Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 La lectio divina.

Aller en bas 
AuteurMessage
Tonton




La lectio divina. Empty
MessageSujet: La lectio divina.   La lectio divina. EmptyJeu 26 Sep 2019, 16:48

26.09.19

Raph m'a demandé de parler de la lectio divina, chose que j'ai évoqué dans l'un de ces sujets.

J'ai fait le choix de mettre à part les échanges d'idées que nous aurons, car ça me paraît plus simple que de réintégrer ce qui va suivre, dans le sujet en question. Plus simple pour éviter le HS.

D'ailleurs, on peut difficilement en parler, car la lectio divina, est plutôt personnalisée. Ce n'est pas quelque chose que l'on peut transmettre, c'est une pratique.

je vais essayer d'exposer quelques grandes lignes, des principes de bases, mais seul l'expérimentation peut vraiment permettre de saisir l'importance que représente la lectio divina. Car la condition est la foi.

Vous pourrez trouver par vous même, des études qui en parlent avec bien plus de précisions que les lignes qui vont suivre.

J'ai fait le choix de placer ce sujet ici, car je sais que les musulmans la pratiquent aussi, du moins certains, comme certains chrétiens la pratiquent également.

Les supports changent, mais les principes restent les mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Tonton




La lectio divina. Empty
MessageSujet: Re: La lectio divina.   La lectio divina. EmptyJeu 26 Sep 2019, 18:10

En général, cette pratique est surtout courante chez les hommes d'églises.

Mais elle reste accessible à chacun, car elle regroupe l'ensemble des disciplines spirituelles, et donc aussi, une place que l'on peut accorder aux spécialistes, ceux qui font de la foi, un métier.

Je n'en suis pas un. J'ai d'autres obligations à côté.

Donc, si nous accordons cette pratique pour définir un clergé, c'est déjà, parce qu'elle nécessite, de l'investissement, donc les moines sont en quelque sorte, privilégiés car leur vie est rythmé par la lection divina, elle occupe la plus large partie de leur temps.

Lire peut n'être qu'une prise d'information, c'est à dire collecter des renseignements.

La lecture fait bien sûr partie des disciplines spirituelles, mais dans la lection divina, elle s’intègre à un ensemble. L'ensemble de toutes les disciplines spirituelles. Elle n'est donc rien sans les autres, elle redevient juste une collecte de renseignements.

- la lecture.

Et bien sûr :

- la prière.

Donc forcement la condition est la foi.

- la méditation.

Il me semble important de préciser que la méditation chrétienne ( et aussi musulmane ) n'est pas à mesurer avec d'autres médiations qui souvent fixent l'idée que nous en avons.

Il ne s'agit pas de faire le vide en soi, ou de tomber en " trans ", ça reste un voyage, mais il se fait par le plein, par la nourriture que nous tirons de nos textes.

Pour ceux qui connaissent les textes, ça correspond plutôt au psalmiste qui " garde en lui ", la parole de Dieu. C'est pour mieux comprendre, ce qui explique selon les écritures : " l'homme ne se nourrit pas que de pain, mais aussi de la parole de Dieu ".

Donc la méditation vient après la lecture. Ou en même temps, puis ensuite avant, car au fil de la pratique, elle s'auto alimente, permettant de saisir les concordances entre les textes.

C'est plus difficile à exprimer qu'à comprendre. Disons que l'on lit un texte, puis un suivant, et le suivant s'alimente aussi en méditation par le celui qui a été lu avant.

Mais il n'y a pas que ça, puisque cette médiation s'alimente aussi par la prière. Une sorte de retour après investissement.

Ceci permet déjà de comprendre le lien entre prière et lecture. Pourquoi je parle d'un ensemble. Et donc de la condition qu'est la foi.

- l'église.

C'est réellement ce qui plutôt est au centre. Puisque c'est la mise en commun des principes de la lectio divina qui coulera alors en chacun, dans sa particularité.

Mise en commun, partage, débat, prière commune, respect des anciens, enseignement, culte, communion, fraternité, trouver sa place dedans.

Dans le christianisme, c'est ce qui constitue ce que l'on appelle " le corps du Christ ". Car aucun chrétien n'est Christ, mais tous se rassemblent en Christ. Nous sommes des personnes uniques. Nous avons tous une histoire qui nous est propre, qui n'est pas celle de celui où celle qui pourtant se tient à nos côtés pour prier dans la même dévotion.

Car dans un premier, on peut comprendre que la lectio divina, est en rapport avec sa propre intériorité. Ce que nous comprenons de nos lectures et ce que nous mettons dans nos prières.

Elle est et elle sera toujours en rapport à notre intériorité. Mais ce n'est que dans la fraternité que nous pouvons échanger, et cet échange en lui même sera forcement un élément qui ensuite nous orientera aussi bien dans notre méditation, dans nos lectures et dans nos prières.

Seul, la lectio divina est possible, car c'est au départ question de foi. Mais il y a toujours un risque à l'isolement. D'ailleurs pour parler rationnellement, socialement, l'isolement comporte des risques.

D'abord parce que Dieu entend, il est dit que celui qui cherche Dieu le trouvera, c'est sans condition. Mais Dieu est exigeant dans la relation à l'autre, ce qu'il aura à nous répondre, il le placera dans la pensée d'un autre, afin que nous vivions en communauté fraternelle.

C'est la loi absolue en Dieu, Dieu est un Dieu de relations. " la corde à 2 filins se brisent moins facilement ", " il n'est pas bon que l'homme soit seul ".

Dieu exige la solidarité donc la fraternité, c'est aussi sans condition.

Bien sûr le principe même de la méditation nécessite du silence, donc parfois du recueillement ( pas toujours puisque le psalmiste garde la parole en lui ); mais c'est un temps aussi important que de se retrouver ensuite en fraternité.

Il faut donc les 2. Nous pourrions dire se laisser alimenter par Dieu puis ensuite partager ce que chacun reçoit.

Se contenter de sa solitude, c'est donc aussi ne pas écouter Dieu dans ce que les autres peuvent nous donner. Ca peut même entraîner des délires, puisque l'on peut alors croire que c'est une position de privilégié, que les autres, faute d'en avoir à nos côtés, ne bénéficient pas eux, de leur côté, des apports du Seigneur. Donc se croire prophète.

C'est surper risqué, car ça peut complètement compromettre cette aide que nous apporte Dieu pour nous conduire vers plus d'humilité, puisque ça produit le contraire.

D'un autre côté, les responsables religieux, les prêtres, les imans et les pasteurs, endossent certes une fonction pour nous accompagner, mais ils se retrouvent dans une position au combien compliquée.

C'est pas évidant comme métier, car parfois, les communautés peuvent un peu trop les idéaliser. On peut comprendre pourquoi pour eux, il est nécessaire de passer bcp de temps dans les disciplines spirituelles.

" celui qui enseigne sera jugé plus sévèrement ". Oui parce que les responsabilités sont énormes, pas seulement pour transmettre les textes et les traditions, l'organisation des cultes, mais aussi par la place qu'ils occupent dans la " synagogue ", au sein de la communauté.

Parfois certains se brûlent les " ailes ", et c'est catastrophique pour tout le monde, pour toute la communauté. je pense que le conflit entre certains pharisiens et Jésus permet de le constater.

De notre côté, ils ont besoin de nous, pas seulement parce que la logistique est importante, pas seulement parce que vu leur fonction, ils ont besoin de notre soutient ( dans nos prières, il ne faut pas les oublier ) mais aussi parce que parfois, ben ils ont un peu la tête dans le guidon.

Ils n'ont pas forcement conscience de ce que nous apporte notre propre lection divina, dans notre réalité à nous qui est aussi celle du métro boulot dodo.

-Les actes qui découlent de la foi :

La charité par exemple, car cet ensemble nous conduit aussi à comprendre et à respecter les consignes du Seigneur.

Car si l'église définit un espace communautaire, la volonté de Dieu est que toutes les tribus de la terre soit bénies. Donc nous sortons de l'église, et nous sommes comme pèlerin dans ce monde.

Nous serons donc évaluer selon notre attitude, à vivre ensemble. A aider son prochain. " aime ton prochain comme toi même ", c'est la parole qui nous accompagne, ce que l'on garde en nous. Celle que nous méditons et celle qui parfois nous incite à faire des choix.

la lectio divina c'est donc tout un ensemble, c'est ce qui finalement nous transforme de l'intérieur; " Dieu est le potier nous sommes l'argile ".

C'est une pratique merveilleuse dans le sens où elle nous ouvrent l'esprit, parfois, sur des choses qui sont souvent ignorées ou mises de côtés.

Mais, et c'est ce qui est douloureux, car la lectio divina est douloureuse,c'est aussi une transparence avec soi même. Et parfois, Dieu nous fait constater nos " mauvais penchants ".

- La lection divina est un " combat ".

ben on pourrait dire un combat avec soi même. Mais en fait c'est plus douloureux, car c'est aussi une visiblité de notre combat contre Dieu. C'est à dire une zone d'ombre que l'on sait pouvoir remettre à Dieu, mais...on ne le veut pas. On veut la garder, on veut même pas lui en parler.

Car la constatant en nous même, on ne peut que constater au combien c'est en réalité ce qui fait " tourner " la planète. la lectio divina nous conduit aussi à voir " le mal ", à l'identifier.

Un mal souvent camouflé par notre insouciance, mais aussi parce que nous sommes entouré de " faux prophètes ", principalement ceux qui ont pour religion l'industrie et comme Dieu l'argent.

On se rend compte au combien ceux là se sont initié dans nos vies, sachant nous séduire pas cette zone d'ombre que nous avons en nous. Ils prennent même nos enfants en otage, pour nous obliger à suivre leurs règles.

Ainsi, la lectio divina peut nous conduire à " sortir de ce monde ". Pour se protéger en quelque sorte. D'ailleurs la boucle est bouclée puisque les moines font ce choix là, et justement, ils pratiquent la lectio divina.

On peut donc comprendre pourquoi la lectio divina s'inscrit surtout dans un principe " clérical ".

Mais voilà, il y aussi, pour devenir moine, certaines choses à abandonner, et nous ne sommes pas tous disposés à le faire, c'est ce que je viens d'expliquer.

Puis, ça peut aussi être une forme de lâcheté, puisque c'est une forme de replis communautariste. Sans doute est ce l’excuse que je me donne, car on passe plus de temps à chercher des excuses avec Dieu, donc à l'insulter, qu'à écouter sa " tendresse " et sa clairvoyance.

Bon, Dieu est miséricorde, donc voilà, on sait que l'on peut avec lui, parfois en abuser. Plus ou moins.

Mais il y a tellement de corruption dans ce monde....comment réussir à s'en écarter ? il nous faut porter notre croix, c'est vrai qu'heureusement il y a la communauté, pour aider, d'ailleurs les moines ne peuvent pas non plus s'en passer.

je pense en tout cas, que vu la dureté de ce monde, entre croyants, même de religions différentes, nous ferions bien de faire preuve d'un peu plus de solidarité.

Revenir en haut Aller en bas
 
La lectio divina.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LECTIO DIVINA
» LECTIO DIVINA
» La Lectio - Divina
» Site " Lectio divina "
» Le rosaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: FORUM de DISCUSSIONS ISLAMO-CHRETIEN-
Sauter vers: