Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Nizar Kabbani

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptySam 04 Juin 2011, 21:10

Nizar Kahbani est né à Damas (Syrie) le 21 mars 1923. d'un père notable - mort le 30 avril 1998, à Londres, Grande-Bretagne) était un poète syrien, dont la poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreuses images empruntées au monde de l’enfance.

-Dès l’âge de 16 ans, Nizar Kabbani commence à écrire des poèmes, largement consacrés à des thèmes amoureux.
En 1945, il obtient le diplôme de la faculté de droit de l’Université de Damas.
Il entre comme attaché au ministère Syrien des affaires étrangères et occupe des postes diplomatiques au Caire, à Ankara, à Madrid, à Pékin et A Beyrouth jusqu’à Sa démission en 1966.
-Sa poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreu-ses images empruntées au monde de l’enfance.
Installé à Beyrouth au milieu des années soixante, il disait ressentir « une immense tristesse en voyant tout le mal qu'on fait » à cette ville. Dans une interview au quotidien libanais « L'Orient le Jour » en 1977, à l'occasion de la parution de « A Beyrouth la femme, avec mon amour », il indiquait: « Je vis à Beyrouth depuis dix ans. Elle est pour moi la mère, l'amie et l'aimée ».

Depuis ses débuts en littérature en 1944 avec son premier recueil de poèmes, intitulé : La brune m'a dit, Nizar Kabbani a publié plus de trente recueils de poèmes, dont L'enfance d'un sein (1948), Samba (1949), tu es à moi (1950), le journal d'une femme indifférente (1968), des poèmes sauvages (1970), le livre de l'amour (1970), 100 lettres d'amour (1970), des poèmes hors- la loi(1972), je t'aime, je t'aime et la suite viendra (1978), A Beyrouth, avec mon amour (1978), que chaque année tu sois ma bien aimée (1978), Je jure qu'il n'y a de femmes que toi (1979) et plusieurs d'autres œuvres. Il va créer autour de lui une très grande controverse due au fait qu'il y relatait sans fausse pudeur son amour pour la femme.

suite demain incha allah
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptySam 04 Juin 2011, 21:16

Salam mon cher ELMAKOUDI,

Très heureuse de te lire à nouveau.

Très très intéressant ce nouveau sujet que tu as ouvert !

Nizar Kabbani  175602

Tu te doutes que je suis très curieuse de la suite car je ne connais pas ce poète....

Nizar Kabbani  518341

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptySam 04 Juin 2011, 21:29

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Nizar Kahbani est né à Damas (Syrie) le 21 mars 1923. d'un père notable - mort le 30 avril 1998, à Londres, Grande-Bretagne) était un poète syrien, dont la poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreuses images empruntées au monde de l’enfance.

-Dès l’âge de 16 ans, Nizar Kabbani commence à écrire des poèmes, largement consacrés à des thèmes amoureux.
En 1945, il obtient le diplôme de la faculté de droit de l’Université de Damas.
Il entre comme attaché au ministère Syrien des affaires étrangères et occupe des postes diplomatiques au Caire, à Ankara, à Madrid, à Pékin et A Beyrouth jusqu’à Sa démission en 1966.
-Sa poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreu-ses images empruntées au monde de l’enfance.
Installé à Beyrouth au milieu des années soixante, il disait ressentir « une immense tristesse en voyant tout le mal qu'on fait » à cette ville. Dans une interview au quotidien libanais « L'Orient le Jour » en 1977, à l'occasion de la parution de « A Beyrouth la femme, avec mon amour », il indiquait: « Je vis à Beyrouth depuis dix ans. Elle est pour moi la mère, l'amie et l'aimée ».

Depuis ses débuts en littérature en 1944 avec son premier recueil de poèmes, intitulé : La brune m'a dit, Nizar Kabbani a publié plus de trente recueils de poèmes, dont L'enfance d'un sein (1948), Samba (1949), tu es à moi (1950), le journal d'une femme indifférente (1968), des poèmes sauvages (1970), le livre de l'amour (1970), 100 lettres d'amour (1970), des poèmes hors- la loi(1972), je t'aime, je t'aime et la suite viendra (1978), A Beyrouth, avec mon amour (1978), que chaque année tu sois ma bien aimée (1978), Je jure qu'il n'y a de femmes que toi (1979) et plusieurs d'autres œuvres. Il va créer autour de lui une très grande controverse due au fait qu'il y relatait sans fausse pudeur son amour pour la femme.

suite demain incha allah


Dis-moi, mon cher EL MAKOUDI, est-ce que Nizar Kahbani écrit en arabe ou en français ? ou les deux ???

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptySam 04 Juin 2011, 23:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Nizar Kahbani est né à Damas (Syrie) le 21 mars 1923. d'un père notable - mort le 30 avril 1998, à Londres, Grande-Bretagne) était un poète syrien, dont la poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreuses images empruntées au monde de l’enfance.

-Dès l’âge de 16 ans, Nizar Kabbani commence à écrire des poèmes, largement consacrés à des thèmes amoureux.
En 1945, il obtient le diplôme de la faculté de droit de l’Université de Damas.
Il entre comme attaché au ministère Syrien des affaires étrangères et occupe des postes diplomatiques au Caire, à Ankara, à Madrid, à Pékin et A Beyrouth jusqu’à Sa démission en 1966.
-Sa poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreu-ses images empruntées au monde de l’enfance.
Installé à Beyrouth au milieu des années soixante, il disait ressentir « une immense tristesse en voyant tout le mal qu'on fait » à cette ville. Dans une interview au quotidien libanais « L'Orient le Jour » en 1977, à l'occasion de la parution de « A Beyrouth la femme, avec mon amour », il indiquait: « Je vis à Beyrouth depuis dix ans. Elle est pour moi la mère, l'amie et l'aimée ».

Depuis ses débuts en littérature en 1944 avec son premier recueil de poèmes, intitulé : La brune m'a dit, Nizar Kabbani a publié plus de trente recueils de poèmes, dont L'enfance d'un sein (1948), Samba (1949), tu es à moi (1950), le journal d'une femme indifférente (1968), des poèmes sauvages (1970), le livre de l'amour (1970), 100 lettres d'amour (1970), des poèmes hors- la loi(1972), je t'aime, je t'aime et la suite viendra (1978), A Beyrouth, avec mon amour (1978), que chaque année tu sois ma bien aimée (1978), Je jure qu'il n'y a de femmes que toi (1979) et plusieurs d'autres œuvres. Il va créer autour de lui une très grande controverse due au fait qu'il y relatait sans fausse pudeur son amour pour la femme.

suite demain incha allah


Dis-moi, mon cher EL MAKOUDI, est-ce que Nizar Kahbani écrit en arabe ou en français ? ou les deux ???
salam tres cher lazur et heureux de retourner a mon forum pour vivre un instant avec toi et bien sure la gracieuse rosedumatin
Son œuvre, louée par des générations d'Arabes pour ses vers sensuels et romantiques, ne s'est pas limitée aux recueils de poésie. Il a apporté des contributions régulières au journal de langue arabe Al Hayat, et ses textes ont été mis en musique et chantés par Mohamed Abdelwahab, Najib Serraj ou Abdel Halim Hafez (Qariat el fingan, Rissala min tahtilmaa), ils ont également été chantés par des chanteuses Libanaises, Syriennes ou Égyptiennes comme Feyrouz, Oum Kalsoum et d’autres, ce qui a contribué à populariser son travail. Il est le poète arabe contemporain le plus populaire et le plus lu.

Des textes de Nizar Kabbani ont été traduits en espagnol par Pedro Monteret (Institut hispano-arabe, 1964) et en anglais par Abdallah al-Uzari (in Con temporar.y ,4 rab Poetry, Penguin, 1986) et par Selma Khadra Jayyusi (in Modem Arabie Poetry, Columbia University Press, 1987).


Dernière édition par Elmakoudi le Sam 04 Juin 2011, 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptySam 04 Juin 2011, 23:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Salam mon cher ELMAKOUDI,

Très heureuse de te lire à nouveau.

Très très intéressant ce nouveau sujet que tu as ouvert !

Nizar Kabbani  175602

Tu te doutes que je suis très curieuse de la suite car je ne connais pas ce poète....

Nizar Kabbani  518341
sala alaiki rose ,ce poete surnommé le poète de la femme
Nizar Kabbani a été marié deux fois. Il avait eu deux enfants de son premier lit : Tawfiq décédé, et Hadba. Sa seconde épouse, Balqis al-Rawi, une enseignante irakienne qu'il avait rencontrée lors d'un récital de poésie à Bagdad, et qui lui donna également deux enfants, Omar et Zeïnab, a trouvé la mort dans un attentat perpétré par des activistes pro-iraniens contre l'ambassade d'Irak en 1981 à Beyrouth, où elle travaillait pour la section culturelle du gouvernement irakien. Cette disparition a beaucoup affecté le poète, qui reprit espoir grâce à ses enfants.
Après la mort de Balkis, Kabbani quitte Beirouth. Il habitait entre Genève et Paris et s'établit à Londres pour ses 15 dernières années. [1]. Il continua à ecrire des poèmes qui soulevèrent quelques controverses et notamment "Quand annonceront ils la mort des Arabes?" et "Les coureurs" (Al mouharwilon المهرولون ). En 1997, Nizar Kabbani a souffert de problèmes de santé. Et malgré une amélioration vers la fin de 1997[2], il meurt à Londres le 30 Avril 1998 d'une crise cardiaque[3] à l'âge de 75. Il formula le voeux d'être inhumé à Damas, qu'il décrivait comme étant le ventre qui lui appris la poésie, la créativité et le gratifia de l'alphabet du Jasmin[4]. Il fut transporté à Damas quatre jour plus tard au Bab Al-Saghir[4]. Il fut pleuré et regretté dans tout les pays arabes où l'on diffusa sur les médias ses oeuvres littéraires.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 05 Juin 2011, 08:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Salam mon cher ELMAKOUDI,

Très heureuse de te lire à nouveau.

Très très intéressant ce nouveau sujet que tu as ouvert !

Nizar Kabbani  175602

Tu te doutes que je suis très curieuse de la suite car je ne connais pas ce poète....

Nizar Kabbani  518341
sala alaiki rose ,ce poete surnommé le poète de la femme
Nizar Kabbani a été marié deux fois. Il avait eu deux enfants de son premier lit : Tawfiq décédé, et Hadba. Sa seconde épouse, Balqis al-Rawi, une enseignante irakienne qu'il avait rencontrée lors d'un récital de poésie à Bagdad, et qui lui donna également deux enfants, Omar et Zeïnab, a trouvé la mort dans un attentat perpétré par des activistes pro-iraniens contre l'ambassade d'Irak en 1981 à Beyrouth, où elle travaillait pour la section culturelle du gouvernement irakien. Cette disparition a beaucoup affecté le poète, qui reprit espoir grâce à ses enfants.
Après la mort de Balkis, Kabbani quitte Beirouth. Il habitait entre Genève et Paris et s'établit à Londres pour ses 15 dernières années. [1]. Il continua à ecrire des poèmes qui soulevèrent quelques controverses et notamment "Quand annonceront ils la mort des Arabes?" et "Les coureurs" (Al mouharwilon المهرولون ). En 1997, Nizar Kabbani a souffert de problèmes de santé. Et malgré une amélioration vers la fin de 1997[2], il meurt à Londres le 30 Avril 1998 d'une crise cardiaque[3] à l'âge de 75. Il formula le voeux d'être inhumé à Damas, qu'il décrivait comme étant le ventre qui lui appris la poésie, la créativité et le gratifia de l'alphabet du Jasmin[4]. Il fut transporté à Damas quatre jour plus tard au Bab Al-Saghir[4]. Il fut pleuré et regretté dans tout les pays arabes où l'on diffusa sur les médias ses oeuvres littéraires.

Salam alaiki ELMAKOUDI,

Il serait intéressant de lire des oeuvres de ce grand poète !

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 06 Juin 2011, 16:27

salam alaikoum

La femme a été la source principale de l'inspiration poétique de Nizar Kabbani à cause du suicide de sa sœur. Il publie son premier recueil de poèmes, « La brune me l'avait dit» قالت لي السمراء , en 1944. Suivra « L'odeur du jasmin de Damas». Avec la publication, en 1952, de « La jeunesse d'un sein », qui rompait avec les traditions conservatrices de la littérature arabe, il acquiert une réputation d'audace, qui fera de lui, au fil des ans, l'un des poètes contemporains les plus importants de la littérature arabe.
Son écriture s'est souvent emparé des thèmes du désespoir politique, et il a ainsi traité l'oppression des femmes comme une métaphore dans laquelle il voyait le destin maudit des Arabes. Dans son poème « Dessin avec des mots », il écrit : « Quand un homme désire une femme, il souffle dans une corne ; mais, quand une femme désire un homme, elle mange le coton de son oreiller ».
Le romancier égyptien Gamal el-Ghitanti, éditeur de l'hebdomadaire Les nouvelles de la Littérature, fit l'éloge de Nizar Kabbani en disant qu'il avait été
« dans une certaine mesure, un grand poète arabe, qui fit un grand effort pour rendre sa poèsie compréhensible par tout le peuple et pas seulement par une élite ». toto kaka

On ajoute une partie d'une de ses poésies très fameuses qui a été traduite en français par Mohammad Réza Zakéri, un étudiant iranien, à ces explications:
suite a demain incha allah
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMar 07 Juin 2011, 16:00

Poésie de tristesse

-Ton amour m'a appris d'être triste
-Il y a longtemps que j'ai besoin
-D'une femme qui m'attriste
-D'une femme dans les bras de la quelle je puisse pleurer
-Comme un passereau
-D'une femme qui rassemble mes parties
-Comme des pièces d'un cristal brisé

-Ton amour m'a fait entrer
-Dans des pays de tristesse
-Et moi, avant toi,
-Je ne suis jamais entré
-Dans des pays de tristesse
-Je ne savais jamais que la larme c'est l'homme incarné
-Que l'homme sans tristesse,
-Il n'en qu'un souvenir.

demain icha allah avec le poème de nizar sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme
*Balkis : Nom de la femme de Nizzar Kabbani ; c’est le nom, chez les Arabes, de la reine de Saba.
La femme du poète, diplomate à l’Ambassade d’Irak à Beyrouth, fut tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMar 07 Juin 2011, 17:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Poésie de tristesse

-Ton amour m'a appris d'être triste
-Il y a longtemps que j'ai besoin
-D'une femme qui m'attriste
-D'une femme dans les bras de la quelle je puisse pleurer
-Comme un passereau
-D'une femme qui rassemble mes parties
-Comme des pièces d'un cristal brisé

-Ton amour m'a fait entrer
-Dans des pays de tristesse
-Et moi, avant toi,


-Je ne suis jamais entré
-Dans des pays de tristesse
-Je ne savais jamais que la larme c'est l'homme incarné
-Que l'homme sans tristesse,
-Il n'en qu'un souvenir.

demain icha allah avec le poème de nizar sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme
*Balkis : Nom de la femme de Nizzar Kabbani ; c’est le nom, chez les Arabes, de la reine de Saba.
La femme du poète, diplomate à l’Ambassade d’Irak à Beyrouth, fut tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade

Ce poème est très profond , il montre l'amour que Nizzar Kabbani éprouvait pour sa femme.

Quel joli nom : Balkis !

incha allah à demain mon cher ELMAKOUDI ! Nizar Kabbani  931875

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMer 08 Juin 2011, 21:46

poème de nizar kabbani sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme Balkis "Sabaa" tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade d’Irak à Beyrouth ou il etait diplomate




Merci à vous,
Merci à vous,
Assassinée, ma bien aimée !
Vous pourrez dès lors
Sur la tombe de la martyre
Porter votre funèbre toast.
Assassinée ma poésie !
Est-il un peuple au monde, Excepté nous-
Qui assassine le poème ?

O ma verdoyante Ninive !
O ma blonde bohémienne !
O vagues du Tigre printanier !
O toi qui portes aux chevilles
Les plus beaux des anneaux !

Ils t'ont tuée, Balkis !
Quel peuple arabe
Celui-là qui assassine
Le chant des rossignols !

Balkis, la plus belle des reines
Dans l'histoire de Babel !
Balkis, le plus haut des palmiers
Sur le sol d'Irak !

Quand elle marchait
Elle était entourée de paons,
Suivie de faons.

Balkis, ô ma douleur !
O douleur du poème à peine frôlé du doigt !
Est-il possible qu'après ta chevelure
Les épis s'élèveront encore vers le ciel ?

suite incha allah
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMer 08 Juin 2011, 21:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
poème de nizar kabbani sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme Balkis "Sabaa" tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade d’Irak à Beyrouth ou il etait diplomate




Merci à vous,
Merci à vous,
Assassinée, ma bien aimée !
Vous pourrez dès lors
Sur la tombe de la martyre
Porter votre funèbre toast.
Assassinée ma poésie !
Est-il un peuple au monde, Excepté nous-
Qui assassine le poème ?

O ma verdoyante Ninive !
O ma blonde bohémienne !
O vagues du Tigre printanier !
O toi qui portes aux chevilles
Les plus beaux des anneaux !

Ils t'ont tuée, Balkis !
Quel peuple arabe
Celui-là qui assassine
Le chant des rossignols !

Balkis, la plus belle des reines
Dans l'histoire de Babel !
Balkis, le plus haut des palmiers
Sur le sol d'Irak !

Quand elle marchait
Elle était entourée de paons,
Suivie de faons.

Balkis, ô ma douleur !
O douleur du poème à peine frôlé du doigt !
Est-il possible qu'après ta chevelure
Les épis s'élèveront encore vers le ciel ?

suite incha allah

Salam Mon Cher ELMAKOUDI,

Ce que je viens de lire, ce poème est une véritable MERVEILLE !!! un sommet de la littérature !!!!!!


incha allah et mille fois et encore mille fois MERCI !!!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyVen 10 Juin 2011, 21:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
poème de nizar kabbani sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme Balkis "Sabaa" tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade d’Irak à Beyrouth ou il etait diplomate




Merci à vous,
Merci à vous,
Assassinée, ma bien aimée !
Vous pourrez dès lors
Sur la tombe de la martyre
Porter votre funèbre toast.
Assassinée ma poésie !
Est-il un peuple au monde, Excepté nous-
Qui assassine le poème ?

O ma verdoyante Ninive !
O ma blonde bohémienne !
O vagues du Tigre printanier !
O toi qui portes aux chevilles
Les plus beaux des anneaux !

Ils t'ont tuée, Balkis !
Quel peuple arabe
Celui-là qui assassine
Le chant des rossignols !

Balkis, la plus belle des reines
Dans l'histoire de Babel !
Balkis, le plus haut des palmiers
Sur le sol d'Irak !

Quand elle marchait
Elle était entourée de paons,
Suivie de faons.

Balkis, ô ma douleur !
O douleur du poème à peine frôlé du doigt !
Est-il possible qu'après ta chevelure
Les épis s'élèveront encore vers le ciel ?

suite incha allah

Où est donc passé Al Samaw'al ?
Où est donc parti Al Muhalhil ?
Les anciens preux, où sont-ils ?

Il n'y a plus que des tribus tuant des tribus,
Des renards tuant des renards,
Et des araignées tuant d'autres araignées.
Je te jure par tes yeux
Où viennent se réfugier des millions d'étoiles
Que, sur les Arabes, ma lune,
Je raconterai d'incroyables choses
L'héroïsme n'est-il qu'un leurre arabe ?
Ou bien, comme nous, l'Histoire est-elle mensongère ?
Balkis, ne t'éloigne pas de moi
Car, après toi, le soleil
Ne brille plus sur les rivages.

Au cours de l'instruction je dirai :
Le voleur s'est déguisé en combattant,
Au cours de l'instruction je dirai :
Le guide bien doué n'est qu'un vilain courtier.

Je dirai que cette histoire de rayonnement (arabe)
N'est une plaisanterie, la plus mesquine,
Voilà donc toute l'Histoire, ô Balkis !

Comment saura-t-on distinguer
Entre les parterres fleuris
Et les monceaux d'immondices ?

Blakis, toi la martyre, toi le poème,
Toi la toute-pure, toit la toute-sainte.
Le peuple de Saba, Balkis, cherche sa reine des yeux,
Rends donc au peuple son salut !
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 12 Juin 2011, 18:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
poème de nizar kabbani sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme Balkis "Sabaa" tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade d’Irak à Beyrouth ou il etait diplomate




Merci à vous,
Merci à vous,
Assassinée, ma bien aimée !
Vous pourrez dès lors
Sur la tombe de la martyre
Porter votre funèbre toast.
Assassinée ma poésie !
Est-il un peuple au monde, Excepté nous-
Qui assassine le poème ?

O ma verdoyante Ninive !
O ma blonde bohémienne !
O vagues du Tigre printanier !
O toi qui portes aux chevilles
Les plus beaux des anneaux !

Ils t'ont tuée, Balkis !
Quel peuple arabe
Celui-là qui assassine
Le chant des rossignols !

Balkis, la plus belle des reines
Dans l'histoire de Babel !
Balkis, le plus haut des palmiers
Sur le sol d'Irak !

Quand elle marchait
Elle était entourée de paons,
Suivie de faons.

Balkis, ô ma douleur !
O douleur du poème à peine frôlé du doigt !
Est-il possible qu'après ta chevelure
Les épis s'élèveront encore vers le ciel ?

Où est donc passé Al Samaw'al ?
Où est donc parti Al Muhalhil ?
Les anciens preux, où sont-ils ?

Il n'y a plus que des tribus tuant des tribus,
Des renards tuant des renards,
Et des araignées tuant d'autres araignées.
Je te jure par tes yeux
Où viennent se réfugier des millions d'étoiles
Que, sur les Arabes, ma lune,
Je raconterai d'incroyables choses
L'héroïsme n'est-il qu'un leurre arabe ?
Ou bien, comme nous, l'Histoire est-elle mensongère ?
Balkis, ne t'éloigne pas de moi
Car, après toi, le soleil
Ne brille plus sur les rivages.

Au cours de l'instruction je dirai :
Le voleur s'est déguisé en combattant,
Au cours de l'instruction je dirai :
Le guide bien doué n'est qu'un vilain courtier.

Je dirai que cette histoire de rayonnement (arabe)
N'est une plaisanterie, la plus mesquine,
Voilà donc toute l'Histoire, ô Balkis !

Comment saura-t-on distinguer
Entre les parterres fleuris
Et les monceaux d'immondices ?

Blakis, toi la martyre, toi le poème,
Toi la toute-pure, toit la toute-sainte.
Le peuple de Saba, Balkis, cherche sa reine des yeux,
Rends donc au peuple son salut !

Toi la plus noble des reines,
Femme qui symbolise toutes les gloires des époques sumériennes !
Balkis, toi mon oiseau le plus doux,
Toi mon icône la plus précieuse,
Toi larme répandue sur la joue de la Madeleine !

Ai-je été injuste à ton égard
En t'éloignant des rives d'Al A'damya ?
Beyrouth tue chaque jour l'un de nous,
Beyrouth chaque jour court après sa victime.


La mort rôde autour de la tasse de notre café,
La mort rôde dans la clé de notre appartement,
Elle rôde autour des fleurs de notre balcon,
Sur le papier de notre journal,
Et sur les lettres de l'alphabet.

Balkis ! sommes-nous une fois encore
Retournés à l'époque de la jahilia ?
Voilà que nous entrons dans l'ère de la sauvagerie,
De la décadence, de la laideur,
Voilà que nous entrons une nouvelle fois
Dans l'ère de la barbarie,
Ere où l'écriture est un passage
Entre deux éclats d'obus,
Ere où l'assassinat d'un frelon dans un champ
Est devenu la grande affaire.

Connaissez-vous ma bien aimée Balkis ?
Elle est le plus beau texte des œuvres de l'Amour,
Elle fut un doux mélange
De velours et de beau marbre.

Dans ses yeux on voyait la violette
S'assoupir sans dormir.
Balkis, parfum dans mon souvenir !
O tombe voyageant dans les nues !

Ils t'ont tuée à Beyrouth
Comme n'importe quelle autre biche,
Après avoir tué le verbe.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 12 Juin 2011, 18:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
poème de nizar kabbani sur balkis
le plus beau poeme qu'il ai écris pour sa femme Balkis "Sabaa" tuée dans un attentat à la bombe perpétré contre cette ambassade d’Irak à Beyrouth ou il etait diplomate




Merci à vous,
Merci à vous,
Assassinée, ma bien aimée !
Vous pourrez dès lors
Sur la tombe de la martyre
Porter votre funèbre toast.
Assassinée ma poésie !
Est-il un peuple au monde, Excepté nous-
Qui assassine le poème ?

O ma verdoyante Ninive !
O ma blonde bohémienne !
O vagues du Tigre printanier !
O toi qui portes aux chevilles
Les plus beaux des anneaux !

Ils t'ont tuée, Balkis !
Quel peuple arabe
Celui-là qui assassine
Le chant des rossignols !

Balkis, la plus belle des reines
Dans l'histoire de Babel !
Balkis, le plus haut des palmiers
Sur le sol d'Irak !

Quand elle marchait
Elle était entourée de paons,
Suivie de faons.

Balkis, ô ma douleur !
O douleur du poème à peine frôlé du doigt !
Est-il possible qu'après ta chevelure
Les épis s'élèveront encore vers le ciel ?

Où est donc passé Al Samaw'al ?
Où est donc parti Al Muhalhil ?
Les anciens preux, où sont-ils ?

Il n'y a plus que des tribus tuant des tribus,
Des renards tuant des renards,
Et des araignées tuant d'autres araignées.
Je te jure par tes yeux
Où viennent se réfugier des millions d'étoiles
Que, sur les Arabes, ma lune,
Je raconterai d'incroyables choses
L'héroïsme n'est-il qu'un leurre arabe ?
Ou bien, comme nous, l'Histoire est-elle mensongère ?
Balkis, ne t'éloigne pas de moi
Car, après toi, le soleil
Ne brille plus sur les rivages.

Au cours de l'instruction je dirai :
Le voleur s'est déguisé en combattant,
Au cours de l'instruction je dirai :
Le guide bien doué n'est qu'un vilain courtier.

Je dirai que cette histoire de rayonnement (arabe)
N'est une plaisanterie, la plus mesquine,
Voilà donc toute l'Histoire, ô Balkis !

Comment saura-t-on distinguer
Entre les parterres fleuris
Et les monceaux d'immondices ?

Blakis, toi la martyre, toi le poème,
Toi la toute-pure, toit la toute-sainte.
Le peuple de Saba, Balkis, cherche sa reine des yeux,
Rends donc au peuple son salut !

Toi la plus noble des reines,
Femme qui symbolise toutes les gloires des époques sumériennes !
Balkis, toi mon oiseau le plus doux,
Toi mon icône la plus précieuse,
Toi larme répandue sur la joue de la Madeleine !

Ai-je été injuste à ton égard
En t'éloignant des rives d'Al A'damya ?
Beyrouth tue chaque jour l'un de nous,
Beyrouth chaque jour court après sa victime.


La mort rôde autour de la tasse de notre café,
La mort rôde dans la clé de notre appartement,
Elle rôde autour des fleurs de notre balcon,
Sur le papier de notre journal,
Et sur les lettres de l'alphabet.

Balkis ! sommes-nous une fois encore
Retournés à l'époque de la jahilia ?
Voilà que nous entrons dans l'ère de la sauvagerie,
De la décadence, de la laideur,
Voilà que nous entrons une nouvelle fois
Dans l'ère de la barbarie,
Ere où l'écriture est un passage
Entre deux éclats d'obus,
Ere où l'assassinat d'un frelon dans un champ
Est devenu la grande affaire.

Connaissez-vous ma bien aimée Balkis ?
Elle est le plus beau texte des œuvres de l'Amour,
Elle fut un doux mélange
De velours et de beau marbre.

Dans ses yeux on voyait la violette
S'assoupir sans dormir.
Balkis, parfum dans mon souvenir !
O tombe voyageant dans les nues !

Ils t'ont tuée à Beyrouth
Comme n'importe quelle autre biche,
Après avoir tué le verbe.

Cher ELMAKOUDI, c'est poignant de lire comme il souffre d'avoir ainsi perdu Sa Bien-Aimée Balkis !

Pauvre Liban, qui a déjà tant souffert.........

que veut il dire si tu me permets cette question : après avoir tué le verbe ???


J'espère que tu te portes bien mon ami ???

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 13 Juin 2011, 21:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:


Toi la plus noble des reines,
Femme qui symbolise toutes les gloires des époques sumériennes !
Balkis, toi mon oiseau le plus doux,
Toi mon icône la plus précieuse,
Toi larme répandue sur la joue de la Madeleine !

Ai-je été injuste à ton égard
En t'éloignant des rives d'Al A'damya ?
Beyrouth tue chaque jour l'un de nous,
Beyrouth chaque jour court après sa victime.


La mort rôde autour de la tasse de notre café,
La mort rôde dans la clé de notre appartement,
Elle rôde autour des fleurs de notre balcon,
Sur le papier de notre journal,
Et sur les lettres de l'alphabet.

Balkis ! sommes-nous une fois encore
Retournés à l'époque de la jahilia ?
Voilà que nous entrons dans l'ère de la sauvagerie,
De la décadence, de la laideur,
Voilà que nous entrons une nouvelle fois
Dans l'ère de la barbarie,
Ere où l'écriture est un passage
Entre deux éclats d'obus,
Ere où l'assassinat d'un frelon dans un champ
Est devenu la grande affaire.

Connaissez-vous ma bien aimée Balkis ?
Elle est le plus beau texte des œuvres de l'Amour,
Elle fut un doux mélange
De velours et de beau marbre.

Dans ses yeux on voyait la violette
S'assoupir sans dormir.
Balkis, parfum dans mon souvenir !
O tombe voyageant dans les nues !

Ils t'ont tuée à Beyrouth
Comme n'importe quelle autre biche,
Après avoir tué le verbe.

Cher ELMAKOUDI, c'est poignant de lire comme il souffre d'avoir ainsi perdu Sa Bien-Aimée Balkis !

Pauvre Liban, qui a déjà tant souffert.........

que veut il dire si tu me permets cette question : après avoir tué le verbe ???


J'espère que tu te portes bien mon ami ???
Le Verbe de Dieu/ sois:Kun
il pense qu'ils sont contre la divinité d'allah en tuant un etre humain qui n'a rien fait
PS:peut etre qu'il parle d'Issa(psl) jesus puisqu'il a cité - Marie Madeleine qui a assisté à la passion du Christ et a essuyé ses pieds en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 13 Juin 2011, 21:12

Balkis, ce n'est pas une élégie que je compose,
Mais je fais mes adieux aux Arabes,

Balkis, tu nous manques… tu nous manques…
Tu nous manques…
La maisonnée recherche sa princesse
Au doux parfum qu'elle traîne derrière elle.
Nous écoutons les nouvelles,
Nouvelles vagues, sans commentaires.
Balkis, nous sommes écorchés jusqu'à l'os. Les enfants ne savent pas ce qui se passe,
Et moi, je ne sais pas quoi dire…

Frapperas-tu à la porte dans un instant ?
Te libéreras-tu de ton manteau d'hiver ? Viendras-tu si souriante et si fraîche
Et aussi étincelante
Que les fleurs des champs ?
Balkis, tes épis verts
Continuent à pleurer sur les murs,
Et ton visage continue à se promener
Entre les miroirs et les tentures.

Même la cigarette que tu viens d'allumer
Ne fut pas éteinte,
Et sa fumée persistante continue à refuser
De s'en aller. Balkis, nous sommes poignardés
Poignardés jusqu'à los
Et nos yeux sont hantés par l'épouvante.
Balkis, comment vas-tu pu prendre mes jours et mes rêves ?
Et as-tu supprimé les saisons et les jardins ?
Mon épouse, ma bien aimée,
Mon poème et la lumière de mes yeux,
Tu étais mon bel oiseau, Comment donc as-tu pu t'enfuir ?
Balkis, c'est l'heure du thé irakien parfumé
Comme un bon vieux vin,
Qui donc distribuera les tasses, ô girafe ?
Qui a transporté à notre maison
L'Euphrate, les roses du Tigre et de Ruçafa ?
Balkis, la tristesse me transperce. Beyrouth qui t'a tuée ignore son forfait,
Beyrouth qui t'a aimée
Ignore qu'elle a tué sa bien aimée
Et qu'elle a éteint la lune.
Balkis ! Balkis ! Balkis ! Tous les nuages te pleurent,
Quidonc pleurera sur moi ?
Revenir en haut Aller en bas
pinson

pinson


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 13 Juin 2011, 21:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Toi la plus noble des reines,
Femme qui symbolise toutes les gloires des époques sumériennes !
Balkis, toi mon oiseau le plus doux,
Toi mon icône la plus précieuse,
Toi larme répandue sur la joue de la Madeleine !

Ai-je été injuste à ton égard
En t'éloignant des rives d'Al A'damya ?
Beyrouth tue chaque jour l'un de nous,
Beyrouth chaque jour court après sa victime.


La mort rôde autour de la tasse de notre café,
La mort rôde dans la clé de notre appartement,
Elle rôde autour des fleurs de notre balcon,
Sur le papier de notre journal,
Et sur les lettres de l'alphabet.

Balkis ! sommes-nous une fois encore
Retournés à l'époque de la jahilia ?
Voilà que nous entrons dans l'ère de la sauvagerie,
De la décadence, de la laideur,
Voilà que nous entrons une nouvelle fois
Dans l'ère de la barbarie,
Ere où l'écriture est un passage
Entre deux éclats d'obus,
Ere où l'assassinat d'un frelon dans un champ
Est devenu la grande affaire.

Connaissez-vous ma bien aimée Balkis ?
Elle est le plus beau texte des œuvres de l'Amour,
Elle fut un doux mélange
De velours et de beau marbre.

Dans ses yeux on voyait la violette
S'assoupir sans dormir.
Balkis, parfum dans mon souvenir !
O tombe voyageant dans les nues !

Ils t'ont tuée à Beyrouth
Comme n'importe quelle autre biche,
Après avoir tué le verbe.



Ces poésies arabes , un délice ... Merci, l'ami ElMakoudi pour ce plaisir que tu nous procures !

Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 13 Juin 2011, 21:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:


Dis-moi, mon cher EL MAKOUDI, est-ce que Nizar Kahbani écrit en arabe ou en français ? ou les deux ???


salam tres cher lazur et heureux de retourner a mon forum pour vivre un instant avec toi et bien sure la gracieuse rosedumatin

Son œuvre, louée par des générations d'Arabes pour ses vers sensuels et romantiques, ne s'est pas limitée aux recueils de poésie. Il a apporté des contributions régulières au journal de langue arabe Al Hayat, et ses textes ont été mis en musique et chantés par Mohamed Abdelwahab, Najib Serraj ou Abdel Halim Hafez (Qariat el fingan, Rissala min tahtilmaa), ils ont également été chantés par des chanteuses Libanaises, Syriennes ou Égyptiennes comme Feyrouz, Oum Kalsoum et d’autres, ce qui a contribué à populariser son travail. Il est le poète arabe contemporain le plus populaire et le plus lu.

Des textes de Nizar Kabbani ont été traduits en espagnol par Pedro Monteret (Institut hispano-arabe, 1964) et en anglais par Abdallah al-Uzari (in Con temporar.y ,4 rab Poetry, Penguin, 1986) et par Selma Khadra Jayyusi (in Modem Arabie Poetry, Columbia University Press, 1987).


Je connais tous ces chanteurs que tu nommes ici ; Mais je ne connaissais pas du tout le nom du poète auteur de leurs textes ...

MERCI, mon cher frère et ami EL MAKOUDI. Ta présence sur DIALOGUE est toujours et depuis nos débuts ensemble, un souffle d'air printanier, un souffle de bonheur , comme le bonheur de discuter entre amis en regardant au bord de le mer le soleil se coucher ....avec un verre de thé à la menthe dans la main ...

A demain , j'espère ...


Fraternellement

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMer 15 Juin 2011, 20:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:



salam tres cher lazur et heureux de retourner a mon forum pour vivre un instant avec toi et bien sure la gracieuse rosedumatin

Son œuvre, louée par des générations d'Arabes pour ses vers sensuels et romantiques, ne s'est pas limitée aux recueils de poésie. Il a apporté des contributions régulières au journal de langue arabe Al Hayat, et ses textes ont été mis en musique et chantés par Mohamed Abdelwahab, Najib Serraj ou Abdel Halim Hafez (Qariat el fingan, Rissala min tahtilmaa), ils ont également été chantés par des chanteuses Libanaises, Syriennes ou Égyptiennes comme Feyrouz, Oum Kalsoum et d’autres, ce qui a contribué à populariser son travail. Il est le poète arabe contemporain le plus populaire et le plus lu.

Des textes de Nizar Kabbani ont été traduits en espagnol par Pedro Monteret (Institut hispano-arabe, 1964) et en anglais par Abdallah al-Uzari (in Con temporar.y ,4 rab Poetry, Penguin, 1986) et par Selma Khadra Jayyusi (in Modem Arabie Poetry, Columbia University Press, 1987).


Je connais tous ces chanteurs que tu nommes ici ; Mais je ne connaissais pas du tout le nom du poète auteur de leurs textes ...

MERCI, mon cher frère et ami EL MAKOUDI. Ta présence sur DIALOGUE est toujours et depuis nos débuts ensemble, un souffle d'air printanier, un souffle de bonheur , comme le bonheur de discuter entre amis en regardant au bord de le mer le soleil se coucher ....avec un verre de thé à la menthe dans la main ...

A demain , j'espère ...


Fraternellement
salam et merci cher lazur
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMer 15 Juin 2011, 20:16

Balkis, comment vas-tu pu disparaître en silence
Sans avoir posé tes mains sur mes mains ?

Balkis, comment as-tu pu nous abandonner
Ballottés comme feuilles mortes par le vent ballottées,
Comment nous as-tu abandonnés nous trois
Perdus comme une plume dans la pluie ?

As-tu pensé à moi
Moi qui ai tant besoin de ton amour,
Comme Zeinab, comme Omar ?
Balkis, ô trésor de légende !
O lance irakienne !
O forêt de bambous !
Toi dont la taille a défié les étoiles,
D'où as-tu apporté toute cette fraîcheur juvénile ?

Balkis, toi l'amie, toi la compagne,
Toi la délicate comme une fleur de camomille.

Beyrouth nous étouffe, la mer nous étouffe,
Le lieu nous étouffe.
Balkis, ce n'est pas toi qu'on fait deux fois,
Il n'y aura pas de deuxième Balkis.
Balkis ! les détails de nos liens m'écorchent vif,
Les minutes et les secondes me flagellent de leurs coups,
Chaque petite épingle a son histoire,
Chacun de tes colliers en a plus d'une,
Même tes accroche-cœur d'or
Comme à l'accoutumée m'envahissent de tendresse.

La belle voix irakienne s'installe sur les tentures,
Sur les fauteuils et les riches vaisselles.
Tu jaillis des miroirs
Tu jaillis de tes bagues,
Tu jallis du poème,
Des cierges, des tasses
Et du vin de rubis.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMer 15 Juin 2011, 20:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:



Ces poésies arabes , un délice ... Merci, l'ami ElMakoudi pour ce plaisir que tu nous procures !



Oui MERCI à notre cher frère EL MAKOUDI ...

Cette photo de Nizar Kabbani :[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyJeu 16 Juin 2011, 00:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Balkis, comment vas-tu pu disparaître en silence
Sans avoir posé tes mains sur mes mains ?

Balkis, comment as-tu pu nous abandonner
Ballottés comme feuilles mortes par le vent ballottées,
Comment nous as-tu abandonnés nous trois
Perdus comme une plume dans la pluie ?

As-tu pensé à moi
Moi qui ai tant besoin de ton amour,
Comme Zeinab, comme Omar ?
Balkis, ô trésor de légende !
O lance irakienne !
O forêt de bambous !
Toi dont la taille a défié les étoiles,
D'où as-tu apporté toute cette fraîcheur juvénile ?

Balkis, toi l'amie, toi la compagne,
Toi la délicate comme une fleur de camomille.

Beyrouth nous étouffe, la mer nous étouffe,
Le lieu nous étouffe.
Balkis, ce n'est pas toi qu'on fait deux fois,
Il n'y aura pas de deuxième Balkis.
Balkis ! les détails de nos liens m'écorchent vif,
Les minutes et les secondes me flagellent de leurs coups,
Chaque petite épingle a son histoire,
Chacun de tes colliers en a plus d'une,
Même tes accroche-cœur d'or
Comme à l'accoutumée m'envahissent de tendresse.

La belle voix irakienne s'installe sur les tentures,
Sur les fauteuils et les riches vaisselles.
Tu jaillis des miroirs
Tu jaillis de tes bagues,
Tu jallis du poème,
Des cierges, des tasses
Et du vin de rubis.
Balkis, si tu pouvais seulement
Imaginer la douleur de nos lieux !
A chaque coin, tu volettes comme un oiseau,
Et parfumes le lieu comme une forêt de sureau.

Là, tu fumais ta cigarette,
Ici, tu lisais,
Là-bas tu te peignais telle un palmier,
Et, comme une épée yéménite effilée,
A tes hôtes tu apparaissais.

Balkis, où est donc le flacon de Guerlain ?
Où est le briquet bleu ?
Où est la cigarette Kent ?
Qui ne quittait pas tes lèvres ?
Où est le hachémite chantant
Son nostalgique chant ?

Les peignes se souviennent de leur passé
Et leurs larmes se figent ;
Les peignes souffrent-ils aussi de leur chagrin d'amour ?

Balkis, il m'est dur d'émigrer de mon sang
Alors que je suis assiégé entre les flammes du feu
Et les flammes des cendres.

Balkis, princesse !
Voilà que tu brûles dans la guerre des tribus.
Qu'écrirais-je sur le voyage de ma reine,
Car le verbe est devenu mon vrai drame ?
Voilà que nous recherchons dans les entassements des victimes
Une étoile tombée du ciel,
Un corps brisé en morceaux comme un miroir brisé.
Nous voilà nous demander, ô ma bien aiméme,
Si cette tombe est la tienne
Ou bien celle en vérité de l'arabisme ?

Balkis, ô sainte qui as étendu tes tresses sur moi !
O girafe de fière allure !

Balkis, notre justice arabe
Veut que nos propres assassins
Soient des Arabes,
Que notre chair soit mangée par des Arabes,
Que notre ventre soit éventré par des Arabes,
Comment donc échapper à ce destin ?
Le poignard arabe ne fait pas de différence
Entre les gorges des hommes
Et les gorges des femmes.

Balkis, s'ils t'ont fait sauter en éclats,
Sache que chez nous
Toutes les funérailles commencent à Karbala
Et finissent à Karbala
Je ne lirai plus l'Histoire dorénavant,
Mes doigts sont brûlés
Et mes habits sont entachés de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyJeu 16 Juin 2011, 00:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Balkis, comment vas-tu pu disparaître en silence
Sans avoir posé tes mains sur mes mains ?

Balkis, comment as-tu pu nous abandonner
Ballottés comme feuilles mortes par le vent ballottées,
Comment nous as-tu abandonnés nous trois
Perdus comme une plume dans la pluie ?

As-tu pensé à moi
Moi qui ai tant besoin de ton amour,
Comme Zeinab, comme Omar ?
Balkis, ô trésor de légende !
O lance irakienne !
O forêt de bambous !
Toi dont la taille a défié les étoiles,
D'où as-tu apporté toute cette fraîcheur juvénile ?

Balkis, toi l'amie, toi la compagne,
Toi la délicate comme une fleur de camomille.

Beyrouth nous étouffe, la mer nous étouffe,
Le lieu nous étouffe.
Balkis, ce n'est pas toi qu'on fait deux fois,
Il n'y aura pas de deuxième Balkis.
Balkis ! les détails de nos liens m'écorchent vif,
Les minutes et les secondes me flagellent de leurs coups,
Chaque petite épingle a son histoire,
Chacun de tes colliers en a plus d'une,
Même tes accroche-cœur d'or
Comme à l'accoutumée m'envahissent de tendresse.

La belle voix irakienne s'installe sur les tentures,
Sur les fauteuils et les riches vaisselles.
Tu jaillis des miroirs
Tu jaillis de tes bagues,
Tu jallis du poème,
Des cierges, des tasses
Et du vin de rubis.
Balkis, si tu pouvais seulement
Imaginer la douleur de nos lieux !
A chaque coin, tu volettes comme un oiseau,
Et parfumes le lieu comme une forêt de sureau.

Là, tu fumais ta cigarette,
Ici, tu lisais,
Là-bas tu te peignais telle un palmier,
Et, comme une épée yéménite effilée,
A tes hôtes tu apparaissais.

Balkis, où est donc le flacon de Guerlain ?
Où est le briquet bleu ?
Où est la cigarette Kent ?
Qui ne quittait pas tes lèvres ?
Où est le hachémite chantant
Son nostalgique chant ?

Les peignes se souviennent de leur passé
Et leurs larmes se figent ;
Les peignes souffrent-ils aussi de leur chagrin d'amour ?

Balkis, il m'est dur d'émigrer de mon sang
Alors que je suis assiégé entre les flammes du feu
Et les flammes des cendres.

Balkis, princesse !
Voilà que tu brûles dans la guerre des tribus.
Qu'écrirais-je sur le voyage de ma reine,
Car le verbe est devenu mon vrai drame ?
Voilà que nous recherchons dans les entassements des victimes
Une étoile tombée du ciel,
Un corps brisé en morceaux comme un miroir brisé.
Nous voilà nous demander, ô ma bien aiméme,
Si cette tombe est la tienne
Ou bien celle en vérité de l'arabisme ?

Balkis, ô sainte qui as étendu tes tresses sur moi !
O girafe de fière allure !

Balkis, notre justice arabe
Veut que nos propres assassins
Soient des Arabes,
Que notre chair soit mangée par des Arabes,
Que notre ventre soit éventré par des Arabes,
Comment donc échapper à ce destin ?
Le poignard arabe ne fait pas de différence
Entre les gorges des hommes
Et les gorges des femmes.

Balkis, s'ils t'ont fait sauter en éclats,
Sache que chez nous
Toutes les funérailles commencent à Karbala
Et finissent à Karbala
Je ne lirai plus l'Histoire dorénavant,
Mes doigts sont brûlés
Et mes habits sont entachés de sang.
Voilà que nous abordons notre âge de pierre,
Chaque jour, nous reculons mille ans en arrière !
A Beyrouth la mer
A démissionné
Après le départ de tes yeux,
La poésie s'interroge sur son poème
Dont les mots ne s'agencent plus,
Et personne ne répond plus à la question,
Le chagrin, Balkis, presse mes yeux comme une orange.
Las ! je sais maintenant que les mots n'ont pas d'issue,
Et je connais le gouffre de la langue impossible ;
Moi qui ai inventé le style épistolaire
Je ne sais par quoi commencer une lettre,
Le poignard pénètre mon flanc
Et le flanc du verbe.

Balkis, tu résumes toute civilisation,
La femme n'est-elle pas civilisation ?

Balkis, tu es ma bonne grande nouvelle.
Qui donc m'en a dépouillé ?
Tu es l'écriture avant toute écriture,
Tu es l'île et le sémaphore,

Balkis, ô lune qu'ils ont enfouie
Parmi les pierres !
Maintenant le rideau se lève,
Le rideau se lève.
Revenir en haut Aller en bas
ElBilqîs

ElBilqîs


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyJeu 16 Juin 2011, 11:42

Citation :
Balkis, comment vas-tu pu disparaître en silence
Sans avoir posé tes mains sur mes mains ?
Bonjour à vous tous
Je lis ces deux vers et il me semble qu'ils me sont adressés!Il n'est pas toujours facile de répondre présent à l'appel du coeur...
Mais, je suis très sensible à la magnifique poésie de Nizzar Kabbani et peut-être m'inspirera-t-elle?
La souffrance et l'amour sont à l'origine des plus beaux poèmes, je crois...

Amicalement
ElBilqîs
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyJeu 16 Juin 2011, 19:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Balkis, comment vas-tu pu disparaître en silence
Sans avoir posé tes mains sur mes mains ?

Balkis, comment as-tu pu nous abandonner
Ballottés comme feuilles mortes par le vent ballottées,
Comment nous as-tu abandonnés nous trois
Perdus comme une plume dans la pluie ?

As-tu pensé à moi
Moi qui ai tant besoin de ton amour,
Comme Zeinab, comme Omar ?
Balkis, ô trésor de légende !
O lance irakienne !
O forêt de bambous !
Toi dont la taille a défié les étoiles,
D'où as-tu apporté toute cette fraîcheur juvénile ?

Balkis, toi l'amie, toi la compagne,
Toi la délicate comme une fleur de camomille.

Beyrouth nous étouffe, la mer nous étouffe,
Le lieu nous étouffe.
Balkis, ce n'est pas toi qu'on fait deux fois,
Il n'y aura pas de deuxième Balkis.
Balkis ! les détails de nos liens m'écorchent vif,
Les minutes et les secondes me flagellent de leurs coups,
Chaque petite épingle a son histoire,
Chacun de tes colliers en a plus d'une,
Même tes accroche-cœur d'or
Comme à l'accoutumée m'envahissent de tendresse.

La belle voix irakienne s'installe sur les tentures,
Sur les fauteuils et les riches vaisselles.
Tu jaillis des miroirs
Tu jaillis de tes bagues,
Tu jallis du poème,
Des cierges, des tasses
Et du vin de rubis.
Balkis, si tu pouvais seulement
Imaginer la douleur de nos lieux !
A chaque coin, tu volettes comme un oiseau,
Et parfumes le lieu comme une forêt de sureau.

Là, tu fumais ta cigarette,
Ici, tu lisais,
Là-bas tu te peignais telle un palmier,
Et, comme une épée yéménite effilée,
A tes hôtes tu apparaissais.

Balkis, où est donc le flacon de Guerlain ?
Où est le briquet bleu ?
Où est la cigarette Kent ?
Qui ne quittait pas tes lèvres ?
Où est le hachémite chantant
Son nostalgique chant ?

Les peignes se souviennent de leur passé
Et leurs larmes se figent ;
Les peignes souffrent-ils aussi de leur chagrin d'amour ?

Balkis, il m'est dur d'émigrer de mon sang
Alors que je suis assiégé entre les flammes du feu
Et les flammes des cendres.

Balkis, princesse !
Voilà que tu brûles dans la guerre des tribus.
Qu'écrirais-je sur le voyage de ma reine,
Car le verbe est devenu mon vrai drame ?
Voilà que nous recherchons dans les entassements des victimes
Une étoile tombée du ciel,
Un corps brisé en morceaux comme un miroir brisé.
Nous voilà nous demander, ô ma bien aiméme,
Si cette tombe est la tienne
Ou bien celle en vérité de l'arabisme ?

Balkis, ô sainte qui as étendu tes tresses sur moi !
O girafe de fière allure !

Balkis, notre justice arabe
Veut que nos propres assassins
Soient des Arabes,
Que notre chair soit mangée par des Arabes,
Que notre ventre soit éventré par des Arabes,
Comment donc échapper à ce destin ?
Le poignard arabe ne fait pas de différence
Entre les gorges des hommes
Et les gorges des femmes.

Balkis, s'ils t'ont fait sauter en éclats,
Sache que chez nous
Toutes les funérailles commencent à Karbala
Et finissent à Karbala
Je ne lirai plus l'Histoire dorénavant,
Mes doigts sont brûlés
Et mes habits sont entachés de sang.
Voilà que nous abordons notre âge de pierre,
Chaque jour, nous reculons mille ans en arrière !
A Beyrouth la mer
A démissionné
Après le départ de tes yeux,
La poésie s'interroge sur son poème
Dont les mots ne s'agencent plus,
Et personne ne répond plus à la question,
Le chagrin, Balkis, presse mes yeux comme une orange.
Las ! je sais maintenant que les mots n'ont pas d'issue,
Et je connais le gouffre de la langue impossible ;
Moi qui ai inventé le style épistolaire
Je ne sais par quoi commencer une lettre,
Le poignard pénètre mon flanc
Et le flanc du verbe.

Balkis, tu résumes toute civilisation,
La femme n'est-elle pas civilisation ?

Balkis, tu es ma bonne grande nouvelle.
Qui donc m'en a dépouillé ?
Tu es l'écriture avant toute écriture,
Tu es l'île et le sémaphore,

Balkis, ô lune qu'ils ont enfouie
Parmi les pierres !
Maintenant le rideau se lève,
Le rideau se lève.

Comment te dire ??? comment traduire ??? Cher ELMAKOUDI ...

Quels mots trouver pour dire toute l'émotion qui explose en moi à la lecture de ces magnifiques poèmes... comme il faut aimer pour pouvoir écrire de la sorte.....

C'est un don merveilleux de pouvoir ainsi traduire ses sentiments par des poèmes...

Mon ami, je ne sais que dire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyVen 17 Juin 2011, 20:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Voilà que nous abordons notre âge de pierre,
Chaque jour, nous reculons mille ans en arrière !
A Beyrouth la mer
A démissionné
Après le départ de tes yeux,
La poésie s'interroge sur son poème
Dont les mots ne s'agencent plus,
Et personne ne répond plus à la question,
Le chagrin, Balkis, presse mes yeux comme une orange.
Las ! je sais maintenant que les mots n'ont pas d'issue,
Et je connais le gouffre de la langue impossible ;
Moi qui ai inventé le style épistolaire
Je ne sais par quoi commencer une lettre,
Le poignard pénètre mon flanc
Et le flanc du verbe.

Balkis, tu résumes toute civilisation,
La femme n'est-elle pas civilisation ?

Balkis, tu es ma bonne grande nouvelle.
Qui donc m'en a dépouillé ?
Tu es l'écriture avant toute écriture,
Tu es l'île et le sémaphore,

Balkis, ô lune qu'ils ont enfouie
Parmi les pierres !
Maintenant le rideau se lève,
Le rideau se lève.

Comment te dire ??? comment traduire ??? Cher ELMAKOUDI ...

Quels mots trouver pour dire toute l'émotion qui explose en moi à la lecture de ces magnifiques poèmes... comme il faut aimer pour pouvoir écrire de la sorte.....

C'est un don merveilleux de pouvoir ainsi traduire ses sentiments par des poèmes...

Mon ami, je ne sais que dire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
salam rosedumatin
Je dirai au cours de l'instruction
Que je connais les noms, les choses, les prisonniers,
Les martyrs, les pauvres, les démunis.

Je dirai que je connais le bourreau qui a tué ma femme
Je reconnais les figures de tous les traîtres.

Je dirai que votre vertu n'est que prostitution
Que votre piété n'est que souillure,

Je dirai que notre combat est pur mensonge
Et que n'existe aucune différence
Entre politique et prostitution.

Je dirai au cours de l'instruction
Que je connais les assassins,

Je dirai que notre siècle arabe
Est spécialisé dans l'égorgement du jasmin,
Dans l'assassinat de tous les prophètes,
Dans l'assassinat de tous les messagers.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyVen 17 Juin 2011, 20:38

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Voilà que nous abordons notre âge de pierre,
Chaque jour, nous reculons mille ans en arrière !
A Beyrouth la mer
A démissionné
Après le départ de tes yeux,
La poésie s'interroge sur son poème
Dont les mots ne s'agencent plus,
Et personne ne répond plus à la question,
Le chagrin, Balkis, presse mes yeux comme une orange.
Las ! je sais maintenant que les mots n'ont pas d'issue,
Et je connais le gouffre de la langue impossible ;
Moi qui ai inventé le style épistolaire
Je ne sais par quoi commencer une lettre,
Le poignard pénètre mon flanc
Et le flanc du verbe.

Balkis, tu résumes toute civilisation,
La femme n'est-elle pas civilisation ?

Balkis, tu es ma bonne grande nouvelle.
Qui donc m'en a dépouillé ?
Tu es l'écriture avant toute écriture,
Tu es l'île et le sémaphore,

Balkis, ô lune qu'ils ont enfouie
Parmi les pierres !
Maintenant le rideau se lève,
Le rideau se lève.

Comment te dire ??? comment traduire ??? Cher ELMAKOUDI ...

Quels mots trouver pour dire toute l'émotion qui explose en moi à la lecture de ces magnifiques poèmes... comme il faut aimer pour pouvoir écrire de la sorte.....

C'est un don merveilleux de pouvoir ainsi traduire ses sentiments par des poèmes...

Mon ami, je ne sais que dire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
salam rosedumatin
Je dirai au cours de l'instruction
Que je connais les noms, les choses, les prisonniers,
Les martyrs, les pauvres, les démunis.

Je dirai que je connais le bourreau qui a tué ma femme
Je reconnais les figures de tous les traîtres.

Je dirai que votre vertu n'est que prostitution
Que votre piété n'est que souillure,

Je dirai que notre combat est pur mensonge
Et que n'existe aucune différence
Entre politique et prostitution.

Je dirai au cours de l'instruction
Que je connais les assassins,

Je dirai que notre siècle arabe
Est spécialisé dans l'égorgement du jasmin,
Dans l'assassinat de tous les prophètes,
Dans l'assassinat de tous les messagers.

Salam Elmakoudi, c'est extraordinaire, superbe qui aurait pensé ?? : " l'égorgement du jasmin" ....

Pourquoi donc Balkis fut ainsi assassinée ??? celle qui en elle portait tous les prophètes, les messagers ???

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptySam 18 Juin 2011, 17:14

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Salam Elmakoudi, c'est extraordinaire, superbe qui aurait pensé ?? : " l'égorgement du jasmin" ....

Pourquoi donc Balkis fut ainsi assassinée ??? celle qui en elle portait tous les prophètes, les messagers ???


On connaît cette Bilqîs par la Bible. Dans le Coran elle apparait dans la sourate 27 et on apprend dans un hadit, qu'elle s'appelle Balqis. Et c'est en fait la reine de Saba, celle qui est allée à la rencontre de Salomon . Mais en fait, nul ne sait rien de certain de sa vie réelle .

Voici ce que dit Jésus de cette reine :

"Lc 11:31- La reine du Midi se lèvera lors du Jugement avec les hommes de cette génération et elle les condamnera, car elle vint des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon ! "

Fraternellement


PS : petit coucou à notre forumeuse ELBILQÎS

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
ElBilqîs

ElBilqîs


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 10:16

Nul ne sait rien sur la reine de Saba?
Ignoreriez vous qu'elle sait réincarnée au 20ème siècle dans une femme européenne?
El Bilqîs pour vous servir! La grande amoureuse (enfin pas si grande) du Roi Salomon! Nizar Kabbani  17865
Et parfois, il me prend l'envie de penser que ces merveilleux poèmes de Nizar Kabbani me sont destinés...

(Un peu d'humour, ça fait du bien!... et dans le monde virtuel, tout est permis, même de se prendre pour Dieu... alors, pour la reine de Saba :evil: )

Un royal sourire à chacun de vous!
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 13:35

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Nul ne sait rien sur la reine de Saba?
Ignoreriez vous qu'elle sait réincarnée au 20ème siècle dans une femme européenne?
El Bilqîs pour vous servir! La grande amoureuse (enfin pas si grande) du Roi Salomon! Nizar Kabbani  17865
Et parfois, il me prend l'envie de penser que ces merveilleux poèmes de Nizar Kabbani me sont destinés...

(Un peu d'humour, ça fait du bien!... et dans le monde virtuel, tout est permis, même de se prendre pour Dieu... alors, pour la reine de Saba :evil: )

Un royal sourire à chacun de vous!


Wahhhhhhhhh ..... Et c'est donc grâce à notre frère EKMAKOUDI, qu'enfin l'on sait -- et sachons-le tous -- que notre modeste forum est en fait un forum royal que notre EL BILQÎS a daigné choisir pour s'y reposer !!!

Nizar Kabbani  200755 Nizar Kabbani  898997 Nizar Kabbani  22215 Nizar Kabbani  815915 Nizar Kabbani  657627


Tout tout tout, il nous faut tout pour fêter notre reine de SABA ... !!!

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 13:57

Et dire que moi je n'étais pas au courant , que sur Islamo-Chrétien nous avions un membre de la descendance de la reine de Saba . queen sunny lol!
Revenir en haut Aller en bas
ElBilqîs

ElBilqîs


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 17:27

Rassurez-vous, je resterai modeste!

Inutile de vous prosterner à mes pieds![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me cache aujourd'hui sous les traits d'une modeste poète dont les vers ne sont pas spécialement religieux...
Mais peut-être que je viendrai vous en faire partager le goût de temps à autre si le coeur vous en dit. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
message aux administrateurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 18:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Rassurez-vous, je resterai modeste!

Inutile de vous prosterner à mes pieds![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me cache aujourd'hui sous les traits d'une modeste poète dont les vers ne sont pas spécialement religieux...
Mais peut-être que je viendrai vous en faire partager le goût de temps à autre si le coeur vous en dit. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
message aux administrateurs:
 

Bonsoir ELBILQIS,

Aucun problème cet avatar est en plus de belle taille, je vais dans votre profil !!!

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 20:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Rassurez-vous, je resterai modeste!

Inutile de vous prosterner à mes pieds![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me cache aujourd'hui sous les traits d'une modeste poète dont les vers ne sont pas spécialement religieux...
Mais peut-être que je viendrai vous en faire partager le goût de temps à autre si le coeur vous en dit. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
message aux administrateurs:
 

Bonsoir ELBILQIS,

Aucun problème cet avatar est en plus de belle taille, je vais dans votre profil !!!


MERCI pour elle, ma bien chère ROSE, toujours aussi rapide, aussi dévouée, aussi efficace ...

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 20:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Rassurez-vous, je resterai modeste!

Inutile de vous prosterner à mes pieds![Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me cache aujourd'hui sous les traits d'une modeste poète dont les vers ne sont pas spécialement religieux...
Mais peut-être que je viendrai vous en faire partager le goût de temps à autre si le coeur vous en dit. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
message aux administrateurs:
 

Bonsoir ELBILQIS,

Aucun problème cet avatar est en plus de belle taille, je vais dans votre profil !!!


MERCI pour elle, ma bien chère ROSE, toujours aussi rapide, aussi dévouée, aussi efficace ...

Mon cher MARIO, tu fais encore souffrir mon humilité Embarassed :evil:

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
ASHTAR

ASHTAR


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyDim 19 Juin 2011, 21:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Nul ne sait rien sur la reine de Saba?
Ignoreriez vous qu'elle sait réincarnée au 20ème siècle dans une femme européenne?
El Bilqîs pour vous servir! La grande amoureuse (enfin pas si grande) du Roi Salomon! Nizar Kabbani  17865
Et parfois, il me prend l'envie de penser que ces merveilleux poèmes de Nizar Kabbani me sont destinés...

(Un peu d'humour, ça fait du bien!... et dans le monde virtuel, tout est permis, même de se prendre pour Dieu... alors, pour la reine de Saba :evil: )

Un royal sourire à chacun de vous!


Moi qui me contentait seulement de l'actrice dans le film :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'ai enfin rencontré la nouvelle incarnation de El Belquiss quel honneur ,bientôt en va voir Salomon s'il veut bien s’inscrire aussi dans notre humble forum
Revenir en haut Aller en bas
ElBilqîs

ElBilqîs


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 20 Juin 2011, 00:11

Voyons, Ashtar, Salomon consacre tout son temps entre son royaume,sa femme et sa Reine...
aucune chance pour qu'il vienne vous rendre visite... ok [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... je sors!
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 20 Juin 2011, 01:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Voyons, Ashtar, Salomon consacre tout son temps entre son royaume,sa femme et sa Reine...
aucune chance pour qu'il vienne vous rendre visite... ok [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]... je sors!
salam
je serais heureus de te revoir parmis et c'est pour cette raison que j'ai commencé a dedier ce poeme a ces amours chere elbilqis


Balkis, comment vas-tu pu disparaître en silence
Sans avoir posé tes mains sur nos mains ?

Balkis, comment as-tu pu nous abandonner
Comment nous as-tu abandonnés nous tous
Perdus comme une plume dans la pluie ?

As-tu pensé à nou
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyLun 20 Juin 2011, 01:32

Je dirai au cours de l'instruction
Que je connais les noms, les choses, les prisonniers,
Les martyrs, les pauvres, les démunis.

Je dirai que je connais le bourreau qui a tué ma femme
Je reconnais les figures de tous les traîtres.

Je dirai que votre vertu n'est que prostitution
Que votre piété n'est que souillure,

Je dirai que notre combat est pur mensonge
Et que n'existe aucune différence
Entre politique et prostitution.

Je dirai au cours de l'instruction
Que je connais les assassins,

Je dirai que notre siècle arabe
Est spécialisé dans l'égorgement du jasmin,
Dans l'assassinat de tous les prophètes,
Dans l'assassinat de tous les messagers.

Même les yeux verts
Les Arabes les dévorent,

Même les tresses, mêmes les bagues,
Même les bracelets, les miroirs, les jouets,

Même les étoiles ont peur de ma patrie.
Et je ne sais pourquoi,

Même les oiseaux fuient ma patrie.
et je ne sais pourquoi,
Même les étoiles, les vaisseaux et les nuages,
Même les cahiers et les livres,
Et toutes choses belles
Sont contre les Arabes.

Hélas, lorsque ton corps de lumière a éclaté
Comme une perle précieuse
Je me suis demandé
Si l'assassinat des femmes
N'est pas un dada arabe,
Ou bien si à l'origine
L'assassinat n'est pas notre vrai métier ?

Balkis, ô ma belle jument
Je rougis de toute mon Histoire.
Ici c'est un pays où l'on tue les chevaux,
Ici c'est un pays où l'on tue les chevaux.

Balkis, depuis qu'ils t'ont égorgée
O la plus douce des patries
L'homme ne sais comment vivre dans cette patrie,
L'homme ne sait comment vivre dans cette patrie.

Je continue à verser de mon sang
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  EmptyMar 21 Juin 2011, 01:20

Même les yeux verts
Les Arabes les dévorent,
Même les tresses, mêmes les bagues,
Même les bracelets, les miroirs, les jouets,
Même les étoiles ont peur de ma patrie.
Et je ne sais pourquoi,
Même les oiseaux fuient ma patrie.
et je ne sais pourquoi,
Même les étoiles, les vaisseaux et les nuages,
Même les cahiers et les livres,
Et toutes choses belles
Sont contre les Arabes.
Hélas, lorsque ton corps de lumière a éclaté
Comme une perle précieuse
Je me suis demandé
Si l'assassinat des femmes
N'est pas un dada arabe,
Ou bien si à l'origine
L'assassinat n'est pas notre vrai métier ?

Balkis, ô ma belle jument
Je rougis de toute mon Histoire.
Ici c'est un pays où l'on tue les chevaux,
Ici c'est un pays où l'on tue les chevaux.

Balkis, depuis qu'ils t'ont égorgée
O la plus douce des patries
L'homme ne sais comment vivre dans cette patrie,
L'homme ne sait comment vivre dans cette patrie.

Je continue à verser de mon sang
Le plus grand prix
Pour rendre heureux le monde,
Mais le ciel a voulu que je reste seul
Comme les feuilles de l'hiver.
Les poètes naissent-ils de la matrice du malheur ?
Le poète n'est-il qu'un coup de poignard sans remède porté au cœur ?
Ou bien suis-je le seul
Dont les yeux résument l'histoire des pleurs ?
Je dirai au cours de l'instruction
Comment ma biche fut tuée
Par l'épée de Abu Lahab,
Tous les bandits, du Golfe à l'Atlantique
Détruisent, incendient, volent,
Se corrompent, agressent les femmes
Comme le veut Abu Lahab,
Tous les chiens sont des agents
Ils mangent, se soûlent,
Sur le compte de Abu Lahab,
Aucun grain sous terre ne pousse
Sans l'avis de Abu Lahab
Pas un enfant qui naisse chez nous
Sans que sa mère un jour
N'ait visité la couche de Abu Lahab,
Pas une tête n'est décapitée sans ordre de Abu Lahab
La mort de Balkis
Est-elle la seule victoire
Enregistrée dans toute l'Histoire des Arabes ?

Balkis, ô ma bien aimée, bue jusqu'à la lie !
Les faux prophètes sautillent
Et montent sur le dos des peuples,
Mais n'ont aucun message !
Si au moins, ils avaient apporté
De cette triste Palestine
Une étoile,
Ou seulement une orange,
S'ils nous avaient apporté des rivages de Ghaza
Un petit caillou
Ou un coquillage,
Si depuis ce quart de siècle
Ils avaient libéré une olive
Ou restitué une orange,
Et effacé de l'Histoire la honte,
J'aurais alors rendu grâce à ceux qui t'ont tuée
O mon adorée jusqu'à la lie !
Mais ils ont laissé la Palestine à son sort
Pour tuer une biche !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Nizar Kabbani  Empty
MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Nizar Kabbani  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Nizar Kabbani
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» les feuilletons syriens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: LE COIN DES POETES-
Sauter vers: