Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?

Aller en bas 
AuteurMessage
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyDim 05 Mai 2019, 11:18

5/05/2019

La violence des messages sur les réseaux sociaux ou la crise des gilets jaunes interrogent sérieusement notre société sur sa capacité à dialoguer, à aller vers celui qui ne pense ni n’agit comme nous, à prendre sur soi pour rendre la rencontre et le projet commun possible.
En clair, sommes-nous encore capables de bienveillance ?
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 00:11

Ce que tu dis correspond déjà à un degrés de bienveillance, plus qu'à la bienveillance en elle même.

Savoir se montrer bienveillant avec une personne différente ou qui ne pense pas comme nous, est un des degrés élevé de la bienveillance.

Parce que l'on peut être bienveillant mais que pour soi même ou que pour nos proches.

On pourrait donc dire qu'à partir du moment où les principes démocratiques sont en danger, ce degré de bienveillance également.

Donc, oui bien sûr que " les gens " sont encore capable de bienveillance, y compris dans ce principe démocratique, mais la conjoncture n'est pas favorable pour mettre ceci en avant.

On assiste, comme c'est souvent le cas en période de crainte et de doute, en période de " crise ", à un replis sur soi, ou forcement les intérêts personnels priment sur l'idée de bien commun ou droit commun.

Mais, le potentiel que ce soit d'empathie ou de bienveillance est toujours là, il est parfois mis en avant en donnant une éthique ou parfois relégué au second plan pour en donner une autre, plus individualiste.
Revenir en haut Aller en bas
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 06:26

Tonton a écrit:
Ce que tu dis correspond déjà à un degrés de bienveillance, plus qu'à la bienveillance en elle même.

Savoir se montrer bienveillant avec une personne différente ou qui ne pense pas comme nous, est un des degrés élevé de la bienveillance.

Parce que l'on peut être bienveillant mais que pour soi même ou que pour nos proches.

On pourrait donc dire qu'à partir du moment où les principes démocratiques sont en danger, ce degré de bienveillance également.

Donc, oui bien sûr que " les gens " sont encore capable de bienveillance, y compris dans ce principe démocratique, mais la conjoncture n'est pas favorable pour mettre ceci en avant.

On assiste, comme c'est souvent le cas en période de crainte et de doute, en période de " crise ", à un replis sur soi, ou forcement les intérêts personnels priment sur l'idée de bien commun ou droit commun.

Mais, le potentiel que ce soit d'empathie ou de bienveillance est toujours là, il est parfois mis en avant en donnant une éthique ou parfois relégué au second plan pour en donner une autre, plus individualiste.

Bonjour,
Peut-on être bienveillant envers une personne qui refuse ta bienveillance ?
On peut-être bienveillant mais le faire avec maladresse et cette bienveillance peut être prise pour de la malveillance car incomprise !
Comment peut-on être bienveillant face à une personne qui est malveillante envers toi?
Jésus nous dit :" aimez vos ennemis" Cela ne veut pas dire forcement aimer ce qu'il font de mal envers toi!
Chaque fois que nous manquons d'amour envers son voisin on manque d'amour envers soi même et envers Dieu!
La bienveillance peut être liée à l'émotion , la compassion du moment et avec le temps et les évènements devenir malveillante .

Si je puis m'exprimer ainsi , la bienveillance serait pour un chrétien Jésus devant marchant vers son père suivit des apôtres et Jésus dit aux apôtre attention "nous allons traverser une turbulence" Faite passer le mot et soutenez vous les uns les autres ainsi une fois la turbulence passée le calme revient sans perte humaine et tout le monde arrive à bon port !

Sommes nous bienveillant entre nous?
La question peut ce pauser !

La bienveillance est la base de la vie en société. Sans elle la vie serait invivable . Ce n'est pas le plan de Dieu!

Jésus est plus que bienveillant il Aime ! Même ses ennemis .

Peut-on dire en 2019 que certains être humains se servent de la bienveillance pour justifier la malveillance ? Quand on agit mal au Nom de celui en qui on croit!

Soyons bienveillant les uns envers les autres avec nos différences l'Humanité s'en portera nettement mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 06:43

tout homme et toute femme, créature de Dieu, dispose du même potentiel d'amour et de compassion.

Mais, il y a des faux prophètes et chacun peut constater au combien on peut jusqu'à reprocher les actes de bienveillance, en conseillant plutôt de penser à soi même et pas aux autres.

Donc, dans un contexte de plus en plus individualiste, la bienveillance se raréfie et les actes d'incivilité se multiplient, mais la fonction empathique fonctionne toujours, sauf et uniquement sauf, pour les psychopathes. Il y en a toujours eu.

Ensuite travaillant auprès de gens souffrant de paranoïa, je peux te dire que prendre mal un acte pourtant bienveillant, je connais.

Disons que dans l'ensemble, faire l'exercice de la bienveillance, s'est aussi faire face à ses échecs, ça fait parti de l'expérience.

Donc, ce que je constate au départ, que ce soit pour que la bienveillance soit bien prise, ou pour autre chose, c'est qu'il faut instaurer un climat de confiance, c'est la condition préalable à biens des choses.
Revenir en haut Aller en bas
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 09:02

Tonton a écrit:
tout homme et toute femme, créature de Dieu, dispose du même potentiel d'amour et de compassion.

Mais, il y a des faux prophètes et chacun peut constater au combien on peut jusqu'à  reprocher les actes de bienveillance, en conseillant plutôt de penser à soi même et pas aux autres.

Donc, dans un contexte de plus en plus individualiste, la bienveillance se raréfie et les actes d'incivilité se multiplient, mais  la fonction empathique fonctionne toujours, sauf et uniquement sauf, pour les psychopathes. Il y en a toujours eu.

Ensuite travaillant auprès de gens souffrant de paranoïa, je peux te dire que prendre mal un acte pourtant bienveillant, je connais.

Disons que dans l'ensemble, faire l'exercice de la bienveillance, s'est aussi faire face à ses échecs, ça fait parti de l'expérience.

Donc, ce que je constate au départ, que ce soit pour que la bienveillance soit bien prise, ou pour autre chose, c'est qu'il faut instaurer un climat de confiance, c'est la condition préalable à biens des choses.

Et je crois qu'il faut respecter la liberté de celui ou celle en qui on veut être bienveillant.
(Exemple la bienveillance des maraudeurs envers les SDF. Elle est des fois repousser par ces SDF eux même. )
La bienveillance est de faire en sorte que la personne qui va en profiter puisse elle aussi devenir bienveillante et ainsi prendre sa vie en main afin d'en être pleinement responsable. La bienveillance est la main tendue de la Charité.
La Charité c'est de la bienveillance active.
Le bienveillant regarde, réfléchit, agit et si possible il agit avec le bien veillé.

Le pauvre va au resto du cœur mais si il y passe toute sa vie et que l'on ne fait pas ce qu'il faut pour qu'il ai un travail et un logement on en sort pas .
Le pensement sur une jambe de bois ne sert à rien.

Nous vivons dans une communauté humaine mais cette communauté est faite essentiellement d'individualités qui ne cherche pas beaucoup à échanger.
Les Ya-cas son des sons qu'on entend dans toutes les bouches mais quand il s'agit d'agir on est souvent devant les abonnés absents.

( Un homme assit au bord d'une route pleurait, Jésus s'assois à coté de lui est lui demande pourquoi tu pleures? L'homme lui montra son bulletin de paye a Jésus et Jésus pleura avec lui !)
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 12:41

La bienveillance peut aller aussi jusqu'à accepter qu'elle soit refusée parce que l'autre veut autre chose que ce que notre charité lui propose.

En fait, ce qui est plus difficile, ce n'est pas la charité, c'est instaurer un climat de confiance. Car pour le faire, il faut que chacun soit en confiance en se sentant être accepté tel qu'il est, sans jugement.

C'est donc une question de considération sur l'intégrité, accepter l'intégrité de l'autre, c'est difficile en raison de cette tendance à faire des projections de soi même sur l'autre :

il a besoin de ça parce que moi même j'en ai eu besoin. Il pense ça parce que moi même je pense ça. Il va dire ça parce que moi même j'aurai dis ça. Il fera ça parce que c'est ce que je ferais, etc....

Alors que pas forcement, mais c'est souvent ces projections qui parasitent les dialogues, la base de l'échange puisque la base de la relation. Et ensuite viennent les œuvres.
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 14:00

Je suis d'accord avec vous deux, mais j'ajouterais aussi LA SOLIDARITE parce que sans elle, il n'y a pas d'action. 

On peut avoir de la bienveillance, comme tu dit Tonton, en étant à côté de la plaque, parce qu'on ne se met pas à la place de l'autre (c'est ce que j'ai du moins compris dans ton dernier post) et cela arrive tout le temps, vu qu'on pense que pour l'autre, c'est ce qui est pareillement bon pour nous.

Pour reprendre l'exemple du SDF, on peut lui proposer la nuit dans un foyer, mais s'il refuse, en cherchant la raison, on s'aperçoit que c'est parce qu'il ne veut pas se plier aux règles du foyer qui n'accepte pas les chiens ou qu'il ne peut pas se passer de sa bouteille de vin (faits vécus).

Par-ci, par là, pour ne rester que sur les SDF, il y a des associations qui se créent pour leur apporter un soutien et, chez nous, des bénévoles demandent aux commerçants de les laisser passer la nuit devant leur magasin au lieu d'appeler les gendarmes pour les faire décamper.

Je souligne que cette initiative est venue de l'Eglise protestante Baptiste qui est située dans une rue commerçante.

_________________
Puisse Jésus me donner toujours de comprendre que Lui seul est le bonheur parfait, même quand Lui-même paraît absent
Ste Thérèse de Lisieux
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV
Moderateur
Moderateur
OlivierV


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 17:03

Pétunia a écrit:

Pour reprendre l'exemple du SDF, on peut lui proposer la nuit dans un foyer, mais s'il refuse, en cherchant la raison, on s'aperçoit que c'est parce qu'il ne veut pas se plier aux règles du foyer qui n'accepte pas les chiens ou qu'il ne peut pas se passer de sa bouteille de vin (faits vécus).

Par-ci, par là, pour ne rester que sur les SDF, il y a des associations qui se créent pour leur apporter un soutien et, chez nous, des bénévoles demandent aux commerçants de les laisser passer la nuit devant leur magasin au lieu d'appeler les gendarmes pour les faire décamper.

Je souligne que cette initiative est venue de l'Eglise protestante Baptiste qui est située dans une rue commerçante.

Néanmoins, ce SDF, il a véritablement besoin de son chien et/ou de sa bouteille. C'est bien souvent leur seul moyen de survie dans ce monde terrible de la rue.
Et, outre ces deux raisons, il y a malheureusement des situations dramatiques vécues dans ces centres d'hébergement. Nombre de ceux qui y sont passés se sont fait voler le peu qu'ils avaient.

Très belle initiative que de demander aux commerçants de permettre aux sans abris que de pouvoir rester la nuit devant chez eux.

_________________
"Dans une société établie sur l'esprit de compétition, il ne peut y avoir de fraternité ; et aucune réforme, aucune dictature, aucune méthode éducative ne l'engendrera."
Jiddu Krishnamurti
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 19:17

OlivierV a écrit:
Néanmoins, ce SDF, il a véritablement besoin de son chien et/ou de sa bouteille. C'est bien souvent leur seul moyen de survie dans ce monde terrible de la rue.
Et, outre ces deux raisons, il y a malheureusement des situations dramatiques vécues dans ces centres d'hébergement. Nombre de ceux qui y sont passés se sont fait voler le peu qu'ils avaient.

Très belle initiative que de demander aux commerçants de permettre aux sans abris que de pouvoir rester la nuit devant chez eux.

C'est vrai tous ces problèmes !! mais qu'y faire ? tu imagines tous les SDF avec leurs chiens dans un foyer ?

Question vols, ça arrive aussi dans la rue, ce qui dégénère souvent en bagarres… où ils finissent au commissariat !

_________________
Puisse Jésus me donner toujours de comprendre que Lui seul est le bonheur parfait, même quand Lui-même paraît absent
Ste Thérèse de Lisieux
Revenir en haut Aller en bas
OlivierV
Moderateur
Moderateur
OlivierV


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 20:14

Pétunia a écrit:


C'est vrai tous ces problèmes !! mais qu'y faire ? tu imagines tous les SDF avec leurs chiens dans un foyer ?

Avec de la volonté politique, de telles structures devraient pouvoir voir le jour...

Pétunia a écrit:

Question vols, ça arrive aussi dans la rue, ce qui dégénère souvent en bagarres… où ils finissent au commissariat !

C'est vrai. D'où la nécessité de trouver ou de créer des lieux qui correspondent à leurs attentes...

_________________
"Dans une société établie sur l'esprit de compétition, il ne peut y avoir de fraternité ; et aucune réforme, aucune dictature, aucune méthode éducative ne l'engendrera."
Jiddu Krishnamurti
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyLun 06 Mai 2019, 21:41

OlivierV a écrit:
Pétunia a écrit:


C'est vrai tous ces problèmes !! mais qu'y faire ? tu imagines tous les SDF avec leurs chiens dans un foyer ?

Avec de la volonté politique, de telles structures devraient pouvoir voir le jour...

Pétunia a écrit:

Question vols, ça arrive aussi dans la rue, ce qui dégénère souvent en bagarres… où ils finissent au commissariat !

C'est vrai. D'où la nécessité de trouver ou de créer des lieux qui correspondent à leurs attentes...

Ils arrivent squatter des immeubles insalubres… des maisons vides… des granges… et parfois des drames arrivent, car vu qu'ils s'éclairent avec des bougies, le feu est vite arrivé. 
Où cela me met en boule, il y a quelques années, il y a eu un drame (une fille de 16-17 ans est décédée), les parents portent plainte contre je ne sais qui : ils n'auraient pas pu s'en occuper avant de leur fille ? 
Que les adultes veulent vivre dehors pour la liberté, c'est leur problème, mais les jeunes, non.

_________________
Puisse Jésus me donner toujours de comprendre que Lui seul est le bonheur parfait, même quand Lui-même paraît absent
Ste Thérèse de Lisieux
Revenir en haut Aller en bas
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMar 07 Mai 2019, 06:50

Tonton a écrit:
La bienveillance peut aller aussi jusqu'à accepter qu'elle soit refusée parce que l'autre veut autre chose que ce que notre charité lui propose.

En fait, ce qui est plus difficile, ce n'est pas la charité, c'est instaurer un climat de confiance. Car pour le faire, il faut que chacun soit en confiance en se sentant être accepté tel qu'il est, sans jugement.

C'est donc une question de considération sur l'intégrité, accepter l'intégrité de l'autre, c'est difficile en raison de cette tendance à faire des projections de soi même sur l'autre :

il a besoin de ça parce que moi même j'en ai eu besoin. Il pense ça parce que moi même je pense ça. Il va dire ça parce que moi même j'aurai dis ça. Il fera ça parce que c'est ce que je ferais, etc....

Alors que pas forcement, mais c'est souvent ces projections qui parasitent les dialogues, la base de l'échange puisque la base de la relation. Et ensuite viennent les œuvres.

Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? 186382
07.05.2019 / 06:48:28
Le refus de la bienveillance est en fin de compte un manque de confiance en soi et envers les autres. Quoi que je fasse, quoi qu'on fasse je ne sortirai jamais de ma misère.

Je me souviens d'un caméra caché passée il y pas mal d'année ou un comédien joue le role d'un SDF et ensuite d'un personne ayant un rag sociale important.
La scène ce pas dans une rue passante de Paris.
1er Cas "le SDF" Cette personne simule un malaise et tombe par terre en simulant une douleur qu'il ne supporte pas.
2eme Cas " une personne de rand élevé"" simulant le même malaise.
On constate que pour le SDF personne ne bouge on passe son chemin. Pour la personne de rang sociale élevé un attroupement se fait et on s'empresse d'appeler les pompiers.

Pétunia fait remarquer que la bienveillance sans la charité elle n'a aucun sens je partage son avis.
Mais suffit-il de donner un morceau de pain à un SDF qui a faim pour avoir bonne conscience?
Notre société dite évoluée dans laquelle nous visons est devenu de plus en plus individualiste.
On se voit mais on ne se regarde pas. On entend Mais on ne n'écoute pas.
On dit et on pense que ça ne va pas mais on n'agit pas.
Il y a là une forme sournoise de la brutalité humaine qui finit par rendre brutal ceux qui sont victimes et cela entraine l'exaspération de ceux qui vivent "bien"
Le "que faire" est une forme de lâcheté et il est répétitif. La Ya-cas est lui aussi répétitif.

Si on donné de quoi vivre au lieu de donner à manger en laissant dans la misère ?
Pourquoi de tous temps y-a-t-il eux des laissés-pour-compte.

Notre société "politique" est-elle politiquement bienveillante ou ne se contente-t-elle pas seulement de condescendance pour avoir bonne conscience.
On ne parle pas de politique mais on fait de la politique par nos actes et nos paroles.
Ou est la place de l'Homme dans notre société qu'on dit humaine ?
La condescendance : NON!
La bienveillance : PASSABLE!
La charité : LA SOLUTION si elle est accompagnée de la SOLIDARITE POLITIQUE (le mot politique étant ici le sens d'organiser la société)

On peut changer le monde si on s'en donne la peine et la volonté.
Mais nous savons tous que le monde parfait ici bas n'existe pas mais nous devons ici bas nous préparer au Monde Parfait d'en Haut,
celui que Dieu nous a promis . Dieu est en chacun de nous c'est écrit donc si on respecte Dieu cela passe par le respect partager entre nous.

Donnez du pain à ceux qui ont faim = Donner du travail à ceux qui ont faim c'est nettement mieux.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMar 07 Mai 2019, 07:44

" Le refus de la bienveillance est en fin de compte un manque de confiance en soi et envers les autres. Quoi que je fasse, quoi qu'on fasse je ne sortirai jamais de ma misère. "

dixit Chrislam.

oui, ou, comme le dit aussi Pétunia, parce que le bienveillant peut être à côté de la plaque.

Sur ce point, j'ai rajouté en raison des projections de soi dans l'autre, c'est à dire que l'acte en lui même correspond plus à ce que nous voudrions pour nous même qu'à la demande de celui qui est dans ses besoins à lui.

Solidarité, oui, je pense aussi que c'est un point de départ. Sous la forme de voir en l'autre une personne égal à soi même. Ce qui explique pourquoi parfois, les projections se mettent forcement en place.

Ainsi, si parfois en raison des projections, le climat de confiance est mis à défaut, par manque de considération pour l'intégrité dans la différence, il ne faut pas s'en offusquer. C'est normal.

Car la charité n'est pas la finalité de l'histoire, mais un intermédiaire entre soi et l'autre, dans une relation qui se construit. Quelque chose qui se construit est en ça, une expérimentation, avec ses réussites et ses échecs comme pour bien des choses.

Il faut du coup penser à ce qu'apporte aussi l'acte en lui même, pour celui qui le donne, pas seulement pour celui qui reçoit. On parle parfois d'un effet boomerang. Car celui qui donne reçoit la leçon qu'il s'entoure de bien de superflus en comparaison à celui qui reçoit la charité.

C'est donc aussi, à travers la charité, une leçon d'humilité qu'il ne faut pas négliger, car c'est ce retour en lui même, qui permet d'exercer la charité sans tomber dans ses propres quêtes de justification.

Ainsi dans la relation à l'autre, se construit ce climat de confiance, quand l'un et l'autre savent exprimer non seulement de la compassion ou de la reconnaissance, mais aussi de l'intérêt l'un pour l'autre, en tant que personne, en allant ainsi au delà des aspects matériels et en se dévoilant d'esprit à esprit.

Ainsi, on peut donner le pain, mais aussi s’asseoir à côté du sdf, pour découvrir qui il est. On peut faire les 2, mais s'asseoir et discuter, peut aussi se faire en dehors, de l'acte de charité. C'est à dire, qu'en ce jour, je te donne rien, mais je m'assoie à côté de toi, pour t'écouter, car je sais que malgré ta situation socialement difficile au point d'être méprisable et ignorée par connaissance que ton sort, pourrait être le mien, je sais que tu as des choses à dire, que tu as des choses à m'apprendre, et donc à me donner.

Donc avant tout acte et même toute pensée, ce qui vient en premier, c'est le regard que l'on pose. On peut voir en l'autre un qui a besoin de nous mais aussi celui qui nous donne en retour, une nourriture pour l'Esprit.
Revenir en haut Aller en bas
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMar 07 Mai 2019, 09:02

Tonton a écrit:
" Le refus de la bienveillance est en fin de compte un manque de confiance en soi et envers les autres. Quoi que je fasse, quoi qu'on fasse je ne sortirai jamais de ma misère. "

dixit Chrislam.

oui, ou, comme le dit aussi Pétunia, parce que le bienveillant peut être à côté de la plaque.

Sur ce point, j'ai rajouté en raison des projections de soi dans l'autre, c'est à dire que l'acte en lui même correspond plus à ce que nous voudrions pour nous même qu'à la demande de celui qui est dans ses besoins à lui.

Solidarité, oui, je pense aussi que c'est un point de départ. Sous la forme de voir en l'autre une personne égal à soi même. Ce qui explique pourquoi parfois, les projections se mettent forcement en place.

Ainsi, si parfois en raison des projections, le climat de confiance est mis à défaut, par manque de considération pour l'intégrité dans la différence, il ne faut pas s'en offusquer. C'est normal.

Car la charité n'est pas la finalité de l'histoire, mais un intermédiaire entre soi et l'autre, dans une relation qui se construit. Quelque chose qui se construit est en ça, une expérimentation, avec ses réussites et ses échecs comme pour bien des choses.

Il faut du coup penser à ce qu'apporte aussi l'acte en lui même, pour celui qui le donne, pas seulement pour celui qui reçoit. On parle parfois d'un effet boomerang. Car celui qui donne reçoit la leçon qu'il s'entoure de bien de superflus en comparaison à celui qui reçoit la charité.

C'est donc aussi, à travers la charité, une leçon d'humilité qu'il ne faut pas négliger, car c'est ce retour en lui même, qui permet d'exercer la charité sans tomber dans ses propres quêtes de justification.

Ainsi dans la relation à l'autre, se construit ce climat de confiance, quand l'un et l'autre savent exprimer non seulement de la compassion ou de la reconnaissance, mais aussi de l'intérêt l'un pour l'autre, en tant que personne,  en allant  ainsi au delà des aspects matériels et en se dévoilant d'esprit à esprit.

Ainsi, on peut donner le pain, mais aussi s’asseoir à côté du sdf, pour découvrir qui il est. On peut faire les 2, mais s'asseoir et discuter, peut aussi se faire en dehors, de l'acte de charité. C'est à dire, qu'en ce jour, je te donne rien, mais je m'assoie à côté de toi, pour t'écouter, car je sais que malgré ta situation socialement difficile au point d'être méprisable et ignorée par connaissance que ton sort, pourrait être le mien, je sais que tu as des choses à dire, que tu as des choses à m'apprendre, et donc à me donner.

Donc avant tout acte et même toute pensée, ce qui vient en premier, c'est le regard que l'on pose. On peut voir en l'autre un qui a besoin de nous mais aussi celui qui nous donne en retour, une nourriture pour l'Esprit.

Donc l'essentiel est d'avoir un regard sur l'autre car l'autre peut être soi même.
Il est difficile de comprendre celui ou celle en qui on veut être bienveillant.
Ecouter une personne qui ne veut pas parler et essayer de la comprendre sur le pourquoi de son silence!.
(la il n'est pas question de langue)
Souvent on ne sait pas comment s'y prendre quand on est face à un SDF ou une personne en détresse.
Cette personne à soi son amour propre, soit peur de parler, soit elle préserve son jardin secret.

Quand j'étais gosse (9/10ans) nous habitions au N° 3 d'une rue de Nancy. Le N°1 était la bar.
Dans les années 50 des clochards comme on disait à l'époque sonnaient au N° 3 .
Ma mère leur donnait un peu de monnaie jusqu'au jour ou elle s'aperçu que une fois la monnaie en poche le "clochard" aller directement au N° 1 "le Bar" pour
acheter un litron de vin.
Un jours ce clochard sonne à la porte de chez nous et ma mère lui propose un repas , il était midi !
Nous étions une familles de 7 personnes donc donner un repas n'était pas un manque pour nous.
Le clochard c'est mis à engueuler ma mère parce que ce n'était pas un repas qu'il voulait mais de l'argent pour se saouler en allant acheter un litron de vin au Bar du N° 1.

Dans les accueil de nuit en 2019 nous recevons tout le monde.
Mais certains SDF ne souhaite pas passer la nuit dans ces accueil de nuit car il y une certaine discipline et une promiscuité avec d'autres SDF qui ne souhaitent pas de fréquenter. Et je ne parle pas de certains de confession musulmanes qui font scandale parce qu'on sert de la viande de porc dans ces accueils .(cas qui existe)

Je crois que tout est politique dans nos vie puisque la vie est politique.
Le tout est de bien gérer ce que nous possédons pour le partager pour le bien-être de tous.

Qui est pauvre ? Celui qui n'a rien? Celui qui ne sait pas gérer ce qu'il a? Celui qui s'en fout de ce qui se passe à coté de chez lui ?
Au regard de Dieu le riche n'est pas forcement celui qu'on croit riche ici bas.

La vrai bienveillance serait de prévoir ainsi on pourrait peut-être avancer ensemble au sein d'un monde plus fraternel et humain.
Tant que nos politicien ne parleront pas de dignité humaine on en sortira jamais de la pauvreté, des guerres, de la méfiance, de notre orgueil….
On dit, On lit qu'en France le salaire moyen pour ne pas être en dessous du seuil de pauvreté est de "1500€ " mais combien on moins de 900€ pour vivre chaque mois ?
La Bienveillance serait que toute personne puisse vivre dignement avec ce qu'il reçoit de salaire et de retraite et la c'est de la politique .
Mais quand on parle de politique on est des fois traité de socialo athées dans certains milieux catholique.

Les encycliques des papes sur le plan social qui les lient? Une élite qui discutaillent avec aisance mais se garde d'en prendre conseil quand cette élite est au pouvoir politique. On Lit, On ferme le livre, est on s'assoir dessus voila en 2019 l'emploi des encycliques de nos papes sur le plan social.
Pour causer on sait faire mais quand il faut agir là on est au abonnés absents.

Le bienveillance c'est prévoir à court terme et à long terme.
Ce que nous faisons aujourd'hui servira pour la vie de demain pour nos descendants.
Soyons bienveillant envers nos enfants .
Notre vie n'a qu'un temps et Dieu a le Temps utilisons le temps que Dieu nous donne pour entrer dans le Temps ou nulle injustice n'aura de prise sur nous.

Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMar 07 Mai 2019, 09:32

Oui, c'est pour ça que l'acte de bienveillance est avant tout un acte relationnel. On ne sait pas toujours vers quoi cela nous amène.

Pour ma part, je travaille aussi avec des grands psychotiques et des personnes polyhandicapées qui n'ont pas acquis les rouages de la parole. Donc je côtoie en fait 3 formes de situations où l'acte de bienveillance peut avoir ses défaillances faute de discernement et par la marginalité des situations.

Aussi, dans le relationnel, nous développons d'autres outils de communication. On l'appelle la communication épidermique, difficile à saisir sauf sous l'angle d'un regard qui exprime quelque chose.

Ainsi, même avec le temps de la pratique, la " bouteille " et aussi les formations théoriques, sur les maladies et ses symptômes, se développe aussi surtout la nécessité de travailler en équipe.

Chacun pouvant alors exprimer son ressenti, ce qu'il a cru comprendre à travers cette communication épidermique car se contenter juste de ses " impressions " ne peut que faire pencher vers les défaillances de la pensée unique.

Si j'en parle, c'est parce que pragmatiquement, dans une dimension certes déjà " professionnelle ", se retrouve effectivement l'idée d’avancer ensemble mais aussi en sachant tout remettre en question.
Revenir en haut Aller en bas
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMar 07 Mai 2019, 14:39

Tonton a écrit:
Oui, c'est pour ça que l'acte de bienveillance est avant tout un acte relationnel. On ne sait pas toujours vers quoi cela nous amène.

Pour ma part, je travaille aussi avec des grands psychotiques et des personnes polyhandicapées qui n'ont pas acquis les rouages de la parole. Donc je côtoie en fait 3 formes de situations où l'acte de bienveillance peut avoir ses défaillances faute de discernement et par la marginalité des situations.

Aussi, dans le relationnel, nous développons d'autres outils de communication. On l'appelle la communication épidermique, difficile à saisir sauf sous l'angle d'un regard qui exprime quelque chose.

Ainsi, même avec le temps de la pratique, la " bouteille " et aussi les formations théoriques, sur les maladies et ses symptômes, se développe aussi surtout la nécessité de travailler en équipe.

Chacun pouvant alors exprimer son ressenti, ce qu'il a cru comprendre à travers cette communication épidermique car se contenter juste de ses " impressions " ne peut que faire pencher vers les défaillances de la pensée unique.

Si j'en parle, c'est parce que pragmatiquement, dans une dimension certes déjà " professionnelle ", se retrouve effectivement l'idée d’avancer ensemble mais aussi en sachant tout remettre en question.

Le tout est de comprendre l'autre en sachant qu'on n'est pas comme l'autre et ne pas vouloir a tout prix que l'autre deviennent oi soit comme soi même.
Le ressenti qu'on a n'est pas forcement le ressenti de la personne qu'on a en face de soi.
En fait la bienveillance que l'on va avoir avec son interlocuteur du moment va dépendre de la bienveillance propre de l'interlocuteur qu'on a en face de soi.
Savoir ce que souhaite son interlocuteur pour répondre au mieux envers lui par la bienveillance que nous pouvons avoir nous même envers la personne en face de nous.
Cela demande peut être une formation, une attention qu'il faut savoir gêner soi même afin de ne pas heurter et respecter la liberté ce celui ou celle qu'on a devant soi.
Le bienveillant peut se voir traité de : "Occupe toi de tes affaire je ne t'ai rien demandé"
Il faut créer une relation de confiance réciproque et la bienveillance devient une relation d'humain à humain qui peut devenir positive autant pour le bien veillé que pour le bienveillant.
Ne pas vouloir pour lui ce que l'on souhaite mais arriver a comprendre ce qu'il souhaite et tout faire pour que le bien veillé accepte d'avancer dans sa vie propres qui lui appartient et dont il est responsable.
Cela peut s'appeler prendre sa vie en main ou aider une personne à prendre sa vie en mains.
Une chose aussi qu'il faut éviter de faire , je pense, c'est de donner des leçons de morales paternalistes et professorales.

Il y du pain sur la planche comme on dit et quand on sait qu'il existera toujours "ce qu'on appelle des cas sociaux" y-a du boulot !

( Je n'aborde pas ici les cas ou le cas social ce crée lui sa situation de misère et s'y complait )

(J'ai connu un SDF qui était professeur de philo, bien coté mais qui vivait comme un SDF c'était son choix de vie mais ce n'est pas une généralité , il va de soit!)

Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMar 07 Mai 2019, 15:24

C'est tout à fait ça.

D'ailleurs on parle d'accompagner la personne et non de la diriger. C'est la définition au départ du pédagogue. Mot grec qui désigna le serviteur qui accompagnait l'enfant sur le chemin de l'école en lui faisant répéter ses leçons.

Mais ici, dans cette définition, les rôles sont établis dans un dialogue. Or nous avons été jusqu'à exprimer des situations où il n'y a pas de dialogue quand nous avons engager la possibilité de passer par nos propres sentiments pour construire cet état de relation.

Oui s'en contenter, c'est parfois partir de soi même et manquer de pédagogie. Donc, on peut pressentir un état, c'est notre fonction empathique qui fonctionne, mais ensuite quand c'est possible, aller vers le dialogue pour confirmer ou pas, ces états ressenties.

C'est donc effectivement à double tranchant. Car pour confirmer au pas, il faut établir un climat de confiance, où ni les affirmations, ni les corrections, ont valeurs de jugement.

C'est pourquoi je pense que dans toutes ces énergies qui nous entourent, et qui nous mettent en relation les uns et les autres, il faut de l'amour, même si il ne s'exprime que dans la dimension du respect.

Car le risque parfois, c'est d'aller vers un dialogue de sourds, où chacun reste camper sur son ressenti, sans pouvoir accorder une oreille attentive à ce que l'autre cherche à exprimer réellement.

C'est vrai que ceci arrive souvent, c'est le fameux, tu dis ça parce que tu penses ça.

Mais bon, que veux tu y faire ? laisser le temps remettre les choses en place ?

a mon avis, nous avons la possibilité de remédier à cette situation. Mais la condition pré requise, c'est de croire en Dieu. Car quand le dialogue ne passe plus, on peut s'inviter à remettre le litige dans la prière. Bon d'autres auront la bonne idée de passer par un médiateur, mais ça reste un peu plus contentieux que de passer par Dieu

On est plus vraiment dans le sujet bien que nous n'avons pas encore vraiment pour l'instant, l'idée de le replacer par rapport à Dieu et on peut le faire.

Mais je trouve qu'en tant que pédagogue, par la prière, Dieu en imposant son silence, nous permet d'être un peu plus attentif à l'expression de l'autre. Ben déjà, tant que amen n'est pas dit, on ne coupe pas la parole. Ca aide ; ).
Revenir en haut Aller en bas
ChrisLam

ChrisLam


Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMer 08 Mai 2019, 07:41

Tonton a écrit:
C'est tout à fait ça.

D'ailleurs on parle d'accompagner la personne et non de la diriger. C'est la définition au départ du pédagogue. Mot grec qui désigna le serviteur qui accompagnait l'enfant sur le chemin de l'école en lui faisant répéter ses leçons.

Mais ici, dans cette définition, les rôles sont établis dans un dialogue. Or nous avons été jusqu'à exprimer des situations où il n'y a pas de dialogue quand nous avons engager la possibilité de passer par nos propres sentiments pour construire cet état de relation.

Oui s'en contenter, c'est parfois partir de soi même et manquer de pédagogie. Donc, on peut pressentir un état, c'est notre fonction empathique qui fonctionne, mais ensuite quand c'est possible, aller vers le dialogue pour confirmer ou pas, ces états ressenties.

C'est donc effectivement à double tranchant. Car pour confirmer au pas, il faut établir un climat de confiance, où ni les affirmations, ni les corrections, ont valeurs de jugement.

C'est pourquoi je pense que dans toutes ces énergies qui nous entourent, et qui nous mettent en relation les uns et les autres, il faut de l'amour, même si il ne s'exprime que dans la dimension du respect.

Car le risque parfois, c'est d'aller vers un dialogue de sourds, où chacun reste camper sur son ressenti, sans pouvoir accorder une oreille attentive à ce que l'autre cherche à exprimer réellement.

C'est vrai que ceci arrive souvent, c'est le fameux, tu dis ça parce que tu penses ça.

Mais bon, que veux tu y faire ? laisser le temps remettre les choses en place ?

a mon avis, nous avons la possibilité de remédier à cette situation. Mais la condition pré requise, c'est de croire en Dieu. Car quand le dialogue ne passe plus, on peut s'inviter à remettre le litige dans la prière. Bon d'autres auront la bonne idée de passer par un médiateur, mais ça reste un peu plus contentieux que de passer par Dieu

On est plus vraiment dans le sujet bien que nous n'avons pas encore vraiment pour l'instant, l'idée de le replacer par rapport à Dieu et on peut le faire.

Mais je trouve qu'en tant que pédagogue, par la prière, Dieu en imposant son silence, nous permet d'être un peu plus attentif à l'expression de l'autre. Ben déjà, tant que amen n'est pas dit, on ne coupe pas la parole. Ca aide ; ).

Il y a aussi un facteur important du dialogue il me semble.
C'est de savoir écouter et prendre le temps d'écouter.
Souvent celui avec on dialogue demande plus d'être écouter que d'écouter ce qu'on lui dit.
Ce temps d'écoute souvent silencieux pour celui qui écoute est déjà un dialogue par lui même.

Il est sur qu'il est préférable d'accompagner une personne que de tout faire à sa place.
Tout faire à sa place n'est-il pas un limite à la liberté de la personne qu'on veut aider?

Dieu nous demande de prendre nos vies en mains et aussi il nous demande d'agir ensemble.
Celui qui donne reçoit autant que celui qui a reçu.
Et comme tout ce que nous avons vient de Dieu il est normal de le partager entre nous.

Dieu est bienveillant mais il nous laisse librement agir.
A nous croyants (au pluriel) de faire en sorte de vivre cette bienveillance cela s'appelle la solidarité et l'Amour du Prochain.

La question est : " Sommes nous assez Saint pour bien vivre cette bienveillance ?"
Je n'ai pas employé le mot Parfait car Dieu seul est parfait.
Nous sommes appelés à la sainteté .

Il faut avouer que cela n'est pas facile mais celui qui se crée des embuche c'est souvent l'homme lui même.


Revenir en haut Aller en bas
Tonton




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? EmptyMer 08 Mai 2019, 12:14

Le silence, c'est la condition pour l'écoute, savoir faire silence, mais dans tout ce que nous avons dit, il s'agit aussi de faire silence avec soi même pour ne pas écouter que ce que l'on a envie d'écouter.

Car parfois on ne dit rien, on écoute, mais avec l'idée de savoir par avance ce que l'autre pense. On en a parlé.

Notre sainteté ? Nous l'expérimentons même si c'est vers un chemin tracé, chemin indiqué, avec ses raccourcis que nous donnent le Seigneur, soucieux de nous voir arriver à bon port.

Ce qu'il y a, c'est que parfois, on prend d'autres raccourcis. Pour pense -t- on aller plus vite.

Ainsi, quand tu dis accompagner dans une démarche de respect d'autonomie, plutôt que tout faire à la place pour finalement perdre le peu d'autonomie que l'on pourrait solliciter, par respect, et bien tu parles d'une chose que je connais bien, forcement, et tu t'en doutes puisque tu connais mon métier.

Ben ceci n'est pas respecté, parce qu'il faut du temps et des moyens, bien plus importants, que si il ne s'agissait d'aider que dans le but d'arriver à un résultat où l'aidé est considéré comme un simple objet.

Aujourd'hui, tout se calcul à court terme, donc forcement, l'idée de l'éternité se perd.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?   Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sommes-nous capables de bienveillance entre nous ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de chichis entre nous
» Pourquoi vivons-nous ?
» à quoi servons nous
» Allons-nous tous mourir ?
» Comment Dieu nous rend utiles malgré nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: FORUM de DISCUSSIONS ISLAMO-CHRETIEN-
Sauter vers: