Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie

Aller en bas 
AuteurMessage
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 30 Avr 2013, 20:07

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Parce que les beaux jours ensoleillés sont enfin arrivés, parce que le mois de mai ouvre la saison des pèlerinages et parce qu’une petite incursion ou excursion aux sanctuaires de Beauraing et de Banneux est toujours bonne pour le moral, visitons ensemble, de façon originale, ces deux hauts-lieux mariaux de notre pays.

Beauraing, dans le diocèse de Namur
Tous les chemins mènent à Beauraing. La rime est jolie, les 24 routes qui conduisent à ce lieu de pèlerinage aussi. Chaque année, ce sont près de 150.000 personnes qui rendent visite à Notre-Dame de Beauraing. En 2008, à l’arrivée de la nouvelle équipe pastorale des Sanctuaires, une réflexion a été menée afin de repenser la démarche du pèlerinage et faire en sorte que celui-ci mette à contribution tout l’être du pèlerin: son âme et son corps. C’est dans cet esprit que des routes de marche et de vélo ont été imaginées. Un réseau de 24 chemins, dont trois peuvent être parcourus par des personnes handicapées en voiturette, neuf par des piétons, et dix-huit par des cyclistes.
L’objectif était de créer un réseau de lieux religieux dans le diocèse. Il faut dire que les hauts-lieux spirituels sont nombreux dans les provinces de Namur et de Luxembourg: Saint-Hubert, Cordemois, Maredsous, Oizy, Leffe, Chevetogne… Par des routes cyclables, ces lieux peuvent être reliés à Beauraing. A découvrir seul, en famille ou avec des amis, c’est un moment inoubliable en perspective!
Le dépliant consacré aux routes du cœur d’or promet découverte, détente, ressourcement… et aventure. Pratiquement, ceux qui souhaitent emprunter une des routes du cœur d’or peuvent trouver toutes les renseignements au »Point i », à côté des sanctuaires. Le site internet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] offre également une mine d’informations et permet de choisir son itinéraire. Pour ceux qui entreprennent une démarche de foi, le site internet met à disposition sept feuillets spirituels afin d’accompagner le pèlerin dans sa quête de sens. Et si Beauraing devenait, au fil du temps, le Saint-Jacques de Compostelle du Nord?

Banneux, dans le diocèse de Liège
Consacrée en septembre 2012, la chapelle orthodoxe de Banneux est une réalisation unique dans un sanctuaire marial catholique; elle est aussi une curiosité à ne pas rater si vous vous promenez à Banneux. Spectaculaire, elle l’est, non par sa taille, mais par les splendides icônes qui ornent ses fenêtres et que l’on peut voir de l’extérieur. Elle accueille aussi une icône de la Vierge des Pauvres, spécialement écrite pour célébrer les apparitions de Banneux.
C’est le père Guy Fontaine, en charge de l’église orthodoxe de la rue du Laveu à Liège qui est à l’origine de cette initiative insolite. « Je désirais ouvrir une chapelle orthodoxe s’inscrivant dans la vie du sanctuaire, sans le moindre prosélytisme. Pour moi, c’était un geste œcuménique fort. J’ai mis une table dans la chapelle telle qu’elle était et j’ai célébré la liturgie avec une dizaine de personnes. Je voulais habiter spirituellement ce lieu. » Ce fut ainsi une première mondiale!
Sertie de huit icônes, réalisées par Annette Gottschalk, la chapelle attire le regard des promeneurs depuis la route qui mène de Banneux à Tancrémont. Doit-on voir là les prémices d’un lieu de pèlerinage orthodoxe à Banneux ou de la création d’une petite communauté? Ce serait sans doute le vœu le plus cher du père Guy.

Dioc. Namur/Dioc. Liège/SB

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptySam 04 Mai 2013, 08:59

rosedumatin a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Parce que les beaux jours ensoleillés sont enfin arrivés, parce que le mois de mai ouvre la saison des pèlerinages et parce qu’une petite incursion ou excursion aux sanctuaires de Beauraing et de Banneux est toujours bonne pour le moral, visitons ensemble, de façon originale, ces deux hauts-lieux mariaux de notre pays.

Beauraing, dans le diocèse de Namur
Tous les chemins mènent à Beauraing. La rime est jolie, les 24 routes qui conduisent à ce lieu de pèlerinage aussi. Chaque année, ce sont près de 150.000 personnes qui rendent visite à Notre-Dame de Beauraing. En 2008, à l’arrivée de la nouvelle équipe pastorale des Sanctuaires, une réflexion a été menée afin de repenser la démarche du pèlerinage et faire en sorte que celui-ci mette à contribution tout l’être du pèlerin: son âme et son corps. C’est dans cet esprit que des routes de marche et de vélo ont été imaginées. Un réseau de 24 chemins, dont trois peuvent être parcourus par des personnes handicapées en voiturette, neuf par des piétons, et dix-huit par des cyclistes.
L’objectif était de créer un réseau de lieux religieux dans le diocèse. Il faut dire que les hauts-lieux spirituels sont nombreux dans les provinces de Namur et de Luxembourg: Saint-Hubert, Cordemois, Maredsous, Oizy, Leffe, Chevetogne… Par des routes cyclables, ces lieux peuvent être reliés à Beauraing. A découvrir seul, en famille ou avec des amis, c’est un moment inoubliable en perspective!
Le dépliant consacré aux routes du cœur d’or promet découverte, détente, ressourcement… et aventure. Pratiquement, ceux qui souhaitent emprunter une des routes du cœur d’or peuvent trouver toutes les renseignements au »Point i », à côté des sanctuaires. Le site internet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] offre également une mine d’informations et permet de choisir son itinéraire. Pour ceux qui entreprennent une démarche de foi, le site internet met à disposition sept feuillets spirituels afin d’accompagner le pèlerin dans sa quête de sens. Et si Beauraing devenait, au fil du temps, le Saint-Jacques de Compostelle du Nord?

Banneux, dans le diocèse de Liège
Consacrée en septembre 2012, la chapelle orthodoxe de Banneux est une réalisation unique dans un sanctuaire marial catholique; elle est aussi une curiosité à ne pas rater si vous vous promenez à Banneux. Spectaculaire, elle l’est, non par sa taille, mais par les splendides icônes qui ornent ses fenêtres et que l’on peut voir de l’extérieur. Elle accueille aussi une icône de la Vierge des Pauvres, spécialement écrite pour célébrer les apparitions de Banneux.
C’est le père Guy Fontaine, en charge de l’église orthodoxe de la rue du Laveu à Liège qui est à l’origine de cette initiative insolite. « Je désirais ouvrir une chapelle orthodoxe s’inscrivant dans la vie du sanctuaire, sans le moindre prosélytisme. Pour moi, c’était un geste œcuménique fort. J’ai mis une table dans la chapelle telle qu’elle était et j’ai célébré la liturgie avec une dizaine de personnes. Je voulais habiter spirituellement ce lieu. » Ce fut ainsi une première mondiale!
Sertie de huit icônes, réalisées par Annette Gottschalk, la chapelle attire le regard des promeneurs depuis la route qui mène de Banneux à Tancrémont. Doit-on voir là les prémices d’un lieu de pèlerinage orthodoxe à Banneux ou de la création d’une petite communauté? Ce serait sans doute le vœu le plus cher du père Guy.

Dioc. Namur/Dioc. Liège/SB



As-tu quelques photos à nous montrer de ces deux lieux de pélerinages mariaux, ma chère ROSE ?
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 10:27

Notre Dame dePellevoisin

Hier…

En 1875, une jeune femme de 32 ans, Estelle Faguette atteinte d’une maladie incurable, écrit, avec un coeur d’enfant et dans une grande confiance, une lettre à la Sainte Vierge : elle lui demande d’intercéder auprès de son divin Fils pour obtenir sa guérison, afin de soutenir ses parents âgés. La Vierge Marie répond à cette lettre par quinze apparitions, de février à décembre 1876, au cours desquelles elle éduque Estelle a la sainteté et lui délivre un message de miséricorde.

Le 19 février 1876, Estelle est entièrement guérie. Dès 1877, l’Archevêque de Bourges autorise le Culte public à Notre-Dame de Pellevoisin et la chambre d’Estelle est transformée en chapelle.

En avril 1900, le Pape Léon XII reconnaît officiellement le scapulaire du Sacré Cœur tel qu'Estelle l'a vu porté par la Vierge Marie, et encourage tous les fidèles qui le désirent à le porter.

La guérison d'Estelle a été officiellement déclarée miraculeuse en 1983 par Mgr Vignancour, alors Archevêque de Bourges. Cette déclaration fait suite à tous les actes favorables et marques de bienveillance des souverains pontifes et des archevêques de Bourges à l'égard de Pellevoisin depuis plus d'un siècle.

Et Aujourd’hui…

L’Archevêque de Bourges a confié aux Frères de Saint Jean la conduite spirituelle du sanctuaire de Pellevoisin, un message de miséricorde pour aujourd'hui, ainsi que l’hôtellerie. Un monastère de Soeurs contemplatives de Saint Jean assure une présence de prière continue, à laquelle se joignent les pèlerins et visiteurs.

Les pèlerins sont accueillis tous les jour de l'année, seuls ou en groupe.

Il est proposé, chaque jour la Messe à 11 heures 30 ainsi que les offices monastiques, et, tout au long de l’année, des journées et week-ends spirituels, des sessions familiales, des retraites, l’accueil des pèlerins individuels ou en groupe, la bénédiction des scapulaires.

Le pèlerinage annuel a lieu le dernier week-end d'août et, tous les deux ans, le Festival Saint Jean des Familles a lieu fin juillet au Sanctuaire de Pellevoisin.

A 2 kilomètres du Sanctuaire de Pellevoisin, aux Besses, l'Association Saint Jean Espérance accueille des jeunes et les accompagne pour les libérer de l'emprise de la drogue, les restructurer et, enfin, les préparer à leur réinsertion.

Estelle :

[img]Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Estell10[/img]


La Vierge de Pellevoisin :


[img]Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Notre-10[/img]
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 12:33

Quelle belle relation d' Amour entre Marie et Estelle Faguette et le bien, toutes les grâces qui en ont découlé !!

Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 175602 ma chère Espérance !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 21:57

Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 175602 Rose pour ces photos de ND de Pellevoisin. Je ne connaissais absolument pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 22:44

NOTRE DAME DE LA SALETTE

"La Salette est une invitation à la joie d’un monde réconcilié avec Dieu. La Vierge Marie pleure pour que, par la conversion des pécheurs et la miséricorde de Dieu, le sourire revienne sur les visages et que les montagnes se couvrent de blé."
Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne.


Un site unique à 1800 m d'altitude... Notre-Dame de la Salette, 2ème lieu de pélerinage en France après Lourdes.

C'est ici que le 19 septembre 1846, la vierge Marie est apparue à deux enfants bergers Maximin et Mélanie.

Voici le texte du Message de Marie à La Salette :

"Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous conter une grande nouvelle.

Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis plus le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Pour vous autres, vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous autres.

Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils.

Et aussi, ceux qui mènent les charrettes ne savent pas jurer sans mettre le nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils.

Si la récolte se gâte, ce n’est rien qu’à cause de vous autres. Je vous l’avais fait voir l’an dernier par les pommes de terre, vous n’en avez pas fait cas. C’est au contraire : quand vous en trouviez des pommes de terre gâtées, vous juriez, vous mettiez le nom de mon Fils au milieu. Elles vont continuer, et cette année, pour la Noël, il n’y en aura plus.

(Jusqu’ici la Belle Dame a parlé en français. Elle prévient une question de Mélanie et termine son discours en patois.)

Vous ne comprenez pas, mes enfants ! Je vais vous le dire autrement. Si la recolta se gasta...
Si vous avez du blé, il ne faut pas le semer. Tout ce que vous sèmerez, les bêtes le mangeront et ce qui viendra tombera tout en poussière quand on le battra. Il viendra une grande famine.
Avant que la famine vienne, les petits enfants au-dessous de 7 ans prendront un tremblement et mourront entre les mains des personnes qui les tiendront.
Les autres feront pénitence par la famine. Les noix deviendront vides, les raisins pourriront.

(A ce moment Mélanie voit que la Belle Dame dit quelques mots à Maximin, mais elle n’entend pas. Puis c’est au tour de Maximin de comprendre qu’elle dit quelques mots à Mélanie qu’il n’entend pas non plus. Puis elle poursuit.)

S’ils se convertissent, les pierres et les rochers deviendront des monceaux de blé et les pommes de terre seront ensemencées par les terres.

Faites-vous bien votre prière, mes enfants ?
Pas guère, Madame.
Ah ! Mes enfants, il faut bien la faire, soir et matin, ne diriez-vous seulement qu’un "Notre Père" et un "Je vous salue". Et quand vous pourrez mieux faire, dites-en davantage.
L’été, il ne va que quelques femmes un peu âgées à la Messe. Les autres travaillent le dimanche tout l’été, et l’hiver, quand ils ne savent que faire, ils ne vont à la Messe que pour se moquer de la religion.
Le Carême, ils vont à la boucherie, comme les chiens.
N’avez-vous point vu de blé gâté, mes enfants ?
Non Madame !
Mais vous, Maximin, mon enfant, vous devez bien en avoir vu une fois, au Coin, avec votre père. Le maître du champ dit à votre père de venir voir son blé gâté. Vous y êtes allés. Votre père prit deux ou trois épis dans sa main, les froissa et ils tombèrent tous en poussière. En vous en retournant, quand vous n’étiez plus qu’à une demi-heure de Corps, votre père vous donna un morceau de pain en vous disant : "Tiens, mon petit, mange encore du pain cette année, car je ne sais pas qui va en manger l’an qui vient si le blé continue comme ça".
Ah ! Oui, Madame. Je m’en rappelle à présent. Je ne m’en rappelais pas tout à l’heure.

Eh bien, mes enfants, vous le ferez passer à tout mon peuple !
Allons, mes enfants, faites-le bien passer à tout mon peuple







Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 22:47

*Espérance* a écrit:
NOTRE DAME DE LA SALETTE

"La Salette est une invitation à la joie d’un monde réconcilié avec Dieu. La Vierge Marie pleure pour que, par la conversion des pécheurs et la miséricorde de Dieu, le sourire revienne sur les visages et que les montagnes se couvrent de blé."
Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne.


Un site unique à 1800 m d'altitude... Notre-Dame de la Salette, 2ème lieu de pélerinage en France après Lourdes.

C'est ici que le 19 septembre 1846, la vierge Marie est apparue à deux enfants bergers Maximin et Mélanie.







J'aime beaucoup de lieu d'apparition de Marie, je me suis rendue deux fois à la Salette jusqu'à présent !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 22:58

rosedumatin a écrit:


J'aime beaucoup de lieu d'apparition de Marie, je me suis rendue deux fois à la Salette jusqu'à présent !


je ne connais pas du tout le lieu, mais le message est très fort !

Merci d'avance pour la photo que tu pourras trouver Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 189259
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 23:02

*Espérance* a écrit:
rosedumatin a écrit:


J'aime beaucoup de lieu d'apparition de Marie, je me suis rendue deux fois à la Salette jusqu'à présent !


je ne connais pas du tout le lieu, mais le message est très fort !

Merci d'avance pour la photo que tu pourras trouver Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 189259

J'ai trouvé ! Very Happy

J'aime beaucoup le message de " Marie, réconciliatrice des pécheurs "


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]

[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 05 Mai 2013, 23:10

Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 175602 Rose, c'est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 10:19

NOTRE DAME DE PONTMAIN

MAIS PRIEZ MES ENFANTS. DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS
MON FILS SE LAISSE TOUCHER



le 17 janvier 1871
alors que la France était vaincue
par la Prusse.
Pendant 3 heures,
Eugène et Joseph Barbedette,
Françoise Richer et
Jeanne-Marie Lebossé
vont contempler la « Belle Dame »
vêtue d’une robe bleue
parsemée d’étoiles,
avec un voile noir sur la tête
et une couronne d’or avec un liseré rouge,
aux pieds des chaussons bleus avec une boucle d’or.
Elle tend les mains en avant
et sourit aux enfants.
Elle apparaît dans un triangle formé par trois grosses étoiles d’or en plein ciel.

Accourus devant la grange,
les habitants du hameau vont commencer à prier avec les Sœurs. A l’arrivée de M. le curé, l’abbé Michel Guérin,
un ovale bleu avec quatre bougies éteintes vient entourer la Belle Dame, une petite croix rouge apparaît sur sa poitrine à l’endroit du cœur.
Pendant le chapelet,
la Belle Dame grandit lentement au fur et à mesure des Ave Maria. L’ovale grandit aussi et les étoiles se multiplient sur sa robe et autour d’elle. Au début du Magnificat une banderole blanche se déroule en dessous de l’ovale et des lettres d’or viennent s’écrire tour à tour. Le message va se continuer pendant les litanies, l’Inviolata et le Salve Regina. A ce moment-là il est complet.

Après un autre cantique dont le refrain est « Parce Domine » son visage est empreint d’une tristesse indicible. Une croix rouge vif apparaît devant elle, portant le crucifié d’un rouge foncé.
Au sommet de la croix,
une traverse blanche avec un nom écrit en lettres rouges couleur sang : JESUS-CHRIST ;
Marie prend la croix à deux mains
et la présente aux enfants.
Une petite étoile vient allumer les bougies de l’ovale.
On prie en silence en pleurant.
On chante « Ave Maris Stella ».
Le crucifix rouge disparaît ;
Marie reprend l’attitude du début et sourit à nouveau.

Deux petites croix blanches apparaissent sur ses épaules.

Au cours de la prière du soir qui va suivre, un voile blanc parti d’en bas monte lentement devant la Sainte Vierge.
Puis tout disparaît.
« C’est tout fini »
disent les enfants.

Chacun retourne chez soi
le cœur en paix.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 14:17

Enfants de Pontmain (les voyants)

[img] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]

L'apparition :

[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 14:20


La Vierge, sur la colonne de la Basilique de Pontmain :

[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 14:23

J'aimerais tant aller à Pontmain, Pontmain qui se trouve dans la Mayenne à la limite de la Normandie !! Pontmain se trouve près de Laval ..

[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 14:26


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 21:06

Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 175602 ROSE
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 22:08

Je me permets de rajouter une de mes petites créations Very Happy

Pour le moment c'est la page d'accueil de mon facebook :


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 22:12

rosedumatin a écrit:
Je me permets de rajouter une de mes petites créations Very Happy

Pour le moment c'est la page d'accueil de mon facebook :


[img]Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Maximi10[/img]

Merci pour cette magnifique image de Marie. Mais comment fais-tu ces jolies créations ?
Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 189259 sunny Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 189259
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyMar 07 Mai 2013, 22:21

*Espérance* a écrit:
rosedumatin a écrit:
Je me permets de rajouter une de mes petites créations Very Happy

Pour le moment c'est la page d'accueil de mon facebook :


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]

Merci pour cette magnifique image de Marie. Mais comment fais-tu ces jolies créations ?
Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 189259 sunny Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 189259

Avec photoshop tout simplement ma chère Espérance !

J'ai encore un tas de choses à découvrir ....

Bonne soirée

Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyJeu 09 Mai 2013, 23:21

Permettez-moi de mettre ici une apparition de la Sainte Vierge près de chez moi, mais elle n'est pas encore reconnue par l'Eglise

KERIZINEN en Bretagne1938-1965

NOTRE DAME DU TRES SAINT ROSAIRE

Marie-Jeanne-Louise Ramonet est née le 7 octobre 1910, en la fête du Rosaire dans la petite ferme de ses parents Yves Ramonet et Maryvonne Porhel, au hameau de Kerizinen, situé à 4 km. du bourg de Plounévez-Lochrist. Elle fut baptisée. le même jour; elle était fragile. Jeanne-Louise était la quatrième de neuf enfants. A l'âge de 2 ans et demi, elle est atteinte de paralysie (polio) à la jambe droite; elle en gardera des séquelles durant toute sa vie. Marchant difficilement, elle ne put se rendre à l'école avant l'âge de 10 ans mais, étant acceptée comme pensionnaire, elle rattrapa le temps perdu et obtint son certificat d'études.
A 12 ans, après une communion, elle entend le Seigneur lui dire: «Sois mon apôtre, aime tes frères.» A 14 ans, elle se donne au Christ. Plus tard, elle exprime le désir de se faire religieuse, mais elle est refusée pour raison de santé. En effet, chaque hiver depuis 1925, elle doit séjourner dans le service de dermatologie de l'hôpital de Brest. Elle est très décalcifiée. Là, elle aide les religieuses de St Thomas de Villeneuve qui tenaient l'hôpital, fait le catéchisme aux enfants malades, apprend à faire les piqûres. La Supérieure la prend sous sa protection durant ses séjours, mais ne peut lui permettre de réaliser sa vocation. C'est une dure épreuve pour Jeanne-Louise.
Et c'est lors d'un de ses séjours à l'hôpital - elle a alors 17 ans - que sa mère, son petit frère Joseph (9 ans) et sa soeur Euphrasie (21 ans) meurent tous trois de la fièvre typhoïde. Jeanne-Louise n'a pas le droit de revenir à la maison, à cause de la contagion. Elle vit donc cette tragédie familiale seule, ne pouvant soutenir les siens qui souffrent.
A son retour à la maison, son père fait revenir aussi sa fille Anne-Marie pour aider Jeanne-Louise à tenir la maisonnée. Mais 3 ans plus tard, il décède à son tour d'une crise cardiaque, le 2 juillet 1930. Les orphelins sont pris en charge par leur soeur aînée, Francine; ainsi, ils ne sont pas séparés et peuvent rester dans la ferme de Kerizinen.
La vie simple, pieuse et laborieuse continue. Il n'y a pas d'électricité, ni eau courante. Il faut même aller chercher l'eau potable à 400 mètres. La petite ferme n'a que 2 ha 1/2, la terre est pauvre, la vie difficile. Pas de radio, ni de livres, sinon «Buez ar zant», la vie des saints en breton. Peu de contacts avec l'extérieur, sinon le dimanche après la messe au bourg. Mais le contact durant la semaine avec le voisinage est très vivant; tout le monde s'entraide.
Peu à peu, au fil des années, les enfants se dispersent; restent seules à la ferme Anne-Marie et Jeanne-Louise. La santé de Jeanne-Louise est toujours aussi précaire, le travail de la ferme est lourd pour ses forces. Sa foi la soutient, elle vit dans le silence, le travail, la prière, et une grande solitude intérieure, ne pouvant réaliser son désir de vocation religieuse.
En 1936, quelqu'un lui offre d'aller à Lourdes avec le pèlerinage diocésain des malades. Elle accepte. Ce sera le seul et unique voyage de sa vie. Là, devant la grotte, elle supplie la Sainte Vierge de lui donner assez de forces pour pouvoir faire son travail à la ferme. Elle est exaucée et revient partiellement guérie. II ne lui est désormais plus nécessaire de séjourner l'hiver à l'hôpital de Brest.
Deux ans se passent, puis la Sainte Vierge lui apparaît le 15 septembre 1938, alors qu'elle garde ses deux vaches, tout en tricotant. Jeanne-Louise ne s'y attend absolument pas: «Je croyais qu'il n'y avait que les enfants qui ont des apparitions», dira-t-elle plus tard. Elle a très peur, la Vierge la rassure et lui annonce qu'Elle reviendra la voir. La beauté et les premières paroles de l'apparition lui font comprendre que c'est la Sainte Vierge, mais elle n'en dit rien à personne, même pas à sa soeur. Et elle attend qu'Elle revienne, puisqu'Elle le lui a promis. Jeanne-Louise continue donc sa vie de tous les jours et parfois, dira-telle plus tard, «je me demandais ce qu'il m'était arrivé». Le 7 octobre 1939, elle se sent poussée par un appel intérieur à se rendre sur le lieu où elle L'avait vue la première fois. Et là, Marie se fait voir.
C'est le début de cette intimité entre Jeanne-Louise et la Sainte Vierge qui ne fera que grandir jusqu'à son départ pour le Ciel le 19 février 1995. Tout se passe dans le silence, la discrétion, l'humilité, comme si le surnaturel était naturel: c'est-à-dire que la vie quotidienne, étant tout offerte à Dieu, acquiert une densité surnaturelle presque perceptible. C'est une vie avec Marie que Jeanne-Louise a vécue, et c'est cela que les pèlerins sentaient lorsqu'ils venaient la voir.
A cette seconde apparition, la Sainte Vierge lui demande de s'en ouvrir à son confesseur qui, lui, lui ordonne le silence. Elle obéit. Cependant la Sainte Vierge continue d'apparaître et demande que soit connu son message de paix, tandis que sévit la guerre.
La croix «posée dès le berceau comme un signe qui distinguera les vrais fidèles» (8.7.61), prend désormais dans la vie de Jeanne-Louise une autre «forme»: celle de la contradiction. Elle vit de cette intimité, de cette joie si grande avec Marie, mais c'est en secret. La Sainte Vierge demande que des prières s'organisent, mais Jeanne-Louise en est empêchée. Elle fait tout ce qu'elle peut pour répondre personnellement, mais c'est crucifiant. C'est l'épreuve de l'obéissance.
En 1947, par une indiscrétion ne venant pas de Jeanne-Louise, les apparitions sont dévoilées. Et peu à peu, les voisins viennent aux nouvelles.
Des signes sont donnés: en 1948, une jeune fille du voisinage, consacrée au Coeur Immaculé de Marie, malade grabataire depuis des mois, demande la guérison. Trois mois à l'avance, en secret, la Sainte Vierge prévient Jeanne-Louise de la date de son départ pour le Ciel et lui demande d'en informer la famille dix jours avant le décès. Ce qui eut lieu. Cette prophétie, bien que dans les larmes et le deuil, est un signe de la présence de Marie à Kerizinen.
En 1949, une autre voisine, suite à une neuvaine de pèlerinages à Kerizinen, survit et guérit, contre toute attente; les journaux en parlent, Kerizinen sort de l'ombre. Jeanne-Louise devient pour les gens "la voyante". Elle, si timide, en est effrayée. Les gens pénètrent partout sur son terrain, jusque dans sa petite maison. Une autre croix commence: les rejets, les humiliations car, aux apparitions, «on y croit ou on n'y croit pas»...
Une source est donnée par la Sainte Vierge en 1952. Avant d'être un moyen de conversion et de guérison pour les pèlerins, elle est un don merveilleux pour Jeanne-Louise et sa soeur, cela simplifie tellement leur vie: de l'eau potable à portée de mains jusqu'à la fin de sa vie! Jeanne-Louise en remercia la Sainte Vierge, n'en gaspillant aucune goutte, l'utilisant comme un remède et s'attristant lorsque quelqu'un s'en servait à tort et à travers.
En 1952 également, sa soeur Anne-Marie se marie et va s'installer non loin de Kerizinen. Désormais, Jeanne-Louise est seule à la ferme, mais elle est aidée par le voisinage lors des gros travaux.
Cette solitude lui permet une intimité plus grande avec Jésus et Marie. Elle reçoit des communions mystiques durant 21 mois, en 1955/56. Jésus apparaît pour la première fois aux côtés de sa Mère le le 1er octobre 1955: le mystère des Coeurs Unis de Jésus et de Marie dans le Saint Esprit se dévoile à ses yeux. La communion mystique du Vendredi-Saint (en 1955 et 1956) est ensanglantée; elle participe de plus en plus aux souffrances de ces "deux Coeurs unis et meurtris".
En 1956, un petit oratoire de 8m sur 6 est construit sur le lieu même des apparitions. En octobre de la même année, un jugement négatif est émis par l'Ordinaire du lieu. Jeanne-Louise ignorait que cela soit possible; aussi ce fut pour elle un choc très dur. Elle reçut une communion mystique ce jour là, après l'apparition de la Sainte Vierge lui disant de regarder son Coeur. Vraie pédagogue, Marie demande à l'âme qui souffre de tourner son regard vers Dieu, vers Elle, et de ne pas se replier sur elle-même, mais de tout offrir, de consoler, en comprenant que, si Elle (Marie) n'était pas là, où serions-nous!
Jeanne-Louise a aussi été aidée par des amis qui se sont rapprochés d'elle, non par opposition aux contradictions des apparitions, mais par amitié pour elle, dans l'attente de ce que la Providence ferait.
Désormais, pour Jeanne-Louise, le chemin de sa vie semble tracé: elle sera fidèle à la fois à l'Eglise dont elle est la fille et à ce qu'elle a vu et entendu de ses apparitions. Position délicate, éprouvante, semée d'embûches. Pour y arriver, elle reste dans l'humilité, la prudence; elle ne se plaint jamais, vit dans la prière et le travail, et dans la charité envers le prochain. Dieu la guide, lui envoie des personnes pour soutenir son âme. II est merveilleux de constater qu'ayant vécu 40 ans dans une situation si délicate, elle n'ait jamais dévié dans sa vie de chrétienne comme dans sa fidélité à ce que lui demandait la Sainte Vierge. Et cela dans la paix, sans jamais se contredire.
Jeanne-Louise eut en tout 71 apparitions, s'échelonnant sur 27 ans, la dernière se situant le le 1er octobre 1965. Pendant 17 ans, la Sainte Vierge vint seule, sauf les trois apparitions de l'Assomption où Notre-Dame était entourée d'anges. Puis le Christ apparut également à ses côtés durant les 10 années suivantes, et saint Joseph une fois dans le cadre de la Sainte Famille. Les apparitions eurent lieu dans le champ non loin de la maison (puis dans le petit oratoire lorsqu'il fut construit), mais parfois aussi dans la maison de Jeanne-Louise, notamment lors de la neuvaine d'apparitions de juin 1962 que le Christ a appelée lui-même < Semaine Eucharistique> chaque jour (sauf le dimanche) Il communia Jeanne-Louise avant de lui donner un message sur le mystère de l'Eucharistie. Le neuvième jour Notre-Dame apparut aussi, demandant que ses fêtes "deviennent en quelque sorte des fêtes eucharistiques, qu'elles soient surtout marquées par la réception de la sainte Hostie".
Après 1a dernière apparition (1965) durant laquelle la Sainte Vierge avait dit < Je reste et veille avec vous...> , Jeanne-Louise vécut de plus en plus profondément avec Jésus et Marie. Elle avait des locutions pour elle-même, dont elle ne parlait pas, ou très peu. A partir de cette année 1965, elle put se rendre à la messe paroissiale durant la semaine, quelqu'un s'étant proposé de l' emmener. Auparavant, elle n'en avait jamais eu la possibilité.
En 1970, elle prend sa retraite d'agricultrice et peut ainsi plus facilement recevoir les pèlerins, répondre à un volumineux courrier et assurer le Rosaire quotidien à 15h. Son temps est absorbé, sa vie est toute donnée à Dieu et aux personnes qu'Il lui envoie.
Peu de temps après, un couple de retraités vient l'aider et s'installe en caravane sur le terrain. En 1972, une association est mise sur pied pour l'épauler dans sa tache: Les Amis de Kerizinen. Ainsi seront construits les équipements nécessaires (aménagement de la source, construction de sanitaires), puis le grand oratoire en 1978, et enfin l'Accueil Saint-Joseph (accueil de jour) en 1992.
En 1977, l'association mariale féminine "les Enfants de Marie de Kerizinen", demandé;en 1955 par la Sainte Vierge. voit le jour sous la direction de Jeanne-Louise.
A partir de 1982, dans un mobil-home pour commencer, puis en 1993 dans la partie privée de l'Accueil Saint-Joseph, Jeanne-Louise s'installe avec quelques personnes, selon le désir de la Sainte Vierge, pour vivre une vie de prière et de travail au service des pèlerins.
C'est à partir de 1984 que la santé de Jeanne-Louise commence de s'altérer. Elle ne peut plus recevoir les pèlerins comme auparavant (elle les a reçus durant 33 ans), et ne sort donc plus que pour la messe à la paroisse et le Rosaire à 15 h. Son courrier, auquel elle répond personnellement, lui prend beaucoup de temps. Elle prie aux intentions des pèlerins. La liturgie des heures, la lecture de l' Ecriture et de livres de spiritualité, l'Eucharistie quotidienne, sa vie avec Jésus et Marie, son silence et aussi son attention à tout ce qui se passe à Kerizinen, tout cela est offert à Dieu, avec simplicité et ferveur, et beaucoup d'humour, bien sûr. Elle est heureuse d'être cachée, de disparaître. "Ce n'est pas pour moi qu'il faut venir à Kerizinen, mais pour la Sainte Vierge", répétait-elle souvent. Elle se prépare au grand passage, sa vie intérieure est toute tendue vers cette rencontre avec son Seigneur. Elle reçoit le sacrement des malades. Et le dimanche 19 février 1995, à 8h15, soit à l'heure où elle partait habituellement à la messe dominicale, elle s'en alla vers la maison du Père, dans une grande paix. (D'après A.Callies - STELLA MARIS)

Quelques messages de la Vierge Marie:
O France que j'aime entre toutes les nations, ô France que je voudrais sauver, pourquoi restes-tu sourde à mes appels? Préfères-tu voir tes champs devenir un champ de bataille, ta terre piétinée par des adversaires ne laissant derrière eux que cadavres et sol rougi? Préfères-tu voir tes villes détruites, anéanties, englouties? O France, ta vie est en danger. Je ne puis te sauver sans toi. Je trouve bien de ces âmes ardentes qui prient et se sanctifient selon mes demandes et mes désirs: avec elles je puis encore espérer ton salut. Mais tes fautes sont si graves, tes péchés sont si lourds, surtout tes péchés contre la pureté, qu'il faut que tous prient, prient toujours et sans se lasser! (27.12.1947)

Je descends pour relever la France. Dans quelque temps, je lui donnerai un grand chef, un roi. Elle connaîtra alors un tel redressement que son influence spirituelle sera prépondérante dans l'univers. Mais je descends surtout pour vos âmes, pour les pécheurs. C'est par la Bretagne, qui m'est restée le plus fidèle, que je veux rechristianiser la France qui, revenue au Christ, revêtira un caractère tellement religieux qu'elle redeviendra la lumière des peuples païens. (29.5.1948)

Je me tiens entre Dieu et vous, m'efforçant d'obtenir des délais à sa Justice et malgré cela, si les hommes ne se repentent et ne changent de vie, soufflera sur le monde une affreuse tourmente, et c'est pourquoi de si nombreuses fois J'interviens auprès de vous, cherchant à recréer la liaison des hommes avec le Christ et, par là, préserver l'humanité de la plus désastreuse des guerres, car c'est le peuple de France que J'ai choisi pour renouer les liens brisés du monde avec Dieu. (6.3.1949)

Mais, chrétiens, courage, le Règne de Dieu est proche. Il s'ouvrira par un fait aussi éclatant qu'inattendu. Dieu se plaira à confondre l'orgueil des impies. Il brisera les obstacles et renversera les projets de ceux qui empêchent la lumière de se faire.» (5.3.1955)

Priez beaucoup pour le Saint-Père, pour la Sainte Eglise que Je soutiendrai pour qu'elle puisse dans un jour prochain, triomphante et en toute liberté, après l'affreuse tourmente qu'elle aura traversée, prêcher partout l'Evangile du seul et vrai Christ qui sera alors aimé et servi par toute la terre, elle-même pacifiée... C'est par mon Coeur Douloureux et Immaculé que le Règne du Sacré-Coeur, qui est celui de la Justice et de l'Amour, s'étendra dans le monde. C'est par nos deux Coeurs Unis en tout, criblés des mêmes blessures et continuellement martyrisés par l'ingratitude des hommes, que le salut des peuples se fera et que l'Eglise se relèvera forte, unie, triomphante, et combien grande sera alors la splendeur et l'unité de l'Eglise du Christ.(12.5.1955)

Oui, les temps sont graves. Les nations et les gouvernements se sont coalisés contre Dieu et le Christ. Le monde a condamné à l'ostracisme Celui qui est la Vie et la Paix. Aussi voyons-nous ce monde trembler et se fendre comme la montagne du Calvaire dans une convulsion d'agonie, signe avant-coureur d'une mort certaine et rapprochée. Mais pour sauver ces nations sans base, ces peuples en débâcle, Je demande que le monde soit de nouveau consacré, mais cette fois à nos deux Coeurs Unis. Oh oui! Que vos familles, vos nations, le monde entier soient consacrés, mais dans une même consécration, au Coeur Sacré et Miséricordieux de Jésus et à mon Coeur Douloureux et Immaculé: à nos deux Coeurs Unis dans le Saint-Esprit. Cette consécration, d'un amour réparateur, transformera les plaies de nos Coeurs en des sources de vie et Nous permettra de revenir en conquérants sur cette terre bouleversée, dominer la tempête et dissiper d'un geste souverain ces nombreux apostats qui, avec une rage infernale, cherchent à détruire votre foi et à faire disparaître tout ce qui est de Dieu. Cette consécration sera l'harmonieuse voix qui remplira l'univers d'un mot d'invincible espérance pour tous, mais d'horrible épouvante pour Satan et ses suppôts, car elle mettra fin au règne de l'impiété, et le monde, irrémédiablement voué à la ruine, sera sauvé. Oui, le monde sera sauvé par nos deux Coeurs Unis, car ces deux Coeurs liés dans les mêmes souffrances, triompheront dans une même Royauté. Mais cette Royauté ne sera universellement réalisée que si elle est d'abord intérieure, dans vos coeurs. Car c'est au dedans de vous-mêmes, dans le sanctuaire secret de vos âmes que Nous tenons à mettre la base de Notre Royauté Divine qui sera de miséricorde, de lumière et d'amour, et apportera à la Terre une brise céleste de paix ineffable. (1.10.1955)

Que les actuels fléaux purificateurs vous mènent donc à la conversion et vous cesserez de craindre; sinon le ciel ne se purgera que par de plus grands châtiments. Ceux-ci auront le caractère de l'imprévu, de la soudaineté, de la violence et de l'irrésistibilité, provoquant une mortalité prodigieuse de l'espèce humaine. Le dernier choc surtout sera épouvantable, moins général que le Déluge, mais plus cruel, car il sera de feu et de sang. Dieu interviendra visiblement pour avoir raison de l'humanité révoltée, pour écraser l'impiété et afin d'éclairer le rationalisme. Il coupera, tranchant les membres gâtés et gangrenés de la société chrétienne, afin de sauver le reste du Corps mystique de son Eglise. Il vengera le sang de ses victimes et de ses justes que les impies auront persécutés. Bien que tant de fléaux et de châtiments aideront à convertir un bon nombre d'âmes, il y aura toujours des pécheurs jusqu'à la fin, des pécheurs impénitents, devenant de plus en plus méchants et furieux sous les coups de la Justice de Dieu. Sur ces pécheurs enracinés dans leur impénitence Dieu fera subitement tomber son tonnerre et les écrasera tous. Alors l'on saura qu'il est le maître de ce monde qu'Il a créé et dont on prétend le chasser... Que mes célestes messages soient donc une source constante de joie et d'espérance pour tous ceux qui, par leur foi, leur confiance et leur amour, aident à la réalisation de ce grand triomphe, aujourd'hui très proche, et qui sera un double Règne d'amour du Coeur de Jésus et de mon Coeur Immaculé.(21.11.1957)

Oui; c'est le péché qui vous a donné un univers malade. Tous les malheurs actuels en sont le signe angoissant. Unissez vos prières et vos pénitences à mes supplications pour arrêter les foudres vengeresses. Comprenez donc mes avertissements, mes larmes, non comme une menace, mais comme un ultimatum de la Miséricorde divine! Car plus le mal abonde, plus la Miséricorde divine surabonde. Ce sont les heures les plus sombres de l'histoire qui provoquent les interventions les plus émouvantes de l'Amour infini de Jésus, dont je suis la déléguée et l'ambassadrice. Dans ces temps troublés, tournez-vous avec confiance vers le Coeur Sacré et Miséricordieux de Jésus, mon Fils.(1.6.1956)

Les prophéties ont toujours existé dans l'Eglise de Dieu. L'ancien et le nouveau Testament en contiennent beaucoup et elles sont de foi... Dieu, par ses envoyés, n'avait-il pas annoncé le Déluge, l'incendie de Sodome, la captivité de Babylone, de même que la ruine de Jérusalem avec la dispersion de la race juive? Aujourd'hui, éprouvant le besoin de justifier les coups de sa colère avant le Jugement dernier, il a soin de nous avertir de l'arrivée de grands châtiments. Certes, les prophéties des malheurs sont toujours conditionnelles. Elles ne sont que des menaces paternelles de la part de Dieu pour nous forcer à revenir à lui par de saintes terreurs. Voilà pourquoi on doit avoir à coeur de les propager comme un excellent moyen de conversion, puisque la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse, de la vertu et du salut des pécheurs. (18.2.1961)

Nul ne peut douter que je veuille donner la paix au monde, la vraie paix: celle qui exclut tout conflit, toute violence, tout trouble; celle qui engendre le bonheur et la joie du coeur. Cette paix, aidez-moi à l'obtenir de Dieu par votre charité et par votre prière.(26.4.1961)

Ce n'est pas Dieu qui a créé la souffrance et la mort; c'est l'homme qui les a introduites par le péché. Dieu est la vie; le péché, le rejet de Dieu. Mais quelle merveilleuse trouvaille de l'Amour du Seigneur de transformer en instrument de salut ce fruit naturel du péché, la souffrance! Elle devient purification pour qui la prend chrétiennement, s'efforçant de comprendre et d'accepter l'intention de Dieu. Le mérite qui peut jaillir de vos souffrances n'est pas un bien réservé à celui qui souffre; fruit de la charité, il vaut pour tout le Corps du Christ. Ainsi, toute la souffrance acceptée par amour a une puissance rédemptrice. Des âmes ont été aidées, soutenues, sauvées parce que, tel jour, quelqu'un a prié et souffert pour elles... Ne soyez donc pas dans la tristesse si la souffrance est votre partage, mais qu'une grande joie habite vos coeurs puisque d'avance vous savez que la victoire vous est acquise: elle prend sa source dans le Christ ressuscité. Vivez dans cette invincible espérance de la résurrection et dans la pacifiante certitude d'être associés, par la grâce, à la vie du Christ. (14.3.1964)

Et de notre Seigneur Jésus-Christ:
Lorsque le monde rejeta Dieu mon Père, Il m'envoya pour l'éclairer. Actuellement, le monde me rejette à nouveau, c'est pourquoi Je vous ai envoyé ma Mère. Sa lumière s'élève dans la nuit pour conduire le monde vers la paix. Pourquoi serait-Elle donc sujet de tant de contradictions? Elle est là pour une mission tellement grande! un lien entre Dieu et vous. Vous ne croyez pas assez à son rôle dans l'histoire du salut et pourtant vous ne pouvez concevoir et construire votre vie spirituelle sans Elle. Car Elle a une place et un rôle déterminés dans l'action divine, par laquelle l'Humanité est arrachée à sa condition péche resse pour participer à la vie de la Trinité. Vous ne pouvez donc accéder à l'économie rédemptrice sans acquérir une nouvelle situation vis-à-vis de ma Mère, car, soyez-en convaincus, Elle est de tout temps inscrite dans le salut des hommes. Elle ne s'ajoute pas à la Rédemption, Elle est dans la Rédemption même. Elle était essentielle à la Rédemption, c'est pourquoi Je L' ai voulue à mes côtés lorsque, pour vous, Je mourais sur la Croix, pour qu'Elle collabore, jusqu'au bout, à votre Rédemption. Au Ciel, Je L' ai voulue près de Moi, dans son Corps Virginal, sans attendre l'apothéose des derniers jours. Mes grâces, Je ne veux les distribuer seul, mais par Elle, qui devient ainsi le canal par où passent toutes les grâces. Sa dévotion n'est donc pas facultative, elle est absolument nécessaire. Comprenez-La donc comme mon Complément Divin, votre Co-Rédemptrice. Elle va avoir dans le monde une place de choix qui vous obligera tous à passer par Elle pour aller à Dieu. (28.4.1959)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptySam 11 Mai 2013, 18:57

Apparitions de la Vierge Marie au Laus (France)

Notre Dame du Laus

juin - août 1664

Le Laus est à peine à 80 km de la Salette,
Le village de St.-Étienne d'Avançon fait partie, actuellement du diocèse de Gap.
À l'époque des apparitions, il appartenait au diocèse d'Embrun.
Les guerres de Religion, au 16e siècle entre catholiques et protestants calvinistes laissent inutilisables 120 des 190 églises du diocèse de Gap.

Pendant quatre mois, début juin à la fin août 1664, presque tous les jours, la Mère et l'enfant Jésus rencontrent Benoîte Rencurel au Vallon des Fours.

Nous savons que pendant les deux premiers mois c'est le silence complet de la part de la Dame.
Malgré ce silence, l'événement procure à Benoîte une paix qui la comble au-delà de ses attentes.
Les deux mois suivants sont consacrés à la formation de la jeune bergère; il lui faut apprendre à prier, à devenir patiente, à être détachée.

Au sujet du détachement, par exemple, la Dame dit à Benoîte:
" Me donneriez-vous un mouton et cette chèvre ?"

"Belle Dame! pour le mouton, je le compterai(paierai) sur mes gages, pour la chèvre, non! Elle me fait besoin, me porte pour passer la rivière quand elle est grosse; vous ne l'aurez pas pour 30 écus ".

La Dame lui dit qu'elle aimait trop sa chèvre, lui donnant du pain et des raisins;
il vaudrait mieux donner aux pauvres ce qu'on lui donne.

Le lendemain, Benoîte refuse encore une fois de donner sa chèvre.
La Dame lui dit qu'elle ne la demandera plus, puisque cela te " fache ".

Benoîte apprend ainsi de la Dame, les litanies de Notre-Dame de Lorette qu'elle enseigne ensuite aux jeunes filles de Saint-Étienne qui viennent, à chaque soir, les chanter à l'église comme l'a demandé à ses diocésains l'évêque d'Embrun, Mgr Aubusson de la Feuillade.

28 août 1664
La Dame demande à Benoîte d'inviter les filles de Saint-Étienne à venir au Vallon des Fours le lendemain, fête de la Décollation de saint Jean-Baptiste.

Devant la piété qui se manifeste depuis quelque temps, le curé de la paroisse, l'abbé Jean Fraise invite non seulement les jeunes filles à la procession mais aussi tous les hommes, les femmes et les enfants. C'est vers midi que tout le monde arrive devant la grotte, en priant et en chantant. Un homme s'est joint aux gens du village, Monsieur François Grimaud. Il est juge de paix de la baronnie d'Avançon; personnage officiel, homme de prière et de jugement qui jouera un grand rôle dans l'histoire du Laus. De par sa fonction de responsable de l'ordre public, il est au courant d'au moins une fausse apparition dans la région. Il arrive donc ici en homme d'expérience. Il raconte lui-même: "Je ne manquai point de m'y rendre pour voir s'il arriverait quelque chose de singulier, qui nous fit connaître que Dieu prend plaisir que la Sainte-Vierge fût honorée en ce lieu "

Jusqu'ici les apparitions se sont déroulées, soit à Saint-Étienne d'Avançon, soit au Vallon des Fours, tous les deux situés sur la rive gauche de la rivière Avance et éloignés l'un de l'autre d'environ un kilomètre.
Depuis que la Dame Marie s'est identifiée, Benoîte connaît une période de " solitude et de deuil ".
Depuis un mois, la Vierge ne vient plus la rencontrer comme elle le lui avait dit lors de l'apparition du 29 août 1664.
La bergère est inconsolable.

" Vers la fin septembre 1664" nous fit Pierre Gaillard, vicaire général du diocèse de Gap, Benoîte est intriguée par une lumière plus étincelante que les rayons du soleil. Cette lumière frappe la colline plantée de vignes, droit devant elle. Elle doit être secrètement heureuse de ne pas avoir donné sa chèvre à Dame Marie, car pour se rendre au Pindrau, c'est le nom de la colline, elle doit traverser la petite rivière Avance qui est toute gonflée en ce temps de l'année: "le pont étant rompu, ne pouvant pas passer la rivière, Benoîte monte sur sa grosse chèvre ".

Benoîte reconnaît sa Dame à qui elle reproche presque d'avoir été si longtemps absente.

"Quand vous me voudrez voir dès lors vous le pourrez dans la chapelle qui est au lieu du Laus où elle sentira bon "
Elle disparaît après avoir indiqué le chemin au Pindrau.
Pourtant du vivant même de Benoîte, avant 1710, les gens y ont édifié un tout petit oratoire.

Le Laus est un hameau de 7 à 8 chaumières; il fait partie de la paroisse Saint-Étienne d'Avançon située à trois milles. Dès 1640, les gens du Laus avaient bâti une petite chapelle afin de pouvoir prier, lorsque la crue des eaux les empêcherait de se rendre à Saint-Étienne. C'est cette chapelle abandonnée que la Vierge a désignée comme point de rendez-vous pour les années qui vont suivre. Une chapelle qui " sent bon " malgré la poussière accumulée au long de ses 24 années d'existence. Les gens du Laus avaient mis la chapelle sous la protection de " Notre-Dame de Bon-Rencontre " une désignation qui s'est perpétuée jusqu'à nos jours.

Dès le lendemain, notre bergère part de Saint-Étienne de grand matin et se rend au bas de la colline du Laus où elle laisse son troupeau de moutons; puis elle gravit péniblement la colline à la recherche du Laus.

Les 7 à 8 maisons du hameau ne sont pas nécessairement très rapprochées les unes des autres. La petite chapelle de 1640 ressemble plus à une maisons privée qu'à une église paroissiale. Benoîte n'a qu'une indication pour trouver la chapelle de Bon-Rencontre:
Dame Marie a précisé: "là où elle sent bon ".

Voilà donc cette jeune fille de 17 ans qui fait du porte à porte. Au sens le plus strict du mot, elle va " sentir " à chaque maison. Écoutons le récit qu'en fait P.Gaillard. " Elle y monte, cherche et sent à toutes les portes des maisons pour trouver la chapelle où elle sentira bon ".

Après avoir parcouru toutes les maisons, elle l'aperçoit, commence à sentir bon et la trouve à demi-ouverte.
Elle voit la divine Marie sur l'autel nu " [pas de nappes sur l'autel, la pierre d'autel est à nu], qui lui dit qu'elle l'avait bien cherchée, mais le fallait faire sans pleurer; qu'elle lui avait fait plaisir de ne pas s'impatienter ".

Benoîte trouve inconcevable que Marie soit debout dans la poussière qui recouvre l'autel de plâtre et lui offre de mettre son tablier propre sous ses pieds.
Les dispositions de la bergère sont très louables, mais Dame Marie refuse et lui dit:
" Dans peu de temps il n'y manquera rien, qu'elle y verrait linges, cierges et autres ornements... qu'elle veut faire bâtir là une église en l'honneur de son très cher Fils...beaucoup de pécheurs et de pécheresses s'y convertiront ".

Lorsque, le lendemain de l'apparition au Pindrau, Benoîte se rend au Laus, elle y trouve une toute petite chapelle qui desservait 7 à 8 familles. Nous pouvons supposer que cette église pouvait accueillir une trentaine de personnes. Mais déjà à l'été 1665, des processions arrivent des paroisses environnantes et la messe est dite presque régulièrement en pleine nature, sous les arbres.

Après l'enquête de septembre 1665, Antoine Lambert recommande d'agrandir la chapelle de 1640, afin de pouvoir abriter les foules qui se présentent de plus en plus nombreuses; on réalise aussi le voeu exprimé par la Vierge à Benoîte dès la première apparition au Laus, fin septembre 1664. Gaillard nous dit: " Elle y veut faire bâtir une église à l'honneur de son cher Fils et d'elle, où beaucoup de pécheurs et de pécheresses se convertiront et c'est là où elle la verra très souvent ".

Les travaux de construction vont de 1666 à 1669 .Encore une fois, ce sont surtout les petits et les pauvres qui poussés par Marie vont relever ce nouveau défi doublement compliqué par des routes souvent impraticables et la pauvreté des gens de la région: chacun transportant une pierre à l'occasion d'un pèlerinage. Le coût des ouvriers spécialisés et des matériaux de construction est assuré par le denier du pauvre . Un des grands mérites des responsables fut de construire la nouvelle église par-dessus la chapelle primitive. Aujourd'hui encore, nous pouvons voir dans le choeur, la petite chapelle "où il sentait bon ".

Nous savons que Benoîte a reconnu le lieu du rendez-vous avec " Dame Marie " par l'odeur des parfums. François Grimaud nous dit qu'au temps pascal 1666: " je sentais une odeur si suave pendant un demi quart d'heure, que de ma vie je n'ai rien senti de pareil ". C'est pour avoir senti cette "suave odeur " que le sculpteur Honoré Pela, de Gap, établi à Gênes depuis 1680, fit don en 1716, d'une belle statue en marbre de Garrare représentant la Vierge et l'enfant. Cette statue domine encore l'autel principal du sanctuaire.

Ce phénomène des parfums est vérifié occasionnellement par des pèlerins de toutes conditions: des jeunes, des vieux, des paysans, des citadins, des gens d'Église. On raconte même que du 24 mars à la fin mai 1690, l'église du Laus était si embaumée de parfum que tous les pèlerins en étaient témoins. Signalons que pour éviter toute tromperie, les fleurs sont ordinairement bannies du sanctuaire.

Depuis le 23 juin 1666, des guérisons sont rapportées après avoir fait usage de l'huile provenant de la lampe du sanctuaire. C'est Marie elle-même qui encourage à cette dévotion comme le rapporte le texte de Gaillard:
"La bonne Mère dit à Benoîte, au commencement de la dévotion, que " l'huile de la lampe de la chapelle, si on en prend et qu'on s'en applique, et si on recours à son intercession et qu'on ait la Foi, qu'on guérira ".

Benoîte Rencurel a d'abord connu des années difficiles, mais remplies de joies spirituelles. Dès 1665, des prêtres exceptionnels s'intéressent à la vie pastorale du Laus naissant: l'abbé Jean Peytieu y passera les 24 années (1665-1689) d'un sacerdoce complètement donné au bien des âmes; Pierre Gaillard exercera un ministère exemplaire pendant 50 ans (1665-1715);
Barthélemy Hermitte, moins connu, il y consacrera de son côté, 28 années de sa vie jusqu'à son décès en 1693.

En juillet 1692, le duc de Savoie, Victor Amédée II, envahit la région avec 40.000 hommes. C'est la catastrophe; presque tout est détruit sur son passage. Heureusement, Benoîte avertie par la Vierge met les biens précieux en sécurité et se réfugie à Marseille avec le personnel du Laus. L'exil va durer du 2 août au 20 septembre 1692.

Au retour c'est la désolation matérielle qui va se compliquer d'une désolation spirituelle. Les abbés Peytieu et Hermitte sont décédés.
En l'absence de Mgr de Gentis, de nouveaux aumôniers sont nommés par le vicaire général d'Embrun, Gabriel Biola.
Ces nouveaux pasteurs sont opposés au pèlerinage du Laus et placent Benoîte dans une position inconfortable.

Pendant 15 ans (1697-1712) elle sera en résidence surveillée dans son petit logis du Laus qu'elle habite depuis 1672. Défense lui est faite de parler aux pèlerins et elle ne peut assister à la messe que le dimanche. Durant toutes ces années, Benoîte souffre en silence et reste fidèle à l'Église.

Comme il arrive souvent à l'occasion d'une apparition de la Sainte Vierge, une épidémie de voyants se déclare dans la région. Cela se produira aussi à Lourdes en 1858.

Les ennemis du Laus font rejaillir sur Benoîte le ridicule de ces supposées apparitions, plus grotesques les unes que les autres.

Mgr de Malissoles, évêque de Gap, intervient auprès de Mgr de Genlis, évêque d'Embrun. Il est en mesure d'éclairer son confrère puisque Gap est plus près du Laus que ne l'est Embrun et que lui-même chaque année, à pied se rend en pèlerinage au Laus. Enfin, le 2 septembre 1712, Mgr de Genlis confie le sanctuaire du Laus à une communauté nouvellement fondée, les Missionnaires de la Sainte-Garde.
Tout redevient normal et Benoîte pourra mourir en paix le 28 décembre 1718.

Elle mourut le jour de la fête des Saints-Innocents, comme prédit par le ciel et colportés pas elle. Depuis la Saint - André, elle ne quittait plus le lit.
Noël, cette année-là, 1718, tomba un dimanche.
Sachant qu'elle n'avait plus que trois nuits à passer sur la terre, elle demanda le viatique et les saintes huiles, fit ses recommandations dernières. Elle conserva sa connaissance jusqu'au bout et n'eut point d'agonie.
On s'aperçut qu'elle venait de s'éteindre au sourire qui se dessina soudain sur ses lèvres.

Les Pères de la Sainte-Garde

La mort de Benoîte ne laisse pas le Laus désorganisé. Les Pères de la Sainte-Garde sont au poste depuis le 2 septembre 1712 et ils remplissent consciencieusement leur devoir de gardiens du sanctuaire. Ils sont de 5 à 6 Pères en permanence et ils assurent les exercices de piété de chaque jour en plus de l'accompagnement des groupes de pèlerins qui se présentent. Lorsque vient la saison d'hiver et que diminue considérablement l'affluence à cause de l'état des routes, les Pères en profitent pour assurer des missions dans les paroisses.

La Révolution française

Le 14 juillet 1789, la Révolution française éclate officiellement à Paris par la prise de la Bastille. Elle ne sera ressentie au Laus que le dimanche 1er octobre 1791. Ce jour-là, l'église et la maison des Pères sont pillées et mises aux enchères. Les Pères de la Sainte-Garde doivent quitter les lieux au nom de la " liberté ". Deux d'entre eux originaires de la région, réussissent parfois la nuit à venir célébrer la messe chez des paroissiens du Laus.

En 1810, Mgr Miollis rachète l'église.
En 1818, le sanctuaire est confié à une communauté fondée en 1815 par Mgr de Mazenod. Les Pères Oblats assurent le ministère au Laus jusqu'en 1841.
A cette date, les prêtres du diocèse de Gap reprennent la responsabilité du sanctuaire sous le nom de Missionnaires du Laus .

À l'époque, le Laus est sous le juridiction du diocèse d'Embrun sur le plan religieux et de la ville de Gap sur le plan civil. C'est ainsi que le diocèse de Gap, demande au diocèse d'Embrun, le 20 août 1665 de nommer une commission pour enquêter sur les événements du Laus, afin que l'Église apporte un nouvel éclairage sur ces prétendues apparitions.
C'est le vicaire général du diocèse d'Embrun, Antoine Lambert qui va présider le groupe composé André Gérard,s.j. supérieur du collège d'Embrun, Jean Bonnafous, secrétaire épiscopal et du Sieur de Savines, Jean-Baptiste de Lafont.

Pendant les 5 jours d'entrevues, on fait comparaître François Grimaud, Pierre Gaillard, Jean Fraisse et plusieurs curés de la région qui sont venus en pèlerinage au Laus.

Benoîte Rencurel passe des heures à répondre aux questions de cette équipe de gens instruits dont au moins un opposé aux événements qu'il qualifie d'imposture.

La bergère doit rester calme et compter sur les lumières que Dame Marie ne lui ménage pas.
A Antoine Lambert qui demande un signe de la part de Marie, Benoite répond :
" Si vous avez le pouvoir, par la grâce qui vous est donnée,
de faire venir le Fils de Dieu en l'Eucharistie,
vous n'avez pas celui de commander à la Mère de Dieu qui fait ce qui lui plaît ".

La jeune bergère de 18 ans a tenu la coup pendant cinq jours et Dame Marie réservait une surprise aux membres de la Commission. Le matin du 18 septembre 1665, une jeune fille de 22 ans, Catherine Vial, malade notoire, invalide des deux jambes, se présente à la messe de l'abbé Antoine Lambert en marchand sur ses deux pieds. Deux médecins avaient pourtant dit: " Si Catherine Vial marche sur ses deux pieds, à son retour du Laus, nous nous ferons catholiques ". Ils ne le firent jamais!

Il n'en fallait pas tant! Le résultat de l'enquête est favorable. Deux prêtres sont nommés pour assurer le ministère; il est décidé d'agrandir la chapelle mais surtout " Pierre Gaillard " est nommé à l'âge de 44 ans, responsable du Laus. Il y restera jusqu'à sa mort en 1715.

25 MAI AU 6 JUIN 1670

Depuis l'enquête du Laus qui s'est terminée le 18 septembre 1665, bien des choses ont changé dans l'administration du diocèse d'Embrun. En septembre 1668, l'évêque Mgr d'Aubusson est nommé au siège de Metz et remplacé par Mgr Charles Brulart de Genlis qui sera évêque d'Embrun pendant 43 ans. Le vicaire général, l'abbé Antoine Lambert qui avait présidé l'enquête de 1665 est remplacé par l'abbé Jean Javelly, docteur en droit canonique et en droit civil.

Ces changements importants dans la vie diocésaine et probablement aussi l'inquiétude des Jésuites, au sujet de la popularité de Notre-Dame d'Embrun qui ne cesse de diminuer au profit de Notre-Dame du Laus, favorisent un nouveau questionnement.

Pour y voir clair, Benoîte Rencurel est convoquée à Embrun où elle devra répondre à chaque jour entre le 25 mai et le 6 juin 1670, aux questions de l'abbé Jean Javelly, faire face à la méfiance des Jésuites et supporter un jeûne complet qui va durer 13 jours.

M. Javelly est personnellement déconcerté par le jeûne de Benoîte, par la clarté et la logique de ses réponses et l'intensité de son expérience spirituelle. Cette paysanne de 22 ans, sans aucune instruction impressionnée par les doctes personnes qui la questionnent, reste calme, ferme, constante, capable de les rappeler à l'ordre en leur disant très sérieusement " j'ai déjà répondu à cette question. " ou "cette question ne concerne pas le Laus. "

La conclusion de l'enquête est favorable: les prêtres du Laus sont confirmés dans leurs fonctions, en particulier Jean Peytieu qui y consacrera 24 années de sa vie; il mourra épuisé par le ministère à l'âge de 49 ans. D'après Jean Javelly lui-même: "Benoîte est une bonne et sainte fille. "

Vendredi soir 4 décembre 1671, Mgr de Genlis reçoit Benoîte Rencurel à genoux devant lui pendant trois heures et demis. Les questions de l'évêque sont nombreuses, précises et éprouvantes; la situation est difficile pour la bergère mais avec toute la rigueur de ses 23 ans, elle répond comme une personne qui " sait " quelque chose et qui " croit " en quelqu'un. L'évêque en a assez. Ce ne sont pas les belles phrases et les extases qui l'ont convaincu. Il déclare lui-même après le départ de Benoîte: " Dès qu'elle fut sortie, il nous dit que de sa vie, il n'avait vu une semblable vertu, une pareille humilité "(Gaillard)

L'Église reconnaît encore une fois, officiellement les événements du Laus. Pendant toute la vie de Benoîte, surgiront des jalousies et des hostilités qui essaieront d'éteindre cette grâce du Laus.
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptySam 11 Mai 2013, 19:01

Mercredi prochain 15 mai, documentaire sur KTO à 20h40 sur Notre Dame du Laus

"Le sanctuaire de ND du Laus a 300 ans. C'est là que la Vierge Marie apparut six cents fois à une bergère illettrée, Benoîte Rencurel, de 1664 à 1718.

Fréquenté par des pélerins du monde entier, c'est l'un des hauts lieux de la Réconciliation, où se rencontrent catholiques, représentants de toutes les religions et même non-croyants"
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptySam 11 Mai 2013, 19:13

*Espérance* a écrit:
Mercredi prochain 15 mai, documentaire sur KTO à 20h40 sur Notre Dame du Laus

"Le sanctuaire de ND du Laus a 300 ans. C'est là que la Vierge Marie apparut six cents fois à une bergère illettrée, Benoîte Rencurel, de 1664 à 1718.

Fréquenté par des pélerins du monde entier, c'est l'un des hauts lieux de la Réconciliation, où se rencontrent catholiques, représentants de toutes les religions et même non-croyants"

Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie 175602 de signaler ce reportage chère Espérance !!! je ne devrai pas oublier car j'ai une vénération particulière pour ND du Laus !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptySam 11 Mai 2013, 19:20

[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]


[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]

[img][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][/img]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie EmptyDim 12 Mai 2013, 19:23

NOTRE DAME DE FATIMA

1915 ● L’Ange apparaît trois fois, sans donner de message.

Printemps 1916 ● Première apparition de l’Ange de la Paix. L’Ange, à genoux, récite cette prière : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime; je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. »

Été 1916 ● Deuxième apparition de l’Ange du Portugal. L’Ange invite les trois petits voyants à accepter et à supporter avec soumission les souffrances que Dieu leur enverra.

Automne 1916 ● Troisième apparition de l’Ange. Il tient dans sa main gauche un calice sur lequel est suspendue une Hostie de laquelle quelques gouttes de Sang tombent dans le Calice. L’Ange récite avec les trois petits voyants la prière à la Très Sainte Trinité, puis avec la sainte Hostie, il donne la Communion à la petite Lucie, tandis qu’il donne à Jacinthe et à François le Sang du Calice.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty
MessageSujet: Re: Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie   Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mois de mai : mois des pélérinages vers Marie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mois de Juin 2011
» Ce mois de février est consacré aux douleurs de Marie
» besoins d'idées pour enfant de 18 mois et 4 mois et demi
» Prière du matin en ce mois d'Octobre
» 20 mois . troubles d'un sommeil jusque là très normal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: