Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Bon Careme

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
pop




Bon Careme Empty
MessageSujet: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 08:01

j'ai lu ici que le Careme commence bientot pour la Communauté Chrétienne...permettez-moi, donc de vous souhaiter un bon Careme et de recueillir les bienfaits qui y sont attachés !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 09:58

pop a écrit:
j'ai lu ici que le Careme commence bientot pour la Communauté Chrétienne...permettez-moi, donc de vous souhaiter un bon Careme et de recueillir les bienfaits qui y sont attachés !

Merci, Pop cheers
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 10:04

C'est gentil d'y avoir pensé, Merci POP !

Bon Careme 518341

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 10:33

pop a écrit:
j'ai lu ici que le Careme commence bientot pour la Communauté Chrétienne...permettez-moi, donc de vous souhaiter un bon Careme et de recueillir les bienfaits qui y sont attachés !


Mon cher POP, je me suis permis de transférer ce topic en SPIRITUALITE CHRETIENNE .

J'espère que tu ne m'en voudras pas ....

Et Bon Careme 2129354088 d'avoir ouvert ce sujet ...


_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 10:58

Merci Pop Very Happy


Le Carême, temps de conversion qui repose sur la prière, la pénitence et le partage, s'ouvrira le 13 février, mercredi des cendres.

Dans son message de Carême, le pape Benoît XVI invite à méditer, plus particulièrement en cette année de la foi, sur le rapport entre foi et charité.

« Chers frères et sœurs, en ce temps de Carême, où nous nous préparons à célébrer l'événement de la Croix et de la Résurrection, dans lequel l'Amour de Dieu a racheté le monde et illuminé l'histoire, je vous souhaite à tous de vivre ce temps précieux en ravivant votre foi en Jésus Christ, pour entrer dans son parcours d'amour envers le Père et envers chaque frère et sœur que nous rencontrons dans notre vie. »

Il s'agir de vivre pleinement le Carême, en (re)découvrir le sens, se ressourcer, méditer, prier et vivre tout spécialement ce temps comme une invitation à la solidarité, au partage, une occasion aussi de réfléchir sur notre vocation et notre engagement dans la société.


Il y a aussi un autre fil sur le carême ouvert par Sun :

http://www.dialogueislam-chretien.com/t4666-careme?highlight=careme



Dernière édition par *Espérance* le Lun 11 Fév 2013, 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lejja




Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 11:20

justement je me posais une petite question, le Carême est il mentionné dans la Bible ou est ce une recommandation de l'Eglise?
bonne journée à tous Paix sur vous :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 11:27

Lejja a écrit:
justement je me posais une petite question, le Carême est il mentionné dans la Bible ou est ce une recommandation de l'Eglise?
bonne journée à tous Paix sur vous :)

Bonjour Lejja

Le mot « carême » vient du latin « quadragesima ». Il désigne la période de quarante jours pendant laquelle l’Eglise se prépare à Pâques par une vie chrétienne plus intense et par diverses pratiques de pénitence.

De nos jours, les liturgistes ont coutume d’y distinguer deux "temps liturgiques", celui du carême proprement dit et celui de la Passion, qui commence aux premières vêpres du dimanche de la Passion, c’est-à-dire du dimanche « des Rameaux ».

Les origines du carême :

A la suite de saint Jérôme et de saint Léon, certains auteurs attribuent au carême une origine apostolique ; d’autres nient qu’il ait existé avant le IVème siècle. Au départ, le jeûne primitif de la semaine sainte était, si possible ininterrompu, et on s’y livrait pour accomplir la parole du divin Maître : "Des jours viendront où l’Epoux sera enlevé à ses disciples, et alors ils jeûneront" (Luc 5,35).

Il semblerait que la préoccupation de l’Eglise dans l’institution nouvelle ait été la préparation immédiate des catéchumènes au baptême, préparation qui durait quarante jours, ainsi que celle des pénitents admis à être réconciliés le jeudi-saint ; mais à ces deux catégories de sujets l’Eglise entendait bien associer par la même occasion tous les fidèles parce que c’est le corps mystique tout entier qui doit mourir et ressusciter avec le Christ pour se renouveler en lui dans les solennités pascales.

Le Seigneur n’a jamais séparé dans son enseignement le jeûne de l’aumône et de la prière (Mt 6, 1 - 18). Les Pères de l’Eglise devaient le rappeler chaque année au peuple avec insistance, comme en témoignent en particulier les sermons de saint Léon le Grand. Aussi le jeûne s’accompagna-t-il toujours de réunions de prières à l’écoute de la parole de Dieu.

C’est ainsi que, dès le temps d’Augustin et de Chrysostome, le carême possédait les traits qu’il devait conserver par la suite : temps de jeûne, de partage et de prière pour tout

Revenir en haut Aller en bas
Lejja




Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 11:36

merci beaucoup pour toutes ces précisions :) je m'apprête à jeûner pour la première fois donc j'essaye de glaner pas mal d'infos pour réussir ce premier carême :)
Revenir en haut Aller en bas
Sun

Sun


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 12:39

(J'avais déjà fait un sujet Rolling Eyes )

Bon carême à vous tous cheers
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 17:30

pop a écrit:
j'ai lu ici que le Careme commence bientot pour la Communauté Chrétienne...permettez-moi, donc de vous souhaiter un bon Careme et de recueillir les bienfaits qui y sont attachés !

Bon Careme 175602 Pop , bon Careme à toi aussi !

_________________
"Ils suivront l'Éternel, qui rugira comme un lion, Car il rugira, et les enfants accourront de la mer." Osée 11,10

Forum à Julie : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

la couleur rouge est réservée à la modération
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 18:11

Lejja a écrit:
merci beaucoup pour toutes ces précisions :) je m'apprête à jeûner pour la première fois donc j'essaye de glaner pas mal d'infos pour réussir ce premier carême :)


Les seules recommandations de l'Eglise au niveau du jeûne alimentaire, est de jeûner les mercredis des Cendres ( donc ce mercredi ), et le Vendredi Saint .... et de ne pas consommer de viande chaque vendredi de Carême ....

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
pop




Bon Careme Empty
MessageSujet: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 18:29

Mon cher POP, je me suis permis de transférer ce topic en SPIRITUALITE CHRETIENNE .

J'espère que tu ne m'en voudras pas ...."
Re-bonjour, Mario-franc_lazur, bien au contraire....j'ignorais ou "caler" ce fil ! du coup Merci....................................................................................................................... De Jojo :"Pop , bon Careme à toi aussi !"..........Euh ! merci jojo, ceci dit, j'ai déja donné coté "jeune du mois de Ramadhan"..........c'est pas que je rechigne! mais des fois , c'est chacun son tour ( LOL!)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 18:43

Très sympa !!! Merci beaucoup !! :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 19:06

Est-ce qu'on ne pourrait pas regrouper ce fil de carême avec celui-ci ?

http://www.dialogueislam-chretien.com/t4666-careme
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 11 Fév 2013, 19:08

Lejja a écrit:
justement je me posais une petite question, le Carême est il mentionné dans la Bible ou est ce une recommandation de l'Eglise?
bonne journée à tous Paix sur vous :)

Oui, dans l'ancien testament : par le jeûne.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMar 12 Fév 2013, 15:28

*Espérance* a écrit:
Est-ce qu'on ne pourrait pas regrouper ce fil de carême avec celui-ci ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Ce dernier lien est surtout consacré au Carême orthodoxe, et je viens d'ailleurs d'en compléter le titre :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMar 12 Fév 2013, 18:51

Le mercredi des cendres
marque l’entrée en carême. Les cendres sont en principe les cendres des rameaux de l’année précédente qui ont été brûlés.

« Demandons au seigneur de bénir ces cendres dont nos fronts vont être marqués en signe de pénitence ». Au cours de la célébration, après l’écoute de la Parole, le prêtre invite les fidèles à la prière et bénit les cendres faites, en principe, des rameaux bénis au dimanche des Rameaux de l’année précédente.

Puis chacun reçoit sur la tête un peu de cendres tandis que le célébrant lui dit : « Convertissez-vous et croyez à l’évangile » (Marc 1, 15) ou « souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Genèse 3, 19).

Même si les cendres sont imposées sur le front ou la tête qui est le siège de l’intelligence et de la pensée, c’est aussi le cœur qui est visé. Les paroles que le célébrant prononce, invitent le croyant à se rappeler sa fragilité, à s’interroger sur sa destinée, à se convertir, c’est-à-dire à remettre sa vie en conformité avec l’Evangile. C’est tout l’enjeu du Carême. C’est ce que nous rappelle la première lecture du mercredi des Cendres (Joël 2, 13) : « Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment. ». Pour sa part saint Paul, invite le croyant, « au nom du Christ, […], à se laisser réconcilier avec Dieu, à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu ».

Le psaume 50 exprime la démarche pénitentielle qui va marquer tout le carême.

Tout d’abord, il révèle l’attitude de Dieu : « ton amour », « ta grande miséricorde »… puis l’attitude de l’homme : « je connais mon péché », « ma faute », « mon offense ». On peut noter ensuite les demandes exprimées par la prière du pécheur : « efface mon péché », « lave-moi », « purifie-moi », « crée en moi », « renouvelle et raffermis », « ne me chasse pas », « ne reprends pas », « rends-moi », « ouvre mes lèvres ». Enfin, le pardon et la miséricorde de Dieu ouvrent un avenir : « ma bouche publiera ta louange ». Il s’agit bien de « vivre de la vie nouvelle à l’image de ton Fils ressuscité » (extrait d’une prière avant le rite de l’imposition des Cendres)

Pourquoi les cendres ?

Se couvrir de cendres ou s’asseoir sur la cendre en signe de pénitence est une pratique souvent rapportée dans l’Ancien Testament. A la suite de la prédication de Jonas, le roi de Ninive s’assoit sur la cendre » (Jonas 3, 6). En 2 Samuel 13, 19, Tamar « prend de la cendre et s’en couvre la tête ». Le rite peut être un rite de pénitence mais aussi un rite de souffrance devant ce que l’on a vécu.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMer 13 Fév 2013, 09:56

MERCREDI DES CENDRES

La parole de Dieu
Je tournais ma face vers le Seigneur Dieu dans le jeûne et la cendre.

Livre de Daniel, chapitre 9, verset 3

La méditation

Des cendres pour le Carême. Qu’est-ce que vient faire un résidu de matière consumée, sans vie, qu’on nous pose sur le front le jour du mercredi des Cendres ?

Quand les anciens, dans la Bible, voulaient manifester leur désir de revenir à Dieu, ils se mettaient de la cendre sur la tête. C’était pour eux un geste fort par lequel ils marquaient publiquement leur désaccord. Pas d’accord avec ce qui se passe au fond du cœur quand il est plein de souffrance.
Pas d’accord avec la mort, surtout quand elle frappe un être aimé.
Pas d’accord avec la tristesse et le deuil qui nous affligent.
Pas d’accord avec le péché, surtout le sien, que l’on regrette amèrement.
Pas d’accord avec le mal qui défigure.
Pas d’accord avec l’injustice qui humilie.

Les anciens, qui se mettaient de la cendre sur eux, étaient de véritables insatisfaits, des indignés. Par cette matière morte, ils révélaient leur désir profond de vivre. C’est ce que nous expérimentons encore aujourd’hui.
Le Carême s’ouvre avec un élément sale, peu cosmétique. Et pourtant, il est riche de sens.
Avec ces cendres, nous montrons ostensiblement que nous choisissons Dieu pour vivre. Notre front manifeste notre volonté de ne pas nous laisser prendre au piège des ténèbres. C’est une marque de résistance contre les puissances destructrices du mal.
Nous portons devant Dieu et devant les hommes notre désir de vivre loin du mal, loin du péché. Ces cendres expriment à la fois notre protestation, notre désaccord ; elles sont également une prière, un appel adressé à Dieu de nous venir en aide.

Car ces cendres sont aussi le signe de notre faiblesse.
Nous savons combien nous avons besoin de Dieu pour avancer.
Lui nous ouvre les yeux et nous montre que nous ne sommes pas seuls. Il nous fait voir notre frère à qui peut-être nous devons demander pardon. Ensemble, nous prenons la route.
Ces cendres sur nos fronts, en ce premier jour de Carême, sont le signe qu’avec Dieu un changement est possible.

Pour aller plus loin avec la Parole

Prête l'oreille, mon Dieu, et écoute !
Ouvre les yeux et vois nos désolations et la ville sur laquelle on invoque ton nom !
Ce n'est pas en raison de nos oeuvres justes que nous répandons devant toi nos supplications, mais en raison de tes grandes miséricordes. Seigneur, écoute ! Seigneur, pardonne ! Seigneur, veille et agis ! Ne tarde point ! mon Dieu !
Livre de Daniel, chapitre 9, versets 18-19a

Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMer 13 Fév 2013, 10:32

En effet, se couvrir la tête de cendres , ou d'un sac, est une ancienne pratique pénitentielle (Jon 3,5-9 ; Jr 6,26 ; 25, 34 ; Mt 11,21).

Voici l'historique chez les Catholiques :

Du commencement du christianisme au VIIè siècle

Aux commencements du christianisme, ce rite des cendres n’était pas directement associé au début du Carême. Vers l’an 300, il fut adopté par certaines Églises locales et intégré au rite d’excommunication temporaire ou de renvoi des pécheurs publics de la communauté. Ces personnes s’étaient rendues coupables de péchés ou de scandales « majeurs » : apostasie, hérésie, meurtre et adultère (considérés comme des péchés « capitaux »).

Au VIIe siècle environ, cette coutume donna lieu, dans certaines églises, à un rite public du mercredi des Cendres. Les pécheurs confessaient d’abord leurs péchés en privé. Puis ils étaient présentés à l’évêque et mis publiquement au rang des pénitents. Ils devaient se préparer pour recevoir l’absolution donnée le Jeudi saint. Après une imposition des mains et des cendres, ils étaient renvoyés de la communauté comme Adam et Eve l’avaient été du paradis. Bien sûr, on leur rappelait que la mort est la conséquence du péché : « Oui, tu es poussière et à cette poussière tu retourneras » (Gn 3,19). Les pénitents vivaient en marge de leur famille et du reste de la communauté chrétienne pendant les quarante jours du Carême (d’où l’expression de « quarantaine »).

Le « sac » qu’ils avaient revêtu et la cendre dont ils étaient couverts permettaient de les reconnaître lors des assemblées ou, le plus souvent, aux portes de l’église où ils étaient relégués. Cette pratique pénitentielle impliquait généralement de s’abstenir de viande, d’alcool, de bain. Il était également interdit de se faire couper les cheveux, de se raser, d’avoir des relations sexuelles et de gérer ses affaires. Selon les diocèses, il arrivait que certaines pénitences durent plusieurs années, voire toute la vie.

Au Moyen Age

Au cours du Moyen Âge, c’est la dimension personnelle du péché, plutôt que son caractère public, qui fut objet d’insistance. Par conséquent, les traditions associées au mercredi des Cendres furent appliquées à tous les adultes de la paroisse, mais sous une forme mitigée.
Au XIe siècle, les pratiques en usage étaient fort semblables à celles que nous connaissons aujourd’hui. Depuis quelques années, il existe une alternative à la formule traditionnelle pour l’imposition des cendres. Elle met en valeur un aspect beaucoup plus positif du Carême : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Me 1,15).

Dans les Églises de Bretagne insulaire et d’Irlande, une nouvelle modalité pénitentielle se développa, entre le VIe et le VIIIe siècle, sous l’influence des moines celtes. Il s’agissait d’une forme de pénitence personnelle et privée pour des péchés moins graves que ceux évoqués ci-dessus. Cette pratique, plus que le rite du mercredi des Cendres, allait contribuer à faire évoluer les modalités du sacrement de la réconciliation.

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyJeu 14 Fév 2013, 08:23


Je cite :

" En ce mercredi des Cendres, ouverture du Carême, chacun est appelé, a dit le pape, à « une communion ecclésiale plus intense et plus visible, surmontant individualismes et rivalités, en un signe humble et précieux pour ceux qui sont loin de la foi et indifférents. » Et le pape prévient d’une « urgence, qui n’admet ni absence ni inertie ».

La fin du pontificat ne sera marquée d’aucune cérémonie officielle

Aux yeux de cet homme de 85 ans qui sent le temps filer entre ses doigts, « on ne peut laisser s’enfuir ce moment, car il est offert à nous comme une occasion unique qui ne se répétera pas ». Durant ses années de pontificat, Benoît XVI a expérimenté que la réconciliation a un prix très élevé, « celui de la Croix, (…), du calvaire, du don total de soi ».

Comme en un mode d’emploi à venir, à moins qu’il ne s’agisse pour Benoît XVI de justifier ce qui fut constamment son attitude, il a rappelé que « Jésus dénonce l’hypocrisie religieuse, le comportement qui veut se montrer, les attitudes qui cherchent les applaudissements et les approbations ». Le « véritable disciple ne sert ni lui-même, ni son « public », mais son Seigneur, dans la simplicité et la générosité ». Et, alors que va débuter le rite de l’imposition des Cendres, « rite austère si simple et si suggestif », il prévient : « Aucun d’entre nous ne peut rester sourd à cet appel ». Surtout pas le futur pape qui était, peut-être, présent hier soir autour de l’autel de la Confession.

À la fin de la célébration, juste avant la bénédiction finale, les fidèles ont applaudis le pape pendant près de quatre longues minutes. Tous, y compris les évêques et cardinaux (même ceux autour autour de l'autel), certains les larmes au yeux, saluaient cette dernière messe pontificale d'un Benoît XVI immobile mais visiblement ému. Le pape a ensuite remonté la nef centrale de Saint-Pierre sous de nouveaux applaudissements, souriant à cette communion avec les fidèles. "


FRÉDÉRIC MOUNIER

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyJeu 14 Fév 2013, 10:24

Je parlerai à son coeur.

Livre d'Osée, chapitre 2, verset 16

La méditation

À quoi cela sert-il de courir le monde à la recherche d’une terre nouvelle et de cieux nouveaux ? Jésus nous indique un lieu – the place to be – préférable à tous les autres. Un lieu dont on ne se lasse pas, qui n’a jamais fini de nous surprendre. Plus vaste que les océans, plus profond que les mers et plus haut que l’azur des cieux. Il s’agit du lieu secret de notre rencontre avec Dieu.
Comment le trouver ? « Quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme sur toi la porte et prie ton Père qui est là, dans le secret » (*).
Tout commence par un lieu retiré, silencieux, plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes. C’est le lieu secret de notre cœur. C’est là que Dieu nous donne rendez-vous.
Mets-toi à l’écart, loin du bruit du monde, loin de l’agitation qui t’environne. Descends en toi-même, pour retrouver Celui qui t’attend.« Il connaît le secret des cœurs » (**).
Le nôtre est-il broyé ou désespéré, comme une terre désolée ? Est-il au contraire comblé et paisible ? Peu importe, c’est là que Dieu veut nous visiter. La voilà enfin cette terre nouvelle où le ciel nous attend. Nous l’avons trouvée. C’est sur cette terre qu’il veut habiter. La terre aride de notre cœur,« il la change en source» (***). Sa présence fait en nous toute chose nouvelle. Ce lieu caché où l’on rencontre Dieu devient un point de départ. Quand on l’a trouvé, commence alors une expédition en terre faite de chair et de sang.


* Évangile selon saint Matthieu, chapitre 6, verset 6
** Psaume 43, verset 22
*** Psaume 106, verset 35


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyVen 15 Fév 2013, 10:08

L'eau que je lui donnerai deviendra en lui source d'eau jaillissant en vie éternelle

Évangile selon saint Jean, chapitre 4, verset 14

La méditation

« Je veux tout. Maintenant et tout de suite. » L’héroïne du roman à succès « La liste de mes envies», Jocelyne G., mercière à Arras, n’est pas sujette à cette frénésie de consommation que l’on observe autour de nous. Ses rêves n’ont jamais rien eu d’extraordinaire jusqu’au jour où elle gagne à la loterie. Lorsqu’elle découvre qu’elle peut désormais tout s’offrir, elle se demande si elle n’a pas plus à perdre. Elle dresse alors la liste de ses envies et questionne son véritable désir. Les biens matériels n’ont, pour elle, qu’une importance relative. Elle préfère cultiver ses relations, plus précieuses que l’or pour vivre.
Le temps du Carême est l’occasion pour nous d’une prise de distance. À la différence de Jocelyne, nous ne pouvons pas tout nous offrir ; mais comme elle, nous pouvons nous interroger sur ce qui compte à nos yeux. Au lieu de dresser la liste de nos péchés, ne pourrions-nous pas réfléchir à nos envies, à ce que nous désirons vivre ? Quelle forme de vie voulons-nous privilégier, aujourd’hui ?
Le jeûne pourrait alors venir comme un révélateur. En se privant, on apprend à se détacher des biens pour creuser un vide en soi, pour laisser apparaître ce qui a véritablement du prix. Nous lâchons ce à quoi nous pensons être attachés pour nous ouvrir à du neuf enfoui, à de l’inattendu, à Dieu. Jeûner, c’est se dessaisir pour accueillir. La privation nous fait descendre en nous-mêmes, en profondeur. Là, nous découvrons que l’avoir ne peut pas tout transformer. L’essentiel est à recevoir.

Pour aller plus loin avec la Parole

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.
Évangile selon saint Matthieu, chapitre 6, versets 16-18

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptySam 16 Fév 2013, 10:15

" Seigneur, que je voie ! " Et Jésus lui dit : " Vois. Ta foi t'a sauvé."

Évangile selon saint Luc, chapitre 18, versets 41-42.

La méditation

« Convertis-toi et crois à l’Évangile. » C’est ce que nous avons entendu le jour du mercredi des Cendres. Nous convertir par la prière, le jeûne et l’aumône comme nous y invite l’Église. La conversion est un bien grand mot, qui peut nous faire peur ! Une réalité inaccessible, car trop exigeante ; une perfection inatteignable, car trop idéale. Quelle serait notre « opération bol de riz » cette année ? Existerait-il un manuel bien fait pour nous aider, du genre de ceux que l’on trouve dans le rayon « développement personnel » ?
La conversion, justement, n’a pas grand-chose à voir avec la réalisation de soi. Se convertir, c’est désirer Dieu. Le chercher. Le reconnaître. Oser l’interpeller. Et admettre que notre vie doit changer. La conversion est un chemin, une démarche dans laquelle nous entrons. Nous considérons notre vie, non plus à partir de nous-mêmes, mais à partir de Dieu. Nous avons même à inverser les rôles. L’effort que nous avons à fournir n’est-il pas d’oser passer les rênes ? Ce n’est plus trop à nous d’agir mais bien au Christ d’œuvrer en nous.
Durant ce temps du Carême, quarante jours s’offrent à nous pour tenter de nous convertir. À peine en route, nous aimerions déjà être arrivé et peut-être afficher nos bonnes actions accomplies. C’est dire que le risque est grand de se tromper de conversion. Nous devons non pas d’abord réaliser de belles actions vertueuses, mais entendre dès aujourd’hui Jésus nous dire : « Que veux-tu que je fasse pour toi ?» (*). Cela tombe bien, car un peu comme l’aveugle de l’Évangile, nous n’y voyons pas grand-chose pour avancer et le suivre !

* Évangile selon saint Luc, chapitre 18, début du verset 41

Pour aller plus loin avec la Parole

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu'il y avait. On lui apprit que c'était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s'écria: « Jésus, fils de David, aie pitié de moi ! » Ceux qui marchaient en tête l'interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! » Jésus s'arrêta et ordonna qu'on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? - Seigneur, que je voie ! Et Jésus lui dit : « Vois. Ta foi t'a sauvé. » A l'instant même, l'homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.
Évangile selon saint Luc, chapitre 18, versets 35-43

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyDim 17 Fév 2013, 10:29

Le démon dit alors à Jésus : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. »

Évangile selon saint Luc, chapitre 4, verset 3

La méditation

« Pourquoi te presses-tu ainsi ? Il fait encore nuit dehors ! De plus, il fait aujourd’hui très froid. Tu as le temps ! Dors encore un peu ! » Alors, je m’emportais contre le tentateur, écrit le rabbi Naftali de Ropshitz, et je lui disais : « Et toi-même qui me parles, n’es-tu pas déjà en train de travailler ? »
Le Christ a lui aussi subi les assauts du tentateur au commencement de sa mission et il en va peut-être de même pour vous en ce début de Carême. Malgré vos bonnes résolutions, vous sentez déjà la résistance monter en vous : pourquoi lire tous les matins ces textes, pourquoi jeûner ou prier ? Si ce n’est pas encore le cas aujourd’hui, vous verrez que cela viendra vite et c’est normal ! Quand le Christ monte dans la barque, la tempête se déchaîne aussitôt. La vie spirituelle est, de fait, un combat où le plus difficile n’est pas tant de partir que de durer.
Pour mener l’assaut, il faut d’abord commencer par quelques exercices et apprendre à se connaître. La tentation peut nous y aider. « Comme le bon soldat n’a pas peur du combat, écrivait le curé d’Ars, le bon chrétien ne doit pas avoir peur non plus de la tentation. Tous les soldats sont bons en garnison : c’est sur le champ de bataille que l’on fait la différence des courageux et des lâches. » Quand je combats tous ces désirs qui m’assaillent, je découvre mes fragilités qui méritent toute mon attention, mais je peux aussi mettre à jour des qualités cachées qui attendaient l’occasion pour se manifester. Oui, la tentation m’aide à être en vérité avec moi-même. Pour Jésus, il y a eu trois tentations que nous pouvons facilement décliner dans notre propre vie. La pierre transformée en pain ne renvoie-t-elle pas à notre désir effréné de toujours plus consommer ? Adam et Ève ont été autrefois tentés par une pomme. Regardez aujourd’hui votre iPhone ou votre ordinateur. Ne voyez-vous pas une autre pomme qui vous fait elle aussi saliver et perdre toute mesure ? Si vous n’êtes pas accro aux nouvelles technologies, il y a bien d’autres choses, tout aussi inutiles, pour lesquelles vous aller dépenser des fortunes ou, pire encore, du temps ?

Quant aux tentations de la gloire à bon compte et celle du saut de l’ange, ne renvoient-elles pas à notre désir enfoui de nous sauver par nos propres forces ? Pourquoi continuer à écouter ces curés qui ont toujours le péché à la bouche et qui jugent notre vie alors que nous savons très bien par nous-mêmes ce qui est bon ou mauvais pour nous ! Mais comment alors bénéficier de la miséricorde et de l’aide de Dieu si nous ne nous reconnaissons plus pécheurs ?
Ces tentations affrontées nous tournent au contraire vers un Dieu que nous découvrons présent à nos côtés, non comme un juge, mais comme celui qui lutte avec nous et qui nous relève quand nous tombons.
Dans ce combat libérateur, nous verrons cette semaine qu’il faut connaître les tactiques du tentateur pour mieux les déjouer. La fuite et le refus de la témérité seront parfois nécessaires. Plus encore, il nous faudra apprendre à être patient et plein de miséricorde en vers nous-mêmes. Bonne route !


Pour aller plus loin avec la Parole

Après son baptême, Jésus, rempli de l'Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; il fut conduit par l'Esprit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut mis à l'épreuve par le démon. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le démon lui dit alors : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre. » Le démon l'emmena alors plus haut, et lui fit voir d'un seul regard tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir, et la gloire de ces royaumes, car cela m'appartient et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : Tu te prosterneras devant le Seigneur ton Dieu, et c'est lui seul que tu adoreras. » Puis le démon le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas car il est écrit : Il donnera pour toi à ses anges l'ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus répondit : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le démon s'éloigna de Jésus jusqu'au moment fixé.
Évangile selon saint Luc, chapitre 4, versets 1-13



Dernière édition par *Espérance* le Lun 18 Fév 2013, 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 18 Fév 2013, 10:29

Qui donc t'a mis à part ? As-tu quelque chose sans l'avoir reçu ? Et si tu as tout reçu, pourquoi t'enorgueillir comme si tu ne l'avais pas reçu ?

Première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 4, verset 7

La méditation

Deux ténors se rencontrent.
- Pour moi, tout va à merveille. J’ai été plébiscité par le public et la critique au Metropolitan Opera à New York dans La Traviata. Juste après, j’ai enchaîné à Vienne avec six représentations triomphales de La Bohême. Le mois dernier, j’étais à Covent Garden où je jouais le duc dans Rigoletto ; on s’en souviendra longtemps… Au fait, je ne parle que de moi. À ton tour, un peu. Comment m’as-tu trouvé hier soir dans la Tosca ?
Cette tentation de l’enfermement sur soi ne nous guette-t-elle pas aussi ? Je rencontre quelqu’un et je suis finalement beaucoup plus intéressé par mes propres soucis que par celui qui se trouve devant moi. Sans même m’en rendre compte, je finis alors par ne plus penser qu’à moi et, dans certains cas, à ne plus parler que de moi. Le Carême vient heureusement à notre secours. La prière, le jeûne et le don nous invitent en effet à nous oublier un peu pour redonner toute leur place à Dieu et à notre frère. Ces efforts nous aident alors à sortir de la solitude dans laquelle la dictature du « je » risquait de nous enfermer. Ainsi décentré et beaucoup plus appuyé sur Dieu, il nous est désormais possible de voir autrement notre vie et de trouver enfin en nous le ressort suffisant pour agir là où nous sommes, avec ce que nous sommes.
– Que veux tu que je fasse pour toi ?
– M’aider à me taire aujourd’hui pour être pleinement présent à tous ceux que tu vas mettre sur ma route.

Pour aller plus loin avec la Parole

Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L'un était pharisien, et l'autre, publicain. Le pharisien se tenait là et priait en lui-même : « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes : voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne ». Le publicain, lui, se tenait à distance et n'osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : « Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis ! » Quand ce dernier rentra chez lui, c'est lui, je vous le déclare, qui était devenu juste, et non pas l'autre. Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé.
Évangile selon saint Luc, chapitre 18, versets 10-14

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMar 19 Fév 2013, 10:30

Est-ce la mort du méchant que je désire, déclare le Seigneur, n'est-ce pas plutôt qu'il se détourne de sa conduite et qu'il vive ?

Livre d'Ézéchiel, chapitre 18, verset 23

La méditation

Quand le loup attaque une brebis, remarquait François de Sales, il se saisit de sa proie par la gorge. En cela, il l’empêche de bêler et donc d’avertir le berger de l’attaque.
S’il est des démons bavards, il en est d’autres, plus redoutables encore, qui sont muets et qui, comme le loup, nous prennent à la gorge pour nous empêcher de parler. « Tu ne vas quand même pas tout déballer ! Quelle honte pour toi ! Et puis d’ailleurs, qui aller voir ? »
Quand ce sentiment nous saisit, nous sommes doublement asservis : par notre faute, commise malgré nous et par notre incapacité à en parler à un tiers. Le Carême peut ici nous aider à briser cet enfermement puisqu’il nous donne l’occasion d’y voir plus clair dans notre vie et, surtout, nous invite à recevoir le pardon de Dieu. Il arriva qu’un novice carme, assailli de tentations, n’osait en parler à personne. Sainte Thérèse d’Avila eut connaissance de son état et, le prenant à part, lui dit : « La plus grande faute que vous ayez commise, et c’est pour elle que vous avez tant souffert, a été de ne vous en ouvrir à personne. Habituez-vous donc à tout dire non seulement à votre confesseur, mais au premier religieux rencontré : Voyez, frère, le démon est en train de me dire telle ou telle chose… Alors vous verrez comment l’ennemi s’en ira honteux de voir que vous découvrez ses astuces, et vous laissera tranquille. »
– Que veux-tu que je fasse pour toi ?
– Me donner la force de recevoir ce pardon qui m’attend déjà depuis trop longtemps.


Pour aller plus loin avec la Parole
Jésus expulsait un démon qui rendait un homme muet. Lorsque le démon fut sorti, le muet se mit à parler, et la foule fut dans l'admiration.
Évangile selon saint Luc, chapitre 11, verset 14

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMer 20 Fév 2013, 09:57

Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager.

Évangile selon saint Luc, chapitre 18, verset 1

La méditation

Devant l’immensité de la tâche et les attaques incessantes du tentateur, le découragement saisit le petit curé. L’envie de fuir dans un monastère s’empare une nouvelle fois de lui. Il saisit alors son parapluie, son bréviaire et prépare son sac. Cette fois-ci, la troisième, il attendra minuit pour partir incognito. Pas de chance pour lui. Le sacristain le surveille déjà depuis plusieurs jours et fait aussitôt sonner le tocsin. La population du village sort et oblige aussitôt son curé à retourner au presbytère. Le lendemain matin, le curé d’Ars s’excusera : « J’ai fait l’enfant. »
L’une des tactiques favorites du tentateur est d’insinuer en nous ce que Bernanos appelait le plus doux élixir du démon, le découragement : à quoi bon prier si rien ne change, lutter pour toujours rechuter ? Pour combattre ce sentiment, il faut se rappeler que notre nature est blessée par le péché. Si « le juste lui-même pêche sept fois par jour », nous dit le Livre des Proverbes (*), quoi d’étonnant que nous chutions nous aussi si souvent. L’important dans le combat contre le découragement n’est donc plus tant les résultats obtenus que les efforts mobilisés. Notre fragilité nous apprend de même à beaucoup plus compter sur Dieu et sa miséricorde que sur nos propres forces. Si nous continuons malgré tout à nous décourager, il faudra peut-être y voir le signe d’un manque de confiance en Dieu, voire d’une forme d’orgueil déguisée ?
– Que veux-tu que je fasse pour toi ?
– M’aider lors de mes chutes à repartir aussitôt au combat en demandant l’aide des saints qui ont pu parfois eux aussi se décourager.

*chapitre 24, verset 16

Pour aller plus loin avec la Parole

Jésus dit encore une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : « Rends-moi justice contre mon adversaire». Longtemps il refusa ; puis il se dit : Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m'ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu'elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.» Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice ! Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu'il les fait attendre ? Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice».
Évangile selon saint Luc, chapitre 18, versets 1-8a

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyJeu 21 Fév 2013, 10:50

Soumettez-vous donc à Dieu, et résistez au démon : il s'enfuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et lui s'approchera de vous.

Lettre de saint Jacques, chapitre 4, versets 7-8

La méditation

Luc, six ans, vient me voir dans la basilique Saint-Martin avec un pot de confiture rempli de grains de blé.
– Mon Père, j’ai fait mon Carême en pensant à vous. Pour chaque effort accompli, j’ai mis un grain de blé dans le pot. Avec mes frères et mes sœurs, on a fait la compétition pour savoir qui en aurait le plus et j’ai gagné ! Ce qui est drôle, c’est que la vie à la maison n’a jamais été aussi agréable. Tout le monde faisait des efforts pour être le plus serviable possible, même ma petite sœur, c’est dire !
Le Carême, nous rappelle ce théologien en herbe, est là pour nous faire du bien. Pendant ces quarante jours, je reprends progressivement le gouvernail de ma vie en faisant enfin ce que je veux vraiment faire. Plus encore, Luc vient nous redire avec ses grains de blé que l’important n’est pas tant de faire de grandes choses que de minuscules. Le tentateur nous assaille en effet rarement avec de grandes tentations, à la saint Antoine, mais par de petites, beaucoup plus anodines et sournoises : encore cinq minutes devant l’ordinateur ou dans le lit le matin, qu’est-ce que c’est… Et les cinq minutes se transforment en une heure. Comme le résume le Talmud : « Un mauvais penchant est d’abord un passant, puis un hôte, et enfin le maître. » Comment lutter alors contre ces tentations ? Eh bien par de petits efforts quotidiens, par des actes de foi ou d’espérance posés au gré de la journée ! Le Carême nous en donne l’occasion.
– Que veux-tu que je fasse pour toi ?
– M’aider à commencer ma collection de grains de blé.



Pour aller plus loin avec la Parole
Supposons que l'un de nos frères ou l'une de nos soeurs n'aient pas de quoi s'habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l'un de vous leur dit : « Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n'agit pas ; moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma foi. Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n'agit pas ; moi, c'est par mes actes que je te montrerai ma foi ».
Lettre de saint Jacques, chapitre 2, versets 15-18

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyVen 22 Fév 2013, 09:55

Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais en fait de signe, il ne lui sera donné que celui de Jonas.

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 16, verset 4

La méditation

– Mes rencontres avec mon psychothérapeute me font beaucoup de bien, mais il me manque encore quelque chose. Ne pensez-vous pas que quelques « séances » d’adoration me permettraient d’aller encore mieux ?
Cette remarque nous interroge sur notre manière de vivre notre foi. Qu’est-ce que je recherche dans ma prière et dans cette retraite ? Une relation plus intime à Dieu et à mes frères ou un simple bien-être quelque peu égoïste. Les consolations que nous recevons dans notre vie de foi sont importantes, mais elles ne sont pas Dieu. Elles ne me sont en réalité offertes que pour me mettre en route et m’aider à tenir le coup quand la pente se fait trop raide. Attention donc à ne jamais privilégier ces consolations par rapport au seul Consolateur, à préférer les manifestations sensibles de Dieu à Dieu lui-même. La véritable connaissance de Dieu ne se situe jamais au niveau des sens, mais ne peut être atteinte qu’en creusant toujours plus profond, sans jamais nous arrêter en chemin.
Comment savoir alors si ma prière est bonne et que je ne succombe pas à la gourmandise spirituelle ? Sainte Thérèse d’Avila nous en donne une fois encore la clé : « La preuve que vous avez bien fait oraison, c’est que, en sortant de l’oraison, vous avez une plus grande charité personnelle. » Si mon Carême ne me fait pas grandir en amour de mon frère, alors c’est un Carême de nul où le « tentateur, déguisé en ange de lumière » (*) m’aura trompé !
– Que veux-tu que je fasse pour toi ?
– M’aider à poser aujourd’hui des actes de charité.




* Deuxième lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 11, verset 14




Pour aller plus loin avec la Parole
Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté. Il se demandait : « Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte». Puis il se dit : « Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en construirai de plus grands et j'y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l'existence». Mais Dieu lui dit : «Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l'aura ?» Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d'être riche en vue de Dieu.
Évangile selon saint Luc, chapitre 12, versets 16b-21

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptySam 23 Fév 2013, 09:52

Le fils qui est sage est attentif à la doctrine de son père, mais celui qui est un moqueur et un insensé n'écoute point quand on le reprend.

Livre des Proverbes, chapitre 13, verset 1

La méditation

– J’en ai assez de cette Église qui donne toujours des leçons. Et d’ailleurs, je peux très bien prier tout seul. C’est décidé, je resterai désormais dans mon lit le dimanche matin.
Le prêtre ne dit rien. Il s’approche de la cheminée, saisit avec une pince une bûche incandescente qu’il pose hors du foyer. En silence, il contemple le morceau de bois qui de flamboyant vire progressivement au gris cendre, puis au noir.
– J’ai compris. Je ferai encore un effort !
Souvent la tentation de critiquer l’Église s’empare de nous au point de penser que nous n’avons pas vraiment besoin d’elle pour vivre notre foi.
De fait, l’Église peut paraître parfois pesante, mais cette lourdeur tout humaine qui vient ralentir sa marche divine est aussi ce qui me permet de ne pas me laisser distancer par elle. Quelle place me resterait-il en effet dans une assemblée déjà parvenue à la sainteté ? Cette institution fragile que j’aime à critiquer est en réalité le foyer qui me porte et qui me donne la force d’avancer, comme je l’expérimente d’ailleurs déjà avec cette retraite.
Contre la tentation de la critique facile, prenons conscience pendant ce Carême de l’importance de la communauté à laquelle nous appartenons. Mesurons plus encore que ce qu’il manque à l’Église est avant tout notre propre engagement. Ne regardons plus le bateau affronter seul la tempête depuis le quai, mais montons dans la barque. Dieu est à la barre et il a besoin de chacun de nous.
– Que veux-tu que je fasse pour toi ?
– Me donner la force pour m’engager dans la vie de ma communauté.


Pour aller plus loin avec la Parole

Il y a donc à la fois plusieurs membres, et un seul corps. L'oeil ne peut pas dire à la main : « Je n'ai pas besoin de toi » ; la tête ne peut pas dire aux pieds : « Je n'ai pas besoin de vous ». Si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l'honneur, tous partagent sa joie. Or, vous êtes le corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps.
Première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 12, versets 20-21 et 26-27

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyDim 24 Fév 2013, 10:04

Voici que deux hommes s'entretenaient avec Lui : c'était Moïse et Elie ; ils parlaient de son départ qu'il allait accomplir à Jérusalem.

Évangile selon saint Luc, chapitre 9, versets 30-31

La méditation

« Quand je serai grand, je serai un héros, je rendrai tout le monde heureux, je soignerai tous ceux qui sont malades et j’établirai la justice et la paix dans le monde entier ! »
Reconnaissons-le, quand un enfant exprime ses rêves, cela nous fait sourire. Quand le super héros d’une production cinématographique à effets spéciaux se déchaîne, c’est souvent distrayant. Mais enfin, si un vrai héros pouvait se montrer, nous serions malgré tout heureux et soulagés !
Cette attente d’un héros ne date pas d’hier. Les disciples de Jésus étaient dans la même situation que nous. Eux cependant, ils ont eu de bonnes raisons de croire que Jésus était celui qu’ils attendaient. Dans sa transfiguration, le voilà revêtu d’un habit éclatant de lumière et discutant avec deux grandes figures ancestrales de l’histoire d’Israël : Moïse et Élie. Scène mythique où Dieu jette dans le décor des effets surnaturels.
Alors pourquoi les disciples qui ont vu Jésus transfiguré étaient-ils « accablés de sommeil ? » (*) . À leur place, nous aurions été pris d’une grande excitation !
Moïse et Élie font partie des grands personnages de l’histoire d’Israël. Grâce à eux, nous comprenons cette histoire dont nous sommes les héritiers. Elle n’est pas vraiment marquée par des héros. Mais elle est plutôt jalonnée d’hommes et de femmes qui, dans des expériences souvent douloureuses, ont reçu à chaque fois une promesse divine.
Rappelez-vous ! Le père de la promesse est Abraham. Âgé et sans enfant, Dieu lui promet contre toute évidence une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel. Partant alors de son fils Isaac, cette promesse s’est transmise de génération en génération.
Moïse, qui semblait condamné dès sa naissance en étant abandonné par sa mère sur un fleuve, a finalement été sauvé des eaux. Alors qu’il bégayait, Dieu lui a promis d’être sa bouche pour transmettre à tout le peuple d’Israël sa parole.
Enfin, quand la reine Jézabel menaça de mort Élie qui lui reprochait d’adorer des faux dieux, celui-ci partit au désert et, découragé, demanda la mort. Alors un ange du Dieu d’Israël vint le nourrir pour qu’il puisse continuer d’être son prophète.
Avec Moïse et Élie autour de lui, Jésus avait sans doute les moyens d’impressionner les disciples par sa puissance. Mais ce qu’il vient révéler dans sa transfiguration, c’est son départ qu’il allait accomplir à Jérusalem. Les disciples avaient fondé beaucoup d’espoir sur lui. Ils l’auraient bien mis en avant comme leur héros et leur chef. Mais Jésus va se retrouver défiguré sur la croix. Cela a de quoi les accabler de sommeil.
Pourtant, ils ont été témoins de la parole du Père, qui proclame dans la nuée :« Celui-ci est mon fils que j’ai choisi, écoutez-le ! » (**). Jésus n’est pas un héros comme les autres. Ce n’est pas un demi-dieu. Il est Fils de Dieu. Suivons-le pour comprendre la promesse que le Père nous donne en héritage.

* Évangile selon saint Luc, chapitre 9, verset 32
** Évangile selon saint Luc, chapitre 9, verset 35


Pour aller plus loin avec la Parole
Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. Pendant qu'il priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d'une blancheur éclatante. Et deux hommes s'entretenaient avec lui : c'étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait se réaliser à Jérusalem. Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, se réveillant, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s'en allaient, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est heureux que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu'il disait. Pierre n'avait pas fini de parler, qu'une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu'ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le. » Quand la voix eut retenti, on ne vit plus que Jésus seul. Les disciples gardèrent le silence et, de ce qu'ils avaient vu, ils ne dirent rien à personne à ce moment-là.

Évangile selon saint Luc, chapitre 9, versets 28b-36

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 25 Fév 2013, 10:08

J'ai entendu la plainte des fils d'Israël, asservis par les Égyptiens, et je me suis souvenu de mon alliance.

Livre de l'Exode, chapitre 6, verset 5

La méditation

Au couvent, la prière du matin est trop tôt à mon goût. Autant dire que, bien souvent, Dieu a de quoi entendre ma plainte quand le réveil sonne. C’est le revers de la médaille : chaque engagement a son lot de contraintes. Faut-il donc se résoudre à perdre un bout de sa liberté à chaque engagement que l’on prend ?
Quand on n’a pas d’engagement, on est maître de ce que l’on fait et on n’a rien à attendre des autres. On ne dépend que de soi. Les fils d’Israël, eux, enfermés dans leur situation d’esclaves, se sont plaints. Ils se sont reconnus dépendants de Dieu. Ils ont affirmé que leur avenir ne pouvait pas s’écrire sans lui. Fidèle à son alliance avec les fils d’Israël, Dieu s’engage pour les libérer. L’aveugle de Jéricho vit aussi une situation de dépendance. Il s’en remet à ceux qui voudront bien le guider. Entendant Jésus passer, l’aveugle ose l’interpeler. À l’inverse du héros qui garderait jalousement son pouvoir, Jésus se met en situation de serviteur. À cet aveugle, fils d’Israël, il lui demande : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? – Que je retrouve la vue ! » (*).
Le premier de nos engagements ne serait-il pas de reconnaître que toute vie humaine dépend de Celui qui nous la donne ? Se reconnaître dépendant de Dieu et pas seulement de ses propres forces nous ferait gagner la liberté qu’il s’engage à nous donner. Et tous nos autres engagements seraient alors des fruits de cette liberté.

* Évangile selon saint Luc, chapitre 18, verset 41


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMar 26 Fév 2013, 18:43

Jésus Christ est le même, hier et aujourd'hui, et il le sera pour l'éternité.


Lettre de saint Paul aux Hébreux, chapitre 13, verset 8

La méditation

Le propre des héros, c’est qu’ils ne vieillissent jamais. Si leurs pouvoirs diminuaient avec l’âge, on se moquerait bien d’eux. À l’inverse, ce qu’on aime chez nos meilleurs amis, c’est qu’ils prennent de l’âge avec nous. On peut alors se souvenir de notre passé commun. Et tout ce qu’on a vécu avec eux fait grandir la confiance qu’on leur accorde dans l’avenir.
Voyez l’amitié de Pierre et de Jésus. Elle commence par un appel au bord du lac de Tibériade. Puis elle s’est forgée au cours des marches à travers la Galilée et la Judée. La confiance de Jésus pour Pierre va même jusqu’à l’annonce de son départ lors de la transfiguration. Cette amitié aurait pu être à jamais détruite par le reniement de Pierre lors de la passion de Jésus. Mais elle a ressuscité. Car la fidélité de Jésus traverse jusqu’aux trahisons : « Simon-Pierre, m’aimes-tu ? – Tu sais que je t’aime » (*).
Par sa résurrection, le Christ est dans l’éternité du Père. Sa fidélité n’est pas éphémère mais se maintient tout au long de chacune de nos vies jusqu’à la fin des temps. À tout moment, le Christ concrétise la promesse que le Père nous a faite. Pourtant, ce n’est pas en héros lointain et hors du temps qu’il nous parle : lui-même nous appelle ses amis. Qui se confierait à un vieil ami avec un discours plat et convenu ? C’est avec toute l’épaisseur de nos expériences et la confiance inébranlable que Jésus nous accorde que nous pouvons lui redire ces mots : « Tu sais que je t’aime. »

* Évangile selon saint Jean, chapitre 21, verset 16



Pour aller plus loin avec la Parole
Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m'aimes ? » Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : « Est-ce que tu m'aimes ? » et il répondit :« Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t'aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c'est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t'emmener là où tu ne voudrais pas aller.»

Évangile selon saint Jean, chapitre 21, versets 15-19

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMer 27 Fév 2013, 10:31

Il n'y a qu'un Corps et qu'un Esprit, comme il n'y a qu'une espérance au terme de l'appel que vous avez reçu.

Lettre de saint Paul aux Éphésiens, chapitre 4, verset 4

La méditation

Au héros qui répéterait les mêmes prouesses, la critique nous viendrait vite à la bouche : il ne rate pas une occasion de nous montrer sa force ! Serait-ce pour se détacher de cette image de héros que Jésus esquive une occasion de prouesse devant le diable au désert ? Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas ! Jésus méprise cet ordre : « Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu » (*).
À notre mesure, dans les missions que nous recevons, nos engagements et notre foi, nous avons parfois la tentation de vouloir tout dominer, d’exercer notre toute-puissance. Comme Jésus, nous sommes aussi tentés de nous « laisser tomber », autrement dit de jouer avec notre foi, comme si nous étions les maîtres. Jésus a tenu bon, il n’a pas succombé à la tentation de jouer de son pouvoir divin. L’Esprit Saint dont il est rempli est sa force. Il lui donne la persévérance d’accomplir en humble serviteur son œuvre de révélation. Ce même Esprit Saint nous a été donné à la Pentecôte. Il fait de nous une communauté habitée par le souffle de Dieu.
Nous avons reçu un appel, celui de construire le corps du Christ, la communauté des enfants de Dieu. La tentation ne serait-elle pas de se croire seul, d’envisager sa propre foi comme un bien personnel que l’on maîtrise ? C’est l’Esprit Saint qui nous donne l’espérance de traverser les tentations. C’est lui encore qui nous rassemble en une même Église.

* Évangile selon saint Luc, chapitre 4, versets 9 et 12

Pour aller plus loin avec la Parole

Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous encourage à suivre fidèlement l'appel que vous avez reçu de Dieu : ayez beaucoup d'humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez à coeur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit. Il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous, et en tous.
Lettre de saint Paul aux Éphésiens, chapitre 4, versets 1-6

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyJeu 28 Fév 2013, 10:19

Nul ne connaît qui est le Fils, si ce n'est le Père, et nul ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut bien le révéler.

Évangile selon saint Luc, chapitre 10, verset 22

La méditation

Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous êtes venus faire sur terre ? J’ai eu l’occasion de rencontrer une femme dont la vie a été marquée par plusieurs années de prison. À sa sortie, quand il lui fallut tout recommencer, c’est avec un fond de désespoir qu’elle s’interrogea sur le sens de sa vie.
Autour d’elle, on parlait curieusement de « piété ». Cherchant une définition, elle trouva : « rendre l’honneur ». Alors une lueur d’espérance la traversa ! Au milieu de toutes ses épreuves, elle s’était toujours efforcée de rendre l’honneur aux personnes qu’elle rencontrait. En prison, elle ne se lassait pas de soutenir et d’être la confidente de toutes les femmes détenues avec elle. Sa vie qui semblait dénuée de sens devenait un exercice de piété ! Le Christ aussi, pendant toute sa vie, n’a fait que rendre l’honneur à ceux qu’il rencontrait. Il a rendu la vue aux aveugles, guéri des malades, nourri des foules et ressuscité des morts. Est-ce un héros qui s’affiche ? Bien plus que cela ! En rendant l’honneur aux personnes qu’il touche, Jésus ne fait que rendre l’honneur à son Père. Il se révèle comme fils, annonce la venue du Royaume de son Père et nous emmène jusqu’à lui. À sa suite, notre plus grand honneur n’est-il pas en effet d’entrer comme des fils dans la demeure de son Père ?
Relever l’homme et révéler le Père, telle est la mission que Jésus a assumée en venant sur terre. À sa manière, nous pouvons aussi devenir des fils en cherchant à rendre l’honneur.

Pour aller plus loin avec la Parole

«Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi ! » Alors les justes lui répondront : «Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu…? Tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? Tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? Tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? Tu étais nu, et nous t'avons habillé ? Tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ?» Et le Roi leur répondra : «Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.»
Évangile selon saint Matthieu, chapitre 25, versets 35-40

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyVen 01 Mar 2013, 10:19

Pourquoi ce don de la vie à l'homme dont la route se dérobe ?

Livre de Job, chapitre 3, verset 23

La méditation

Job n’est pas le premier héros auquel on pense. Il est plutôt le premier qui en attend un. Plus ça va, plus sa vie se dégrade : misère, maladie, solitude, souffrance, injustice. Il cumule tout ce dont on voudrait être sauvé.
Notre fidélité à Dieu subit une véritable épreuve à cause du mal et de la fragilité de la vie. Pour nous rassurer, nous tombons parfois dans le piège de la réponse toute faite ou bien nous cherchons à justifier la souffrance par telle ou telle mauvaise action.
Mais cela ne reviendrait-il pas à oublier Dieu dans ce dialogue sans interlocuteur ?
Job s’est adressé à Dieu. Il a osé lui demander des comptes. Sa souffrance est incompréhensible et il est choqué par ce Dieu qu’il croyait bon et tout puissant mais qui n’agit pas en sa faveur. Plus qu’un héros impassible, il est un révolté. À la manière de Job, avons-nous l’audace de rappeler à Dieu sa responsabilité devant la création ?
Toutes les questions sans réponse que nous portons, devant un sentiment d’injustice ou de détresse, peuvent s’associer à la question du Christ en croix : « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (*). Ce cri est une provocation. Cependant, il est légitime. Jésus défiguré prend la place de tous les écorchés et porte leur révolte devant son Père. Sa question crie une quête de vérité qui s’achèvera à la résurrection. Alors « de pleur, de cri, de peine, il n’y en aura plus » (**).

* Évangile selon saint Matthieu, chapitre 27, verset 46
** Livre de l’Apocalypse, chapitre 21, verset 4


Pour aller plus loin avec la Parole


Je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit qui fera naître en eux bonté et supplication. Ils lèveront les yeux vers celui qu'ils ont transpercé ; ils feront une lamentation sur lui comme sur un fils unique ; ils pleureront sur lui amèrement comme sur un premier-né. En ce jour-là, il y aura grande lamentation dans Jérusalem.

Livre de Zacharie, chapitre 12, versets 10-11a

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptySam 02 Mar 2013, 10:20

Tenez-vous prêts, car c'est à l'heure que vous ne pensez pas que le Fils de l'homme va venir.

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 24, verset 44

La méditation

Tout le décor est planté et les répliques sont prêtes. Les étoiles du ciel brillent des mille feux des enfants de Dieu. L’Esprit Saint souffle sur toute la surface du monde. Tous les projecteurs sont tournés vers le ciel. Comme un seul corps, nous voici aux portes du Royaume. Le sauveur que nous attendons est sur le point de surgir.
Dieu veut préparer cette rencontre. Il nous fait passer par un chemin de foi qui donne de la couleur et du relief à chacune de nos vies. Il nous laisse goûter ce bonheur de refaire le monde avec un ami dans la foi d’un lendemain assuré. Il nous confie sa Parole, la source de la vie qu’il veut nous donner. Dieu est prêt à répondre à toutes les questions qui traversent nos existences. Car l’amour qu’il a pour chacun de nous peut supporter les contradictions et les échecs.
Nous l’avons entendu, Jésus nous a posé la question : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Comme Fils du Père, il ne peut pas oublier sa parole. Il accomplira l’espérance que notre cœur ne cesse de murmurer : « Que je te voie, mon Dieu ! » Alors, si c’était par la fin que tout commençait ? Nous sommes les auteurs de notre histoire avec Dieu. Si dans la foi, nous en connaissons le terme, elle n’est pourtant pas écrite d’avance. Personne ne connaît le jour ni l’heure de la venue du Fils de l’homme. Nous devons nous tenir prêts car cette histoire commence dès maintenant. Notre espérance n’attend pas !

Pour aller plus loin avec la Parole

Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore clairement. Nous le savons : lorsque le Fils de Dieu paraîtra, nous serons semblables à lui parce que nous le verrons tel qu'il est. Et tout homme qui fonde sur lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.
Première lettre de saint Jean, chapitre 3, versets 2-3

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyDim 03 Mar 2013, 10:16

Moise dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire. Pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ? »
Livre de l'Exode, chapitre 3, verset 3

La méditation

Un matin comme un autre. Moïse conduit, selon son habitude, son troupeau dans la montagne. Et là, le Seigneur vient le bousculer ! Du milieu d’un buisson, une flamme brûle sans le consumer. Ce buisson en flammes, c’est Dieu. « Moïse, Moïse, n’approche pas car ce lieu est saint. » Curieuse invitation que celle de ne pas s’approcher ! Alors, pour s’approcher sans trop s’approcher, Moïse fait un détour. Il entend alors Dieu lui dire qu’il a vu. Il a vu la misère de son peuple, il connait ses angoisses et l’envoie le libérer. Quelle bousculade ! Dieu brûle de faire découvrir qu’il est proche ! Moïse pouvait-il l’imaginer ? Aussi lointain que Dieu puisse paraître, l’épisode du buisson ardent dévoile un Dieu qui, au détour, se laisse approcher pour répondre aux espérances de l’homme.
Avec Jésus, Dieu nous rejoint. Il ne fait pas que s’approcher. Il s’est fait chair. Il a pris notre chair. Mais nous, voulons-nous, ou pouvons-nous nous approcher de Lui ? Les évangélistes nous révèlent d’ailleurs beaucoup de manières pour s’approcher de Jésus. On peut suivre le doigt d’un autre qui nous le montre, ou tirer par derrière la frange de son vêtement. On peut se mêler à la foule qui l’étouffe ou monter sur un arbre en attendant son passage… On peut appeler, dire sa peur face aux évènements déchaînés, crier ses demandes quitte à gêner les autres… mais on peut aussi le contempler, s’asseoir pour écouter sa Parole. On peut se laisser laver les pieds, et partager son repas.
Jésus se laisse approcher pour peu que nous nous laissions détourner de nos habitudes. Que nous bousculions nos idées reçues pour laisser surgir une flamme, au détour d’une situation même banale. « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » pourrait alors agir en révélateur. Jésus se tient dans nos vies comme blotti dans un buisson pour nous interpeller : « Ne poursuis pas ton chemin comme si je n’étais pas avec toi ! » Jésus attend de nous que nous attendions, à notre tour, quelque chose de lui : il nous invite à confier nos espoirs et nos espérances en lui, le Fils. Approcher Jésus, c’est donc oser écouter nos désirs les plus profonds, nos limites et nos faiblesses, et les lui confier.
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? », l’aveugle répond : « Seigneur, que je voie ! » Le paralysé pourrait également crier : « Seigneur, que je marche ! » ; le sourd : « Seigneur, que j’entende ! » ; et le muet : « Seigneur, que je parle ! » Et moi, que vais-je lui répondre ?



Pour aller plus loin avec la Parole
Moïse gardait le troupeau de son beau-père Jéthro, prêtre de Madiane. Il mena le troupeau au-delà du désert et parvint à l'Horeb, la montagne de Dieu. L'ange du Seigneur lui apparut au milieu d'un feu qui sortait d'un buisson. Moïse regarda : le buisson brûlait sans se consumer. Moïse se dit alors : « Je vais faire un détour pour voir cette chose extraordinaire : pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas ? » Le Seigneur vit qu'il avait fait un détour pour venir regarder, et Dieu l'appela du milieu du buisson : « Moïse ! Moïse ! » Il dit : « Me voici ! » Dieu dit alors : « N'approche pas d'ici ! Retire tes sandales, car le lieu que foulent tes pieds est une terre sainte ! Je suis le Dieu de ton père, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob. » Moïse se voila le visage car il craignait de porter son regard sur Dieu. Le Seigneur dit à Moïse : « J'ai vu, oui, j'ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j'ai entendu ses cris sous les coups des chefs de corvée. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de cette terre vers une terre spacieuse et fertile, vers une terre ruisselant de lait et de miel, vers le pays de Canaan. Et maintenant, va ! Je t'envoie chez Pharaon : tu feras sortir d'Égypte mon peuple, les fils d'Israël. » Moïse répondit : « J'irai donc trouver les fils d'Israël, et je leur dirai : « Le Dieu de vos pères m'a envoyé vers vous. » Ils vont me demander quel est son nom ; que leur répondrai-je ? » Dieu dit à Moïse : « Je suis celui qui suis. Tu parleras ainsi aux fils d'Israël : « Celui qui m'a envoyé vers vous, c'est : Je-Suis.» Dieu dit encore à Moïse : Tu parleras ainsi aux fils d'Israël : Celui qui m'a envoyé vers vous, c'est le Seigneur, le Dieu de vos pères, Dieu d'Abraham, Dieu d'Isaac, Dieu de Jacob.C'est là mon nom pour toujours, c'est le mémorial par lequel vous me célébrerez, d'âge en âge. »
Livre de l'Exode, chapitre 3, versets 1-8a, 10 et 13-15

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyLun 04 Mar 2013, 10:03

Il me tira du gouffre tumultueux, de la vase du bourbier.
Psaume 40, 3

La méditation

Il y a des jours, comme ça, où tout semble aller mal. Les petites mesquineries, la maladie, la vieillesse, le chômage nous enfoncent dans la vase. La boue envahit notre quotidien. Pire, on se sent au fond d’un gouffre.
Dans la Bible, être au fond du gouffre est une situation connue. À cause de la jalousie de ses frères, Joseph a été jeté au fond d’un puits, comme le sera plus tard le prophète Jérémie. Jonas, jeté par-dessus bord, a lui aussi été englouti dans les entrailles du poisson pendant trois jours et trois nuits.
Si loin de la lumière, du fond de mon être obscur, je me découvre de manière inattendue si proche des hommes de la Bible. Leur histoire devient, à mes yeux, un peu mon histoire. Et comme eux alors, une interrogation me taraude, me poursuit : « Qui me sortira du gouffre ? » J’entends même Jésus devant l’abîme de la mort, suspendu à la croix, crier : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
Tout crie aussi en moi le désir de la lumière. Au même moment, une autre voix presque silencieuse murmure : « Approche. N’aie pas peur, la lumière est au-dessus de toi. »
La lumière pourrait-elle me tirer du puits ? Comme Joseph, Jérémie et Jonas sont ressortis vivants du fond de leur gouffre, pourrais-je à mon tour sortir relevée, debout sur la terre ? Jésus lui-même, le troisième jour, a jailli du tombeau. Assis sur la margelle du puits, il quête ma soif. L’eau boueuse se transforme en eau vive. Avec lui, devenons enfants de la lumière.

Pour aller plus loin avec la Parole

Alors les princes dirent au roi : « Que cet individu soit mis à mort ! En vérité, il décourage les combattants, qui sont restés dans cette ville, et tout le peuple, en leur tenant semblables propos. Oui, cet individu ne cherche nullement la paix pour ce peuple, mais son malheur. » Ils se saisirent donc de Jérémie et le jetèrent dans la citerne de Malkiyyahu, fils du roi, dans la cour de garde ; ils le descendirent à l'aide de cordes. Dans cette citerne il n'y avait point d'eau, mais de la vase, et Jérémie s'enfonça dans la vase. Or le Kushite Ebed-Mélek, un eunuque attaché au palais royal, apprit qu'on avait mis Jérémie dans la citerne. Comme le roi s'était arrêté à la porte de Benjamin, Ebed-Mélek sortit du palais royal et s'adressa au roi : « Monseigneur le roi, ils ont mal agi ces gens-là, en traitant de la sorte le prophète Jérémie ; ils l'ont jeté dans la citerne : il va mourir de faim sur place car il n'y a plus de pain dans la ville. » Alors le roi donna cet ordre au Kushite Ebed-Mélek : « Prends ici 30 hommes avec toi, et remonte de la citerne le prophète Jérémie avant qu'il ne meure.» Ebed-Mélek prit ces hommes avec lui, entra au palais royal, au vestiaire du Trésor ; il s'y procura des bouts de tissus déchirés et des bouts de tissus usés qu'il fit passer à Jérémie, dans la citerne, au moyen de cordes. Ebed-Mélek le Kushite dit à Jérémie : « Mets donc ces bouts de tissus déchirés et usés sous tes aisselles par-dessous les cordes.» Ce que fit Jérémie. Alors ils soulevèrent Jérémie au moyen des cordes et le remontèrent de la citerne. Et Jérémie resta dans la cour de garde.
Livre de Jérémie, chapitre 38, versets 4 et 6-13

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme EmptyMar 05 Mar 2013, 10:28

Un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié.

Évangile selon saint Luc, chapitre 10, verset 33

La méditation

Je me débats dans mon combat. Dans mes blessures, je crie ma souffrance. Ma vie est un désert où tout ce qui est superficiel m’apparaît. Je me retrouve en face de moi-même, de mon histoire, de ma vie réelle avec ses ombres, avec ce sentiment d’être au bord du chemin, la tête sur une pierre, à terre. Comme l’homme de la parabole, blessé et abattu, jeté à demi-mort dans le fossé, entre Jérusalem et Jéricho. Mais mon bon Samaritain, je le connais, je le reconnais, c’est toi, Jésus.
Ma douleur, tu l’entends. Et amoureusement, tu me dis : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Tes mots déjà me consolent. De tout mon être meurtri, tendu vers la confiance, je réponds. Comme le prophète Osée, ma chair crie : « Panse mes plaies ; guéris-moi » (*). Arrache-moi à toutes les idoles que je me forge. Comme Osée, mon esprit espère : « Après deux jours il nous rendra la vie, le troisième jour il nous relèvera et nous vivrons en sa présence » (**).
Jésus, comme le Bon Samaritain pris de pitié, tu viens panser mes plaies, tu y verses le vin qui purifie et l’huile du pardon. Tu me conduis à l’auberge du repos et de la guérison. Et moi, comme l’homme blessé, je me laisse soigner. Sur mon lit de souffrance, mon cœur apaisé, disponible, peut alors accueillir ton salut. Ton amour et ta prévenance me redonnent force. Mon Sauveur ! Tu prends avec toi ma blessure. Tu me relèves pour que je reprenne vie. Parce que, toi aussi Jésus, de la mort, tu t’es relevé.

* chapitre 6, verset 1
** verset 2

Pour aller plus loin avec la Parole

Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l'avoir dépouillé, roué de coups, s'en allèrent en le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l'autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l'autre côté. Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié. Il s'approcha, pansa ses plaies en y versant de l'huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d'argent, et les donna à l'aubergiste, en lui disant : “Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai”. »

Évangile selon saint Luc, chapitre 10, versets 30 et 33-35

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Bon Careme Empty
MessageSujet: Re: Bon Careme   Bon Careme Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Bon Careme
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ce Mercredi=Mercredi des Cendres...Début du Careme.
» DEMAIN C'est le début du CAREME
» careme 2011 - en route vers Pâques
» Le careme
» Priere a Sainte Anne pendant le Careme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: