Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Spiritualité pour un temps nouveau

Aller en bas 
AuteurMessage
rosarum

avatar


MessageSujet: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 10:47

Spiritualité pour un temps nouveau      07.09.2018

texte de José Arregi (théologien basque Espagnol, religieux franciscain du monastère d’Arrantzazu, professeur d’université)


Toutes les époques sont de transition. Mais elles n'ont pas toutes connu une transition d'époque. De nombreuses indications montrent que nous vivons aujourd'hui une profonde transformation culturelle, un changement d’époque plutôt qu’une époque de changements. Tout indique que nous sommes au seuil d'une nouvelle ère.
Or, toute transformation culturelle amène, à courte ou à longue échéance, une transformation religieuse.


source :  http://protestantsdanslaville.org/gilles-castelnau-libres-opinions/gl651.htm
Revenir en haut Aller en bas
rosarum

avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 10:48

Toutes les époques sont de transition. Mais elles n'ont pas toutes connu une transition d'époque. De nombreuses indications montrent que nous vivons aujourd'hui une profonde transformation culturelle, un changement d’époque plutôt qu’une époque de changements. Tout indique que nous sommes au seuil d'une nouvelle ère.
Or, toute transformation culturelle amène, à courte ou à longue échéance, une transformation religieuse.
Prenons, par exemple, quelques transformations fondamentales des systèmes de production de biens de consommation. Le passage de la culture de chasseurs / cueilleurs à la culture sédentaire de l'agriculture il y a 10.000 ans a entraîné la formation de groupes humains sédentaires et plus nombreux, la construction de village et puis des cités. Mais la cité impose la spécialisation des professions, l’organisation d’une société complexe et, au terme, sa hiérarchisation. Et au fur et à mesure que la société se configure de manière plus complexe, il arrive de même avec la cosmovision dans son ensemble : le ciel en haut, la terre au milieu, l’inframonde des morts. La cité a amené aussi l’invention de l’écriture et la mise par écrit des mythes…

Eh bien, c’est alors que sont nées les religions en tant que systèmes de croyances, de rites et de normes que l’on doit observer ; c’est alors qu’ont été conçus les divinités, les panthéons. Et il y a 5000 ans a été conçue et représentée la figure humaine d’un Dieu unique. Je dis la figure de Dieu, non pas le Mystère, la Réalité, la Présence de la Compassion, l’Esprit créateur et consolateur. Toutes les grandes religions du passé ou du présent sont nées dans des cultures agricoles, avec des patrons fondamentaux en commun, en cohérence à la vision du monde propre à l’époque. Les croyances et les institutions religieuses fondamentales des grandes religions universelles (divinités, esprits, temples, sacrifices, l’au-delà…), toutes les religions donc d’aujourd’hui – depuis les mystiques orientales jusqu’au monothéismes abrahamiques, héritiers à leur tour du monothéisme zoroastrien – correspondent à l’antique vision agraire du monde : une vision géocentrique, anthropocentrique, hiérarchique et dualiste.

Il y a seulement 200 ans, l'industrialisation, la modernité, les sciences avant tout, ont provoqué un changement radical, de plus en plus généralisé, de la cosmovision traditionnelle qui soutiennent les religions, le christianisme y compris. Les religions n’ont pas disparu, mais elles ont été profondément secouées et se trouvent, du moins dans notre société façonnée par les sciences, profondément ébranlées. Il est impossible depuis lors de continuer à lire et à comprendre de manière littérale les textes fondateurs (Bible, Credo…). Toutes les résistances des institutions religieuses, aussi fortes soientelles, devront céder tôt ou tard.

Aujourd'hui, l'ère industrielle cède la place à l'ère postindustrielle de l'information : l'information augmente à un degré inimaginable depuis il y a seulement quelques années et elle circule à vitesse incroyable. L'avenir est encore plus inimaginable. Toutes les institutions traditionnelles sont en crise, ou en ruine. Le pluralisme est inévitable.
Un monde millénaire est en train de disparaître. Le vieux monde est en crise. La crise économique est la crise d'un modèle culturel, un modèle de développement, de production, de relation, d’être. Une nouvelle vision du monde global, un nouveau paradigme s’impose sans même qu'on s’en rende compte : un paradigme holistique (tout est en relation, en interaction) et un paradigme dynamique et évolutionniste (tout en mouvemente et en évolution). Tout est en relation et transformation, en interaction transformatrice.

Et tous ces changements sont insignifiants devant la révolution qui s’annonce : la révolution post-humaine… Devenus maîtres de la création, devenus aussi maîtres de la clé de l’évolution dite naturelle , nous sommes à la veille de créer un être supérieur, bien plus puissant que nous, Homo Sapiens. Nous ne savons pas encore quelle forme il aura. Ce pourrait être un organisme génétiquement et neurologiquement altéré, enrichi, ou un être bionique (un cyborg, organique et cybernétique à la fois, avec des prothèses de tout ordre…), ou des simples robots capables de doutes les fonctions humaines mais en degré bien plus performant… Ce n’est pas pour demain, mais ce n’est pas si loin. Tout ce qui viendra pourrait entraîner des différences et des esclavages entre les humains qui n’ont jamais existé. Nous pouvons devenir des anges gardiens ou des anges exterminateurs les uns pour les autres et pour les autres espèces vivantes. Mais l’espèce que nous créerons pourra peut-être nous exterminer nous-mêmes…
Il paraît risible de se demander si les religions traditionnelles survivront encore…
Revenir en haut Aller en bas
rosarum

avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 10:50

Spiritualité transreligieuse


Pour toutes ces raisons, le monde, tout le monde, dans la mesure où les universités s’implanteront partout et la vision scientifique du monde finira par s’imposer dans tout le monde, s’achemine vers la disparition des religions traditionnelles ou du moins vers leur profonde transformation. Est-ce si grave ?
« Les religions s’écroulent quand elles perdent leur pouvoir d’inspirer » (W. Pannenberg). N’est-ce pas ce qui est arrivé depuis longtemps, depuis la modernité, depuis la Renaissance, depuis toutes les alliances de la religion avec le pouvoir ? N’est-ce pas cela qui est arrivé quand le mouvement de Jésus s’est lié au pouvoir impérial romain ? Jésus ne s’est-il pas dressé en face de la religion établie comme système de croyances et de pouvoir menaçant la vie ?

Bien avant encore, il y eut une époque, que K. Jaspers appela temps axial (autour du VIe siècle avant J. C.), une époque où depuis la Chine jusqu’à la Grèce émergea un puissant mouvement spirituel en rupture avec les différentes religions. En Chine, Confucius s’éloigna de la religion et des divinités et se pencha vers une éthique humaniste politique ; Laozi quitta les croyances et les rites religieux et s’appliqua à la recherche de l’harmonie mystique avec soi-même et avec tout ce qui est.
En Inde, Bouddha et Mahavira se désintéressèrent des croyances et des dieux, et ouvrirent la voie de la libération intérieure pour le dépassement de la souffrance (Bouddha) et de toute violence (Mahavira).
En Perse, Zoroastre chercha en profondeur, le premier, la foi éthique en un Dieu unique au-delà de toute représentation des différents dieux et même du Dieu unique.
En Israël, des prophètes comme Osée et Amos, Isaïe et Jérémie, se levèrent contre une religion de rites et de mots, et ils crièrent à plein gosier :
« Renvoie libres les opprimés, partage ton pain avec celui qui a faim, et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile… Alors ta lumière poindra comme l’aurore, et la gloire de l’Éternel t’accompagnera » (Is 58,6-8).
En Grèce, une pléiade de savants combine la rationalité scientifique et le regard mystique (Thalès, Héraclite, Pythagore.. et puis Socrate, Platon, Aristote…), en même temps que l’idéal démocratique avance dans la polis laïque…

Dans le temps axial, on peut dire, s’amorce ici et là, de manière encore locale, le dépassement de la vieille religion vers l’éthique et la mystique. On pourrait dire que, 2500 ans après, nous nous trouvons entièrement plongés dans ce courant, mais cette fois-ci au niveau global, planétaire. L’avenir n’est pas écrit, déterminé, mais tout suggère que la diffusion de la même culture scientifique, universitaire, aura les mêmes effets de fond partout.

Toutes les religions traditionnelles, mais aussi les nouveaux mouvements spirituels (New Age) impliquent des croyances : « Dieu » comme personne ou être suprême, l'élection d'Israël, l'incarnation de Dieu dans le sein d’une mère vierge, la révélation du Coran à Muhammad par l'ange Gibril (Gabriel), la réincarnation sans fin due à la loi du Dharma-Karma, l'accumulation de mérites par la récitations des mantras ou la prévision de l'avenir dans le calendrier maya des treize lunes… Ces croyances ou d'autres, innombrables, ont laissé d’être essentiels pour la spiritualité ? Simplement, elles ne son plus croyables, elles se trouvent en dehors du « croyable disponible » (P. Ricœur) de notre époque. Les croyances dépendent toujours de la culture de l’endroit et de l’époque.

En plus, les croyances n’ont jamais été essentielles pour les hommes et les femmes qui approfondissaient la conscience mystique au sein de leur religion. Aujourd’hui, les deux facteurs se rallient. La quête mystique dépasse tous les systèmes de credo-culte-code et, d’autre part, les croyances cessent simplement d’être crédibles pour la conscience commune de la grande majorité dans notre société occidentale. Et il paraît logique de penser que le même phénomène s’étendra au niveau planétaire de la main des sciences universitaires et de la soif mystique...

Il y a des études qui pointent vers la disparition imminente des religions dans les pays développés. La Commission théologique de l'EATWOT (Ecumenical Association of Third World Theologians) a publié un document de travail qui mérite attention. Le titre est provocateur (« Vers un paradigme post-religional »), et sa thèse ne l’est pas moins : le christianisme (et chacune des religions traditionnelles) est un Titanic en naufrage, incapable de flotter dans les eaux profondes de la « société du savoir » actuelle. Il est construit sur un paradigme, une vision du monde, un imaginaire d’un monde passé. Il ne semble pas que le christianisme et les autres religions aillent disparaître aussitôt, mais il est impossible d’arrêter le processus. Dans les années 50, 60, 70 du XXe siècle même, les théologies de la sécularisation et de la mort de Dieu (Bonhöffer, Vahanian, Robinson, Van Buren, Altizer, Hamilton, Tillich…) ont proposé de nouveaux langages possibles pour un temps nouveau, mais ils n’ont été suivis ni par les théologiens ni par les institutions protestantes et catholiques.

Bien entendu, le fait que les religions disparaissent ne signifie pas que l’Esprit qui habite dans le fond des êtres et au cœur des communautés va disparaître. Le regard limpide, l’admiration de la beauté, le respect de la vie, la compassion du blessé, l’aspiration de l'infini ne disparaîtront pas.

Dans notre société la plus proche, nous voyons émerger un mouvement puissant de spiritualité laïque, non liée à une confession religieuse, à un système de croyances et de rites, à une institution religieuse quelconque. Une nouvelle spiritualité, interreligieuse et transreligieuse, mystique et écologique, solidaire et égalitaire est en train d’émerger. Une spiritualité qui est « sagesse éternelle » (W. Jäger), qui est antérieure à la religion ; elle peut éventuellement être associée à une religion, mais elle oblige à relire autrement tous les « textes sacrés » d’autrefois, pour se laisser inspirer à nouveau et respirer librement leur souffle.

Jean Mansir écrit : « La foi vivante, l’Évangile en acte dans notre esprit, dans notre vie courante, dans notre prière, nous appelle sans cesse à dépasser les images, les représentations, les formules dogmatiques (les "vérités de la foi") dont s’alimente la sensibilité du croyant. La foi nous invite à dépasser ou plutôt à "traverser" toutes ces déterminations de la croyance et de l’adhésion à une religion pour que notre esprit et notre cœur s’enfoncent dans le Mystère et, comme disent les mystiques, dans la nuit et l’inconnaissance de la Réalité divine » ( 12 )

Spiritualité trans-religionale signifie aussi spiritualité trans-théiste. C’est-à-dire, une spiritualité libérée de toute représentation de Dieu comme entité distincte du monde. Le Dieu théiste est une image construite par la pensée humaine, conçu comme étant séparé du monde. Un Dieu personnage suprême, créateur qui existait avant le monde et qui l’a créé à partir de rien, acteur et juge, qui intervient ou reste passif, qui entend et parle, qui élit et refuse, qui se révèle et se cache, qui fait grâce ou châtie… n’a plus de place dans le « croyable disponible » de l’immense majorité des hommes et de femmes occidentales d’aujourd’hui. On ne croit pas ce que l’on veut, mais ce que l’on peut. Dieu ne peut plus être concevable ni comme personnel ni comme impersonnel, ni comme objet ni comme sujet. Le Mystère qui est Communion est trans-personnel, audelà de toute dualité et de toute unité. Le Mystère de la Relation/Relativité/Réciprocité dans tous les étants n’est ni masculin ni féminin, mais au-delà du genre. Le Mystère de l’Infini « en qui nous vivons, nous mouvons et sommes » (Act 17,28) n’est pas localisable, il n’est ni en-deçà ni au-delà. Le Mystère Innombrable n’est ni Un ni plusieurs, mais Tous et Personne, Rien et Tout, Tout en tout.

Dieu est comme l’enfant dans la mère, comme la lumière dans la flamme, comme le sens dans le mot, comme l’esprit dans le corps. Essayons des métaphores toujours nouvelles qui nous portent au-delà, en deçà. Dieu est la Puissance du Réel (X. Zubiri), le Fond du Réel (P. Tillich), la Créativité sacrée (S. Kauffman), Bonté Heureuse, Tendresse créative, Esprit ou Ruah universelle. Si nous vivons cela, nous vivons de Dieu, nous faisons vivre Dieu en nous, en tout. Et Jésus ? Où est Jésus en tout cela ?
Revenir en haut Aller en bas
marcel1990




MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 11:06

jamais les religions ne disparaitrons.... il y aura toujours la résistance... par contre le New Age disparaîtra...et Sofia avec
Revenir en haut Aller en bas
rosarum

avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 12:06

marcel1990 a écrit:
jamais les religions ne disparaitrons.... il y aura toujours la résistance... par contre le New Age disparaîtra...et Sofia avec

les religions des egyptiens, des grecs, des romains et tant d'autres ont déja disparu
l'islam disparaitra aussi un jour, c'est certain, mais tu as raison en ce sens que d'autres formes de religions ou spiritualités apparaitront.
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 12:41

rosarum a écrit:
Spiritualité pour un temps nouveau      07.09.2018

texte de José Arregi (théologien basque Espagnol, religieux franciscain du monastère d’Arrantzazu, professeur d’université)


Toutes les époques sont de transition. Mais elles n'ont pas toutes connu une transition d'époque. De nombreuses indications montrent que nous vivons aujourd'hui une profonde transformation culturelle, un changement d’époque plutôt qu’une époque de changements. Tout indique que nous sommes au seuil d'une nouvelle ère.
Or, toute transformation culturelle amène, à courte ou à longue échéance, une transformation religieuse.


source :  http://protestantsdanslaville.org/gilles-castelnau-libres-opinions/gl651.htm

Texte prophétique j'espère...

_________________
"Dans une société établie sur l'esprit de compétition, il ne peut y avoir de fraternité ; et aucune réforme, aucune dictature, aucune méthode éducative ne l'engendrera."
Jiddu Krishnamurti
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 13:20

Citation :
Dans notre société la plus proche, nous voyons émerger un mouvement puissant de spiritualité laïque, non liée à une confession religieuse, à un système de croyances et de rites, à une institution religieuse quelconque. Une nouvelle spiritualité, interreligieuse et transreligieuse, mystique et écologique, solidaire et égalitaire est en train d’émerger. Une spiritualité qui est « sagesse éternelle » (W. Jäger), qui est antérieure à la religion ; elle peut éventuellement être associée à une religion, mais elle oblige à relire autrement tous les « textes sacrés » d’autrefois, pour se laisser inspirer à nouveau et respirer librement leur souffle.

C'est le maître mot: "elle oblige à relire autrement tous les "textes sacrés" d'autrefois.

C'est ce qui se pratique aujourd'hui aussi bien dans le christianisme que dans l'islam, il y a toujours eu une "querelle des anciens et des modernes" deux factions qui s'opposent: les conservateurs et ceux qui veulent penser autrement.
Ceux qui ont peur de penser autrement et qui maudissent ceux qui lisent autrement, les coranistes par exemple.

Il faut retenir que les conservateurs disparaissent toujours et c'est ainsi que le monde change. Le rôle de la femme progresse, la lapidation disparaît, les saoudiennes peuvent conduire et un jour c'est sûr les prêtres catholiques se marieront.

_________________
Mener des croisades contre  la religion de l'autre conduit à la guerre, au terrorisme et au génocide.

Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Ven 07 Sep 2018, 13:27

cailloubleu* a écrit:

Il faut retenir que les conservateurs disparaissent toujours et c'est ainsi que le monde change. Le rôle de la femme progresse, la lapidation disparaît, les saoudiennes peuvent conduire et un jour c'est sûr les prêtres catholiques se marieront.




       cheers cheers cheers

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Poisson vivant

avatar


MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   Sam 08 Sep 2018, 19:22

cailloubleu* a écrit:
Le rôle de la femme progresse, la lapidation disparaît, les saoudiennes peuvent conduire et un jour c'est sûr les prêtres catholiques se marieront.


Que Dieu t'entende




.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spiritualité pour un temps nouveau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spiritualité pour un temps nouveau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Raymond Panikkar, une christophanie pour notre temps
» Poésie pour notre temps, par le Père Pro
» Directives pour notre temps : Message de Jésus à Anne !
» Prévoyons nos bougies pour le temps de l'Avent
» Prières a Marie pour le temps du Carême

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: FORUM de DISCUSSIONS ISLAMO-CHRETIEN-
Sauter vers: