Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Psaume dans la ville

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 28 Mai 2012, 10:06

Rappel du premier message :

« Heureux est l'homme qui se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! »


Méditation
Frère Franck Dubois



Heureux !

Ca tombe mal, je me suis levé, du mauvais pied ce matin. J’ai médit hier sur mes collègues, et je ne vois pas bien ce qui m’empêcherait de le faire aujourd’hui. D’ailleurs j’avais de bonnes raisons. Quant à murmurer la loi du Seigneur jour et nuit, ce n’est pas l’urgence. J’aimerais plutôt trouver le sommeil ! Il ne manquerait plus que je me lève de nuit pour réciter des prières. C’est vraiment mal parti cette affaire. Non, les psaumes, ce n’est pas pour moi. Sitôt ouvert, sitôt refermé : le Psautier c’est pour les pros ; moi je suis un âne, disons, un débutant.
Et pourtant, oui, j’aimerais porter du fruit. J’en porte d’ailleurs, mais à mon rythme. L’important est de tenir la longueur. J’en connais qui flambent, et qui s’écroulent d’un coup, engloutis par le tourbillon de leurs projets, et leurs chimères. Ils perdent pied, faute de racine. Vais-je courir après Dieu comme je cours après le temps ? Mon urgence, je le vois, c’est d’aller lentement. Ca, je veux bien. Pas à pas, psaume à psaume. Un chemin buissonnier, parcouru à pas d’âne. Méditer, et ne plus médire. Flâner, pour ne pas flétrir !
Un autre avant moi m’a ouvert cette voie : le Juste par excellence. Le Christ, en son temps, a prié dans ce livre. Ces psaumes, il les connaît, je le voudrais comme guide. Ces prières, il les aimait, je le veux comme ami. Ces cris, ce fut sa Paix. Qu’elle descende sur moi et ceux qui aujourd’hui rentreront dans ce livre.
Ce matin, je ne me suis pas levé pour rien : Heureux !


Source : Psaume dans la Ville


_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com

AuteurMessage
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 02 Nov 2012, 10:28

Psaume 118

Brûlé de Désir

« Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi »

Méditation

« Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi » (c'est le verset 18).
Comment sortir de tous mes aveuglements, volontaires ou non ?
Quand Jésus guérit un aveugle dans l’évangile,
il lui demande d’abord quel est son désir. Sage précaution.
Car toutes nos bonnes résolutions, nos nobles aspirations,
si elles ne sont pas motivées par une nécessité intérieure profonde,
ne tiennent pas et ne nous font pas vraiment bouger.
Il faut, pour guérir, « trouver mon plaisir en tes exigences ».
Car comme nous le demande le Christ :
« vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ».
Rien d’une morale rigide, mais la révélation d’un visage,
celui de Dieu notre Père, dont l’image est inscrite en nous
et que nous avons à restaurer.
Comment ? Au début de ma vie religieuse,
un frère allait faire la vaisselle en jubilant.
Cela me plongeait dans des abîmes de perplexité,
moi qui y allais comme à la corvée.
J’ai compris, grâce à lui, que la perfection
ne réside pas forcément en de grandes choses,
mais plutôt faire ce qu’on a à faire avec cœur, générosité, excès même.
Y être présent entièrement, sans arrières pensées,
dans cet élan tiré d’une force intérieure,
celle de l’Esprit en nous.
« Ouvre mes yeux, que je contemple les merveilles de ta loi » .
Que je découvre cette merveille de la loi d’amour
que Jésus a vécue jusqu’à sa perfection,
jusqu’à son accomplissement sur la Croix,
en demandant à son Père de pardonner à ses bourreaux.
Aimer. Aimer jusqu’à l’excès.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptySam 10 Nov 2012, 22:50

Psaume 118 hé

Incline mon coeur


Garde-moi sur la voie de Tes volontés. Là, je me plais
Incline-mon cœur vers Tes exigences non pas vers le profit

Méditation


« Que ta volonté soit faite », l’indice est plutôt maigre.
Je sais bien que la clef du bonheur est pour moi de suivre en tout ce que Dieu me propose.
Il y a, c’est vrai, les préceptes et les lois.
Il y a dans le Livre mille recommandations.
Mais l’on ne suit pas Dieu comme on suit une leçon.
Car qui pourrait se dire qu’il a su accomplir sans faillir jamais les commandements ?
Vais-je obéir aux lois pour compter mes bons points,
tel l’élève modèle friand d’images pieuses ?
« Tu sais Seigneur, je veux me faire bien voir, seras-tu fier de moi :
j’ai fait tous mes devoirs ! »
Mais je n’ai plus dix ans.
Et je ne peux aimer à coup de récompenses,
ni suivre le chemin par peur du châtiment.
Car aimerais-je vraiment un Dieu que je craindrais ?
Me laisserait-il seul affronter le défi de qui veut sans tarder marcher en sa présence ?
Cruel serait un Dieu qui se délecterait de voir ses créatures peiner la peur au ventre,
sans jamais se soucier de leur venir en aide.
Mais il n’est pas ainsi, car Dieu veut que je l’aime et il peut par lui-même me donner de l’aimer
. Car aimer le Seigneur, c’est vouloir bien qu’il m’aime,
et lui prêter mon cœur, qu’il vienne l’habiter.
Le chemin, c’est le Christ, qui en moi peut aimer.
Le désir, c’est l’Esprit qui me fait adorer.
La vie, celle que j’espère, c’est le Père qui la tient, et la garde pour moi, au terme du chemin. Que ta volonté soit faite, par toi, en moi.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptySam 10 Nov 2012, 22:52

Psaume 118 zain

Ma consolation


« Je me rappelle tes décisions d’autrefois : voilà ma consolation, Seigneur »

Méditation


MA CONSOLATION

Ta parole, mon Seigneur, m’a saisie par les cheveux un beau matin,
m’a retenue, accrochée au ciel.
Il faisait beau, le soleil de septembre réchauffait le jardin.
Les fruits murs attendaient sur la table d’être réduits en confiture.
Il faisait bon. J’avais seize ans.
Ta parole, Jésus mon frère, m’a saisie au dedans du dedans,
« Gardez courage, moi j’ai vaincu le monde »
J’en fis ma route, mon étoile, mon phare.

La nuit, quand mon courage s’émiette en poudre fine
que le vent disperse, je me rappelle cette nourriture solide que tu as déposée au fond de mes entrailles,
dans ce jardin de commencement du monde:
« Gardez courage ! »
Et monte alors la certitude que même si ma vie s’en va en poussière,
dispersée par mon inconstance, même si ma mémoire oublie ce printemps de septembre, tu recueilles tout.
Tu sauves tout ce qui un tant soit peu a tenu bon,
car ta mémoire à toi est plus grande que le monde et retient tout ce qui a été vivant dans nos vies.

Oui, j’ai vu de mes yeux tes merveilles.
J’ai vu des hommes à terre, se relever par ta parole.
J’ai vu des femmes en prison prosternées devant ta croix,
sûres de trouver en toi un ami.

Ma consolation, Seigneur, cette sortie de la solitude,
c’est de savoir que chaque souffle de notre haleine,
chaque instant de notre oubli, tout est recueilli en tes mains ;
chacune de nos larmes, et même ces larmes du dedans que nul ne voit,
sont recueillies une après une dans tes outres,
pour en faire un vin de fête. Rien n’est perdu.

« Courage, Gardez courage, moi j’ai vaincu le monde. »






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptySam 10 Nov 2012, 22:55

Psaume 118 thet

Plus qu'un monceau d'or

« Mon bonheur c’est la loi de ta bouche, plus qu’un monceau d’or ou d’argent »

Méditation

« La loi de ta bouche », voilà le bonheur du psalmiste !
Son bonheur, ce qui le comble et le rassasie
n’est pas une de ces lois qui ressemblent à un règlement consigné en formules abstraites et lourdes
mais bien une loi qui s’exprime par une bouche.
Et cette bouche est celle de Dieu.
Sa loi, nous la comprenons donc vivante,
dialoguée, interactive dirions-nous aujourd’hui.
Bienfaisante aussi, car elle est La loi de Celui
« qui est bon et qui fait du bien » (verset 68).
Et comme la lumière a la vertu de faire reculer l’obscurité,
le bon et le bien qu’Il nous donne mettent silencieusement en échec le mal commis par les orgueilleux avec « leur cœur alourdi » (verset 70).

Pour « prendre plaisir à sa loi »,
« à bien saisir, à bien juger » (verset 66),
il y a comme un maître.
Curieux maître en apparence puisque c’est la souffrance :
« Avant d’avoir souffert, je m’égarais » (verset 67).
Mais attention !
Cette souffrance ne saurait d’aucune manière se trouver en contradiction avec la tendresse de Dieu,
son pardon et son amour sans condition.
Cette qualité de souffrance est le prix à payer,
elle est ce que vous coûte à certaines heures l’observance d’une fidélité.
C’est une souffrance qui nous rend frère et sœur des souffrances autour de nous.
Elle est une exigence enfin dont on prend la mesure en vivant de l’amour sans mesure de notre Dieu.
« Plus qu’un monceau d’or et d’argent »,
nous devenons riches de cette bonté qui va jusqu’à totalement se livrer.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 12 Nov 2012, 10:18

Psaume 118 caph

Comme une outre durcie

"Usé par l’attente du salut, j’espère encore ta parole. "

Méditation

Donne-moi Seigneur la peau dure.
La peau noircie de ceux qui ont peiné tout le jour au soleil,
fidèle à leur travail, que rien n’arrêtera.
La peau durcie de qui sème puis récolte après avoir bêché son champ toute l’année.
La peau épaisse de celui qui sculpte de ses mains un outil,
un objet, et qui en mille gestes simples a donné à l’ouvrage la précise beauté et la juste mesure que l’artisan expert imprime à la matière.
La peau impénétrable du plus humble ouvrier qui n’a que ses deux bras pour gagner son salaire.
Donne-moi Seigneur la peau fatiguée de la mère fidèle ayant bercé cent fois ses enfants dans ses bras,
infatigable femme veillant sur son foyer.
La peau ridée de ceux que l’âge a oublié,
penchés sur de vieux livres,
ils veulent apprendre encore, se rassasier de mots,
embrasser tous les arts, étreindre la sagesse à force de scruter dans l’univers entier les traces de ta gloire.
La peau des bienheureux, intacts aux tombeaux,
qui attendent dans la mort qu’un matin tu reviennes pour relever les corps de tous ceux qui dormaient.
Seigneur, donne-moi de ta chair lacérée par les coups,
usée par tes voyages, la force et puis la grâce de me tenir debout.
Donne-moi par ton corps usé pour le Salut,
crucifié sur le bois, élevé dans la gloire,
de traverser sans crainte l’épreuve qu’est la vie.
C’est ta peau, ô Jésus, que je veux revêtir,
pour protéger au fond de mon être fragile ce cœur si vulnérable que tu y as placé.
Un cœur tendre, Seigneur, sous cette peau revêche.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 14 Nov 2012, 10:13

Psaume 118 men

Tout le jour , je médite

« Qu’elle est douce à mon palais ta promesse : le miel a moins de saveur dans ma bouche ! »


Méditation

TOUT LE JOUR

Ta parole Seigneur est la digue de ma vie.
Elle me garde, elle empêche les vagues de me noyer.
Ta parole, c’est la cordée qui me tient quand la montagne est rude et que le sol se dérobe.
Ta parole est une réalité, elle dit vrai, tranche, appelle un chat un chat.
Ta parole est une boussole pour les temps incertains,
Une petite marque blanche et rouge qui montre le chemin.

Moi, Seigneur, j’aimerais bien penser à toi tout le jour, mais voilà que je pense à ce robinet qui fuit, aux courses à faire demain, à cette parole qui m’a meurtrie la semaine dernière, et aux prochaines vacances de printemps…
Tandis que toi, tout le jour, tu penses à moi, tu penses à nous.
Tout le jour, tu aimes la parole du Père et tu la gardes.
Tout le jour, tu surpasses en habileté tes ennemis.
Tout le jour, tu surpasses en intelligence tous les anciens.
Tout le jour Seigneur, tu tiens nos vies
comme on garde un trésor.
Tu tiens nos vies comme des perles fines recueillies une à une dans les huitres fermées que parfois nous sommes.
A chaque heure du jour tu veilles et tous les jours du monde tu veilles et cette loi que nous oublions tout le jour, elle est dans ton cœur, elle est gravée dans ta chair, inscrite dans les paumes de tes mains, et marquée dans la plaie de ton côté.

Tout le jour, Seigneur, tu détournes tes pas pour aller rejoindre ceux qui se sont détournés, et tout le jour, tu es là.
Qu’elle est douce à mon palais ta promesse : jusqu’à la fin du monde, oui, je suis avec vous.
Qu’elle est douce, plus que le miel…






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 16 Nov 2012, 10:23

Psaume 118 samech

Ne déçois pas mon attente

« J’aime ta loi, Toi, mon abri, mon bouclier ! »

Méditation

Cet éloge de la loi occupe une place tout à fait à part dans le psautier.
Ce n’est pas le triomphe du légalisme, de la casuistique,
de l’art de se mettre en règle en négligeant
“ce qui a le plus de poids dans la loi :
la solidarité, la fidélité et la justice” (Evangile selon Saint Matthieu 23,23).
Loin de m’écraser, les commandements sur lesquels je m’appuie
sont pour moi une promesse :
“que ta promesse me soutienne”.
C’est une promesse de vie ; “et je vivrai “.
Il n’y a pas à avoir honte d’aimer le commandement de Jésus,
“tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux“.
Ce commandement, je l’aime !
Lui donner la priorité, “sans partage” (verset 113),
se sentir soutenu par Dieu dans un monde
qui a de tout autres soucis que les commandements
et la logique d’un amour sans limites,
c’est prendre du recul.
Du recul par rapport à un entourage où la méchanceté ne se reconnait aucune limite :
“écartez-vous de moi, méchants” (verset 15).

Cet amour de la loi comporte cependant un risque :
rejeter hors du salut ceux qui rejettent Dieu,
et entretenir des représentations de Dieu qui suscitent la crainte plutôt que l’amour.
Or, “le parfait amour bannit la crainte” (Première Lettre de Jean 4,18).






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 19 Nov 2012, 11:04

Psaume 118 phé

Pour qui aime ton nom

"Déchiffrer ta parole illumine et les simples comprennent."

Méditation

Je cherche des lunettes, pour déchiffrer le monde.
La Bible, tout d’abord, si épaisse,
si longue. Sagement oubliée dans un coin du salon.
« Un jour je la lirai, mais ma vue a baissé,
j’attends de nouveaux verres pour goûter la Parole ».
Il me faudra aussi déchiffrer tous mes frères,
obscurs êtres de chair, souvent imprévisibles :
quel mystère dans les hommes auprès de qui je vis.
« Un jour je comprendrai.
Mais comment voir si large, observer sans juger,
pour discerner en tous ce qu’il y a de beau ».
Et puis, je n’oublie pas le plus grand des mystères : c’est moi !
Un bonhomme complexe, plein de contradictions,
voulant tellement bien faire, y parvenant rarement.
« Un jour je m’arrêterai.
Mais comment voir si près pour scruter en moi-même la voie des profondeur,
qui unira mon être, simplifiera mon cœur ».
Ma vue baisse en effet, à force de voir sans vraiment regarder,
à force de surfer à la surface du monde,
et glaner ça et là quelques images futiles.
Mon regard paresseux finit par s’obscurcir
et tout devient opaque.
Je pleure, et n’y vois plus de n’avoir pu ouvrir mes yeux
chaque fois comme il fallait.
Regarde, bon Seigneur, toi seul sais regarder.
Regarde ton aveugle qui n’a pas voulu lire dans le Livre du monde,
dans le Livre du cœur,
et dans ton Livre Saint ce que tu as écrit.
Au diable les lunettes,
je dois rapprendre à lire.
Tu seras Dieu mon maître,
pour déchiffrer ta Loi inscrite au cœur des êtres,
gardée au fond de moi.
Ce soir, j’ouvre le Livre.
Ce soir, enseigne-moi.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 21 Nov 2012, 10:23

Psaume 118 qoph

Tu es proche

« Mes yeux devancent la fin de la nuit pour méditer sur ta promesse »

Méditation

TU ES PROCHE

Toi Seigneur, tu es proche.

Au moment même où je me tourne vers toi, tu es mon élan.
Au moment même où je crie vers toi, tu portes mes mots.
Lorsque je dors, tu veilles pour que la nuit je ne sois pas seule.

Mes yeux devancent la fin de la nuit et toi déjà tu es là,
tu as entrebâillé les volets pour que la lumière rentre,
mis une buche au feu pour que le froid s’en aille,
et fait chauffer le pain.

Je t’implore et déjà tu m’as entendue.
Je t’appelle, et déjà tu m’as sauvée.
Je crie vers toi et déjà tu m’as répondu.

Toi Seigneur, tu es le plus proche de mes prochains,
le plus intime de mes amis, mon plus que frère.
Plus que jumeau.
Tu es mon frère du dedans.
Celui qui tisse en mon sein l’image de toi que je reflète.
Unique.
Toujours unique.
Toujours reprise et retissée du dedans par tes mains, ô mon Seigneur.
Oui, tu es proche.

Tu es proche lorsque moi je suis loin.
Tu es proche lorsque je suis perdue.
Tu es proche lorsque je dors d’ennui ou de fatigue,
par désinvolture, inconstance ou simplement écrasée de ce pauvre désespoir ordinaire,
cet « à quoi bon » qui est le contraire de la foi.
Tu es proche tout spécialement,
de ceux qui ne croient pas qu’il soit possible seulement en rêve de te parler.
Tu es proche des prisonniers, des prisonnières que je côtoie.
Tu es proche de leurs misères,
parce que tu l’as connue et qu’ils le savent, rien qu’à te voir :
ils savent bien que tu es des leurs.

Viens me chercher dès le matin, avant l’aurore,
avant le café chaud et la tartine de confiture…
Et apprends-moi, Seigneur mon Dieu, à me faire proche…







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 23 Nov 2012, 10:41

- Psaume 118 shin

Un grand butin

« Je me réjouis de tes promesses. Seigneur, j’attends de toi le salut »

Méditation

Le psaume 118 est le plus long de tous les psaumes, avec ses 22 strophes, autant que de lettres dans l’alphabet hébreu. Comme pour signifier que la Parole de Dieu investit chacune des lettres qui servent à nous exprimer.

« Shîn » est l’avant-dernière de ces lettres. Le psaume de ce jour souligne la paix de celui qui aime la loi de Dieu ,« Ta loi, je l’aime » (verset 163) ; et de celui qui loue ses justes décisions « sept fois par jour » (verset 164). Dieu, que nous pouvons mesurer la distance qui nous sépare du psalmiste !

Mais une forte impression d’accomplissement émane de ces paroles ; pareil à un bateau qui, après avoir bourlingué sur la grande houle du large, rentre dans les eaux calmes du port, la mission accomplie.

On dirait un bateau comme chargé de promesses, « tel celui qui trouve un grand butin » (verset 162). Le trésor est la Parole comme une boussole pour le voyage en haute mer ; comme un phare pour indiquer la route ; comme le trésor caché dont parle l’évangile de Matthieu au Chapitre 13, versets 44-45. « Le royaume des cieux ressemble à un trésor caché dans un champ. Celui qui le trouve est si heureux qu’il va vendre tout ce qu’il possède et revient acheter le champ. »

« Toute mes voies sont devant toi » (verset 168). Pour me laisser conduire par l’Esprit de Celui qui est la Parole même de Dieu, pour goûter cette présence au plus intime de moi-même et entrer dans son royaume et vivre de cette Bonne Nouvelle :« Grande est la paix de qui aime ta loi ».






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 26 Nov 2012, 10:00

Psaume 119

Vivre en exil
Lu par Marie-Sophie Ferdane

"Dans ma détresse, j'ai crié vers le Seigneur, et lui m'a répondu.
Malheur à moi : je dois vivre en exil et camper dans un désert ! "


Méditation

Tout est dit, au début: «Et lui m’a répondu.»
La réponse, assurée, certaine, avant mon cri.
La réponse est acquise avant d’avoir tiré du profond de moi-même une flèche aiguisée. Ma prière c’est la guerre, un combat terrassant.
Une guerre de mots, qui s’empoignent en moi-même,
un effort incessant pour museler ces voix qui assèchent mon cœur et désolent mon âme. Elle est large la pente où ces pensées m’entraînent:
«le monde est ton ennemi», voilà toute leur ruse !
«Regarde bien ces gens, ils ne cherchent qu’à détruire,
ils te traquent, t’épient, ils en veulent à ta peau.»
Le doute et la méfiance me conduisent à l’attaque:
je frapperai d’abord!
Qui sait si l’adversaire demain était plus fort ?
Ces voix font de ma vie comme un camp retranché,
exilé de moi-même, je campe loin de mon cœur,
perdu dans les déserts insensés de ma peur.
Trop longtemps j’ai vécu dans un pays sauvage
où la violence aveugle avait raison de tout.
J’en ai construit de murs.
Et je me suis bâti, sans savoir, une prison.
Le mal était en moi, je le croyais ailleurs.
L’issue sera le ciel. Je n’ai pas d’autre choix.
L’issue sera là-haut j’y tirerai la flèche.
L’issue sera le cri jailli de cette cage dont nulle main humaine ne me sortira plus.
Je suis au pied du mur, enfermé en moi-même.
Mon Dieu, libère-moi.
Ma flèche est pour ton cœur,
je le veux transpercer pour qu’il m’ouvre à l’amour.
Je me veux prisonnier de ta vie pour toujours.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 28 Nov 2012, 10:32

Psaume 121

Paix sur toi

« Appelez le bonheur sur Jérusalem : « Paix à ceux qui t’aiment » »

Méditation

PAIX SUR TOI

Chaque matin, se lever, repartir.
Marcher de nouveau.
Chaque matin, ce sentiment d’exil quand la paix n’est pas là.
Pèlerins et étrangers nous sommes,
Jamais vraiment chez nous,
Jamais vraiment arrivés,
Soupirant, encore, et encore devant les micro-efforts quotidiens à fournir.

Chaque matin, supporter les insupportables,
Et le plus insupportable de tous, soi-même, sur qui l’on peut si peu…

Et pourtant,
Ne pas oublier ces heures de lumière et de légèreté,
quand ta paix, Seigneur, ta paix toujours donnée, nous l’avons reçue.
Plus d’exil, mais à la place, l’absolue certitude d’être exactement au bon endroit, exactement chez soi, fût-ce au bout du monde.

Cette paix que tu donnes en héritage,
c’est la certitude de la défaite de l’accusateur.
C’est la fin des paroles qui condamnent.
C’est entendre pour de vrai que tu n’es pas venu pour juger le monde mais pour que le monde soit sauvé.
Alors, l’avenir est ouvert.
Et cette paix ne s’étiole que si on ne la partage pas.

Paix aux hommes qui tremblent de peur !
Paix aux hommes qui n’ont pas de demeure !

Paix à chacun de ceux qui mettent leurs mots dans tes mots pour te parler !
Paix aux hommes qui écoutent ou lisent les mots des psaumes, et les entendent, tout neufs !
Paix à tous nos compagnons de lecture, dans cette aventure psaumedanslaville…

Ta paix, c’est déjà être aux pieds des remparts de la Cité de Dieu,
ne plus craindre l’exil, être partout chez toi, puisque partout, tu es avec nous.

C’est recevoir tout homme comme un don,
(oui, toi qui me lis, tu es un don de Dieu au monde)
C’est se recevoir soi-même comme un don.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 07 Jan 2013, 11:03

Psaume 125

"Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion, nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie."


Méditation

Il faut marcher souvent pour pouvoir trouver Dieu. Marcher comme en exil, fuyant nos esclavages ; marcher le cœur en fête pour un pèlerinage.
« Oh oui, me direz-vous, mais je suis bien trop vieux. Mes pieds n’iront pas loin, ma force m’a quitté. » Je crois que l’on ne marche vraiment qu’avec son cœur. Il suffit de vouloir sans cesse se déplacer ne s’attacher jamais à aucune demeure, car tout est vanité pour qui se met à croire que l’œuvre de nos mains pourrait tenir toujours.
La graine doit mourir pour laisser place au grain, le cycle des moissons, la ronde des saisons, la suite presque infinie des naissances et des morts, tout doit nous rappeler l’existence éphémère.
Une force cachée travaille l’univers, c’est l’Esprit du Puissant qui façonna la terre ; elle est pour nous torrent traversant le désert, elle est le vent fougueux qui disperse les graines, c’est elle qui poussa Abraham et nos Pères à prendre le chemin sans savoir où aller.
C’est à l’ombre des ailes de cet aigle superbe de ce souffle enflammé qui traverse le monde que je veux me cacher.
Ma marche dépendra de ce refuge paisible qu’en Dieu je trouverai y faisant ma demeure. Mon repos : son mouvement qui me berce et m’emporte là où seul et si faible je n’aurais pu aller. Là, tout est joie, paix, et rire.
Dieu m’emmène en voyage, il va m’émerveiller.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 09 Jan 2013, 11:16

Psaume 127

« Heureux qui craint le Seigneur et marche selon ses voies »


Méditation

HEUREUX CELUI QUI MARCHE

Il marchait
Les violettes et les jasmins se serraient les uns contre les autres pour mieux le voir
Foule dans les jardins,
Foule dans les champs,
Foule sur les chemins,
Il glanait, avec ses amis, il glanait.
En rangs serrés les épis le guettaient,
cherchaient à l’apercevoir,
ou simplement le sentir,
le deviner,
l’attendre,
l’espérer,
Il passait,
C’était son métier de passer,
C’était sa nature, sa force, sa raison d’être, sa puissance,
C’était son œuvre, son labeur, sa fatigue, son épuisement,
C’était son bonheur, son chant,
C’était sa joie,
Sa vie.

Sa mort aussi.

Ce matin,
Les violettes et les jasmins se serrent les uns contre les autres pour mieux voir,
En rangs serrés les épis se bousculent…

Le jardinier de l’aube,
L’homme du matin, de l’unique matin, du grand printemps.
Le créateur de l’aurore, le premier éveillé, le premier levé
Celui qui va chercher le soleil par la main.
Lui qui borde la lune et les étoiles pour qu’enfin elles se reposent,
L’homme qui marche nous emmène avec lui dans son aventure.

Heureux l’homme qui marche à tes côtés, mon Dieu !

Les fleurs s’inclinent sur ton passage, les parfums t’ouvrent un chemin de joie, le soleil s’apprête à te oindre de son sang jaune feu, les oiseaux lissent leurs plumes et se chauffent le cœur, les chevaux se préparent à partir aux quatre coins du monde rapatrier les rescapés, le ciel ferme ses bouteilles d’encre de chine devenue inutile, les serpents enlacent les arbres en signe de paix, les poissons font une ronde dans la mer.

C’est le premier matin du monde. C’est aujourd’hui. Paix sur Israël !






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 11 Jan 2013, 09:57

Psaume 129


Des profondeurs, je crie


« Oui, près du Seigneur est l'amour ; près de lui abonde le rachat »

Méditation

Le 'De profondis'

C'est sans doute le psaume le plus connu de tous les chrétiens,
c'est aussi l'un des sept psaumes de la pénitence,
la prière de ceux qui se sentent coupables.
Ceux-là se sentent en-dessous de tout, au bas de l'échelle,
en situation d'infériorité dans les 'profondeurs',
conséquence de leur 'chute'.
De même que les lépreux, les pécheurs,
tous ces gens de rien que Jésus croise sur les routes de Galilée,
toute cette 'racaille' que méprisent les grands prêtres et les pharisiens,
tous ont le droit de l'appeler au secours,
de 'crier vers Dieu' .
Même si la foule leur donne l'ordre de se taire.
Conscients de leur fautes,
ils savent en même temps que Dieu pardonne,
Dieu ne 'fait pas payer',
mais se laisse au contraire toucher par la détresse,
parce que son alliance avec son peuple est placé sous le signe de l'amour.
Ce mot hébreu 'hesed' ,
désigne un lien que rien ne peut remettre en cause '
car l'éternel est son amour' comme répète 26 fois le psaume 135.
D'où cette confiance qui est celle du veilleur
qui attend l'aurore avec la certitude du retour de la lumière.
Cette lumière sur le visage du Christ
est capable d'aller briller au fond des cœurs même les plus obscurs,
les plus enfoncés dans le malheur.
Et ce sera le salut de tout un peuple, '
Il rachètera Israël de toutes ses fautes ».
Pas seulement moi, mais moi avec tous les autres :
il sera 'Dieu avec nous' ; en Hébreu 'Emmanuel'.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 14 Jan 2013, 10:04

Psaume 131

Le repos de Dieu

« Voilà mon repos à tout jamais, c'est le séjour que j'avais désiré.
Je bénirai, je bénirai les récoltes pour rassasier de pain ses pauvres. »

Méditation


Seigneur, Dieu vagabond, où vas-tu reposer ?
Dans quel temple de pierre ferais-tu ta demeure ?
Où donc poser la tête quand on tient en sa main
et l’univers entier et le temps, et la vie ?
N’as-tu donc jamais pris quelque temps de repos ?
Mais toi, Jésus, tu as pu partager le sommeil des hommes.
Endormi sur la barque,
tandis que tous ramaient tu n’as pu cependant prolonger ton répit.
Il fallait sauver ceux qui cernés par les vagues criaient vers toi leur peur
. « Silence ! »
et les eaux en furies se reposent soudain
lorsque Dieu en un mot réveilla sa puissance.
Tu ne dormais donc pas, car ton cœur veillait.
Et puis ce fut ce soir :
tes disciples apeurés et pétris de fatigue
s’endorment l’un après l’autre à l’Heure décisive.
Mais tu veilles, toi seul, attendant ta Passion.
Car Dieu ne s’endort pas quand il Lui faut combattre.
Son repos attendra la victoire finale.
Sur ton trône superbe, plus tard, tu t’endormis.
Il fallait que tu montes à ce lieu de repos,
pour goûter une seule fois à cet arrêt soudain,
pour nous si naturel, pour toi si étranger.
A Sion ton palais est un poteau de bois.
Suspendu au gibet tu parais y dormir.
Pourtant, vêtu de notre honte,
et couronné de gloire tu ne dors pas :
tu entres en ton Sabbat, tu reviens à ton Père,
et offres en ton repos tous les biens de la terre que la croix fait germer.
Tu bénis les récoltes :
les hommes qui veillent et ceux qui s’éveilleront
quand tu viendras glorieux partager ton Sabbat
avec la terre entière délivrée de la nuit.








Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 16 Jan 2013, 09:53

Psaume 133

« Vous tous, bénissez le Seigneur,
vous qui veillez dans la maison du Seigneur au long des nuits »


Méditation

Bénissez le Seigneur, au long des nuits !

Vous qui cherchez Dieu dans le froid et la nuit,
Vous qui le cherchez assis dans vos maisons, le soir,
Effondrés de fatigue dans un lit solitaire,
Ou entourés d’amis, en refaisant le monde,
Bénissez le Seigneur, au long des nuits !

Et vous qui veillez dans la nuit, parce que c’est là votre travail,
Vous qui aimez la nuit, cette couverture qui protège votre amour,
Vous qui ne dormez pas, parce que les nuits noires des autres sont vos nuits blanches,
Et vous qui marchez la nuit, pour échapper à vos bourreaux,
Bénissez le Seigneur, au long des nuits !

Vous tous, les terrorisés de la nuit, les trafiquants et les paumés,
Vous tous, qui êtes seuls dans ces nuits toutes noires qui n’en finissent pas de passer,
Et vous, les moines qui veillez dans la nuit,
Vous tous, qui doutez et tremblez, dont je suis,
Bénissez le Seigneur, au long des nuits !

Car c’est la nuit, quand on s’y attend le moins, que tout arrive.
C’est de nuit que Jacob s’est battu avec l’inconnu du Yabboq,
Et c’est de nuit que le peuple Hébreu a quitté la terre d’esclavage.
C’est de nuit que dans le feu Dieu accompagnait son peuple en exode
Et c’est de nuit que la Bien aimée du Cantique cherchait son Bien aimé…
C’est dans un courant d’air nocturne que le Verbe de Dieu est né,
Et c’est dans la nuit que le tombeau plein s’est retrouvé vide…

Béni sois-tu, Seigneur, d’être de toutes nos nuits, afin qu’aucun ne soit oublié à l’heure bénie où tu en fermeras la porte à double tour pour nous offrir à ta lumière.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 18 Jan 2013, 11:17

Psaume 135

« Rendez grâce au Seigneur ; il est bon. Eternel est son amour »

Méditation


Voici un psaume comme un torrent bondissant de remerciements à Dieu,
« car éternel est son amour ».
Tout au long des strophes, la saga de Dieu est célébrée, déployée.
La geste de sa Création introduit un ordre dans le cosmos,
notamment « en affermissant la terre sur les eaux ».
Et l’épisode fondateur, placé au cœur du psaume,
est la libération du peuple hébreu de la maison d’esclavage en Egypte.
Oui, notre Dieu est Créateur et Sauveur.
Comprenons :
Nous ne situons notre place de manière juste
que dans la mémoire de notre origine divine.
Et nous ne pouvons appréhender notre histoire
qu’en référence à la libération du peuple hébreu.
Notre foi est en un tel Dieu pour hier,
aujourd’hui et demain.
Il y a cependant des « dégâts collatéraux »
à cette intervention divine :
les Egyptiens sont « frappés dans leurs aînés » (verset 10),
et Dieu fait « périr des rois redoutables » (verset 18).
Nous répugnons peut-être aujourd’hui à associer notre louange au Seigneur à cette violence.
Mais ceux qui ont vécu le débarquement en Normandie,
en juin 1944, devaient être dans cet état d’esprit.
La joie de rendre grâce pour une Libération qui mettait fin à de trop longues années d’asservissement.
En libérant son peuple, Dieu ouvre à une triple promesse :
celle d’une terre, celle de relever l’humilié,
celle enfin de donner du pain « à toute chair » (verset 25).
La portée du message de Dieu devient universel.
Il ne s’agit plus de louer le Dieu d’une tribu,
mais un Dieu unique pour l’humanité.
Depuis sa création jusqu’à l’accomplissement de son histoire .






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 23 Jan 2013, 10:23

- Psaume 139


« Délivre-moi, Seigneur, de l’homme mauvais, contre l’homme violent, défends-moi »


Méditation

Il est en moi une voix qui accuse et maudit,
comme un homme violent, tapi là, au-dedans.
C’est comme une puissance qui prémédite le mal,
et me raconte des histoires de vengeances quand un mot m’a blessé.
Elle entretient la guerre, et charge ma langue de venin.

Il est en moi comme un homme violent, un impie,
un arrogant qui se croit tout permis.
Il tend des pièges, pose des embûches
et des filets à ceux de mes compagnons qu’il appelle mes « adversaires ».

Délivre-moi mon Dieu de cette puissance de violence qui m’habite,
de cette part de moi qui ne veut pas la paix,
délivre-moi de ce cachot non visité par ta lumière,
où mes angoisses et mes péchés nourrissent
grassement cet homme violent.

Cette puissance aime ce qui brille.
Elle aime exister au soleil et user de stratagèmes pour obtenir une place de choix.
Elle aime influencer les autres par l’éclat de ses raisonnements.
Elle aime l’argent et le pouvoir qu’il donne.
Elle aime plus que tout avoir raison, et imposer son point de vue.
Elle méprise les « médiocres ».
Elle est en moi la part de ma vie qui n’a pas entendu ta parole, ou ne l’a pas reçue.

Ne cède pas Seigneur, aux désirs de cet impie !
Ne permets pas que ses intrigues réussissent !
Délivre-moi mon Dieu de cette violence qui m’habite !
Qu’elle soit traquée à mort, jetée à la fosse,
Que jamais elle ne se relève, elle qui n’est que poussière et étouffe ma voix…

Délivre-moi, mon Dieu, de ce qui n’est pas toi
Afin que je devienne pleinement qui je suis.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 25 Jan 2013, 10:32

Psaume 141

« Tire-moi de la prison où je suis, que je rende grâce à ton nom »

Méditation


Dans l'idéal, les chrétiens ne devraient pas avoir d'ennemis :
ils doivent aimer tout le monde et tout le monde doit les aimer !
Malheureusement les psaumes sont là pour nous dire le contraire
et le frère Christophe de la communauté de Thibhirine
le rappelle justement à propos de la prière de l'office monastique.
Les mots des psaumes résistent, font corps avec la situation de violence,
d'angoisse, de mensonge et d'injustice.
Oui, il y a des ennemis.
On ne peut pas nous contraindre à dire trop vite qu'on les aime,
sans faire injure à la mémoire des victimes dont chaque jour le nombre s’accroît.
Dieu Saint ! Dieu Fort ! Viens à notre aide ! Vite, au secours.
Cette violence, c'était hier en Algérie,
c'est aujourd'hui en Syrie et qui sait où ce sera demain ?
Jésus s'est fait des ennemis,
ils lui ont tendu des pièges pour pouvoir l'accuser (verset 4)
et il n'a pas voulu mobiliser la puissance de Dieu pour échapper à cette violence
si largement partagée par tant de millions d'hommes dans l'histoire :
Il a voulu partager cette expérience de la haine.
Sa seule ressource est de chercher en Dieu son abri (verset 6),
son refuge, sa forteresse :
« Entre tes mains, je remets mon esprit. »
D'où le témoignage des disciples dans les Actes des Apôtres :
« Ce Jésus, que vous avez assassiné, Dieu l'a ressuscité. »
Tous les discours des Actes des Apôtres utilisent ce même schéma de contraste,
ils ne disent pas « Il est ressuscité », mais « Dieu l'a ressuscité »
car c'est de lui qu'ils attendent le salut pour le partager
dans la communauté des frères.
« Autour de moi, les Justes feront cercle » (verset 8).







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 28 Jan 2013, 10:26

Psaume 143

« L'homme est semblable à un souffle, ses jours sont une ombre qui passe »

Méditation

Ne me parlez pas de sport.
La piscine est trop froide,
les altères sont trop lourdes
et je rate la balle à chacun des rebonds.
Mais mon Dieu est sportif !
Hélas, comment ferais-je
pour me faire bien voir de mon coach divin ?
Faudra-t-il m’entraîner et courir chaque matin,
enfiler mes baskets, dévaler la chaussée ?
Je fatigue déjà à l’idée si pénible
de m’essouffler en vain suant sous le soleil…
Je préfère tenter le moindre des efforts :
juste tendre la main,
et attendre l’instant où l’entraîneur divin
viendra m’encourager.
J’exagère, croyez-vous,
à réclamer ainsi une leçon privée
du Maître, du Seigneur ?
Il est trop occupé,
voilà tout l’argument que me lancent, vexés,
ceux qui n’ont jamais cru au professeur de sport
le plus extraordinaire.
Ce que nul ici-bas n’a réussi pour moi,
lui certainement pourra y arriver.
Il a cette patience que n’ont pas les sportifs
désolés de me voir si malhabile.
Il n’abandonnera pas où d’autres ont échoué,
persévérant toujours dans l’encouragement.
Il sait exactement mes faiblesses et mes craintes,
mais il sait tout autant mes qualités secrètes.
Il sait, lui, comment faire car bien mieux que moi-même,
il me connaît.
J’entends déjà le rire des cyniques :
mais tu n’as pas un sou !
Comment payeras-tu ?
Ils ignorent que pour Dieu, la récompense,
c’est nous.
C’est le prix de l’effort qu’avec Lui nous ferons,
c’est de pouvoir un jour, tout au bout de ma course,
m’offrir de tout cœur la couronne de gloire.
C’est sûr, avec mon Dieu, je finirai sportif !






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 30 Jan 2013, 10:31

Psaume 145

« Il fait justice aux opprimés, aux affamés, il donne le pain ;
Le Seigneur délie les enchaînés »


Méditation

Il faudra bien un jour prendre au sérieux cette parole :
Le Seigneur délie les enchaînés, et délivre les prisonniers.

Ce n’est pas pour plus tard, ni pour demain,
Car si c’est bien vrai, il faut que cela soit vrai dès maintenant.

Les enchaînés, les vrais, ceux qui ont peur de tout
et ne s’aiment pas eux-mêmes,
bien souvent font malgré eux subir aux autres le même sort,
sans s’en apercevoir.
Autour d’eux ils lient, paralysent, arraisonnent la vie,
au risque de faire le vide autour d’eux et de redoubler le malheur.

Si nous sommes du Ressuscité, il n’y a pas d’histoire :
il faut avec lui aimer les enchaînés,
être près d’eux une présence dont ils n’ont rien à craindre ;
supporter leurs colères et leurs chaînes sans pourtant s’y complaire,
et desserrer un tout petit chouïa l’étau qui les enserre.
Et pour cela ne pas attendre d’être soi-même
délivré de ses propres chaînes,
de ses aveuglements, de ses accablements.

Non, mais si par notre douceur et par notre patience,
nous contribuons à délier les autres, nos propres chaînes (qui sait ?),
peut-être tomberont.
C’est en donnant l’amour que l’on apprend l’amour.
Le changement, c’est maintenant.

Seigneur des vivants, tu n’as pas compté sur les puissants,
mais au contraire sur les bras cassés que nous sommes,
pour en faire rien de moins que tes messagers.
Ce sont les petits, les invisibles, les très ordinaires,
les étrangers que tu as choisis pour déposer dans leurs mots ta voix,
ta parole de feu, cette voix qui délivre et relève.

Que mon chant t’enveloppe de gratitude et de reconnaissance.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 01 Fév 2013, 10:57

Psaume 147
Dégel de printemps

« Il envoie sa parole, survient le dégel. Il répand son souffle, les eaux coulent. »

Méditation

En ouverture de psaume,
voici la description précise d’un peuple établi dans la paix :
la paix aux frontières avec un système de défense solide assurant la sécurité,
un pain de bon froment sur la table et des enfants bénis autour.
Un bonheur certes, mais peut-être un peu engourdi ?
Où l’on en oublierait Dieu.

Or, la description est celle de Jérusalem,
à qui il est demandé de « glorifier »,
de « célébrer son Dieu » (versets 12 et 13).

Mais entre deux mentions où « Dieu envoie sa Parole »,
que viennent faire les glaçons,
la poussière de givre,
la toison de neige au cœur de ce psaume ? (versets 16 et 17).

On imagine le Proche-Orient plutôt avec des palmiers
et du sable au soleil.
C’est vrai, mais à Jérusalem,
les hivers peuvent être rudes.
Alors, pour donner une image forte
de la bienveillance de Dieu envers sa ville sainte un peu endormie,
pour donner une image de ce que peut réaliser sa parole,
voici l’expérience du dégel.
C’est le moment de délivrance de la prison du froid,
quand tout ce qui était pris dans les glaces,
paralysé, à nouveau retrouve le mouvement, la vie.
Quand l’eau nécessaire à cette vie se remet à couler
en abondance sous l’effet du souffle !
C’est comme une sorte de nouveau baptême pour Jacob,
pour Israël, pour le peuple à qui sa parole est révélée.
Comme un nouveau printemps.
Alors, si nous tentions à notre tour l’expérience du dégel
de tout ce qui dans nos vies est encore prisonnier des glaces de l’hiver ?
Oui, accueillons la parole de Dieu
et laissons son souffle libérer en nous son feu et sa lumière.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 04 Fév 2013, 09:53

Psaume 149

"Que les fidèles exultent, glorieux,
criant leur joie à l'heure du triomphe.
Qu'ils proclament les éloges de Dieu,
tenant en main l'épée à deux tranchants"


Méditation

Les lourdes chaînes sont là, à mes pieds.
Est-ce toi, mon Dieu, qui me les a ôtées ?
A force de marcher prisonnier des entraves,
j’en étais venu à justifier ma peine me condamnant moi-même,
je me contentais d’un espoir en papier.
Mon monde était vieilli et revenait sans cesse
l’étrange sentiment de ne pas mériter,
ni l’amour, ni la joie, ni l’affranchissement.
Dieu, juste un mirage, assez joli tout de même,
une idée bien gentille, un rêve pour enfants.
J’y croyais sans y croire ; juste par habitude.
Mais qu’Il vienne charnellement,
au tranchant de l’épée,
qu’il prenne à bras le corps et brise les barreaux,
qu’il arrache de son zèle au son de sa fureur
les mille liens subtils qui me clouaient au sol.
Comment l’aurais-je cru ?
j’avais juste oublié que quelque part, au Livre,
il avait été dit : « L’amour de ta maison, j’en ferai mon tourment »
et qu’un jour ,,dans le Temple, J
ésus pris de colère renversa de son fouet les idoles fragiles,
les livres de piété, les images bien mièvres,
les idées ridicules que trop souvent, hélas !
des tièdes, ces faux sages, nous ont appris de Lui.
Pauvres hommes !
Mon Dieu, celui qui hier comme par effraction
a forcé dans ma vie le chemin d’esclavage.
Mon Dieu est un voleur, un jaloux, un furieux.
Son Temple, c’est ma vie, il ne l’a veut qu’à Lui.
A Lui, à personne d’autre. Me voilà consumé.
Ma danse, aujourd’hui n’est que feu, n’est que flamme.
Des cendres Il me relève. Je brûlerai en lui.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyLun 12 Aoû 2013, 10:32

12/08/2013 - Psaume 68 14-37

Je suffoque


Tire-moi de la boue, sinon je m'enfonce. Que les flots ne me submergent pas.


Méditation
Frère Philippe Verdin


Oh oui, Seigneur ! Tire-moi de la vase et de la boue.
Rends-moi la fraicheur de ma jeunesse.
Rends-moi l’innocence et la pureté.
Que les immondices ne me submergent plus.
Que la violence, l'affectivité dévergondée,
la bêtise mesquine ne colonisent plus mon cœur.
Que je puisse choisir ce qui élève et non ce qui abaisse.
Que je préfère ce qui embellit et glorifie à ce qui salit, souille et ternit.
Rends-moi, Seigneur, la dignité et la noblesse.
Apprends-moi, Seigneur, à redevenir " un fils de la lumière " (*)
Que je ressemble à la colombe ou à la girafe
et non au cancrelat ou au scorpion.
Donne-moi, Seigneur, un cœur nouveau.
Transforme-moi par ta grâce.
Que la Vierge Marie me tienne la main au milieu du gouffre
des eaux et des bêtes grouillantes et féroces.

Oui je suis complice du mal et de la saleté.
Je me vautre dans la médiocrité
parce que je n’ai pas le courage de la sainteté.
Arrache-moi à ces compromissions.
Fais jaillir en moi les sources d'eau vives.
Donne-moi une nouvelle chance, Seigneur.
Restaure mon honneur.
Je retrouverai alors la joie et la paix,
j’apprécierai la simplicité.
Tu me connais, Seigneur,
et malgré ces sanies tu m’aimes et tu m’offres le Salut.
Toi seul peux me sauver.
Le mal semble incurable tant je suis encroûté dans mes petits vices.
Tends-moi la main, guéris-moi, délivre-moi !


* Première lettre aux Thessaloniciens, chapitre 5, verset 5






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 14 Aoû 2013, 10:00

Psaume 70

Sois le rocher qui m'accueille, toujours accessible.



Des heures sombres, d’un non-sens abyssal, noir.
Comme celui de cette amie - pourtant tout près de toi -
qui, dans un souffle, me confie
« depuis un an nous sommes dans les enfers de la terre, je suis dans les abîmes.
Et rien. Pas une lumière pour réchauffer.
Une caresse pour retrouver courage.
Rien que la crainte - ou le secret désir -
de se laisser tomber sans distinguer le fond. »

Pourtant, de toutes les forces de mon âme,
je veux pouvoir dire comme le psalmiste,
pour elle, pour tant d’autres, pour moi :
« Toi qui m'as fait voir tant de maux et de détresses,
tu me feras vivre à nouveau,
à nouveau tu me tireras des abîmes de la terre,
tu reviendras me consoler. » (*)

Une consolation, tout en discrétion.
Trop peut-être devant la persévérance du mal.
Croire que tu m’accueilles et me refais dans la prière solitaire.
Tu me recrées. Tu tisses la toile de ma chair invisible.
C’est elle qui tient ma vie qui se débat en ce monde.
Que la prière soit désertique n’est pas grave.
Je sais que ma solitude est habitée de toi.
À mon insu. Mes larmes du dedans, tu les reçois.
Il me faut juste me retourner.
Revenir. Demeurer, avec mes pauvres mots.
Non tu n’es pas le Tout Autre, mais bien le tout proche,
en ton Fils plein de miséricorde (**), aujourd’hui toujours.
Si dans sa vie il s’est fait compagnon de ceux qui se croyaient au loin,
il l’est encore dans la communion qu’il partage désormais avec son Père.
Notre Dieu n’est pas au ciel.
Mais là, accueillant et accessible en sa douceur d’aimer.
Ses entrailles sont ouvertes.
Rien ne saurait Le séparer de nous,
pas plus les cheveux blancs que nos détresses,
nos colères, nos doutes.
Rien.


* Psaume 70, verset 21
** Lettre aux Hébreux, chapitre 4, verset 15







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyVen 16 Aoû 2013, 11:08

Psaume 72
Jaloux des superbes

J'étais jaloux des superbes, je voyais le succès des impies.

Voilà le psalmiste en proie au doute.
C’est qu’elles sont fortes les valeurs
de ceux qui ne partagent pas sa foi.
Elles sont puissantes les tentations du monde.
Ne s’est-il pas trompé ?
N’est-il pas resté fidèle pour du vent ?
Le voilà jaloux de ceux qui réussissent.
À quoi bon toute la peine que lui vaut son désintérê
pour les profits de ce monde :
argent, pouvoir, santé, considération, audience, plaisirs ;
eux, « jusqu’à leur mort, ils ne manquent de rien,
ils échappent aux souffrances des hommes. »
Il s’estime floué. Il s’indigne : « Me voilà frappé chaque jour »,
« c’est en vain que j’ai gardé mon cœur pur. »
La révolte a monté en lui.
À tel point qu’il fut tout près d’abandonner sa voie :
« Un rien, et je perdais pied,
un peu plus, et je faisais un faux pas,
car j’étais jaloux des superbes. »
Mais la prière l’a réveillé :
« Je ne savais pas, mais j’étais avec toi. »
Ce qu’un monde aveuglé par sa propre lumière
ne peut pas voir, un cœur priant en garde la mémoire :
il est bon Celui qui veille sur le cœur de l’homme.
Elle est douce, Sa Présence, à qui lui porte attention.
Qui s’oriente à la lumière des cœurs vivra.
Qui s’en détourne, aurait-il conquis le monde entier,
va errer dans la mort.
Sans joie, sans espérance.
La gloire du monde n’est qu’un rêve, une image.
« À ton réveil, tu chasses leur image, comme un songe au sortir du sommeil. »

Jésus, au désert tu as résisté aux tentations de puissance et de gloire.
Que nos cœurs éclairés par la foi guident notre marche à ta suite dans la nuit de ce monde.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 EmptyMer 18 Sep 2013, 06:27

Psaume 96

Cœur simple


Une lumière est semée pour le juste et pour le cœur simple, une joie



Méditation
Sœur Véronique Margron


Le cœur simple.
Mais qu’est-ce qu’un cœur simple pour Dieu ?
Un cœur sincère et droit.
Un cœur qui ne veut pas connaître la méchanceté
et refuse la duplicité ou l’art destructeur du [......].
Surtout un cœur qui aime,
passionnément, sans se lasser,
avec une fidélité inventive.
Un cœur qui ne renonce pas devant les creux
et les méandres de la vie, parfois ses abîmes.
Mais existe-t-il un tel cœur ?
Un humain peut-il se prévaloir d’aimer ainsi ?
De devenir un, véritablement lui-même.
Non pour se regarder,
mais au contraire pour se détourner de lui,
au profit de la vie bonne, de la justice, pour d’autres.
Moi, Seigneur,
je suis empêtrée dans mes ambiguïtés,
ma part obscure, mes peurs,
tout ce qui retient mon âme d’être vraiment libre,
pour toi mon ami et mon Dieu ;
pour d’autres, dont la peine, la question,
la plainte, le silence, m’implorent.
En ton Fils, c’est ainsi que tu as vécu,
l’homme vrai, le cœur pur.
Non une pureté de séparation, hautaine,
lointaine, mais celle qui traduit la blessure d’aimer avec justesse.
« Heureux les cœurs purs » dis-tu dans les Béatitudes (*).
Heureux ceux qui vont de compagnie,
consentent à la douleur de l’amitié, du don
. Ceux qui prennent tout ensemble :
la peine et la joie, la colère et la douceur.
Heureux ceux qui liguent de concert leur cœur,
leur pensée, leur volonté,
pour les orienter tous trois vers ce qui fait vivre,
vers ce qui restaure.
Là est l’unité véritable, la simplicité.
C’est ton courage seul qui peut nourrir ma pauvre force.
La porter si nécessaire.
Juste pour m’approcher de toi.
De mon humanité aussi.
Sur ce chemin,
ta joie est offerte avec largesse,
y compris par gros temps.


* Êvangile selon st Mathieu, chapître 5,
verset 8






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Psaume dans la ville - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Psaume dans la ville   Psaume dans la ville - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Psaume dans la ville
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Retraite dans la ville 2011 (bon Carême)
» Dans quelle ville devrais-tu vivre? (Neuf questions qui te le révèleront)
» Un indien dans la ville (film)
» Créer un club dans ma ville
» « Espace dans ma ville »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: