantisme à l'américaine ça. La Déclaration de Nashville. Il y a plusieurs sortes de protestantisme il me semble. Wycliffe n'est pas Calvin qui n'est pas Luther.
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 14:23

*Encelade* a écrit:
Comme quoi les religions ne peuvent se juger par l'absolu... le protestantisme si libéral et ouvert, le catholicisme si conservateur et fermé par le passé... le rapport s'est inversé aujourd'hui.

C'est une vision tres binaire. Le protestantisme libéral (qui est assez récent) n'as jamais été aussi bien établit (malheureusement), mais cela n'empêche pas qu'il y ai toujours eu des protestants reste fidèle aux écritures saintes. -Sola Scriptura-

Par exemple,
Voici ce que dit en gros le synode Luthérien du Missouri;

QUESTION: Quelle est la réponse du synode du Missouri à l'homosexualité?

RÉPONSE: Le Synode du Missouri croit que la Bible enseigne que le comportement homosexuel est contraire à la Parole et à la volonté de Dieu, et le LCMS cherche à servir les personnes qui luttent contre les penchants homosexuels.

En 1992, le LCMS a adopté Res. 3-12A Élaborer un plan pour le ministère des homosexuels et de leurs familles. Cette résolution se lit comme suit:

Considérant que, de nombreuses voix dans notre société ainsi que dans divers organismes religieux expriment le point de vue aujourd'hui que le comportement homophile est un mode de vie alternatif acceptable; et

Considérant que la Parole de Dieu condamne clairement le comportement homophile chez Lev. 18h22, Rom. 1: 26-27 et 1 Cor. 6: 9 et

Attendu que le Synode de l'Église luthérienne du Missouri, dans sa convention de 1973, a déclaré: "Que le Synode reconnaît les comportements homophiles comme étant intrinsèquement pécheurs"; et
Attendu que le document de la Commission sur la théologie et les relations avec les églises sur la sexualité humaine: une perspective théologique énonce que "quelles que soient les causes d'une telle condition ... l'orientation homosexuelle est profondément" contre nature "sans impliquer que l'orientation sexuelle d'une question de choix délibéré et conscient. Toutefois, l'homosexuel ne peut invoquer ce fait pour justifier un comportement homosexuel. En tant qu'être humain coupable, l'homosexuel est responsable devant Dieu des pensées, des paroles et des actes homosexuels. " (Sexualité humaine, une perspective théologique, p. 35); et

Considérant que l'amour rédempteur du Christ, qui sauve l'humanité du péché, de la mort et du pouvoir de Satan, est offert à tous par le repentir et la foi en Christ, indépendamment de la nature de leur péché; et

Considérant qu'il est nécessaire de mettre à la disposition des congrégations et autres institutions un plan de ministère de la loi / de l'Évangile soigneusement élaboré afin de servir les personnes qui sont troublées par leur homosexualité; et

Considérant qu'il est nécessaire que l'église expose et résiste à l'idolâtrie sexuelle de notre société; donc soit-il

Résolu que l'Église luthérienne — Missouri Synode, dans sa convention, réaffirme la position qu'il a énoncée en 1973, «que le Synode reconnaisse un comportement homophile comme intrinsèquement pécheur»; et soit-il plus loin

Résolu, Que le président du Synode dirige les commissions et conseils compétents pour élaborer un plan de ministère utilisable par les congrégations, les ministères, les institutions et les agences du campus afin de fournir un ministère biblique et évangélique aux personnes troublées par être homophile dans leurs orientations sexuelles et envers leurs familles; et le soit enfin

Résolu, Que les objectifs à poursuivre par un tel plan pour le ministère soient

*offrir à notre monde des modèles bibliques alternatifs de célibat sexuel en dehors d'un mariage hétérosexuel permanent et engagé et d'amitiés sociales de même sexe, mais pas de sexualité génitale,
confronter l'individu à son péché et l'appeler à se repentir;

*aider l'individu à reconnaître que Dieu peut sauver des individus de l'orientation et de la pratique homosexuelles;

*l'assurer du pardon en Christ, dépendre de la repentance sincère et de la foi en Christ, et l'assurer de l'amour et de l'acceptation de l'Église;

*aider l'individu à compter sur l'amour et la force de Christ pour s'abstenir de tout comportement homophile;

*aider l'individu à supporter son fardeau sans crainte de récrimination et de rejet de la part de ses frères et sœurs en Christ;

*trouver des moyens de servir les familles comprenant des personnes à orientation homophile;
faire tout cela avec patience, persévérance et compassion dans l'amour et l'Esprit de Christ, qui dit: "Je ne te condamne pas non plus; va et ne pèche plus".
Revenir en haut Aller en bas
samuel777444

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 14:32

theo a écrit:
Wycliffe n'est pas Calvin qui n'est pas Luther.
Tout comme Jerome n'est pas Augustin.., nous sommes tous unique, non?
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 15:34

oui j'admets volontiers que c'est binaire...

mais c'est l'image caricaturale qu'on a en france.

je me rappelle avoir demandé enfant à une amie protestante qu'elle était la différence: on est plus libre, on n'obéit pas au pape.......



J'ai entendu cette analyse (de l'inversion du conservatisme) à peu de chose près lors de l'émission religieuse du dimanche matin à la tv. Donc ce n'est pas moi qui me fait des idées.

Les catholiques sont historiquement les plus conservateurs... mais actuellement, effectivement en amérique surtout, la bascule s'est inversé.

Entre le créationnisme, la sécularisation, l'ouverture aux minorités, je pense comme dit théo que le fossé est surtout entre l'europe et l'amérique.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 15:38

samuel777444 a écrit:
Aquilas** a écrit:
Ces articles sont issus du Protestantisme ?


Oui...

Ahh


Pourquoi cet article dit que les homosexuels peuvent vivre une vie qui porte des fruits qui plait à Dieu, et tout de suite après, qu'elles marcheraient comme quiconque (chrétien) en pureté de vie, alors que Dieu dit sans l'ombre d'un doute que l'homosexualité est une abomination ?


Qu'est ce qui pousse les Protestants à dire oui là où Dieu dit non ?

Ensuite dans le deuxième paragraphe, il est dit encore qu'ils refusent l'idée (les protestants) que la personne soit privée de l'espérance de l'évangile ou autrement dit que la personne homosexuelle ira au Paradis alors que Dieu dit non ?


Article 8
Nous affirmons que les personnes qui éprouvent de l’attirance sexuelle pour une personne du même sexe peuvent vivre une vie qui porte des fruits et qui plaît à Dieu, par la foi en Jésus‑Christ, pourvu qu’elles marchent, comme tous les autres chrétiens, en pureté de vie.
Nous réfutons l’idée que l’attirance sexuelle pour des personnes du même sexe fait partie de la perfection naturelle du plan de Dieu pour la création originelle, ou qu’elle prive la personne qui la ressent de l’espérance de l’évangile.
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 15:42

synode du Missouri a écrit:
Considérant que l'amour rédempteur du Christ, qui sauve l'humanité du péché, de la mort et du pouvoir de Satan, est offert à tous par le repentir et la foi en Christ, indépendamment de la nature de leur péché;

Ahh


Parce que Jésus a racheté tous les péchés du monde l'homosexualité est un péché donc le péché de l'homosexuel serait racheté.


Donc si ce péché est racheté tous les péchés sont rachetés ?

Alors pourquoi Jésus a dit qu'il ne faut pas pécher ?
Revenir en haut Aller en bas
Poisson vivant

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 15:44

Aquilas** a écrit:
synode du Missouri a écrit:
Considérant que l'amour rédempteur du Christ, qui sauve l'humanité du péché, de la mort et du pouvoir de Satan, est offert à tous par le repentir et la foi en Christ, indépendamment de la nature de leur péché;

Ahh


Parce que Jésus a racheté tous les péchés du monde l'homosexualité est un péché donc le péché de l'homosexuel serait racheté.


Donc si ce péché est racheté tous les péchés sont rachetés ?

Alors pourquoi Jésus a dit qu'il ne faut pas pécher ?


Jésus nous éclaire sur ceci

C'est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné



.
Revenir en haut Aller en bas
Thedjezeyri14

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 15:44

*Encelade* a écrit:
oui j'admets volontiers que c'est binaire...

mais c'est l'image caricaturale qu'on a en france.

je me rappelle avoir demandé enfant à une amie protestante qu'elle était la différence: on est plus libre, on n'obéit pas au pape.......



J'ai entendu cette analyse (de l'inversion du conservatisme) à peu de chose près lors de l'émission religieuse du dimanche matin à la tv. Donc ce n'est pas moi qui me fait des idées.

Les catholiques sont historiquement les plus conservateurs... mais actuellement, effectivement en amérique surtout, la bascule s'est inversé.

Entre le créationnisme, la sécularisation, l'ouverture aux minorités, je pense comme dit théo que le fossé est surtout entre l'europe et l'amérique.


Je dis peut être une bêtise mais , l'impression que me donne les canadiens et les américains que je connais c'est que le protestantisme est tellement libérale que la plupart vivent comme des athés .. des agnostiques aufait on a même pas le réflexe de les penser chrétiens ou protestant .. Caillou par exemple me semble ressembler beaucoup aux protestant canadiens ...... Après les protestans auxquels vous pensez en France c'est l'extrême conservatrice qui encore une fois est à l'agonie donc , visible .
Revenir en haut Aller en bas
*Encelade*

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 15:48

Thedjezeyri14 a écrit:
*Encelade* a écrit:
oui j'admets volontiers que c'est binaire...

mais c'est l'image caricaturale qu'on a en france.

je me rappelle avoir demandé enfant à une amie protestante qu'elle était la différence: on est plus libre, on n'obéit pas au pape.......



J'ai entendu cette analyse (de l'inversion du conservatisme) à peu de chose près lors de l'émission religieuse du dimanche matin à la tv. Donc ce n'est pas moi qui me fait des idées.

Les catholiques sont historiquement les plus conservateurs... mais actuellement, effectivement en amérique surtout, la bascule s'est inversé.

Entre le créationnisme, la sécularisation, l'ouverture aux minorités, je pense comme dit théo que le fossé est surtout entre l'europe et l'amérique.


Je dis peut être une bêtise mais , l'impression que me donne les canadiens et les américains que je connais c'est que le protestantisme est tellement libérale que la plupart vivent comme des athés .. des agnostiques aufait on a même pas le réflexe de les penser chrétiens ou protestant .. Caillou par exemple me semble ressembler beaucoup aux protestant canadiens ...... Après les protestans auxquels vous pensez en France c'est l'extrême conservatrice  qui encore une fois est à l'agonie donc , visible .
vu de france on ne voit qu'eux...

et sur le forum... aussi Wink

mais tu as surement raison, on se fait des idées car on ne voit qu'eux... (mais quand on voit le nombres d'américains qui ne croient pas à l'évolution... c'est bcp plus qu'en europe... donc je sais pas...)
Revenir en haut Aller en bas
Aquilas**

avatar


MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    Lun 03 Sep 2018, 16:05

Poisson vivant a écrit:
Aquilas** a écrit:


Ahh


Parce que Jésus a racheté tous les péchés du monde l'homosexualité est un péché donc le péché de l'homosexuel serait racheté.


Donc si ce péché est racheté tous les péchés sont rachetés ?

Alors pourquoi Jésus a dit qu'il ne faut pas pécher ?


Jésus nous éclaire sur ceci

C'est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné



.


Oui exactement.

Il faut comprendre les circonstances exactes cependant.

Nous devons, comme Jésus nous le dit, nous rendre "vivants" c'est à dire, faire mourir le vieil homme et faire naitre le nouvel homme, c'est une résurrection, et pour se faire, nous devons croire en Jésus, écouter sa Parole, c'est à dire mettre la Parole de Jésus en pratique.

Donc si Dieu nous demande d'agir, il est entendu que nous devons nous conformer déjà aux lois mosaïques, donc ne pas pécher, et pour avoir le Salut, car obéir aux lois ne nous donne pas accès au Salut, nous devons mettre à profit la FOI GRATUITE que Dieu donne à chacun de nous, et c'est à nous de déceler ce don de Dieu en l'alimentant par notre volonté de suivre Jésus dans chacun de ses enseignements.

Donc ce n'est pas du laxisme que Dieu demande, c'est de l'action.

Cependant, nous savons toutefois que la fin du monde bouleversera le monde et c'est une certitude parce que la Bible est claire à ce sujet.

Et la fin du monde vient pour une raison précise qui doit être l'objet d'un sujet à part entière à part, mais quoi qu'il en soit, on peut dire que l'ensemble des humains, faute de n'avoir pu faire mourir l'homme ancien pour faire naitre l'homme nouveau, n'ayant pas pu en somme se rendre TOUS "vivants" sur terre c'est à dire non pécheurs, parce qu'une cause extérieure les en a empêchés, et c'est cette cause qui est productrice de la fin du monde, et bien, Jésus est mort sur la Croix afin de racheter tous les péchés de l'humanité victime du mauvais traitement qu'elle a subi et qui l'a empêché de s'élever spirituellement.

Donc ce n'est qu'à la fin du monde que les péchés seront rachetés par Jésus qui s'est porté caution, et comme la Bible le dit, "les morts ou pécheurs ressuscitent pour le Jugement mais devront servir Dieu servir Christ durant mille ans au préalable, en tant que sacrificateurs".

Donc nous comprenons que tous les pécheurs du monde de quelque péché que ce soit, seront pardonnés c'est à dire les pécheurs ne seront pas jetés dans l'étang de feu, à condition de revenir sur "une terre nouvelle" puisque l'ancienne n'existe plus, et devront occuper des missions de prêtres.

Quant au blasphème contre l'Esprit Saint qui lui entraine justement ces autres pécheurs distincts des premiers dans l'étang de feu, il est pour une catégorie de personnes, dont je ne parlerais pas pour l'heure.

Par conséquent il y a un processus qu'il y a lieu de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une histoire de religion ou de comportement ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire de religion ou de comportement ?
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les étranges tableaux religieux et ovnis
» Religion et préhistoire
» Evolution et religion
» L'impact des religions au fil de l'Histoire : bilan
» L'histoire du paganisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: FORUM de DISCUSSIONS ISLAMO-CHRETIEN-
Sauter vers: