Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Nizar Kabbani

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Nizar Kabbani    Sam 04 Juin 2011, 21:10

Rappel du premier message :

Nizar Kahbani est né à Damas (Syrie) le 21 mars 1923. d'un père notable - mort le 30 avril 1998, à Londres, Grande-Bretagne) était un poète syrien, dont la poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreuses images empruntées au monde de l’enfance.

-Dès l’âge de 16 ans, Nizar Kabbani commence à écrire des poèmes, largement consacrés à des thèmes amoureux.
En 1945, il obtient le diplôme de la faculté de droit de l’Université de Damas.
Il entre comme attaché au ministère Syrien des affaires étrangères et occupe des postes diplomatiques au Caire, à Ankara, à Madrid, à Pékin et A Beyrouth jusqu’à Sa démission en 1966.
-Sa poésie casse l’image traditionnelle de la femme arabe et invente un langage nouveau, proche de la langue parlée et riche de nombreu-ses images empruntées au monde de l’enfance.
Installé à Beyrouth au milieu des années soixante, il disait ressentir « une immense tristesse en voyant tout le mal qu'on fait » à cette ville. Dans une interview au quotidien libanais « L'Orient le Jour » en 1977, à l'occasion de la parution de « A Beyrouth la femme, avec mon amour », il indiquait: « Je vis à Beyrouth depuis dix ans. Elle est pour moi la mère, l'amie et l'aimée ».

Depuis ses débuts en littérature en 1944 avec son premier recueil de poèmes, intitulé : La brune m'a dit, Nizar Kabbani a publié plus de trente recueils de poèmes, dont L'enfance d'un sein (1948), Samba (1949), tu es à moi (1950), le journal d'une femme indifférente (1968), des poèmes sauvages (1970), le livre de l'amour (1970), 100 lettres d'amour (1970), des poèmes hors- la loi(1972), je t'aime, je t'aime et la suite viendra (1978), A Beyrouth, avec mon amour (1978), que chaque année tu sois ma bien aimée (1978), Je jure qu'il n'y a de femmes que toi (1979) et plusieurs d'autres œuvres. Il va créer autour de lui une très grande controverse due au fait qu'il y relatait sans fausse pudeur son amour pour la femme.

suite demain incha allah
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Elmakoudi




MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mar 21 Juin 2011, 01:20

Même les yeux verts
Les Arabes les dévorent,
Même les tresses, mêmes les bagues,
Même les bracelets, les miroirs, les jouets,
Même les étoiles ont peur de ma patrie.
Et je ne sais pourquoi,
Même les oiseaux fuient ma patrie.
et je ne sais pourquoi,
Même les étoiles, les vaisseaux et les nuages,
Même les cahiers et les livres,
Et toutes choses belles
Sont contre les Arabes.
Hélas, lorsque ton corps de lumière a éclaté
Comme une perle précieuse
Je me suis demandé
Si l'assassinat des femmes
N'est pas un dada arabe,
Ou bien si à l'origine
L'assassinat n'est pas notre vrai métier ?

Balkis, ô ma belle jument
Je rougis de toute mon Histoire.
Ici c'est un pays où l'on tue les chevaux,
Ici c'est un pays où l'on tue les chevaux.

Balkis, depuis qu'ils t'ont égorgée
O la plus douce des patries
L'homme ne sais comment vivre dans cette patrie,
L'homme ne sait comment vivre dans cette patrie.

Je continue à verser de mon sang
Le plus grand prix
Pour rendre heureux le monde,
Mais le ciel a voulu que je reste seul
Comme les feuilles de l'hiver.
Les poètes naissent-ils de la matrice du malheur ?
Le poète n'est-il qu'un coup de poignard sans remède porté au cœur ?
Ou bien suis-je le seul
Dont les yeux résument l'histoire des pleurs ?
Je dirai au cours de l'instruction
Comment ma biche fut tuée
Par l'épée de Abu Lahab,
Tous les bandits, du Golfe à l'Atlantique
Détruisent, incendient, volent,
Se corrompent, agressent les femmes
Comme le veut Abu Lahab,
Tous les chiens sont des agents
Ils mangent, se soûlent,
Sur le compte de Abu Lahab,
Aucun grain sous terre ne pousse
Sans l'avis de Abu Lahab
Pas un enfant qui naisse chez nous
Sans que sa mère un jour
N'ait visité la couche de Abu Lahab,
Pas une tête n'est décapitée sans ordre de Abu Lahab
La mort de Balkis
Est-elle la seule victoire
Enregistrée dans toute l'Histoire des Arabes ?

Balkis, ô ma bien aimée, bue jusqu'à la lie !
Les faux prophètes sautillent
Et montent sur le dos des peuples,
Mais n'ont aucun message !
Si au moins, ils avaient apporté
De cette triste Palestine
Une étoile,
Ou seulement une orange,
S'ils nous avaient apporté des rivages de Ghaza
Un petit caillou
Ou un coquillage,
Si depuis ce quart de siècle
Ils avaient libéré une olive
Ou restitué une orange,
Et effacé de l'Histoire la honte,
J'aurais alors rendu grâce à ceux qui t'ont tuée
O mon adorée jusqu'à la lie !
Mais ils ont laissé la Palestine à son sort
Pour tuer une biche !
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mer 22 Juin 2011, 02:00

Je continue à verser de mon sang
Le plus grand prix
Pour rendre heureux le monde,
Mais le ciel a voulu que je reste seul
Comme les feuilles de l'hiver.
Les poètes naissent-ils de la matrice du malheur ?
Le poète n'est-il qu'un coup de poignard sans remède porté au cœur ?
Ou bien suis-je le seul
Dont les yeux résument l'histoire des pleurs ?
Je dirai au cours de l'instruction
Comment ma biche fut tuée
Par l'épée de Abu Lahab,
Tous les bandits, du Golfe à l'Atlantique
Détruisent, incendient, volent,
Se corrompent, agressent les femmes
Comme le veut Abu Lahab,
Tous les chiens sont des agents
Ils mangent, se soûlent,
Sur le compte de Abu Lahab,
Aucun grain sous terre ne pousse
Sans l'avis de Abu Lahab
Pas un enfant qui naisse chez nous
Sans que sa mère un jour
N'ait visité la couche de Abu Lahab,
Pas une tête n'est décapitée sans ordre de Abu Lahab
La mort de Balkis
Est-elle la seule victoire
Enregistrée dans toute l'Histoire des Arabes ?

Balkis, ô ma bien aimée, bue jusqu'à la lie !
Les faux prophètes sautillent
Et montent sur le dos des peuples,
Mais n'ont aucun message !
Si au moins, ils avaient apporté
De cette triste Palestine
Une étoile,
Ou seulement une orange,
S'ils nous avaient apporté des rivages de Ghaza
Un petit caillou
Ou un coquillage,
Si depuis ce quart de siècle
Ils avaient libéré une olive
Ou restitué une orange,
Et effacé de l'Histoire la honte,
J'aurais alors rendu grâce à ceux qui t'ont tuée
O mon adorée jusqu'à la lie !
Mais ils ont laissé la Palestine à son sort
Pour tuer une biche !


Balkis, que doivent dire les poètes de notre siècle !
Que doit dire le poème
Au siècle des Arabes et non Arabes,
Au temps des païens,
Alors que le monde Arabe est écrasé
Ecrasé et sous le joug,
Et que sa langue est coupée.

Nous sommes le crime dans sa plus parfaite expression ;
Alors écartez de nous nos œuvres de culture.

O ma bien aimée, ils t'ont arrachée de mes mains,
Ils ont arraché le poème de ma bouche,
Ils ont pris l'écriture, la lecture,
L'enfance et l'espérance.
Balkis, Balkis, ô larmes s'égouttant sur les cils du violon !
Balkis, ô bien aimée jusqu'à la lie !
J'ai appris les secrets de l'amour à ceux qui t'ont tuée,
Mais avant la fin de la course,
Ils ont tué mon poulain.

Balkis, je te demande pardon ;
Peut être que ta vie a servi à racheter la mienne
Je sais pertinemment
Que ceux qui ont commis ce crime
Voulaient en fait attenter à mes mots.

Belle, dors dans la bénédiction divine,
Le poème après toi est impossible
Et la féminité aussi est impossible.

Des générations d'enfants
Continueront à s'interroger sur tes longues tresses,
Des générations d'amants
Continueront à lire ton histoire
O parfaite enseignante !
Les Arabes sauront un jour
Qu'ils ont tué une messagère
QU'ILS…ON….TU…E…UNE….MES…SA…GERE.
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Jeu 07 Juil 2011, 23:59

Silence

Respecte mon silence, je t’en prie
Le silence est mon arme la plus puissante
N’as-tu senti mon éloquence quand je me tais
la beauté de ce que je dis
quand je ne dis rien
****
C’est moi qui t’ai appris le nom des arbres
le dialogue des grillons de la nuit
et t’ai donné l’adresse des étoiles lointaines
C’est moi qui t’ai introduite à l’école du printemps
et t’ai appris le langage des oiseaux
et l’alphabet des sources
C'est moi qui t’ai inscrite sur les cahiers de la pluie
les draps de la neige et les pommes de pin
Je t’ai appris comment parler aux lapins et aux chacals
et comment peigner la laine nouvelle des moutons
C'est moi qui t’ai fait lire
Les lettres jamais publiées des oiseaux
et t’ai donné les cartes de l’été et de l'hiver
pour que tu apprennes comment les épis lèvent et pépient les poussins
et s accouplent les poissons
et jaillit le lait du sein de la lune
Lorsque Dieu a réparti les femmes entre les hommes et t’a donnée à moi...
j’ai senti qu’il était de mon côté
Il a contredit tous les livres saints
qu’Il a écrits
Il m’a versé le vin, il leur a versé le blé
Il m’a vêtu de soie, il les a vêtus de coton
Il leur a donné la branche, il m’a donné la fleur
***
Je ne serai pas le dernier homme dans ta vie
mais le dernier poème écrit en lettres d’or
accroché sur le mur de tes seins
et le dernier prophète qui a révélé aux hommes l’existence d’un autre paradis derrière tes paupières
Revenir en haut Aller en bas
ElBilqîs

ElBilqîs


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Ven 08 Juil 2011, 00:45

J'aime bien cette idée de respecter le silence de l'autre
le dialogue dans le silence
apprendre à écouter à la fois les grillons, les oiseaux, les étoiles et les sources...
Tout ce qui nous parle autrement.
je ne saurais l'écrire aussi bien que le poète, mais je partage l'émotion qui jaillit de chacun de ces mots.

Merci, c'est vraiment un plaisir infini de lire Nizar Kabbani
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Ven 08 Juil 2011, 09:10

ElBilqîs a écrit:
J'aime bien cette idée de respecter le silence de l'autre
le dialogue dans le silence
apprendre à écouter à la fois les grillons, les oiseaux, les étoiles et les sources...
Tout ce qui nous parle autrement.
je ne saurais l'écrire aussi bien que le poète, mais je partage l'émotion qui jaillit de chacun de ces mots.

Merci, c'est vraiment un plaisir infini de lire Nizar Kabbani


Et à notre frère ELMAKOUDI de nous l'avoir fait connaître !

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
ASHTAR

ASHTAR


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Ven 08 Juil 2011, 10:17

JE SUIS POUR LE TERRORISME

NIZAR KABBANI
(Traduits par Mustapha EL KASRI)



De terrorisme on nous accuse

Si nous osons prendre défense

De notre femme et de la rose

Et de l'azur et du poème

Si nous osons prendre défense

D'une patrie sans eau sans air

D'une patrie qui a perdu

Sa tente et sa chamelle

Et même son café noir.

De terrorisme on nous accuse

Si nous osons prendre défense

De la crinière

De la reine de Saba

Des lèvres de Maysoun

Des noms de nos plus belles filles,

Du khol qui de leurs cils

En pluie retombe

Comme une chose révélée.

Certes vous ne trouverez pas

En ma possession

De poésie secrète

Ni de parler énigmatique

Ou des ouvrages clandestins,

Et par devers moi je ne garde

Aucun poème traversant

La rue, caché derrière son voile.

De terrorisme on nous accuse

Quand nous décrivons les dépouilles

D'une patrie

Décomposée et dénudée

Et dont les restes en lambeaux

Sont dispersés aux quatre vents…,

D'une patrie

Cherchant son adresse et son nom…

D'une patrie ne conservant

De ses antiques épopées

Que les élégies de Khansa…,

D'une patrie

Où ni le rouge, ni le jaune, ni le vert

Ne teignent plus les horizons…,

D'une patrie qui nous défend

D'écouter les informations

Ou d'acheter quelque journal…,

D'une patrie où les oiseaux

Sont censurés dans leurs chansons,

D'une patrie où, terrifiés,

Les écrivains ont pris le pli

D'écrire la page du néant…,

D'une patrie

Qui ressemblerait dans sa forme

A la poésie

Dans notre pays

Sorte de langage égaré

Improvisé

Sans aucun lien avec les êtres

Sans aucun lien avec leur terre

Ni avec les problèmes

Dans lesquels ils se débattent vainement,

D'une patrie allant pieds nus

Et sans aucune dignité

Vers la paix négociée…

D'une patrie

Où les hommes pris de panique

Ont fait pipi dans leurs culottes

Et où ne restent que les femmes.

Le sel amer est dans nos yeux

Et sur nos lèvres,

Il est dans nos propres propos.

Notre âme a-t-elle été touchée

De stérilité héritée

Léguée par la tribu Kahtane.

Dans notre nation,

Il n'y a plus de Mu'awya

Plus de Abu Sufiane

Plus personne pour crier "Gare" !

A la face de ceux qui ont abandonné

A autrui notre foyer

Et notre huile et notre pain

Transformant notre maison

Si heureuse en capharnaum.

Il ne reste plus rien de notre poésie

Qui n'ait sur le lit sur tyran

Perdu sa virginité.

Du mépris nous avons pris

Le pli de l'habitude.

Que reste-t-il donc de l'homme

Lorsqu'il s'habitue au mépris ?

Je recherche dans les feuilles de l'Histoire

Usaman Ibn Munkid

Okba Ibn Nafi',

Je recherche Omar,

Je recherche Hamza,

Et Khalid chevauchant

Vers la Grande Syrie,

Je recherche al Mu'tacim

Sauvant les femmes

De la barbarie des envahisseurs

Et des furies des flammes,

Je recherche dans ce siècle attardé

Et ne trouve dans la nuit

Que des chats apeurés

Craignant pour leur personne

Le pouvoir des souris.

Avons-nous été atteints

De nationale cécité ?

Ou bien tout simplement

Souffrons-nous de daltonisme ?

De terrorisme on nous accuse

Quand nous refusons notre mort

Sous les râteaux israéliens

Qui ratissent notre terre

Qui ratissent notre Histoire

Qui ratissent notre Evangile

Qui ratissent notre Coran

Et le sol de nos prophètes.

Si c'est là notre crime

Que vive le terrorisme !

De terrorisme on nous accuse

Si nous refusons que les Juifs

Que les Mongols et les Barbares

Nous effacent de leur main.

Oui, nous lançons des pierres

Sur la maison de verre

Du Conseil de Sécurité

Soumis à l'empereur suprême.

De terrorisme on nous accuse

Lorsque nous refusons

De négocier avec les loups

Et de tendre nos deux bras

A la prostitution.

L'Amérique

Ennemie de la culture humaine

Elle-même sans culture,

Ennemie de l'urbaine civilisation

Dont elle-même est dépourvue,

L'Amérique

Bâtisse géante

Mais sans murs.

De terrorisme on nous accuse

Si nous refusons un siècle

Où ce pays de lui-même satisfait

S'est érigé

En traducteur assermenté

De la langue des Hébreux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Sam 09 Juil 2011, 22:07

ElBilqîs a écrit:
J'aime bien cette idée de respecter le silence de l'autre
le dialogue dans le silence
apprendre à écouter à la fois les grillons, les oiseaux, les étoiles et les sources...
Tout ce qui nous parle autrement.
je ne saurais l'écrire aussi bien que le poète, mais je partage l'émotion qui jaillit de chacun de ces mots.

Merci, c'est vraiment un plaisir infini de lire Nizar Kabbani
salam elbiqis,

*JE LIS TON CORPS ET… ME CULTIVE

Le jour où s'est arrêté
Le dialogue entre tes seins
Dans l'eau prenant leur bain
Et les tribus s'affrontant pour l'eau
L'ère de la décadence a commencé,
Alors la guerre de la pluie fut déclarée
Par les nuages
Pour une très longue durée,
La grève des vols fut déclenchée
Par la gente ailée,
Les épis ont refusé
De porter leurs semences
Et la terre a pris la ressemblance
D'une lampe à gaz.

Le jour où ils m'ont de la tribu chassé
Parce qu'à l'entrée de la tente j'ai déposé
Un poème
L'heure de la déchéance a sonné.
L'ère de la décadence
N'est pas celle de l'ignorance
Des règles grammaticales et de conjugaison,
Mais celle de l'ignorance
Des principes qui régissent le genre féminin,
Celle de la rature des noms de toutes les femmes
De la mémoire de la patrie.
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Sam 09 Juil 2011, 22:09

mario-franc_lazur a écrit:

Et à notre frère ELMAKOUDI de nous l'avoir fait connaître !
salam cher lazur tu me fais rougir
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Sam 09 Juil 2011, 22:12

ASHTAR a écrit:
JE SUIS POUR LE TERRORISME

NIZAR KABBANI
(Traduits par Mustapha EL KASRI)

De terrorisme on nous accuse
Si nous osons prendre défense
De notre femme et de la rose
Et de l'azur et du poème
Si nous osons prendre défense
D'une patrie sans eau sans air
D'une patrie qui a perdu
Sa tente et sa chamelle
Et même son café noir.
De terrorisme on nous accuse
Si nous osons prendre défense

De la crinière
De la reine de Saba
Des lèvres de Maysoun
Des noms de nos plus belles filles,
Du khol qui de leurs cils
En pluie retombe
Comme une chose révélée.

Certes vous ne trouverez pas
En ma possession
De poésie secrète
Ni de parler énigmatique
Ou des ouvrages clandestins,
Et par devers moi je ne garde
Aucun poème traversant
La rue, caché derrière son voile.

De terrorisme on nous accuse
Quand nous décrivons les dépouilles
D'une patrie
Décomposée et dénudée
Et dont les restes en lambeaux
Sont dispersés aux quatre vents…,
D'une patrie
Cherchant son adresse et son nom…
D'une patrie ne conservant
De ses antiques épopées
Que les élégies de Khansa…,
D'une patrie

Où ni le rouge, ni le jaune, ni le vert
Ne teignent plus les horizons…,
D'une patrie qui nous défend
D'écouter les informations
Ou d'acheter quelque journal…,
D'une patrie où les oiseaux

Sont censurés dans leurs chansons,

D'une patrie où, terrifiés,

Les écrivains ont pris le pli

D'écrire la page du néant…,

D'une patrie

Qui ressemblerait dans sa forme

A la poésie

Dans notre pays

Sorte de langage égaré

Improvisé

Sans aucun lien avec les êtres

Sans aucun lien avec leur terre

Ni avec les problèmes

Dans lesquels ils se débattent vainement,

D'une patrie allant pieds nus

Et sans aucune dignité

Vers la paix négociée…

D'une patrie

Où les hommes pris de panique

Ont fait pipi dans leurs culottes

Et où ne restent que les femmes.

Le sel amer est dans nos yeux

Et sur nos lèvres,

Il est dans nos propres propos.

Notre âme a-t-elle été touchée

De stérilité héritée

Léguée par la tribu Kahtane.

Dans notre nation,

Il n'y a plus de Mu'awya

Plus de Abu Sufiane

Plus personne pour crier "Gare" !

A la face de ceux qui ont abandonné

A autrui notre foyer

Et notre huile et notre pain

Transformant notre maison

Si heureuse en capharnaum.

Il ne reste plus rien de notre poésie

Qui n'ait sur le lit sur tyran

Perdu sa virginité.

Du mépris nous avons pris

Le pli de l'habitude.

Que reste-t-il donc de l'homme

Lorsqu'il s'habitue au mépris ?

Je recherche dans les feuilles de l'Histoire

Usaman Ibn Munkid

Okba Ibn Nafi',

Je recherche Omar,

Je recherche Hamza,

Et Khalid chevauchant

Vers la Grande Syrie,

Je recherche al Mu'tacim

Sauvant les femmes

De la barbarie des envahisseurs

Et des furies des flammes,

Je recherche dans ce siècle attardé

Et ne trouve dans la nuit

Que des chats apeurés

Craignant pour leur personne

Le pouvoir des souris.

Avons-nous été atteints

De nationale cécité ?

Ou bien tout simplement

Souffrons-nous de daltonisme ?

De terrorisme on nous accuse

Quand nous refusons notre mort

Sous les râteaux israéliens

Qui ratissent notre terre

Qui ratissent notre Histoire

Qui ratissent notre Evangile

Qui ratissent notre Coran

Et le sol de nos prophètes.

Si c'est là notre crime

Que vive le terrorisme !

De terrorisme on nous accuse

Si nous refusons que les Juifs

Que les Mongols et les Barbares

Nous effacent de leur main.

Oui, nous lançons des pierres

Sur la maison de verre

Du Conseil de Sécurité

Soumis à l'empereur suprême.

De terrorisme on nous accuse

Lorsque nous refusons

De négocier avec les loups

Et de tendre nos deux bras

A la prostitution.

L'Amérique

Ennemie de la culture humaine

Elle-même sans culture,

Ennemie de l'urbaine civilisation

Dont elle-même est dépourvue,

L'Amérique

Bâtisse géante

Mais sans murs.

De terrorisme on nous accuse

Si nous refusons un siècle

Où ce pays de lui-même satisfait

S'est érigé

En traducteur assermenté

De la langue des Hébreux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
salam akhi et merci pour ces belles paroles
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Sam 09 Juil 2011, 22:16

ECLAIRCISSEMENTS POUR LES LECTEURS DE MA POESIE
nizar kabbani


Et les âmes naïves racontent
Que je suis entré dans le boudoir des filles
Pour n'en plus ressortir.
Ces gens réclament qu'on dresse pour moi l'échafaud
Parce que j'ai chanté
De ma bien aimée la beauté.
Moi, je n'ai pas comme d'autres
Fait commerce de haschish
Ni volé
Ni tué,
Mais en plein jour j'ai aimé.
Ai-je donc pour cela Dieu renié ?
Les âmes naïves disent de moi
Que mes poèmes
Des enseignements du Ciel se sont écartés.
Qui a dit que l'amour a attenté
A l'honneur du Ciel.
Le Ciel est mon ami :
Il pleure quand je pleure
Et il rit
Quand je ris.
Les étoiles, leur éclat augmente,
Si un jour je suis amoureux.
Qu'y a-t-il donc d'aberrant
Quand je chante
De ma bien aimée le nom ?
Et quand je le sème à tous vents
Comme une forêt de châtaigniers.
Je continuerai ce commerce,
Comme tous les prophètes

Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 10 Juil 2011, 18:57

[quote="Elmakoudi"]
ASHTAR a écrit:
[center]JE SUIS POUR LE TERRORISME

NIZAR KABBANI
(Traduits par Mustapha EL KASRI)

De terrorisme on nous accuse
Si nous osons prendre défense
De notre femme et de la rose
Et de l'azur et du poème
Si nous osons prendre défense
D'une patrie sans eau sans air
D'une patrie qui a perdu
Sa tente et sa chamelle
Et même son café noir.
De terrorisme on nous accuse
Si nous osons prendre défense
.......................................................


Oui, bien sûr !!!!!!!

frère et ami ELMAKOUDI .

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Lun 18 Juil 2011, 22:23

ECLAIRCISSEMENTS POUR LES LECTEURS DE MA POESIE
(nizar kabbani)



Je continuerai, aède,
A chanter l'enfance,
A chanter
La pureté et l'innocence,
Je continuerai à décrire les beautés
De ma bien aimée
Jusqu'à fondre sa chevelure d'or
Dans l'or des soirs.
Moi - et je souhaite rester moi-
Enfant qui barbouille comme cela l'enchante

Les façades des étoiles
Jusqu'à ce que l'amour dans ma patrie
Devienne comme l'air qu'on respire,
Et que je devienne le dictionnaire
Des étudiants de l'amour passionné
Et que je devienne moi
L'alphabet balbutié
Sur leurs lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Lun 18 Juil 2011, 22:25

JE LIS TON CORPS ET… ME CULTIVE

Le jour où s'est arrêté
Le dialogue entre tes seins
Dans l'eau prenant leur bain
Et les tribus s'affrontant pour l'eau
L'ère de la décadence a commencé,
Alors la guerre de la pluie fut déclarée
Par les nuages
Pour une très longue durée,
La grève des vols fut déclenchée
Par la gente ailée,
Les épis ont refusé
De porter leurs semences
Et la terre a pris la ressemblance
D'une lampe à gaz.

II

Le jour où ils m'ont de la tribu chassé
Parce qu'à l'entrée de la tente j'ai déposé
Un poème
L'heure de la déchéance a sonné.
L'ère de la décadence
N'est pas celle de l'ignorance
Des règles grammaticales et de conjugaison,
Mais celle de l'ignorance
Des principes qui régissent le genre féminin,
Celle de la rature des noms de toutes les femmes
De la mémoire de la patrie.

III

O ma bien aimée,
Qu'est-ce donc que cette patrie
Qui se comporte avec l'Amour
En agent de la circulation ?
Cette patrie qui considère que la Rose
Est un complot dirigé contre le régime,
Que le Poème est un tract clandestin
Rédigé contre le régime ?
Qu'est-ce donc que ce pays
Façonné sous forme de criquet pèlerin
Sur son ventre rampant
De l'Atlantique au Golfe
Et du Golfe à l'Atlantique,
Parlant le jour comme un saint
Et qui, la nuit tombant,
Est pris de tourbillon
Autour d'un nombril féminin ?
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mar 19 Juil 2011, 18:44

Elmakoudi a écrit:
JE LIS TON CORPS ET… ME CULTIVE

Le jour où s'est arrêté
Le dialogue entre tes seins
Dans l'eau prenant leur bain
Et les tribus s'affrontant pour l'eau
L'ère de la décadence a commencé,
Alors la guerre de la pluie fut déclarée
Par les nuages
Pour une très longue durée,
La grève des vols fut déclenchée
Par la gente ailée,
Les épis ont refusé
De porter leurs semences
Et la terre a pris la ressemblance
D'une lampe à gaz.

II

Le jour où ils m'ont de la tribu chassé
Parce qu'à l'entrée de la tente j'ai déposé
Un poème
L'heure de la déchéance a sonné.
L'ère de la décadence
N'est pas celle de l'ignorance
Des règles grammaticales et de conjugaison,
Mais celle de l'ignorance
Des principes qui régissent le genre féminin,
Celle de la rature des noms de toutes les femmes
De la mémoire de la patrie.

III

O ma bien aimée,
Qu'est-ce donc que cette patrie
Qui se comporte avec l'Amour
En agent de la circulation ?
Cette patrie qui considère que la Rose
Est un complot dirigé contre le régime,
Que le Poème est un tract clandestin
Rédigé contre le régime ?
Qu'est-ce donc que ce pays
Façonné sous forme de criquet pèlerin
Sur son ventre rampant
De l'Atlantique au Golfe
Et du Golfe à l'Atlantique,
Parlant le jour comme un saint
Et qui, la nuit tombant,
Est pris de tourbillon
Autour d'un nombril féminin ?

Cher ELMAKOUDI,

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] pour ces magnifiques poèmes que tu nous offre....

Salam aleikoum

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Sam 23 Juil 2011, 22:37

rosedumatin a écrit:

Cher ELMAKOUDI,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] pour ces magnifiques poèmes que tu nous offre....
Salam aleikoum
salam wardatou assabah chokrane laki

*JE LIS TON CORPS ET… ME CULTIVE
Suite

IV
Qu'est-ce donc cette patrie
Qui exerce son infamie
Contre tout nuage de pluie chargé,
Qui ouvre une fiche secrète
Pour chaque sein de femme,
Qui établit un PV de police
Contre chaque rose ?

V
O bien aimée
Que faisons-nous encore dans cette patrie
Qui craint de regarder
Son corps dans un miroir
Pour ne pas le désirer ?
Qui craint d'entendre au téléphone
Une vois féminine
De peur de rompre ses ablutions ?
Que faisons-nous dans cette patrie égarée
Entre les œuvres de Chafi'i et de Lénine,
Entre le matérialisme dialectique
Et les photos pornos,
Entre les exégèses coraniques
Et les revues Play Boy,
Entre le groupe mu'tazélite
Et le groupe des Beattles,
Entre Rabi'a-l-'Adaouya
Et Emmanuelle ?

.VI

O toi être étonnant
Comme un jouet d'enfant
Je me considère comme homme civilisé
Parce que je suis ton Amant,
Et je considère mes vers comme historiques
Parce qu'ils sont tes contemporains.
Toute époque avant tes yeux
Ne peut être qu'hypothétique,
Toute époque après tes yeux
N'est que déchirement ;
Ne demande donc pas pourquoi
Je suis avec toi :
Je veux sortir de mon sous-développement
Pour vivre l'ère de l'Eau,
Je veux fuir la République de la Soif
Pour pénétrer dans celle du Magnolia,
Je veux quitter mon état de Bédouin
Pour m'asseoir à l'ombre des arbres,
Je veux me laver dans l'eau des Sources
Et apprendre les noms des Fleurs.
Je veux que tu m'enseignes
La lecture et l'écriture
Car l'écriture sur ton corps
Est le début de la connaissance :
S'y engager de la connaissance :
S'y engager est s'engager
Sur la voie de la civilisation.
Ton corps n'est pas ennemi de la Culture,
Mais la culture même.
Celui qui ne sait pas faire la lecture
De l'Alphabet de ton corps
Restera analphabète sa vie durant
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 24 Juil 2011, 13:41

Elmakoudi a écrit:
rosedumatin a écrit:

Cher ELMAKOUDI,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] pour ces magnifiques poèmes que tu nous offre....
Salam aleikoum
salam wardatou assabah chokrane laki

*JE LIS TON CORPS ET… ME CULTIVE
Suite

IV
Qu'est-ce donc cette patrie
Qui exerce son infamie
Contre tout nuage de pluie chargé,
Qui ouvre une fiche secrète
Pour chaque sein de femme,
Qui établit un PV de police
Contre chaque rose ?

V
O bien aimée
Que faisons-nous encore dans cette patrie
Qui craint de regarder
Son corps dans un miroir
Pour ne pas le désirer ?
Qui craint d'entendre au téléphone
Une vois féminine
De peur de rompre ses ablutions ?
Que faisons-nous dans cette patrie égarée
Entre les œuvres de Chafi'i et de Lénine,
Entre le matérialisme dialectique
Et les photos pornos,
Entre les exégèses coraniques
Et les revues Play Boy,
Entre le groupe mu'tazélite
Et le groupe des Beattles,
Entre Rabi'a-l-'Adaouya
Et Emmanuelle ?

.VI

O toi être étonnant
Comme un jouet d'enfant
Je me considère comme homme civilisé
Parce que je suis ton Amant,
Et je considère mes vers comme historiques
Parce qu'ils sont tes contemporains.
Toute époque avant tes yeux
Ne peut être qu'hypothétique,
Toute époque après tes yeux
N'est que déchirement ;
Ne demande donc pas pourquoi
Je suis avec toi :
Je veux sortir de mon sous-développement
Pour vivre l'ère de l'Eau,
Je veux fuir la République de la Soif
Pour pénétrer dans celle du Magnolia,
Je veux quitter mon état de Bédouin
Pour m'asseoir à l'ombre des arbres,
Je veux me laver dans l'eau des Sources
Et apprendre les noms des Fleurs.
Je veux que tu m'enseignes
La lecture et l'écriture
Car l'écriture sur ton corps
Est le début de la connaissance :
S'y engager de la connaissance :
S'y engager est s'engager
Sur la voie de la civilisation.
Ton corps n'est pas ennemi de la Culture,
Mais la culture même.
Celui qui ne sait pas faire la lecture
De l'Alphabet de ton corps
Restera analphabète sa vie durant

Cher Elmakoudi, puis-je savoir ce que veux dire ?

chokrane laki

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mar 26 Juil 2011, 22:45

rosedumatin a écrit:

Cher Elmakoudi, puis-je savoir ce que veux dire ?
chokrane laki
salam rose
chokrane :Merci
laki(c'est en feminin) : toi
laka(au masculin)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mar 26 Juil 2011, 23:09

rosedumatin a écrit:

Cher ELMAKOUDI,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] pour ces magnifiques poèmes que tu nous offre....
Salam aleikoum
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mer 27 Juil 2011, 08:29

Elmakoudi a écrit:
rosedumatin a écrit:

Cher Elmakoudi, puis-je savoir ce que veux dire ?
chokrane laki
salam rose
chokrane :Merci
laki(c'est en feminin) : toi
laka(au masculin)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Salam cher Elmakoudi,

ou chokrane laka d'avoir répondu à ma question...

Qu'il est agréable au matin de découvrir ce superbe bouquet ! je suis ravie roserouge


_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Mer 27 Juil 2011, 08:31

Elmakoudi a écrit:
rosedumatin a écrit:

Cher ELMAKOUDI,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] pour ces magnifiques poèmes que tu nous offre....
Salam aleikoum
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

chokrane laki

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Jeu 29 Sep 2011, 21:54

Rien que la femme est un être qui a elle seule est une poésie :)



Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 00:01

rosedumatin a écrit:


Salam cher Elmakoudi,

ou chokrane laka d'avoir répondu à ma question...

Qu'il est agréable au matin de découvrir ce superbe bouquet ! je suis ravie roserouge


Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 09:07

Elmakoudi a écrit:


DES MOTS

يُسمعني.. حـينَ يراقصُني
كلماتٍ ليست كالكلمات

يأخذني من تحـتِ ذراعي
يزرعني في إحدى الغيمات

والمطـرُ الأسـودُ في عيني

يحملـني معـهُ.. يحملـني
لمسـاءٍ ورديِ الشُـرفـات

وأنا.. كالطفلـةِ في يـدهِ
كالريشةِ تحملها النسمـات

يحمـلُ لي سبعـةَ أقمـارٍ
بيديـهِ وحُزمـةَ أغنيـات

يهديني شمسـاً.. يهـديني
صيفاً.. وقطيـعَ سنونوَّات

يخـبرني.. أني تحفتـهُ
وأساوي آلافَ النجمات

و بأنـي كنـزٌ... وبأني
أجملُ ما شاهدَ من لوحات

يروي أشيـاءَ تدوخـني
تنسيني المرقصَ والخطوات

كلماتٍ تقلـبُ تاريخي
تجعلني امرأةً في لحظـات

يبني لي قصـراً من وهـمٍ
لا أسكنُ فيهِ سوى لحظات

وأعودُ.. أعودُ لطـاولـتي
لا شيءَ معي.. إلا كلماتْ[b]
voici la traduction :

Il me fait entendre ..... Quand il me fait danser
Des mots, qui ne sont pas comme tous les mots
Il me prend d'au-dessous de mes bras
Il me plante dans un des nuages
Et la pluie noire dans mes yeux
Il me prend avec lui...il me prend
Pour une soirée de bal rose
Et moi comme une petite fille dans sa main
Comme une plume prise dans les airs
Il m'apporte sept lunes
Et un bouquet de chansons
Il m'offre un soleil... Il m'offre
Un été.... Et un escadron d'hirondelles
Il m'informe que je suis son chef d'œuvre
Et que je vaux des milliers d'étoiles
Et que je suis un trésor .... Et que je suis
Le plus beau tableau qu'il ait vu
Il raconte des choses qui m'étourdissent
Qui me font oublier le bal et les pas
Des mots qui bouleversent mon histoire
Qui me rendent une femme instantanément
Il me construit un palais de mirage
Que je n'habite que quelques instants
Et je reviens..... je reviens à ma table
Rien avec moi .....Sauf des mots.

Qu'il m'est agréable de te relire enfin sur ce forum, Cher Elmakoudi !

pour ce magnifique poème !

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 14:18

rosedumatin a écrit:


Qu'il m'est agréable de te relire enfin sur ce forum, Cher Elmakoudi !

pour ce magnifique poème !
salam tres chere rosedumatin
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 14:22

ECLAIRCISSEMENTS POUR LES LECTEURS DE MA POESIE


Et les âmes naïves racontent
Que je suis entré dans le boudoir des filles
Pour n'en plus ressortir.
Ces gens réclament qu'on dresse pour moi l'échafaud
Parce que j'ai chanté
De ma bien aimée la beauté.
Moi, je n'ai pas comme d'autres
Fait commerce de haschish
Ni volé
Ni tué,
Mais en plein jour j'ai aimé.
Ai-je donc pour cela Dieu renié ?
Les âmes naïves disent de moi
Que mes poèmes
Des enseignements du Ciel se sont écartés.
Qui a dit que l'amour a attenté
A l'honneur du Ciel.
Le Ciel est mon ami :
Il pleure quand je pleure
Et il rit
Quand je ris.
Les étoiles, leur éclat augmente,
Si un jour je suis amoureux.
Qu'y a-t-il donc d'aberrant
Quand je chante
De ma bien aimée le nom ?
Et quand je le sème à tous vents
Comme une forêt de châtaigniers.
Je continuerai ce commerce,
Comme tous les prophètes
Je continuerai, aède,
A chanter l'enfance,
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 18:40

Elmakoudi a écrit:
rosedumatin a écrit:


Qu'il m'est agréable de te relire enfin sur ce forum, Cher Elmakoudi !

pour ce magnifique poème !
salam tres chere rosedumatin
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Salam très cher ELMAKOUDI,

quel magnifique bouquet de fleurs !!




_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 18:42

Elmakoudi a écrit:
ECLAIRCISSEMENTS POUR LES LECTEURS DE MA POESIE


Et les âmes naïves racontent
Que je suis entré dans le boudoir des filles
Pour n'en plus ressortir.
Ces gens réclament qu'on dresse pour moi l'échafaud
Parce que j'ai chanté
De ma bien aimée la beauté.
Moi, je n'ai pas comme d'autres
Fait commerce de haschish
Ni volé
Ni tué,
Mais en plein jour j'ai aimé.
Ai-je donc pour cela Dieu renié ?
Les âmes naïves disent de moi
Que mes poèmes
Des enseignements du Ciel se sont écartés.
Qui a dit que l'amour a attenté
A l'honneur du Ciel.
Le Ciel est mon ami :
Il pleure quand je pleure
Et il rit
Quand je ris.
Les étoiles, leur éclat augmente,
Si un jour je suis amoureux.
Qu'y a-t-il donc d'aberrant
Quand je chante
De ma bien aimée le nom ?
Et quand je le sème à tous vents
Comme une forêt de châtaigniers.
Je continuerai ce commerce,
Comme tous les prophètes
Je continuerai, aède,
A chanter l'enfance,

Quelle merveille ! quel chef-d'oeuvre que cette poésie !! clown

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Elmakoudi

Elmakoudi


MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    Dim 09 Oct 2011, 19:33

rosedumatin a écrit:

Quelle merveille ! quel chef-d'oeuvre que cette poésie !! clown
ECLAIRCISSEMENTS POUR LES LECTEURS DE MA POESIE
Je continuerai, aède,
A chanter l'enfance,
A chanter
La pureté et l'innocence,
Je continuerai à décrire les beautés
De ma bien aimée
Jusqu'à fondre sa chevelure d'or
Dans l'or des soirs.
Moi - et je souhaite rester moi-
Enfant qui barbouille comme cela l'enchante

Les façades des étoiles
Jusqu'à ce que l'amour dans ma patrie
Devienne comme l'air qu'on respire,
Et que je devienne le dictionnaire
Des étudiants de l'amour passionné
Et que je devienne moi
L'alphabet balbutié
Sur leurs lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nizar Kabbani    

Revenir en haut Aller en bas
 
Nizar Kabbani
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les proverbes d'amour
» les feuilletons syriens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: LE COIN DES POETES-
Sauter vers: