Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRETIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 Les histoires des prophètes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
riad




MessageSujet: Les histoires des prophètes   Mer 09 Nov 2011, 19:28

Rappel du premier message :

Salam Aleikom

Je me permet de créer ce sujet afin de rappeler quelques versets et plusieurs enseignements de nos prophètes. " Et rappel, car le rappel profite aux croyants."
Qu'Allah récompense tout musulman ou musulmane croyant ou croyante acteur ou lecteur de ces pages.

Cette page sera consacré inchallah aux enseignements globaux et pour chaque prophète lui sera consacré une page. Il faut savoir que l'Islam est la seule religion au monde à coté du christianisme à reconnaitre Jésus. Et aux seins des 3 religions monothéistes l'Islam est la seule religion à reconnaitre tous les prophètes jusqu'à Mohamed (salla Allah alayhi wa sallem). Nous croyons donc à ces prophètes: Adam, Idris, Noé, Hûd, Çâlih, Loth, Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, Joseph, Chu'ayb, Job, DûI-Kifl, Moïse, Aaron , David, Salomon, Élie, Élisée, Jonas, Zacharie, Jean-Baptiste, Jésus, Muhammad (salla Allah alayhi wa sallem).


Voici une petite introduction parlant de la raison pour laquelle il est important d’évoquer ce passé qui date de plus de trois mille ans. En fait, il faut rappeler que le tiers du Coran et un bon nombre de ses versets portent sur les histoires des prophètes. Ceci nous conduit à nous interroger : pourquoi tant de versets ont pour sujet les histoires des prophètes quel en est l’objectif?

Le but de ces histoires est:

- de raffermir les croyants
« Et tout ce que Nous te racontons des récits des messagers, c’est pour en raffermir ton cœur. Et de ceux-ci t’est venue la vérité ainsi qu’une exhortation et un rappel aux croyants » (TSC[1], Hoûd : 120)

- de nous instruire et de nous donner des leçons
« Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’est point là un récit fabriqué. C’est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient » (TSC, Yoûsouf : 111)

- de les suivre et de les prendre pour exemples
« Voilà ceux qu’Allah a guidés : suis donc leur direction… » (TSC, Al-‘An‘âm ‘Les Bestiaux’ : 90)

- de consolider notre confiance en Allah
L’exemple de l’histoire du prophète Ibrahim est aussi significatif : lorsqu’on voulut le jeter dans le feu, il dit « Allah me suffit : c’est le meilleur en qui je peux placer ma confiance » et Allah le sauva –ce qui peut être traduit comme : « Nous dîmes : Ô feu, sois pour Abraham une fraîcheur salutaire » (TSC, Al-Anbiyâ’ ‘Les Prophètes’ : 69)

- nous enseigner l’art de la Da’wa ‘prêche’ et de guider les gens
exemple comment le prophète Abraham prêchait tendrement et avec douceur. Il disait à son père –ce qui peut être traduit comme : “Ô mon père, je crains qu’un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu ne deviennes un allié du Diable ” (TSC, Maryam ‘Marie’ : 45)

- Ces récits nous apprennent aussi la finesse et la tendresse:
exemple l’histoire du prophète Yoûsouf ‘Joseph’ qui, même en prison, parlait tendrement à ses compagnons en commençant toujours par : “O mes compagnons”.

- Nous aider à mieux comprendre le Coran

- de nous apprendre à comment former une vie familiale
Le fait d’évoquer les récits des prophètes nous conduira à traiter de leur vie familiale et leur comportement avec leurs femmes et leurs enfants. On verra comment Abraham éduquait Ismaël, comment Ya’qub ‘Jacob’ traitait son fils Joseph, comment David élevait son fils Soliman "Salomon" et ce que Marie faisait avec son fils Jésus.


Source Amrou Khaled

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour les exégèses: les exégèses d’Ibn Kathîr, de Cha‘râwy, de Qortoby et les ombres du Coran de Sayed Qutb.

Les livres portant sur les récits des prophètes: Bidayat w Nihayat (Début et fin) d’Ibn Kathîr, le livre de Abdel Wahhab el Najjar (un savant de l’Azhar), cheikh Mohammad Ali al Sabouny et cheikh Hassan Ayûb.


Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
riad




MessageSujet: Histoire en vidéo de Moise, Al khidr et Josué   Mer 21 Nov 2012, 15:35

Salam aleikom

Voici en vidéo le résumé de ces dernières pages:

L'histoire de Moise.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'histoire de la rencontre entre Moise et Al khidr

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'histoire de Josué

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'histoire du prophète Elie   Jeu 22 Nov 2012, 11:07

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Dieu dit :
« Élie était, certes, du nombre des Messagers. Quand il dit à son peuple : "Ne craignez-vous pas (Dieu) ? Invoquerez-vous Baal (une idole) et délaisserez-vous le Meilleur des créateurs, Dieu, votre Seigneur et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres ?" Ils le traitèrent de menteur. Eh bien, ils seront emmenés (au châtiment), exception faite des serviteurs élus de Dieu. Et Nous perpétuâmes son renom dans la postérité : "Paix sur Élie et ses adeptes". Ainsi récompensons-Nous les gens de bien, car il était du nombre de Nos serviteurs croyants. » (37, 123-132)

Selon les généalogistes, il s'agit d'Élie fils de Tichbé. L'on dit aussi qu'il est le fils de Yasin, fils de Phinéès, fils d'Eléazar, fils d'Aaron, fils d'Amram.

Elie fut envoyé aux gens de Baalbek, à l'ouest de Damas. Il les appela à l'adoration de Dieu, et les incita à abandonner le culte de leur idole qu' ils appelaient Baal. On rapporte que Baal était le nom d'une femme qu'ils adoraient, mais il est plus juste de dire qu'il s'agit d'une idole. C'est pour cela qu'Élie leur dit :......

« Ne craignez-vous pas (Dieu) ? » Invoquerez-vous Baal et délaisserez-vous le Meilleur des créateurs, Dieu, votre Seigneur et le Seigneur de vos plus anciens ancêtres ? » (37, 124-126).

Ils le traitèrent de menteur et tentèrent de le tuer. On rapporte qu'il arriva à s'enfuir et à se cacher loin d'eux.

Abu Ya'qub al-Adra'i a rapporté d'après Ka'b al-Ahbar : « Élie s'est caché du roi de son peuple dans une grotte ; il y resta dix ans jusqu'à ce que Dieu eut fait périr ce roi et qu'un autre eut pris sa place. Il sortit alors de son refuge et alla trouver ce nouveau roi à qui il exposa le message de Dieu. Ce roi crut en son Message, et ses sujets le suivirent, sauf dix mille d'entre eux qui furent alors mis à mort. ».

Ibn Abu ad-Dunya a rapporté, d'après Sa'id Ibn 'Abdul-'Aziz, d'après certains maitres de Damas, ce qui suit: « Lorsque Élie s'est enfui, par peur de son peuple, il s'est réfugié dans une grotte située sur une montagne, il y demeura pendant une vingtaine ou une quarantaine de nuits. Des corbeaux lui apportaient sa nourriture. »

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'histoire du prophète Elisée   Jeu 22 Nov 2012, 11:17

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Dieu l'a cité avec les autres Prophètes dans la sourate 6 (Les bestiaux) :

« De même, Ismaël, Élisée, Jonas et Loth. Chacun d'eux, Nous l'avons favorisé par dessus le reste du monde» (6, 86).
Dieu dit aussi dans la sourate 38 (Sad) :«Et rappelle-toi Ismaël et Élisée, et Dhûl-Kifl, chacun d'eux parmi les meilleurs. » (38, 48)

Ishaq Ibn Bishr Abu Hudhayfa a rapporté d'après al Hasan: « Élisée est venu après Elie et a été envoyé au même peuple. Il est resté au sein de son peuple le temps que Dieu a voulu qu'il reste, appelant les siens à l'adoration de Dieu, et restant fidèle a la ligne de conduite d'Élie et à sa Loi. Après que Dieu l'eut rappelé à lui, il y eut divers évènements et séditions au sein de son peuple et les tyrans se multiplièrent, en tuant les Prophètes que Dieu envoyait. L'un de ces tyrans, était un roi despote et entêté. On rapporte que c'est a lui que Dhul Kifl avait promis le Paradis et s'en était porte garant, s'il se repentait et revenait à Dieu. C'est pour cela, dit-on, qu'il fut appelé Dhul-Kifl (celui qui se porte garant). Muhammad Ibn Isnaq a dit qu'il s'appelait Élisée (en arabe : Alyasa'), fils de Akhtub.»

Intermède.......

Ibn Jarir et d'autres ont dit qu'après la mort d'Élisée, les Enfants d'Israël versèrent dans la sédition, la rébellion et les actes illicites. Ils tuèrent bon nombre de Prophètes. C'est alors que Dieu les soumit à la domination de rois et de dirigeants despotes qui les persécutaient et versaient leur sang. Il les mit aussi sous la domination et le joug de leurs ennemis extérieurs. Chaque fois qu'ils combattaient leurs ennemis, ils avaient avec eux l'Arche d'alliance. Ils triomphaient, ainsi, par la bénédiction de cette Arche qui renfermait la sérénité et le reste des reliques laissées par la famille de Moïse et de Aaron. Or, au cours d'une bataille qui les avait opposés aux habitants de Gaza et de Ascalon, ces derniers les vainquirent et s'emparèrent de l'Arche. En apprenant cela, leur roi mourut de tristesse et les Enfants d'Israël restèrent comme des brebis sans berger jusqu'à ce que Dieu leur envoyât un Prophète parmi eux du nom de Samuel. Ils lui demandèrent alors de leur designer un roi afin qu'ils combattent sous ses ordres leurs ennemis. Mais nous le verrons plus loin.

Ibn Jarir a dit : « II y avait entre la mort de Josué fils de Nun et la venue de Samuel fils de Bali quatre cent soixante années. II cita, ensuite, tous les noms des rois qui avaient régné sur les Enfants d'Israël, durant cette époque, ce que, sciemment, nous éviterons de faire.»

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Histoire du prophète Samuel   Jeu 22 Nov 2012, 12:08

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

As-Suddi a rapporté, d'après Ibn'Abbas, Ibn Mas''ud et d'autres compagnons, ainsi qu'at-Ta'labl et d'autres, que lorsque les géants de la région de Gaza et de Ascalon vainquirent les Enfants d'Israël, tuant plusieurs d'entre eux, et prenant en captivité beaucoup de leurs enfants, la Prophétie s'interrompit au sein de la descendance de Levi et il ne resta qu'une femme enceinte. Elle pria alors Dieu le Tout-Puissant de lui donner un enfant mâle. Dieu exauça sa prière et elle donna naissance à un garçon qu'elle prénomma Samuel qui veut dire en hébreu « Dieu a entendu ma prière ». Elle l'envoya au temple alors qu'il était très jeune et elle le confia à un sage afin qu'il lui enseignât les textes sacrés. Il y resta pendant de nombreuses années. Une nuit, alors qu'il dormait, il entendit une voix provenant du coté de l'oratoire. Il se réveilla en sursaut et se rendit auprès de son maître, croyant que celui-ci l'avait appelé. La troisième fois, Gabriel s'adressa à lui en lui disant :« Ton Seigneur t'envoie à ton peuple ». Le reste de son histoire est........ rapporté dans le Coran où Dieu dit :

« N'as-tu pas su l'histoire des notables, parmi les Enfants d'Israël, lorsque après Moïse, ils dirent à un prophète à eux : "Désigne-nous un roi, pour que nous combattions dans le sentier de Dieu". Il dit : "Et si vous ne combattez pas quand le combat vous sera prescrit?" Ils dirent: "Et qu'aurions-nous à ne pas combattre dans le sentier de Dieu, alors qu'on nous a expulsé de nos maisons et qu'on a capturé nos enfants ?"Et quand le combat leur fut prescrit, ils tournèrent le dos, sauf un petit nombre d'entre eux. Et Dieu connait bien les injustes. Et leur Prophète leur dit : "Voici que Dieu vous a envoyé Saül (Talut) pour roi". Ils dirent : "Comment règnerait-il sur nous ? Nous avons plus de droit que lui à la royauté. On ne lui a même pas prodigué beaucoup de richesses !" Il dit : "Dieu, vraiment l'a élu sur vous, et a accru sa part quant au savoir et à la condition physique". Et Dieu alloue Son pouvoir à qui II veut. Dieu a la Grâce immense et Il est Omniscient. Et leur Prophète leur dit : "Le signe de son investiture sera que le Coffre va vous revenir ; objet de quiétude inspiré par votre Seigneur, et contenant les reliques de ce que laissèrent la famille de Moïse et la famille d'Aaron. Les anges le porteront. Voila bien là un signe pour vous, si vous êtes croyants !" Puis, au moment de partir avec les troupes, Saül dit : "Dieu va vous éprouver par une rivière : quiconque y boira ne sera plus des miens ; et quiconque n 'y goutera pas sera des miens ; passé pour celui qui y puisera un coup dans le creux de sa main." Ils en burent, sauf un petit nombre d'entre eux. Puis, lorsqu'ils l'eurent traversée [la rivière], lui et ceux des croyants qui l'accompagnaient, ils dirent : "Nous voila sans force aujourd'hui contre Goliath et ses troupes!" Ceux qui étaient convaincus qu'ils auront à rencontrer Dieu dirent : "Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce de Dieu, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Dieu est avec les endurants". Et quand ils affrontèrent Goliath et ses troupes, ils dirent : "Seigneur ! Déverse sur nous l'endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle." Ils les mirent en déroute, par la grâce de Dieu. Et David tua Goliath; et Dieu lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu'il voulut. Et si Dieu ne neutralisait pas une partie des hommes par une autre, la Terre serait certainement corrompue. Mais Dieu est Détenteur de la Faveur pour les mondes. »(2, 246-251)

La plupart des exégètes sont d'accord pour dire que le Prophète cite dans ces versets est Samuel; d'aucuns disent cependant qu'il s'agissait de Simon; d'autres encore disent qu'il s'agissait en fait d'un seul et même Prophète; un dernier groupe affirme que c'est Josué, mais ceci est invraisemblable, car l'imam Abu Ja'far Ibn Jarir mentionne dans son Tarikh qu'il y a entre la mort de Josué et l'avènement de Samuel quatre cent soixante ans.

Après avoir été épuisé par les guerres et dominé par les ennemis; le peuple juif a demandé au Prophète de l'époque de leur designer un roi afin qu'ils soient sous son autorité et qu'ils combattent avec lui leurs ennemis. Il leur a dit :

«"Et si vous ne combattez pas quand le combat vous sera prescrit?" Ils dirent : "Et qu'aurions-nous à ne pas combattre dans le sentier de Dieu ?" » ;

c'est-à-dire : qu'est-ce qui nous empêcherait de combattre?

« [ ... ] alors qu'on nous a expulsés de nos maisons et qu'on a capturé nos enfants?»

Ils lui dirent qu'ils avaient toutes les raisons de combattre d'autant que leurs enfants étaient capturés par leurs ennemis. Dieu dit :

« [ ... ] Et quand le combat leur fut prescrit, ils tournèrent le dos, sauf un petit nombre d'entre eux. Et Dieu connait bien les injustes ».

Comme Dieu le rapporte à la fin du récit, seul un petit nombre traversa le fleuve avec leur roi. Quant aux autres, ils tournèrent le dos, refusant de combattre.

AthTha'labi a dit : « Il s'agit de Talut (Saûl) fils de Qich, fils d'Abiel, fils de Saru, fils de Nahurt, fils de Afih, fils de Anis, fils de Benjamin, fils de Jacob, fils d'Isaac, fils d'Abraham l'ami intime de Dieu. »

De leur coté, 'Ikrima et as-Suddi ont dit qu'il était porteur d'eau ; Wahb Ibn Munabbih a dit, quant à lui, qu'il était tanneur ; mais Dieu est le plus Savant. Quoiqu'il en soit, i1 était d'origine modeste, raison pour laquelle les Enfants d'Israël dirent :

« Comment règnerait-il sur nous ? Nous avons plus de droit que lui à la royauté. On ne lui a même pas prodigué beaucoup de richesses ! »

On rapporte que la Prophétie était l'apanage de la tribu de Levi et la royauté de celle de Juda. Or, Saül descendait de Benjamin, et c'est pour cela qu'ils refusèrent qu'il soit roi arguant qu'ils avaient plus de droits que lui à la royauté. Ils dirent aussi qu'il était pauvre et qu'il n'avait aucune richesse.

« Il dit : "Dieu, vraiment l'a élu sur vous et a accru sa part quant au savoir et à la condition physique." »

On rapporte que ce savoir concernait uniquement l'art de la guerre, mais d'aucuns disent qu'il avait un savoir global.

« [ ... ] Et à la condition physique »,

c'est-à-dire la taille et la beauté physique. Le sens du texte indique qu'il était le plus beau et le plus savant d'entre eux après leur Prophète, sur lui le salut.

« Dieu alloue Son pouvoir à qui Il veut »,

c'est Lui qui détient le Pouvoir, crée et commande.

« Dieu a la Grâce immense et n'est Omniscient. Et leur Prophète leur dit : "Le signe de son investiture sera que le coffre va vous revenir ; objet de quiétude inspiré par votre Seigneur, et contenant les reliques de ce que laissèrent la famille de Moïse et la famille d'Aaron. Les anges le porteront. Voila bien là un signe pour vous, si vous êtes croyants." »

L'un des bienfaits découlant du commandement de cet homme vertueux, est que I' Arche d'alliance dont s'était emparé leur ennemi allait leur être rendue. Or, c'est grâce à elle qu'ils triomphaient de leurs ennemis,

« [ ... ] objet de quiétude inspiré par votre Seigneur ».

On rapporte qu'il s'agissait d'un vase en or dans lequel étaient lavés les cœurs des Prophètes. On rapporte à propos de la quiétude (sakina) qu'elle était semblable à un vent rapide. De même, on dit que son image était celme d'un chat; lorsqu'il miaulait, au cours d'une bataille, les Enfants d'Israël étaient assurés du triomphe.

« [ ... ] Et contenant les reliques de ce que laissèrent la famille de Moïse et la famille d'Aaron»

: on rapporte, selon d'autres versions, qu'il s'agissait des Tablettes brisées et de la manne accordée par Dieu aux Fils d'Israël lors de leur errance dans le désert.

« Les anges le porteront »

; c'est-a-dire : les anges vous l'apporteront et vous le verrez de vos propres yeux afin qu'il soit un signe de Dieu pour vous et un argument décisif quant à la véracité de ce que je dis et une preuve que Saul est bien votre roi. C'est pour cela qu'il a dit :

«Voila bien la un signe pour vous, si vous êtes croyants ! »

«Puis, au moment de partir avec les troupes, Saul dit : "Voici : Dieu va vous éprouver par une rivière : quiconque y boira ne sera plus des miens; et quiconque n'y goutera pas sera des miens; passé pour celui qui y puisera un coup dans le creux de sa main." »

Ibn 'Abbas ainsi que de nombreux exégètes ont dit que la rivière en question était le Jourdain que les Enfants d'Israël devaient traverser pour aller à 1a rencontre de leurs ennemis. Au moment de la traversée, Saül mit à l'épreuve son armée en disant aux soldats que seuls continueraient avec lui le chemin ceux qui ne boiraient pas l'eau du Jourdain, si ce n'est une gorgée puisée dans la main. Dieu dit :

« [...] Ils en burent, sauf un petit nombre d'entre eux ».

As-Suddi a dit :« L'armée était composée de quatre vingt mille hommes ; soixante seize mille burent de la rivière, il ne resta alors, avec lui, que quatre mille hommes ».

Dans son Recueil authentique, al-Bukhari rapporte, d'après al-Bara' Ibn 'Azib : «Nous disions, nous compagnons du Messager de Dieu, sur lui la grâce et la paix, que le nombre des gens de Badr était égal au nombre des compagnons de Saül qui traversèrent avec lui la rivière, or seuls trois cents et quelques croyants la passèrent avec lui. »

La thèse d'as-Suddi, qui avance un nombre de quatre vingt mille soldats, est discutable, car Jérusalem ne peut contenir une armée aussi nombreuse ; et Dieu est plus Savant.

Dieu dit :

«Puis, lorsqu'ils l'eurent traversée, et ceux des compagnons qui l'accompagnaient, ils dirent: "Nous voilà sans force aujourd'hui contre Goliath et ses troupes." »

Ils sous-estimèrent leurs forces, car leur nombre était beaucoup plus faible par rapport à l'armée adverse.

« Ceux qui étaient convaincus qu'ils auront à rencontrer Dieu dirent : "Combien de fois une troupe peu nombreuse a, par la grâce de Dieu, vaincu une troupe très nombreuse ! Et Dieu est avec les endurants"»

les courageux, les gens de foi et de conviction et les endurants parmi eux les encouragèrent et leur remontèrent le moral.

« [ ... ] Et quand ils affrontèrent Goliath et ses troupes, ils dirent : "Seigneur! Déverse sur nous l'endurance, affermis nos pas et donne-nous la victoire sur ce peuple infidèle." ».

Ils demandèrent à Dieu de déverser sur eux l'endurance, de manière à ce que la sérénité inonde leurs cœurs et que s'affermissent leurs pas dans la bataille imminente. Ils demandèrent à Dieu la consolidation intérieure et extérieure ainsi que la victoire sur les ennemis de Dieu qui reniaient Ses signes et Ses bienfaits. Le Tout Puissant, l'Omniscient et l'Audient entendit leurs prières et les exauça. C'est pourquoi Il dit:

«Ils les mirent en déroute, par la grâce de Dieu » ;

c'est-a-dire grâce à la puissance de Dieu et non pas par leur propre puissance, et grâce à la force et au soutien de Dieu et non par leur force et leur nombre, nonobstant la multitude de leurs ennemis et leur puissance.

A ce sujet, Dieu dit :

« Dieu vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez humiliés. Craignez donc Dieu, Afin que vous soyez reconnaissants ! » (3, 123)

La parole de Dieu :

« Et David tua Goliath; et Dieu lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu'Il voulut »,

contient une preuve quant au courage et à la bravoure de David qui tua Goliath en humiliant les partisans de ce dernier. Au demeurant, il n'est pas plus grande bataille que celle où le chef des ennemis est tué, où un butin considérable est pris, où les plus valeureux guerriers de l'ennemi sont emprisonnés, et enfin où la parole de la foi prend le dessus sur les idoles et où la religion de la vérité l'emporte sur le faux et ses partisans.

As-Suddi a rapporté que David, sur lui le salut, était le plus jeune de ses treize frères. Il avait entendu le roi des Enfants d'Israël, Saül, inciter ses soldats à tuer Goliath et ses partisans en leur promettant de donner sa fille en mariage à qui tuerait Goliath, et de lui céder la moitié de son royaume. David avait alors pour seule arme une fronde et il était un habile tireur. Tandis qu'il marchait avec l'armée de Saül, une pierre l'appela, disant : « Prends-moi, car c'est avec moi que tu tueras Goliath ! » Il la prit ; deux autres pierres l'appelèrent l'invitant à les prendre aussi. Lorsque les deux armées furent l'une en face de l'autre, Goliath défia les Enfants d'Israël et les invita au duel. David s'avança vers lui mais Goliath lui dit: «Retourne d'où tu viens, car je ne veux pas te tuer ». Mais David lui répondit : « Mais moi je veux te tuer ». Il prit les trois cailloux, les mit dans la fronde et fit tournoyer celle-ci. Les trois pierres se fondirent en une seule. Il frappa Goliath à la tête qui se fracassa. L'armée de Goliath, en voyant son chef terrassé par David, se dispersa, vaincue et humiliée. Saül tint son engagement envers David : il lui donna sa fille en mariage et lui céda la moitie de son royaume. David, sur lui le salut, devint un personnage très important et les Enfants d'Israël lui témoignèrent beaucoup de considération et de respect.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'histoire du prophète David   Jeu 22 Nov 2012, 12:42

Salam aleikom

Voici le résumé en vidéo de l'histoire du prophète David comme nous l'avons traiter à la page 7 des histoires des prophètes.

Rappel: Qui est David?
II s'agit de David fils d'Isai, fils d'Obed, fils de Booz, fils de Salma, fils de Nahasson, fils d'Aminadab, fils de Ram, fils de Hesron, fils de Phares, fils de Juda, fils de Jacob, fils d'Isaac, fils de l'ami intime Abraham. II est le serviteur que Dieu investit de la charge de la Prophétie, du vicariat sur la Terre sainte (Bayt al-maqdis). Muhammad Ibn Ishaq a rap­porté d’après Wahb Ibn Munabbih : « David était de petite taille, il avait des yeux bleus, peu de cheveux et un coeur pur. David fut le premier homme parmi les Enfants d'Israel a être a la fois prophète et roi, car avant lui la royauté revenait a la tribu de Juda et la Prophétie a celle de Levi. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bon visionnage.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Salomon   Ven 23 Nov 2012, 22:41

Au nomde Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

On avait commencé la leçon précédente en citant l’histoire de Dawûd (David) ‘Alayhi salam. On a parlé de son culte, de sa méditation, de sa tendresse, de son rapprochement et son engagement envers Allah. On a aussi cité une formule de foi afin de ressentir le délice de la croyance et accroître le degré de communication avec Allah (Exalté soit-Il.) Le but de tout ceci est d’éviter que la leçon soit juste des paroles ayant un effet temporaire et passager sur les jeunes filles et garçons, petits et grands qui en sont affectés pour deux ou trois jours puis chacun retombe dans l'insouciance comme avant. En revanche, on aimerait que cela devienne une réalité vécue, avec l’espoir de redonner à l'Islam sa dignité pour qu'il redevienne le guide de l’humanité et se retrouve ainsi honoré
comme avant. Il faut faire en sorte que ce qu’on dit ne devienne pas uniquement des paroles dites mais des pratiques pour être de bons serviteurs d’Allah. Mais avant de commencer le récit de Souleymane (Salomon) (Paix sur lui), on doit se rappeler la formule qui nous permettra d’être très proche d’Allah :

Tu te lèves vingt minutes avant l’aube, tu fais tes ablutions suivies de deux ‘Rak’at’ (une brève prière) pendant dix minutes, accompagnées d’une lecture du Coran comme conclusion. Ainsi, tu auras accompli deux choses :
Tu auras eu l’avantage de veiller une partie de la nuit.
Tu auras pu lire le Coran durant les plus beaux moments pour Allah, le moment qui précède l’aube où Allah (Exalté soit-Il), descend (une descente digne de Lui) au plus bas ciel durant le dernier tiers de la nuit pour exaucer les voeux et approuver les souhaits à ceux qui prient et implorent le pardon durant cette partie de la nuit.

Ensuite, implore le pardon d’Allah pour que tu puisses faire partie de ceux desquels Allah (Exalté soit-Il) dit –Ce qui peut être traduit comme «ceux qui implorent pardon juste avant l’aube »(TSC[i], Âl-‘Imrân ‘La Famille D’Imran’ : 17), puis invoque Allah car l’invocation durant cette partie de la nuit est exaucée, ceci avant la prière d’Al Fadjr (l’aube).
Après l’appel à la prière d’Al Fadjr, accomplis la prière du Fadjr, car celle-ci vaut mieux que le monde entier et ce qu'il contient comme a dit le Prophète, puis rends-toi à la mosquée (pour les hommes) pouraccomplir la meilleure des obligations (prière du sobh "matin"). Les compagnons du prophète disaient que celui qui manquait la prière d’Al
Fadjr dans la mosquée était compté parmi les hypocrites.

Et finalement, répète les invocations du matin, car elles te protégeront contre tous les maux qui peuvent être provoqués par les être humains et les djinns durant toute la journée jusqu’au soir. De cette manière le Satan n’osera pas s’approcher de toi. Et même s’il t’arrive de commettre des péchés, tu te repentiras très vite car tu auras établi une forte relation avec Allah qui pourra te permettre d’améliorer ta vie et améliorer ta
conduite, en plus, ta concentration dans les études augmentera, et tu pourras ainsi trouver le délice de la foi dans ton cœur.

C'est ainsi qu'on a fini la précédente leçon, et on continuera les récits des prophètes avec notre prophète Souleymane (paix sur lui). Allah a accordé à Souleymane (paix sur lui) quatre grands miracles, grâce à son invocation -ce qui peut être traduit comme : "Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d'un royaume tel que nul après moi n'aura de pareil. C'est Toi le grand Dispensateur".(TSC, Sād: 35)

Toujours dans ce sens, le Prophète a dit : "Pendant que je priais, Satan m’est apparu sous un aspect humain, quand j’ai fini ma prière je l’ai pris et je l’ai attaché à un pilier de la mosquée pour que vous le regardiez quand vous viendrez à la prière d’Al Fadjr, puis je me suis rappelé la prière de mon frère Souleymane « Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d'un royaume tel que nul après moi n'aura de pareil. » Alors, je l’ai détaché." Notez le souci du Prophète pour l'accomplissement d'une prière faite par un autre prophète depuis des milliers d'années. Parmi les miracles accordés au prophète Souleymane (Salomon) à l’exception de tous les hommes, on y trouve :

Le premier miracle : La connaissance du langage des oiseaux, Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : "Et Salomon hérita de David et dit: "Ô hommes! On nous a appris le langage des oiseaux; et on nous a donné part de toutes choses. C'est là vraiment la grâce évidente. » (TSC, An-naml ‘Les froumis’ : 16) il avait le don de comprendre le langage des oiseaux et des insectes, et entendait les petits sons qu'ils émettent. Une grande faveur de la part d’Allah. A ce propos, le monde a connu un grand bouleversement au décodage des hiéroglyphes par les occidentaux. Mais, rien de tout cela ne s’est produit quand le prophète Souleymane avait appris le langage des oiseaux, mais plutôt, il a remercié Allah de lui avoir accordé cette faveur. Il faut savoir que la civilisation des prophètes est plus grande que n’importe quelle autre civilisation. Malheureusement en occident, on a la ferme conviction qu'il faut séparer la science de la religion pour bâtir une civilisation solide. Pour eux, la religion constitue un obstacle devant la science. La catastrophe est que cette idée est bien enracinée dans l'esprit de certains Musulmans même si, l’idée à l’origine est occidentale.
Pourquoi ?
Quand ils ont écarté l’église du progrès scientifique, ils ont connu un développement inimaginable. Mais ceci est leur problème. Nous, par contre, nous n’avons pas ce genre de problème car notre religion encourage la science, raison de plus, la première parole du Coran est ‘Iqraa’ (lis) ; Le Coran contient beaucoup de versets qui évoquent les différentes sciences naturelles et humaines et qui incitent au savoir.

Malheureusement, ce qui trouble les esprits des gens aujourd’hui est que la science ne s'accommode pas de la religion, être religieux est synonyme de mosquée et d’isolement et point de progrès avec ça.

Heureusement, l’histoire de Souleymane nous démontre l'irrecevabilité de cette idée, car Souleymane (paix sur lui) a utilisé la science sans désobéir à Allah. Au contraire, la religion a servi sa cause, et en conséquence Allah lui a donné ce que n’importe quelle autre civilisation n’a pu avoir jusqu’à nos jours. L’humanité n’a connu aucune autre civilisation qui a pu unir la science et la religion à part la civilisation de Souleymane (Paix sur lui) et celle de Notre Prophète Mohammed.

La Oumma de Mohammed a pu vivre depuis l’apparition de l’Islam et pendant plus de 1300 ans une spiritualité et un culte inégalés, et en même temps elle a innové des sciences qui n’existaient pas à l’époque dans l’histoire de l’humanité comme la science de la critique et de l'agrément par Imam El Boukhari, la sociologie par Ibn Khaldoun, l'algèbre par Al Khawarizmi, la petite circulation sanguine par Ibn Al Nafis. Est-ce que vous vous rendez compte que le premier observatoire astronomique dans le monde a été construit par les musulmans d’Andalousie pour observer le mouvement des planètes ? En plus, la rotondité de la terre a été démontrée par Al-Idrisi dans la première carte illustrant la forme ovale de la terre. Ibn Madjed, le lion des mers a découvert ‘Le Cap de bonne espérance’, et les cartes géographiques musulmanes et tout ce qui est en relation avec la rotondité de la terre se trouvent toujours dans les musés britanniques. Est-ce que vous imaginez que la bibliothèque de Bagdad construite par les Musulmans n’a d’égale dans le monde jusqu’à nos jours ? Est-ce que vous imaginez que les Tatars ont jeté ses livres pour se faire un pont sur les fleuves du tigre et l’Euphrate pour permettre à leurs chevaux de traverser sans se mouiller les pattes ? En revanche les Musulmans ont perdu leurs civilisations quand ils se sont éloignés de leur religion.
Voici la civilisation de Souleymane nous invitant à ne pas se laisser impressionner par les civilisations modernes, de ne pas se faire d'illusions quant à fonder une civilisation en dehors de l’Islam. Car cette dernière s’écroulera certainement comme a été le cas avec la civilisation Russe, la première nation à avoir atteint l'espace; où en est-elle maintenant ? Elle s’est effondrée et a disparu.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Salomon   Mer 19 Déc 2012, 12:55

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : "Et Salomon hérita de David et dit: "Ô hommes! On nous a appris le langage des oiseaux; et on nous a donné part de toutes choses. C'est là vraiment la grâce évidente. » (TSC, An-naml ‘Les froumis’ : 16)

Le premier miracle : La connaissance du langage des oiseaux

Le deuxième miracle : Il lui soumit les djinns et les démons qui travaillaient sous ses ordres, Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « Et d'autres encore, accouplés dans des chaînes. »(TSC, Sād : 38).
Mais, de nos jours, les gens pensent que les djinns ont de l’influence sur tout, et n’hésitent pas à avoir recours à eux, en reniant
ainsi leur foi, tandis que nous constatons qu’Allah a soumis les djinns à Souleymane pour lui bâtir les châteaux et lui extraire les perles de la mer< Pourquoi Allah a-t-Il accordé toutes ces faveurs et miracles à Souleymane? Parce qu’Il voulait l’utiliser pour la gloire de sa religion et non pas pour lui ou pour ses enfants ; Allah exalté soit-Il dit-Ce qui peut être traduit comme :
"[75] Et parmi eux il en est qui avaient pris l'engagement envers Allah : "S'Il nous donne de Sa grâce, nous payerons, certes, la Zakat, et serons du nombre des gens de bien". [76]
Mais, lorsqu'Il leur donna de Sa grâce, ils s'en montrèrent avares et tournèrent le dos en faisant volte-face. [77] Il a donc suscité l'hypocrisie dans leurs cœurs, et cela jusqu'au jour où ils Le rencontreront, pour avoir violé ce qu'ils avaient promis à Allah et pour avoir menti. [78] Ne savent-ils pas qu'Allah connaît leur secret et leurs conversations confidentielles et qu'Allah connaît parfaitement les (choses) inconnaissables. »
(TSC, At-Tawba ‘Le repentir’ : 75, 76, 77,78).

Donc, si tu demandes à Allah de t’accorder une richesse pour la gloire de la religion avec l’intention de l’utiliser pour servir ce dernier, tout en étant sincère, sois sûr que cela arrivera. Je connais personnellement des gens à qui cela est arrivé, comme il m'est arrivé à moi aussi de le vivre. Mais le problème des gens aujourd’hui et qu’ils veulent les faveurs pour eux uniquement sans penser à servir la religion. Leurs soucis sont devenus soi-même, la famille et les enfants, et cela a dominé l’amour et le sacrifice pour l’Islam. Devant cette négligence envers notre religion, on est devenu une proie facile pour les ennemis de l’Islam. Cependant l’Islam ne retournera fort que si on diminue notre ego et on valorise la religion d’Allah à nos yeux.
Allah exalté soit-Il dit-Ce qui peut être traduit comme : "Et parmi les djinns il y en a qui travaillaient sous ses ordres, par permission de son Seigneur. Quiconque d'entre eux, cependant, déviait de Notre ordre, Nous lui faisions goûter au châtiment de la fournaise. [13] Ils exécutaient pour lui ce qu'il voulait: sanctuaires, statues, plateaux comme des bassins, et marmites bien ancrées. - "Ô famille de David, œuvrez par gratitude", alors qu'il y a eu peu de Mes serviteurs qui sont reconnaissants(TSC, Saba’ : 12, 13.)

Les sanctuaires ce sont les mosquées, tandis que les statues n’étaient pas interdites à l’époque, les plateaux comme des bassins gigantesques sont les plateaux dans lesquels mangeait tout le village, et les marmites -pluriel de marmite- bien ancrées comme un grand bâtiment sous lequel des piliers de pierre les tenaient pour qu'elles ne tombent pas. Il a employé les djinns pour la gloire de l’Islam et non pas pour faire et propager le mal ou les légendes, ou autres. Il n’est donc pas permis à un humain de recourir aux djinns car ceci ne ferait qu’augmenter ses maux.

Le troisième miracle : Il lui soumit les vents, Allah exalté soit-Il dit-Ce qui peut être traduit comme « Nous lui assujettîmes alors le vent qui, par son ordre, soufflait modérément partout où il voulait. » (TSC, Sād : 36).
Les vents allaient et venaient selon ses ordres, ils transportaient les nuages d’un village à l’autre pour que les Musulmans puissent se nourrir. Pour combattre les ennemis de l’Islam, il ordonna une gigantesque natte de bois transportant les djinns, les humains, les
oiseaux et les animaux qui combattront avec lui, et des lions, des tigres, et des aigles qui avaient pour mission l’inspection des lieux. Un événement chose magnifique jamais vécu dans le monde auparavant.
Puis il ordonna aux vents de transporter la natte avec tout ce qu’elle contient ; Allah exalté soit-Il dit-ce qui peut être traduit comme : « Et à Salomon (Nous avons assujetti) le vent, dont le parcours du matin équivaut à un mois (de marche) et le parcours du soir, un mois aussi. » (TSC, Saba’ : 12). C'est-à-dire la distance que les gens parcourent en un mois, Souleymane la parcourrait en un temps équivalent à la période entre l’aube et le lever du soleil, est-ce que vous imaginez ?

Et si on raconte ces choses aux mécréants, ils ne nous croiront pas et ils nous accuseront de fous malgré tous les miracles que la civilisation moderne a connus. Par contre, Le Coran nous décrit comme « ceux qui croient en l’inconnu » nous croyons qu’Allah est le possesseur du règne, et tant que c'est indiqué explicitement dans des versets ou des hadiths on y croit. Mais je voudrais que vous imaginiez avec moi les compagnons du prophète pendant qu’ils entendaient ces versets et l’Islam étant encore une religion nouvelle. Vous imaginez la force de leur foi. Pour nous, c’est différent car on a pu assister aux progrès technologiques comme les avions, les fusils, et les sous-marins, etc. Alors, notez donc la force de certitude et de croyance que les compagnons avaient pour le Prophète celui qui fut transporté de la Mecque jusqu’en Palestine sur ‘Al Bourak’ (Bête entre le mulet et le cheval), puis il fut élevé jusqu’au septième ciel, le dépassant jusqu’à ‘Soudrate Al Mountaha’, puis il retourna en Palestine et de là jusqu’à la Mecque de nouveau ; Tout cela en une partie de la nuit.

Qurayche a su la nouvelle, et a informé Abou Bakr de ce que le Prophète a dit. Abou Bakr l’a cru aussitôt et a prononcé sa fameuse phrase : Je le crois, et puisqu'il l'a dit donc cela est vrai. Depuis ce jour, le Prophète l’a surnommé ‘Assidîque’ (celui qui croit). Donc, mes frères, on constate que plus ta foi est forte et ton souci pour l’Islam est grand, plus Allah te glorifie et t’élève. Il fera en sorte de te libérer des problèmes pour que tu puisses te consacrer à ta religion. Une fois ce niveau atteint, tu perfectionneras ton travail, tu réussiras dans la vie et tu hisseras les valeurs de la religion du Tout puissant.

Le quatrième miracle : Il lui soumit les minerais, Allah exalté soit-Il dit :
Ce qui peut être traduit comme « Et pour lui Nous avons fait couler la source de cuivre. » (TSC, Saba’ :12) C'est-à-dire on lui a soumis la terre qui coule de cuivre fondu pour qu’il puisse fabriquer des armes à utiliser pour combattre les ennemis de Dieu. Il est clair que la cause de notre religion domine complètement l'être de Souleymane (Paix sur lui).
Mais pourquoi Allah n’a-t-Il pas accordé ces miracles au Prophète Mohammed surtout si l’on considère qu’il est le préféré des messagers, des prophètes, et de toute l'humanité ?

La réponse est qu’Allah a voulu que le miracle du prophète soit plus grand que les quatre miracles de Souleymane : Transformé des gens qui idolâtraient les statues, enterraient vives les fillettes, commettaient des immoralités, et s’entretuaient entre eux pendant des dizaines d’années en la meilleur des nations dans l’histoire humaine tout entière, grâce à la révélation du Coran, surtout quand ils ont appliqué les dispositions d’Allah qui leur ont permis de guider le monde pendant 1300 ans. En effet, cette nation a accompli ce que les djinns, les vents, et les minerais n’ont pas pu faire. Haroun Ar-Rachid (calife du temps des abbassides) observa un nuage au ciel et dit : déverse ta pluie où tu veux ! Où que tu pleuvras, ta récolte atteindra les Musulmans. Dans un autre récit ‘Ta dîme me reviendra’. Pourquoi ? Parce que à l’époque, la majorité des terres ont été Musulmanes, et les incroyants payaient une dîme ‘Jizzya’.

Allah nous apprend à travers la maladie de Souleymane que le fait d’avoir des miracles ne l’épargne pas des dures épreuves. En fait, à cause d’une maladie grave, Souleymane paix sur lui, n’arrivait même pas à bouger son corps. Donc les épreuves sont nécessaires pour ne pas succomber aux tentations de la vie. Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme « Et Nous avions certes éprouvé Salomon en plaçant sur son siège un corps. Ensuite, il se repentit.»(TSC, Sād : 34) Nous avions certes éprouvé Salomon en plaçant sur son siège un corps veut dire que le corps est devenu inerte et sans mouvement, il se repentit Souleymane , s’est repenti. Et a imploré le pardon pendant longtemps et Allah l’a soulagé.

Souleymane amait beaucoup les chevaux, il aimait les contempler et les passer en revue. Un jour il a oublié d’accomplir une prière, alors il ordonna que tous ces chevaux soit employés pour l'armée de défense, il les passait en revue de nouveau, mais cette fois-ci pour les préparer. Au début c’était de l’admiration pour ces chevaux, Allah exalté soit-Il dit -ce qui peut être traduit comme « Et à David Nous fîmes don de Salomon, -quel bon serviteur! - Il était plein de repentir. [31] Quand un après-midi, on lui présenta de magnifiques chevaux de course, [32] il dit: "Oui, je me suis complu à aimer les biens (de ce monde) au point (d'oublier) le rappel de mon Seigneur jusqu'à ce que (le soleil) se soit caché derrière son voile. [33] Ramenez-les moi." Alors il se mit à leur couper les pattes et les cous. » (TSC, Sād : 30, 31, 32, 33) jusqu'à ce que (le soleil) se soit caché derrière son voile, c'est-à-dire jusqu’au coucher du soleil. Mais après il a commencé à choisir lui-même les chevaux aptes à l'armée de défense, et caresser leurs cous et leurs pattes. Dieu l'a doué de sagacité et de perspicacité à tel point qu’il a dépassé Dawûd dans ce domaine.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Salomon   Sam 22 Déc 2012, 16:11

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme «[78] Et David, et Salomon, quand ils eurent à juger au sujet d'un champ cultivé où des moutons appartenant à une peuplade étaient allés paître, la nuit. Et Nous étions témoin de leur jugement [79] Nous la fîmes comprendre à Salomon. Et à chacun Nous donnâmes la faculté de juger et le savoir »(TSC, Al-‘Anbiya’ ‘Les prophètes’ : 78, 79).

Un jour, deux personnes avaient un litige, et ils se sont rendus chez Dawûd (David) (paix sur lui) pour qu'il juge de leur affaire. L’une d'eux avait une terre qu’elle cultivait, et dont la récolte avait poussée. Tandis que son voisin
possédait un troupeau de moutons qu'il enfermait chaque nuit pour qu'ils ne sortent pas. Mais une de ces nuits, il a oublié de les enfermer, et ils sont sortis et ont brouté dans les champs de son voisin. Dawûd a décidé que le propriétaire de la terre prenne le troupeau pour le traire, tandis que le berger cultivera la terre jusqu’à une nouvelle récolte, et récupérera ainsi son troupeau.

Le but derrière cette histoire est de nous stimuler à nous servir de notre intelligence, car la sagesse est le résultat de l’usage de l’intelligence, et ceci est une chose que notre religion nous encourage à faire. Donc l’idée qui dit que le pratiquant n’a ni sagesse, ni intelligence est une idée fausse et corrompue.

Une autre cause qui se base sur la compréhension de la nature psychologique humaine est citée dans un hadith du ‘Sahih Al Boukhari’ (hadith authentique) : Deux femmes se sont rendues chez Dawûd (David) paix sur lui, pour obtenir un jugement concernant un enfant. L’histoire est que les deux femmes avaient chacune un nourrisson. Le nourrisson de la plus âgée est mort, alors elle enleva celui de la femme moins âgée. Dawûd (paix sur lui) a jugé sur la base des preuves et évidences qui ont été en faveur de la plus âgée car la moins âgée n’avait pas de preuve. Alors Souleymane dit aux deux femmes que si elles n’étaient pas satisfaites du jugement, il coupera l’enfant entre elles. A ce moment là, la femme moins âgée a crié, et l’a supplié de le laisser vivre, et concéda que c’est bien l’enfant de l’autre femme. Alors Souleymane réalisa qu'elle est bien sa vraie mère.

Ali Ibn Abi Taleb (Qu’Allah soit satisfait de lui) était connu par sa sagesse, sa noblesse, et son intelligence. Dans une ville qui s’appelait ‘Al Kouffa’, il y avait un puits sans eau. Un jour, un lion est tombé dans ce puits, alors tous les habitants d’Al Kouffa sont venus voir le lion. Le désordre a provoqué la chute d’un homme dans le puits. Au moment de la chute, l’homme s’est tenu à un autre, ce qui a provoqué la chute de celui-ci aussi, ce dernier à son tour a glissé avec les autres et s’est tenu lui aussi à un quatrième homme. Les quatre hommes sont tous tombés dans le puits, le lion les a tous mangés. La dîme (le prix du sang versé) était de cent (100) chamelles. Ali Ibn Taleb fut désigné pour juger de l’affaire, alors il a accordé au premier 25 (vingt-cinq) chamelles car il a causé la mort de trois autres, au troisième 50 (cinquante) chamelles, car il a causé la mort de deux premiers, au deuxième 75 (soixante-quinze) chamelles car il a causé la mort du quatrième, et au quatrième il a accordé 100 (cent) chamelles, car il n’a causé la mort de personne. Mais qui paiera la dîme (le prix du sang versé) aux familles des victimes ?
Toutes les personnes présentes ce jour là autour du puits pour regarder le lion et qui ont provoqué le désordre. Notez bien le résultat de l’intelligence qui se rallie à la foi. On voudrait que nos jeunes soient comme cela. Ouvrons le Coran sur la Sourate ‘An-naml’ verset 15, Allah Exalté soit-Il dit : ce qui peut être traduit comme « Nous avons effectivement donné à David et à Salomon une science; et ils dirent: "Louange à Allah qui nous a favorisés à beaucoup de Ses serviteurs croyants. » Allah leur a accordé des faveurs magnifiques, mais la plus importante des faveurs est la connaissance. Concernant ce sujet, est ce qu’il y a quelqu’un parmi nous qui lit pendant l’été ? Chacun dans sa spécialité, soit étudiant ou travailleur ? Est-ce qu’on fait des recherches dans ces spécialités respectives et on invente des idées nouvelles ? Où en est le souci de la connaissance chez nos diplômés ? Comment peut-on être la Oumma de ‘Iqraa’ (la nation de la lecture) sans se soucier de la connaissance ? Est-ce qu’on doit laisser la cause de la connaissance uniquement aux non Musulmans ? Dans les métros de Londres ou Paris par exemple, la plus part des voyageurs tiennent un livre à la main malgré l’affluence. C’est justement pour cela qe les musulmans sont dépassé et ils ont réussi. Donc ! Aux jeunes, je dis qu’il faut étudier et apprendre, non pas pour obtenir des diplômes, mais pour le bien de la religion de Dieu.

Se dédier uniquement au culte et laisser la connaissance n’apportera pas grand-chose à l’Islam. Donc le souci principal des jeunes durant l’été prochain doit être les sciences de la religion et les sciences de la vie. Il faut maîtriser une langue étrangère car cela fait partie de notre religion, l’étude d'une nouvelle langue doit être une sorte de culte voué à Allah. Tu dois apprendre à bien conduire une voiture et en même temps tu dois apprendre les sciences de la religion, celles contenues dans la Sunna du Prophète (BP sur lui) et du ‘Fiqh’ (la jurisprudence de la religion). Il faut apprendre l’art du ‘Tajwîd’ (psalmodie du coran). Allah a honoré Dawûd et Souleymane (paix soit sur eux) avec la connaissance. En effet, les Oulémas disent que la connaissance est la grâce pour laquelle ils ont remercié le plus Allah s’appuyant au verset : Ce qui peut être traduit comme : « Et ils dirent: "Louange à Allah qui nous a favorisés à beaucoup de Ses serviteurs croyants.16.Et Salomon hérita de David.(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 15,16).

Qu’est ce que Souleymane a hérité de Dawûd ? La connaissance et la prophétie. En ce sens, un hadith du Prophète: ‘ Nous les prophètes on ne laisse pas en héritage l’argent et les biens, mais on laisse en héritage ce savoir’. Car si tu apprends avec la sincère intention de servir l’Islam et pour pouvoir enseigner à ton tour ce que tu as appris, tu seras de ceux que décrit le Prophète dans ce hadith : « Allah, Ses anges, ceux qui vivent sur la terre et dans les cieux, même la fourmi dans sa fourmilière, et les poissons prient pour celui qui enseigne aux gens le bien ». Cependant, imagine la récompense si tu enseignais la science du ‘Tajwîd’ ou l’usage de l’informatique avec l’intention de servir l’Islam ; Les fourmis prient pour toi et implorent Allah pour qu’Il t’accorde le pardon et la bénédiction, même les poissons dans la mer te connaissent par ton nom et implorent Allah pour qu’Il soit satisfait de toi selon le hadith authentique du véridique « le mérite du savant sur l’adorateur est aussi grand que mon mérite sur le plus déprécié parmi vous ». Remarquez-vous donc, comment le mérite du prophète est loin de celui du plus désavoué de nous? Aussi le mérite de celui qui possède la connaissance de la religion et de la vie est aussi loin de celui qui prie durant toute la journée. Et avec le souci de réussir, ton aversion envers les livres se transformera en un plaisir immense car ton but devient celui de produire un Musulman réussi et non pas tricheur.

Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme « Et Salomon hérita de David et dit: "Ô hommes! On nous a appris le langage des oiseaux; et on nous a donné part de toutes choses. C'est là vraiment la grâce évidente. » (TSC, An-naml ‘Les fourmis’ : 16).Solaïman ne s’est pas attribué le bien à lui-même, disant que tout cela était grâce à son intelligence et son habilité, mais plutôt il reconnaît que c’est une grâce accordée par Allah.
Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme ]« Et furent rassemblées pour Salomon, ses armées de djinns, d'hommes et d'oiseaux, et furent placées en rangs. » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 17). Il les a rassemblé et classé chacun selon sa race, une armée disciplinée et unie.
Vous imaginez ! L’armée de de la religion d'Allah a été un jour constitué d’oiseaux, de djinns et d'humains. « Des races variées » Notez la force de cette religion, toute l’armée est sous les ordres de Souleymane (paix sur lui), pour la gloire de celle_ci.
Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme : « Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit: "Ô fourmis, entrez dans vos demeures, (de peur) que Salomon et ses armées ne vous écrasent (sous leurs pieds) sans s'en rendre compte. » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 18)Celle-ci est la fourmi la plus éloquente sur terre car elle possède une éloquence hors norme ; elle a employé tous les instruments de la langue arabe dans une seule phrase :
O< Appeler / Fourmis< mettre en garde / Entrez< ordonner / ne vous
écrasent< avertirSes armées< Généraliser / Sans s’en rendre compte< excuser.

Dans une seule ligne, six styles de la langue arabe. Un autre atout chez cette fourmi c’est sa positivité et son sens du sacrifice pour son ‘peuple’. Ceci est un message aux négatifs, ceux qui ne s’intéressent qu’à se nourrir et boire, et à leurs enfants uniquement, ils ne s’intéressent pas au sort des gens. Il se peut qu’il t’arrive de te trouver devant quelqu’un qui fume, mais tu n’oses pas lui demander d’éteindre sa cigarette qui te nuit. Il se peut qu’il t’arrive de voir une faute, mais tu n’interviens pas pour la corriger de peur que tu sois contrarié.

Il se peut qu’il t’arrive d’entendre quelqu’un qui insulte la religion devant toi, mais tu n’interviens pas pour l’éduquer. Il est clair qu’il ne faut pas aller vous disputer avec les gens, mais plutôt parlez au gens avec habilité et respect et sachez que la personne la plus mauvaise sur terre est la personne négative. Il faut apprendre à être positif, et si un jour il t’arrive de ne pas agir positivement, fais-toi un examen de conscience et demande-toi comment tu as pu rester passif ? Ceci n’est pas une invitation à la révolte. Attention ! Pas de violence. Fais les changer en utilisant la bonne manière et sois bien instruit. Ne recule pas devant les événements, mais dès que l’occasion se présente, soit positif et gentil.
Personnellement je connais quelqu’un qui voyageait en avion à destination d’un pays arabe, il trouva qu’à bord on servait les boissons alcooliques, il n’a pas renversé le verre, mais il a écrit une réclamation d’une manière adéquate et civilisée : Le Prophète dit : « vous ordonnerez le bien et vous interdirez le blâmable, ou bien Dieu vous fera subir Son châtiment, et vous prierez alors Dieu et Il ne vous secourra pas » L’une des causes qui fait que nos prières ne sont pas exaucées est le silence devant le péché.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Salomon   Dim 23 Déc 2012, 18:10

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Nous reprenons la suite d l'histoire du prophète Salomon à partir de ce verset; Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme : « Et Salomon hérita de David et dit: "Ô hommes! On nous a appris le langage des oiseaux; et on nous a donné part de toutes choses. C'est là vraiment la grâce évidente. »« Et furent rassemblées pour Salomon, ses armées de djinns, d'hommes et d'oiseaux, et furent placées en rangs. »« Quand ils arrivèrent à la Vallée des Fourmis, une fourmi dit: "Ô fourmis, entrez dans vos demeures, (de peur) que Salomon et ses armées ne vous écrasent (sous leurs pieds) sans s'en rendre compte. » « Il sourit, amusé par ses propos et dit: "Permets-moi Seigneur, de rendre grâce pour le bienfait dont Tu m'as comblé ainsi que mes père et mère, et que je fasse une bonne œuvre que tu agrées et fais-moi entrer, par Ta miséricorde, parmi Tes serviteurs vertueux ».(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 19)

Essayez d’imaginer Souleymane (paix sur lui) en train d'écouter les petits sons qu'émirent les fourmis ! Quelle grande faveur ? Comment la fourmi a–t-elle pu reconnaître Souleymane ? On peut le déduire à travers le précédent hadith « Allah, Ses anges, ceux qui vivent sur la terre et dans les cieux, même la fourmi dans sa fourmilière, et les poissons prient pour celui qui enseigne aux gens le bien »

Donc, les personnes qui incitent au bien et appellent les gens à obéir à Allah, et qui font les bonnes œuvres sont elles aussi connues par toutes les créatures de l’univers. Mais pourquoi Souleymane a-t-il ri ? D’après le verset, on note qu’il a commencé par le sourire jusqu’au rire. Admirez la minutieuse description coranique de l’état du rire, ceci parce que la fourmi a dit « sans s'en rendre compte ». Car la fourmi à travers son instinct sait que l’armée de Dieu ne peut écraser une fourmilière, car c’est une armée pieuse et pure. C’est pour cette raison que Souleymane (paix sur lui), a ri. Il a découvert que tout l’univers savait que les serviteurs de Dieu sont pieux.

Observez la personnalité de Souleymane (paix sur lui), une personnalité qui sait ce qu’elle veut, la gloire de sa religion. Ici, on est devant un sens très important; La soumission à Dieu implique de ne pas commettre d'injustice contre la fourmi, elle même étant une petite créature de Dieu.

Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme «Permets-moi Seigneur, de rendre grâce pour le bienfait dont Tu m'as comblé» (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 19) C’est à dire aide-moi Seigneur à unir mes
forces, mon énergie, mon intelligence, mon être entier, et tout ce que je possède pour Te remercier. Est-ce qu’il y a quelqu’un parmi nous qui possède ce haut sentiment de reconnaissance envers Allah ? Dawûd l’a dit auparavant, « O Seigneur comment puis-je Te remercier, alors que mon remerciement pour Toi est une faveur qui mérite d’être remerciée ? »

Allah dit : « Dawûd le faite de le savoir veut dire que tu M’as déjà remercié. » Est-ce qu’il y a quelqu’un parmi nous qui occupe son esprit en remerciant Allah ? Est-ce qu’il arrive à compter les faveurs et les grâces d’Allah ? Et qu’il pleure ensuite et dise : ô Allah je te remercie pour telle grâce et telle grâce.

Allah exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme « Si vous êtes reconnaissants, très certainement J'augmenterai (Mes bienfaits) pour vous » (TSC, Ibrahim ‘Abraham’ : 7) Plus tu remercies Dieu, plus Il te
donne. Si tu veux être plus doué, plus riche, et plus intelligent, remercie Dieu et utilise Ses faveurs dans le bien. Utilise ton énergie pour lui obéir, car ainsi, Allah te facilitera les choses. Dieu exalté soit-Il dit : Ce qui peut être traduit comme « O famille de David œuvrez par gratitude, alors qu'il y a eu peu de Mes serviteurs qui sont reconnaissants » (TSC, Saba’ : 13). J’ai la chair de poule, dès que j’entends « Permets-moi Seigneur »à la fin du verset, Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « fais-moi entrer, par Ta miséricorde, parmi Tes serviteurs vertueux »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 19)

Il espère faire partie des bons serviteurs même s’il est déjà l’un de leurs guides. Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : «.Puis il passa en revue les oiseaux et dit: "Pourquoi ne vois-je pas la huppe? Est-elle parmi les absents? » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 20) Souleymane était tellement précis et organisé qu’il passait en revue lui-même ses soldats composés de différentes espèces. L’armée doit être toujours en alerte pour défendre ces terres et demeures.

Un jour il remarqua l’absence de la huppe. Notez la précision et comment qu'il a pu noter l’absence de la huppe parmi beaucoup d’autres. Quelques exégètes ont une version un peu originale qui dit que la huppe voletait dans un endroit qui empêche la chaleur du soleil d’atteindre Souleymane, mais il n’y a pas de preuves concernant ce sujet. En revanche, quelle est la vraie histoire et où était la huppe ?
La huppe savait que les soldats devaient se rassembler le matin très tôt, elle volait à la recherche de sa nourriture, et pendant qu’elle s’apprêtait à emprunter le chemin de retour comme chaque bon soldat qui doit rejoindre les rangs de ses compagnons, et se trouvant à une certaine attitude, elle remarqua des gens se prosternant devant le soleil ?

Malgré la distance lointaine entre la Palestine et le Yémen, la huppe réfléchissait sur la décision à prendre. Rejoindre les rangs des soldats ou partir découvrir de près cette catastrophe ? La positivité de la huppe a penché, elle n’a pas accepté le fait de faire la queue avec les soldats en voletant uniquement. La mention de la positivité a été citée dans deux versets. Elle arriva à la conclusion qu’elle ne peut laisser échapper ce mystère sans découvrir les détails. Elle commença à les observer et à chercher plus dans les détails. Elle s’infiltra parmi eux et elle trouva une femme qui les gouvernait.

À tous ceux qui se désintéressent du sort des gens, nous disons que nous ne racontons pas seulement des histoires. Mais le but est que chacun d’entre nous doit avoir dans son cœur du souci pour notre religion. Croyez-moi ! La situation des Musulmans changera vers le bien et l’image de l’univers aussi changera. Il ne faut pas vivre enfermé sur soi-même et désobéissant. En revanche, si on s’entraide, notre position se renforcera jour après jour, on sera plus sûr, et on sera entouré de bons compagnons. Chers amis, la huppe a eu du souci pour la religion de Dieu, elle est soumise à la volonté de Dieu et est concernée par une cause. Ce n’est pas uniquement des paroles. Allah nous a cité cet exemple de la huppe pour qu’on arrive à avoir honte de nous même et pour qu’on ait du souci pour notre religion. Ce n’est pas uniquement une leçon religieuse à laquelle tu assistes, mais plutôt une cause de religion qui doit remplir ton cœur et constituer la cause de ta vie.

La huppe est de retour, mais Souleymane avait menacé de la punir sévèrement, car elle a tardé, surtout si on sait que l’armée Musulmane doit être disciplinée ; Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : «.Puis il passa en revue les oiseaux et dit: "Pourquoi ne vois-je pas la huppe? Est-elle parmi les absents? Je la châtierai sévèrement! Ou je l'égorgerai! Ou bien elle m'apportera un argument explicite. » (TSC, An-naml ‘Les fourmis’ : 20,21) « un argument explicite. » C’est du sérieux. Imaginez le grand effort de la huppe pour voler en aller et retour. Alors que tu n’arrives même pas à parler à ton voisin à cause de ta fainéantise. Les autres oiseaux prévoyaient que Souleymane allait déplumer la huppe, mais cette dernière n’avait pas peur. J’aimerais que vous viviez la scène avec moi, comme si on était là-bas; Allah exalté soitIl dit - Ce qui peut être traduit comme : « Mais elle n'était restée (absente) que peu de temps, et dit: "J'ai appris ce que tu n'as point appris; et je te rapporte de Saba' une nouvelle sûre »: (TSC, An-naml ‘Les fourmis’ : 22).

C’est à dire elle s'est tenu près de Souleymane, tranquille, elle s’est mise devant lui et elle s’est exprimée dans des paroles qui sont citées dans le Coran et qu'on lira jusqu’au jour du jugement; Des paroles qui ne peuvent être prononcées que par un fidèle pour sa religion, un dévoué sûr de lui : Dieu exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « J'ai trouvé qu'une femme est leur reine, que de toute chose elle a été comblée et qu'elle a un trône magnifique » (TSC, An-naml ‘Les fourmis’ : 23) elle a des détails précis. Notez le verset qui suit ; quel dévouement, Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « Je l'ai trouvée, elle et son peuple, se prosternant devant le soleil au lieu d'Allah. Le Diable leur a embelli leurs actions, et les a détournés du droit chemin, et ils ne sont pas bien guidés. 25 Que ne se prosternent-ils devant Allah qui fait sortir ce qui est caché dans les cieux et la terre, et qui sait ce que vous cachez et aussi ce que vous divulguez? » (TSC, Annaml ‘Les Fourmis’ : 24,25)

Est-ce qu’il y a quelqu’un parmi nous qui a du sang qui bouillonne pour la religion de Dieu, pour sa famille et ses amis ? ‘Al Khaba’ est la nourriture de la huppe qui se trouve sous les plantes. L’amour que la huppe a pour Dieu est relié à la source de sa nourriture. C’est Dieu qui me nourrit, la même chose pour nous, apprenez de la huppe. Elle sait que ce n’est pas l’habilité de son bec qui lui fait sortir la nourriture, mais c’est Dieu qui fait en sorte que son bec coïncide avec la graine : Dieu exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : «et qui sait ce que vous cachez et aussi ce que vous divulguez? »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ :25). Quand il a cité ‘Al khaba’ (le caché), il a cité aussi les mystères des cœurs et des consciences dont seul notre seigneur en connaît le contenu. Elle a aussi décrit le trône de la reine et elle a dit : Dieu exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « et qu'elle a un trône magnifique » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 23) mais elle s’est rappelée que le trône de la reine ne vaut rien devant celui du seigneur de l'Univers ; Dieu exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « Allah! Point de divinité à part Lui, le Seigneur du Trône Immense » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 26). De combien de huppes a t-on besoin dans notre société ? Est-ce qu’il y a quelqu’un qui se sente influencé par la huppe et voudrait l’imiter ?

On est devant des significations fantastiques dans ces versets, Ce livre sacré n’a pas de signification limitée, les réponses et ses signes n’en finissent pas. D’une même parole on peut tirer beaucoup de descriptions et de significations, par exemple, les qualités d’un bon dirigeant. Quelles sont les qualités d’une personnalité couronnée de succès dans l’institut, l’école, ou à l’hôpital, etc. ?

1. L’inspection des oiseaux : Un bon dirigeant inspecte les employés et demande de leurs nouvelles.

2. Ne pas se précipiter, ne pas être impulsif : S’il s’est précipité en commençant par les menaces, il se peut que la que la huppe soit restée à ses côtés.

3. Fermeté : Un dirigeant ne doit pas avoir une personnalité fragile, afin d’éviter le désordre au sein de l’armée.

4. La justice : « ou bien elle m'apportera un argument explicite ».(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 20).

5. Ecouter les employés : Si la huppe ne savait pas cela, elle aurait pris la fuite, mais elle « Mais elle n'était restée (absente) que peu de temps»(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 22).

Ce sont les cinq qualités que doit avoir un bon dirigeant. Nous aurions dit que c'est là l'enseignement de l’art, de la méthode du Management et des qualités d’un bon employé.

Interprétation:

1. La positivité : l’employé ne doit se rendre au travail éternellement du matin au soir se contentant de la routine, en revanche, il doit inventer les idées et les nouveaux projets pour son travail pour qu’il puisse réussir et gravir les échelons.

2. Etre sûr de soi : c’est un atout très important et essentiel« Mais elle n'était restée (absente) que peu de temps »

3. La capacité de classer les priorités : Une chose est plus prioritaire que l’autre. Solaïman (paix sur lui) a compris la décision de la huppe. Si elle avait regagné les rangs des soldats, elle ne saurait retourner au même endroit, là où elle a observé les gens.

4. La précision dans la transmission des nouvelles : « et je te rapporte de Saba' une nouvelle sûre »: (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 22) C’est une connaissance de l’administration fantastique et complète.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Salomon   Mer 02 Jan 2013, 20:10

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Salomon espère faire partie des bons serviteurs même s’il est déjà l’un de leurs guides. Allah exalté soit-Il dit par la suite - Ce qui peut être traduit comme : «.Puis il passa en revue les oiseaux et dit: "Pourquoi ne vois-je pas la huppe? Est-elle parmi les absents? Je la châtierai sévèrement! Ou je l'égorgerai! Ou bien elle m'apportera un argument explicite. » (TSC, An-naml ‘Les fourmis’ : 20,21)

La huppe savait que les soldats devaient se rassembler le matin très tôt, elle volait à la recherche de sa nourriture, et pendant qu’elle s’apprêtait à emprunter le chemin de retour comme chaque bon soldat qui doit rejoindre les rangs de ses compagnons, et se trouvant à une certaine attitude, elle remarqua des gens se prosternant devant le soleil ?

Pour cette absence Souleymane avait menacé de la punir sévèrement, car elle a tardé. « Mais elle n'était restée (absente) que peu de temps, et dit: "J'ai appris ce que tu n'as point appris; et je te rapporte de Saba' une nouvelle sûre »« J'ai trouvé qu'une femme est leur reine, que de toute chose elle a été comblée et qu'elle a un trône magnifique" « Je l'ai trouvée, elle et son peuple, se prosternant devant le soleil au lieu d'Allah. Le Diable leur a embelli leurs actions, et les a détournés du droit chemin, et ils ne sont pas bien guidés. 25 Que ne se prosternent-ils devant Allah qui fait sortir ce qui est caché dans les cieux et la terre, et qui sait ce que vous cachez et aussi ce que vous divulguez? » (TSC, Annaml ‘Les Fourmis’ : 24,25)

Allah exalté soit-Il dit- Ce qui peut être traduit comme : « Alors, Salomon dit: "Nous allons voir si tu as dit la vérité ou si tu as menti. 28 Pars avec ma lettre que voici; puis lance-la à eux; ensuite tiens-toi à l'écart d'eux pour voir ce que sera leur réponse. »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 27,28) Pourquoi la huppe plus précisément? Il aurait pu charger une autre personne de cette mission. En réalité il voulait que la huppe bénéficie d'une récompense car c’est elle qui a fait la découverte.

Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « ensuite tiens toi à l'écart d'eux » à fin de ne pas les espionner. Notez les mœurs ! «
Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « 29.La reine dit: "Ô notables! Une noble lettre m'a été lancée. 30 Elle vient de Salomon; et c'est: "Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, 31 Ne soyez pas hautains avec moi et venez à moi en toute soumission". »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 29, 30,31). Il est évident qu’elle ne veut pas la guerre et qu’elle cherche depuis le début la paix. La lettre qu’elle a reçue contient quatre paroles : Ne soyez pas hautains avec la religion et soumettez-vous à Allah. On dit que Solaïman (paix sur lui), a été le premier à écrire l’expression ‘Au Nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux’

Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « 32. Elle dit: "Ô notables! Conseillez-moi sur cette affaire: je ne déciderai rien sans que vous ne soyez présents (pour me conseiller). »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 32). Il est évident que c’est une femme très intelligente, le Coran a montré que c’est une femme qui possède une intelligence et un sens de la consultation, et le respect de son peuple.

De là on déduit un point très important; l’Islam ne considère pas la femme en tant que créature avec une conscience faible. La signification du hadith du Prophète « leurs (les femmes) religion et leur raison sont amoindries » ne veut pas dire qu’elles n'accomplissent pas convenablement ce que la religion leur ordonne, mais plutôt l'absence de pratique à des périodes en matière de religion est dû aux périodes de menstruations (où la femme est exemptée de prières et du jeûne). Donc une diminution en ce qui concerne la quantité et non pas la qualité. Ceci est une description de son état qui n'est en aucun cas péjoratif. Certains disent que Allah a accordé à la femme une sentimentalité très élevée qui des fois prédomine sur la raison. Et qu'elle est par définition moins apte à juger ou gérer que l'homme. Observez comment le Coran démontre le contraire de cela ! Il nous montre l’intelligence de la reine et la manière avec laquelle elle raisonne. En plus, on retrouve beaucoup d'exemples dans l’histoire humaine qui montrent son intelligence et l'habilité de ses jugements.

Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « 33 Ils dirent: "Nous sommes détenteurs d'une force et d'une puissance redoutable. Le commandement cependant t'appartient. Regarde donc ce que tu veux ordonner ».(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 33). Il est évident qu’ils ont tendance à la guerre, mais ils ont choisi de lui laisser la décision finale. Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « 34 Elle dit: "En vérité, quand les rois entrent dans une cité ils la corrompent, et font de ses honorables citoyens des humiliés. Et c'est ainsi qu'ils agissent ».(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 34).

Elle penche vers la paix, vu sa nature de femme. En attendant, elle mit au point une stratégie pour voir s’il est vraiment un prophète ou seulement un roi qui convoite un royaume ; Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « Moi, je vais leur envoyer un présent, puis je verrai ce que les envoyées ramèneront.» Je vais lui envoyer un présent. Si c’est un homme avide, il le prendra et se taira, et, on sera tranquilles après. Par contre, s’il est un homme avec une religion et un culte, il refusera le présent et il insistera sur son invitation à Allah et sur son message. Dans ce cas, on ne le combattra guère< Que pensez-vous de l’intelligence de cette femme ?

Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « 36. Puis, lorsque (la délégation) arriva auprès de Salomon, celui-ci dit: "Est-ce avec des biens que vous voulez m'aider? Alors que ce qu'Allah m'a procuré est meilleur que ce qu'Il vous a procuré. Mais c'est vous plutôt qui vous réjouissez de votre cadeau, 37. Retourne vers eux. Nous viendrons avec des armées contre lesquelles ils n'auront aucune résistance, et nous les en expulserons tout humiliés et méprisés. » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 36,37). Elle lui a envoyé une délégation avec un grand cadeau, mais Souleymane dès qu’il a vu cela, il dit ce qu’Allah m’a accordé en prophétie et héritage de la science et du miracle vaut plus que ce que vous avez, mais c'est plutôt vous qui vous réjouissez de la vie terrestre. Notez la force de la religion exprimé dans ces versets et la précision de l’expression Coranique qui nous montre combien la religion est honoré.

Il a convoqué la délégation et lui a transmis sa réponse ; Il va envoyer une grande armée. Alors la femme sage décida d’aller le rencontrer. Quand Souleymane a appris son arrivée et qu’elle était une femme intelligente, il décida de ne pas faire sortir l’armée. En revanche, il a voulu l’impressionner par sa civilisation celle du monothéisme pur.

Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « 38. Il dit: "Ô notables! Qui de vous m'apportera son trône avant qu'ils ne viennent à moi soumis? »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 38) dès qu’elle arrivera, elle trouvera son trône chez moi. Le but ici n’est pas de se vanter, mais plutôt pour lui démontrer la civilisation et la force de la vraie direction. Donc si tu ne possèdes pas des atouts (Habilité, langue, don, etc.) avec lesquels tu peux impressionner les gens pour les convaincre d’embrasser l’Islam, ils ne seront pas convaincus.

Il ne veut pas l’impressionner par des paroles, mais à travers des preuves pour lui faire voir la force et la réussite et la beauté de la civilisation du monothéisme pur. Encore une fois je vous fais rappeler l’importance de la science et la technologie et leur maîtrise. Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « 39. Un djinn redoutable dit: "Je te l'apporterai avant que tu ne te lèves de ta place: pour cela, je suis fort et digne de confiance". » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 9).Souleymane (paix sur lui), avait l’habitude de s’entretenir avec les gens du matin jusqu’à midi pour décider et juger, alors le Djinn lui a dit : ‘avant que tu aies fini ta séance de tous les jours, j’aurai déjà ramené le trône’ Mais Souleymane voulait une idée plus grande que cela. Permettez-moi de faire une halte, montrez-nous vos exploits.

Lequel de vous sera parmi les premiers dans sa classe ou de sa promo tout en respectant sa prière, ou parmi les premiers dans sa faculté. La Musulmane pratiquante et voilée, qu’est ce qu’elle a présenté ou inventé ? Ne croyez pas que le fait d’être pratiquant est le point final, au contraire, au nom d’Allah c’est seulement le début, et le point de départ dans la vie, mais la plus part des gens ne le savent pas. Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « 40. Quelqu'un qui avait une connaissance du Livre dit: "Je te l'apporterai avant que tu n'aies cligné de l'œil" » (TSC, Annaml ‘Les Fourmis’ : 40) Qui possède la connaissance du livre ?!! Ce n’est pas Solaïman (paix sur lui), autrement le Coran l’aurait spécifié.

Les exégètes sont divisés : l’une de ces versions dit que c'est quelqu'un qui connaissait le magnifique nom d’Allah (si on invoque Allah par ce nom il nous exauce infailliblement), mais il n’y a pas de preuve à ce sujet, mais il est évident qu’Allah, parfois informe l’une de Ses créatures de secrets qui ne sont pas accordés même aux prophètes comme "Al
Khidr" par exemple (les détails dans la Sourate Al-Kahf ‘). Il peut y avoir aussi des gens aujourd’hui qui arrivent à voir des choses pendant le sommeil et qui se concrétisent après. Si tu en es un parmi eux, alors c’est une faveur accordée par Allah et que tu dois Le remercier pour cela. Il ne faut pas l’utiliser dans le mal. Remarquez qu’Allah a aussi cité la science dans le verset.

Allah exalté soit-Il dit -Ce qui peut être traduit comme : « 40 Quand ensuite, Salomon a vu le trône installé auprès de lui, il dit: "Cela est de la grâce de mon Seigneur, pour m'éprouver si je suis reconnaissant ou si je suis ingrat. Quiconque est reconnaissant c'est dans son propre intérêt qu'il le fait, et quiconque est ingrat... alors mon Seigneur Se suffit à Lui même et Il est Généreux" » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 40)

Soudain, il voit le trône installé devant lui, il en remercia Allah. Vous remarquez que dès qu’Allah accorde une faveur à Souleymane (paix sur lui), celui-ci le remercie pour cela. Vous allez aussi noter que dans le Coran le mot ‘Choukr’ (remerciement) est toujours suivi du mot ‘Kouffr’ (apostasie) Allah exalté soit-Il dit - ce qui peut être traduit comme : « Si vous êtes reconnaissants, très certainement J'augmenterai (Mes bienfaits) pour vous » (TSC, Ibrahim ‘Abraham’ : 7) Qui remercie Allah, c’est lui le bénéficiaire car Allah est Riche et Miséricordieux.

Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « 41. Et il dit (encore): "Rendez-lui son trône méconnaissable, nous verrons alors si elle sera guidée ou si elle est du nombre de ceux qui ne sont pas guidés". » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 41). Le trône contenait des bijoux, des parures et de l’or, mais Solaïman ordonna de changer la forme de la parure. Pourquoi ?! Car il a l'intention d'éprouver l’intelligence de la reine, si elle est intelligente, sa conversion à l’Islam devient facile, car la raison accepte et se guide facilement vers l’Islam. Mais si elle est le contraire de cela, alors cela ne vaut pas la peine. La possibilité d’être guidé vers la bonne voie dépend de sa conscience. Allah exalté soit-Il dit - Ce qui peut être traduit comme : « 42. Quand elle fut venue on lui dit: "Est-ce que ton trône est ainsi?" Elle dit: "C'est comme s'il l'était". »(TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 42) Donc elle n’a ni confirmé ni nié. Allah exalté soit-Il dit dans ce verset -Ce qui peut être traduit comme : « Le savoir nous a été donné avant elle; et nous étions déjà soumis. » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 42).

Notez comment Allah a réuni entre la connaissance et religion, mais elle est restée ferme sur sa position, ne pas croire. Pourquoi ? Le noble Coran nous donne la réponse : Allah exalté soit-Il dit dans ce verset - Ce qui peut être traduit comme : «Or, ce qu'elle adorait en dehors d'Allah l'empêchait (d'être croyante) car elle faisait partie d'un peuple mécréant. » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 43) L’orgueil l’a empêché d’embrasser l’Islam, et parce qu’elle est une reine. Mais Souleymane a voulu lui donner une autre chance en l’impressionnant avec une avancée que personne auparavant n’a pu atteindre jusqu’à nos jours dans le 21ième siècle.

Mes frères, comment voulez vous réussir dans la vie sans la religion d'Allah. Il faut qu’on soit les meilleurs ingénieurs
informaticiens,les meilleurs écrivains, les meilleurs chercheurs, les meilleurs médecins les meilleurs vendeurs et dans toute profession confondue. Nous devons tous excéler dans notre travail. Il faut que nos jeunes fassent de leur mieux, car le monde ne comprend pas l'islam aujourd'hui. En revanche, il sera influencé à nouveau par notre civilisation si on progressait puis on le redépassait une nouvelle fois dans les progrès scientifique. La première révélation qui soit descendu sur notre bien aimé prophète ce n'est pas de dormir, ou s'amuser, ou jouer ou travailler mais c'est :

"Apprends au nom de ton seigneur qui t'a créé d'une goute de sperme"

Donc nous devons apprendre toutes les sciences, toutes les technologies, toutes les langues et tout ce qui peut faire avancer notre civilisation au profit de toute l'humanité. Allah exalté soit-Il dit dans ce verset - Ce qui peut être traduit comme : « 44. On lui dit: "Entre dans le palais". » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 44) Il doit finir les négociations avec elle afin qu’elle puisse croire. Elle remarqua un bâtiment magnifique « Puis, quand elle le vit, elle le prit pour de l'eau profonde » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 44); ce palais est construit sur la mer, mais pour arriver à l’entrée, il faut traverser l’eau qui se trouve entre la côte et le palais «
L’eau se trouve devant elle : « Alors, (Salomon) lui dit: "Ceci est un palais pavé de cristal". » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 44).

Il est vrai qu’elle se trouve devant la mer, mais elle est couverte par une surface de verre de cristal très transparent, à tel point qu’elle a cru que c’est complètement la mer. En plus, ce verre supportait le poids du bâtiment et que l’en traverse sans qu’il ne se casse. Dites-moi la vérité, est ce qu’il existe aujourd’hui une civilisation qui a pu construire un tel bâtiment jusqu’à nos jours ?

C’est l’Islam qui nous motive, et par l’occasion je vous fais rappeler que l’idée donc qui accuse l’Islam d’être en contradiction avec la connaissance est une idée complètement fausse et corrompue. L’Islam n’a rien à voir avec
cette idée, plutôt la première parole de l’Islam c’est ‘Iqraa’ (lis). En revanche, on ne sait pas jusqu’à nos jours comment le bâtiment était. Car le Coran ne nous a pas informé à ce propos. Le bâtiment a été tellement bien construit en verre au dessus d'un fleuve qu’elle a cru qu’il y avait de l’eau et s’est découvert les jambes pour traverser.

Imaginez ! C’est cette avancée qui l’a poussé à s’en rendre compte et à croire. « Elle dit: "Seigneur, je me suis fait du tort à moi-même: Je me soumets avec Salomon à Allah, Seigneur de l'univers". » (TSC, An-naml ‘Les Fourmis’ : 44). Il faut que tu réussisses dans les sciences religieuses et de la vie que tu sois un homme de principes de façon que les gens soient impressionnés par toi ainsi et seulement ainsi ils te croiront. Notez ce mot ‘Je me soumets’ Remarquez comment elle est devenue humiliée et a renoncé à son orgueil. Mais elle n’a pas oublié qu’elle était une reine et elle dit : Je me soumets avec Salomon et non pas je me soumets à Salomon.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Salomon   Jeu 03 Jan 2013, 00:30

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

La mort de Souleymane, paix sur lui.

Après ce long et fantastique parcours, l’heure de Souleymane (paix sur lui), est arrivée. Telle est la volonté d’Allah dans cette vie, tous les êtres humains vont mourir. Allah a voulu que la mort de Souleymane soit une grande leçon qui dit aux gens qui pensent et croient que les Djinns connaissent l’inconnu que cela est une idée fausse comme on va le démontrer.

Souleymane avant quelques mois de sa mort, a demandé aux Djinns de construire un grand monument. Les Djinns ont continué à travailler devant Souleymane qui les regardait à travers le balcon en s’appuyant avec tout son corps sur sa canne. Il les contrôlait, et dès qu’ils pensaient s’arrêter, ils le trouvaient entrain de les observer.

Mais de crainte d’être emprisonnés, ils continuaient à travailler. Un jour, pendant qu’il les observait, il mourut en gardant cette position, il n’est pas tombé par terre car il s’appuyait sur sa canne. Son délégué a su qu’il était mort, mais il a voulu que les Djinns finissent ce monument Islamique. Il l’a laissé comme il est et n’a informé personne, et de temps en temps, le délégué venait lui murmurait dans l’oreille pour faire croire aux Djinns qu’il était encore vivant. Ils étaient très étonnés par cette position depuis de longues semaines. Il ne mangeait, ni buvait, ni dormait. Donc ceci est une preuve que les Djinns ne connaissent absolument pas l’inconnu. Des semaines ont passé, les insectes de terre ont commencé à ronger sa canne par le bas. La canne s’est usée, alors Solaïman (paix sur lui), tomba.

Ils se sont aperçus qu’il était mort depuis longtemps; Allah exalté soit-Il dit dans ce verset - Ce qui peut être traduit comme : « 14. Puis, quand Nous décidâmes sa mort, il n'y eut pour les avertir de sa mort que la "bête de terre", qui rongea sa canne. Puis lorsqu'il s'écroula, il apparut de toute évidence aux djinns que s'ils savaient vraiment l'inconnu, ils ne seraient pas restés dans le supplice humiliant (de la servitude). »(TSC, Saba’ : 14)Or ceux qui croient que le Djinn est capable de faire quelque chose, et de savoir l’inconnu, lisez ce verset.
Réveillez-vous et ayez confiance en Allah !

C’était l’histoire de Souleymane (paix sur lui). Honorez l’Islam pour qu’Allah vous honore et vous fortifie.

Louange au Seigneur, le tout puissant et paix soit sur les messagers.

Voici mes freres et soeurs en vidéo le résumé de l'histoire du prophète Salomon (paix sur lui).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Prochaine histoire In cha Allah celle de la famille d'Imran...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Esdras (Uzair)   Jeu 03 Jan 2013, 21:58

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Contrairement à ce qui été annoncé précédemment, nous n'allons pas encore parler de l'histoire de la famille d'Imran car avannt eux et aprés la mort du prophète Salomon. Les enfants d'Israel ont reçu un nouveau prophète appelé Esdras (Uzair).


‘Uzayr fut un des prophètes d’Allah. Il n’est mentionné qu’une fois ou deux dans le Coran. Pourtant, son histoire est très significative et pleine d’enseignements sur lesquels peu de gens se sont penchés.

Au verset 259 de sourate Al-Baqara, Allah dit –ce qui peut être traduit comme :

« Ou comme celui qui passait par un village désert et dévasté: «Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?» dit-il. Allah donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita en disant: «Combien de temps as-tu demeuré ainsi?» «Je suis resté un jour, dit l’autre, ou une partie d’une journée.» «Non! dit Allah, tu es resté cent ans. Regarde donc ta nourriture et ta boisson: rien ne s’est gâté; mais regarde ton âne... Et pour faire de toi un signe pour les gens, et regarde ces ossements, comment Nous les assemblons et les revêtons de chair». Et devant l’évidence, il dit: «Je sais qu’Allah est Omnipotent». (TSC[i], Al-Baqara ‘ La vache’ : 259)

Notons que ce verset figure après le verset 258 qui dit –ce qui peut être traduit comme :

« N’as-tu pas su (l’histoire de) celui qui, parce qu’Allah l’avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur? Abraham ayant dit: «J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort», «Moi aussi, dit l’autre, je donne la vie et la mort.»… » Puis le verset suivant 260 enchaîne par –ce qui peut être traduit comme : « Et quand Abraham dit: «Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts», Allah dit: «Ne crois-tu pas encore?» «Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré»... » Les versets s’enchaînent et traitent d’un seul et même sujet. Et c’est sur cette vérité très significative qui nous est dévoilée à travers ces trois versets successifs que portera la leçon d’aujourd’hui. Notons au passage l’enchaînement logique des trois versets par les conjonctions de coordination ‘ou’ au début du verset 259, puis par la conjonction ‘et’ au début du verset 260. Chaque verset contient un récit contenant une leçon.

‘Uzayr est l’un prophètes qui vinrent après David, Moïse et Solaiman. Comme nous l’avons déjà dit, plusieurs des Enfants d’Israël étaient de grands disputeurs et ne restaient jamais sur le droit chemin. Le Prophète (BP sur lui) rapporte dans un Hadith qu’Allah leur envoya de nombreux prophètes. Dès qu’un prophète mourrait, Allah (exalté soit-Il) leur en envoyait un autre à sa place. Ainsi, pas un jour de leur vie ne passa sans prophète, depuis Jacob jusqu'à Jésus. Et c’était-là véritablement une grâce de notre Seigneur. Certains pensaient qu’Allah leur avait envoyé tant de prophètes parce qu’ils étaient proches d’Allah. Mais en réalité ce peuple était fort loin d’Allah.

Un Hadith du Prophète (BP sur lui) rapporte : Il y avait dans les peuples qui vous précédèrent des hommes inspirés (c’est-à-dire des hommes qui savent prédirent les événements qu’Allah a décrétés). Et s’il en est un dans cette communauté (Umma), c’est Omar Ibn Al-Khattâb. Ici une question se pose : ces générations passées étaient-elles meilleures que nous ? Le Prophète a affirmé que les hommes inspirés appartenaient aux générations passées et sont rares dans la communauté musulmane. Tout simplement parce que la communauté de Mohammed n’a pas besoin d’hommes inspirés car notre Prophète (BP sur lui) nous a communiqué un enseignement complet qui couvre toute chose. Tandis que les peuples qui vivaient autrefois avaient recours aux superstitions et aux devins, car ils étaient souvent dans l'égarement.

A ce sujet, le Coran dit –ce qui peut être traduit comme : « …Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous… » (TSC, Al-Mâ’ida ‘La table servie’ : 3) Lorsque ce verset fut révélé, un juif vint voir Omar et lui dit : Dans le Coran, vous avez un verset qui, s’il était descendu sur les Enfants d’Israël, je jure par Dieu que nous l’aurions célébré. Omar lui répondit : Quel est ce verset ? Le juif lui cita le verset. Alors Omar se mit à rire. Le juif lui demanda : Qu’est-ce qui te fait rire ? Omar lui dit : Ce verset est une célébration pour nous; il est descendu sur le Messager d’Allah le jour d’Arafat, un vendredi. A ces mots le juif ne dit mot.

De fait, la Umma tire sa force de la perfection de sa religion. Allah a établi des règles qui permettent de se maintenir sur cette religion. La prière du vendredi en est une, car elle rassemble les musulmans et les rapproche. De même que les cinq prières quotidiennes, en particulier celles accomplies à la mosquée, permettent la rencontre des musulmans. Et puis il y a une rencontre une fois par an pendant le mois de Ramadan, et une autre lors du pèlerinage (hajj). Il s’agit là de bases fermes qui maintiennent cette Oumma.

Pour en revenir à ‘Uzayr, on peut s’étonner que le village où Allah lui demanda de prêcher la religion ne soit pas son village d’origine, à la différence de Jonas auquel Allah donna l’ordre de ne pas quitter son peuple. N’étant que des serviteurs entre les mains d’Allah, nous ne faisons qu’exécuter ses ordres. Comme l’indique le verset, ‘Uzayr ne faisait donc que ‘passer’ par ce village qui n’est pas le lieu où il a grandi. Ainsi, son histoire diffère de celles de tous les autres prophètes qu’Allah envoya à leur peuple. Car l’islam nous incite à prêcher en priorité auprès de ceux qui sont les plus proches de nous. Tel était le message de tous les prophètes, Mohammed (BP sur lui) inclus. Cependant, Allah ordonna à ‘Uzayr de se rendre dans un autre village dont il lui précisa l’emplacement, pour y prêcher la religion. ‘Uzayr monta donc son âne, emportant avec lui nourriture et boisson.

A ce point du récit, penchons-nous un instant sur la signification de la da’wah (prêche), et le bonheur qu’elle procure. Imaginez que vous sortiez de chez vous dans le but d’inviter un frère à l’islam… Les histoires des prophètes que nous racontons ont pour but de nous apprendre la da’wah vers Allah. L’un d’entre nous a–t-il essayé de faire la da’wah après ces leçons, après avoir passé en revue les prophètes et leur patience dans la da’wah ? Pensons à Noé qui consacra mille années à la da’wah de son peule. Pensons à Jonas qui, fâché contre son peuple à cause de son incroyance, le quitta pour d’autres peuples. Mais Allah l’emprisonna dans le ventre d’une baleine. Pensons à tous les autres prophètes… et à notre Prophète (BP sur lui) qui fit de la da’wah sa cause vingt trois années durant. Que n’a-t-il pas supporté pour cette cause ! La da’wah est-elle la cause de la jeunesse musulmane ? Et savent-ils comment faire aimer l’islam, et inviter sans rebuter? A ceux qui pensent qu’ils n’en savent pas assez pour faire la da’wah, je dis : il n’est pas nécessaire d’être savant pour inviter les gens à la religion. Le Prophète Mohammed (BP sur lui) a dit : Communiquez ce que je vous ai rapporté, ne serait-ce qu’un verset.

Quand ‘Uzayr parvint au village où Allah lui avait ordonné de se rendre, il fut surpris de constater que le village était désert et qu’il n’y avait pas trace de vie, humaine ou autre. Les maisons étaient toutes en ruine, ni plantes, ni animaux. Comme le dit le verset, il trouva un village désert et dévasté (littéralement dans le texte coranique dont les toits se sont effondrés d’abord et puis les murs, ce qui est une indication d’une totale destruction). A la place de ‘Uzayr, qu’auriez-vous fait ? Qu’auriez–vous pensé ? Que vous vous êtes trompés de village, ou qu’il y a peut être des hommes quelque part dans ce village… A la place d’’Uzayr vous seriez sûrement retournés sur vos pas. Pourtant ‘Uzayr n’en fait rien, car il a pleine confiance en Dieu, et est certain qu’il a été envoyé dans ce village pour la da’wah.

Et même s’il n’y a pas signe de vie dans cette contrée, Allah (exalté soit-Il) va la faire revivre. ‘Uzayr en a la certitude. Tout comme il a la certitude qu’il ne s’agit pas d’un jeu car Allah (exalté soit-Il) ne joue pas. Comparez son attitude à la notre, face à l’état actuel de perdition et d’égarement sur Terre alors qu’Allah a promis la Terre aux musulmans. Allah nous dit –ce qui peut être traduit comme : « Allah a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre…. » (TSC, An-Noûr, ‘La lumière’ :55)

L’histoire de ‘Uzayr nous apprend ce qu’est la pleine confiance en Allah. Revenons sur le verset 259 : « Ou comme celui qui passait par un village désert et dévasté: «Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?» dit-il. » Le mot ‘comment’ ne suggère pas qu’il s’agit d’une chose impossible. Au contraire, ‘Uzayr a la certitude qu’Allah va faire revivre ce village. Sa question porte seulement sur le ‘comment’. Il a envie de voir la puissance créatrice divine à travers la résurrection de cette terre morte, tout comme Abraham (sur lui la paix) : « Et quand Abraham dit: «Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts», Allah dit: «Ne crois-tu pas encore?» «Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré …» Abraham (paix sur lui) avait pleine confiance en la puissance d’Allah, mais il voulut voir de ses yeux ce qu’il voyait avec son cœur.

Ces deux histoires ont donc la même signification. Il ne s’agit pas d’un manque de foi, mais il est plutôt question d’apporter une preuve visuelle, à un cœur convaincu et plein de foi en la puissance divine. C’est la différence entre la science de la certitude (‘ilm al-yaqîn) et l’œil de la certitude (‘ain al-yaqîn). Dans la sourate At-Takâthour ‘La Course Aux Richesses’ Allah dit --ce qui peut être traduit comme : « La course aux richesses vous distrait, jusqu’à ce que vous visitiez les tombes. Mais non! Vous saurez bientôt!(Encore une fois)! Vous saurez bientôt! Sûrement! Si vous saviez de science certaine. Vous verrez, certes, la Fournaise. Puis, vous la verrez certes, avec l’œil de la certitude. » Ainsi Abraham (paix sur lui) a la science de la certitude et l’œil de la certitude.

Tous les hommes doivent être en quête de la science de la certitude (‘ilm al-yaqîn), dont la source est le coeur. Quant à l’œil de la certitude (‘ain al-yaqîn), c’est un don qu’Allah accorde à qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et Il ne l’accorde qu’à ceux qui sont parvenus au plus haut degré de la science de la certitude, à la fin de leur vie, après avoir mis à l’épreuve pendant des années la force de leur foi.

Allah (exalté soit-Il) a accordé le don de l’œil de la certitude (‘ain al-yaqîn) à ‘Uzayr, Abraham, et à notre Prophète Mohammed (BP sur lui). Abraham (paix sur lui) a été mis à l’épreuve pendant de longues années. Il fut jeté au feu puis reçut l’ordre d’immoler son fils. Le Prophète Mohammed (BP sur lui) fut durement et longuement éprouvé par les agressions des incroyants. Quant à ‘Uzayr, son épreuve fut d’être envoyé dans ce village désert. Après avoir réussi ces tests, Allah leur accorda l’œil de la certitude (‘ain al-yaqîn).

Quant au Prophète Mohammed (BP sur lui), ce don lui fut accordé lors de l’événement du Voyage nocturne (Isra’ wa Mi’râj) au cours duquel il vit le Paradis et ses ruisseaux, et mangea de ses fruits. Comme le rapporte ce Hadith, alors que le Prophète se trouvait au milieu de ses Compagnons, il leur dit : Qui parmi vous est entré au Paradis ? ‘Abd Allah Ibn ‘Omar leva la main et dit : Moi, ô Messager d’Allah. ‘Omar Ibh Al-Khattâb dit : Je portai alors mes mains à ma tête. Le Prophète dit alors : Qui parmi vous s’est abreuvé aux ruisseaux du Paradis ? ‘Abd Allah Ibn ‘Omar leva la main et dit : Moi, ô Messager d’Allah. ‘Omar dit alors : Comme j’aurais voulu ne pas être présent ! Puis le Prophète demanda : Qui parmi vous a mangé des fruits du Paradis ? Alors ‘Abd Allah Ibn ‘Omar leva la main et dit : Moi, ô Messager d’Allah. Les regards étaient braqués sur ‘Abd Allah Ibn ‘Omar. Alors le Prophète sourit (BP sur lui) et dit : Ô ‘Abd Allah, tu as dit vrai, explique leur comment. Il dit : Ô Messager d’Allah, je suis entré au Paradis lorsque tu y es entré, et je me suis abreuvé aux ruisseaux du Paradis le jour où tu nous as informé que tu t’y étais abreuvé, et j’ai mangé des fruits du Paradis et je les ai goûtés le jour où tu les as goûtés toi-même, ô Messager d’Allah.
‘Omar Ibn Al-Khattâb (qu’Allah soit satisfait de lui) avait acquis la science de la certitude d’une manière peu ordinaire. Son cœur était rempli de certitude et de foi en Allah, au point qu’il avait l’habitude de dire : « Je le jure par Allah, si le ciel se fendait et que je visse le Paradis, et que je visse l’Enfer, ma certitude n’en serait guère accrue. »

Or ‘Uzayr avait une solide foi en Allah. Il était certain qu’Allah allait faire revivre cette terre après sa mort. Pour lui, cela ne faisait aucun doute, et il aspirait à passer à une autre étape, celle de l’œil de la certitude. Il était certain de la puissance divine, mais il voulait voir de ses yeux comment Allah allait faire revivre ce village.

Qu’en est-il de ta confiance en Allah ? Es-tu certain qu’Allah te pardonnera, qu’Il excusera ta désobéissance ? As-tu la certitude qu’Il rendra l’islam victorieux, et particulièrement en Palestine, et que la Mosquée Al-Aqsa sera libérée ?

Avons-nous la confiance d’’Uzayr qui ne retourna pas à son village d’origine ? Avons-nous sa certitude qu’Allah fera revivre ce village ?

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Esdras (Uzayr)   Dim 06 Jan 2013, 22:31

Salam aleikom

La certitude est une source de force, elle peut faire de toi l’homme le plus fort qui soit, un homme dont la relation à son Seigneur est solide. Les autres ont beau avoir peur, tu es rassuré, et certain qu’Allah finira par dévoiler la vérité (al-haqq) et par anéantir ce qui est faux et vain (al-bâtel). Car la foi éloigne le désespoir.

La certitude te fait inviter les autres vers Allah, et c’est une source de bonheur pour toi. ‘Uzayr voulait voir comment ce village serait ressuscité. Mais Allah (exalté soit-Il) nous apprend parfois que tout ne se produit pas selon notre entendement. Par exemple, la question nous préoccupe de savoir comment viendra la victoire des musulmans en Palestine, et on s’imagine un scénario dans sa tête. Et puis Allah (exalté soit-Il) nous donne la victoire d’une toute autre façon que celle que nous avions imaginée afin que nous sachions que nous n’avons reçu de Sa science qu’une part infime.

Lorsque le Prophète (BP sur lui) partit pour At-Tâ’if pour inviter à l’islam, il parcourut une distance de cent kilomètres à pied, fut maltraité et agressé, et personne à At-Tâ’if ne crut en son message. Sur le chemin du retour, il pria deux rak’at (BP sur lui). C’est alors qu’un groupe de djinns survint et se mit à l’écouter et les djinns crurent en son message. Ainsi le Prophète était parti pour inviter des hommes à l’islam, et voilà que ce sont des djinns qui croient en lui ! Allah a voulu montrer à Son Prophète qu’il doit faire l’effort, mais que le fruit de l’effort ne vient pas nécessairement dans le sens de l’effort. Et ceci pour que nous sachions que ce n’est pas nous qui amenons la victoire. L’effort nous incombe, mais le principal est la certitude que toute chose, toute victoire n’arrive que par la volonté divine.

Il arrive qu’on fasse beaucoup d’efforts de da’wah pour guider une personne qui nous est proche, sans résultat. Il arrive aussi que quelqu’un vienne de lui-même nous demander de le guider. Allah (exalté soit-Il) veut nous apprendre à rester humbles. Il veut nous rappeler que tout est entre Ses mains et qu’Il est le Tout-Puissant.
Quelqu’un a dit : « C’est envers Allah que nous devons diriger nos efforts; nos efforts ne sont que des voiles qui masquent la Toute-puissance, et pour lesquels nous sommes rétribués. »

La volonté divine dans cet univers ne s’exerce pas toujours comme nous nous y attendions. ‘Uzayr pensait que du haut de la montagne il verrait les signes d’Allah dans ce village. Mais Allah voulut lui montrer Ses signes d’une façon différente : « Allah donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita. » Le thème des trois versets est celui de la résurrection des morts. La vie et la mort sont entre les mains d’Allah (exalté soit-Il) qui veut imprégner nos cœurs de cette vérité. Comment l’homme peut-il désobéir à Allah et s’endormir ainsi, sachant que la mort peut l’emporter pendant son sommeil ? La résurrection et la mort sont des vérités essentielles dans la vie de l’homme, vérités qui doivent l’aider à se maintenir dans le droit chemin.

Puis Il le ressuscita en disant: «Combien de temps as-tu demeuré ainsi?» «Je suis resté un jour, dit l’autre, ou une partie d’une journée.» Son aspect n’avait pas changé. On raconte qu’il avait la quarantaine et pas de cheveux blancs, pas de rides, et qu’à son réveil il eut l’impression qu’il avait dormi une journée ou une partie d’une journée. «Non! dit Allah, tu es resté cent ans. » Et à ce moment, ‘Uzayr eut la surprise d’apprendre que le signe qu’il avait attendu s’était manifesté en lui-même. Allah lui avait dévoilé les signes de la résurrection et de la mort en lui-même. Gloire à Allah !

Puis il regarda autour de lui. Allah lui dit : « Regarde donc ta nourriture et ta boisson: rien ne s’est gâté; mais regarde ton âne... » Il ne restait plus de l’âne que des ossements éparpillés sur le sol, comme si, effectivement, il était mort depuis cent ans. ‘Uzayr se retrouvait donc devant deux miracles, l’un étant l’inverse de l’autre : le premier s’est produit en lui-même. Il n’a subi aucun changement, ni lui, ni sa nourriture, ni sa boisson. Par contre son âne n’est plus qu’ossements.

Il ressort de cette histoire une vérité essentielle : Allah contrôle le temps. Il a fait que la période de cent ans soit une journée pour ‘Uzayr qui n’a subi aucune transformation, comme si le temps s’était arrêté par rapport à lui, alors que cent ans ont passé pour l’âne.

Allah a voulu montrer à Esdras quelque chose à laquelle il ne s’attendait pas, quelque chose d’encore plus difficile que de faire revivre le village. Et l’on pense ici aux noms Al-Qâbid (Qui replie la main) Al-Bâssit (Qui ouvre la main) qui sont parmi les plus beaux noms d’Allah (Asmâ’ Allah Al-Housnâ). On s’imagine en général que ces noms ne concernent que le ‘rizq’ (la fortune, la progéniture, etc..), et l’âme. Mais ici Allah a voulu nous montrer sa capacité à dilater et contracter le temps.

Le Prophète (BP sur lui) dit : Comment ferez-vous le Jour de la résurrection, lorsque votre Seigneur vous rassemblera cinquante mille ans sans manger ni boire. Les Compagnons du Prophète se mirent à couvrir leurs visages et à pleurer à chaudes larmes. Alors le Prophète les regarda et dit : Pour le croyant ils passeront certes comme une prière de deux rak’at rapides.

Ainsi Allah maîtrise le temps. Il l’allonge ou le raccourcit. On a parfois l’impression qu’une heure passe comme si elle durait cent ans, et parfois comme si c’était seulement un instant. Gloire à Celui qui détient le temps entre Ses mains.

A propos de la science de la certitude (‘ilm al-yaqîn) et de l’œil de la certitude (‘ain al-yaqîn) dont nous avons parlé à la leçon précédente, il faut aussi mentionner la pleine certitude (haqq al-yaqîn) qui est mentionnée dans la sourate Al-Wâqi’a (L’événement) au verset 95. On peut la comprendre à travers l’analogie suivante : Si quelqu’un te parle d’un arbre qui porte des fruits, tu le crois. C’est ainsi que nous croyons au Paradis. Cependant nous ne l’avons pas vu. Et il s’agit alors de la pleine certitude (haqq al-yaqîn).

Ainsi nous avons appris à mieux connaître le sens de Al-Qâbid (Qui replie la main), Al-Bâssit (Qui ouvre la main). Quelqu’un interrogea un jour des savants : Le séjour dans la tombe est une épreuve difficile et cruelle. Comment se fait-il que celui qui meurt juste avant le Jour de la Résurrection n’y restera que peu de temps, alors que celui qui sera mort depuis mille ans y sera resté très longtemps ? La réponse est que la valeur du temps n’est pas la même pour Allah (exalté soit-Il) et pour les hommes. Allah fait du temps ce qu’Il veut. Gloire à Celui qui détient toute chose ! Voici un hadith du Prophète (BP sur lui) qui atteste de ce que nous venons de dire : Après le souffle dans la trompette, et après que les cieux et la Terre furent foudroyés, Allah (exalté soit-Il) dit : Qui reste-t-il, ô Ange de la mort ? Et à la fin du hadith l’Ange de la mort lui répond qu’il reste Jibrîl (l’Ange Gabriel), et Mika’îl (Michael). Puis Allah lui ordonne de les faire mourir, et lui dit finalement : Prends ton âme, ô Ange de la mort ! Puis Allah (exalté soit-Il) appelle : A présent à qui est le royaume ? Le Prophète (BP sur lui) dit : Il (Allah) le répète quarante. (Ici le Prophète n’a pas précisé quarante quoi, car le temps n’a plus de valeur pour Allah à ce moment.)

Ainsi Esdras regarde sa nourriture qui date de la veille, tandis que l’âne est mort depuis cent ans. Mais Allah veut lui monter un autre signe. « Et pour faire de toi un signe pour les gens. » Et voilà le village qui revit! Comme si Allah voulait dire à ‘Uzayr, tu attendais un miracle, tu en auras trois : le miracle du temps qu’Allah transforme comme il veut, le miracle de la résurrection du village, et puis un troisième miracle… « et regarde ces ossements, comment Nous les assemblons et les revêtons de chair» . ‘Uzayr eut la surprise de voir les ossements de son âne s’assembler, et il vit de ses yeux le miracle de la résurrection de son âne. Les ossements se rassemblèrent pour former le squelette complet, puis ‘Uzayr vit ce squelette se recouvrir de chair et de vaisseaux sanguins. Enfin l’âne revint à la vie. ‘Uzayr le monta puis partit. Gloire à Celui qui détient toute chose en Ses mains !

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Esdras (Uzayr)   Lun 04 Fév 2013, 20:17

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Quelle est la leçon à tirer de ce récit ? Allah (exalté soit-Il) veut que nous accédions à la conviction profonde de Sa Toute Puissance, à la certitude qu’Il est Le Maître de la royauté (Mâlek Al-Moulk). A quoi bon s’inquiéter pour sa subsistance, ses enfants, sa vie, puisque tout est entre Ses mains?

Ceci nous mène à réfléchir à l’importance des récits dans le Coran. Leur rôle n’est pas seulement de conter des histoires, mais avant tout de nous inculquer la certitude de la Toute Puissance divine, de réveiller nos cœurs afin qu’ils s’en remettent entièrement à Dieu, et acceptent avec sérénité tout ce qui vient de Lui.

‘Uzayr se mit en marche vers le village sur le dos de son âne. Tous ces miracles avaient eu lieu en une journée, et les trois versets qui les relatent s’enchaînent l’un après l’autre dans la sourate Al-Baqara pour insister sur le fait que la vie et la mort sont exclusivement entre les mains d’Allah (exalté soit-Il), et pour implanter cette vérité dans nos cœurs. Dans le verset 258, Allah dit –ce qui peut être traduit comme : « N’as-tu pas su (l’histoire de) celui qui, parce qu’Allah l’avait fait roi, argumenta contre Abraham au sujet de son Seigneur? Abraham ayant dit: «J’ai pour Seigneur Celui qui donne la vie et la mort…» (TSC[i], Al-Baqara ‘ La Vache’ : 258)

Ici, Abraham veut nous faire connaître Allah. Dans un autre verset il dit : –ce qui peut être traduit comme : « Qui m’a créé, et c’est Lui qui me guide; et c’est Lui qui me nourrit et me donne à boire; et quand je suis malade, c’est Lui qui me guérit, et qui me fera mourir, puis me redonnera la vie. » (TSC, Ach-Chou’arâ’ ‘Les poètes’ : 78-81) Abraham a la conviction que son âme ne lui appartient pas, et que sa mort et sa vie sont entre les mains d’Allah (exalté soit-Il).

Notre devoir est de rechercher la satisfaction d’Allah jusqu'à ce que nous voyions avec la pleine certitude, le Jour de la Résurrection, que notre vie et notre mort sont entre les mains d’Allah. Nul besoin d’avoir peur de ce monde d’ici-bas, ou de laisser nos passions nous contrôler. Le principe fondamental de l’islam est de savoir que la mort et la vie sont entre les mains d’Allah, et de nous en remettre à Lui.

Dans le verset 260 de la sourate Al-Baqara, Allah dit –ce qui peut être traduit comme : « Et quand Abraham dit: «Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts», Allah dit: «Ne crois-tu pas encore?» «Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré…». Allah lui donna la même leçon que ‘Uzayr, mais d’une autre façon. «Prends donc, dit Allah, quatre oiseaux, apprivoise-les (et coupe-les) puis, sur des monts séparés, mets-en un fragment ensuite appelle-les: ils viendront à toi en toute hâte. Et sache qu’Allah est Puissant et sage.»

Allah demande à Abraham de prendre quatre oiseaux, de bien les repérer, de les égorger et de mêler leur chair, leurs os, leur sang et leurs plumes, et puis de répartir ce mélange sur les montagnes, et de conserver les quatre têtes. Puis Il lui ordonne d’appeler les oiseaux, afin qu’ils s’empressent vers lui. C’est alors qu’Abraham (sur lui la paix) put voir de ses yeux, la chair, les os, et les plumes voler dans le ciel puis s’assembler pour prendre la forme des oiseaux, tels qu’ils étaient, puis chaque oiseau est venu à lui en portant sa tête et en volant. Gloire à Allah !

Examinons la place de la résurrection et de la mort dans la vie des prophètes, on y trouve en effet des choses étonnantes. On peut lire dans un Hadith rapporté par Al-Boukhârî : Adam fut créé d’une poignée de terre, la terre fut mélangée à l’eau pour former une boue, la boue fut laissée à sécher pour devenir une boue malléable. C’est alors qu’Allah la modela comme on modèle une pâte, si bien qu’elle devint statue. Au bout d’un certain temps, sa couleur changea et elle devint une poterie. Puis Allah y fit une cavité, l’ouverture de la bouche. Comme elle était creuse, elle produisait un son comme celui de la poterie lorsqu’on frappait dessus. Ainsi fut le début d’Adam. Les Anges et Iblis tournaient autour de cette statue, et Iblis lui dit en la regardant : Il y a un motif à ta création. Puis Allah y insuffla de Son Esprit. La statue se transforma alors en être humain. Gloire à Celui qui fit d’une poterie un être humain qui bouge et se déplace. Quant à Eve, elle fut créée à partir d’une côte d’Adam, une côte située à gauche au-dessus du cœur. C’est une côte recourbée pour protéger le cœur. Cette courbure correspond à la nature affective de la femme qui est essentielle au bon fonctionnement de la famille. Et si les orientalistes accusent l’islam de dénigrer la femme, rappelons que notre Prophète Mohammed (BP sur lui), aux derniers instants de sa vie, fit des recommandations au sujet des femmes.

Puis Allah (exalté soit-Il) créa Jésus, fils de Marie, sans père. Ainsi la Toute-puissance divine se manifeste par le prodige de la création de quatre façons différentes :

Sans mâle ni femelle : c’est le cas de la création d’Adam
A partir d’un mâle sans femelle : c’est le cas d’Eve
A partir d’une femelle sans mâle : c’est le cas de Jésus
A partir d’un mâle et d’une femelle : c’est le cas de tous les autres humains.


N’oublions pas que notre création elle aussi est un miracle. Même si nous sommes habitués à l’idée que les enfants naissent du mariage, chaque naissance est néanmoins un miracle.

D’autre part il existe un aspect de la question que nous n’avons pas encore abordé : Dans un Hadith de Al-Boukhârî, on trouve : Quand Allah (béni et exalté soit-Il) créa Adam, Il essuya son dos et en sortit toute la descendance d’Adam jusqu’au Jour de la Résurrection. (Il donne la vie et la mort comme Il veut.) On trouve une confirmation de ceci dans un verset du Coran qui dit –ce qui peut être traduit comme : Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes: «Ne suis-Je pas votre Seigneur?» Ils répondirent: «Mais si, nous en témoignons...» (TSC, Al-‘A’râf : 172)

Ainsi lorsque Allah créa Adam et essuya son dos, toute l’humanité reçut la vie, avant cette vie que nous connaissons. Et chacun témoigna sur lui-même. Ce témoignage est l’instinct qui est en nous et qui nous attire vers Allah. C’est cet instinct qui nous fait éprouver du remord lorsque nous désobéissons à Allah ou lorsque nous négligeons nos dévotions. Cet instinct est la conséquence de notre première rencontre avec Allah (exalté soit-Il) le jour de la création d’Adam (sur lui la paix). Quel prodige que la création de l’univers avec ses différentes étapes de la vie et de la mort !

Revenons à ‘Uzayr, lorsque Allah lui dit : « Et pour faire de toi un signe pour les gens ». Allah lui ordonna de monter sur son âne et de descendre vers le village. Souvenons-nous que la raison de sa venue dans ce village était la da’wah. Cent ans avaient passé, sans toutefois qu’il n’ait vieilli. Il était toujours âgé de quarante ans, comme avant le miracle. Comment allait-il trouver ses enfants, ses petits enfants, et ceux qui vivaient il y a cent ans ? Qui était mort et qui avait survécu ?

‘Uzayr descendit au village qui avait retrouvé la vie. Il interrogea les habitants : Avez-vous entendu parler d’un homme appelé ‘Uzayr ? Ils répondirent : Cet homme pieux du village voisin, il est mort il y a cent ans. Alors ‘Uzayr dit : Je suis ‘Uzayr. Mais ils le traitèrent de menteur. Or il y avait dans son village, une femme qui l’avait bien connu et qui était encore en vie. Mais elle était devenue aveugle. Alors les habitants du village dirent : Allons chercher cette femme qui a connu ‘Uzayr. Nous lui demanderons de te décrire, et si sa description correspond, nous te croirons. La femme vint et se mit à décrire ‘Uzayr et sa description correspondait en tout point avec la réalité. Cependant les habitants dirent qu’ils voulaient une autre preuve. Ils dirent : ‘Uzayr connaissait la Torah par cœur. La Torah a disparu parmi nous car elle a été brûlée par Nabuchodonosor. Il n’en reste qu’une seule copie qu’une seule personne connaît. Si tu es ‘Uzayr (il était le seul à connaître la Torah par cœur) alors récite la ! ‘Uzayr se mit à réciter la Torah. Puis il se mit à faire la da’wah pour laquelle il était venu dans ce village cent ans plus tôt. Les gens se mirent à l’écouter, à pleurer, et à ressentir la crainte de Dieu à l’écoute de la Torah. Ainsi les habitants du village furent guidés par ‘Uzayr, et la volonté divine se réalisa. Gloire à Celui qui détient la royauté, gloire à Celui qui agence toute chose dans cet univers !

Le verset est conclu par les mots –que l’on peut traduire par : « Et devant l’évidence, il dit: «Je sais qu’Allah est Omnipotent». C’est la leçon de ce récit, Allah est Omnipotent. Toute chose est entre Ses mains. Si tu es victime d’une injustice, si tu vis dans la désobéissance envers Allah depuis longtemps, et si tu adresses des invocations avec un coeur sincère, Allah peut les exhausser en un instant. Cela nous apprend à avoir recours à Allah en toute circonstance, car il est Omnipotent.

Remarquons que le verbe ‘regarde’ à l’impératif est employé plusieurs fois dans le verset 259 comme si Allah voulait nous dire de regarder autour de nous pour voir les effets de Sa puissance et de Son arrangement de toute chose.

On peut résumer les leçons tirées de cette histoire en quatre points :
1. Allah dilate le temps et le contracte. de même que le rizq, ou les âmes.
2. La question de la vie et de la mort. Allah dit—ce qui peut être traduit comme : « Et, la nuit, c’est Lui qui prend vos âmes, et Il sait ce que vous avez acquis pendant le jour… » (TSC, Al-An’âm ‘Les Bestiaux’ :60). Cela nous arrive tous les jours car le sommeil est comme la mort. L’âme sort du corps chaque nuit, mais de façon différente de la mort puisque nous ne nous en rendons pas compte. Alors qu’au moment de la mort nous le sentirons. Le Prophète (BP sur lui) avait l’habitude de réciter cette invocation avant de dormir : « Au nom de mon Seigneur je me suis étendu, et au nom de mon Seigneur je me lève. Ô Seigneur si Tu retiens mon âme, fais-lui miséricorde, et si Tu la renvoies, préserve-la comme Tu préserves Tes pieux serviteurs. »

Ainsi le miracle qui s’est produit avec ‘Uzayr, nous arrive chaque jour sans que nous y prêtions attention. Il est important d’en prendre conscience afin de ne jamais s’endormir après avoir désobéi à Allah, sans avoir pris le temps de se repentir et de demander pardon.

A son réveil le Prophète (BP sur lui) récitait cette invocation : « Louange à Allah qui nous a fait revivre après nous avoir fait mourir : c’est auprès de Lui que la résurrection nous rassemblera. »

On ne peut vivre sans sommeil. L’âme doit donc chaque jour aller vers son Seigneur. A ce sujet le Coran dit –ce qui peut être traduit comme : « Allah reçoit les âmes au moment de leur mort ainsi que celles qui ne meurent pas au cours de leur sommeil. Il retient celles à qui Il a décrété la mort, tandis qu’Il renvoie les autres jusqu’à un terme fixé… » (TSC, Az-Zoumar ‘ Les Groupes ‘ : 42)

Cela signifie qu’Allah nous donne la vie chaque jour ! Quelle patience que celle d’Allah en dépit de notre désobéissance ! La mort se répète jour après jour toute notre vie durant, et notre âme ne nous appartient pas mais appartient à Allah Seul.
3. L’importance de la da’wah : Chacun d’entre nous doit faire la da’wah. Quand une personne est guidée par notre intermédiaire, nous sommes rétribués pour chaque bonne action qu’il accomplit, ou qu’accomplit toute autre personne qui aura été guidée par lui.
4. Allah est Omnipotent. Comme le dit ‘Uzayr : «Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?»

Nous sommes aujourd’hui dans une situation très difficile. La corruption des mœurs et l’immoralité que certains appellent ‘liberté’ se sont répandues dans tous les pays . La population mondiale s’élève à six millions et il n’y a qu’un milliard et quart de musulmans. Quelle est la différence entre la Terre aujourd’hui et le village de ‘Uzayr ? Le village était en ruine et sans vie, le monde est aujourd’hui en ruine du point de vue moral, spirituel, religieux… Combien d’entre nous pratiquent leurs dévotions, accomplissent la prière de l’aube, se lèvent la nuit pour prier…

L’histoire de ‘Uzayr renouvelle notre confiance en Allah. Il fera revivre la Terre en faisant revivre la religion comme Il a fait revivre le village de ‘Uzayr. Ce n’est qu’une question de temps.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire du prophète Esdras (Uzayr)   Lun 04 Fév 2013, 20:29

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Allah fait revivre la terre après sa mort, Il fait revivre les cœurs, et les civilisations. Ressusciter les morts prend un jour ou une nuit, tandis que ressusciter les nations prend plus de temps, Allah a ressuscité l’âne devant ‘Uzayr en quelques secondes, mais lorsque ‘Uzayr demanda à voir comment Allah allait faire revivre le village, Allah le fit mourir cent ans. Non pas parce qu’Allah ne peut pas faire revivre le village. Il lui suffit de dire « Sois » et la chose est. Mais pour que ce soit conforme aux lois dictées par Allah pour cet univers. Le Coran dit –ce qui peut être traduit comme : «… En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes…. » (TSC, Ar-Ra’d ‘Le Tonnerre ‘» :11)

Toute construction, tout progrès, ne peut être que graduel. C’est pourquoi la Terre fut créée en six jours. C’est une loi propre à cette création depuis son tout début. Les peuples progressent et se modifient graduellement, grâce aux efforts pour se reformer. Les gens changent petit à petit et cela peut prendre un siècle. Par contre le passage de la vie à la mort est instantané (il se produit quotidiennement pendant notre sommeil). Ainsi lorsque ‘Uzayr demanda à voir la terre revivre, les choses ne se passèrent pas comme il le pensait. Cependant la résurrection et la mort ont été instantanées.

Une période de cent ans suffit à la transformation d’une civilisation. Il est important de faire une remarque ici sur les nombres mentionnés dans le Coran à ce sujet. En effet dans l’histoire de Moise (sur lui la paix) et de son peuple, lorsqu’ils refusèrent d’entrer dans la Terre Sainte, Allah décréta l’égarement pendant quarante ans. On peut se demander pourquoi quarante ans dans l’histoire de Moise et cent ans dans l’histoire de ‘Uzayr ? En quarante ans une génération est renouvelée, alors que cent ans sont nécessaires pour bâtir une civilisation.

Un autre élément significatif et qui nous concerne directement est le déclin de l’islam durant un siècle, entre le 18ème et le 19ème siècle qui vit la chute progressive de l’islam. Parallèlement, l’essor de l’Europe se produisit durant ce siècle.

Il s’agit là de lois universelles. Les musulmans se sont affaiblis. Et le réveil d’une nation prend cent ans, jusqu'à ce que surgisse un nouvelle génération en quarante ans. C’est pourquoi nous pouvons être optimistes. Le soleil de l’islam brillera bientôt. Car l’Europe est en déclin et, en ce qui nous concerne, nous musulmans, nous connaissons un réveil de notre foi, du sens du devoir, et de la morale. Et tout cela va nous faire remonter la pente.

Ce n’est pas en une journée que l’islam revivra. Et peu importe que ce ne soit pas durant notre vie, mais l’important est que nos enfants, les générations à venir, voient le soleil de l’islam se lever à nouveau. Il nous incombe de mettre nos efforts au service de la Umma jusqu’au dernier instant avant notre rencontre avec Allah. A ce moment nous pourrons Lui dire que nous avons tout fait pour servir cette religion. L’histoire est pleine d’exemples : Soumayyah, la première martyr de l’islam est morte alors que l’islam n’avait pas encore eu de succès. Hamzah mourut au moment de la défaite à la bataille de Uhoud. Allah ne leur a pas demandé pourquoi l’islam était faible à leur époque, mais plutôt s’ils avaient accompli quelque chose pour servir l’islam. Ce sera notre tour, un jour, de répondre à cette même question. Sera-t-il suffisant de répondre que nous avons accompli nos prières et toutes nos dévotions ?

Dans le Coran, il y a un verset remarquable qui réunit l’idée qu’Allah fait revivre les cœurs et qu’Il fait revivre la terre. Allah dit –ce qui peut être traduit comme : « Le moment n’est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs cœurs s’humilient à l’évocation d’Allah et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran]? Et de ne point être pareils à ceux qui ont reçu le Livre avant eux. Ceux-ci trouvèrent le temps assez long et leurs cœurs s’endurcirent, et beaucoup d’entre eux sont pervers. » Et le verset suivant : « Sachez qu’Allah redonne la vie à la terre une fois morte. Certes, Nous vous avons exposé les preuves clairement afin que vous raisonniez. » (TSC, Al-Hadîd, ‘Le Fer’ : 16-17)

Ces deux versets sont étroitement liés ; en effet Celui qui fait revivre la terre est Celui qui fait revivre les cœurs, les âmes, les nations. C’est la signification des plus beaux noms d’Allah (Asmâ’ Allah Al-Housnâ), ‘Qui donne la vie’, (Al-Mouhyî) et ‘Qui donne la mort’ (Al-Moumît).

Après la mort de ‘Uzayr, les juifs retournèrent à leur mécréance et dirent de lui qu’il était le fils de Dieu. Allah dit –ce qui peut être traduit comme : « Les Juifs disent: «’Uzayr est fils d’Allah» et les Chrétiens disent: «Le Christ est fils d’Allah». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse! Comment s’écartent-ils (de la vérité)? » (TSC, At-Tawba ‘Le repentir’ : 30)

Le cheikh Al-Sha’râwî (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit au sujet des juifs qui dirent qu’Uzayr est le fils d’Allah : C’est une des choses qui provoque le plus la colère divine, car cela touche à la Grandeur d’Allah. L’homme engendre un fils pour l’une de ces quatre raisons :
· Pour perpétrer son nom après sa mort, et Allah (exalté soit-Il) est le Vivant et ne meurt pas.
· Pour que ce fils le soutienne dans sa vieillesse, et Allah (exalté soit-Il) est le Très Fort (Al-Qawî) qui ne faiblit jamais.
· Pour que l’enfant hérite de son bien, et Allah (exalté soit-Il) est l’héritier de la Terre entière avec tout ce qu’il y a.
· Pour avoir un pouvoir dans ce monde, et Allah (exalté soit-Il) est le Puissant. Et nous les hommes, sommes faibles et avons besoin de Lui.

Allah n’a nul besoin de toutes ces raisons. Attribuer un fils à Allah est une atteinte à Sa Grandeur (exalté soit-Il). Et pour cette raison, cela provoque la colère d’Allah plus que toute autre chose. Allah dit dans le Coran – ce qui peut être traduit comme : « Et ils ont dit: «Le Tout Miséricordieux S’est attribué un enfant!» Vous avancez certes là une chose abominable! Peu s’en faut que les cieux ne s’entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent, du fait qu’ils ont attribué un enfant au Tout Miséricordieux, alors qu’il ne convient nullement au Tout Miséricordieux d’avoir un enfant! Tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre se rendront auprès du Tout Miséricordieux, [sans exception], en serviteurs. Il les a certes dénombrés et bien comptés. Et au Jour de la Résurrection, chacun d’eux se rendra seul auprès de Lui. (TSC, Maryam ‘Marie’ : 88-95)

Et pour finir, n’oublions pas de nous repentir chaque soir au moment de nous coucher, et de toujours demander pardon lorsque nous fâchons quelqu’un. Et qu’Allah accepte nos prières.

La suite prochainement In cha Allah avec les débuts d'histoire de Zacharie et Marie...
Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Les histoires des prophètes   Mar 05 Fév 2013, 08:29

Salam alikoum , mon cher riad

j'ai lu l'exposé que je connaissais déjà en arabe mais , j'ai une petite remarque , concernant la traduction , pour l'histoire de Moïse , le mot "HAMAN" est traduis d'une manière fausse par rapport à la phonétique , et ce mot a sucité beaucoup de critiques de la part des occidentaux " min bab el ijtihad" , et c'est mon avis le mot HAMAN doit être écris HEMEN !! .
phonétiquement parlant , la transcription est plus juste "HA.." ne colle pas mais on a ajoutait "HÂ.." qui tend vers "HE.." ,même chose pour "..MAN" la prononciation n'est pas juste , car la traduction phonétique est "..MEN" , d'où la vrai prononciation et traduction "HEMEN" , je pense qu'il y a un problème de lecture .

même chose pour " Wa Firaoun dou el Awted" , il a été traduit " pharaon aux pyramides" , les traducteurs se sont basés sur les interprétations coraniques , mais le mot " watad " ou au pluriel " awtad " , veut dire " piquet , poteaux et colonnes" , quelque chose qui tient solidement de bas en haut , et le mot colonnes correspond parfaitement à la description , les pharaons construisaient des colonnes , et RAMSSES 2 qui est le pharaon de Moïse , et dont je suis convaincu " les signes ont été prouvés dans le coran " a bien construit le RAMESSEUM ( le temple des millions d'années ) avec plus de 134 colonnes , qu'en pense tu?
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Ven 08 Fév 2013, 21:07

Wa aleikom salam

Oui je pense que t'as pas tord, mais en meme temps je n'ai pas assez de connaissance étymologique pour risquer de définir un mot. Donc, je ne fais que rapporter l'histoire raconté par Amr khaled.

Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Les histoires des prophètes   Sam 09 Fév 2013, 09:24

Salam alikoum ,

Dans mon étude sur l'histoire de Moïse , j'ai trouvé beaucoup d'appréciations qui ne collent pas avec le coran :

je m'explique :

- L'histoire du Docteur Maurice bucaille , concernant le mot "HAMAN" , qu'aprés avoir fait sa conférence aux états unis et où dans le débat on lui a posé la question " que vient faire ce HAMAN avec le Pharaon , puisqu'il a été cité 06 fois !!" , il a répondu qu'il avait aucune idée , mais qu'il étudiera la question dès son retour en France , c'est ce qu'il fit , il chercha dans un dictionnaire des noms propres égyptiens et il trouva que le mot "HAMAN" existait et avait la définition de "chef de carrière" , il confirma avec l’égyptologue allemand auteur du livre et lui demanda où se trouvait la prescription , il lui répondit qu'elle se trouvait à vienne dans un musée .

Bref dans tout cette histoire , j'ai retenu la définition de " chef de carrière" qui a était repris dans les miracles du coran de "Harou yahya" et que je ne partage cette avis !!, mais lorsqu'on lit le coran , les versets nous explique que le soit disant "HAMAN" , avait ses propres soldats d'où l'expression "...wa jounoudahouma !!.." , donc le pharaon et haman avaient tous les deux leur propre soldats , dont en déduit que le personnage "HAMAN" était très proche au pharaon , et il était d'un rang plus important qu'un chef de carrière .

et c'est à partir de cette constatation que j'ai commencé mon investigation sur le mot "HAMAN" , et j'ai trouvé qu'il y avait un problème dans la traduction du mot , il fallait lire "HEMEN" au lieu de "HAMAN" , mais que voulez dire en hiéroglyphes "HEMEN" ??

j'ai été obligé de faire de l’égyptologie pendant 03 mois , après des recherches , le mot "HEMEN" était un nom ancien dans l'egypte antique , trés connu il veut dire " Dieu guerrier protecteur des forces du mal " , beaucoup d'inscriptions hiéroglyphiques se trouvent à l'entrée des pyramides et à Héfat à la haute égypte .

et lorqu'on étudie la vie des prêtres de l'egypte antique , nous trouvons qu'il avaient eux aussi plusieurs titulatures comme les pharaons ( jusqu'à cinq noms) , et ils empruntaient les noms des dieux , et le nom "HEMEN" correspondait à la personnalité de RAMSSES 2 , il était guerrier et dans son entourage il y avait des grands prêtres qu'ils le conseillait d'où le grand prêtre "HEMEN" ou "HORUS" dans la traduction grecque , un dieu mi-faucon mi-homme , nous savons aujourd'hui que tout les grands prêtres avaient leur propres soldats pour protéger leur bien et leur temple , car chaque ville avait son propre dieu ( AMON ,SETH ,PTAH, Rê ,...) donc un prêtre qui le représentait .

je suis convaincu à partir du coran , puisqu'ALLAH , nous a donné les signes !!!, "HEMEN" était un grand prêtre (prophète et Oracle) , oracle parce qu'il a expliquait à pharaon le sens du rêve qu'il a fait et lui a prédit la venue d'un prophète qui détruira toutes ces croyances et sauvera les fils d’Israël de l'esclavage dont ils souffraient , l'expression est clair dans le coran comme le soleil " ...wama kanou yahdaroun.."

mon ami riad je suis un scientifique , et je ne capitule pas devant " el Moussalamat" , je respecte les travaux de nos savants mais je préfère la critique et le débat , car qu'on je vois que certains ériduts s'attaque au coran , je pense qu'il faudrait s'armer à le défendre par la logique , la science " wal houdja !!" .

je te propose la critique qui a été faite sur ce sujet , ainsi qu'une étude sérieuse , les sujets sont en anglais tu n'as qu'à traduire avec google-traduction :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Dim 10 Fév 2013, 16:26

Salam aleikom

Je vois ce que tu veux dire et encore une fois, je pense que l'acquisition de la science se fait graduellement et qu'on apprend continuellement. On ne peut être savant dans tous les domaines et c'est la raison pour laquelle que la combinaison de plusieurs science et plusieurs compétences peut faire beaucoup de bien.

Je peux te proposer quelque chose vis à vis des prochaines éditions des histoires des prophètes?
Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Les histoires des prophètes   Dim 10 Fév 2013, 22:04

propose moi ce que tu veux !! , sauf je peux t'ajouter un autre signe que j'ai découvert et qui démasque le pharaon de Moïse , je te ferais un exposé détaillé la prochaine fois , mais j'aimerais attirer ton attention en ce qui concerne l'histoire du prophète JOSEPH , le film ou feuilleton fait par les iraniens , si tu regarde le synopsis tu trouvera qu'on situe l'histoire à la 18e Dynastie des pharaons , période des AMENOPHIS ( 3 et 4 ) , qui est totalement en contradiction avec le coran , tu peux entendre l'interprétation du cheick Al moutawali Al chaarawi , il fait une démonstration de Maître en démontrant par A+B que la Période était celle des HyKsos ( 1650-1550) et non l'époque d'AKHENATON ( 1380 ?!) .



Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Mar 12 Fév 2013, 08:11

azdan a écrit:
propose moi ce que tu veux !! , sauf je peux t'ajouter un autre signe que j'ai découvert et qui démasque le pharaon de Moïse , je te ferais un exposé détaillé la prochaine fois , mais j'aimerais attirer ton attention en ce qui concerne l'histoire du prophète JOSEPH , le film ou feuilleton fait par les iraniens , si tu regarde le synopsis tu trouvera qu'on situe l'histoire à la 18e Dynastie des pharaons , période des AMENOPHIS ( 3 et 4 ) , qui est totalement en contradiction avec le coran , tu peux entendre l'interprétation du cheick Al moutawali Al chaarawi , il fait une démonstration de Maître en démontrant par A+B que la Période était celle des HyKsos ( 1650-1550) et non l'époque d'AKHENATON ( 1380 ?!) .


Salam aleikom mon frère

En fait, ce que je voulais te demander comme aucun cheich, ni aucune personne n'a la science infuse sur tout les domaines, en matière de science de la Terre (langue, physique, math, médecine, astronomie, histoire, ect,...). Je te donne à lire mes sources de Amr khaled et si jamais t'as une explication avec la preuve d'un phénomène cité dans le coran ou dans un hadith alors tu adapte le discours et l'interprétation faite par le cheick. Pour ne citer que l'exemple, que l'exemple que tu viens d'évoquer en haut.

Tu serais d'accord?
Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Les histoires des prophètes   Mar 12 Fév 2013, 08:54

Salam alaykoum RIAD ,

je serais ravis de relire ce que tu veux me proposer sur AMR KHALED , tu peux commencer avec l'histoire de Moise , j'ai déjà une étude en place , " Bi Koul Tawadoue " je te dirais ce que m'a appris ALLAH et notre prophète Mohamed (psl) , je n'ai rien à cacher c'est le patrimoine de tous les croyants .
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Mer 27 Fév 2013, 08:30

Salam aleikom mon frère

azdan a écrit:
Salam alaykoum RIAD ,

je serais ravis de relire ce que tu veux me proposer sur AMR KHALED , tu peux commencer avec l'histoire de Moise , j'ai déjà une étude en place , " Bi Koul Tawadoue " je te dirais ce que m'a appris ALLAH et notre prophète Mohamed (psl) , je n'ai rien à cacher c'est le patrimoine de tous les croyants .

Désolé, pour la longue absence, j'étais à Istanbul quel magnifique ville.

Je te propose que l'on écrit l'histoire de Moise sur ce lien, qu'en pense tu?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voici mon lien pour mes sources des histoires des prophètes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Dim 03 Mar 2013, 10:18

riad a écrit:
Salam aleikom mon frère

azdan a écrit:
Salam alaykoum RIAD ,

je serais ravis de relire ce que tu veux me proposer sur AMR KHALED , tu peux commencer avec l'histoire de Moise , j'ai déjà une étude en place , " Bi Koul Tawadoue " je te dirais ce que m'a appris ALLAH et notre prophète Mohamed (psl) , je n'ai rien à cacher c'est le patrimoine de tous les croyants .

Désolé, pour la longue absence, j'étais à Istanbul quel magnifique ville.

Je te propose que l'on écrit l'histoire de Moise sur ce lien, qu'en pense tu?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voici mon lien pour mes sources des histoires des prophètes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Salam Aleikom

Comme tu l'as suggéré, si tu veux bien on revoit l'histoire de Moussa. Pour cela, je propose de t'envoyer à chaque fois une partie de l'histoire de Moussa comme publié auparavant pour que tu puisse relire et enrichir si possible sans répétition. Après réflexion, je te propose de diffuser sur un nouveau sujet. Ce sujet s'appellera les histoires des prophètes- partie 2.

Règle que nous devons respecté:

Pour qu'une partie soit diffusée, il faut que ce soit validé par toutes les personnes participant au sujet, aujourd'hui on est 2 mais peut être que soheyb ou d'autres personnes nous rejoindrons un jour.
Nos sources s'il s'agit d'un apport personnel nouveau, doivent s'appuyer sur une preuve scientifique, historique, linguistique reconnue et doivent être vérifier par le coran et le hadith, si le sujet a déjà été traiter par le passé alors cités les sources islamiques correspondantes



Tu en pense quoi?
Revenir en haut Aller en bas
azdan
Moderateur
Moderateur



MessageSujet: Les histoires des prophètes   Dim 03 Mar 2013, 11:11

salam alaykoum

Istanbul c'est une belle ville , j’espère que tu as fait un tour dans ses musées , quand je vais dans une ville , première destination les musées e,suite les monuments .

excuse moi de n'avoir pas pu te répondre toute de suite , car j'étais engouffré dans cette étude sur la naissance de jésus , c'est un vrai labyrinthe , bref .

commençons par le commencement !!

Sourate 28 - 3,4,5,6

"(3) Nous te racontons en toute vérité, de l'histoire de Moussa et de Pharaon, à l'intention des gens qui croient. (4) Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d'abuser de la faiblesse de l'un d'eux: Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre. (5) Mais Nous voulions favoriser ceux qui avaient été faibles sur terre et en faire des dirigeants et en faire les héritiers, (6) et les établir puissamment sur terre, et faire voir à Pharaon, à Hâmân, et à leurs soldats, ce dont ils redoutaient."

Méditons tout d'abord sur ces passages :

Le coran lorsqu'il cite l'histoire d'un prophète , il ne le fait pas sous forme chronologique comme la bible ,mais plusieurs versets en parlent et le mystère et tout entier , il n'y a que l'histoire de Joseph qui est raconté dans une seule sourate celle de "Sourate Youssef" .

ces versets ont été révélé quand le prophète Mohamed (psl) vivait à la Mecque , et nul des personnes qui ont cru en Mohamed (psl) ne connaissait l'histoire de Pharaon et de Moïse , les pélerins de "Yatreb" aujourd'hui El-madina , rapportèrent tout ce qu'il ont entendirent sur ces récits , et bien sûr les juifs de Yatreb ( les gens du livre) étaient tous à l'écoute .
Pour cela le verset précise
Sourate 28-(3) Nous te racontons en toute vérité, de l'histoire de Moussa et de Pharaon, à l'intention des gens qui croient.

Le verset 4 fait une description du personnage de pharaon , un homme hautain , agissant en tyran , autoritaire et dictateur , il diviser les gens en classe et abuser des faibles , ils tuait les enfants et laisser vivre les femmes pour qu'elles soient ses esclaves , il était injuste et mécréant envers dieu .

Dans le verset 5 , dieu nous montre que tout cela vas changer , par sa volonté , et les faibles deviendront vainqueur de la tyrannie du pharaon.

Le verset 6 : nous trouvons dans ce passage un nouveau personnage qui est Hâmân , il est claire que cet personne avait une notoriété près du pharaon , il avait ses propres soldats , et comme Pharaon il craignait et redoutait ce qu'il les attendait .

nous avons commencer par une interprétation exotérique des versets , la partie ésotérique que nous allons faire concerne les personnages et le Mystère des événements :

Pour commencer si dieu le veut ( wallah AAllam ), nous devons nous poser quelques questions pour poursuivre notre interprétation :

1. Qui est Hâmân ?
2. Que redoutait-t-il lui est le pharaon ?

Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Lun 04 Mar 2013, 22:48

azdan a écrit:
salam alaykoum


1. Qui est Hâmân ?
2. Que redoutait-t-il lui est le pharaon ?


Salam aleikom si tu nous donne quelques éclaircissement sur Haman jazak Allah car il est certain que je n'ai pas bien saisi son histoire?
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Rappel des dernières leçons des histoires des prophètes   Mer 17 Avr 2013, 23:56

Salam aleikom

Aprés une période d'absence, nous nous remettons In cha Allah au compte des histoires des prophètes. Les prochaines leçons vont ètre destinées aux histoires de la famille d'Imran (famille de Marie et de Zacharie). Donc, voici en attendant un rappel par vidéo des dernières leçons que nous avons vue.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Histoire de la famille d'Imran   Jeu 18 Avr 2013, 00:19

Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux.

Ceci est l'histoire de toute une famille de prophètes. Elle commence par le grand-père et l'aïeul, nommé Imrân, et sa femme dont on ne connaît pas le nom bien que dans toute cette histoire, l'essentiel a été fait par cette femme. La piété qui règne dans cette famille revient à cette grand-mère. Elle était très pieuse et de sa descendance est issue de cette si bonne famille.

Imrân et sa femme avaient deux filles. L'aînée était l'épouse de Zacharie (Zakariya), et la plus jeune ‘Marie’ née bien plus tard. Donc le fils de la plus grande est Jean-Baptiste (Yahia), et celui de la plus jeune est Jésus. Peut-on imaginer comment était l'arbre généalogique de cette famille, et comment ils vivaient tous ensemble? L'histoire est longue et nous allons l'aborder en deux parties.

Nous ne savons pas si cette famille était riche ou pas. C'était une famille modeste, et l'essentiel c'est que c'était une famille de croyants. Le Saint Coran en éternise l'histoire jusqu'au Jour du jugement. A cet égard, on se demande comment sont nos familles aujourd'hui ? Est- ce que vous accordez grand intérêt au nom de votre famille et à sa notoriété ou bien à sa foi et à sa bonne relation avec Allah ?

Notez bien que si l'une des sourates coraniques porte le nom d'une famille " La famille de ' Imrân ", ce n'est pas grâce à ses possessions, mais plutôt à sa foi. Voyons avec les jeunes: quand vous voulez vous marier, est-ce que l'essentiel pour vous est de savoir si la jeune fille est riche ou si sa famille est célèbre? Qu'est-ce qui importe le plus? Que ce soit une famille connue sur terre, ou connue et réclamée dans les cieux?

Est-ce que vous espérez que votre famille aura la même valeur que celle de Imrân? Est-ce cela votre but? Ou alors est-ce que vous cherchez la beauté sans même vous soucier que votre épous(e) soit pieus(e) ou pas ? Aujourd'hui nous parlons de la vie d'une famille croyante, donc j'ai voulu vous demander votre point de vue sur votre future famille.

Cette famille ainsi que ses prophètes sont les derniers des Fils d'Israël. Après Jésus, il n'y aura plus de prophétie chez ce peuple.

Jean-Baptiste est de trois ans l’aîné de Jésus. Et la famille de Imrân et Zacharie sont la descendance de Salomon et de David. Nous remarquons que les familles des prophètes sont liées entre elles. Effectivement, cela n'est pas fait par hasard (de même, le prophète Mohammed (BP sur lui) est le petit-fils d'Ismail, et Youssouf est le petit-fils d'Ibrahim). Il s'agit là d'une loi universelle : quand une personne est pieuse dans une famille, Dieu est content d'elle et sa descendance sera bénie et pieuse.

En d’autres termes, si on voit une personne vertueuse, cela veut dire que l'un de ses aïeuls était en bonne relation avec Allah. C'est pour cela qu'Allah dit dans le verset suivant - ce qui peut être traduit comme : " En tant que descendants les uns des autres " (TSC[i], 'Al-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 34) c'est-à-dire qu'ils puisent leur force et leur croyance les uns des autres. Donc l'unique garantie pour que vos descendants soient pieux est que vous fondiez une famille pieuse et reliée à Dieu.

Et j'adresse ceci particulièrement aux pères et aux mères qui ont peur pour leurs enfants pendant l'adolescence, car si vous êtes pieux et que vos enfants s'égarent du bon chemin, Dieu va les guider vers la voie de la vérité et du bonheur. J'ai vu cela dans plusieurs familles très croyantes. Aussi, dans le Saint Coran nous trouvons le meilleur exemple de ce que je viens de dire, notamment dans l'histoire du " mur ". Quand Dieu ordonna à Al-Khidr, (accompagné par Moïse), de reconstruire un mur branlant appartenant à deux orphelins jusqu'à ce qu'ils grandissent et bénéficient du trésor qui y était caché et ceci eu égard à leur père qui était un homme vertueux.

Commençons l'histoire par le verset 33 - ce qui peut être traduit comme : "Certes, Allah a élu Adam, Noé, la famille d'Abraham, et la famille d’Imran au-dessus de tout le monde". Pourquoi Dieu a-t-Il préféré ces gens-là à toute l'humanité? Parce qu'ils sont l'axe de l'humanité.

Adam est le premier père de l’humanité, puis après le déluge qui a noyé toute la terre, Noé devient le second père des humains. Puis Abraham, le père de tous les prophètes, puis ses fils Isaac et Ismaël. Le premier fut le père de tous les prophètes des fils d'Israël, Jacob, Joseph, les Tribus, David, Salomon, Cho’aib, Jonas et Job. Et Ismaël fut l'aïeul de notre Prophète Mohammad (BP sur lui), et qui fait partie de la famille d'Abraham.

Par ailleurs, les membres de la famille d’Imrân sont: Zacharie, Jean-Baptiste, Marie et Jésus (notez que les descendants de 'Imrân étaient des prophètes quoiqu'il ne le soit pas lui-même). Ainsi, on peut dire que Dieu a élu deux personnes: Adam et Noé, et deux familles: celle d’Imrân et celle d’Abraham.

En effet, le terme " élu " signifie choisi ; d'après le hadith du prophète Mohammad (BP sur lui) : "Allah a regardé dans les coeurs des prophètes et il en a choisi les plus patients, décidés, et ce sont: Noé, Abraham, Moïse, Jésus et Mohammad (BP sur lui). Puis Il a regardé dans les coeurs des meilleurs prophètes et a choisi Mohammad (BP sur lui) et toute sa nation après lui."

Quand Dieu dit- ce qui peut être traduit comme : " En tant que descendants les uns des autres ", cela ne veut point dire la ressemblance physique, mais plutôt le fait d'hériter les uns des autres la foi, la piété, les bonnes intentions, l'amour de Dieu, l'obéissance à Ses ordres et la pureté.

En outre, on peut se demander pourquoi cette sourate porte le nom de " La famille de 'Imrân " ?

En effet, à travers les faits qui règnent dans une sourate, on peut distinguer la raison de sa dénomination. Il n'y a aucune sourate du Coran dont le nom n'est pas en relation avec ce qu'elle contient. Autrement dit, ces appellations ne sont pas dues au hasard, mais qui les a mises ? L'ange Djibril (Gabriel) a révélé au Prophète (BP sur lui) l'ordre de classement des sourates et des versets du Coran.

Et on peut se poser d'autres questions: Pourquoi la sourate An-Noûr (la lumière) a été nommée ainsi? La dénomination de cette sourate réfère non seulement au verset qu'elle renferme- ce qui peut être traduit comme : " Allah est la Lumière des cieux et de la terre " (TSC, 'An-noûr' (LA LUMIERE) : 35) mais également aux autres versets qui dépassent la soixantaine. Cette sourate nous apprend comment on doit sauvegarder la société afin de ne pas dévier du bon chemin. Alors, on y trouve :

· La sentence concernant les adultères.

· L'interdiction d'accuser les femmes vertueuses et chastes sans amener quatre témoins qui prouvent la véracité de cette accusation. Sinon, celui qui commet un tel péché sera puni par quatre-vingts coups de fouet.

· L'importance de marier les hommes et les femmes célibataires.

· Les règles de bienséance qu'il faut respecter en entrant dans les maisons d'autrui.

· Le voile comme législation prescrite aux musulmanes.

· L'importance de baisser le regard devant tout ce qui est prohibé de regarder.

Alors, si on applique le contenu de cette sourate, on garantira une société pieuse illuminée par la lumière divine (venant de Dieu) - ce qui peut être traduit comme : " Allah est la Lumière des cieux et de la terre ". Mais, où peut–on trouver cette lumière ? " Dans des maisons qu’Allah a permis que l’on élève " c'est–à–dire les mosquées. Et qui recevra cette lumière ? " des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de l’invocation d’Allah " Celui qui s'égare de cette lumière " Ténèbres [entassées] les unes au-dessus des autres. Quand quelqu’un étend la main, il ne la distingue presque pas. Celui qu’Allah prive de lumière n’a aucune lumière " (TSC, 'An-noûr' (LA LUMIERE) : 35, 36, 37, 40).

La sourate Al-Baqara (la vache), quant à elle, est une sourate hégirienne et c'est la première sourate révélée au Prophète (BP sur lui) à Médine. Elle n’a pas été révélée en une seule fois mais à plusieurs reprises, concomitamment avec des versets d'autres sourates. L'ange Djibril (Gabriel) apprenait à notre prophète la classification des versets et des sourates. Puis quarante des compagnons du prophète (BP sur lui) ont été chargés d'écrire et de classifier les versets et les sourates d'après ses directives. Il est donc inexact de penser que le Coran a été écrit après le décès du Messager d'Allah (BP sur lui). Ainsi, toutes les rédactions des Compagnons étaient dans le même ordre révélé par Gabriel. Après la mort du prophète (BP sur lui) et pendant le règne d'Abou-Bakr, le Coran a été rassemblé en un seul livre.

C’est le même cas pour la Sunna du Prophète (BP sur lui) et comme il y avait des gens pour écrire le Coran, il y en avait pour écrire la Sunna. Quant au hadith dans lequel le Prophète (BP sur lui) dit : "Ecrivez d'après moi le Coran et rien d'autre", il était adressé uniquement aux quarante Compagnons chargés de rédiger le Coran. Le reste des Compagnons transcrivait la Sunna. Alors, il est impossible que la sunna du Messager d'Allah n'ait pas été conservée, le verset qui dit –ce qui peut être traduit comme : « En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c'est Nous qui en sommes gardien." (TSC, 'Al-Hijr' : 9) englobe à la fois le Noble Coran et la Sunna. En effet, le Coran et les hadiths représentent toute la religion. Par exemple, quand on fait la prière on effectue quatre prosternations, on acquitte la zakat de 2,5 % … tous ces détails ne figurent pas dans le Coran, mais plutôt dans la Sunna.

Revenons à la sourate Al-Baqara révélée au début de l’arrivée du Prophète à Médine. Cette Sourate s’adresse aux Compagnons qui sont la nouvelle génération chargée de fonder la communauté musulmane. Ce qui veut dire qu'à la suite de l'Hégire à Médine, il s'agit du fondement d'une nouvelle communauté élue par Dieu en vue de la substituer au peuple d'Israël. Allah a commencé par raconter aux croyants l'histoire des juifs ainsi que les grands péchés qu'ils ont commis afin qu'ils en tirent des leçons et qu'ils les évitent. Ainsi, on peut dire que cette sourate est l'unique qui rapporte tous les péchés du peuple d'Israël. Elle y décrit par exemple leur altercation (lorsque le prophète Moïse –à lui salut – leur ordonne d’égorger une vache), leur importunité, leur impolitesse envers les prophètes et leur désobéissance à eux et à Dieu, leur profond matérialisme. Ces défauts regroupés constituent les plus dangereux qui peuvent caractériser un peuple. On peut donc constater que l'appellation de cette sourate vient du fait qu'elle exprime avec excellence les problèmes rencontrés par la communauté d'avant l'Islam.

Prenons aussi la sourate " An-Nissâ’ " (Les Femmes) comme autre exemple. Pourquoi a-t-elle été nommée ainsi? En effet, elle aborde un seul sujet : les faibles et les opprimés parmi les hommes, les femmes et les enfants tels que les orphelins (qui sont mentionnés au début de la sourate), les minorités musulmanes (qui vivent dans les sociétés incroyantes) et les nécessiteux. Elle lance un appel de justice envers les femmes – qui constituent le meilleur exemple des faibles – comme si Dieu voulait nous dire que celui qui est juste à l'égard des femmes, sera capable de faire régner la justice sur terre.

Essayez donc de faire la même chose avec les autres sourates pour constater les raisons de leur dénomination surtout qu'aucun livre dans nos librairies musulmanes ne traite ce sujet.

Il faut prendre en considération que je me suis servi des exemples mentionnés ci–dessus pour vous préparer à comprendre pourquoi la sourate en question porte le nom de la famille de 'Imrân. Cette sourate parle de la période entre l'incursion de Badr, et celle d'Ohud, et les faits qui se sont déroulés après. Dieu a accordé la victoire aux musulmans le jour de Badr (malgré leur petit nombre et le manque d'équipement), c'est ainsi qu'Il les a élus. Puis, à Ohud, ils ont désobéi au Prophète (BP sur lui). Mais est– ce que cela veut dire que Dieu allait priver les musulmans de Son élection? Allah le Très Miséricordieux leur a donné une seconde chance. Cependant, pour conserver cette éligibilité et pour ne pas retomber dans les mêmes fautes, Allah leur raconte l'histoire de la famille de 'Imrân qu'Il a élue.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Histoire de la famille d'Imran   Jeu 18 Avr 2013, 00:36

Salam aleikom

La Sourate ‘Al-‘Imrân a été révélée pour deux raisons : après la conquête d'Ohud, pendant laquelle certains Compagnons désobéirent au Prophète (BP sur lui), Allah a voulu leur montrer la gravité de ce péché pour qu’ils ne le commettent plus et ainsi mériter d’être réélus par Lui. C’est ainsi que cette sourate vient nous révéler les qualités des personnes élues par Allah. Ceci est l’axe principal de la sourate, et la véritable raison pour laquelle elle a été révélée. A cette première raison s'ajoute une deuxième, celle de la première rencontre entre musulmans d'une part, et juifs et chrétiens de l'autre. Et cette rencontre a été dure.

Un groupe de chrétiens de Najrane, une région au Yémen, était venu voir le Prophète (BP sur lui) à Médine pour entendre son avis sur Jésus (Paix sur lui). Et puisqu’ils n’avaient pas où loger à Médine, le Prophète (BP sur lui) leur permit de résider à la mosquée durant leur séjour. Allah et Son Prophète ont voulu leur faire aimer l’Islam.

Ainsi, Allah a révélé, pendant le séjour des chrétiens une sourate qui porte le nom de l'une des plus grandes familles juives et chrétiennes, comme s’Il voulait leur montrer l'importance de cette famille ainsi que sa relation étroite avec Lui. Et nous, comment vont nos familles, nos jeunes et leurs relations avec leurs familles? Sont-elles des relations superficielles ? Y a-t-il parmi nous celui qui cherche à avoir une famille forte et reliée à Allah, et qui souhaite que ses parents soient proches d' Allah? Lorsque vous fonderez une famille, voudriez-vous qu'elle soit reliée à son Seigneur? Chercherez-vous une épouse pieuse? En effet, Allah donne des familles comme celle de Imrân à ceux qui choisissent les bonnes épouses. Nous voulons des familles qui soient citées aussi bien dans le ciel que sur terre.

On pourrait me demander ce que pourra faire une personne mariée mais dont la famille est éloignée d’Allah? Et je réponds que les prières et les invocations restent ses seuls recours car Allah exauce les invocations de Ses serviteurs comme nous allons le voir dans l'histoire de la famille d'Imrân. Allah exauce aussi les prières des jeunes qui veulent voir leurs parents guidés et proches d’Allah. Il ne se passera pas une ou deux années à leur être obéissant que Dieu n'exauce tes vœux pour eux. Plusieurs jeunes, dans ce cas-là et malgré leurs informations très limitées en religion, ont réussi à cause de leur dévouement, de leurs prières, et aussi de leur bon comportement avec leurs parents.

Par contre, d'autres prétendent qu'ils sont pieux mais ils laissent leurs familles loin de la voie d'Allah. Je les conjure d'aider leurs parents, de prier pour eux.

En outre, je vous conseille de bien choisir vos épouses sans vous contenter de la beauté physique. Mais il est à noter que se marier avec la femme pieuse ne veut point dire que vous devez négliger le niveau social, critère qu’il faut respecter car il fait partie des enseignements de l'Islam et de la religion quant au choix du conjoint. L’histoire de Zeïnab Bint Jahch et de Zayd Ibn Haritha en est la preuve. Ils ont divorcé car leurs statuts sociaux n’étaient pas égaux et celle-ci a épousé le Prophète (BP sur lui). L'égalité dans la piété et dans le niveau social est essentielle. Quant au niveau matériel, on peut le mettre à part puisqu'il ne fait pas partie des priorités.

Retournons à l'histoire de la famille d'Imrân. Cette famille, comme le peuple d'Israël, vivait en Palestine conquise par les Romains. Ces derniers détestaient ceux qui croyaient en Allah et martyrisaient les Juifs. Et comme nous l'avons dit en racontant l'histoire du prophète Moïse (à lui le salut), quand le niveau de la foi augmente, la Palestine jouit de sa liberté et quand elle diminue, ce pays est aux mains de gens impérieux. Au temps de la famille d'Imrân, la foi était très diminuée dans cette région. Cette famille était l'une des seules familles, voire la seule famille croyante dans cette région. La Palestine était peuplée de Juifs éloignés de Dieu et les Romains l'avaient envahie.

Si on regarde la femme d'Imrân, on s'étonne de voir que c'est sa loyauté envers Allah qui était à l'origine de la libération de la Palestine car l'un de ses descendants allait libérer la mosquée Al-Aqsa. La fille aînée de cette femme était l’épouse du prophète Zacharie, mais il était vieux, comme c’est mentionné dans la sourate Maryam ‘Marie’ –ce qui peut être traduit comme : "Ô mon Seigneur, mes os se sont affaiblis et ma tête s'est enflammée de cheveux blancs." (TSC, Maryam ‘Marie’ : 4). Il était prophète, et il n'était pas jeune, alors que cette famille voulait engendrer des fils qui libéreront la Palestine, surtout que leur fille s'est mariée et n'a pas eu d'enfants.

Vous, avez dépassé les trente ans, vous vous reprochez de n’avoir rien fait pendant votre jeunesse. Beaucoup de jeunes qui ont dépassé l'âge du mariage se culpabilisent. Ils font leur prière et Allah l'acceptera, mais qu’ont-ils fait pour l'Islam? Ce qui veut dire que l'espoir est en vous les jeunes qui déployez un grand effort pour notre communauté musulmane en invitant les autres vers la voie d'Allah, en leur enseignant le Noble Coran, en les aidant, ou en pensant à des inventions pour assurer la prospérité des musulmans .

Il est à noter que la communauté musulmane diffère complètement des communautés précédentes : ces dernières triomphaient par le biais des miracles tels que mentionné dans les histoires des Prophètes. Par contre, notre communauté remporte la victoire grâce à l'effort fourni par les jeunes et les femmes musulmanes : ils consacrent leur vie à servir l'Islam, c'est ainsi que le miracle se produit et l'état de la terre se modifie. Il n'arrivera pas de miracle transcendant de nos jours. En d’autres termes, la victoire viendra par des gens pour qui la vie importe peu. Regardez Ali Ibn Abi Talib parlant du monde d’ici bas : « O vie, nous sommes divorcés trois fois. » Et c'est lui qui a rapporté le hadith du Prophète (BP sur lui) : "maudit soit le légitimateur[ii]" il en connaissait le sens et pourtant il dit à la vie qu'il a divorcé d'elle trois fois et qu’il ne lui reviendra guère.

La victoire ne vient pas de jeunes dont les rêves sont limités (mariage, enfants, travail...) Il faut que ces petits rêves, qui ne sont pas forcément illicites, se transforment en grands rêves. On peut rêver du plus haut Paradis, de lever les valeurs_àh d’ Allah sur la terre entière... Tout cela ne se réalisera pas en une nuit, mais il le sera en assistant à des leçons de religion, en s'approchant plus de Dieu, en accomplissant la ‘Omra, le pèlerinage, le ramadan, en regrettant les péchés commis avec l'intention de ne plus récidiver. Et ainsi, de progrès en progrès, le rêve de ta vie deviendra de voir l'Islam puissant.

Le principal but de la famille d’Imrân n'était pas d'avoir des enfants, mais de faire triompher la religion et de libérer la Palestine. Ils étaient les seuls musulmans et ils étaient âgés, mais ils priaient pour avoir des enfants, et spécialement un garçon qui deviendra un homme pieux, combattra les Romains et vaincra.

Ainsi l'épouse de Imran commença à invoquer Allah, bien que Imran soit un homme pieux. Mais la femme y tenait plus puisque c'est elle dont le Coran parle. C'est une femme âgée et si sa fille aînée est mariée à Zacharie qui est vieux alors que dire d'elle? Et pourtant elle rêve que la Palestine soit libérée, et elle veut avoir un fils.

Quelle fut donc sa surprise quand elle découvrit qu’elle était enceinte, elle dit –ce qui peut être traduit comme : "(Rappelle toi) quand la femme de ‘Imran dit : « Seigneur je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient." (TSC, ‘Al-‘Imrân (LA FAMILLE D'IMRAN) :35). C’est-à-dire que cet enfant est destiné à Allah, ce qui montre la sincérité et le dévouement de cette femme.

S'il y avait parmi nos jeunes quelqu'un de dévoué à Allah et dont l'intention serait sincère, Allah pourrait changer le cours de l'Histoire pour lui. Mais, nous, nous sommes voués à la vie et à travers nos voeux nous visons à réaliser des buts dans ce monde d'ici bas. Voyez donc cette femme et son vœu le plus cher. C'est la première fois que Allah nous montre qu’une femme a voué son enfant pour Lui seul. Elle voulait un garçon qui vive au sein de la mosquée d'Al-Aqsa, jusqu'à ce qu'il la libère.

Le début de la libération de la Palestine viendra donc par des gens croyants, pieux et qui ont réussi dans leurs pays.

Son vœu était d'avoir un garçon mais elle déclara le libérer de tout désir pour le vouer exclusivement à Dieu.

Le contraire du mot libre est esclave. Or chaque personne captive de ses passions, par son désir est esclave de ce désir : « Vois-tu celui qui prend sa passion pour sa propre divinité ?... » (TSC, Al-Jâthiya (L’Agenouillée) : 23.) Je ne veux pas dire l'esclavage de la prosternation... mais il y a des gens qui sont devenus esclaves de leur désir par exemple : « Malheureux soit l'esclave du dinar » hadith.

A cet égard, le libéralisme actuel prétend jouir d’une liberté qui n’existerait pas chez les musulmans puisque l’Islam oblige la femme à porter le voile et interdit la propagation du libertinage. Ne voient-ils donc pas qu’ils sont eux-mêmes esclaves de leurs désirs. Il se pourrait que l'un soit esclave d'une femme, un autre de ses désirs, un autre d'une cigarette, et ainsi de suite. Le sommet de la liberté est d'appartenir à Dieu tout Seul.

La suite prochainement In cha Allah...

Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'histoire de la famille d'Imran   Lun 06 Mai 2013, 18:53

Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux.

Le summum de la liberté est d’être seul l’esclave de Allah et non l’esclave d’un désir ou d'être soumis à un être humain ou encore l'esclave d'organisation telle que les banques par exemple. Le terme « liberté » est délicat dans le Coran mais la plupart n’y prête aucune attention.

Nos jeunes rêvent-ils d’avoir une descendance comme celle de Al-Imrân ?

La femme d’Imran quand elle dit « Accepte-le donc» n’avait pas encore accouché de son bébé mais sa prière était que Dieu accepte son intention.

Si tu désires qu’Allah exauce ton vœu alors aie l’intention de contribuer à à ta religion en étant soumis à Dieu et invoque Allah pour qu’il accepte tes pratiques. Il te donnera certainement car–ce qui peut être traduit comme : « … Allah est Audient et Omniscient » (TSC[i], 'Al-`Imrân (LA FAMILLE D’IMRAN) : 34). La femme d’Imrân avait donc la certitude qu’Allah écoutait sa parole et que Lui seul connaissait son intention.

« Puis, lorsqu’elle en eut accouché, elle dit: «Seigneur, voilà que j’ai accouché d’une fille…». Elle qui voulait un garçon fut découragée et eut peur que son intention n’eût été sincère "…or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n’est pas comme la fille."Je l'ai nommée Marie…" (TSC, 'Al-'Imrân (LA FAMILLE D'IMRAN) : 36) Deux sens sont à relever : le grand vœu se réalisa après 20 ans et la joie fut immense mais le nouveau-né fut une fille et non un garçon et les rêves commencèrent à s’effondrer.

Comme vous le remarquez, mon but n’est pas de relater des histoires mais d’en tirer des leçons.

Ainsi, il arrive que tu aies une sincère intention, que tu veuilles accomplir des actes ou que tu veuilles renoncer à un péché pour Allah, mais après une période tu te rends compte que ta prière et ton grand vœu n’ont pas été exaucés. Ne crois donc jamais qu’Allah n’a pas accepté tes invocations mais il est fort probable qu’Il ait un autre arrangement pour toi et que ta prière ait été acceptée. Ainsi, tant que tu Le pries sincèrement, ta prière ne peut qu’être réalisée. La preuve en est l’exemple de cette femme.

Nous sommes susceptibles de désespérer momentanément et de nous demander pourquoi Allah ne nous a pas entendus. Ainsi tu dirais « je voulais L’adorer mais Il ne m’a pas répondu », mais observons les ambitions de cette femme qui représentent l’une des caractéristiques de l’éligibilité. En effet, elle ne connut pas la résignation et fut toujours satisfaite de notre Seigneur. Comme mentionné précédemment, lorsqu’elle se confia à Allah en étant fortement découragée et qu’elle Lui dit qu’elle avait accouché d’une fille, elle reprit vite confiance en Allah et dit qu’elle allait l’appeler Marie. Même si elle n’eut pas été un garçon, elle voulut qu’elle soit Marie, l’adoratrice d’Allah. En effet, Marie dans leur langue signifiait « l’adoratrice ». Par la suite, elle dit–ce qui peut être traduit comme : « …et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni» (TSC, 'Al-'Imrân (LA FAMILLE D'IMRAN) : 36). Bien qu’elle soit une fille, elle souhaita que de sa progéniture viennent des hommes fidèles à Allah. Le verset « et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni» a un très joli sens. Le Prophète (BP sur lui) dit : « Tout nouveau-né est touché par Satan ». Il le touche par rancœur et animosité, à l’exception de Marie et de Jésus qui furent protégés grâce à la prière de la femme de Imran.

Vois-tu l’importance de l’invocation ? Ainsi grâce à la sincérité de cette femme, sa prière fut éternisée jusqu’au jour de la Résurrection.

Le hadith du Prophète (BP sur lui) va dans le même sens: « que si l’homme qui s'apprête à avoir des rapports intimes avec sa femme dit : “ Au nom d'Allah, Mon Seigneur, éloigne de nous Satan et éloigne-le de ce que Tu nous accorderas (notre progéniture) ». Ce dernier ne pourra pas nuire à l’enfant qu’ils concevront cette nuit.” C’est ainsi que nous aurons la garantie que l’enfant sera croyant, obéissant et non débauché.

Ainsi aucune situation de notre vie n’est laissée sans que le Prophète ne nous ait appris à faire des prières et des invocations la concernant.

« Son Seigneur l’agréa alors du bon agrément, la fit croître en belle croissance. » (TSC, 'Al-'Imrân (LA FAMILLE D'IMRAN) : 37)

Elle désirait un garçon et eut une fille et ”Allah l’agréa” signifie qu’Il a agréé sa prière. Deux sens ressortent de ce verset:

Le 1er sens: Comme si Allah disait à la femme de Imran: ” Qui est-ce qui a prétendu que le triomphe de La religion d'Allah ne vienne que par les hommes?. Ainsi le début de la libération de la Plastine commencera par Marie, un nouveau-né de sexe féminin. Observe donc la religion d'Allah et son respect de la femme qui est capable, tout autant que les hommes, de glorifier Dieu et sa religion.

La femme de Imran rêvait d’un garçon et sa prière fut que Dieu l’agrée, ce qu’Il fit mais en lui donnant une fille, Marie, qui accomplira ce que les hommes ne réussirent pas à accomplir et de sa descendance viendront des hommes qui contribueront au triomphe de cette religion.

Le 2ème sens: Allah veut nous montrer que les choses ne viennent que progressivement. La génération présente à l’époque n’était pas celle qui allait triompher contre l'injustice des hommes mais l’espoir est dans la génération d’après puisque Marie engendrera Jésus (Salut sur lui) et elle devait donc être patiente pour contribuer au règne de la justice de Dieu en Palestine et au monde entier.

Il ne faut donc pas désespérer si l’agrément d’Allah tarde car Allah a Ses lois dans ce monde et le changement n’arrive pas en une seule fois mais progressivement. Ainsi la prière de la femme de Imran fut exaucée mieux qu’elle ne l’espérait. Il faut donc que nous apprenions à être patients. En effet, le temps n’était simplement pas convenable pour la naissance de cet enfant pour libérer la mission planétaire de Jésus mais de cette fille viendra le bien aimé prophète tant attendue (Salut sur lui) qui sera l’un des plus grandioses de toute l’histoire de l’humanité et qui changera le cours de l’Histoire. En effet, le souhait de la femme d’Imran sera exaucé et c’est son petit-fils qui accomplira ce dont elle rêvait.

C’est ainsi que nous réalisons les arrangements de Dieu dans ce monde. Ce que nous croyons être non-agréé s’avère en effet être agréé et être source d’un bonheur non imaginé.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'histoire de la famille d'Imran   Mar 07 Mai 2013, 21:26

Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux.

Je vais revenir aux versets et à la beauté de la méditation. Regardons ce que cette femme dit en employant une langue familière: «Seigneur, je T’ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C’est Toi certes l’Audient et l’Omniscient...” (TSC, 'Al-'Imrân (LA FAMILLE D'IMRAN) : 35) quand nous faisons une prière, souvent nous nous adressons à Dieu en disant, par exemple: ” Seigneur je te demande ceci et cela” mais la mère de Marie nous apprend ici une nouvelle manière de prier: la méditation qui consiste, par exemple, à dire: ” Oh Seigneur, es-Tu satisfait ou non? Es-Tu pardonneur ou non? Si Tu me pardonnais tel péché je ferais telle et telle chose”. Es-tu capable de Lui parler dans cette simplicité comme si entre toi et Lui se déroulait un dialogue. C’est un bel acte d’adoration. Tu as le sentiment que tu Lui demandes et qu’Il te répond.

En parlant de méditation, je connaissais un jeune homme; pendant que nous jouions au football et que tout le monde riait je l’ai entendu dire, sans qu’il s’aperçoive de ma présence à côté de lui :” Seigneur, comme tu m’as fait rire dans l’ici-bas fais-moi rire dans le Paradis” et il l’a dit en langage familier. Imagines-tu donc sa proximité et son attachement à Dieu? Cela montre sa "connexion" avec Dieu à tous les moments de sa vie.

Essaie donc de parler à Dieu une fois et tu sentiras la douceur de cette proximité et Son amour. Il est possible que quelqu’un prie durant la nuit mais qu'il n’atteigne pas le degré de proximité que tu peux atteindre en Lui parlant. Aussi, il y a des personnes qui me disent qu’ils ont pris l’habitude, chaque jour en allant à l’université, de parler avec Dieu, en Lui demandant s’Il était satisfait d’eux, s’Il leur a pardonné et qu’ils ne supporteraient pas Sa colère.

Ecoute donc la femme de Imran durant sa méditation –ce qui peut être traduit comme : ” Seigneur, je T’ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C’est Toi certes l’Audient et l’Omniscient. » Ses actes d’adoration se poursuivent même après l’accouchement et son dialogue avec Dieu continue : « elle dit: «Seigneur, voilà que j’ai accouché d’une fille» or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n’est pas comme la fille. «Je l’ai nommée Marie, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni». Grâce à sa sincérité et son intention pour Dieu naquit Marie. Juste après l’allaitement et le sevrage, la femme de Imran emmena Marie au mihrab Al-Aqsa voulant accomplir sa promesse. Combien parmi nous font des promesses sans jamais les tenir?

Zacharie était l’Imam de la mosquée. Elle lui apprit la promesse qu’elle fit et qu’elle était destinée à avoir un garçon et malgré qu’elle accoucha d’une fille, elle voulut quand même tenir sa promesse et lui demanda de permettre à Marie de vivre au sein de la maison d'Allah à Jérusalem et d’y servir.

Voyez-vous comment Dieu élit les dévots qui vivent pour servir leur religion, leur but suprême étant de satisfaire Dieu. Ce dévot sera protégé, élu et élevé par Dieu et grâce à lui beaucoup de gens seront guidés sur le droit chemin.

Zacharie commença à réunir tous les serviteurs venus au Mihrab parmi les fils de Israël. La question était donc difficile surtout qu’il s’agissait d’une fille et qu’il fallait lui bâtir un sanctuaire propre à elle pour y adorer Dieu et servir la maison de Dieu. Ayant vu la fille et la luminosité de son visage, ils commencèrent à se la disputer, chacun voulant la garder pour lui comme mentionné dans le verset –ce qui peut être traduit comme : «… Car tu n’étais pas là lorsqu’ils jetaient leurs calames pour décider qui se chargerait de Marie! Tu n’étais pas là non plus lorsqu’ils se disputaient ». (TSC, 'Al-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 44)

Ils se disputèrent donc pour désigner la personne qui la parrainera car ils croyaient que le Bien viendrait d’elle. La solution fut que chacun vienne avec le crayon avec lequel la Torah est écrite. Ils jetèrent ces crayons à l’eau et Zacharie, qui était parmi eux, fit de même. Ces crayons étaient purs puisque la Torah est écrite avec. Tous les crayons coulèrent à l’exception d’un seul crayon qui resta en surface, c’était le crayon de Zacharie donc c’était lui qui la prit en charge.

Marie grandit donc sous la protection de Zacharie qui était son beau-frère. Le prophète Zacharie est mentionné à sept reprises dans le Coran et les mentions les plus importantes sont dans la Sourate de Al-Imran et dans celle de Marie.

A ce sujet, le Prophète (BP sur lui) dit : « Le prophète Zacharie était menuisier et il gagnait de l’effort de ses propres mains ». Pourquoi le prophète nous dit-il cela ? Quelle est la différence pour nous s’il était menuisier ou forgeron … ? Le Prophète veut nous dire qu’il n’ y a jamais eu de prophète sans profession. Leur tâche n’était pas seulement limitée à appeler à la religion, mais ils étaient aussi des gens de profession et qui gagnaient leur vie de l’effort de leurs propres mains.

L’intérêt de certains jeunes se limite à appeler les gens à la foi et préfèrent cela à leur succès professionnel et pratique. Alors qu’il faudrait réaliser un équilibre entre la religion et la vie pratique pour que nul ne croie que les pratiques cultuelles étaient la raison de son échec dans ses affaires vitales. Ainsi dans ce Hadith, le prophète nous affirme que tous les prophètes travaillaient et parmi eux Zacharie et qu’il n’étaient pas un fardeau pour leur société. Pourquoi ne l’appliquons-nous pas ?

Un appel à tous les jeunes et surtout pendant les vacances d’été ; pourquoi n’essayez-vous pas de travailler et d’imiter les prophètes. Apprenez n’importe quel métier au lieu de prendre votre argent de poche de vos parents ou passer son temps à ne rien faire.

Ainsi Marie commença à grandir sous la protection de Zacharie qui ne cessa de s’émerveiller devant ses pratiques. Et chaque fois qu’il entrait chez elle, il la trouvait en train de prier comme mentionné dans le verset–ce qui peut être traduit comme : « Chaque fois que celui-ci entrait auprès d’elle dans le Sanctuaire… » (TSC, 'Al-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 37) Elle était donc une fervente adoratrice. Chez les femmes, l’adoration, la prière de la nuit et la lecture du Coran sont plus fortes que chez les hommes. Cela est peut-être dû au fait qu’elles ont plus de temps et aussi à leur sensibilité.

« (Rappelle-toi) quand les Anges dirent: «Ô Marie, certes Allah t’a élue et purifiée; et Il t’a élue au-dessus des femmes des mondes. » (TSC, 'Al-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 42)

Ici on remarque qu’entre les deux mots « élue », vient le mot « purifiée ». En effet, ce verset concerne les compagnons qui étaient élus par Dieu dans la conquête de Badr car ils ont commis des fautes lors de la bataille de Ohud mais Dieu les a réélus après cette conquête. Ainsi ce même ordre de mots dans ce verset pour Marie est aussi valable pour les Compagnons. Or dans ce verset le mot « purifiée » entre les deux mots « élue » ne signifie pas que Marie a péché mais le message nous est adressé.

J’attire votre attention sur le fait que chacun d’entre nous est susceptible d’être élu à deux reprises. La première élection est une grâce de Dieu mais il est possible que tu ne mesures pas la valeur de cette grâce et que tu tombes dans l’erreur. Par la suite vient la deuxième élection et c’est comme si Dieu te disait « Je t’ai octroyé la première élection sans que tu ne l’aies demandée et tu es tombé dans l’erreur. Si tu te repentais, Dieu t’élirait une seconde et une troisième fois. » Le plus important est ton intention déterminée de te repentir et de ne plus récidiver. Tout cela nous montre la générosité de Dieu en nous octroyant une chance après l’autre.

« Ô Marie, obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s’inclinent ». (TSC, 'Al-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 43)

Ce verset signifie que si tu voulais que Dieu t’élise une deuxième fois tu devrais Lui obéir, te prosterner et t’incliner pour Lui. C’est-à-dire que tu devrais L’adorer davantage car l’une des conditions primordiales pour garantir que tu ne retomberais plus dans l’erreur est de préserver tes actes d’adoration et d’en faire davantage (prière, se lever la nuit, le petit pèlerinage « ‘Omra », le grand pèlerinage « Hajj », aumône…) Ainsi Dieu continuera à t’élire jusqu’à ta mort.

Marie avait atteint le degré de « maîtresse des femmes de l’univers ». Nulle autre femme n’est supérieure à Marie. Les savants avancent deux avis différents sur la manière dont elle avait atteint ce degré de supériorité:

· Le premier avis est lié à sa fervente adoration

· Le deuxième avis est lié à sa grande chasteté

Comme si ces deux conditions sont essentielles pour que Dieu élise Ses serviteurs.

· Quand est venue à Marie l’annonce qu’elle aura un enfant, elle a dit –ce qui peut être traduit comme : « ! Comment aurais-je un enfant, alors qu’aucun homme ne m’a touchée?» (TSC, 'Al-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 47) et elle a ajouté : « Malheur à moi! Que je fusse morte avant cet instant! Et que je fusse totalement oubliée!»(TSC, 'Maryam' (MARIE) : 23). Dans plusieurs sociétés, la chasteté est en train de déchoir. Tant de transgressions qui vont du toucher entre jeunes jusqu’à l’adultère, etc. et la raison essentielle de la perte de la réélection divine est justement la non préservation de la chasteté.

Allah couvre Ses serviteurs à l’exception du cas de l’adultère où la grâce de ce voile tombe. Et comme mentionné dans le verset –ce qui peut être traduit comme : « Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition. » Dieu est clément et miséricordieux mais dans le cas de l’adultère il dit –ce qui peut être traduit comme : « Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah ». (TSC, 'An-Noûr' (LA LUMIERE) : 2)

Le Prophète (BP sur lui) dit : « Il vaut mieux à l’un d’entre vous qu’il soit transpercé par une aiguille en fer que de toucher une femme qui lui est interdite. » Hadith authentique rapporté par At-Tabarani.

Que se passe-t-il donc de nos jours? Les désirs ont-ils à ce point pris les cœurs de nos jeunes? Faisons une comparaison entre une fille qui adore Allah, qui se consacre à Dieu, sa religion sans oublier son rôle phare dans la société et une autre fille sans cesse occupée au téléphone à discuter avec un jeune homme. Alors que la première pleure d’humilité pour Allah, l’autre pleure à cause d’un jeune homme qui est tombé amoureux de sa copine. Ainsi, nous voyons des exemples de gens qui préservent leur chasteté et d’autres qui la négligent.

La chasteté ne signifie pas seulement s’abstenir de commettre l’adultère mais c’est aussi la chasteté de la langue et de la préserver de proférer ce qui est licencieux et vicieux même s’il s’agit d’humour, la chasteté des membres, des yeux et celle du cœur quand il désire forniquer. Et comme on l’a déjà cité, la chasteté promeut l’homme pour être élu par Allah et l’homme perd cette chasteté quand il ne la préserve pas et de même son estime auprès d’Allah.

Même les animaux ont une chasteté; ainsi la douce femelle du pigeon se transforme en sauvage si un autre mâle que le sien essaye de l’approcher.

Il semble que le dessein de Satan soit d’exterminer la chasteté de la terre car il sait que l’élection est basée sur elle.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Histoire de la Sainte Marie   Sam 11 Mai 2013, 11:50

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Nous ne pouvons aborder la vie de Jésus, sans nous arrêter sur la vie de celle qui est placé auprès d'Allah, au dessus de toutes les femmes de l'humanité, la vierge Marie fille d’Imran. Cette fois-ci l'histoire est certainement mieux raconté par notre créateur, nous interviendrons qu'un minimum pour nous arrêter sur certains points.'Ô Marie, certes Allah t’a élue et purifiée, et Il t’a élu au-dessus des femmes des mondes. Ô Marie obéis à ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s’inclinent [32-33]. Marie obéissait déjà à son Seigneur avant cela, or cet appel des Anges n’était qu’un encouragement, pour l’aider dans ses efforts et sa dévotion.' L'histoire est citée à la suite des prophètes dans la sourate al Anbiyya (21), une sourate entière du Coran porte son nom (19), et la plupart des historiens musulmans tel Ibn Kathir, rapportent son histoire pour introduire celle de son fils. Ainsi, nous suivrons leur exemple, avec l’aide d’Allah…

{Certes, ALLAH a élu Adam, Noé, la famille d'Abraham et la famille d'Imran au dessus de tout le monde. En tant que descendants les uns des autres, et ALLAH est Audient et Omniscient. (Rappelle-toi) quand la femme d'Imran dit: "Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient. Puis lorsqu'elle en eut accouché, elle dit: "Seigneur, voilà que j'ai accouché d'une fille"; or ALLAH savait mieux ce dont elle avait accouchée! Le garçon n'est pas comme la fille. "Je l'ai nommé Marie, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni"}(3: 33-36}

{Son Seigneur l'agréa alors du bon agrément, la fit croître en belle croissance. Et Il en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d'elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d'elle de la nourriture. Il dit: "O Marie, d'ou te vient cette nourriture"? Elle dit: "Cela me vient d'ALLAH". Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter}.(3:37)

{Ce sont là des nouvelles de l’Inconnaissable que Nous te révélons. Car tu n’étais pas là lorsqu’ils jetaient leurs calames pour décider qui se chargerait de Marie ! Tu n’étais pas là non plus lorsqu’ils se disputaient}.(3 :44)


En discutant le cas de garde de Marie, ils (ce sont les prêtres) décidèrent de recourir au tirage au sort. Ils rassemblèrent leurs plumes et les mirent dans un endroit particulier. Ensuite, ils envoyèrent un enfant pour en apporter une. La plume que le garçon tira était celle de Zacharie . Quelques-uns demandèrent de répéter le tirage en jetant cette fois-ci, les plumes dans une rivière. La plume qui nagera contre le courant, son propriétaire gagnera la garde. Ce fut encore la plume de Zacharie qui sortit, mais ils se disputèrent, et demandèrent un troisième tirage. Cette fois-ci gagnera celui dont la plume va avec le courant, et de nouveau c’était Zacharie qui gagna. Ainsi, Zacharie devint le gardien de Marie.

{Chaque fois que Zacharie entrait auprès d’elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d’elle de la nourriture. Il dit : « O Marie, d’où te vient cette nourriture ? » Elle dit : « Cela me vient d’ALLAH . Il donne certes la nourriture à qui Il veut sans compter}.(3 :37). Des exégètes disent que Zacharie a construit une chambre séparée pour Marie à l’intérieur de la mosquée qui ne fut permise qu’à elle spécifiquement. Elle adorait ALLAH dans sa solitude jour et nuit, s’occupait de la mosquée toutes les fois qu’il était son tour de s’en occuper. Sa piété était sue. Les gens commencèrent à la citer comme exemple. ALLAH lui octroya des faveurs distinguées. Toutes les fois que le Prophète Zacharie entrait dans sa chambre pour prospecter ses besoins, il trouvait des fruits frais hors de toute saison. Il fut surpris de les voir partout dans cette chambre, et toutes les fois qu’il se renseignait à ce sujet en disant : {O Marie, d’où te vient cette nourriture ?} Elle lui répondait qu’ALLAH lui donnait ces fruits. {Cela me vient d’ALLAH . Il donne certes la nourriture à qui Il veut}. (3 :37)

Les anges vinrent à Marie, et lui donnèrent des bonnes nouvelles qu’elle fut choisie par le Miséricordieux parmi toutes les femmes de son époque. Elle fut son élue pour un but très spécial qui consistait à une naissance miraculeuse d’un bébé né sans père qui parlera dans son enfance, appellera les gens à la voie de Dieu , et qui appellera aussi dans sa maturité à la voie du Tout Puissant. Elle fut ordonné alors d’intensifier son dévouement et son adoration comme gratitude pour cette grande faveur de Sa part. Ce fut une grande épreuve pour elle, parce que sa piété et sa droiture étaient sues par tout le monde, et elle était informée du fait que les gens élèveraient le doigt de blâme et de calomnie d'avoir eu une relation illégitime.

{( Rappelle-toi) quand les Anges dirent : « O Marie, voilà qu’ALLAH t’annonce une parole de Sa part : son nom sera « Al-Masîh », « Issa (Jésus)», fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés d’ALLAH ». Il parlera aux gens, dans le berceau et en son âge mur et il sera du nombre des gens de bien ». Elle dit : « Seigneur ! Comment aurais-je un enfant, alors qu’aucun homme ne m’a touchée ? » « C’est ainsi ! » dit-IL. ALLAH crée ce qu’Il veut. Quand il décide d’une chose, IL lui dit seulement : « Sois » ; et elle est aussitôt. Et (ALLAH) lui enseignera l’écriture, la sagesse, la Torah et l’Evangile}. (3 :45-48)

Marie en effet était sortie du Temple et rencontra l’archange Gabriel, qui avait pris une apparence humaine. Lorsque celui-ci s’avança vers elle. {Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, (ne m’approche point) ». Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ». Elle dit : "comment aurai-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis pas prostituée ? » Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée »} (19 :16-21)

En y pensant, il fut étrange aux yeux de Marie de porter un enfant sans aucune relation sexuelle avec un homme, ainsi elle exprima sa surprise en disant: {Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et que je ne suis pas prostituée?} L'ange lui expliqua qu'il s'agissait d'un décret Divin déjà prescrit, et aucun ne pourra l'arrêter de se passer. {Il dit: Ainsi sera-t-il! Cela m'est facile, a dit ton Seigneur}.

ALLAH Le Tout Puissant dit que la naissance de Jésus était un signe de l'Omnipotence d'ALLAH , et qu'Il crée ce qu'Il veut sans le phénomène de cause ou d'effet. Il avait créé Adam auparavant sans père ni mère, et créé Eve hors d'un homme et sans mère. {Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C'est une affaire déjà décidée}. (19:21)

{Elle devint donc enceinte (de l’enfant), et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : « Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée ! » Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, (lui disant :) « Ne t’affliges pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis (lui :) « Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain »}. (19 :22-26)


Elle pleura de douleur et de stress mental en disant: {Que je fusse morte avant cet instant! Et que je fusse totalement oubliée!}(19:23). Elle souffrait des deux douleurs. La douleur de l'accouchement, et la douleur de calomnie. Elle était bien informée que les gens parlaient de son cas. Ils ne croyaient pas son histoire. Comment une femme d'une telle maison prestigieuse de prêtres et de Prophètes oserait s'engager à une telle indécence. Ce stress l'a menée à souhaiter la mort.


{Alors, il l'appela d'au-dessous d'elle}(19:24). La voix de qui était-elle? Selon Ibn Abbâs, Katâdah, As-Soudi et Ad-Dahhâk (rahimahumuLLAHI), c'était Gabriel qui l'a appelé. Mais selon Moujahîd , al Hasan et autres, c'était Jésus lui-même qui l'a appelée, et cette opinion est préférée par Ibn Jarîr aussi.


Ensuite, Marie fut recommandée de manger et boire et de se consoler, et si quelqu'un lui parlait, elle devrait indiquer qu'elle jeûnait. {J'ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : Je ne parlerai aujourd'hui à aucun être humain} (19:26). Dans leur charia, jeûner consistait à s'abstenir de manger, de boire et de parler. Mais dans la notre la restriction de parler a été soulevée.

{Puis elle vint auprès des siens en le portant (le bébé). Ils dirent : « O Marie, tu as fait une chose monstrueuse Sœur de Haroun, ton père n’était pas un homme de mal et ta mère n’était pas une prostituée ». Elle fit alors un signe vers lui (le bébé). Ils dirent : « Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? » Mais (le bébé) dit : « Je suis vraiment le Serviteur d’ALLAH. Il m’a donné le Livre et m’a désigné Prophète. Ou que je sois, Il m’a rendu béni ; et Il m’a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakât ; et la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent ni malheureux. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant »}. (19 :27-33)

{Tel est Jésus fils de Marie : parole de vérité dont ils doutent. Il ne convient pas à ALLAH de s’attribuer un fils. Gloire et pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois ! » et elle est. Certes, ALLAH est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-Le donc. Voilà un droit chemin (par la suite) ; les sectes divergèrent entre elles. Alors, malheur aux mécréants lors de la vue d’un jour terrible !}. (19 :34-37)

{et Il sera le messager aux enfants d’Israël, (et leur dira) : « En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oiseau, puis, je souffle dedans : et, par la permission d’ALLAH, cela devient un oiseau. Et je guéris l’aveugle-né, et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission d’ALLAH. Et je vous apprend ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voilà bien là un signe, pour vous, si vous êtes croyants ! Et je confirme ce qu’il y a dans la Torah révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui vous était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez ALLAH, donc, et obéissez-moi. ALLAH est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc: voilà le chemin droit}. (3 :49-51)

C’était la première parole que Jésus dit. La première chose qu’il dit était {Je suis vraiment le serviteur d’ALLAH}(19 :30).

Il a parlé de lui-même en étant serviteur d’ALLAH et non pas un fils et partenaire dans la divinité. Cela réfute la prétention des Chrétiens que lui et sa mère étaient divins. Jésus a alors clarifié sa mère de l’accusation de s’engager à la fornication et avoir un enfant illégal. Il dit qu’ALLAH lui a donné le Livre et la sagesse, et une personne privilégiée ne peut point venir de cette façon maléfique. ALLAH a condamné leurs calomniateurs, en disant :
{Et à cause de leur mécréance et de l’énorme calomnie qu’ils prononcent contre Marie}. (4 :156)

Après avoir cité l’histoire de la naissance de Jésus , ALLAH nous dit que c’est la seule vraie histoire, et réfuta la calomnie injuste des Juifs et la croyance trompée des Chrétiens au sujet de lui et de sa mère. Il dit : [color=indigo]{Tel est Issa (Jésus), fils de Marie : parole de vérité, dont ils doutent. Il ne convient pas à ALLAH de S’attribuer un fils. Gloire et pureté à Lui ! Quand Il décide d’une chose, Il dit seulement : « Soi » et elle est} (19 :34,35)

La même refutation se trouve dans d’autre lieux dans le Coran, par exemple :

{Voilà ce que Nous te récitons des versets et de la révélation précise. Pour ALLAH, Jésus est comme Adam qu’Il créa de poussière, puis Il dit : « Sois » et il fut. La vérité vient de ton Seigneur. Ne sois donc pas du nombre des sceptiques. A ceux qui te contredisent à son propos, maintenant que tu en es bien informé, tu n’as qu’à dire : « Venez, appelons nos fils et les votres, nos femmes et les votres, nos propres personnes et les votres, puis, proférons exécration réciproque en appelant la malédiction d’ALLAH sur les menteurs. Voilà certes, le récit véridique. Et il n’y a pas de divinité à part ALLAH. En vérité, c’est ALLAH qui est le Puissant, le Sage. Si donc ils tournent le dos, alors ALLAH connaît bien les semeurs de corruption}. (3 :58-63)

Ces versets furent révélés quand quelques Chrétiens de Najrân étaient venus au Prophète et discutèrent avec lui au sujet de Jésus et sa situation de divinité. En réponse, Dieu révéla l’histoire entière de Marie qui devint enceinte et la naissance de Jésus avec d’autres détails dans la sourate Al-Imrân. La communauté Juive était divisé en trois groupes. Il y avait des Juifs qui dirent qu’il était le fruit de l’amour, et ils ne crurent pas en lui. D’autres dirent qu’il était le fils d’ALLAH ou plutôt ALLAH Lui-même. Alors que le troisième groupe crut en son vrai Message, et qu’il était le Serviteur et Prophète de Dieu.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La suite prochainement In cha Allah...

Source Ibn Kathir
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Histoire de Zacharie et Jean   Mer 15 Mai 2013, 18:56

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Avant de continuer l'histoire de Jésus, nous devons absolument raconté celle Zacharie et Jean et retourner donc, un peu en arrière au jeune age de la meilleure femme des mondes Marie. Voici l’histoire d’un vieil homme faible qui aimait et craignait Dieu; un homme âgé nommé Zacharie (également appelé Zachariah) qui a passé sa vie à acquérir le savoir et à enseigner aux autres dans l’unique recherche de la satisfaction de Dieu. Le Coran raconte son histoire aux sourates 3 et 19, histoire similaire à celle rapportée dans l’Évangile de Luc.[1] Nous nous en tiendrons toutefois sur ce que le Coran nous rapporte au sujet de cet homme béni, car le Coran est demeuré inchangé depuis sa révélation à travers les 14 siècles. Du vivant même du Prophète, au fur et à mesure de sa révélation, le Coran est conservé dans les mémoires des hommes et récité chaque jour dans les 5 prières obligatoires et récité en entier dans les moquées lors des taraweeh du ramadan. La tradition orale est responsable de la préservation du Coran durant ces 1434 années. Le Coran fut également écrit dès l'époque du prophète Muhammad (swt)... Ces manuscrits correspondent exactement au coran qui circule aujourd’hui dans des millions de maisons à travers le monde, tandis que les messages qui le précédent ont été soit perdus, altérés ou manipulés par l'homme.

« C’est un récit de la miséricorde de ton Seigneur envers Son serviteur Zacharie. Lorsqu’il invoqua son Seigneur en secret: « Ô mon Seigneur! Mes os sont affaiblis et ma tête est recouverte de cheveux gris. Et je n’ai jamais été déçu en t’implorant, Seigneur. » (Coran 19:2-4)

Le prophète Zacharie était un membre de la famille d’Imran, une famille bénie qui comptait aussi en son sein Jésus et sa mère, Marie. Lorsque la jeune Marie entra dans le Temple de Jérusalem, Dieu, de par Sa grâce et Sa sagesse, fit de Zacharie son tuteur. Chaque jour, il rendait visite à Marie et s’assurait qu’elle avait tout ce dont elle avait besoin. La dévotion de Marie envers Dieu impressionnait Zacharie et il s’étonnait chaque fois de trouver des provisions dans sa chambre. On raconte qu’il trouvait chez elle des fruits d’hiver en plein été et des fruits d’été en plein hiver. Lorsqu’il lui demanda, un jour, où elle avait obtenu ces fruits, elle répondit que Dieu, le Pourvoyeur, était Celui qui lui avait fourni ces provisions. Elle dit :

« Cela me vient de Dieu. Dieu donne sans compter à qui Il veut. » (Coran 3:37)

En voyant la totale soumission de Marie envers Dieu et sa foi inébranlable en Lui en tant que Pourvoyeur, Zacharie comprit que peu importe à quel point nos besoins nous paraissent immenses ou, au contraire, insignifiants, Dieu est toujours là pour nous écouter et répondre à nos invocations.[2] Il s’agit là d’un fait très important à considérer. Dieu donne sans limites à ses vertueux serviteurs. Marie avait reçu des fruits hors saison... Zacharie invoqua son Seigneur pour une chose que les gens considèrent normalement comme impossible, car sa femme et lui avaient tous deux atteint la vieillesse et ils n’étaient plus en âge de concevoir un enfant. La générosité de Dieu, cependant, ne connaît pas les limites de ce bas-monde, et pour Lui, tout est possible. C’est de Marie que Zacharie avait appris cette importante leçon.

Alors Zacharie invoqua son Seigneur en secret, Lui disant qu’il était vieux, que ses cheveux étaient gris et que sa femme était également âgée, en plus d’être stérile. Il confia à Dieu son désir d’avoir un enfant qui Lui plairait. Zacharie demanda un fils, afin qu’il hérite de lui. Il ne pensait pas en termes de richesse, car il était fort pauvre; mais il voulait que son fils fasse partie de la lignée des prophètes, il voulait partager avec lui le savoir qu’il avait acquis tout au long de sa vie et le voir, à son tour, partager ce savoir avec les gens. Dieu répondit à son invocation :

« Alors les anges l’appelèrent tandis qu’il priait, debout, dans le sanctuaire : « Dieu t’annonce la bonne nouvelle d’un (fils dont le nom sera) Jean : (il viendra) confirmer une Parole de Dieu. Il sera noble et chaste,[3] et sera un prophète faisant partie des gens de bien. » (Coran 3:39)

Dans ce verset coranique, la « Parole de Dieu » a une signification particulière. En effet, cela fait référence à Jésus, car il fut créé par une Parole de Dieu (« sois! », et il fut). Le fils de Zacharie, Jean, allait faire partie de ceux qui croiraient en Jésus et qui se conformeraient à son message.

Zacharie reçut cette incroyable nouvelle alors qu’il était debout, en prière. Abasourdi, il demanda comment une telle chose pouvait être possible, vu son âge avancé et la stérilité de sa femme. Dieu lui confirma alors la leçon que Marie avait comprise :

« (L’ange) répondit : « Ainsi sera-t-il. Dieu fait ce qu’Il veut. » (Coran 3:40)

Zacharie demanda à Dieu un signe lui prouvant que ce miracle était bel et bien en train de leur arriver, à lui et sa femme. Dieu lui répondit que pendant trois jours, il (Zacharie) n’arriverait plus à parler aux gens que par signes. Il lui dit également de passer ce temps à L’invoquer et à Le glorifier.

Le Coran nous dit que le prophète Zacharie et sa femme étaient humbles, faisaient beaucoup de bonnes actions et invoquaient Dieu avec crainte et espoir; c’est pourquoi Dieu les rétribua en leur envoyant un fils, malgré leur âge avancé.

« Nous l’exauçâmes, lui donnâmes Jean pour fils et apportâmes la guérison à sa femme (pour qu’elle puisse porter l’enfant). Certes, [les prophètes] rivalisaient en bonnes actions et Nous imploraient par amour et crainte envers Nous. Et ils étaient humbles devant Nous. » (Coran 21:90)

Cet enfant se démarqua très tôt. En effet, Jean reçut de Dieu la sagesse alors qu’il était encore enfant, de même que l’ordre de se conformer à la Torah. Il était gentil envers les gens et savait leur démontrer de la compassion. Dieu créa Jean vertueux et sans péchés :

« (Et il fut dit à son fils) : « Ô Jean! Étudie assidûment l’Écriture. » Et Nous lui donnâmes la sagesse alors qu’il n’était qu’un enfant, ainsi que de la tendresse et une pureté (de cœur) de Notre part. Et il était pieux et dévoué envers ses parents. » (Coran 19:12-14)

La sincère invocation d’un vieil homme et de sa femme stérile fut acceptée de Dieu, et une importante leçon fut enseignée à toute l’humanité. La générosité de Dieu ne connaît pas de limites. Il est notre Pourvoyeur et notre Soutien, Il est l’Unique.

Jésus, Marie, Zacharie et Jean étaient tous des membres de la famille d’Imran, descendante de la famille de David. Dieu nous apprend, dans le Coran, que c’étaient des gens vertueux, qui adoraient Dieu et qui Lui étaient entièrement soumis.

« Et Zacharie, Jean, Jésus et Élie : chacun (d’entre eux) était du nombre des vertueux. » (Coran 6:85)

« Et rappelle-toi David, Notre serviteur doué de force qui, toujours, se tournait (vers Dieu) plein de repentir. » (Coran 38:17)

« Elle [Marie] accepta comme véridiques les paroles de son Seigneur, de même que Ses Écritures, et elle fut du nombre des serviteurs obéissants. » (Coran 66:12)

Jean est ce même prophète que les chrétiens appellent « Jean-le-Baptiste ». Toutefois, ni le Coran ni les narrations (hadiths) du prophète Mohammed ne font allusion à Jean baptisant qui que ce soit ou étant lui-même baptisé. La mission de Jean consistait à rappeler aux enfants d’Israël qu’ils avaient conclu une alliance avec Dieu. Et son message était essentiellement le même que celui des prophètes qui l’avaient précédé : n’adorer qu’un Dieu unique, en toute soumission.

Alors qu'ils étaient âgés et qu’ils avaient perdu tout espoir d’avoir un enfant, Dieu envoya à Zacharie et son épouse un enfant miracle, un fils, le premier enfant au monde à être nommé Jean, nom choisi par Dieu Lui-même.

« Dieu t’annonce la bonne nouvelle d’un (fils dont le nom sera) Jean : (il viendra) confirmer une Parole de Dieu. Il sera noble et chaste, et sera un prophète faisant partie des gens de bien. » (Coran 3:39)

Le Coran nous apprend que le prophète Jean reçut la sagesse alors qu’il était enfant et diverses sources islamiques rapportent qu’il était un enfant tranquille et doux qui aimait apprendre et passer du temps à l’extérieur, en compagnie des animaux. Jean devint un homme pieux et noble. On rapporte qu’il vivait de façon très simple, dans le désert, passant son temps en prière et en invocations. Son cœur était empli de compassion et de miséricorde envers ceux qui l’entouraient et envers toute l’humanité en général. Les érudits de l’islam ont dit de Jean qu’il pleurait par crainte et amour envers Dieu, au point où ses joues en restaient marquées.

Dieu donna suffisamment de force et de courage à Jean pour qu’il arrive à contrôler tous ses désirs. Il travaillait sans relâche, appelait les gens à revenir aux lois de la Torah et soutenait la mission de son cousin, Jésus. Une partie de la mission de Jean consistait d’ailleurs à croire au message de Jésus et à soutenir ce dernier (Dieu dit : « il viendra confirmer une Parole de Dieu » (3 :39)). Jean fait référence à son cousin Jésus en l’appelant « Esprit de Dieu » et souligne ainsi sa naissance miraculeuse.

Dans les hadiths authentiques du prophète Mohammed (dans sahih Ahmad et at-Tirmidhi, entre autres), on trouve des récits relatifs à certaines rencontres entre Jean et Jésus, durant lesquelles ils discutaient de leur mission et de la façon de ramener les enfants d’Israël sur le droit chemin. Le prophète Mohammed nous raconte que Jean rassembla un jour les enfants d’Israël et les implora de suivre les commandements de Dieu, de n’adorer que Lui, de prier, de jeûner, de donner en charité et de se rappeler Sa présence en tout temps.

Dieu combla le prophète Jean d’une bénédiction toute spéciale:

« Que la paix soit sur lui le jour où il naquit, le jour où il mourra et le jour où il sera ressuscité! » (Coran 19:35)

C’est là la meilleure bénédiction qui puisse être accordée à un être humain : la paix, qui signifie aussi sécurité et contentement. Et c’est ce qu’obtiennent ceux et celles qui se conforment aux lois de Dieu.

Le Coran et les hadiths du prophète Mohammed ne nous dévoilent pas les détails de la mort de Jean. Mais nous savons, cependant, qu’il fut victime d’injures et de persécutions pour avoir insisté auprès des enfants d’Israël sur l’importance de respecter les lois de Dieu telles que révélées dans la Torah, et que c’est cela qui a mené à sa mort. Toute sa vie, Jean dut lutter et persévérer, mais il s’accrocha fermement à la religion de Dieu (celle du monothéisme pur) et perdit la vie pour ses croyances.

La famille d’Imran est un phare pour l’humanité. La dévotion de ses membres envers Dieu était sans égal et leur façon de traiter les uns avec les autres doit nous servir de rappel; chaque parent s’inquiétait du sort réservé à sa progéniture dans l’au-delà plutôt qu’en ce bas-monde et chaque enfant respectait et traitait ses parents et les aînés avec l’affection et le dévouement ordonnés par Dieu. Les membres de cette famille bénie servaient Dieu avec une véritable dévotion et donnaient à Ses lois préséance sur toutes les autres. Dieu dit :

« Quant à ceux qui auront cru et accompli de bonnes œuvres, Il leur accordera leur pleine récompense, et encore plus, de par Sa grâce. Et quant à ceux qui auront été pleins de mépris et d’arrogance, Il les châtiera d’un douloureux châtiment. Et en dehors de Dieu, ils ne trouveront, pour les aider, aucun protecteur. Et ils ne seront point secourus. » (Coran 4:173)

Marie était une véridique, Jésus était la Parole de Dieu, Jean n’était ni arrogant ni désobéissant et Zacharie glorifiait son Seigneur. Ces descendants du prophète David faisaient partie de la famille bénie d’Imran et ils sont un exemple pour l’humanité. Si nous luttons et persévérons comme ils l’ont fait, si nous croyons, comme eux, avec certitude, et si nous servons Dieu, comme eux, en toute soumission, alors au jour du Jugement, par la grâce de Dieu, nous compterons peut-être parmi les vertueux.

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
Cesar80

avatar


MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Mer 15 Mai 2013, 19:06

Tu peux me donner l'adresse du site d'Amrou Khaled?
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Mer 15 Mai 2013, 20:52

Salam,

Cesar80 a écrit:
Tu peux me donner l'adresse du site d'Amrou Khaled?

Amr Khaled n'est pas l'unique ressource en particulier lorsqu'il s'agit de l'histoire de la famille d'Imran, c'est l'association de 3 ressources:

Le lien de Amr khaled :http://ahloulcoran2.free.fr/histoiredesprophetes.pdf

Ibn kathir dont voici le lien
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et le dernier un site de présentation des fondements de l'islam dont voici le lien:http://www.islamreligion.com/fr/articles/1471/viewall/

Revenir en haut Aller en bas
Cesar80

avatar


MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Mer 15 Mai 2013, 21:34

Merci
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Jeu 16 Mai 2013, 04:28

Je t'emprie

Cesar80 a écrit:
Merci
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire de Jésus   Jeu 16 Mai 2013, 05:10

Au Nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux
Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, Le très Miséricordieux

Nous avons vu que Marie a été vouée par sa mère au service du temple de Jérusalem et que Zacharie, le Prophète de cette époque, qui était son oncle ou l’époux de sa soeur aînée, avait pris soin d'elle et lui avait aménagé un endroit dans le temple ou personne, a part lui, n'entrait. Nous avons vu aussi qu'elle s'adonnait a l'adoration de Dieu avec une telle ferveur au point que personne ne pouvait l’égaler dans ce domaine. Son état spirituel avait atteint un degré tel que même Zacharie l'envia. Nous avons vu également que les anges lui avaient fait la bonne annonce de son élévation au-dessus des femmes du monde, et qu'elle allait porter en son sein un enfant pur qui serait un noble Prophète, béni et soutenu par des miracles. Elle s’étonna qu'elle puisse enfanter alors qu'elle n’était pas mariée et qu’elle ne pouvait l’être, attendu qu'elle était consacrée a demeurer au temple. Les anges l’informèrent que Dieu est capable de faire ce qu'il veut ; lorsqu’il veut une chose, II lui dit : « Sois ! » et elle est. Elle accepta donc la volonté de son Seigneur en se soumettant a Son ordre, tout en sachant que cela sera pour elle une épreuve, car les gens la diffameront, poussés par l'ignorance de la vérité et leur focalisation sur les apparences et leur manque de réflexion. Marie ne sortait du sanctuaire que lors de sa période de menstrues ou pour des nécessites impérieuses, comme pour chercher de l'eau ou quelque nourriture. Or, un jour, tandis qu'elle était sortie pour vaquer a des occupations, elle se retira « en un lieu vers l'Orient », c'est-a-dire qu'elle s'isola des gens. Dieu lui envoya alors I 'Esprit Saint, Gabriel, sur lui le salut ; « indigo]qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait ». Lorsqu'elle Ie vit, elle dit : « "Je me refu­ gie contre toi aupres du Tout-Misericordieux. Si tu es pieux, (ne m'approche point)." II dit : "Je suis en fait Ie Messager de ton Seigneur." » Ce demier lui confirma qu'il n'etait pas un homme mais un ange envoye par Dieu pour elle.

« [ ... ] Pour te faire don d'un fils pur ». « Elle dit : "Comment aurais-je un fils ?" », c'est-a-dire : comment puis-je avoir un enfant?« [...quand aucun homme ne m'a touchee, et que je ne suis pas une prostituée ? » ; c'est-a­ dire: je n'ai pas d’époux et je ne suis pas de celles qui s’adonnent a la prostitution. « II dit : "Ainsi en sera-t-il ! Cela M'est facile, a dit ton Seigneur!" ». Ainsi Dieu repondit-Il a l’étonnement de Marie d'avoir un enfant en pareille situation en lui disant : « Ainsi en sera-t-il ! » ; c'est-a-dire : ton Seigneur a pris la décision de créer, a partir de toi, un enfant, même si tu n'es pas mariée et même si tu n'es pas de celles qui s'adonnent a la prostitution. « Cela M'est facile, a dit ton Seigneur! », c'est-a-dire qu'll est capable de faire ce qu'll veut. « [ ...] Et Nous ferons de lui un signe pour les gens », c'est-a-dire : Nous ferons de sa création une preuve de Notre capacité absolue de créer ce que Nous voulons. N'a-t-Il pas créé Adam sans père ni mère, et Ève d'un homme seulement, Jésus d'une femme seulement, et tous les autres êtres d'un couple des deux? « [ ... ] Et une miséricorde de Notre part », c'est-a-dire : Nous ferons miséricorde aux gens a travers lui, car il appellera a Dieu, dans son enfance et a sa maturité, afin qu'ils adorent Dieu l'Unique. Quant a la fin du verset 21 «C'est une affaire déjà décidée », il est probable que ce soit une parole de Gabriel qui rappelle ainsi à Marie que cette décision a été prise et décrétée par Dieu.

II est probable aussi que cela désigne le souffle de Gabriel en elle. Dieu dit a ce propos: « [ ... ] De même, Marie, la fille de 'Imran qui avait préservé sa virginité ; Nous y insuffla­mes alors de Notre Esprit ». De nombreux pieux anciens ont rapporte que Gabriel avait souffle dans l'ouverture de son vêtement, et que ce souffle est descendu dans son organe geni­ tal de sorte qu'elle tomba tout de suite enceinte, comme tombe enceinte la femme âpres un acte sexuel avec son époux.

Dieu dit : « Elle devint donc enceinte (de I'enfant), et elle se retira avec lui en un lieu éloigné ». En effet, après être tombée enceinte, Marie, sur elle le salut, fut en proie d’angoisse, car elle savait que les gens allaient penser du mal d'elle. Certains pieux anciens, dont Wahb Ibn Munabbih, ont dit que lorsque les signes de la grossesse sont devenus manifestes chez Marie, le premier à s'en apercevoir fut son cousin Joseph fils de Jacob, le menuisier qui était l'un des dévots des Enfants d’Israël. II en fut très étonné, car il connaissait sa grande piété, sa profonde dévotion et sa chasteté évidente, et que n’était de surcroît pas mariée. Un jour, il osa lui en parler en lui disant : « 0 Marie, la culture est-elle possible sans semence ? » Elle répondit : « Oui, et qui donc a créé la pre­miere culture ? » II lui dit : « Peut-on avoir des arbres sans eau ni pluie ? » Elle répondit : « Oui, et qui donc a créé le premier arbre ? » II lui demanda encore : « Peut-on avoir un enfant sans père ? » Elle dit : « Oui, Dieu a créé Adam sans père ni mère ». II dit alors : « Informe-moi donc de ton cas ». EIle dit : « Dieu m'a annonce la bonne nouvelle d'une parole de Sa part ; son nom sera Le Messie 'lsa, fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-deIa, et I'un des rapproches de Dieu. II parlera aux gens, dans le berceau et en son age mur et il sera du nombre des gens de bien. » (3, 45-46)

As-Suddi a rapporte, en citant sa propre chaîne de transmission, d’après les compagnons, que Marie est entrée un jour chez sa soeur, la mère de Jean le Baptiste, qui lui a dit : « Sais tu que je suis enceinte? » Marie lui répondit : « Oui, comme je sais que moi-même je le suis ! », puis elle l'embrassa. La mère de Jean dit alors à Marie : « Je vois celui qui est dans mon sein se prosterner devant celui qui est dans le tien» ; c'est la Ie sens de cette parole de Dieu : « [ ... ] confirmant une parole de Dieu» (3, 39). La prosternation est ici synonyme de soumission et de vénération, c’était une pratique admise chez les communautés antérieures et la notre. II faut aussi rappeler que les anges avaient dés la création d'Adam reçu l'ordre de se prosterner devant lui.

Abu al-Qasim a dit pour sa part que Malik a dit : « II m'a été rapporte que Jésus fils de Marie et Jean fils de Zacharie étaient des cousins ; leurs mères furent enceintes d'eux en même temps. II m'a été rapporté aussi que la mère de Jean a dit à Marie: "Je vois ce qui se trouve dans mon ventre se prosterner devant ce qui se trouve dans le tien" ». Malik ajoute : « Je tiens cela pour une marque de l'excellence de Jésus sur Jean, car Dieu a donne à Jésus le pouvoir de ressusciter les morts et de guérir l'aveugle-ne et le lépreux. »3

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'Histoire de Jésus   Dim 19 Mai 2013, 17:33

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Dieu rappelle l'histoire de Jésus en précisant son statut et sa nature. II dit : «Tel est 'isa (Jésus), f'Ils de Marie; parole de vérité dont ils doutent. il ne convient pas a Dieu de S'attribuer un fils. Gloire et Pureté a Lui. Quand il décide d'une chose, II dit seulement : "Sois !", et elle est» (19, 34-35). Dieu dit aussi a ce sujet dans la sourate 3 (La famille de 'Imran) : « Voila ce que Nous te récitons des versets et du sage rappel. Pour Dieu, Jésus est comme Adam qu'il créa de poussière, puis n lui dit: "Sois !", et il fut. La vérité vient de ton Seigneur. Ne sois donc pas du nombre des sceptiques. A ceux qui te contredisent a son propos, maintenant que tu en es bien informe, tu n'as qu'a dire: "Venez, appelons nos fils et les vôtres, nos femmes et les vôtres, nos propres personnes et les vôtres, puis proférons exécration réciproque en appelant la malédiction de Dieu sur les menteurs." Voila, certes, le récit véridique. Et il n'y a pas de divinité a part Dieu. En vérité, c'est Dieu qui est le Puissant, le Sage. Si donc ils tournent le dos ..• alors Dieu connait bien les semeurs de corruption! » (3, 58-63) Dieu explique la réalité du Messie en disant à Son Messager : « Tel est 'issa (Jésus), fils de Marie: parole de vérité dont ils doutent ». II entend, par la, qu'il est un être humain créé a partir d'une femme parmi les créatures de Dieu. C'est pour cela qu'il dit : « II ne convient pas a Dieu de S'attribuer un fils. Gloire et Pureté a Lui! Quand II décide d'une chose, II dit seulement : "Sois I", et elle est» ; c’est a-dire que rien ne s'oppose a Sa volonté et a Son pouvoir ; bien plus, II est l'Omnipotent, qui fait ce qu'il veut. « Quand II veut une chose, Son commandement consiste a dire : "Sois", et cela est. » (36, 82)

Quant a cette parole ou Dieu dit : « Certes, Dieu est mon Seigneur tout comme votre Seigneur. Adorez-Le donc. Voila un droit chemin », cela fait partie des propos de Jésus qu'il tint alors qu'il était encore dans le berceau, lesquels attestent que Dieu est le Seigneur de Jésus et de toutes les autres créatures. Tel est le droit chemin. Dieu dit : « (Par la suite), les sectes divergèrent entre elles. Alors, malheur aux négateurs lors de la vue d'un jour terrible! » (19, 37) ; c'est-a-dire que les gens de cette époque et les générations ultérieures adoptèrent des positions différentes au sujet du Prophète Jésus. Si certains Juifs virent en lui un enfant adulté-rin et persistèrent dans leur incroyance et leur entêtement, d'autres, exprimèrent leur incroyance d'une manière tout a fait différente, en le considérant comme dieu, tandis que d'autres encore virent en lui le fils de Dieu. Tout autre est le credo des croyants véritables : ils affirment que Jésus est le serviteur et Messager de Dieu, le fils de Sa servante, Sa parole qu’il a envoyée a Marie et un Esprit venant de Lui. Ceux-la sont les gens qui seront sauves et récompenses ; ce sont ceux qui sont assistes et qui triomphent au final. Quant aux négateurs, éga­rés, injustes et ignorants, ils s'opposent a cette vérité, d'ou cette menace de Dieu : « Malheur aux négateurs lors de la vue d'un jour terrible ». AI-Bukhari' a rapporte, d'aprés 'Ubada Ibn a§-Samit, que l’Envoyé de Dieu, sur lui la grâce et la paix, a dit : «Celui qui témoigne qu'il n'y a de dieu que Dieu ; que Muhammad est Son serviteur et Messager ; que Jésus est le serviteur de Dieu, Son Messager et Sa parole qu’il envoya a Marie ; que le Paradis est vérité et I 'Enfer est vérité, Dieu le fera entrer au Paradis aussi insignifiantes peuvent être ses oeuvres »6. Al­ Walid a dit : « 'Abdur-Rahman Ibn Yazid Ibn Jabir nous a rap­porté d’après 'Umayr d’après Junada qui a ajoute : "II entrera au Paradis par l'une des huit portes du Paradis, qu'il choisira." »

Dieu dit : « Et Ils ont dit : "Le Tout-Miséricordieux S'est attribue un enfant " Vous avancez certes la une chose abominable! », c'est-a-dire une énormité, une parole blâmable et fausse. « [ ... Peu s'en faut que les Cieux ne s'entrouvrent à ces mots, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent, du fait qu'ils ont attribue un enfant au Tout-Miséricordieux, alors qu'il ne convient nullement au Tout-Miséricordieux d'avoir un enfant ! Tous ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre se rendront auprès du Tout-Miséricordieux, [sans exceptions], en serviteurs. II les a certes dénombrés et bien comptes. Et au jour de la Résurrection, chacun d'eux se rendra seul auprès de Lui ». II ne sied pas à Dieu d'avoir une progéniture, car iI n'est rien en dehors de Lui qu'il n'ait créé, qu'il ne pos­sède, qui ne dépende totalement de Lui, qui ne lui soit soumis. Tous les habitants des Cieux et de la Terre sont Ses serviteurs et II est leur Seigneur. II n'est de dieu ni de seigneur si ce n'est Lui. Dieu dit : « Et ils ont désigné des associes à Dieu : les génies, alors que c'est Lui qui les a créés. Et ils Lui ont invente, dans leur ignorance, des fils et des filles, Gloire a Lui! II transcende tout ce qu'ils Lui attribuent. Créateur de Cieux et de la Terre. Comment aurait-iI un enfant quand II n'a pas de compagne ? C'est Lui qui a tout créé, et II est Omniscient. Voila Dieu, votre Seigneur! II n'y a de divinité que Lui, Créateur de tout. Adorez-Le donc. C'est Lui qui a charge de tout. Les regards ne peuvent L'atteindre, cependant qu'il saisit tous·les regards. Et iI est le Doux, le Parfaitement Connaisseur. » (6, 100-103) Dieu démontre ici qu'iI a tout créé; comment oser Lui attribuer quelque progéniture alors que la génération ne peut avoir lieu qu'entre deux êtres ressemblants, et que Dieu n'a pas de semblable, ni d’égal. II n'engendre pas:« Dis: "II est Dieu, Unique. Dieu, le Seul a être implore pour ce que nous désirons. II n'a jamais engendré, n'a pas été engendre non plus. Et nul n'est égal a Lui." » (112, 1-4) II est donc I 'Unique à qui rien ne ressemble ni dans Son essence, ni dans Ses attributs ni dans Ses actes. II est le Maître dont la connaissance, la sagesse, la miséricorde et les qualités sont parfaites. II n'a pas engendre et II n'a pas été engendre non plus. II n'a absolument pas d’égal, et ne peut avoir d'enfant attendu que ce dernier naît de 1' union de deux êtres identiques ou du moins rapproches. Dieu est Élevé bien au-des sus de cela ! Dieu dit: « O gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites de Dieu que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n'est qu'un Messager de Dieu, Sa parole qu’il envoya à Marie, et un souffle (de vie) venant de Lui. Croyez donc en Dieu et en Ses messagers. Et ne dites pas "Trois". Cessez ! Ce sera meilleur pour vous. Dieu n'est qu'un Dieu unique. II est trop Glorieux pour avoir un enfant. C'est à Lui qu'appartient tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre et Dieu suffit comme Protecteur. Jamais le Messie ne trouve indigne d’être un serviteur de Dieu, ni les anges rapproches [de Lui]. Et ceux qui trouvent indigne de l'adorer et s'enflent d'orgueil il les rassemblera tous vers Lui. Quant à ceux qui ont cru et fait de bonnes oeuvres, il leur accordera leurs pleines récompenses et y ajoutera le surcroît de Sa grâce. Et quant à ceux qui ont eu la morgue et se sont enfles d'orgueil, II les châtiera d'un châtiment douloureux. Et ils ne trouveront, pour eux, en dehors de Dieu, ni allie ni secoureur. }) (4, 171-173)

Dieu défend aux gens du Livre et ceux qui s'engagent dans la même voie de verser dans l’exagération au niveau religieux en dépassant les limites qu'il a prescrit. Les Chrétiens ont dépassé la mesure, car ils ne s'en sont pas tenus à ce que le Messie a lui-même affirme, à savoir qu'il est le serviteur de Dieu, le fils de Sa servante la vierge Marie, et Son Envoyé. L'esprit qu'a soufflé en sa mère l'ange Gabriel est créé de Dieu, et si Dieu dit : « Nous y insufflâmes alors de Notre Esprit », attachant ainsi cet esprit a Lui, ! le fait pour l’honorer et l'anoblir comme lorsqu'il dit ailleurs:« La chamelle de Dieu »,« la maison de Dieu » ou« 'Abdullah» (Ie serviteur de Dieu). Jésus a été aussi appelé « l'Esprit de Dieu» car il a été créé à partir d'un esprit (rouh) sans géniteur; Dieu lui a dit : « Sois » et II fut. « Pour Dieu, Jésus est comme Adam qu'il créa de poussière, puis II lui dit : "Sois", et il fut » (3, 59) ; « ils ont dit : "Dieu S'est donne un fils !" Mais gloire à Lui! Ce qui se trouve dans les Cieux et sur la Terre lui appartient en totalité : tous Lui adressent leurs prières. Créateur des Cieux et de la Terre, lorsqu'il a décrété une chose, II lui dit seulement : "Sois !", et elle est. }) (2, 116­ 117)

« Les Juifs disent : "Uzayr est fils de Dieu", et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils de Dieu". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. ils imitent le dire des négateurs avant eux. Que Dieu les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? » (9, 30). Dans ce verset Dieu rappelle que les Juifs aussi bien que les Chrétiens ont dit des extravagances au sujet de Dieu sans s'appuyer sur des arguments solides, imitant ainsi les thèses fausses de ceux qui les avaient précédés, notamment les philosophes. II se trouvait aussi parmi les Arabes de l’époque panislamique des gens qui prétendaient que les anges étaient les filles de Dieu, tellement leur ignorance était patente au sujet de Dieu. Dieu dit : « Et ils firent des anges qui sont les serviteurs du Tout­ Miséricordieux des [êtres] féminins ! Étaient-ils témoins de leur création ? Leur témoignage sera alors inscrit ; et ils seront interroges » (43, 19) ; «Pose-leur donc la question: "Ton Seigneur aurait-il des filles et eux des fils? Ou bien avons-Nous créé des anges de sexe féminin, et en sont-ils témoins ?" Certes, ils disent dans leur mensonge : "Dieu a engendré" ; mais ce sont certainement des menteurs ! Aurait-II choisi des filles de préférence à des fils ? Qu'avez-vous donc à juger ainsi ? Ne réfléchissez-vous donc pas? Ou avez-vous un argument évident? Apportez donc votre Livre si vous êtes véridiques ! Et ils ont établi entre Lui et les génies une parente, alors que les génies savent bien qu'ils [les négateurs] vont être emmenés (pour le châtiment). Gloire à Dieu. II est au-dessus de ce qu'ils décrivent ! Exception faite des serviteurs élus de Dieu. » (37, 149-160) ; « Et ils dirent : "Le Tout-Miséricordieux S'est donne un enfant." Pureté à Lui! Mais ce sont plutôt des serviteurs honores. ils ne devancent pas Son Commandement et agissent selon Ses ordres. II sait ce qui est devant eux et ce qui derrière eux. Et ils n’intercèdent qu'en faveur de ceux qu'il a agréés [tout en étant] pénétrés de Sa crainte. Et quiconque d'entre eux dirait : "Je suis une divinité en dehors de Lui", Nous le rétribuerons de l'Enfer. C'est ainsi que Nous rétribuons les injustes. » (21, 26-29) ; «Louange à Dieu qui a fait descendre sur Son ser­viteur (Muhammad) Ie Livre, et n'y a point introduit de tortuosite (ambiguïté) ! [Un livre] d'une parfaite droiture pour avertir d'une sévère punition venant de Sa part et pour annoncer aux croyants qui font de bonnes oeuvres qu'il y aura pour eux une belle récompense où ils demeureront éternellement, et pour avertir ceux qui disent : "Dieu S'est attribue un enfant." Ni eux ni leurs ancêtres n'en savent rien. Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches! Ce qu'ils disent n'est que men­songe. » (18, 1-5) ; « ils disent : "Dieu S'est donne un enfant !" Gloire et Pureté à Lui ! II est le Riche par excellence. A Lui appartient tout ce qui est aux Cieux et sur la Terre - vous n'avez pour cela aucune preuve. Allez-vous dire contre Dieu ce que vous ne savez pas ? Dis : "En vérité, ceux qui forgent le mensonge contre Dieu ne reussi­ront pas". C'est une jouissance (temporaire) dans la vie d'ici-bas ; puis ils retourneront vers Nous et Nous leur ferons goûter au dur châtiment, à titre de sanction pour leur mécréance. » (10, 68-70)

Ces versets mecquois réfutent les thèses des négateurs toutes catégories confondues : les associateurs arabes, les philosophes, les Juifs et les Chrétiens qui attribuent à Dieu une progéniture sans s'appuyer sur quelque science. Dieu est Élevé bien au-dessus de cela ! Le Coran stigmatise plus les Chrétiens, démontrant leurs contradictions, dévoilant leur ignorance, car le mensonge qu'ils forgèrent se répandit et sévit beaucoup plus que celui des autres sectes. Le Coran confirme que le mensonge se trahit par ses contradictions internes et sa dispersion alors que le Vrai est unique et inébranlable. Dieu dit : «Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Si celui ci venait d'un autre que Dieu, ils y trouveraient de nom­breuses contradictions. » (4, 82) Les oppositions au sein du monde de la chrétienté sont notoires ; certains prétendent que le Messie est Dieu même, d'autres qu'il est fils de Dieu, d'au­tres encore qu'il est le troisième de trois. Dieu dit : « Certes sont négateurs ceux qui disent : "Dieu, c'est le Messie, fils de Marie !" Dis: "Qui donc détient quelque chose de Dieu (pour L’empêcher), s'il voulait faire périr le Messie, fils de Marie, ainsi que sa mère et tous ceux qui sont sur la Terre?... A Dieu Seul appartient la royauté des Cieux et de la Terre et de ce qui se trouve entre les deux". il crée ce qu'il veut. Et Dieu est Omnipotent» (5, 17) ; « Ce sont, certes, des négateurs ceux qui disent : "En vérité, Dieu c'est le Messie, fils de Marie", alors que le Messie a dit: "0 Enfants d'Israel, adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur". Quiconque associe a Dieu (d'autres divinités), Dieu lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! Ce sont certes des négateurs, ceux qui disent : "En vérité, Dieu est le troi­sieme de trois", alors qu'il n'y a de divinité qu'une Divinité Unique! Et s'ils ne cessent de le dire, certes, un châtiment douloureux touchera les négateurs d'entre eux. Ne vont-ils donc pas se repentir à Dieu et implorer Son pardon ? Car Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. Le Messie, fils de Marie, n’était qu'un Messager. Des Messagers sont passes avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture. Vois comme Nous leur expliquons les preuves et puis vois comme ils se détournent.» (5, 72-75)

Dieu déclare qu'ils sont des négateurs et qu'ils ont invente la doctrine de la trinité et de la divinisation de Jésus, alors que cet Envoyé a pris le soin de préciser qu'il était un esclave de Dieu, une créature façonnée dans le sein de sa mère. II les a appelé a adorer Dieu Seul, sans rien Lui associer, et les a avertis que le sort de qui irait à l'encontre de cela serait le Feu et I'humiliation dans I'au-delà. II leur dit : « [ ... ] Quiconque associe à Dieu (d'autres divinités), Dieu lui interdit le Paradis ». Dieu rappelle aussi que le Messie est Son serviteur et Messager, et sa mère une véridique et non une femme sans morale comme le prétendent les Juifs. Dans ces versets se trouvent aussi la preuve que Marie n’était pas une prophétesse comme I' ont soutenu certains savants musulmans. « [ ... ] Et tous deux consommaient de la nourriture », ce qui implique qu'ils sont communs aux autres créatures, car qui mange ne peut que se débarrasser des déchets de ce qu'il absorbe. Or, comment peut-on prétendre qu'une personne ainsi faite puisse être un dieu! Dieu est Élevé bien au-des sus de leurs dires et de leur insanité !

La suite prochainement In cha Allah...
Revenir en haut Aller en bas
riad




MessageSujet: L'histoire de Jésus   Dim 26 Mai 2013, 14:37

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

L’Envoyé de Dieu, sur lui la grâce et la paix, a dit : « Dieu a dit : "Le fils d'Adam M'insulte et il n'aurait pas du ; il M'attribue un enfant or Je suis I'Unique, I'Impénétrable, Je n'engendre pas et Je n'ai pas été engendre et nul ne peut M’égaler." )} AI-Bukhari et Muslim ont rapporte, d’après Abu Musa al­ Ash'ari, que l’Envoyé de Dieu, sur lui a grâce et la paix, a dit: « Personne ne supporte avec patience le mal qu'on dit de lui plus que Dieu : ils Lui attribuent un enfant et Lui les pourvoit et les conserve en bonne sante. )} Abu Zar'a Ad-Dimashqi a rapporte que la Thora a été révélée à Moise après six nuits passées du mois de Ramadan. Les psaumes ont été inspires à David après douze nuits passées du mois de Ramadan, ce fut quatre cent quatre-vingt deux ans après la descente de la Thora. Quant à l’Évangile, il a été descendu sur Jésus fils de Marie dix-huit nuits après le début du mois de Ramadan et mille cinq cents ans après les Psaumes. Le Coran a été révélé - pour la première fois - à Muhammad, sur lui la grâce et la paix, après vingt-quatre nuits écoulées du mois du Ramadan. Ibn Janr a dit dans son Tarikh que l’Évangile a été révélé à Jésus fils de Marie alors qu'il avait trente ans et que ce dernier a été élevé au Ciel à trente-trois ans comme nous le verrons plus loin si Dieu le veut.

Jésus a dit : « O Seigneur! Qu'est-ce que Tuba? » II dit : « C'est le fruit d'un arbre que J'ai plante de Mes propres Mains et que l'on trouve partout au Paradis. Son origine provient de la satisfaction, son eau de (la source) Tasnim. Sa fraîcheur est comme celle du camphre, son gout ressemble à celui du gingembre et son odeur acelle du musc. Celui qui en boira une gorgée n'aura plus jamais soif. » Jésus dit : « O Seigneur ! Donne-moi à boire de cette eau ! »Dieu dit: «Il n'est pas permis aux Prophètes d'en boire avant que n'en boive tel Prophète (Muhammad) et il n'est pas permis aux communautés d'en boire avant que n'en boive la communauté de ce Prophète. » Dieu dit aussi : « O Jésus, veux-tu que Je t’élève auprès de Moi ? » Jésus demanda : «Et pourquoi, 0 Seigneur, veux-Tu m’élever?» II dit : «Je t’élèverai auprès de Moi puis Je te ferai descendre a la fin des temps, afin que tu voies les merveilles dont la communauté de ce Prophète est capable et afin que tu l'aides à combattre le maudit, le faux Messie. Je te ferai descendre a l'heure de la prière, mais tu ne dirigeras pas leur prière ; c'est une communauté que J'ai touchée de Ma miséricorde, et son Prophète est l'ultime Prophète. »

Pour sa part, Ibn 'Asakir a rapporte, d’après 'Abdullah Ibn 'Awsaja : «Dieu a révélé a Jésus ce qui suit: "Fais de Moi ton souci principal dans ce bas monde et une réserve pour toi dans ton voyage vers l'au-delà. Rapproche-toi de Moi par des actes surérogatoires et Je t'aimerai et ne prends pas d'autres allies, car si tu le fais, Je t'abandonnerai. Persévère dans l’épreuve et accepte le décret. Cherche constamment Mon contentement, car Mon contentement est que Je sois obéi sans jamais être désobéi. Sois proche de Moi et revivifie de ta langue Mon souvenir. Que ton coeur soit plein d'amour pour Moi ! Sois vigilant et perspicace dans ton jugement. Aspire a Moi et crains Moi, domine ton coeur en Me vouant une crainte révérencielle. Prie la nuit pour Me satisfaire et jeune le jour, ce sera pour toi une réserve pour le Jour de l'abondance. Rivalise avec autrui dans les oeuvres de bien et fais preuve de reconnaissance pour le bien que l'on te fait ou que tu sois. Transmets aux créatures Mes recommandations et juge entre Mes serviteurs avec Ma justice, car J'ai descendu sur toi un remède contre les mauvaises suggestions qui puisent leur origine dans la maladie de l'oubli, et ce qui débarrasse la vue du voile de la lassitude. N'agis pas comme si tu étais déjà mort, alors que tu es bien vivant. O Jésus fils de Marie! Aucune créature ne croit en Moi sans Me craindre et aucune créature ne Me craint sans espérer Ma rétribution, Je te prends comme témoin que celui dont tel est le comportement, Je le mets a l'abri de Mon châtiment tant qu'il persévérera dans cette attitude. O Jesus fils de la vierge Marie! Pleure sur toi-même, aussi longtemps que tu vivras, comme celui qui fait ses adieux a ses proches et se détoume de ce bas monde en renonçant a ses plaisirs pour ceux qui les cherchent et en aspirant a ce qui est auprès de son Seigneur. Répands le salut parmi les gens et sois courtois avec eux. Demeure vigilant même lorsque les yeux des pieux s'aban­donnent au sommeil car le Jour du Retour à Dieu - est inéluctable avec ses affres et ses angoisses. Ce jour-la, ni famille ni biens ne seront de quelque utilité ; enduis tes paupières des cendres de la tristesse, alors même que les oisifs rient. Sois patient et compte sur Ma rétribution. Bienheureux tu seras si tu es comble de ce que J'ai promis aux patients. Vis au jour le jour et profite de chaque instant. As-tu souvenir du gout des choses que tu as mangées ? Et ce que tu n'as pas eu, sais-tu quel plaisir il te procurera ? Prends donc de ce monde le strict nécessaire et mange ce qui est fruste car tu sais ou cela finit. Agis en gardant a l'esprit que tu es comptable de tes actes. Si tu voyais ce que J'ai préparé a Mes allies les pieux, ton coeur se fendrait et tu rendrais ton âme." »

Abu Dawfid a rapporte d’après Ibn Tawfis d’après son père : « Jésus rencontra un jour Iblis (Satan) et lui dit : "Sais-tu que rien ne t'atteindra en dehors de ce que Dieu a écrit pour toi ?" Iblis lui répondit : "Monte donc sur le sommet de cette montagne et précipite-toi dans le vide pour voir si tu mourras ou vivras " » Ibn Tawfis ajouta, citant son père : « Jésus lui dit alors : "Ne sais-tu pas que Dieu a dit : 'Que Mon serviteur ne Me met pas a l’épreuve, car Je fais ce que Je veux'." »Az­ Zuhri a dit : «Ce n'est pas le serviteur qui met son Seigneur a I'épreuve, mais c'est le Seigneur qui met le serviteur a l’épreuve. » Abu Dawfid a rapporte que Tawfis a dit : « Satan est venu un jour a Jésus et lui a dit : "Ne prétends-tu pas être un véridique ? Monte alors sur cette montagne et précipite-toi dans le vide !" Jésus lui répondit : "Malheur a toi, Ie Seigneur n'a-t-Il pas dit : '0 fils d'Adam, ne me demande pas de te faire périr, car Je fais ce que Je veux.' ?" » En outre, Kh§lid Ibn Yazid a dit: « Satan est reste aux cotes de Jesus pendant dix ou deux . ans, feignant d'adorer Dieu. Un jour, Satan monta au sommet d'une montagne et dit à Jésus: "Vois-tu, si je me jetais dans le vide, m'arrivera-t-il ce que Dieu aura écrit pour moi ?" Jésus lui répondit : "Je ne suis pas de ceux qui mettent leur Seigneur a l’épreuve, mais c'est Lui qui, s'Il le veut, me met a l’épreuve." Il sut alors que c’était Satan et il se sépara de lui. » Par ailleurs, as-Suddi a rapporte, d’après Ibn 'Abbas, qu'un roi parmi les Enfants d’Israël mourut et fut sur le point d’être enterre lorsque Jésus vint et invoqua Dieu afin qu'il le ramène a la vie. Dieu exauça son invocation, les gens furent ce jour-la témoins d'un évènement extraordinaire et merveilleux, car l'homme revint a la vie. Dieu dit, Lui le Plus véridique des narrateurs : « Et quand Dieu dira : "0 Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton age mur. Je t'enseignais le Livre, la Sagesse, la Thora et I'Evangile ! Tu fabriquais de l'argile comme une forme d'oiseau par Ma permission; puis tu soufflais dedans. Alors par Ma permission, elle devenait oiseau. Et tu guérissais par Ma permission, I'aveugle-ne et le lépreux. Et par Ma permission, tu faisais revivre les morts. Je te protégeais contre les Enfants d’Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d'entre eux qui ne croyaient pas dirent : 'Ceci n'est que de la magie évidente'. Et quand J'ai révélé aux apôtres ceci : 'Croyez en Moi et en Mon messager (Jésus)', Ils dirent : 'Nous croyons ; et attestons que nous sommes entièrement soumis'." » (5, 11 0-111)

Dieu rappelle a Jésus Ses bienfaits et Ses faveurs, car Il Ie créa sans père, sa mère l'ayant conçu sans qu'un homme la touchât II fit ainsi de sa naissance miraculeuse un signe pour les hommes et une preuve de Son pouvoir absolu. Il l'envoya ensuite en tant que Messager. Dieu a aussi comblé de Ses faveurs sa mère - « [ ... ] Et sur ta mère » - en la choisissant à l'exclusion des autres femmes pour porter un tel Messager dont la mission fut source d'un immense bienfait Il I'a blanchie des accusations des ignorants, c'est pourquoi II dit : « [ ... Quand Je te fortifiais du Saint Esprit », c'est-a.-dire Gabriel qui a insuffle de Son Esprit à sa mère puis l'a assisté dans sa mission. « [ ... Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton age mur », c'est-a.-dire que tu appelais les gens à Dieu en étant tout petit de même qu'a. l'age adulte. « [ ... ] Je t'enseignais le Livre, la Sagesse », c'est-a.-dire l’écriture et la justesse de jugement, comme l'ont soutenu certains pieux anciens. « [ ... ] La Thora et I'Evangile ! Tu fabriquais de l'argile comme une forme d'oiseau par Ma permission », c'est-a.-dire : Tu le façonnais de I' argile, par la permission de Dieu. « [ ... Puis tu soufflais dedans. Alors, par Ma permis­sion, elle devenait oiseau ». Dieu insiste sur l'expression « par Ma permission », afin de lever toute équivoque. Quant a. cette parole ou Dieu dit : « [ ... Et tu guérissais, par Ma permission, l'aveugle-ne », c'est-a.-dire celui qui est ne aveugle et qu'aucun médecin ne peut guérir, ainsi que I' ont soutenu certains pieux anciens. « [ ... Et lépreux », celui qui ne peut être guéri, voire celui dont la lèpre est devenue incurable. « [ ... Et par Ma permission, tu faisais revivre les morts ». Nous avons donne, plus haut, un exemple de cela ; d'autres exemples attestent qu'il a fait cela à plusieurs reprises. « [ ... Je te protégeais contre les Enfants d’Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d'entre eux qui ne croyaient pas dirent : "Ceci n'est que de la magie évidente" » ; c'est-a.-dire lorsqu'ils ont voulu le crucifier et que Dieu l'a élevé à Lui pour préserver sa noble personne de leurs torts et le sauver de leurs intrigues. «Et quand J'ai révélé aux apôtres ceci : "Croyez en Moi et en Mon Messager (Jésus)". ils dirent : "Nous croyons ; et attestons que nous sommes entièrement soumis." » On rapporte que par« révéler », Dieu entend« inspirer », c'est-a-dire que Dieu les a orientes vers cela et leur a indique la voie, tout comme II dit : « (Et voila) ce que ton Seigneur révéla aux abeilles [ ... ] » (16, 68) ou « Et Nous révélâmes a la mère de Moise (ceci) : «Allaite-le. Et quand tu craindras pour lui, jette-le dans le flot rapporte aussi que par la révélation, il convient d'entendre celle faite par le biais du Messager Jésus - et la prédisposition des coeurs des apôtres à accepter la Vérité, et c'est pour cela qu'ils répondirent favorablement en disant : « Nous croyons ; et attestons que nous sommes entièrement soumis »,

L'un des bienfaits de Dieu à l’égard de Son serviteur et Messager, Jésus fils de Marie, est qu'II I'a fait assister par des apôtres et des auxiliaires qui l’appuyèrent dans sa mission et appelèrent avec lui al'adoration de Dieu, Seul et Unique. Dieu dit à Son Messager Muhammad: [color=indigo]« C'est Lui qui t'a soutenu par Son secours, ainsi que par (l'assistance) des croyants. II a uni leurs coeurs (par la foi). Aurais-tu dépensé tout ce qui est sur Terre, que tu n'aurais pu unir leurs coeurs ; mais c'est Dieu qui les a unis, car II est Puissant et Sage. »
(8,62-63) Dieu dit : « Et (Dieu) lui enseignera l’écriture, la sagesse, la Thora et I'Evangile, et il sera Messager aux Enfants d’Israël (et leur dira) : "En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d'un oiseau, puis je souffle dedans ; et, par la permission de Dieu, cela devient un oiseau. Et je guéris l'aveugle-ne et le lépreux, et je res­ suscite les morts, par la permission de Dieu. Et je vous apprends ee que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voila bien la un signe, pour vous, si vous étés croyants ! Et je confirme ce qu'il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui vous était interdit. Et j'ai certes apporte un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi. Dieu est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc: Voila le chemin droit." Puis, quand Jésus ressentit de l’incrédulité de leur part, il dit : "Qui sont mes allies dans la voie de Dieu ?" Les apôtres dirent : "Nous sommes les allies de Dieu. Nous croyons en Dieu. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis. Seigneur! Nous avons cru en ce que Tu as fait descendre et avons suivi le Messager. Inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent." Et les autres se mirent a ruser ; Dieu rusa aussi et Dieu est le Meilleur de ceux qui rusent ! » (3, 48-54)

La suite prochainement In cha Allah.
Revenir en haut Aller en bas
Nass'




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   Dim 26 Mai 2013, 16:15

Que Dieu t'accorde le succès ici-bas et dans l'au-delà frère riad
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les histoires des prophètes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les histoires des prophètes
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» suspicion de plagiat : histoires noires de la mythologie ???? URGENT !
» Sept prophètes
» Les nouveaux prophètes
» Questions sur les prophètes
» Nos histoires pour rire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE MUSULMANE-
Sauter vers: