Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Arnaud Dumouch

avatar


MessageSujet: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Sam 25 Juin 2011 - 22:56


25.06.2013

Théorie du "genre" en cours SVT en France.‏


Citation :

Madame, Monsieur,

Professeur de SVT, quelle ne fut pas notre surprise en découvrant les nouveaux manuels et programmes de Première avaient été détounés pour donner un vernis pseudo biologique à des opinions privées et partisanes sur l'identité sexuelle : "Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle, mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. » Manuel Hachette

Pour la défense de l'école républicaine, notre rôle d'enseignants n'est pas de prendre position sur des questions d'intimité et d'opinions subjectives ni de relayer des modes de pensée.

Sauvons la neutralité de l'école et sa mission de former des exprits critiques !

Sauvons le rôle des maitres qui se dévouent pour former des esprits libres !

Signez la pétition !
Katia Lévy et Matthias Dourdessoule, professeurs des Sciences de la Vie et de la Terre en lycées publics.
contact : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Déjà  plus de 20000 signataires en 8 jours!

Faites la circuler, Tous ensemble nous pouvons encore réussir avant la rentrée !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Le nouveau genre, élucubration made in USA   Mar 28 Juin 2011 - 16:54

Plus fort que le féminisme et plus fort que la défense des « droits » des homosexuels : la théorie du genre fait des adeptes... Peu nombreux mais actifs et efficaces. Jusque là en France seule la Sorbonne évoquait les gender studies.

Théorie à la source d'un féminisme radical dévoyé et du "mariage" homo, ou théorie fumeuse faisant une synthèse de ces mouvements dans le premier intérêt de ses auteurs pseudo-chercheurs scientifiques? Difficile de déceler lequel soutient l’autre.

Du « gender » au « queer » : un mouvement subversif dont l’objectif est de reformuler les rapports homme/femme dans la société, non plus en fonction de leur identité masculine ou féminine, imposée par la nature donc non choisie, mais en fonction de leur volonté et de leurs désirs souverains. L’identité ne serait plus biologique, mais sociale.

Avec pour perspective la parfaite interchangeabilité entre sexes, dans le monde du travail, la société, au lit conjugal. Alléluia !

On voit venir la déconstruction du sexe (une construction sociale!), de la famille, de la maternité : libre choix du « genre », les valeurs sociales aux orties, « mère porteuse » et utérus artificiel tant qu’à faire. Au nom de la libération du moi...

Pas très sain, et merci de nous alerter.

Reculer les limites de ce que l'on croit savoir n'est pas ans danger avec la théorie du genre, qui sous une couleur scientifique balaye des connaissances scientifiques d'observation acquises.
Revenir en haut Aller en bas
Agnos




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mar 28 Juin 2011 - 18:00

Vous faites bien de le signaler, car cette théorie est un scandale et même pour de nombreux athées.
Cela dépasse réellement le cadre de la religion et doit absolument être réfuté avec la plus grande force.

Cette vision met l'humain dans une sorte de bouillie informe sans différence autre que celles construites par la société, et dont la biologie même ne sera plus un déterminisme primaire, la prochaine étape sera que notre biologie serait même induite par la société, à contre-courant complet de notre savoir.

De quoi faire retourner dans sa tombe tous nos illustres chercheurs en biologie qui ont traversé les siècles...

Une aberration dont le but premier est de diluer les consciences, d'enlever les repères, et finalement c'est un profond déni de l'humain et preuve de sa déchéance.

Je souhaiterais faire remarquer que de nombreux homosexuels également trouvent cette théorie ubuesque, j'avais lu de nombreux témoignages outrés par cette théorie et malgré le vécu d'une sexualité différente, ne renient en rien leur genre et ne souhaiteraient pour rien au monde changer de sexe ou s'affranchir de leur attributs naturels.

Effrayant que l'éducation nationale se soit fait avoir avec autant d'amateurisme par les activistes de ce mode de pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Théorie du gender à l'école...?   Mar 28 Juin 2011 - 18:47

Effrayant en effet et consternant.
Pour situer de quoi l'on parle :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

______________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l'on croit savoir
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Dim 3 Juil 2011 - 8:19

Arnaud Dumouch a écrit:
Théorie du "genre" en cours SVT en France.‏
..............................................................


Mon cher ARNAUD, est-ce un phénomène exclusivement français à ta connaissance ?

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Arnaud Dumouch

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Dim 3 Juil 2011 - 8:36

mario-franc_lazur a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Théorie du "genre" en cours SVT en France.‏
..............................................................


Mon cher ARNAUD, est-ce un phénomène exclusivement français à ta connaissance ?

Non, c'est une idée qui est née aux USA dans les années 70 et qui s'étend en Occident, porté par l'humanisme sans Dieu et l'idée soixantehuitarde de la liberté sexuelle totale.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Lun 4 Juil 2011 - 9:47

Arnaud Dumouch a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Théorie du "genre" en cours SVT en France.‏
..............................................................


Mon cher ARNAUD, est-ce un phénomène exclusivement français à ta connaissance ?

Non, c'est une idée qui est née aux USA dans les années 70 et qui s'étend en Occident, porté par l'humanisme sans Dieu et l'idée soixantehuitarde de la liberté sexuelle totale.


C'est là où tous les croyants, Musulmans, Juifs, Chrétiens, devraient s'unir pour leur crier : STOP ............

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Agnos




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Lun 4 Juil 2011 - 10:05

mario-franc_lazur a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Non, c'est une idée qui est née aux USA dans les années 70 et qui s'étend en Occident, porté par l'humanisme sans Dieu et l'idée soixantehuitarde de la liberté sexuelle totale.


C'est là où tous les croyants, Musulmans, Juifs, Chrétiens, devraient s'unir pour leur crier : STOP ............

Pourquoi uniquement les croyants ? Je rappelle que cette théorie du gender reste minoritaire et elle est également rejetée par de nombreux athées et scientifiques.
Revenir en haut Aller en bas
phœnix

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Lun 4 Juil 2011 - 10:05

Si on peut estimer que certaines choses vont bien, force est de constater que cette théorie vient souligner l'état de décadence profonde et irréversible de l’humanité .

Toutes les valeurs, pas seulement morales, volent en éclat .

C'est là qu'il faut se rappeler les Écritures et les avertissements qu'elles contiennent sans oublier les châtiments qui ont frappés les humains.

Pour ma part j'estime que ces châtiments sont à l'œuvre de toute évidence.

Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Lun 4 Juil 2011 - 18:40

Agnos a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Non, c'est une idée qui est née aux USA dans les années 70 et qui s'étend en Occident, porté par l'humanisme sans Dieu et l'idée soixantehuitarde de la liberté sexuelle totale.


C'est là où tous les croyants, Musulmans, Juifs, Chrétiens, devraient s'unir pour leur crier : STOP ............

Pourquoi uniquement les croyants ? Je rappelle que cette théorie du gender reste minoritaire et elle est également rejetée par de nombreux athées et scientifiques.


Je disais "les croyants" parce que cette théorie est à l'opposé de l'enseignement biblique : "Gn 1:27- Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. "


Et en effet, pour une fois on peut le dire, science et foi sont en accord !

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
pinson

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Lun 4 Juil 2011 - 21:21

mario-franc_lazur a écrit:
Agnos a écrit:


Pourquoi uniquement les croyants ? Je rappelle que cette théorie du gender reste minoritaire et elle est également rejetée par de nombreux athées et scientifiques.


Je disais "les croyants" parce que cette théorie est à l'opposé de l'enseignement biblique : "Gn 1:27- Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. "


Et en effet, pour une fois on peut le dire, science et foi sont en accord !


En effet !!! Car c'est comme si ma pinsonne avait pu être un pinson !!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mar 19 Juil 2011 - 10:02

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, qui avait publié une tribune sur le sujet, se dit "gêné" que cette théorie "laisse penser que l’on peut se choisir en dehors de l’identité sexuelle". tout en reconnaissant une influence de la société sur l’identité sexuelle, ( je cite ) :

"Anthropologie chrétienne
Il est différent de distinguer identité et orientation sexuelles, et d’affirmer que l’on peut faire ce que l’on veut. « Ces discussions devraient nous aider davantage à préciser notre anthropologie chrétienne, fondée sur la personne humaine », conclut-il. « Il est un peu rapide de ramener l’identité sexuelle à une construction sociale, ajoute Jacques Arènes : se sentir homme ou femme est certes lié à la société, mais aussi à ce que nous vivons, personnellement, en famille. »

Comme le relève le P. Lemoine, il y a en effet plusieurs courants chez les théoriciens du genre. Ce dominicain estime que, sans nier les données naturelles, l’environnement social peut influer sur la construction de soi. « La nature humaine n’est pas une donnée à considérer de manière seulement figée et intangible. Elle s’articule avec la construction historique de soi », affirme-t-il, alors que certaines dérives du gender tendent à nier la composante biologique de l’identité sexuelle.

C’est sans doute à cause de cette surenchère que le Vatican affiche la plus grande prudence vis-à-vis de cette théorie. Le Lexique des termes ambigus et controversées sur la famille, la vie et les questions éthiques, publié en 2005 par le conseil pontifical pour la famille, consacre pas moins de trois articles au gender, considéré comme une " idéologie dangereuse ".

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Roger76




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France.‏    Mar 19 Juil 2011 - 20:16

Le quotidien La Croix de ce 19 juillet consacre deux pages au débat sur l'enseignement de cette "théorie" (ou idéolgie) en SVT au lycée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

D'après ce que j'avais étudié fin des années 90 sur cette théorie réfutée par de nombreux scientifiques c'est autant la théorie elle-même que le "risque de dérive" qui est à condamner.
Car cette théorie pseudo-scientifique conclut à l'indifférenciation sexuelle, homme et femme étant déclarés interchangeables. Elle conduit tout droit à justifier des "progrès pour l'humanité" comme la gestation pour autrui, la liberté sexuelle totale, voire à la recherche sur l'utérus artificiel. Car c'est la biologie qui impose à la femme en désir d'enfant de le porter elle même, elle doit pouvoir choisir en toute liberté de le porter ou de le faire porter...
La théorie part en effet d'un constat : on ne choisit pas son sexe biologique, on le subit (Ah? Simone de Beauvoir au carré). La démarche consiste à se "libérer" de cette containte originelle. Dans quelle mesure le féminisme radical d'une part le combat pour les "droits" des homosexuels d'autre part n'ont pas été influencés par cette théorie, difficile de le discerner.
Prise à la lettre cette théorie légitimerait toute manipuation sexuelle pour "se libérer et choisir son sexe".
Cela ne fait pas que me "gêner" et je ne redoute pas que les dérives, cela me scandalise et je redoute l'incidence de cette démarche sur la société.
On ne peut à la fois freiner sur la bioéthique, qui a certes besoin d'être contrôlée, et laisser libre champ à cette théorie présentée comme un progrès pour l'humanité.

PS: j'avais été informé il y a bien des années de l'existence de cette théorie par Mgr Guyard ex-Evêque du Havre, à son retour de la Conférence des evêques de France : il n'était pas seulement "gêné" mais surtout inquiet! Entre ce qui était publié à l'époque et aujourd'hui il m'apparaît que la théorie met plus l'accent sur l'influence de l'environnement social que sur la "libération". Pour mieux faire passer la message?

______________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l'on croit savoir
(dans une certaine limite?)
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mar 19 Juil 2011 - 21:16

Roger76 a écrit:
Le quotidien La Croix de ce 19 juillet consacre deux pages au débat sur l'enseignement de cette "théorie" (ou idéolgie) en SVT au lycée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

D'après ce que j'avais étudié fin des années 90 sur cette théorie réfutée par de nombreux scientifiques c'est autant la théorie elle-même que le "risque de dérive" qui est à condamner.
Car cette théorie pseudo-scientifique conclut à l'indifférenciation sexuelle, homme et femme étant déclarés interchangeables. Elle conduit tout droit à justifier des "progrès pour l'humanité" comme la gestation pour autrui, la liberté sexuelle totale, voire à la recherche sur l'utérus artificiel. Car c'est la biologie qui impose à la femme en désir d'enfant de le porter elle même, elle doit pouvoir choisir en toute liberté de le porter ou de le faire porter...
La théorie part en effet d'un constat : on ne choisit pas son sexe biologique, on le subit (Ah? Simone de Beauvoir au carré). La démarche consiste à se "libérer" de cette containte originelle. Dans quelle mesure le féminisme radical d'une part le combat pour les "droits" des homosexuels d'autre part n'ont pas été influencés par cette théorie, difficile de le discerner.
Prise à la lettre cette théorie légitimerait toute manipuation sexuelle pour "se libérer et choisir son sexe".
Cela ne fait pas que me "gêner" et je ne redoute pas que les dérives, cela me scandalise et je redoute l'incidence de cette démarche sur la société.
On ne peut à la fois freiner sur la bioéthique, qui a certes besoin d'être contrôlée, et laisser libre champ à cette théorie présentée comme un progrès pour l'humanité.

PS: j'avais été informé il y a bien des années de l'existence de cette théorie par Mgr Guyard ex-Evêque du Havre, à son retour de la Conférence des evêques de France : il n'était pas seulement "gêné" mais surtout inquiet! Entre ce qui était publié à l'époque et aujourd'hui il m'apparaît que la théorie met plus l'accent sur l'influence de l'environnement social que sur la "libération". Pour mieux faire passer la message?

______________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l'on croit savoir
(dans une certaine limite?)

Merci ROGER pour cette information complémentaire car il y a quelques semaines, j'ai reçu par courriel un lien avec une pétition concernant ce sujet et je l'ai signée ....et fait circuler....

J'espère que ces manuels seront détruits avant la rentrée et qu'on ne parlera plus de ce genre d'abberations !

Fraternellement.


_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Roger76




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France.‏    Jeu 4 Aoû 2011 - 19:37

Le quotidien La Croix du mardi 2 août publie un forum de Yves-Charles Zarka :
« Le « genre », théorie ou idéologie. »

Citation :
La « théorie du genre » fait son entrée dans certains programmes scolaires. Ses tenants mettent à bas la conception issue des Lumières selon laquelle la différence sexuelle relève de la biologie tandis que les genres masculin ou féminin relèvent de la culture. Pour eux, la différence sexuelle elle-même procède de la culture et ils suggèrent donc de s'en affranchir.
La décision du ministère de l'éducation nationale d'introduire un certain nombre des positions relevant de la question du « genre » dans les programmes scolaires a suscité, à juste titre, de nombreux commentaires et même un certain émoi, y compris dans ces colonnes (lire La Croix du 19 juillet). Cependant, avant de savoir si cette introduction est bonne ou mauvaise, il convient de revenir aux thèses des tenants de la question du genre.
Revenons donc aux thèses soutenues. On croit généralement que la « doctrine » du genre opère une distinction entre, d'une part, la différence biologique mâle/femelle, qui serait considérée comme un fait naturel incontestable et, d'autre part, les caractéristiques (touchant les mœurs, le comportement, le statut) des genres masculin/féminin qui relèveraient de la construction sociale et culturelle. Or, cette position n'appartient pas du tout aux « penseurs » du genre. Au contraire, elle a été établie par la pensée moderne, qui, depuis les Lumières jusqu'à nos jours, a affirmé deux principes corrélatifs : la différence des sexes et l'égalité des genres. C'est sur le principe d'égalité des genres qu'ont reposé les revendications juridiques (droits civils égaux), politiques (droit de vote) et sociales (égalité de salaire) des femmes par rapport aux hommes. Ces revendications supposaient que les femmes existassent dans leur différence d'avec les hommes. L'égalité des genres suppose donc la différence des sexes.
Ce n'est pas du tout cela que revendiquent les tenants postmodernes de la question du genre. Bien au contraire, ils n'ont de cesse que de mettre à bas la corrélation entre différences des sexes et égalité des genres.
On peut résumer ses positions sous la forme de deux thèses :
1. Ce n'est pas seulement la différence de genre mais aussi la différence sexuelle qui est socioculturelle. Judith Butler, grande prêtresse du courant, le dit explicitement : le sexe naturel mâle ou femelle est un produit de la culture (cf. Trouble dans le genre, p. 69). Il en résulte que naturellement, il n'y a ni hommes, ni femmes, ni même hermaphrodites, ces distinctions relevant de la culture. N'existerait donc qu'un être indifférencié sexuellement qui deviendrait homme, femme ou autre chose par la culture. D'où l'affirmation de Monique Wittig, autre grande autorité du féminisme postmoderne : « Il faut détruire politiquement, philosophiquement et symboliquement les catégories d'“homme” et de “femme” » (La Pensée « straight » , p. 13).
2. L'hétérosexualité serait une injonction tacite du pouvoir social, alors qu'elle ne devrait avoir aucun privilège par rapport à l'homosexualité ou à la bisexualité. Mieux, l'homosexualité serait un principe de contestation et même de subversion d'un ordre social contraignant. À l'opposé de cette contrainte sociale, il faudrait que soit reconnu le libre choix de chaque être humain, comme être naturellement indifférencié, à être hétéro, homo, ou bisexuel. D'où la thèse du féminisme postmoderne selon laquelle la femme n'existe pas (J. Butler, Trouble dans le genre, p. 62) . Le féminisme postmoderne est un féminisme qui n'a pas besoin des femmes.

Jusque là cela correspond bien à ce que j’avais compris de cette idéologie pseudo scientifique : l’être humain Création et créature de Dieu serait un animal indifférencié, devenant homme ou femme sous la contrainte sociale (pourquoi pas religieuse, on n’ose pas le dire ?) donc libre de se déterminer lui-même, mâle et femelle devenant interchangeables dans toutes leurs fonctions. C’est une « théorie de la libération du corps et des contraintes du sexe ». Cette fois l’analyse est faite par un philosophe universitaire, qui fait ensuite deux remarques sur ces deux thèses (je ne faisais pas la distinction)

Citation :
Je ferai deux remarques sur ces deux thèses.
1. L'idée qu'il existerait un être naturellement indifférencié – ni homme, ni femme, ni autre chose – qui pourrait se choisir tel ou tel librement, loin de porter en elle-même le principe d'une révolte contre un ordre social et culturel contraignant, me paraît être le produit de l'idéologie néolibérale radicale, laquelle a intérêt à donner aux individus l'illusion que leur existence dépend uniquement de leurs désirs. Tel est le ressort impensé de ce qu'il faut bien appeler l'idéologie du genre.
2. Mais ce n'est pas tout, car loin d'être subversive, cette idéologie du genre est parfaitement adaptée à la logique du capitalisme consumériste qui, depuis quelques années s'est attaqué au corps. Le corps est devenu source de profit (celui des enfants récemment) considérable selon des dispositifs de valorisation médiatiques bien connus : « Vous le valez bien ! » Restez toujours jeunes ! Laissez s'exprimer votre désir ! Changez votre corps ! Changez votre visage ! Choisissez votre sexe ! Changez de genre ! Changez de partenaire ! Telle est la dernière ruse du capitalisme, qui n'en est pas à son premier coup de maître, de faire passer pour de la subversion ce qui, en réalité, n'est autre qu'une marchandisation du corps, en particulier celui des femmes.
Le ministère a agi avec légèreté par son innovation.

Je laisse la conclusion concernant le capitalisme à son auteur, professeur à la Sorbonne.
A défaut de savoir ce qui a motivé les auteurs de cette « théorie » extravagante et ce qui motive ses propagandistes je m’en tiens à cette idéologie malsaine de l’indifférenciation des sexes conduisant à leur interchangeabilité et au « libre choix » (moyennant finances ?) de son sexe. Ce qui donne libre cours et justification à tous les délires, tous les fantasmes. C’est déjà bien assez pour régir sans avoir à brandir le spectre du capitalisme. Quelle idée donc, sous quelle pression, d’avoir introduit cette prétendue théorie scientifique en cours de sciences de la Vie et de la Terre en première ? Sous prétexte d’éducation sexuelle des jeunes lycéens !




Revenir en haut Aller en bas
emilie09d




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mar 16 Aoû 2011 - 17:07

Bonjour à tous,
J'ai découvert sur ce site le caractère controversé de la nouvelle réforme dans l'éducation nationale.

Le sujet a été introduit pas cette citation: "Le sexe biologique nous identifie mâle ou femelle, mais ce n’est pas pour autant que nous pouvons nous qualifier de masculin ou de féminin. Cette identité sexuelle, construite tout au long de notre vie, dans une interaction constante entre le biologique et contexte socio-culturel, est pourtant décisive dans notre positionnement par rapport à l’autre. Devenir un individu sexué fait partie intégrante de la construction identitaire. " Manuel Hachette

Je ne pense pas que ce paragraphe soir une entorse à la mission de l'école. Ce texte ne dicte pas un comportement. Il rappelle tout d'abord notre appartenance à un sexe biologique, puis informe que notre féminité ou masculinarité ne dépend pas uniquement de ce facteur biologique. Cela dépend également de nous (individu) dans un contexte judéo-chrétien.
Ce paragraphe ne traduit pas uniquement une évolution des opinions dans notre société, mais aussi une ouverture sur le monde. Pars exemple, dans la théorie du Yin et du Yang asiatique, une femme masculine ou un homme féminin est tout à fait normal. Cela ne signifie pas que la population asiatique soit fragile d'esprit.

Je ne pense pas non plus que ce paragraphe soit une entorse à la neutralité de l'école. Ce paragraphe ne fait que rappeller que la sexualité est une affaire personnelle et que personne n'a le droit de dicter cette individualité. Ce texte ne se positionne pas pour ou contre un type de sexualité.

En ce qui concerne l'entorse à la liberté:

-je suis d'accord sur le fait que l'on ne peut pas obliger une personne d'autorité scientifique à enseigner une notion controversé. La sexualité étant aborder très largement en cours de SVT, je pense que le choix du gouvernement peut se comprendre. Cependant pourquoi ne pas introduire une parenthèse philosophique ? Libre à chaque professeur de la notifier ou d'approfondir la question sous forme de débat.

-Il est également possible de laisser ce sujet au philosophe en connection au cours de SVT en rappellant que cette pensée n'est pas une évolution récente de toute les sociétés, mais bien une croyance enracinée en Asie depuis des centaines d'année. Voilà également une bonne introduction au notion de différence et de tolérance.

Merci

Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 7:39

Dieu merci, on ne vérra jamais ceci en terre d'ISLAM
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 7:52

chrisredfeild a écrit:
Dieu merci, on ne vérra jamais ceci en terre d'ISLAM

Vous connaissez ces hadiths :


9- L’apostasie
Après ces événements graves, le Coran sera enlevé des lèvres et des cœurs, l’incroyance deviendra générale. Bismilahi Rahmani Rahimi l’explique : « Retenez chères sœurs et frères, que quatre femmes qui fréquentaient le Messager d’Allah nous rapportent qu’il a dit : « Malheur aux arabes ! » Les compagnons questionnèrent alors : « Dieu nous détruira-t-il, alors que parmi nous il y aura des bienfaisants ? — Oui, c’est parce qu’en vous se multiplieront les péchés (fornication et autres). » Et Allah
Le vice se répandra partout. Certains signes annoncés le prouvent parmi lesquels on trouve
Citation :
« la perte des objets confiés en dépôt, la rivalité dans la direction des mosquées, la multiplication des constructions plus hautes les unes que les autres (signe d’orgueil), la fréquence de la fornication, la consommation de l’alcool, prendre des filles comme chanteuses et danseuses dans les réunions et les fêtes, le bâtard qui devient maître et gouverneur, accorder des responsabilités à ceux qui ne le méritent pas, la multiplication des nouveautés blâmables, le manque de pudeur des femmes qui découvrent les parties intimes de leur corps, le juge qui n’applique pas la justice, la rareté des savants qui dénoncent les nouveautés blâmables, la décadence morale et d’autres actes illicites encore. »
Une dernière prophétie, tirée des Hadith*, est importante à citer. Elle semble donner la clef des autres :
Citation :
« L’islam a commencé étranger et finira étranger. »
Revenir en haut Aller en bas
pinson

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 9:25

Arnaud Dumouch a écrit:
Une dernière prophétie, tirée des Hadith*, est importante à citer. Elle semble donner la clef des autres :
Citation :
« L’islam a commencé étranger et finira étranger. »

Et voici la fin de ce Hadith, ami Arnaud Dumouch : "Qu'ils seront heureux les étrangers" (Rapporté par Mouslim dans son Sahîh).

Et dans une version différente de celle de Mouslim : On demanda: "O Envoyé d'Allah! Qui sont les étrangers?". - "Ce sont ceux qui réforment ce que les autres gens corrompent". Selon une variante: "Ce sont eux qui réforment ce que les gens corrompent de ma sunna "


Pour moi (qu'on me permette de donner mon opinion) , ces étrangers à l'Islam, ce sont les Chrétiens ou sympathisans qui, par la puissance de l'esprit évangélique, réformeront en profondeur l'Islam.

Mais ce n'est ps encore pour demain, évidemmeemnt ...

Et nous sommes hors du sujet ....
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France.   Mer 17 Aoû 2011 - 10:50


@emilie09d

Comme toujours, citer isolément tel verset parmi 6219 ou quelque 80000 ou telle citation parmi les innombrables hadith ou pages Internet, pour étayer ce que l’on veut démontrer, est une tromperie : j’ai cité et critiqué deux pages sans avoir connaissance de tous les manuels de SVT ni des 200 autres pages de chaque manuel.

Le problème est autre : ce qui est dit pèche en omettent de préciser que ce n’est là qu’une théorie qui n’a rien de scientifique voire une idéologie, rejetée par la majorité des scientifiques travaillant sur la biologie en général, l’embryologie la neurologie et autres disciplines concernées. Et surtout l’exposé, assez neutre il est vrai, pèche essentiellement par le non-dit : il n’est pas dit que les « déviances » sexuelles au sens de la société ou de la religion, ce qui revient au même, soient tout à fait « normales » mais cela le laisse à entendre.

Pour quelle raison orner ces deux pages d’une photographie haute en couleurs de la Gay pride ? Pour quelle raison avoir passé sous silence que cette idéologie fumeuse est l’argument absolu du néo-féminisme radical, et des mouvements de « libération » et revendication de droits des gay lesbiens transsexuels ?
Des travaux menés ailleurs mais arrêtés en France par décision ministérielle (« ce n’est pas de la recherche donc pas financé ») ont de leur côté mis en évidence que le « sexe » n’est pas déterminé seulement par les organes génitaux visibles et les hormones mais aussi par le cerveau, qui serait lui-même prédéterminé bien avant la mise au monde donc bien avant l’influence sociétale. Le cerveau serait lui-même masculin ou féminin, indépendamment du sexe visible. Ce qui ne veut pas dire que le cerveau de l’homme soit supérieur ou inférieur, ni surtout que la cervelle féminine soit la moitié de celle de l’homme.

Les phtalates et BPA sont maintenant interdits dans les biberons en raison de leur action néfaste sur le développement, bien trop tard : ces travaux mettent en évidence, en observation de la croissance des anomalies sexuelles des nouveaux nés, l’influence déterminante d’un excès d’hormones chez le fœtus au moment où justement le caractère sexuel se différencie. C’est alors le cerveau qui est plus ou moins « sexué ». Ces phénomènes in utero peuvent à eux seuls expliquer et en quelque sorte faire admettre par l’individu et la société

Alors je fais deux hypothèses :
- soit ces travaux sont dûment exposés, c’est leur place, dans les manuels de SVT. Mais alors l’idéologie du genre n’a pas de raison d’y être, les travaux en question suffisent à expliquer les difficultés de la vie sexuelle.
- Soit ils ne le sont pas et c’est éminemment regrettable, les lobbies une fois de plus l’emportant sur le savoir et l’objectivité.

Quant à la grande tolérance indienne, il faut savoir que les cas d’hermaphrodisme y sont nettement plus fréquents qu’ailleurs. Dans toutes ses formes, très variées en fonction des causes, bien décrites par les travaux précités. Cette fréquence anormalement élevée a conduit à considérer les hermaphrodites et ce que nous appelons en tradition judéo-chrétienne déviants sexuels comme « normaux » à part entière. Faut-il soupçonner à défaut de l’action des BPA et phtalates dans le passé les bains rituels de purification par immersion dans des eaux chargées de micro-algues et de rejets animaux ?

En Inde qui aujourd’hui souffre d’une carence de filles à marier, par suite d’avortements illégaux des fœtus femelles à l’auscultation échographique , il n'y avait pas de registre d’Etat civil ni surtout de déclaration de naissance. Chez nous en Occident l’inscription est obligatoire depuis des siècles avec mention du sexe, le sexe extérieur visible bien sûr. Mâle ou femelle, pas question d’inscrire indéterminable. Avec pour conséquence une pratique illégale mais courante sur laquelle on ferme les yeux : en cas de doute, organes extérieurs masculins trop atrophiés notamment, on intervient dès la naissance pour déclarer le bébé de sexe féminin… Hélas cela n’a jamais fait de ces "garçons" mal formés des femmes, et de plus en plus on relève une féminisation des nouveaux nés sexuellement masculins. On devrait dire plus justement une insuffisance de « masculinisation » de l’embryon.

@ chrisredfeild :

Hélas il faut être objectif : le problème de Sodome et Gomorrhe, de la pédophilie, de l’homosexualité, n’est pas propre au judéo-christianisme, il est omniprésent aussi en islam, cela en dépit des interdits religieux partagés par les monothéismes. Ce qu’on ne verra sans doute jamais c’est l’enseignement de cette prétendue théorie fumeuse, c’est heureux, mais la réalité du problème de la sexualité demeure. Condamner ce que nous appelons « déviances » est une chose, tenter d’en expliquer l’origine physiologique ou sociale en est une autre.

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 10:56

[quote]
pinson a écrit:


Cher Pinson, j'interprétais pour ma part "il finira étranger", c'est-à-dire "rejeté du monde."


Revenir en haut Aller en bas
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 13:52

Je vais un peu prendre le contrepied de tout le monde. Les croyants (musulmans et catholiques) semblent unanimes sur la question, ce qui est normal puisque dans la logique religieuse, Dieu a crée l'Homme et la Femme différemment, et pour se compléter, et a également crée l'espèce humaine séparément et différemment des animaux.

Mais si les auteurs de la théorie sont athées ou agnostiques, cette conception de l'Homme séparé des animaux, et du rôle prédéfini de l'homme et de la femme, ce n'est pas leur problème. Si on enlève toute référence à Dieu et à la Création, il n'y a pas de barrière biologique stricte entre l'Homme et l'Animal. Il y a une échelle de degrés, où l'Homme est placé "plus haut", mais pas de barrière biologique stricte. Et d'un point de vue purement biologique, la position du christianisme, du judaïsme et de l'Islam sur le rôle de l'Homme et de la Femme, et sur le couple, n'a pas de fondement.

Et ils ont raison de ne pas tenir compte d'une doxa d'origine islamo-judéo-chrétienne ou même de leur foi, dans leurs raisonnements (qui relèvent de l'éthique et de la biologie). Vu en tant qu'agnostique, cette idée n'a pas plus ni moins de valeur que le mythe platonicien de l'androgyne.

Après, qui a raison sur le fond, je n'en sais rien.

Citation :
Le mythe platonicien de l'androgynie est relaté par le personnage d'Aristophane, dans le Banquet
(189c - 193e). Au commencement, les êtres humains étaient de trois
sexes doubles : mâle/mâle, femelle/femelle, et hermaphrodite
(mâle/femelle). Ayant provoqué la colère des dieux, ils furent punis par
Zeus qui
les sépara chacun en deux moitiés, formant les êtres humains actuels.
Depuis cette séparation cruelle, ceux-ci n'ont de cesse de retrouver
leur moitié, ce qui explique le phénomène amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France.   Mer 17 Aoû 2011 - 17:48

@tonio

"D'un point de vue purement biologique, la position du christianisme, du judaïsme et de l'Islam sur le rôle de l'Homme et de la Femme, et sur le couple, n'a pas de fondement".
Certes mais les faits sont là : seuls de tous les animaux les humains des sociétés les plus primitives, en honorant leurs morts et en les ensevelissant, semblent avoir eu un souci et une perception d’une Réalité ultime. Et des questionnements sur le comment le pourquoi le sens de la vie l’au delà. Bien sûr un corbeau aurait en grattant le sol enseigné à Caïn qu’il fallait enterrer le corps de son frère, et la science a depuis découvert que l’homme n’est pas si différent des autres espèces du vivant, avec lesquelles il partage quantité de gènes communs. Le décodage des génomes nous réserve bien des désillusions. De là à affirmer ou nier une spécificité de l’homme parmi les primates ce n’est pas une question de foi ni de génétique.


Et justement l’androgyne de Platon est un mythe né d’une observation, un ou une androgyne est un être humain dont l'apparence, celle des organes génitaux externes et de l’aspect corporel général, ne permet pas de déterminer à quel sexe ou genre il ou elle appartient. Platon en a repris le mythe, toutes les religions sont encombrées de mythes. Mais ni la Bible ni le Coran ne reconduisent ce mythe de l’homme mâle ou femelle ou androgyne, elles affirment haut et fort la bisexualité de l’homme. Chez les espèces bisexuées on est très généralement mâle ou femelle, l’escargot est une des rares espèces animales hermaphrodites mais il n’est pas mâle et femelle à la fois, oserai-je dire "à voile et à vapeur", il l’est en alternance (n’en faisons surtout pas un phantasme…).

Le cas de championnes sportives russes qui se sont avérées être de sexe masculin est resté célèbre, sans rappeler bien d’autres androgynes barbues.

Ce qui est de plus en plus observé aujourd’hui est une sous-masculinisation des hommes, attribuable à l’effet de substances oestrogènes sur le développement XX ou XY du fœtus in utero. On soupçonne ces substances d’agir aussi sur la différenciation sexuelle du cerveau du fœtus. Outre les anomalies « visibles » des organes génitaux externes il y aurait diminution, par la suite, de la capacité de fécondation (trop peu de spermatozoïdes ou leur faible vélocité, entre autres insuffisances inquiétantes). Pour une fois cela arrive la science confirme ce que les monothéismes affirment, mais les monothéismes ignoraient qu’initialement on est XX c’est à dire potentiellement femelle. (logiquement donc Eve aurait été créée avant Adam, qui aurait été tiré de la substance d’Eve, comme le « savent » certaines religions plaçant la femme à l’origine de l’homme ?)
Et logiquement cela pose aussi le problème scientifique de la conception sans père charnel de Jésus Christ qui aurait dû être femme en l’absence d’apport extérieur du chromosome XY déterminant le sexe, puisque Marie ne pouvait être porteuse que du seul chromosome XX femelle ?

Au stade actuel des observations cliniques on pourrait en faire un roman de science-fiction : des « haras » d’hommes reproducteurs sélectionnés pour préserver l’espèce humaine en voie de disparition, par la féminisation et le sous-développement sexuel des mâles, avec recours généralisé à la fécondation in vitro et pourquoi pas à l’eugénisme et à la gestation pour autrui? C’est peut-être bien ce qui serait arrivé aux dinosaures ? Certains scientifiques avancent cette théorie d’un bouleversement climatique ayant entraîné la disparition non pas de leur nourriture mais des mâles fécondateurs… Entre femelles les pauvres dinosaures n'ont pas su comment faire.

Pour s’en tenir à la prétendue théorie du genre, il n’y aucun besoin de cette idéologie malsaine et malfaisante pour « expliquer » comprendre et reconnaître, pour soi-même et dans la société, les diverses dérives évolutions ou anomalies de la sexualité selon un point de vue normatif. Ce que ne font pas les religions monothéistes qui ne comprenant pas les causes condamnent les effets… parce que c’est écrit. Mais devons-nous le redire les textes sacrés ne sont ni des livres d’histoire stricto sensu ni des traités scientifiques mais des interprétations de la foi. Et si cette pseudo théorie se limitait à une tentative d'explication il n'y aurait que demi mal : en pratique cette idéologie est un encouragement, les neo-féministes radicales gays lesbiennes et trans de tous poils (de tous sexes?) l'ont bien perçue ainsi.

Détail supplémentaire pour bien situer l’ampleur du problème : le constat de plus en plus fréquent de sous développement des organes génitaux chez les nouveaux nés de sexe masculin comporte un pronostic sur leur capacité de procréation future, un signe est alarmant et ne comporte aucun pronostic : statistiquement la distance entre anus et organe génital externe tend à diminuer chez les garçons… et à se rapprocher de cette distance plus courte chez les filles. A la limite il n’y aurait plus de garçons mâles, par un obstacle in utero au développement XY mais des filles plus ou moins masculines sans être de sexe mâle.
Interdire phtalates et BPA dans les biberons c’est bien, mais un peu tard : La future mère en absorbe et en transmet au fœtus chaque jour de sa grossesse. Nouveaux distilbènes ? Le futur le révélera.
Après tout la théorie du genre a peut-être son intérêt dans ce futur, quand à force d’ingestion de perturbateurs endocriniens œstrogènes tels que BPA et phtalates les mâles seront féminisés au point de ne plus pouvoir procréer? Il faudra bien alors trouver des solutions techniques innovantes pour pallier l’œuvre des apprentis sorciers.

Il y a certes du vrai dans cette idéologie, nous sommes tous le produit d’un tirage aléatoire, de là la proposition de nous "libérer de ce non-choix initial". Cela ouvre la porte à toutes les aberrations et manipulations, à l’heure où l’on discutaille sur les grands principes bioéthiques. Machiste je ne suis pas mâle je préfère demeurer, même si une idéologie, antérieure aux observations cliniques précitées, m’invite à me « libérer d’un sexe que je n’ai pas librement choisi mais que la société m’a impose » J’endosse les contraintes de mon sexe non choisi et du regard que la société la religion portent sur le sexe masculin ou féminin, ou entre les deux, ou interchangeable à volonté, et sur la sexualité.
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 17:58

Arnaud Dumouch a écrit:
chrisredfeild a écrit:
Dieu merci, on ne vérra jamais ceci en terre d'ISLAM

Vous connaissez ces hadiths :


9- L’apostasie
Après ces événements graves, le Coran sera enlevé des lèvres et des cœurs, l’incroyance deviendra générale. Bismilahi Rahmani Rahimi l’explique : « Retenez chères sœurs et frères, que quatre femmes qui fréquentaient le Messager d’Allah nous rapportent qu’il a dit : « Malheur aux arabes ! » Les compagnons questionnèrent alors : « Dieu nous détruira-t-il, alors que parmi nous il y aura des bienfaisants ? — Oui, c’est parce qu’en vous se multiplieront les péchés (fornication et autres). » Et Allah
Le vice se répandra partout. Certains signes annoncés le prouvent parmi lesquels on trouve
Citation :
« la perte des objets confiés en dépôt, la rivalité dans la direction des mosquées, la multiplication des constructions plus hautes les unes que les autres (signe d’orgueil), la fréquence de la fornication, la consommation de l’alcool, prendre des filles comme chanteuses et danseuses dans les réunions et les fêtes, le bâtard qui devient maître et gouverneur, accorder des responsabilités à ceux qui ne le méritent pas, la multiplication des nouveautés blâmables, le manque de pudeur des femmes qui découvrent les parties intimes de leur corps, le juge qui n’applique pas la justice, la rareté des savants qui dénoncent les nouveautés blâmables, la décadence morale et d’autres actes illicites encore. »
Une dernière prophétie, tirée des Hadith*, est importante à citer. Elle semble donner la clef des autres :
Citation :
« L’islam a commencé étranger et finira étranger. »

ooops

finalement, je ne peut qu'avouer que je suis dans l'érreur, et tu a raison , et je continue par ces hadiths :

le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a dit:

{Vous suivrez les pratiques de ceux d'avant vous, empan par empan, coudée par coudée, au point que s'ils entrent dans le terrier d'un lézard, vous les suivrez.}


Et dans une autre narration c'est encore plus grave : {au point que si l'un d’entre eux forniquait avec sa mère en plein rue, l'un d’entre vous le ferait.}.



Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 22:07

chrisredfeild a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
chrisredfeild a écrit:
Dieu merci, on ne vérra jamais ceci en terre d'ISLAM

Vous connaissez ces hadiths :


9- L’apostasie
Après ces événements graves, le Coran sera enlevé des lèvres et des cœurs, l’incroyance deviendra générale. Bismilahi Rahmani Rahimi l’explique : « Retenez chères sœurs et frères, que quatre femmes qui fréquentaient le Messager d’Allah nous rapportent qu’il a dit : « Malheur aux arabes ! » Les compagnons questionnèrent alors : « Dieu nous détruira-t-il, alors que parmi nous il y aura des bienfaisants ? — Oui, c’est parce qu’en vous se multiplieront les péchés (fornication et autres). » Et Allah
Le vice se répandra partout. Certains signes annoncés le prouvent parmi lesquels on trouve
Citation :
« la perte des objets confiés en dépôt, la rivalité dans la direction des mosquées, la multiplication des constructions plus hautes les unes que les autres (signe d’orgueil), la fréquence de la fornication, la consommation de l’alcool, prendre des filles comme chanteuses et danseuses dans les réunions et les fêtes, le bâtard qui devient maître et gouverneur, accorder des responsabilités à ceux qui ne le méritent pas, la multiplication des nouveautés blâmables, le manque de pudeur des femmes qui découvrent les parties intimes de leur corps, le juge qui n’applique pas la justice, la rareté des savants qui dénoncent les nouveautés blâmables, la décadence morale et d’autres actes illicites encore. »
Une dernière prophétie, tirée des Hadith*, est importante à citer. Elle semble donner la clef des autres :
Citation :
« L’islam a commencé étranger et finira étranger. »

ooops

finalement, je ne peut qu'avouer que je suis dans l'érreur, et tu a raison , et je continue par ces hadiths :

le prophète –que la prière et le salut d'Allah soient sur lui – a dit:

{Vous suivrez les pratiques de ceux d'avant vous, empan par empan, coudée par coudée, au point que s'ils entrent dans le terrier d'un lézard, vous les suivrez.}


Et dans une autre narration c'est encore plus grave : {au point que si l'un d’entre eux forniquait avec sa mère en plein rue, l'un d’entre vous le ferait.}.


Voilà une belle preuve de modestie ! Savoir reconnaître qu'on s'est trompé ..;

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 23:07

Roger76 a écrit:
@tonio

"D'un point de vue purement biologique, la position du christianisme, du judaïsme et de l'Islam sur le rôle de l'Homme et de la Femme, et sur le couple, n'a pas de fondement".
Certes mais les faits sont là : seuls de tous les animaux les humains des sociétés les plus primitives, en honorant leurs morts et en les ensevelissant, semblent avoir eu un souci et une perception d’une Réalité ultime.

Faux : les Homo Sapiens Sapiens (notre espèce, donc), n'ont pas été les seuls à enterrer les morts. Les Homo Neanderthalis l'ont également fait. Et les Néanderthaliens étaient également une espèce intelligente (même si c'était une espèce évolutivement "soeur" de la nôtre).

Autre vision possible de la foi : (voir notamment le Science et Vie Science & Vie - N°1055 - août 2005 ).
La foi religieuse est le résultat de facteurs biologiques, à savoir la sérotonine, les opioïdes sécrétés par le cerveau, et le cortex pariétal supérieur. En effet, tout comme les substances psychédéliques (LSD), la sérotonine -sécrétée par le cerveau- peut causer des modifications de perception, et des sensations de fusion avec le monde (considérés comme des phénomènes mystiques). L'étude du Dr Jacqueline Borg a montré que la religiosité augmente proportionnellement au taux de sérotonine dans le cerveau. Il en va de même avec les opioïdes (qu'ils soient naturels, ou artificiels comme l'opium).

Le Dr Andrew Newberg a mis en évidence que le cortex pariétal supérieur fonctionne au ralenti durant la "fusion avec le monde" que les mystiques expérimentent. Enfin, le Dr Persinger a lui, avancé l'hypothèse (mais ce n'est qu'une théorie), que les lobes temporaux, stimulés électromagnétiquement, déclenchent l'impression d'une présence divine.

En somme, la foi est un le résultat de facteurs chimiques, eux-mêmes le résultat de facteurs génétiques (eh oui, les hormones sont sécrétées par "ordre" des gènes), et donc le résultat de la sélection naturelle.

Pourquoi la sélection naturelle aurait-elle permis le développement et la survie de la foi ?

-La prière réduit statistiquement la dépression et le stress, selon une étude de l'Université du Michigan.
-La prière réduit de 25% le taux de mortalité prématurée, selon une étude de l'Université Rush à Chicago.
-La prière a un effet curatif sur les maladies cardiaques, et réduit le taux de mortalité, au cours de l'année post-opération, de 30%.
-La prière peut avoir un effet motivant, et aider non seulement face à la maladie, mais dans la vie. En médecine, on appelle cela l'effet placebo.
-La religion répond au besoin de merveilleux. En effet, personne ne conteste aujourd'hui que les épopées légendaires de l'Illiade, de la Gigantomachie et de l'Odyssée sont des légendes (même si il y eut parfois un fond historique) -qui n'ont rien à envier aux best sellers de SF et de fantasy.
-La religion a un effet apaisant sur la peur de la mort et du néant. Freud appella ce phénomène compensation illusoire. La religion permet de masquer (au moins en partie) la réalité, et de renoncer à son autonomie et sa responsabilité, puisque Dieu décide.
-La religion organisée (autre que le déisme ou la croyance purement personnelle) amène un sentiment communautaire. En particulier lors d'un pèlerinage ou d'une prière en groupe, l'individu peut se sentir fort au milieu de tous ses "frères".

-La religion organisée se double d'un système politique, sociologique, voire juridique. Par ailleurs, elle donne son efficacité à ce système, et permet son succès (voir le succès des conquérants arabes, sous le joug de l'Islam; l'Empereur Constantin a utilisé le christianisme dans un but d'unification de l'Empire Romain).
-La force de l'habitude, du conformisme social, de l'éducation parentale (à l'exception notable des convertis par choix personnel).

Donc NON, la foi n'est pas un mystère qui échappe à toute explication scientifique.

Soyons clairs : Je ne remets pas en question l'existence d'un Dieu créateur (ni ne l'affirme), il s'agit d'un autre problème : la foi EN Dieu (et non pas A Dieu), avec les concepts d'Inspiration, de Révélation, de soumission à Dieu, en somme le lien entre l'Homme et Dieu, et l'intervention divine dans la vie des hommes.

Et d'un point de vue scientifique, je maintiens que l'Homme est le résultat d'une évolution biologique ayant survécu à la sélection naturelle, y compris dans sa dimension spirituelle et religieuse. Et donc, le rôle de l'Homme et de la Femme tels que définis par la religion, le sont...par la religion seule.
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Mer 17 Aoû 2011 - 23:44

mario-franc_lazur a écrit:

Voilà une belle preuve de modestie ! Savoir reconnaître qu'on s'est trompé ..;


mais prions Dieu que sa n'arrivera pas ni dans nos terres ni dans les votres, parceque dire que celui qui a le sexe masculin n'est pas forcement masculin ........


sache que maintenant en t"écrivant ces lignes, je suis entraine de rire, parceque vraiment : OU VA LE MONDE????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Jeu 18 Aoû 2011 - 9:22

chrisredfeild a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:

Voilà une belle preuve de modestie ! Savoir reconnaître qu'on s'est trompé ..;


mais prions Dieu que sa n'arrivera pas ni dans nos terres ni dans les votres, parceque dire que celui qui a le sexe masculin n'est pas forcement masculin ........


sache que maintenant en t"écrivant ces lignes, je suis entraine de rire, parceque vraiment : OU VA LE MONDE????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


C'est une conséquence additionnée des actions médiatiques du féminisme extrême et du lobby "gay" !!!

Oui, ces extravagances extrémistes finissent par nous faire rire ... jaune !!!

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France.   Jeu 18 Aoû 2011 - 12:04

@ tonio

Je n’ai parlé ni des Homo Sapiens Sapiens ni des Homo Neanderthalis mais bien des « humains des sociétés les plus primitives ». Ce qui les distingue des autres animaux supérieurs et des Primates, dont ils sont issus, c’est bien outre un langage évolué (?) le questionnement sur un au delà. Sinon pourquoi rendre un culte à leurs morts ?
Quant à la science elle observe cherche constate explique elle est encore bien en deçà de la Réalité ultime : c’est une chose que de localiser dans le cerveau des zones de la vision, de la mémoire, du langage, de la haine ou de l’amour, de la foi, en tant que mécanismes et structures biochimiques et neurologiques. Cela ne nous apprend rien de la « survenance » de la foi. Venue aux origines d’une inculturation par la société primitive qui « craignant » les divinités et les esprits cherchait à se les rendre favorables par des sacrifices en offrandes. Parler d’interaction entre pensée et structure organique n’est pas nouveau.
Or j’ai rencontré un incroyant qui, en touriste à Rome, a basculé dans une foi mystique et missionnaire en découvrant le tableau de Michel-Ange au plafond de la chapelle Sixtine. D’où lui est venu ce brutal et massif afflux de sérotonine ? Depuis il voyage porteur de Bibles qu’il offre à qui veut l’entendre. Quel scientifique pourra expliquer cette brutale et totale conversion de son être ? Et quel scientifique pourra « expliquer rationnellement » la subite conversion de Paul, le juif persécuteur des premiers chrétiens ? Pour ma part j’apprécie cette fresque, elle est parlante, je n’y vois quant à ma foi que la représentation d’un mythe sacré. Je conteste donc, mais, cela ne sera une surprise pour personne, je suis pour partie d’accord sur :

Citation :
Et d'un point de vue scientifique, je maintiens que l'Homme est le résultat d'une évolution biologique ayant survécu à la sélection naturelle, y compris dans sa dimension spirituelle et religieuse. Et donc, le rôle de l'Homme et de la Femme tels que définis par la religion, le sont...par la religion seule.

Avec un gros bémol : le rôle de l'Homme et de la Femme n’a pas été défini par la religion seule mais par des sociétés humaines structurées autour de (ou par?) leurs croyances religieuses. Les religions ont en quelque sorte récupéré à leur compte, en les sacralisant, les croyances primitives. Y compris les croyances en l’intervention immanente des divinités dans notre monde, et les définitions par les sociétés du rôle de l'Homme et de la Femme.

Pour en revenir au sujet du fil, les travaux en laboratoire confirment bien l’action d’un excès ou d’une carence d’œstrogènes au stade de la différenciation en mâle du fœtus initialement femelle. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas aussi des accidents dans le développement d’un fœtus XX : je soutiens qu’il n’est en rien utile, c’est même pernicieux, de faire des problèmes de sexualité seulement une affaire d’inculturation de la société ou de la religion.

De chrisredfeild
Citation :
mais prions Dieu que sa n'arrivera pas ni dans nos terres ni dans les votres, parceque dire que celui qui a le sexe masculin n'est pas forcement masculin ...
sache que maintenant en t"écrivant ces lignes, je suis entraine de rire, parceque vraiment : OU VA LE MONDE?

Oui vraiment où va le monde ? Sous l’emblème de soi-disant scientifiques qui ont sorti cette pseudo théorie pour se faire valoir, et des lobbies qui s’en emparent dans leur seul intérêt. La « théorie du genre » est risible certes. C’est sa diffusion dans les esprits qui est aberrante et consternante. C’est pourquoi après Arnaud Dumouch je lance un cri d’alarme à tous, par delà les convictions et les croyances, pour lutter ensemble contre de telles dérives.

D’accord bien sûr, pour tous ceux qui reconnaissent Dieu, pour Le prier. Mais n’oublions pas que Dieu a besoin de nous et nous appelle à agir. « Aide toi et le ciel t’aidera » dit-on en langage populaire.

Quant à l’action des substances à effet œstrogène suer le fœtus, on en est aux premiers résultats publiés, c’est sérieux. Sur les 80000 produits mis sur le marché par la modernité industrielle et marchande, on sait que certains sont fortement soupçonner d’être cancérigènes d’autres agissent sur le fœtus, il y a eu l’affaire du distilbène pour prouver que c’est possible et durable. Là encore il faut se battre et faire que les laboratoires indépendants puissent être entendus. Le chercheur, le philosophe, l'autorité religieuse qui mettent en évidence et alertent dur les dangers pour l'avenir de l'Homme de tel produit, de telle idéologie malsaine, sont comme les Prophètes de Livres prophétiques biblques, des "sentinelles".

Mais ta réflexion
Citation :
OU VA LE MONDE????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
ne mérite-t-elle pas l’ouverture d’un nouveau sujet ? Faut-il
Citation :
rire ... jaune !!!
et laisser faire ?

Cordialement à tous
______________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l'on croit savoir
Revenir en haut Aller en bas
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Jeu 18 Aoû 2011 - 13:29

Moi je parle des Neanderthalis. Justement parce qu'ils sont concernés et que ce ne sont PAS des êtres de la même espèce que nous. Donc notre espèce n'a pas l'exclusivité absolue.

Parlons des miracles. Mais avant de me lancer dans les explications, je rappelle le principe d'économie : commencer par les explications les plus simples et les plus vraisemblables au vu de la science. Le miracle divin est donc la DERNIERE explication à devoir être utilisée (même si elle n'est pas à exclure par principe), quand TOUTES les autres ont été éliminées.

A savoir qu'il faut que le phénomène "miraculeux" soit effectivement arrivé, d'abord. Mais ensuite, il faut s'assurer que cela n'a pas pu être un phénomène naturel. Ensuite, il faut encore s'assurer que cela n'a pas pu être l'oeuvre d'une technologie humaine de l'époque. Ensuite, il faut s'assurer qu'il ne s'agit pas d'une intervention extra-terrestre, ou d'une civilisation humaine avancée et disparue (ces hypothèses là restent plus SCIENTIFIQUEMENT plausibles que l'intervention divine).

Pour le cas de Paul, on peut par exemple parler d'histrionisme.
Le sujet est mal-à-l'aise dans des situations où il n'est pas le centre de l'attention d'autrui.
Le sujet est mal-à-l'aise dans des situations où il n'est pas le centre de l'attention d'autrui.
Il y a une dramatisation (théâtralisme) et exagération de l'expression émotionnelle.

La perte de vue pendant trois jours peut s'expliquer par amaurose transitoire, ou cécité hystérique. Quant au passage où il récupère la vue par imposition des mains, cela peut encore s'expliquer par histrionisme (et même mythomanie).

Entendre la voix de Jésus peut s'expliquer par hallucination sensorielle.

Par ailleurs, on peut également considérer que Paul était simplement un menteur (je développerais si il faut mais là je vais éviter le pavé).

Pour l'incroyant que tu as rencontré, qu'en sais-tu, qu'il était réellement incroyant, dans son INCONSCIENT ? Qui te dis qu'il n'avait pas au fond de lui une attirance vers la foi, mais qu'il enfouissait parce que programmé par des parents ou un milieu athée, à croire cela stupide, jusqu'à atteindre le point de rupture, le contexte favorable (la Chapelle Sixtine), par exemple ? Bref, parler de miracle semble franchement exagéré.

Si vous me citez UN SEUL miracle dont l'existence est bien établie par des sources objectives et sérieuses, et qui ne peut s'expliquer ni par phénomène naturel, ni par fraude, ni par usage d'une technologie ou connaissance humaine de l'époque, NI par intervention extraterrestre, de voyageurs temporels ou d'une civilisation perdue, alors d'accord. Après il faut encore s'assurer que l'explication parapsychologique est fausse (par exemple, si la télépathie existe bien, elle pourra s'expliquer scientifiquement). Et enfin vérifier que les phénomènes n'ont pas été causés par des êtres du "monde invisible" (et donc que ces êtres existent ou non). ENSUITE SEULEMENT, on pourra parler de miracle divin. Sinon, je persisterais à dire que TOUT peut être scientifiquement expliqué. Mais ce n'est JAMAIS la procédure utilisée par les religions, qui commencent par affirmer que c'est un miracle divin et voient ensuite tout dans ce prisme. De même, la survenance de la foi s'explique par la science.

Bref, ce n'est qu'une question de foi qui s'appuie sur elle-même. Et pour la vision de vos religions sur les rapports entre l'Homme et la Femme, ce n'est encore qu'une question de foi, qui n'a donc rien à faire dans le domaine de l'éthique, de la politique ou de la science. Les athées et les agnostiques n'ont pas besoin de l'interférence des autorités religieuses dans la vie de tout le monde et donc LEUR vie, ils s'en passent très bien.

Si les autorités religieuses ont envie d'interdire des choses à LEURS fidèles a ELLES, c'est leur problème, mais ça devient problématique quand les religions se permettent de se mêler de politique, et de "jouer les sentinelles" comme tu dis au niveau de la société, puisque cela revient à se mêler de la vie des infidèles.
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France   Jeu 18 Aoû 2011 - 16:52

Les Néanderthaliens, une autre espèce? Voire, qu'en sait-on? Etaient-ils si différents que les dites epèces n'aient pu s'apparier et se féconder? Revoir la question à la lumière des dernières découvertes scientifiques.

Ai-je seulement parlé de miracle voire évoqué un miracle ? Je pensais qu’en parlant souvent sur ce blog de récits mythiques j’avais bien englobé sous ces termes tout récit de miracle...

Mais quand je cite
Citation :
Le chercheur, le philosophe, l'autorité religieuse qui mettent en évidence et alertent sur les dangers pour l'avenir de l'Homme de tel produit, de telle idéologie malsaine, sont comme les Prophètes de Livres prophétiques bibliques, des "sentinelles".
Je ne fais aucune distinction ni allusion aux croyances des uns ou des autres, je ne parle que de leur rôle dans la société. Une sentinelle n’a pas de religion mais une fonction d’alerte.
Il y a belle lurette que les autorités religieuses chrétiennes « ne font plus la loi » dans nos sociétés occidentales désécularisées. Ce n’est certes pas le cas de l’islam qui fait la distinction mais ne sépare pas le spirituel du temporel et vise à imposer la charia, la Loi d’Allah, sur la planète. Comme solution à tous nos maux.

La Révolution et la Déclaration française des droits de l’homme ont fait deux graves erreurs lourdes de conséquences néfastes :
- reconnaître la liberté d’opinion, c’est bien, « même religieuse » ce n’est pas seulement de la condescendance, la foi n’est pas réductible à une « opinion ». « Je pense que » n’est pas « je crois en », d’ailleurs le « je crois que » n’est pas dans le langage scientifique mais seulement dans le langage spirituel, s’agissant de foi.
- Reléguer la religion « dans la sphère du privé » est nier que la religion est affaire de société : par son étymologie même, par son rôle, excessif j’en conviens, durant des siècles, et de part son existence même. La foi, elle, est bien du domaine privé, pas la religion, phénomène éminemment social. Cette erreur fondamentale débouche de nos jours sur la grande difficulté à faire sa place à la deuxième religion de France.

De fait l’Etat français, fondé sur le principe mythique « des citoyens (tous égaux etc.) sujets d’Un Etat républicain » a dans sa volonté d’abattre l’Ancien Régime gommé tout corps intermédiaire. C’est bon gré mal gré que notre république a dû admettre l’existence et la création de corps intermédiaires mais de là à savoir en faire des interlocuteurs !
De nos jours encore l’Etat ne sait pas gérer les communitarismes, les corps constitués, les « forces vives » de la nation. Renvoyer les Eglises quelles qu’elles soient à leurs seuls problèmes et lois internes c’est contredire la liberté d’expression. A moins de prétendre, comme c’est le cas de régimes totalitaires, que toute opinion émanant d’une autorité religieuse constitue de facto un trouble à l’ordre public ? Dans les faits l’Etat est bien contraint malgré les réticences de prendre l’avis des principales autorités religieuses comme des syndicats et du patronat...

C’est du laïcisme, ce que j’appelle « religion d’Etat » chez nous et du point de vue de la Ligue Laïque de l’Enseignement : la France est « laïque » comme bon nombre d’Etats sont « islamiques ». Avec les mêmes abus et aberrations que toute religion d’Etat…
J’ai évoqué cette recherche en
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
au 21 juillet.
La conception exacerbée de la laïcité en laïcisme (resteraient à voir scientismes franc-maçonnerie et autres quasi religions) a les mêmes tares que les Eglises dans leurs plus beaux jours de subversion de leur message fondateur.
Tout un chacun, individu ou groupe constitué, dans une République soi-disant laïque, libertaire égalitaire et fraternelle, doit avoir le droit de s’exprimer sur tout sujet dans le respect de l’ordre public.
Est-il apparu quelque part que c’est une « Autorité religieuse », donc non qualifiée selon toi, qui ait donné l’alerte à propos de la pseudo théorie du genre ? C’est au contraire tout à l’honneur des Evêques de France de s’en être inquiétés il y a plus de quinze ans, à mon regret pas sur la place publique. Il fallait bien que quelqu’un le fasse, autorité ou particulier. Mais en quoi parmi les médias Libération qui est le seul à soutenir l’idéologie du genre à l’école serait-il plus qualifié qu’un autre pour se mêler de questions de société ? Parce que laïc ? Parce que ce sont des journalistes ?

Quand je cite longuement un philosophe qui ne parle pas en croyant et ne l’est sans doute pas, pourquoi donc un chrétien ou un musulman n’auraient pas le droit, parce que croyant en la mission originelle de l’Homme et de la Femme, de dénoncer une supercherie visant à déstabiliser la société ? Et réduisant l'homme et la femme au statut d'objets sexuellement déterminés par la société contre leur libre choix?

_____________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l'on croit savoir
Revenir en haut Aller en bas
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Jeu 18 Aoû 2011 - 17:14

Non la Révolution n'a pas eu tort, de rejeter la religion à la sphère privée. Parce que faire le contraire, revient à imposer indirectement aux athées, des contraintes en fonction des religions des autres. Et ça, c'est inadmissible.

Parce que si les évêques s'alertent, comme tu dis, et poussent à ne pas faire passer une loi, ils le font en fonction de leur religion, qu'on le veuille ou non. Si ils y réussissent, cela veut dire que des religions imposent indirectement des règles aux athées.

Exemple : Si le christianisme rejette l'IVG pour des raisons religieuses, que l'Eglise Catholique s'oppose à la loi sur l'IVG, et que celle-ci n'est pas promulguée à cause de cela, les femmes athées voulant pratiquer l'IVG seront soumises à une loi catholique. Alors que la foi catholique et ses positions morales, ce n'est PAS LEUR PROBLÈME.

C'est TRÈS GRAVE. C'est inadmissible. En tant que agnostique, je ne supporterais pas de me faire imposer des lois prises sous pression d'autorités religieuses, personnellement. Musulmanes OU chrétiennes, ou autres (même si pour la France ce sont les deux principales concernées).

En revanche, je suis absolument contre l'intrusion de l'État AU SEIN des religions.
Qu'on n'oblige pas l'Église ou les musulmans à déclarer licite religieusement le mariage homosexuel, parce que ça, c'est le domaine PROPRE et INTERNE de chaque religion (tant qu'il n'entre pas en conflit avec la loi de la République). Mais le domaine EXTERNE et COMMUN, les religions ne doivent pas être autorisées à y pénétrer. Même pas un peu. Sinon c'est la porte ouverte à toutes les dérives.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Jeu 18 Aoû 2011 - 18:36

tonio a écrit:
Non la Révolution n'a pas eu tort, de rejeter la religion à la sphère privée. Parce que faire le contraire, revient à imposer indirectement aux athées, des contraintes en fonction des religions des autres. Et ça, c'est inadmissible.

Parce que si les évêques s'alertent, comme tu dis, et poussent à ne pas faire passer une loi, ils le font en fonction de leur religion, qu'on le veuille ou non. Si ils y réussissent, cela veut dire que des religions imposent indirectement des règles aux athées.

Exemple : Si le christianisme rejette l'IVG pour des raisons religieuses, que l'Eglise Catholique s'oppose à la loi sur l'IVG, et que celle-ci n'est pas promulguée à cause de cela, les femmes athées voulant pratiquer l'IVG seront soumises à une loi catholique. Alors que la foi catholique et ses positions morales, ce n'est PAS LEUR PROBLÈME.

C'est TRÈS GRAVE. C'est inadmissible. En tant que agnostique, je ne supporterais pas de me faire imposer des lois prises sous pression d'autorités religieuses, personnellement. Musulmanes OU chrétiennes, ou autres (même si pour la France ce sont les deux principales concernées).

En revanche, je suis absolument contre l'intrusion de l'État AU SEIN des religions.
Qu'on n'oblige pas l'Église ou les musulmans à déclarer licite religieusement le mariage homosexuel, parce que ça, c'est le domaine PROPRE et INTERNE de chaque religion (tant qu'il n'entre pas en conflit avec la loi de la République). Mais le domaine EXTERNE et COMMUN, les religions ne doivent pas être autorisées à y pénétrer. Même pas un peu. Sinon c'est la porte ouverte à toutes les dérives.


Et si l'on est contre l'IVG, une seule solution : voter pour les candidcats qui se sont déclarés contre l'avortement pour des raisons de commodité personnelle ...

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Jeu 18 Aoû 2011 - 19:49

Certes, mais ce qui pose problème ici n'est pas la commodité PERSONNELLE, mais bien la prise de position des INSTITUTIONS religieuses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Ven 19 Aoû 2011 - 14:39

tonio a écrit:
Si ils y réussissent, cela veut dire que des religions imposent indirectement des règles aux athées.

Exemple : Si le christianisme rejette l'IVG pour des raisons religieuses, que l'Eglise Catholique s'oppose à la loi sur l'IVG, et que celle-ci n'est pas promulguée à cause de cela, les femmes athées voulant pratiquer l'IVG seront soumises à une loi catholique. Alors que la foi catholique et ses positions morales, ce n'est PAS LEUR PROBLÈME.
Ce ne sont pas des "règles de religion" comme par exemple "ne pas manger du cochon" pour les juifs et les musulmans.

C'est une loi morale à travers laquelle PERSONNE n'a le droit d'y échapper : tu ne TUERAS pas ton prochain INNOCENT.

Je veux bien écouter les raisons du pourquoi mon voisin veut assassiner ma voisine, je veux bien en cas de passage à l'acte lui trouver des circonstances atténuantes etc... mais en aucun cas, je peux "m'y faire", ni accepter que l'on dise que "mes règles morales" ne concerne que moi, et quelles doivent rester "privées". C'est un crime contre la Vie, un point c'est tout.

Citation :
C'est TRÈS GRAVE. C'est inadmissible. En tant que agnostique, je ne supporterais pas de me faire imposer des lois prises sous pression d'autorités religieuses,
Mais tu te fais "imposer des lois" par des institutions. religieuses ou pas, ça ne change rien. Et dans ces lois, il y a des lois morales, et éthiques.

la différence, c'est que les lois chrétiennes sont les seules vraies, les seules bonnes ; les seules qui respectent vraiment la vie de son commencement à sa fin naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France   Ven 19 Aoû 2011 - 17:59

La religion relèverait du privé ? Voilà bien le genre de discours doctrinaire que je mets en évidence dans ma recherche « du judaïsme au laïcisme, nos religions de division ». Je persiste : la religion est un phénomène social, seule la foi est intérieure et privée.

Une laïcité bien comprise dans le respect de toute opinion et de toute croyance sous la seule condition de ne pas porter atteinte à l’ordre public est une excellente chose.
Mais la laïcité, quasi religion d’Etat, suit bien les mêmes démarches que les religions les plus radicalement exclusives : condamnations, anathèmes, prétention à être seul détenteur de la vérité, textes fondateurs de référence (en réalité plutôt fondés sur la doctrine…), appel à l’union sacrée contre un ennemi désigné, le curé, l’école libre (si peu), le croyant.
Et les « lectures » des « textes sacrés » sont multiples : la Ligue de l’Enseignement, de confession laïque, n’a pas même lecture de la Loi de Séparation et autres textes législatifs que le Conseil d’Etat.
Le Conseil d’Etat est d’ailleurs rarement saisi sur la laïcité, car entre légalité et égalité cette haute instance penche alors pour l’égalité, inscrite dans la constitution.

Affirmer que la foi est du strict ressort du privé n’est en rien contestable, prétendre que la religion relève du seul domaine privé est un non-sens dès lors que la religion « relie » des personnes physiques ou morales exactement comme le font partis, associations, fédérations, syndicats ou sectes. Qui relèvent du domaine public. Incohérence de l'incohérence.

Entre religion et quasi religion il y a des phénomènes communs de comportement, de doctrine, de présupposés. Toute religion annonce des lendemains heureux… dans l’au delà, une vie meilleure après réincarnation, un bonheur suprême. Le christianisme a la grande particularité d’une Economie du Salut déjà dans notre monde (Liberté égalité Fraternité, et même laïcité dans la séparation du spirituel et du temporel, sont éminemment évangéliques). Et dans l'au delà par l'espérance.

Les grandes idéologies elles, excluant le centrage sur le Divin au profit du centrage sur l’humain, promettent toutes des lendemains heureux dans ce bas monde. Et devant l’échec elles annoncent « c’était encore pire avant ».

Les croyants sont peut-être esclaves ou victimes de cet opium du peuple que serait la religion. Mais ni le scientisme ni l’athéisme ni les diverses idéologies de libération de l’homme n’ont tenu leurs promesses de bonheur. A la croyance religieuse on a substitué des croyances « libérées du divin » mais quelle différence entre un dogme religieux et un dogme tel que le progrès de l’Humanité par la connaissance scientifique et le progrès technologique ? La science aussi respectable et justifiée soit-elle est bien loin d’apporter toutes les réponses à nos interrogations et surtout bien loin de nous avoir assuré l’avenir radieux promis.

Je ne veux pas par là renvoyer dos à dos science et religion, foi et raison : l’un sans l’autre c’est jouer à l’apprenti sorcier. Et que cela plaise ou pas nos sociétés ont été ou sont encore structurées par la religion.
Statutairement sous régime de la Loi 1901 interdisant l'activité politique ou religieuse, la Ligue de l’Enseignement ne fait donc pas de politique quant elle part en guerre contre toute « atteinte à la laïcité » ou appelle avec d’autres, ce qui a subi un échec décisif, à la fermeture de « l’école libre » ? Mais les instances religieuses elles se mêleraient de politique ne les concernant pas quant elles expriment un avis sur la société?

Notre démocratie est loin de fonctionner selon l’idéal républicain. Alors peu importerait donc qu’une « majorité présidentielle » impose, souvent sous la contrainte d’obéissance, ses lois à la nation tout entière y compris tous les citoyens en désaccord. Peu importerait encore que « le pouvoir soit dans la rue ». Mais scandale quand une Eglise donne un avis? Soyons sérieux et réalistes : il y a des siècles qu’en Occident les Eglises n’ont plus rien imposé. Et si une loi est votée tenant compte d'un simple avis autorisé d'une Eglise ce n'est pas l'eglise qui l'impose, la loi est légitimée par le seul vote des élus. Il est grand temps que notre pays, qui a gommé l’origine judéo-chrétienne de sa morale, de ses lois, mette enfin en pratique sa devise républicaine.
En bonne logique il faudrait donc libaniser la France? A chaque corporation chaque religion aux agnostiques aux athées leurs lois propres? De quoi s'inquiéter au vu du résultat: la ruine économique et morale d'un pays autrefois prospère. Belle perspective.
Pour le sujet qui a été soulevé sur ce fil, les Eglises n’auraient à ton humble avis rien à dire sur une idéologie fumeuse qui touche à bien des domaines de l’identité de l’homme, alors que les propagateurs d’une telle duperie auraient eux toute latitude de s’exprimer et d’obtenir des lois en leur faveur ? La loi des lobbies plutôt que la voix des croyants?

Je clame mon total désaccord sur un tel point de vue doctrinal, ce qui n’est nullement en contradiction avec ma critique, par ailleurs, du christianisme dévoyé du message évangélique fodateur.
Ce que Jacques Ellul a appelé la "subversion du christianisme" :
Citation :
Comment se fait-il que le développement de la société chrétienne et de l'Eglise ait donné naissance à une société, à une civilisation, à une culture en tout inverses de ce que nous lisons dans la Bible, de ce qui est le texte indiscutable à la fois de la Torah, des prophètes, de Jésus et de Paul ?

L’Eglise aujourd’hui nous appelle « à vivre l’Evangile », elle ne nous appelle en rien à imposer des lois aux non croyants : les lois tirent leur légitimité, ce n’est pas le cas partout dans le monde, du seul vote des représentants élus de la nation.

En outre je ne suis pas l’auteur des lignes sur le laïcisme sur Wikipedia, bien postérieures à ma recherche : cet article situe bien le problème, je constate par contre que la laïcité est bel et bien érigée en religion d’Etat par les militants dogmatiques d’une laïcité radicale. Wikipedia en cite...
De plus il y a quelque contradiction entre la position française et des traités internationaux tels que la Convention européenne, ratifiés par la France : tout traité international y compris les accords entre la France et la Vatican ou l’Union Européenne l’emporte sur le droit national quand il y a divergence.

La liberté d’expression est conquête de notre République mais il y aurait beaucoup à redire sur les entraves qu’elle subit, de la censure du politiquement correct aux institutions promptes à dénoncer toute critique si objective soit-elle comme MRAP LICRA et consorts : les institutions religieuses ont, plus que le droit, le devoir impératif de faire connaître leur avis sur toute question concernant la société et son devenir. Qu’elles soient parfois trop conservatrices est autre chose, qu’elles élèvent leur voix contre ce que nos frères musulmans appellent en religion "innovation blâmable" bid’ah est parfaitement justifié. La société en tiendra compte ou non, les églises ne sont pas en embuscade pour imposer leur loi à la nation, elles sont là pour rappel à la sagesse et au respect de l’homme.

Une prise de position d’une institution religieuse est un avis autorisé ce n'est pas un ukasepas un ukase. Faut-il rappeler qu’à la suite du sabordage du traité de Nice par le couple infernal Jospin Chirac refusant la simple mention en préambule des racines judéo-chrétiennes de l’Europe il a fallu refaire un nouveau traité qui, lui va bien plus loin : la consultation des institutions religieuses par les gouvernements y est une obligation. L’Union Européenne a une conception de la laïcité bien plus saine que la conception de la France, fondée essentiellement sur son histoire conflictuelle.
De fait le projet de Loi de séparation a très heureusement été voté contre une proposition de loi bien plus radicale, dont on retrouve la trace dans le laïcisme et l’anticléricalisme.

______________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l'on croit savoir
Revenir en haut Aller en bas
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Ven 19 Aoû 2011 - 19:29

C'est pas que "les Églises n'ont rien à dire sur un sujet fumeux". C'est que les Églises n'ont rien à dire sur RIEN, dès que ça sort de leur domaine d'Église. Sinon, c'est de l'ingérence.

Parce que la position des institutions religieuses EN TANT QUE TELLES risque d'influencer le jeu politique, et donc la vie des athées. Ce n'est pas aux athées de faire des concessions dans LEUR VIE A EUX pour satisfaire le sens moral des religieux.

Si des experts scientifiques trouvent une théorie fumeuse, ils peuvent alors s'exprimer en tant qu'EXPERTS SCIENTIFIQUES, pour contrer scientifiquement le sujet. De même pour des "experts" d'éthique. Mais il n'y a pas besoin de s'exprimer en tant que autorité religieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France   Sam 20 Aoû 2011 - 10:36

A TES commandements

I Aucun dieu devant ta face autre que ceux que tu te donnes librement tu n'auras.

II Tu ne feras point d'image, ni de représentation quelconque des choses qui n’existent pas. Tu ne te prosterneras devant rien ; car moi, le laïciste ton Maître, je suis un athée jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements

III Tu ne prendras point le nom du scientiste, ton Maître à penser, en vain ; car le scientiste ne laissera point impuni celui qui prendra son nom en vain et celui qui s’adonnera à des illusions métaphysiques ou à l’irrationnel.

IV Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras, le moins que tu pourras, durant cinq jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais les sixième et septième jours sont les jours des dieux du stade, tes seuls dieux vénérés : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes. Car en cinq jours personne que le hasard n’a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu : c'est pourquoi l’homme a béni le repos et l'a sanctifié. Mais durant les sept jours de la semaine l’argent le pouvoir le vice le libre plaisir tu aduleras.

V Méprise ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays merveilleux que le savoir scientifique, ta référence, te promet.

VI Tu tueras à volonté et haïras les adorateurs de faux dieux comme tu te haïs toi-même, l’IVG à ta libre convenance tu pratiqueras et des humains animaux de laboratoire tu feras comme bon te semblera.

VII Ton sexe tu choisiras et l'adultère tu commettras comme bon te semble avec qui tu voudras indifféremment et de la manière qui te conviendra.

VII Tu déroberas ce qui ne t’appartient pas.

IX Tu porteras faux témoignage contre ton prochain.

X Tu convoiteras la maison de ton prochain ; tu convoiteras la femme de ton prochain, son serviteur, sa servante, son bœuf, son âne, toute chose qui appartient à ton prochain.

Revenir en haut Aller en bas
tonio




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   Sam 20 Aoû 2011 - 16:03

Eh bien, quand bien même les athées feraient tout cela, ce serait leur problème propre non ? (tant qu'ils ne s'en prennent pas directement aux croyants en tant que croyants, dans leur sphère privée). Leur salut ne concerne qu'eux. Si ils ont envie de forniquer, par exemple, ils ne sont pas concernés par vos règles morales. Que l'Evangile ou le Coran l'interdisent n'est PAS LEUR PROBLÈME. Vos règles morales tirées de vos religions sont vos règles propres, pour vous.
Revenir en haut Aller en bas
Roger76




MessageSujet: Sujet: Re: Théorie du "genre" en cours SVT en France   Ven 23 Sep 2011 - 15:46

Je reproduis ici un message que j’avais posté sur DUALOGUE, sur le sujet UN RABBIN dit : L'Islam, religion de l'avenir qui sauvera le monde

Citation :
Et alors ? Le christianisme ne change en rien quand il revient à la vraie lecture du message de Jésus-Christ. Quel mal y a-t-il ? Jésus a touché le lépreux, être impur, et l’a guéri. Il a parlé à la Samaritaine, contre un interdit judaïque. Il n'a condamné personne pas même ses bourreaux.

Ancien Testament Coran et probablement ahadith condamnent l’homosexualité. C’est parfaitement compréhensible, au vu des connaissances de l’époque. L’homosexualité ne pouvait être qu’un péché, une désobéissance coupable. Mais ces textes condamnent-ils le simple d’esprit, le dérangé, qui ne l’est pas volontairement ? Tout au plus ils voient dans ces anomalies une possession du démon ou de djinns et encore ce n’est pas clair. Jésus Christ ne condamne pas ne rejette pas les êtres, il condamne le légalisme.

Quand la religion comprendra enfin et réciproquement que la science n’est pas son ennemie mais que l’une peut être utile voire nécessaire pour éclairer l’autre on aura fait un grand progrès : la science a besoin de Dieu et de la foi comme la religion a besoin du savoir scientifique pour progresser, l’une et l’autre.

La biologie la génétique modernes ont mis en évidence que l’ovocyte est de sexe féminin, à la fécondation il reçoit du père géniteur le chromosome XY ou XX qui déterminera si l’embryon deviendra garçon ou fille. A partir d’un embryon uniquement féminin au premier jour se développera soit une fille soit, par "masculinisation", sous l’action du XY, un garçon. Mais dès les premiers jours de la gestation cette différenciation se fait à la fois par ce chromosome XY et par les hormones, secrétées par le fœtus lui même ou reçues à travers le placenta maternel. Tout excès de l’une ou l’autre hormone ou produit à effet œstrogène a des conséquences sur le devenir.
Et cette évolution de femelle à mâle porte non seulement sur les organes sexuels externes ou internes visibles mais aussi sur le cerveau. Les techniques d’imagerie médicale permettent aux chercheurs de constater que les hémisphères gauche et droit de l’homme et de la femme sont eux aussi différenciés. Autrement dit le cerveau est aussi un organe sexuel ! Différencié par les hormones, mâle ou femelle, reçues par le cerveau depuis le fœtus jusqu’à la vie adulte. Et qui peut être plus ou moins en discordance avec les autres organes. Statistiquement, mais l’étude ne précise pas la population étudiée, 20 % des femmes auraient une personnalité (un cerveau mais cela peut aller jusqu’à la femme à barbe) à tendance masculine, et 10 % des hommes seraient disons "sous-masculins".

Que ces hommes ou ces femmes puissent avoir des"tendances" pour leur propre sexe n'est donc pas uniquement une question de choix personnel ni de société. (voir mes interventions sur la "thérie du genre")

Il y a en fait un problème tout à fait analogue au fait d’avoir des anomalies congénitales les plus diverses, qui elles ne sont pas condamnables. Cela ne fait certes pas forcément des unes des lesbiennes, des autres des gays, mais il faut tenir compte, en correction de l’opprobre d’origine religieuse, du fait que la nature ne reproduit pas les êtres sur un modèle parfait. Et l’exposition à des produits chimiques à effet œstrogène sont mises en cause par les chercheurs, malgré les lobbies industriels : on a et on aura de plus en plus de cas de sexe mal déterminé, entre fille en partie garçon, mais tout à fait femelle, et garçon pas tout à fait mâle. La médecine devra "trancher" si j'ose dire.

Certes il faut je l’estime s’opposer aux manifestations publiques et aux exigences d’égalité des droits des mouvements ultra féministes gays et lesbiennes, mais fermer la porte à quiconque pour la seule raison qu’il est différent n’est pas chrétien. Et je me réjouis que des églises ouvrent leurs portes aux homosexuels, les exclure n’est pas chrétien, ce sont des créatures de Dieu en difficulté. Qu’ils soient ou non pécheurs est un autre problème : le bon pasteur va d’abord à la recherche des brebis perdues, est-il besoin de s’occuper des brebis rassemblées ?

Je conclus en affirmant que le christianisme, non, n’a pas changé : en vingt siècles il a connu bien des déchirements, des subversions du message christique, il est engagé de nos jours dans un retour au véritable christianisme, amour du prochain dans l’Amour de Dieu.

Ce n’était pas un Hors Sujet, c’était en réponse à une critique envers l’église chrétienne :

Citation :
Le Christianisme a changé, il s'est adapté au nouveau monde et continu de le faire (Le fait par exemple que plusieurs églises commencent aujourd'hui à accepter les homos... et encore pleins d'autres choses non biblique et non coranique).

De la nécessité d’une intelligence du Texte dans le contexte.

Il est clair que dans le contexte de la Révélation la Parole de Dieu aurait eu bien du mal à se faire comprendre en parlant de génétique, d’œstrogènes, de testostérone, de progestérone, de facteur XY de détermination sexuelle. Avec quels vocables alors inexistants ?
Ce facteur XY a été décrit indépendamment par Nettie Stevens et Edmund Beecher Wilson en 1905. D’autres facteurs interviennent avec le chromosome Y : c’est complexe et sensible à de nombreux facteurs et par conséquent source de troubles tels que stérilité masculine ou anomalies diverses. On peut ainsi avoir un cerveau plutôt féminin avec un sexe externe masculin, et inversement...

Cette théorie du genre différencie donc sexe (mâle/femelle) et genre (masculin/féminin), par rapport à une société qui tend à considérer comme anormaux les individus qui ne se situent pas dans la normalité d'une hétérosexualité perçue comme naturelle et innée, avec un genre découlant du seul sexe acquis à la naissance.

Dans le judaïsme l'homosexualité est considérée comme une abomination. Les religions héritières de la loi de Moïse ont intégré ce rejet biblique de l'homosexualité : l'homosexualité dans le christianisme est vue comme un acte contre nature et un péché. Chapitre 20, verset 13 du Lévitique : "Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux.". L'Islam ne fait pas exception à la règle même si on observe selon les temps et les lieux, de très singulières variations en matière de tolérance.
Mais ce même livre du Lévitique approuve l'esclavage et la peine de mort pour ceux qui travaillent le samedi. Et qu’en est-il de l’homosexualité chez les femmes ? Cela permet de relativiser cette interdiction de l'homosexualité par les religions monothéistes en la replaçant dans son contexte social et historique, et en la replaçant dans notre contexte de connaissances scientifiques. La foi a besoins des sciences comme la Science a besoin de Dieu.

Pour en revenir à la question de fond de l’école déboussolée (déboussolante ?) des deux choses l’une :
- ou bien ces progrès de la science génétique sont enseignés, et c’est bien leur place dams un manuel de SVT. Mais ce n’est pas la place d’une idéologie sociologique et philosophique faussement annoncée comme théorie scientifique, ni la place d’une photo de Gay Pride. L’étude des phénomènes de la différenciation sexuelle avec ses aléas suffit à expliquer et éduquer, le facteur sociétal n’est pas des plus déterminants.
- Ou bien il n’est rien dit ou insuffisamment exposé des phénomènes de la différenciation sexuelle avec ses aléas, et il est alors impératif et urgent de corriger cette carence du programme.
Ce n’est pour le moment pas dans la volonté du Ministre de l’Education Nationale, qui argue de l’éducation sexuelle des lycéens. Pas moins. Comme si cette idéologie combattue par les scientifiques n’était pas, les gays lesbiennes ultra féministes et transsexuels n’y si sont pas trompés, une incitation à l’interchangeabilité des sexes en toute liberté : elle appelle à se libérer des conditionnements tant biologiques que sociétaux. Et moraux ou religieux de surcroît.
______________________________________________
Il faut savoir reculer les limites de ce que l’on croit savoir


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏   

Revenir en haut Aller en bas
 
Théorie du "genre" ou "gender" enseignée en France.‏
Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Caritas in veritate et théorie du genre par Mgr Tony Anatrella
» La théorie du Genre:L'église catholique riposte...
» L'UNesco supporte la théorie du genre et l'enseigne aux professeurs???
» Une nouvelle étude discrédite la théorie du genre....
» Qui est l'inventeur de la "théorie du genre" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SCIENCES, FOI et SOCIETE :: Problèmes de société, réponse des religions !!-
Sauter vers: