Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei

Aller en bas 
AuteurMessage
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 10:02

La première encyclique du Pape François s'appelle :

Lumen Fidei = Lumière de la Foi



Je pars maintenant suivre un enseignement pendant six semaines, je compte bien vous en faire un résumé.

Fraternellement.


A suivre

./.


Dernière édition par rosedumatin le Jeu 26 Déc 2013, 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 14:07

rosedumatin a écrit:
La première encyclique du Pape François s'appelle :

Lumen Fidei = Lumière de la Foi



Je pars maintenant suivre un enseignement pendant six semaines, je compte bien vous en faire un résumé.

Fraternellement.


A suivre

./.
16.11.2013


Ma chère ROSE, j'attends avec impatience que tu en dises un peu plus !!!


ET     Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602               d'avoir ouvert ce fil !!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 15:35

Je peux déjà vous dire cher MARIO que c' était captivant, très intéressant et enrichissant et je prépare un résumé :

On peut trouver cette encyclique sur :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Le Vatican met ces documents à la disposition de tous ...... !!     Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 16:38

Et voici, j'espère faire un résumé cohérent ! Very Happy 

Pour commencer l'étude de cette encyclique, évidemment il fallait d'abord en passer par l' historique !

Cette lettre-encyclique se compose de 5 parties.

les paragraphes 1 à 7 en constituent : L' Introduction.

1er chapitre :

jusque le paragraphe 8 évoque l' Histoire de la Bible.


2ème chapitre :

paragraphes 23 à 36 : Comment la Foi est ressentie dans notre condition humaine.

3ème chapitre :

La Foi en notre Eglise.

4ème chapitre :


La Foi est faite POUR SERVIR EN SOCIETE. Jésus nous a demandé de chercher, la Foi n'est pas acquise, il faut la nourrir, en vivre.... la Foi évolue .......

 
le Paragraphe  60 : est entièrement consacré à la Vierge Marie.

Pour une bonne approche de cette encyclique c'est qu'il faut la lire : DANS LA CONTINUITE .

Cette encyclique comprend deux "auteurs" : le pape émérite Benoit XVI qui en avait fait un avant-projet.

Soulignons au passage de que le Pape  émérite Benoit XVI est  le plus grand théologien de tous les temps !!

Vraiment c'est un éminent théologien.

Et maintenant notre Pape François :

- il est chimiste de formation professionnelle.

- Sa vocation lui est révélée à l' âge de 17 ans, il est né en 1936, et donc à 20 ans il entre au séminaire, devient Provincial des  jésuites en Argentine.

- Il fait une thèse sur Guarini.

- Repéré par Jean-Paul II, il est nommé Evêque Auxiliaire de Buenos Aires.



Dans cette encyclique il est question de la " Mémoire de l' Avenir ".


Mémoire, cela semblerait vouloir nous rattacher au passé , au contraire nous sommes guidés vers Dieu pour le rencontrer face à Face car telle est notre " destinée " ...

Le 4ème chapitre aborde le : Comment va servir la Foi dans notre Société ?



Nous notons que le monothéisme pur nous arrive avec le peuple Juif, c-à-d ABRAHAM !!

Les plus grands textes du Concile Vatican II sont :

* Dignité de l' Homme

* NOSTRAE AETATE :

pour la première fois, l' Eglise s'intéresse aux autres religions. Chaque religion possède des parts de la Vérité.

Elle en reconnait néanmoins les " failles " mais chaque religion possède un part de vérité cependant pour l' Eglise Catholique le Christianisme contient la Vérité Absolue, tout est contenu dans le Christianisme.


Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
pinson

pinson


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 18:11

rosedumatin a écrit:
Et voici, j'espère faire un résumé cohérent ! Very Happy 

.....................................;;

Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.

Il faut dire que depuis JP 2, on a vraiment de la chance d'avoir de si excellents pasteurs !
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 18:14

pinson a écrit:
rosedumatin a écrit:
Et voici, j'espère faire un résumé cohérent ! Very Happy 

.....................................;;

Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.
Il faut dire que depuis JP 2, on a vraiment de la chance d'avoir de si excellents pasteurs !
Bonsoir mon cher PINSON,

Eh oui JESUS veille sur son Eglise, Il ne la laissera pas périr cheers cheers cheers 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
pinson

pinson


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 18:24

rosedumatin a écrit:
pinson a écrit:
rosedumatin a écrit:
Et voici, j'espère faire un résumé cohérent ! Very Happy 

.....................................;;

Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.
Il faut dire que depuis JP 2, on a vraiment de la chance d'avoir de si excellents pasteurs !
Bonsoir mon cher PINSON,

Eh oui JESUS veille sur son Eglise, Il ne la laissera pas périr   cheers cheers cheers 
ça fait du bien d'entendre ces paroles d'optimisme, car , par les temps qui courent !!!!  lol!
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 16 Nov 2013, 18:45

pinson a écrit:
rosedumatin a écrit:
pinson a écrit:
rosedumatin a écrit:
Et voici, j'espère faire un résumé cohérent ! Very Happy 

.....................................;;

Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.
Il faut dire que depuis JP 2, on a vraiment de la chance d'avoir de si excellents pasteurs !
Bonsoir mon cher PINSON,

Eh oui JESUS veille sur son Eglise, Il ne la laissera pas périr   cheers cheers cheers 
ça fait du bien d'entendre ces paroles d'optimisme, car , par les temps qui courent !!!!  lol!
Tu sais ami PINSON, les chrétiens ont cette certitude ...

Même si nous devons souffrir comme les premiers chrétiens et on a vu la suite et donc !! Very Happy Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyMar 19 Nov 2013, 18:44

Il te reste 5 semaines d'enseignement, ma chère ROSE ! Iras-tu à chaque fois ? Et nous en feras-tu un compte-rendu à chaque fois aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyMar 19 Nov 2013, 21:18

mario-franc_lazur a écrit:
Il te reste 5 semaines d'enseignement, ma chère ROSE ! Iras-tu à chaque fois ? Et nous en feras-tu un compte-rendu à chaque fois aussi ?
Oui, bien sûr mon cher MARIO ... si Dieu le permet et je prends chaque fois des notes et alors certes je vous partagerai !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyMar 19 Nov 2013, 22:06

simple conseil, plustot que prendre des notes enregistre.... ^^ que signifie encyclique ?
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyMar 19 Nov 2013, 22:16

Mouhammad Malik Razavi a écrit:
simple conseil, plustot que prendre des notes enregistre.... ^^ que signifie encyclique ?
C'est une bonne idée il faut que je mettre la main sur mon enregistreur  ^^

Une encyclique est une lettre adressée par le Souverain Pontife  (le pape) aux évêques, aux prêtres, aux diacres, aux personnes consacrées et à tous les fidèles laïcs sur la Foi.

On sait les télécharger sur le site du Vatican :

pour celle-ci : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je lis au fur et à mesure des enseignements car sinon c'est trop difficile à lire pour moi ... ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyMar 19 Nov 2013, 22:54

rosedumatin a écrit:
La première encyclique du Pape François s'appelle :

Lumen Fidei = Lumière de la Foi



Je pars maintenant suivre un enseignement pendant six semaines, je compte bien vous en faire un résumé.

Fraternellement.


A suivre

./.
Oui donne des nouvelles ma chère Rose roserouge Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  189259 
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyJeu 28 Nov 2013, 18:14

Au fil de ses quatre chapitres, l’encyclique expose les fondements de la foi dans l’histoire depuis Abraham, le lien entre la vérité et la foi, l’importance de la transmission de la foi par les sacrements, et la relation entre la foi et le bien commun. Il s’agit bien comme l’indique le pape de « considérations sur la foi », et non d’un enseignement dispensé avec autorité.

Le document prend ainsi la forme d’une dissertation sur les rapports entre la foi et l’histoire, la foi et la Bible, la foi et l’amour, la foi et l’espérance, la foi et l’existence, la foi et l’humanité, la foi et la vérité, la foi et la raison, etc.

Les thèmes chers à Benoît XVI y sont nombreux : la crise de la vérité, le relativisme, la modernité, les idoles, ou encore les références à saint Augustin. Le texte contient des citations de Nietzsche, Dante et Dostoïevski, mais aussi du théologien allemand Romano Guardini, du philosophe autrichien Ludwig Wittgenstein, du philosophe juif Martin Buber et du dramaturge britannique T.S. Eliot. On relève cependant l’une des expressions favorites du pape François : « Ne nous faisons pas voler l’espérance ».



Tous les journalistes ont souligné la continuité de la pensée théologique entre Benoît XVI et son successeur. « Lumen fidei : l’encyclique écrite à 4 mains, 2 têtes, mais un seul cœur ! Et ce cœur, c’est un cœur aimant ! », déclare le P. Stéphane Lemessin dans La Croix. Selon lui, l’encyclique sur la foi est aussi un texte sur l’amour. « Ce terme apparaît 146 fois dans le texte ! »

Jean-Marie Guénois, dans Le Figaro, remarque que l’encyclique « est d’une facture… propre à Benoît XVI. Tout le trahit dans le texte : style, points d’insistance, références théologiques et littéraires. » Pour lui, l’encyclique « peut être considérée comme la quatrième et dernière du pontificat de Benoît XVI, mais elle demeure la première du pape François, qui entend illustrer par là la complémentarité et la continuité entre les papes. »

Stéphanie Le Bars, dans Le Monde, insiste aussi sur cette continuité. L’encyclique est « l’occasion pour le pape François, que l’on dit ‘en rupture’ avec son prédécesseur, tout au moins sur le style, de s’inscrire dans la droite ligne théologique de Benoît XVI. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyJeu 28 Nov 2013, 19:32

Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602 ma chère ROSE mon amie , très bon enseignement Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  189259 
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyJeu 28 Nov 2013, 19:34

jojo a écrit:
Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602 ma chère ROSE mon amie , très bon enseignement Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  189259 

Bonsoir ma chère JOJO, ma chère amie, quel plaisir de te lire !!! toujours fidèle , tu réjouis mon cœur



Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  189259 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 15:03

30.11.2013


Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas




Le second chapitre expose le lien étroit existant entre foi et vérité.


Sans la vérité, la foi ne sauve pas ! Elle demeure une fable projetant notre désir de bonheur.

Nous vivons une crise de la vérité qui rend nécessaire le rappel de ce lien, d'autant que la culture dominante ne tend qu'à croire en la réalité technologique, en ce que l'homme parvient à construire et mesurer par la science.

Ce qui fonctionne serait vérité, valable pour un tel et non au service du bien général.

La vérité qui explique toute vie est vue avec suspicion. La grande vérité n'est pas celle qui fut à la base des totalitarismes du siècle dernier, le grand oubli du monde contemporain qui, à l'avantage du relativisme et du fanatisme écarte la question que posent la vérité, la vie et Dieu. Ensuite le texte souligne le lien entre foi et amour,

non l'amour vagabond mais celui de Dieu qui transforme et permet de voir le réel sous un autre jour.

Si la foi leur est liée, la vérité et l'amour ne sauraient être séparés. L'amour véritable surmonte le temps et devient connaissance. L'amour fidèle de Dieu qui révèle la foi constitue une vérité dont le coeur est la rencontre du Christ incarné, venu à nous pour offrir sa grâce et nous convertir.

Puis il est question du dialogue entre foi et raison, particulièrement important lorsque la vérité du monde est souvent réduite à un réel subjectif. Faisant peur, la simple vérité est perçue comme une imposition intransigeante, alors qu'elle est l'amour de Dieu qui lui ne s'impose pas par la violence et n'écrase personne comme le fait le totalitarisme.

La foi n'est pas intransigeante et le croyant ne peut être arrogant mais porteur humble d'une conviction qui respecte l'autre. Ainsi la foi porte-t-elle au dialogue en tout, dans la science où elle réveille le sens critique et attise la raison face à la splendeur de la création, mais aussi dans la culture, dans le dialogue inter-religieux et avec les incroyants ou qui s'efforcent d'agir comme si Dieu existait.

Eux aussi sont en recherche de cette lumière et pratiquent le bien. Connaître Dieu sans la foi est impossible. La théologie enseigne que Dieu n'est pas un objet mais un sujet qui se fait connaître. La théologie, qui participe à cette connaissance, doit être mise au service de la foi des chrétiens. Quant au magistère ecclésial, il ne doit pas dicter de limite à la liberté théologique mais en être un élément constitutif assurant le lien avec la Parole.


Dieu s'incarne par l'intermédiaire du Verbe en un homme de notre condition. Nous sommes donc des fils adoptifs de Dieu.

Notre Créateur est Amour entre le Père et Fils existe un tel Amour que cet Amour forme une personne le Saint-Esprit. Le Christ est le Centre de l' Histoire, le Nouveau " Moïse" car au buisson ardent , Dieu dit à Moïse : " Mon Nom est JE SUIS " ... je suis le Dieu d' Abraham, d' Isaac et de Jacob.

Dieu n'est pas le Dieu des morts mais des vivants !


.... A suivre ....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 16:54

Mes pauvres notes ... prises ce matin à l'enseignement, bien que ce qui fut dit ait éclairé mon âme, lui ait même donné de la joie , ne peuvent vous faire partager vraiment ceci, il a été fait allusion, disons même plus , l' orateur a INSISTE sur la CONSCIENCE même celle de celui qui est en recherche !!!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



mercredi 11 septembre 2013

[color:7a08=#000099
[center]]]"Le temps est venu d'instaurer un dialogue ouvert et exempt de préjugés"


[/size]

Commentaire personnel : Merveilleux fruit du Concile Vatican II !


Dialogue ouvert avec les non croyants : le Pape François a répondu à deux éditoriaux d’Eugenio Scalfari publiés le 7 juillet et le 7 août, dans lesquels l’ancien directeur de La Repubblica, qui s’est lui-même défini comme un « non croyant qui ne cherche pas Dieu », commentait l’encyclique Lumen fidei et posait des questions au pape et à l’Eglise catholique.

Cher Monsieur Scalfari,



C’est bien cordialement que je voudrais tenter de répondre, même seulement à grands traits, à la lettre que vous avez voulu m’adresser le 7 juillet dans les pages de « La Repubblica », avec une série de réflexions personnelles, que vous avez ensuite enrichies, le 7 août, dans les pages de ce même quotidien.



Je vous remercie avant tout de l’attention que vous avez accordée à la lecture de l’Encyclique « Lumen fidei ».

Celle-ci en effet, dans l’intention de mon bien-aimé prédécesseur, Benoît XVI, qui l’a conçue et rédigée en grande partie, et de qui je l’ai héritée avec gratitude, entend non seulement confirmer dans la foi en Jésus-Christ ceux qui se reconnaissent déjà en elle, mais également susciter un dialogue sincère et rigoureux avec qui, comme vous-même, se définit comme « un non croyant, intéressé et fasciné, depuis de nombreuses années, par la prédication de Jésus de Nazareth ».




C’est donc, me semble-t-il, un fait certainement positif, non seulement pour chacun d’entre nous mais également pour la société dans laquelle nous vivons, que de m’attarder à dialoguer sur une réalité aussi importante que la foi, qui se réclame de la prédication et de la figure de Jésus.



Je pense qu’il y a en particulier deux circonstances qui rendent aujourd’hui ce dialogue juste et précieux. Il représente d’ailleurs, on le sait, l’un des objectifs majeurs du Concile Vatican II, voulu par Jean XXIII, et du ministère des Papes qui, chacun selon sa sensibilité et son apport propres, ont depuis lors jusqu’à aujourd’hui marché dans le sillon tracé par le Concile.


La première circonstance – comme il est rappelé dans les premières pages de l’Encyclique – découle du fait qu’au fil des siècles de la modernité, on a assisté à un paradoxe : la foi chrétienne, dont la nouveauté et l’incidence sur la vie de l’homme ont été exprimées, dès le début, précisément par le symbole de la lumière, a souvent été taxée d’être assimilable aux ténèbres de la superstition en opposition à la lumière de la raison. Ainsi, entre l’Église et la culture d’inspiration chrétienne d’une part et la culture moderne empreinte des Lumières d’autre part, on a abouti à l’incommunicabilité. Le temps est désormais venu, et Vatican II en a précisément inauguré la saison, d’instaurer un dialogue ouvert et exempt de préjugés, susceptible de rouvrir les portes à une rencontre sérieuse et féconde.



La seconde circonstance, aux yeux de celui qui entend se montrer fidèle au don de suivre Jésus dans la lumière de la foi, découle du fait que ce dialogue n’est pas un accessoire secondaire de l’existence du croyant : il en est au contraire une expression intime et indispensable. Permettez-moi de vous citer, à cet égard, une affirmation à mon avis très importante de l’Encyclique : dès lors que la vérité dont témoigne la foi est celle de l’amour – y souligne-t-on – « il résulte alors clairement que la foi n’est pas intransigeante, mais elle grandit dans une cohabitation qui respecte l’autre. Le croyant n’est pas arrogant ; au contraire, la vérité le rend humble, sachant que ce n’est pas lui qui la possède, mais c’est elle qui l’embrasse et le possède. Loin de le raidir, la sécurité de la foi le met en route et rend possible le témoignage et le dialogue avec tous » (n° 34). Tel est l’esprit qui anime les paroles que je vous écris.



La foi, pour moi, est née de la rencontre avec Jésus. Une rencontre personnelle, qui a touché mon cœur et donné une orientation et un sens nouveau à mon existence. Mais en même temps, une rencontre qui a été rendue possible par la communauté de foi au sein de laquelle j’ai vécu et grâce à laquelle j’ai trouvé l’accès à l’intelligence de la Sainte Écriture, à la vie nouvelle qui, comme une eau jaillissante, vient de Jésus à travers les Sacrements, à la fraternité avec tous et au service des pauvres, image authentique du Seigneur. Sans l’Église – croyez-moi – je n’aurais pas pu rencontrer Jésus, même en étant conscient que ce don immense qu’est la foi est conservé dans les fragiles vases d’argile de notre humanité.



Or, c’est précisément à partir de là, de cette expérience personnelle de foi vécue au sein de l’Église, que je me sens à l’aise pour écouter vos questions et rechercher, à vos côtés, des routes au long desquelles nous pouvons, peut-être, commencer à faire un bout de chemin ensemble.



Pardonnez-moi de ne pas suivre pas à pas les argumentations que vous avancez dans votre éditorial du 7 juillet. Il me semble plus fructueux – ou tout au moins est-il plus propre à ma nature – d’aller d’une certaine façon au cœur de vos considérations. Je n’entre pas non plus dans la modalité de présentation suivie par l’Encyclique, où vous notez l’absence d’une section spécifiquement consacrée à l’expérience historique de Jésus de Nazareth.



Je me contente d’observer, pour commencer, qu’une telle analyse n’est pas secondaire. Il s’agit en effet, en suivant d’ailleurs la logique qui guide le déroulement de l’Encyclique, d’attirer l’attention sur la signification de ce que Jésus a dit et a fait, et ainsi, en définitive, sur ce que Jésus a été et est pour nous. Les Lettres de Paul et l’Évangile de Jean, auxquels il est fait particulièrement référence dans l’Encyclique, sont construits, en effet, sur le fondement solide du ministère messianique de Jésus de Nazareth parvenu à son sommet décisif dans la Pâque de sa mort et de sa résurrection.



Je dirais donc qu’il faut se confronter avec Jésus dans le concret et la rudesse de son histoire, telle qu’elle nous est racontée surtout dans le plus ancien des Évangiles, celui de Marc. Nous voyons alors que le « scandale » que la parole et la pratique de Jésus provoquent autour de lui découlent de son extraordinaire « autorité » : une parole, cette parole, attestée dès l’Évangile de Marc, mais qu’il n’est guère aisé de bien rendre en italien. Le mot grec est « exousia », qui, littéralement, renvoie à ce qui « provient de l’être » que l’on est. Il ne s’agit donc pas de quelque chose d’extérieur ou de forcé, mais de quelque chose qui émane de l’intérieur et qui s’impose à lui seul. Jésus, en effet, frappe, désoriente, innove à partir – c’est lui-même qui le dit – de sa relation avec Dieu, appelé familièrement Abbà, qui lui confie cette « autorité » pour qu’il la dispense en faveur des hommes.



Ainsi Jésus prêche « comme quelqu'un qui a autorité », il guérit, il invite les disciples à le suivre, il pardonne... toutes choses qui, dans l’Ancien Testament, sont de Dieu et uniquement de Dieu. La question, qui, à plusieurs reprises, revient dans l’Évangile de Marc : « Qui est-il celui-là qui …? » et qui concerne l’identité de Jésus, naît de la constatation d’une autorité différente de celle du monde, une autorité qui ne tend pas à exercer un pouvoir sur les autres, mais à les servir, à leur donner liberté et plénitude de vie. Et ce, jusqu’au point de mettre en jeu sa propre vie, jusqu’à faire l’expérience de l’incompréhension, de la trahison, du refus, jusqu’à être condamné à mort, jusqu’à sombrer dans l’état d’abandon sur la croix. Mais Jésus reste fidèle à Dieu, jusqu’au bout.




Et c’est précisément alors – comme le déclare le centurion romain aux pieds de la croix, dans l’Évangile de Marc – que Jésus se manifeste, paradoxalement, comme le Fils de Dieu ! Fils d’un Dieu qui est amour et qui veut, de tout son être, que l’homme, chaque homme, se découvre et vive lui aussi comme son véritable fils. Ceci, pour la foi chrétienne, est certifié par le fait que Jésus est ressuscité : non pas pour triompher sur celui qui l’a refusé, mais pour attester que l’amour de Dieu est plus fort que la mort, que le pardon de Dieu est plus fort que tout péché et qu’il vaut la peine de dépenser sa vie, à fond, pour témoigner de cet immense don.



Voici ce que croit la foi chrétienne :

que Jésus est le Fils de Dieu venu pour donner sa vie afin d’ouvrir à tous la voie de l’amour. Vous avez donc raison, cher Monsieur Scalfari, quand vous voyez dans l’incarnation du Fils de Dieu le pivot de la foi chrétienne. Déjà Tertullien écrivait « caro cardo salutis » la chair (du Christ) est le pivot du salut.


Parce que l’incarnation, en d’autres termes le fait que le Fils de Dieu soit venu dans notre chair et ait partagé joies et douleurs, victoires et échecs de notre existence, jusqu’au cri de la croix, en vivant toute chose dans l’amour et la fidélité à l’Abbà, témoigne de l’incroyable amour que Dieu nourrit pour chaque homme,

la valeur inestimable qu’il lui reconnaît. C’est pourquoi, chacun de nous, est appelé à faire siens le regard et le choix d’amour de Jésus, à entrer dans sa façon d’être, de penser et d’agir. C’est cela la foi, avec toutes les expressions qui sont ponctuellement décrites dans l’Encyclique.







* * *


Toujours dans l’éditorial du 7 juillet, vous me demandez, en outre, comment comprendre l’originalité de la foi chrétienne dès lors qu’elle est précisément centrée sur l’incarnation du Fils de Dieu, par rapport à d’autres fois qui gravitent autour de la transcendance absolue de Dieu.


Je dirais que son originalité réside justement dans le fait que la foi nous fait participer, en Jésus, à la relation qu’il a avec Dieu qui est Abbà et, dans cette lumière, à la relation qu’il a avec tous les autres hommes, y compris ses ennemis, sous le signe de l’amour. Autrement dit, la filiation de Jésus, comme nous la présente la foi chrétienne, n’est pas révélée pour marquer une séparation insurmontable entre Jésus et tous les autres : mais pour nous dire que, en lui, nous sommes tous appelés à être enfants de l’unique Père et frères entre nous. La singularité de Jésus est pour la communication, non pour l’exclusion.



.... à suivre ....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 16:54

Mes pauvres notes ... prises ce matin à l'enseignement, bien que ce qui fut dit ait éclairé mon âme, lui ait même donné de la joie , ne peuvent vous faire partager vraiment ceci, il a été fait allusion, disons même plus , l' orateur a INSISTE sur la CONSCIENCE même celle de celui qui est en recherche !!!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Le temps est venu d'instaurer un dialogue ouvert et exempt de préjugés"


Dialogue ouvert avec les non croyants : le Pape François a répondu à deux éditoriaux d’Eugenio Scalfari publiés le 7 juillet et le 7 août, dans lesquels l’ancien directeur de La Repubblica, qui s’est lui-même défini comme un « non croyant qui ne cherche pas Dieu », commentait l’encyclique Lumen fidei et posait des questions au pape et à l’Eglise catholique.

Cher Monsieur Scalfari,



C’est bien cordialement que je voudrais tenter de répondre, même seulement à grands traits, à la lettre que vous avez voulu m’adresser le 7 juillet dans les pages de « La Repubblica », avec une série de réflexions personnelles, que vous avez ensuite enrichies, le 7 août, dans les pages de ce même quotidien.



Je vous remercie avant tout de l’attention que vous avez accordée à la lecture de l’Encyclique « Lumen fidei ».

Celle-ci en effet, dans l’intention de mon bien-aimé prédécesseur, Benoît XVI, qui l’a conçue et rédigée en grande partie, et de qui je l’ai héritée avec gratitude, entend non seulement confirmer dans la foi en Jésus-Christ ceux qui se reconnaissent déjà en elle, mais également susciter un dialogue sincère et rigoureux avec qui, comme vous-même, se définit comme « un non croyant, intéressé et fasciné, depuis de nombreuses années, par la prédication de Jésus de Nazareth ».




C’est donc, me semble-t-il, un fait certainement positif, non seulement pour chacun d’entre nous mais également pour la société dans laquelle nous vivons, que de m’attarder à dialoguer sur une réalité aussi importante que la foi, qui se réclame de la prédication et de la figure de Jésus.



Je pense qu’il y a en particulier deux circonstances qui rendent aujourd’hui ce dialogue juste et précieux. Il représente d’ailleurs, on le sait, l’un des objectifs majeurs du Concile Vatican II, voulu par Jean XXIII, et du ministère des Papes qui, chacun selon sa sensibilité et son apport propres, ont depuis lors jusqu’à aujourd’hui marché dans le sillon tracé par le Concile.


La première circonstance – comme il est rappelé dans les premières pages de l’Encyclique – découle du fait qu’au fil des siècles de la modernité, on a assisté à un paradoxe : la foi chrétienne, dont la nouveauté et l’incidence sur la vie de l’homme ont été exprimées, dès le début, précisément par le symbole de la lumière, a souvent été taxée d’être assimilable aux ténèbres de la superstition en opposition à la lumière de la raison. Ainsi, entre l’Église et la culture d’inspiration chrétienne d’une part et la culture moderne empreinte des Lumières d’autre part, on a abouti à l’incommunicabilité. Le temps est désormais venu, et Vatican II en a précisément inauguré la saison, d’instaurer un dialogue ouvert et exempt de préjugés, susceptible de rouvrir les portes à une rencontre sérieuse et féconde.



La seconde circonstance, aux yeux de celui qui entend se montrer fidèle au don de suivre Jésus dans la lumière de la foi, découle du fait que ce dialogue n’est pas un accessoire secondaire de l’existence du croyant : il en est au contraire une expression intime et indispensable. Permettez-moi de vous citer, à cet égard, une affirmation à mon avis très importante de l’Encyclique : dès lors que la vérité dont témoigne la foi est celle de l’amour – y souligne-t-on – « il résulte alors clairement que la foi n’est pas intransigeante, mais elle grandit dans une cohabitation qui respecte l’autre. Le croyant n’est pas arrogant ; au contraire, la vérité le rend humble, sachant que ce n’est pas lui qui la possède, mais c’est elle qui l’embrasse et le possède. Loin de le raidir, la sécurité de la foi le met en route et rend possible le témoignage et le dialogue avec tous » (n° 34). Tel est l’esprit qui anime les paroles que je vous écris.



La foi, pour moi, est née de la rencontre avec Jésus. Une rencontre personnelle, qui a touché mon cœur et donné une orientation et un sens nouveau à mon existence. Mais en même temps, une rencontre qui a été rendue possible par la communauté de foi au sein de laquelle j’ai vécu et grâce à laquelle j’ai trouvé l’accès à l’intelligence de la Sainte Écriture, à la vie nouvelle qui, comme une eau jaillissante, vient de Jésus à travers les Sacrements, à la fraternité avec tous et au service des pauvres, image authentique du Seigneur. Sans l’Église – croyez-moi – je n’aurais pas pu rencontrer Jésus, même en étant conscient que ce don immense qu’est la foi est conservé dans les fragiles vases d’argile de notre humanité.



Or, c’est précisément à partir de là, de cette expérience personnelle de foi vécue au sein de l’Église, que je me sens à l’aise pour écouter vos questions et rechercher, à vos côtés, des routes au long desquelles nous pouvons, peut-être, commencer à faire un bout de chemin ensemble.



Pardonnez-moi de ne pas suivre pas à pas les argumentations que vous avancez dans votre éditorial du 7 juillet. Il me semble plus fructueux – ou tout au moins est-il plus propre à ma nature – d’aller d’une certaine façon au cœur de vos considérations. Je n’entre pas non plus dans la modalité de présentation suivie par l’Encyclique, où vous notez l’absence d’une section spécifiquement consacrée à l’expérience historique de Jésus de Nazareth.



Je me contente d’observer, pour commencer, qu’une telle analyse n’est pas secondaire. Il s’agit en effet, en suivant d’ailleurs la logique qui guide le déroulement de l’Encyclique, d’attirer l’attention sur la signification de ce que Jésus a dit et a fait, et ainsi, en définitive, sur ce que Jésus a été et est pour nous. Les Lettres de Paul et l’Évangile de Jean, auxquels il est fait particulièrement référence dans l’Encyclique, sont construits, en effet, sur le fondement solide du ministère messianique de Jésus de Nazareth parvenu à son sommet décisif dans la Pâque de sa mort et de sa résurrection.



Je dirais donc qu’il faut se confronter avec Jésus dans le concret et la rudesse de son histoire, telle qu’elle nous est racontée surtout dans le plus ancien des Évangiles, celui de Marc. Nous voyons alors que le « scandale » que la parole et la pratique de Jésus provoquent autour de lui découlent de son extraordinaire « autorité » : une parole, cette parole, attestée dès l’Évangile de Marc, mais qu’il n’est guère aisé de bien rendre en italien. Le mot grec est « exousia », qui, littéralement, renvoie à ce qui « provient de l’être » que l’on est. Il ne s’agit donc pas de quelque chose d’extérieur ou de forcé, mais de quelque chose qui émane de l’intérieur et qui s’impose à lui seul. Jésus, en effet, frappe, désoriente, innove à partir – c’est lui-même qui le dit – de sa relation avec Dieu, appelé familièrement Abbà, qui lui confie cette « autorité » pour qu’il la dispense en faveur des hommes.



Ainsi Jésus prêche « comme quelqu'un qui a autorité », il guérit, il invite les disciples à le suivre, il pardonne... toutes choses qui, dans l’Ancien Testament, sont de Dieu et uniquement de Dieu. La question, qui, à plusieurs reprises, revient dans l’Évangile de Marc : « Qui est-il celui-là qui …? » et qui concerne l’identité de Jésus, naît de la constatation d’une autorité différente de celle du monde, une autorité qui ne tend pas à exercer un pouvoir sur les autres, mais à les servir, à leur donner liberté et plénitude de vie. Et ce, jusqu’au point de mettre en jeu sa propre vie, jusqu’à faire l’expérience de l’incompréhension, de la trahison, du refus, jusqu’à être condamné à mort, jusqu’à sombrer dans l’état d’abandon sur la croix. Mais Jésus reste fidèle à Dieu, jusqu’au bout.




Et c’est précisément alors – comme le déclare le centurion romain aux pieds de la croix, dans l’Évangile de Marc – que Jésus se manifeste, paradoxalement, comme le Fils de Dieu ! Fils d’un Dieu qui est amour et qui veut, de tout son être, que l’homme, chaque homme, se découvre et vive lui aussi comme son véritable fils. Ceci, pour la foi chrétienne, est certifié par le fait que Jésus est ressuscité : non pas pour triompher sur celui qui l’a refusé, mais pour attester que l’amour de Dieu est plus fort que la mort, que le pardon de Dieu est plus fort que tout péché et qu’il vaut la peine de dépenser sa vie, à fond, pour témoigner de cet immense don.



Voici ce que croit la foi chrétienne :

que Jésus est le Fils de Dieu venu pour donner sa vie afin d’ouvrir à tous la voie de l’amour. Vous avez donc raison, cher Monsieur Scalfari, quand vous voyez dans l’incarnation du Fils de Dieu le pivot de la foi chrétienne. Déjà Tertullien écrivait « caro cardo salutis » la chair (du Christ) est le pivot du salut.


Parce que l’incarnation, en d’autres termes le fait que le Fils de Dieu soit venu dans notre chair et ait partagé joies et douleurs, victoires et échecs de notre existence, jusqu’au cri de la croix, en vivant toute chose dans l’amour et la fidélité à l’Abbà, témoigne de l’incroyable amour que Dieu nourrit pour chaque homme,

la valeur inestimable qu’il lui reconnaît. C’est pourquoi, chacun de nous, est appelé à faire siens le regard et le choix d’amour de Jésus, à entrer dans sa façon d’être, de penser et d’agir. C’est cela la foi, avec toutes les expressions qui sont ponctuellement décrites dans l’Encyclique.







* * *


Toujours dans l’éditorial du 7 juillet, vous me demandez, en outre, comment comprendre l’originalité de la foi chrétienne dès lors qu’elle est précisément centrée sur l’incarnation du Fils de Dieu, par rapport à d’autres fois qui gravitent autour de la transcendance absolue de Dieu.


Je dirais que son originalité réside justement dans le fait que la foi nous fait participer, en Jésus, à la relation qu’il a avec Dieu qui est Abbà et, dans cette lumière, à la relation qu’il a avec tous les autres hommes, y compris ses ennemis, sous le signe de l’amour. Autrement dit, la filiation de Jésus, comme nous la présente la foi chrétienne, n’est pas révélée pour marquer une séparation insurmontable entre Jésus et tous les autres : mais pour nous dire que, en lui, nous sommes tous appelés à être enfants de l’unique Père et frères entre nous. La singularité de Jésus est pour la communication, non pour l’exclusion.



.... à suivre ...


Dernière édition par rosedumatin le Sam 30 Nov 2013, 16:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 16:55

Certes, il en découle également – et ce n’est pas rien – cette distinction entre la sphère religieuse et la sphère politique qui est ratifiée par le fait de « donner à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César », clairement affirmé par Jésus et sur lequel, laborieusement, s’est construite l’histoire de l’Occident. L’Église, en effet, est appelée à semer le levain et le sel de l’Évangile, et donc l’amour et la miséricorde de Dieu qui atteignent tous les hommes, en indiquant le but définitif de notre destinée dans l’au-delà, tandis qu’à la société civile et politique revient la tâche ardue d’articuler et d’incarner dans la justice et dans la solidarité, dans le droit et dans la paix, une vie toujours plus humaine. Pour celui qui vit la foi chrétienne, ceci ne signifie pas fuite du monde ou recherche d’une quelconque hégémonie, mais service de l’homme, de l’homme tout entier et de tous les hommes, à partir des périphéries de l’histoire tout en tenant éveillé le sens de l’espérance qui incite à faire le bien malgré tout et en regardant toujours au-delà.



Vous me demandez aussi, dans la conclusion de votre premier article, ce qu’il faut dire à nos frères juifs quant à la promesse que Dieu leur a faite : a-t-elle été entièrement un échec ? C’est là – croyez-moi – une question qui nous interpelle radicalement, en tant que chrétiens, parce que, avec l’aide de Dieu, surtout à partir du Concile Vatican II, nous avons redécouvert que le peuple juif est encore, pour nous, la sainte racine d’où a germé Jésus. Moi aussi, dans l’amitié que j’ai cultivée tout au long de ces années avec les frères juifs, en Argentine, bien souvent dans la prière j’ai interrogé Dieu, particulièrement quand mon esprit évoquait les souvenirs de la terrible expérience de la Shoah. Ce que je peux vous dire, avec l’apôtre Paul, c’est que jamais la fidélité de Dieu à l’alliance étroite avec Israël n’a fléchi, et que, à travers les terribles épreuves de ces siècles, les juifs ont conservé leur foi en Dieu. Et de cela, nous ne leur serons jamais suffisamment reconnaissants, en tant qu’Église, mais également en tant qu’humanité. D’ailleurs, justement en persévérant dans la foi dans le Dieu de l’Alliance, ils nous rappellent à tous, à nous aussi chrétiens, que comme des pèlerins, nous sommes toujours dans l’attente du retour du Seigneur et que, donc, nous devons toujours lui être ouverts et ne jamais rester figés dans ce que nous avons déjà atteint.







J’en viens ainsi aux trois questions que vous me posez dans votre article du 7 août.



Il me semble que, dans les deux premières, ce qui vous tient à cœur c’est de comprendre l’attitude de l’Église envers celui qui ne partage pas la foi en Jésus. Avant tout, vous me demandez si le Dieu des chrétiens pardonne celui qui ne croit pas et ne cherche pas la foi. En admettant que – et c’est là la chose fondamentale – la miséricorde de Dieu n’a pas de limites si l’on s’adresse à lui d’un cœur sincère et contrit, la question pour qui ne croit pas en Dieu réside dans l’obéissance à sa propre conscience. Le péché, même pour celui qui n’a pas la foi, c’est d’aller contre sa conscience. Écouter et obéir à celle-ci signifie, en effet, se décider face à ce qui est perçu comme bien ou comme mal. Et c’est sur cette décision que se joue la nature bonne ou mauvaise de nos actions.



En deuxième lieu, vous me demandez si la pensée selon laquelle il n’existe aucun absolu et donc même pas une vérité absolue, mais uniquement une série de vérités relatives et subjectives, est une erreur ou un péché. Pour commencer, je ne parlerais pas, même pas pour celui qui croit, de vérité « absolue », en ce sens qu’absolu est ce qui est détaché, ce qui est privé de toute relation. Or, la vérité, selon la foi chrétienne, est l’amour de Dieu pour nous en Jésus-Christ. Donc, la vérité est une relation ! À tel point que même chacun de nous la saisit, la vérité, et l’exprime à partir de lui-même : de son histoire et de sa culture, du contexte dans lequel il vit, etc. Ceci ne signifie pas que la vérité soit variable et subjective, bien au contraire. Mais cela signifie qu’elle se donne à nous, toujours et uniquement, comme un chemin et une vie. Jésus lui-même n’a-t-il pas dit : « Je suis la voie, la vérité, la vie » ? En d’autres termes, dès lors que la vérité ne fait, en définitive, qu’un avec l’amour, elle exige l’humilité et l’ouverture pour être cherchée, accueillie et exprimée. Donc, il faut bien s’entendre sur les termes et, peut-être, pour sortir des goulets d’étranglements d’une opposition… absolue, reformuler la question en profondeur. Je pense que cette approche s’impose aujourd’hui pour instaurer ce dialogue serein et constructif que je souhaitais au début de mon propos.



Dans la dernière question, vous me demandez si, avec la disparition de l’homme sur la terre, la pensée capable de penser Dieu disparaîtra aussi. Certes, la grandeur de l’homme réside dans le fait de pouvoir penser Dieu. En d’autres termes, dans la possibilité de vivre une relation consciente et responsable avec lui. Mais la relation est entre deux réalités. Dieu – et c’est là ma pensée et mon expérience, mais nombreux sont ceux qui, hier et aujourd’hui, les partagent ! – n’est pas une idée, pour aussi noble qu’elle soit, fruit de la pensée de l’homme. Dieu est une réalité avec un « R » majuscule. Jésus nous le révèle – et vit la relation avec lui – comme un Père d’une bonté et d’une miséricorde infinies. Donc, Dieu ne dépend pas de notre pensée. D’ailleurs, même si la vie de l’homme sur la terre devait finir – et pour la foi chrétienne, de toute façon, ce monde, tel que nous le connaissons, est destiné à disparaître – l’homme ne cessera pas d’exister et, d’une façon que nous ignorons, également l’univers créé avec lui. L’Écriture parle de « cieux nouveaux et de terre nouvelle » et affirme que, à la fin, dans un ailleurs et dans un temps qui sont au-delà de nous, mais vers lesquels dans la foi nous tendons dans le désir et dans l’attente, Dieu sera « tout en tous ».



Cher Monsieur Scalfari, je conclus ainsi mes réflexions, suscitées par ce que vous avez bien voulu me communiquer et me demander. Accueillez-les comme une tentative de réponse provisoire, mais sincère et confiante, à l’invitation que je vous ai adressée de faire un bout de chemin ensemble. L’Église, croyez-moi, malgré toutes ses lenteurs, ses infidélités, les erreurs et les péchés qu’elle peut avoir commis et peut encore commettre en ceux qui la composent, n’a pas d’autre sens ni d’autre but que de vivre et de témoigner de Jésus : lui qui a été envoyé par l’Abbà « pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la délivrance et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés, proclamer une année de grâce du Seigneur » (Luc 4, 18-19).


Avec ma proximité fraternelle.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 18:24

Ces articles du CEC ont été aussi mis en évidence lors de notre enseignement :





841  Les relations de l'Eglise avec les Musulmans. "Le dessein de salut enveloppe également ceux qui reconnaissent le Créateur, en tout premier lieu les musulmans qui professent la foi d'Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, juge des hommes au dernier jour" (LG 16 cf. NAE 3).

842 Le lien de l'Eglise avec les religions non-chrétiennes est d'abord celui de l'origine et de la fin communes du genre humain:

En effet, tous les peuples forment une seule communauté; ils ont une seule origine, puisque Dieu a fait habiter toute la race humaine sur la face de la terre; ils ont aussi une seule fin dernière, Dieu, dont la providence, les témoignages de bonté et les desseins de salut s'étendent à tous, jusqu'à ce que les élus soient réunis dans la cité sainte (NAE 1).

843 L'Eglise reconnaît dans les autres religions la recherche, "encore dans les ombres et sous des images", du Dieu inconnu mais proche puisque c'est Lui qui donne à tous vie, souffle et toutes choses et puisqu'il veut que tous les hommes soient sauvés. Ainsi, l'Eglise considère tout ce qui peut se trouver de bon et de vrai dans les religions "comme une préparation évangélique et comme un don de Celui qui illumine tout homme pour que, finalement, il ait la vie" (LG 16 cf. NAE 2 EN 53).

844 Mais dans leur comportement religieux, les hommes montrent aussi des limites et des erreurs qui défigurent en eux l'image de Dieu:

Bien souvent, trompés par le malin, ils se sont égarés dans leurs raisonnements, ils ont échangé la vérité de Dieu contre le [......], en servant la créature de préférence au Créateur ou bien vivant et mourant sans Dieu en ce monde, ils sont exposés à l'extrême désespoir (LG 16).

845 C'est pour réunir de nouveau tous ses enfants que le péché a dispersés et égarés que le Père a voulu convoquer toute l'humanité dans l'Eglise de son Fils. L'Eglise est le lieu où l'humanité doit retrouver son unité et son salut. Elle est "le monde réconcilié" (S. Augustin, serm. 96,7,9). Elle est ce navire qui "pleno dominicæ crucis velo Sancti Spiritus flatu in hoc bene navigat mundo" (S. Ambroise, virg. 18,118); selon une autre image chère aux Pères de l'Eglise, elle est figurée par l'Arche de Noé qui seule sauve du déluge (cf. déjà 1P 3,20-21).


"Hors de l'Eglise point de salut"




846 Comment faut-il entendre cette affirmation souvent répétée par les Pères de l'Eglise? Formulée de façon positive, elle signifie que tout salut vient du Christ-Tête par l'Eglise qui est son Corps:

Appuyé sur la Sainte Ecriture et sur la Tradition, le Concile enseigne que cette Eglise en marche sur la terre est nécessaire au salut. Seul, en effet, le Christ est médiateur et voie de salut: or, il nous devient présent en son Corps qui est l'Eglise; et en nous enseignant expressément la nécessité de la foi et du Baptême, c'est la nécessité de l'Eglise elle-même, dans laquelle les hommes entrent par la porte du Baptême, qu'il nous a confirmée en même temps. C'est pourquoi ceux qui refuseraient soit d'entrer dans l'Eglise catholique, soit d'y persévérer, alors qu'ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient être sauvés (LG 14).

847 Cette affirmation ne vise pas ceux qui, sans leur faute, ignorent le Christ et son Eglise:



En effet, ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l'Evangile du Christ et son Eglise, mais cherchent pourtant Dieu d'un coeur sincère et s'efforcent, sous l'influence de sa grâce, d'agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, ceux-là peuvent arriver au salut éternel (LG 16 cf. DS 3866-3872).

848 "Bien que Dieu puisse par des voies connues de lui seul amener à la foi 'sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu' (He 11,6) des hommes qui, sans faute de leur part, ignorent l'Evangile, l'Eglise a le devoir en même temps que le droit sacré d'évangéliser" (AGD 7) tous les hommes.


La mission - une exigence de la catholicité de l'Eglise



849  Le mandat missionnaire. "Envoyée par Dieu aux nations pour être le sacrement universel du salut, l'Eglise, en vertu des exigences intimes de sa propre catholicité et obéissant au commandement de son fondateur est tendue de tout son effort vers la prédication de l'Evangile à tous les hommes" (AGD 1): "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours, jusqu'à la fin du monde" (Mt 28,19-20).

850  L'origine et le but de la mission. Le mandat missionnaire du Seigneur a sa source ultime dans l'amour éternel de la Très Sainte Trinité: "De par sa nature, l'Eglise, durant son pèlerinage sur terre, est missionnaire, puisqu'elle-même tire son origine de la mission du Fils et de la mission du Saint-Esprit, selon le dessein de Dieu le Père" (AGD 2). Et but dernier de la mission n'est autre que de faire participer les hommes à la communion qui existe entre le Père et le Fils dans leur Esprit d'amour (cf. Jean-Paul II, RMA 23).

851 Le motif de la mission.. C'est de l'amour de Dieu pour tous les hommes que l'Eglise a de tout temps tiré l'obligation et la force de son élan missionnaire: "car l'amour du Christ nous presse ..." (2Co 5,14 cf. AA 6 RMA 11). En effet, "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1Tm 2,4). Dieu veut le salut de tous par la connaissance de la vérité. Le salut se trouve dans la vérité. Ceux qui obéissent à la motion de l'Esprit de vérité sont déjà sur le chemin du salut; mais l'Eglise à qui cette vérité a été confiée, doit aller à la rencontre de leur désir pour la leur apporter. C'est parce qu'elle croit au dessin universel de salut qu'elle doit être missionnaire.

852 Les chemins de la mission. "L'Esprit Saint est le protagoniste de toute la mission ecclésiale" (RMA 21). C'est lui qui conduit l'Eglise sur les chemins de la mission. Celle-ci "continue et développe au cours de l'histoire la mission du Christ lui-même, qui fut envoyé pour annoncer aux pauvres la Bonne Nouvelle; c'est donc par la même route qu'a suivi le Christ lui-même que, sous la poussée de l'Esprit du Christ, l'Eglise doit marcher, c'est-à-dire par la route de la pauvreté, de l'obéissance, du service et de l'immolation de soi jusqu'à la mort, dont il est sorti victorieux par sa résurrection" (AGD 5). C'est ainsi que "le sang des martyrs est une semence de chrétiens" (Tertullien, apol. 50).

853 Mais dans son pèlerinage l'Eglise fait aussi l'expérience de la "distance qui sépare le message qu'elle révèle et la faiblesse humaine de ceux auxquels cet Evangile est confié" (GS 43). Ce n'est qu'en avançant sur le chemin "de la pénitence et du renouvellement" (LG 8 cf. 15) et "par la porte étroite de la Croix" (AGD 1) que le Peuple de Dieu peut étendre le règne du Christ (cf. RMA 12-20). En effet, "comme c'est dans la pauvreté et la persécution que le Christ a opéré la Rédemption, l'Eglise elle aussi est appelée à entrer dans cette même voie pour communiquer aux hommes les fruits du salut" (LG 8).

854 Par sa mission même "l'Eglise fait route avec toute l'humanité et partage le sort terrestre du monde; elle est comme le ferment et, pour ainsi dire, l'âme de la société humaine appelée à être renouvelée dans le Christ et transformée en famille de Dieu" (GS 40). L'effort missionnaire exige donc la patience. Il commence par l'annonce de l'Evangile aux peuples et aux groupes qui ne croient pas encore au Christ (cf. RMA 42-47); il se poursuit dans l'établissement de communautés chrétiennes qui soient des "signes de la présence de Dieu dans le monde" (AGD 15), et dans la fondation d'Eglises locales (cf. RMA 48-49); il engage un processus d'inculturation pour incarner l'Evangile dans les cultures des peuples (cf. RMA 52-54); il ne manquera pas de connaître aussi des échecs. "En ce qui concerne les hommes, les groupes humains et les peuples, l'Eglise ne les atteint et ne les pénètre que progressivement, et les assume ainsi dans la plénitude catholique" (AGD 6).

855 La mission de l'Eglise appelle l'effort vers l'unité des chrétiens (cf. RMA 50). En effet "les divisions entre chrétiens empêchent l'Eglise de réaliser la plénitude de catholicité qui lui est propre en ceux de ses fils qui, certes, lui appartiennent par le Baptême, mais se trouvent séparés de sa pleine communion. Bien plus, pour l'Eglise elle-même, il devient plus difficile d'exprimer sous tous ses aspects la plénitude de la catholicité dans la réalité même de sa vie" (UR 4).

856 La tâche missionnaire implique un dialogue respectueux avec ceux qui n'acceptent pas encore l'Evangile (cf. RMA 55). Les croyants peuvent tirer profit pour eux-mêmes de ce dialogue en apprenant à mieux connaître "tout ce qui se trouvait déjà de vérité et de grâce chez les nations comme par une secrète présence de Dieu" (AGD 9). S'ils annoncent la Bonne Nouvelle à ceux qui l'ignorent, c'est pour consolider, compléter et élever la vérité et le bien que Dieu a répandus parmi les hommes et les peuples, et pour les purifier de l'erreur et du mal "pour la gloire de Dieu, la confusion du démon et le bonheur de l'homme" (AGD 9).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 18:53

rosedumatin a écrit:
Ces articles du CEC ont été aussi mis en évidence lors de notre enseignement :

841  Les relations de l'Eglise avec les Musulmans. "Le dessein de salut enveloppe également ceux qui reconnaissent le Créateur, en tout premier lieu les musulmans qui professent la foi d'Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, juge des hommes au dernier jour" (LG 16 cf. NAE 3).

842 Le lien de l'Eglise avec les religions non-chrétiennes est d'abord celui de l'origine et de la fin communes du genre humain:

En effet, tous les peuples forment une seule communauté; ils ont une seule origine, puisque Dieu a fait habiter toute la race humaine sur la face de la terre; ils ont aussi une seule fin dernière, Dieu, dont la providence, les témoignages de bonté et les desseins de salut s'étendent à tous, jusqu'à ce que les élus soient réunis dans la cité sainte (NAE 1).

843 L'Eglise reconnaît dans les autres religions la recherche, "encore dans les ombres et sous des images", du Dieu inconnu mais proche puisque c'est Lui qui donne à tous vie, souffle et toutes choses et puisqu'il veut que tous les hommes soient sauvés. Ainsi, l'Eglise considère tout ce qui peut se trouver de bon et de vrai dans les religions "comme une préparation évangélique et comme un don de Celui qui illumine tout homme pour que, finalement, il ait la vie" (LG 16 cf. NAE 2 EN 53).

844 Mais dans leur comportement religieux, les hommes montrent aussi des limites et des erreurs qui défigurent en eux l'image de Dieu:

Bien souvent, trompés par le malin, ils se sont égarés dans leurs raisonnements, ils ont échangé la vérité de Dieu contre le [......], en servant la créature de préférence au Créateur ou bien vivant et mourant sans Dieu en ce monde, ils sont exposés à l'extrême désespoir (LG 16).

845  C'est pour réunir de nouveau tous ses enfants que le péché a dispersés et égarés que le Père a voulu convoquer toute l'humanité dans l'Eglise de son Fils. L'Eglise est le lieu où l'humanité doit retrouver son unité et son salut. Elle est "le monde réconcilié" (S. Augustin, serm. 96,7,9). Elle est ce navire qui "pleno dominicæ crucis velo Sancti Spiritus flatu in hoc bene navigat mundo" (S. Ambroise, virg. 18,118); selon une autre image chère aux Pères de l'Eglise, elle est figurée par l'Arche de Noé qui seule sauve du déluge (cf. déjà 1P 3,20-21).


"Hors de l'Eglise point de salut"

846 Comment faut-il entendre cette affirmation souvent répétée par les Pères de l'Eglise? Formulée de façon positive, elle signifie que tout salut vient du Christ-Tête par l'Eglise qui est son Corps:

Appuyé sur la Sainte Ecriture et sur la Tradition, le Concile enseigne que cette Eglise en marche sur la terre est nécessaire au salut. Seul, en effet, le Christ est médiateur et voie de salut: or, il nous devient présent en son Corps qui est l'Eglise; et en nous enseignant expressément la nécessité de la foi et du Baptême, c'est la nécessité de l'Eglise elle-même, dans laquelle les hommes entrent par la porte du Baptême, qu'il nous a confirmée en même temps. C'est pourquoi ceux qui refuseraient soit d'entrer dans l'Eglise catholique, soit d'y persévérer, alors qu'ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient être sauvés (LG 14).

847 Cette affirmation ne vise pas ceux qui, sans leur faute, ignorent le Christ et son Eglise:

En effet, ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l'Evangile du Christ et son Eglise, mais cherchent pourtant Dieu d'un coeur sincère et s'efforcent, sous l'influence de sa grâce, d'agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, ceux-là peuvent arriver au salut éternel (LG 16 cf. DS 3866-3872).

848 "Bien que Dieu puisse par des voies connues de lui seul amener à la foi 'sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu' (He 11,6) des hommes qui, sans faute de leur part, ignorent l'Evangile, l'Eglise a le devoir en même temps que le droit sacré d'évangéliser" (AGD 7) tous les hommes.


La mission - une exigence de la catholicité de l'Eglise

849  Le mandat missionnaire. "Envoyée par Dieu aux nations pour être le sacrement universel du salut, l'Eglise, en vertu des exigences intimes de sa propre catholicité et obéissant au commandement de son fondateur est tendue de tout son effort vers la prédication de l'Evangile à tous les hommes" (AGD 1): "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours, jusqu'à la fin du monde" (Mt 28,19-20).

850  L'origine et le but de la mission. Le mandat missionnaire du Seigneur a sa source ultime dans l'amour éternel de la Très Sainte Trinité: "De par sa nature, l'Eglise, durant son pèlerinage sur terre, est missionnaire, puisqu'elle-même tire son origine de la mission du Fils et de la mission du Saint-Esprit, selon le dessein de Dieu le Père" (AGD 2). Et but dernier de la mission n'est autre que de faire participer les hommes à la communion qui existe entre le Père et le Fils dans leur Esprit d'amour (cf. Jean-Paul II, RMA 23).

851 Le motif de la mission.. C'est de l'amour de Dieu pour tous les hommes que l'Eglise a de tout temps tiré l'obligation et la force de son élan missionnaire: "car l'amour du Christ nous presse ..." (2Co 5,14 cf. AA 6 RMA 11). En effet, "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1Tm 2,4). Dieu veut le salut de tous par la connaissance de la vérité. Le salut se trouve dans la vérité. Ceux qui obéissent à la motion de l'Esprit de vérité sont déjà sur le chemin du salut; mais l'Eglise à qui cette vérité a été confiée, doit aller à la rencontre de leur désir pour la leur apporter. C'est parce qu'elle croit au dessin universel de salut qu'elle doit être missionnaire.

852 Les chemins de la mission. "L'Esprit Saint est le protagoniste de toute la mission ecclésiale" (RMA 21). C'est lui qui conduit l'Eglise sur les chemins de la mission. Celle-ci "continue et développe au cours de l'histoire la mission du Christ lui-même, qui fut envoyé pour annoncer aux pauvres la Bonne Nouvelle; c'est donc par la même route qu'a suivi le Christ lui-même que, sous la poussée de l'Esprit du Christ, l'Eglise doit marcher, c'est-à-dire par la route de la pauvreté, de l'obéissance, du service et de l'immolation de soi jusqu'à la mort, dont il est sorti victorieux par sa résurrection" (AGD 5). C'est ainsi que "le sang des martyrs est une semence de chrétiens" (Tertullien, apol. 50).

853 Mais dans son pèlerinage l'Eglise fait aussi l'expérience de la "distance qui sépare le message qu'elle révèle et la faiblesse humaine de ceux auxquels cet Evangile est confié" (GS 43). Ce n'est qu'en avançant sur le chemin "de la pénitence et du renouvellement" (LG 8 cf. 15) et "par la porte étroite de la Croix" (AGD 1) que le Peuple de Dieu peut étendre le règne du Christ (cf. RMA 12-20). En effet, "comme c'est dans la pauvreté et la persécution que le Christ a opéré la Rédemption, l'Eglise elle aussi est appelée à entrer dans cette même voie pour communiquer aux hommes les fruits du salut" (LG 8).

854 Par sa mission même "l'Eglise fait route avec toute l'humanité et partage le sort terrestre du monde; elle est comme le ferment et, pour ainsi dire, l'âme de la société humaine appelée à être renouvelée dans le Christ et transformée en famille de Dieu" (GS 40). L'effort missionnaire exige donc la patience. Il commence par l'annonce de l'Evangile aux peuples et aux groupes qui ne croient pas encore au Christ (cf. RMA 42-47); il se poursuit dans l'établissement de communautés chrétiennes qui soient des "signes de la présence de Dieu dans le monde" (AGD 15), et dans la fondation d'Eglises locales (cf. RMA 48-49); il engage un processus d'inculturation pour incarner l'Evangile dans les cultures des peuples (cf. RMA 52-54); il ne manquera pas de connaître aussi des échecs. "En ce qui concerne les hommes, les groupes humains et les peuples, l'Eglise ne les atteint et ne les pénètre que progressivement, et les assume ainsi dans la plénitude catholique" (AGD 6).

855 La mission de l'Eglise appelle l'effort vers l'unité des chrétiens (cf. RMA 50). En effet "les divisions entre chrétiens empêchent l'Eglise de réaliser la plénitude de catholicité qui lui est propre en ceux de ses fils qui, certes, lui appartiennent par le Baptême, mais se trouvent séparés de sa pleine communion. Bien plus, pour l'Eglise elle-même, il devient plus difficile d'exprimer sous tous ses aspects la plénitude de la catholicité dans la réalité même de sa vie" (UR 4).

856 La tâche missionnaire implique un dialogue respectueux avec ceux qui n'acceptent pas encore l'Evangile (cf. RMA 55). Les croyants peuvent tirer profit pour eux-mêmes de ce dialogue en apprenant à mieux connaître "tout ce qui se trouvait déjà de vérité et de grâce chez les nations comme par une secrète présence de Dieu" (AGD 9). S'ils annoncent la Bonne Nouvelle à ceux qui l'ignorent, c'est pour consolider, compléter et élever la vérité et le bien que Dieu a répandus parmi les hommes et les peuples, et pour les purifier de l'erreur et du mal "pour la gloire de Dieu, la confusion du démon et le bonheur de l'homme" (AGD 9).

SUPER-INTERESSANT, ma chère ROSE.


Pourrais-tu pour information donner le sens de CEC RMA, AGD, etc ......


MERCI par avance ...
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 30 Nov 2013, 19:59

mario-franc_lazur a écrit:
rosedumatin a écrit:
Ces articles du CEC ont été aussi mis en évidence lors de notre enseignement :

841  Les relations de l'Eglise avec les Musulmans. "Le dessein de salut enveloppe également ceux qui reconnaissent le Créateur, en tout premier lieu les musulmans qui professent la foi d'Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, juge des hommes au dernier jour" (LG 16 cf. NAE 3).

842 Le lien de l'Eglise avec les religions non-chrétiennes est d'abord celui de l'origine et de la fin communes du genre humain:

En effet, tous les peuples forment une seule communauté; ils ont une seule origine, puisque Dieu a fait habiter toute la race humaine sur la face de la terre; ils ont aussi une seule fin dernière, Dieu, dont la providence, les témoignages de bonté et les desseins de salut s'étendent à tous, jusqu'à ce que les élus soient réunis dans la cité sainte (NAE 1).

843 L'Eglise reconnaît dans les autres religions la recherche, "encore dans les ombres et sous des images", du Dieu inconnu mais proche puisque c'est Lui qui donne à tous vie, souffle et toutes choses et puisqu'il veut que tous les hommes soient sauvés. Ainsi, l'Eglise considère tout ce qui peut se trouver de bon et de vrai dans les religions "comme une préparation évangélique et comme un don de Celui qui illumine tout homme pour que, finalement, il ait la vie" (LG 16 cf. NAE 2 EN 53).

844 Mais dans leur comportement religieux, les hommes montrent aussi des limites et des erreurs qui défigurent en eux l'image de Dieu:

Bien souvent, trompés par le malin, ils se sont égarés dans leurs raisonnements, ils ont échangé la vérité de Dieu contre le [......], en servant la créature de préférence au Créateur ou bien vivant et mourant sans Dieu en ce monde, ils sont exposés à l'extrême désespoir (LG 16).

845  C'est pour réunir de nouveau tous ses enfants que le péché a dispersés et égarés que le Père a voulu convoquer toute l'humanité dans l'Eglise de son Fils. L'Eglise est le lieu où l'humanité doit retrouver son unité et son salut. Elle est "le monde réconcilié" (S. Augustin, serm. 96,7,9). Elle est ce navire qui "pleno dominicæ crucis velo Sancti Spiritus flatu in hoc bene navigat mundo" (S. Ambroise, virg. 18,118); selon une autre image chère aux Pères de l'Eglise, elle est figurée par l'Arche de Noé qui seule sauve du déluge (cf. déjà 1P 3,20-21).


"Hors de l'Eglise point de salut"

846 Comment faut-il entendre cette affirmation souvent répétée par les Pères de l'Eglise? Formulée de façon positive, elle signifie que tout salut vient du Christ-Tête par l'Eglise qui est son Corps:

Appuyé sur la Sainte Ecriture et sur la Tradition, le Concile enseigne que cette Eglise en marche sur la terre est nécessaire au salut. Seul, en effet, le Christ est médiateur et voie de salut: or, il nous devient présent en son Corps qui est l'Eglise; et en nous enseignant expressément la nécessité de la foi et du Baptême, c'est la nécessité de l'Eglise elle-même, dans laquelle les hommes entrent par la porte du Baptême, qu'il nous a confirmée en même temps. C'est pourquoi ceux qui refuseraient soit d'entrer dans l'Eglise catholique, soit d'y persévérer, alors qu'ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient être sauvés (LG 14).

847 Cette affirmation ne vise pas ceux qui, sans leur faute, ignorent le Christ et son Eglise:

En effet, ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l'Evangile du Christ et son Eglise, mais cherchent pourtant Dieu d'un coeur sincère et s'efforcent, sous l'influence de sa grâce, d'agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, ceux-là peuvent arriver au salut éternel (LG 16 cf. DS 3866-3872).

848 "Bien que Dieu puisse par des voies connues de lui seul amener à la foi 'sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu' (He 11,6) des hommes qui, sans faute de leur part, ignorent l'Evangile, l'Eglise a le devoir en même temps que le droit sacré d'évangéliser" (AGD 7) tous les hommes.


La mission - une exigence de la catholicité de l'Eglise

849  Le mandat missionnaire. "Envoyée par Dieu aux nations pour être le sacrement universel du salut, l'Eglise, en vertu des exigences intimes de sa propre catholicité et obéissant au commandement de son fondateur est tendue de tout son effort vers la prédication de l'Evangile à tous les hommes" (AGD 1): "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours, jusqu'à la fin du monde" (Mt 28,19-20).

850  L'origine et le but de la mission. Le mandat missionnaire du Seigneur a sa source ultime dans l'amour éternel de la Très Sainte Trinité: "De par sa nature, l'Eglise, durant son pèlerinage sur terre, est missionnaire, puisqu'elle-même tire son origine de la mission du Fils et de la mission du Saint-Esprit, selon le dessein de Dieu le Père" (AGD 2). Et but dernier de la mission n'est autre que de faire participer les hommes à la communion qui existe entre le Père et le Fils dans leur Esprit d'amour (cf. Jean-Paul II, RMA 23).

851 Le motif de la mission.. C'est de l'amour de Dieu pour tous les hommes que l'Eglise a de tout temps tiré l'obligation et la force de son élan missionnaire: "car l'amour du Christ nous presse ..." (2Co 5,14 cf. AA 6 RMA 11). En effet, "Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1Tm 2,4). Dieu veut le salut de tous par la connaissance de la vérité. Le salut se trouve dans la vérité. Ceux qui obéissent à la motion de l'Esprit de vérité sont déjà sur le chemin du salut; mais l'Eglise à qui cette vérité a été confiée, doit aller à la rencontre de leur désir pour la leur apporter. C'est parce qu'elle croit au dessin universel de salut qu'elle doit être missionnaire.

852 Les chemins de la mission. "L'Esprit Saint est le protagoniste de toute la mission ecclésiale" (RMA 21). C'est lui qui conduit l'Eglise sur les chemins de la mission. Celle-ci "continue et développe au cours de l'histoire la mission du Christ lui-même, qui fut envoyé pour annoncer aux pauvres la Bonne Nouvelle; c'est donc par la même route qu'a suivi le Christ lui-même que, sous la poussée de l'Esprit du Christ, l'Eglise doit marcher, c'est-à-dire par la route de la pauvreté, de l'obéissance, du service et de l'immolation de soi jusqu'à la mort, dont il est sorti victorieux par sa résurrection" (AGD 5). C'est ainsi que "le sang des martyrs est une semence de chrétiens" (Tertullien, apol. 50).

853 Mais dans son pèlerinage l'Eglise fait aussi l'expérience de la "distance qui sépare le message qu'elle révèle et la faiblesse humaine de ceux auxquels cet Evangile est confié" (GS 43). Ce n'est qu'en avançant sur le chemin "de la pénitence et du renouvellement" (LG 8 cf. 15) et "par la porte étroite de la Croix" (AGD 1) que le Peuple de Dieu peut étendre le règne du Christ (cf. RMA 12-20). En effet, "comme c'est dans la pauvreté et la persécution que le Christ a opéré la Rédemption, l'Eglise elle aussi est appelée à entrer dans cette même voie pour communiquer aux hommes les fruits du salut" (LG 8).

854 Par sa mission même "l'Eglise fait route avec toute l'humanité et partage le sort terrestre du monde; elle est comme le ferment et, pour ainsi dire, l'âme de la société humaine appelée à être renouvelée dans le Christ et transformée en famille de Dieu" (GS 40). L'effort missionnaire exige donc la patience. Il commence par l'annonce de l'Evangile aux peuples et aux groupes qui ne croient pas encore au Christ (cf. RMA 42-47); il se poursuit dans l'établissement de communautés chrétiennes qui soient des "signes de la présence de Dieu dans le monde" (AGD 15), et dans la fondation d'Eglises locales (cf. RMA 48-49); il engage un processus d'inculturation pour incarner l'Evangile dans les cultures des peuples (cf. RMA 52-54); il ne manquera pas de connaître aussi des échecs. "En ce qui concerne les hommes, les groupes humains et les peuples, l'Eglise ne les atteint et ne les pénètre que progressivement, et les assume ainsi dans la plénitude catholique" (AGD 6).

855 La mission de l'Eglise appelle l'effort vers l'unité des chrétiens (cf. RMA 50). En effet "les divisions entre chrétiens empêchent l'Eglise de réaliser la plénitude de catholicité qui lui est propre en ceux de ses fils qui, certes, lui appartiennent par le Baptême, mais se trouvent séparés de sa pleine communion. Bien plus, pour l'Eglise elle-même, il devient plus difficile d'exprimer sous tous ses aspects la plénitude de la catholicité dans la réalité même de sa vie" (UR 4).

856 La tâche missionnaire implique un dialogue respectueux avec ceux qui n'acceptent pas encore l'Evangile (cf. RMA 55). Les croyants peuvent tirer profit pour eux-mêmes de ce dialogue en apprenant à mieux connaître "tout ce qui se trouvait déjà de vérité et de grâce chez les nations comme par une secrète présence de Dieu" (AGD 9). S'ils annoncent la Bonne Nouvelle à ceux qui l'ignorent, c'est pour consolider, compléter et élever la vérité et le bien que Dieu a répandus parmi les hommes et les peuples, et pour les purifier de l'erreur et du mal "pour la gloire de Dieu, la confusion du démon et le bonheur de l'homme" (AGD 9).
SUPER-INTERESSANT, ma chère ROSE.


Pourrais-tu pour information donner le sens de CEC RMA, AGD, etc ......



CEC  = Catéchisme Eglise Catholique (tu le sais cela mon cher MARIO)

AGD  = encyclique AD GENTES



CEC = Catéchisme Eglise Catholique (tu le sais cela mon cher MARIO)

AGD = encyclique AD GENTES

RMA = REDEMPTORIS MATER (lettre encylique de Jean-Paul II)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyDim 01 Déc 2013, 18:17

rosedumatin a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:

SUPER-INTERESSANT, ma chère ROSE.


Pourrais-tu pour information donner le sens de CEC RMA, AGD, etc ......



CEC  = Catéchisme Eglise Catholique (tu le sais cela mon cher MARIO)

AGD  = encyclique AD GENTES


CEC  = Catéchisme Eglise Catholique (tu le sais cela mon cher MARIO)

AGD  = encyclique AD GENTES

RMA = REDEMPTORIS MATER (lettre encylique de Jean-Paul II)
Et j'ajoute LG = Lumen Gentium ;

Et NA = Nostra Aetate, dont un extrait nous a servi pour la "déclaration des fondateurs sous la bannière de la page d'accueil !
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyLun 09 Déc 2013, 14:50

Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas

Le second chapitre expose le lien étroit existant entre foi et vérité. Sans la vérité, la foi ne sauve pas ! Elle demeure une fable projetant notre désir de bonheur. Nous vivons une crise de la vérité qui rend nécessaire le rappel de ce lien, d'autant que la culture dominante ne tend qu'à croire en la réalité technologique, en ce que l'homme parvient à construire et mesurer par la science.

Ce qui fonctionne serait vérité, valable pour un tel et non au service du bien général. La vérité qui explique toute vie est vue avec suspicion. La grande vérité n'est pas celle qui fut à la base des totalitarismes du siècle dernier, le grand oubli du monde contemporain qui, à l'avantage du relativisme et du fanatisme écarte la question que posent la vérité, la vie et Dieu. Ensuite le texte souligne le lien entre foi et amour, non l'amour vagabond mais celui de Dieu qui transforme et permet de voir le réel sous un autre jour. Si la foi leur est liée, la vérité et l'amour ne sauraient être séparés. L'amour véritable surmonte le temps et devient connaissance. L'amour fidèle de Dieu qui révèle la foi constitue une vérité dont le coeur est la rencontre du Christ incarné, venu à nous pour offrir sa grâce et nous convertir. Puis il est question du dialogue entre foi et raison, particulièrement important lorsque la vérité du monde est souvent réduite à un réel subjectif. Faisant peur, la simple vérité est perçue comme une imposition intransigeante, alors qu'elle est l'amour de Dieu qui lui ne s'impose pas par la violence et n'écrase personne comme le fait le totalitarisme. La foi n'est pas intransigeante et le croyant ne peut être arrogant mais porteur humble d'une conviction qui respecte l'autre. Ainsi la foi porte-t-elle au dialogue en tout, dans la science où elle réveille le sens critique et attise la raison face à la splendeur de la création, mais aussi dans la culture, dans le dialogue inter-religieux et avec les incroyants ou qui s'efforcent d'agir comme si Dieu existait. Eux aussi sont en recherche de cette lumière et pratiquent le bien.

 Connaître Dieu sans la foi est impossible. La théologie enseigne que Dieu n'est pas un objet mais un sujet qui se fait connaître.

La théologie, qui participe à cette connaissance, doit être mise au service de la foi des chrétiens. Quant au magistère ecclésial, il ne doit pas dicter de limite à la liberté théologique mais en être un élément constitutif assurant le lien avec la Parole.
 



Je vous transmets ce que j'ai reçu

Le troisième chapitre traite de l'importance de l'évangélisation.

Qui s'est ouvert à l'amour de Dieu ne peut le garder pour lui. La lumière de Jésus brille pour les chrétiens qui doivent la transmettre comme un flambeau qui en allume d'autres de génération en génération, tout au long d'une chaîne de témoins de la foi. Ceci implique un lien étroit entre foi et mémoire car la foi n'est pas une option personnelle. Dieu nous unit tous dans le temps en nous rendant contemporains de Jésus. On ne peut croire seul d'autant que la foi s'ouvre à chacun au sein de la communauté qu'est l'Eglise. Qui croit n'est par conséquent jamais seul. Notre ego s'élargit pour générer de nouveaux liens de vie. Le moyen particulier de transmission de la foi restent les sacrements, qui communiquent une mémoire incarnée. Le baptême, des enfants comme des adultes, et le catéchuménat ne peuvent être accomplis seuls. La foi n'est pas un acte individuel et isolé mais une démarche accomplie dans la communion ecclésiale. Personne ne saurait se baptiser, ni confesser la foi par soi même. L'enfant a besoin du soutien de la famille qui lui transmet la foi et des parrains dont le geste montre la synergie existant entre l'Eglise et la cellule familiale. Et puis l'Eucharistie est la nourriture indispensable de la foi, un acte de mémoire actualisant le mystère conduisant du monde visible au monde invisible. Le Credo implique le croyant dans la vérité qu'il confesse, tandis que le Pater permet au chrétien de commencer à voir avec les yeux du Christ, et que le Décalogue permet en réalité d'entrer pratiquement en dialogue avec Dieu. Loin d'être une série de préceptes négatifs il permet d'embrasser la divine miséricorde et d'engager un chemin de gratitude vers la pleine communion avec Dieu. La foi est une car Dieu est un, Elle s'adresse à un Seigneur unique et offre une unité de vision que l'Eglise partage comme seul corps et seul esprit. Mais la foi doit aussi être confessée dans sa pureté et dans son intégrité. Il en va de l'unité de l'Eglise car enlever quoi que ce soit à la foi serait le retrancher de la vérité de communion. Et puis l'unité de la foi étant celle d'un organisme vivant, elle démontre sa catholicité, une universalité éclairante capable d'exprimer au mieux le cosmos et l'histoire. En outre cette unité est garantie par la succession apostolique.
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyLun 09 Déc 2013, 17:04

Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602              ma chère ROSE .


Combien de chapitres au total ?
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyLun 09 Déc 2013, 17:11

mario-franc_lazur a écrit:
Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602              ma chère ROSE .


Combien de chapitres au total ?


Il y a 5 chapitres au total et le sixième est entièrement consacré à la Vierge Marie !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 21 Déc 2013, 18:07

suite et fin ....


Dieu prépare pour eux une cité


Le quatrième chapitre explique le lien qu'il y a entre foi et bien général, qui tend à la constitution d'un meilleur espace de vie de l'homme et des autres espèces. La foi renforce la solidarité entre les êtres humains et les met au service de la justice, du droit et de la paix. Elle n'éloigne pas du monde et des nécessités de l'homme, d'autant que sans l'amour fidèle de Dieu l'unité de l'humanité ne se fonderait que sur l'utilité, l'intérêt ou la peur. A l'inverse la foi, qui tend à l'harmonie des rapports humains et à leur finalité en Dieu, nous met tous au service du bien général. Elle est un bien de tous pour tous, qui ne sert pas seulement à préparer l'Au-delà mais à édifier la société terrestre en marche vers l'espérance. Au premier plan des structures qu'éclaire la foi il y a la famille fondée sur le mariage, union stable d'un homme et d'une femme, née de la valeur de la différence sexuelle et vivant de l'amour qui vient de Dieu. En reconnaissant un amour éternel, la famille reconnaît celui du Créateur qui porte à enfanter. A propos ensuite des jeunes, le document parle des JMJ qui leur permettent d'exprimer la joie de la foi et l'engagement à la vivre généreusement. Les jeunes veulent une vie de qualité et leur rencontre du Christ leur offre une espérance qui ne les décevra pas. La foi n'est pas le refuge de personnes timorées mais une dilatation de la vie. Ainsi dans les rapports sociaux la foi permet-elle aux enfants de Dieu de donner une signification nouvelle à une fraternité universelle qui n'est pas une simple égalité mais l'expérience de la paternité de Dieu et la perception de la dignité de toute personne. La foi enfin aide à trouver des moyens de respecter la nature, de trouver des modèles de développement respectueux, échappant à l'utilitarisme et au profit. Œuvre de Dieu, la nature doit être perçue comme un don à utiliser pour le bien de tous. Il faut donc trouver une bonne gestion au service de l'humanité entière et capable de dépasser tout esprit conflictuel. Lorsque la foi fait défaut les fondements mêmes de la vie communautaires sont à risque. Si la foi en Dieu est écartée de la société nous perdrons notre confiance en nous, et si l'on est pas unis dans la confiance on le sera dans la peur. D'où l'impérative nécessité de confesser publiquement Dieu pour éclairer la vie de la famille humaine. Quant à la question de la souffrance et de la mort, le chrétien sait qu'elles ne peuvent être éliminées. Mais il sait aussi qu'elles ont un sens lorsqu'on s'en remet à la volonté de Dieu, en en faisant des étapes de croissance dans la foi. Dieu ne fournit pas une explication complète à qui souffre, mais sa présence et son accompagnement qui ouvre un passage des ténèbres vers la lumière. En cela la foi rejoint l'espérance. Et de revenir sur la recommandation du Pape à ne jamais se laisser voler l'espérance en permettant des solutions immédiates sans issue.





Bienheureuse celle qui a cru



La conclusion de l'encyclique est une invitation à suivre Marie, l'icône parfaite de la foi. Mère de Jésus elle a conçu la foi et la joie. Prions la afin de ne jamais oublier que le croyant n'est jamais seul, et pour qu'elle nous enseigne à voir avec les yeux de Jésus.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Le chant du cygne

Le chant du cygne


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 21 Déc 2013, 18:53

rosedumatin a écrit:


Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.
Oui, c'est aussi ce qu'on appelle la succession apostolique.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptySam 21 Déc 2013, 19:01

Le chant du cygne a écrit:
rosedumatin a écrit:


Cette encyclique est du Pape François, même si le Pape émérite Benoit XVI en avait conçu tout l'avant projet.

Suite la semaine prochaine .......

NB : il faut bien noter que nous n'avons pas deux papes dans l' Eglise Catholique : le Pape François est notre Berger, notre Pasteur !


./.
Oui, c'est aussi ce qu'on appelle la succession apostolique.

En effet, l' Eglise reste toujours dans la continuité !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyJeu 26 Déc 2013, 17:04

Quelques notes complémentaires :



DEUX REMARQUES PREALABLES :

1. La nécessité de la nouvelle évangélisation

Il s'agit d'abord de l'interprétation du Concile Vatican II : c'est plus une interprétation de la réforme dans la continuité de l' Eglise qu'une interprétation de la discontinuité et de la rupture.

C'est aussi une réponse à :

- la sécularisation galopante , une grave crise de la foi chrétienne
- au matérialisme, au divorce entre foi et raison, aux divisions dans l' Eglise
- au relativisme, à l' athéisme, la perte des repères normaux, à l' hédonisme, à l'évolution morale des sociétés.

2. Audience générale du pape François, le 27 novembre

" la mort nous concerne tous .... la mort effraie ... Cela se produit quand nous considérons notre vie comme un temps compris entre deux pôles : la naissance et la mort.

Quel est le sens chrétien de la mort ? Dans notre cœur s'élève la conviction que tout ne peut pas être fini, que le bien donné et reçu n'a pas été inutile. Un instinct puissant existe en nous, qui nous dit que notre vie ne finit pas avec la mort.

Cette soif de vie a trouvé sa réponse réelle et fiable dans la Résurrection de Jésus-Christ. La résurrection de Jésus ne donne pas seulement la certitude de la vie au delà de la mort, mais elle illumine également le mystère même de la mort de chacun de nous.


... A suivre ....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyJeu 26 Déc 2013, 20:46

L' Eglise, mère de notre foi

1. La dimension communautaire et ecclésiale de la foi est un leitmotiv de l'encyclique (4.14, 22, 27, 34, 37, 39-43-45, 47, 48 et tout le chapitre IV numéros 50-57).

2. Audience générale du Pape François, le 30 octobre 2013



a) " notre foi a besoin du soutien des autres .... la tendance à s'enfermer dans le privé; on a du mal à demander l'aide spirituelle de ceux qui partagent avec nous l'espérance chrétienne.
Qui d'entre nous n'a pas fait l'expérience des incertitudes, des désarrois et même des doutes .... Nous sommes des êtres humains .... Dans ces moments difficiles, il faut avoir la confiance et l' humilité en l'aide de Dieu, à travers la prière filiale et en même temps de s'ouvrir aux autres, pour demander de l'aide, pour demander de nous donner un coup de main ...
Nous sommes une grande famille .....

b) Et venons en à un autre aspect : la communion des saints va au-delà de la mort et dure pour toujours.

Cette union entre nous, va au-delà et continue dans l'autre vie : c'est une union spirituelle qui naît du baptême et qui n'est pas brisée par la mort, grâce au Christ Ressuscité, elle est destinée à trouver sa plénitude dans la vie éternelle.

Il existe un lien profond et indissoluble entre ceux qui sont encore pèlerins dans ce monde-entre-nous et ceux qui ont franchi le seuil de la mort pour entrer dans l'éternité; Tous les baptisés ici-bas sur terre, les âmes du purgatoire et tous les bienheureux qui sont au paradis forment une seule et grande famille.

Cette Communion entre le ciel et la terre se réalise dans la prière d'intercession.

c) La vie dans ce monde nous est donnée également pour préparer l'autre vie , celle avec Père Céleste; Et il existe pour cela une voie sûre : bien se préparer à la mort , en étant proches de Jésus.

3. Catéchisme de l' Eglise Catholique



CEC 954 - les trois états de l' Eglise :

- les saints sont dans la gloire, contemplant le Dieu en 3 personnes.

- d'autres se purifient encore : la communion des défunts-Notre prière pour eux peut non seulement les aider mais aussi rendre efficace leur intercession en notre faveur (958)

- d'autres sont dans la gloire contemplant le Dieu en trois personnes : la communion des saints CEC 957

En résumé
:

" Nous croyons à la communion de tous les fidèles du Christ, de ceux qui sont pèlerins sur la terre, des défunts qui achèvent leur purification, des bienheureux du ciel, tous ensemble forment une seule Eglise et nous croyons que dans cette communion l'amour miséricordieux de Dieu et de ses saints est toujours à l'écoute de nos prières ".



A suivre .....



Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyJeu 26 Déc 2013, 21:00



SUPER-INTERESSANT, ma chère ROSE ...........


 Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602  et pour toi ce bouquet ... :  Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  88012 
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyVen 27 Déc 2013, 18:25

mario-franc_lazur a écrit:


SUPER-INTERESSANT, ma chère ROSE ...........


     Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  175602    et pour toi ce bouquet ... :      Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  88012 


Et je continue ....

Voici une photo du Pape François ce Noël 2013


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyVen 27 Déc 2013, 18:28

J'ai acheté l'encyclique en entier à la boutique de la basilique de Marienthal en Alsace, j'ai feuilleté ça a l'air très bien. Vous l'avez lue en entier ?
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyVen 27 Déc 2013, 18:32

Les sacrements et la transmission de la Foi :




" Audience générale du 6 novembre 2013 "



" Les sacrements sont la force du Christ .... En eux nous rencontrons le Christ Sauveur et à travers eux nos frères dans la foi. Chaque rencontre avec le Christ nous invite à aller communiquer aux autres un salut que nous avons pu voir, toucher, rencontrer, accueillir et qui est vraiment crédible car il est Amour ... il est important de recevoir la communion, il est important que les enfants soient baptisés tôt, qu'ils soient confirmés, parce que les sacrements sont la présence de Jésus Christ en nous, une présence qui nous aide. C'est important, lorsque nous nous sentons pécheurs (ajoutons que le juste pèche 7 fois par jour !) que nous nous approchions du sacrement de la réconciliation.

..... N'éteignons pas l' Esprit qui nous donne les cadeaux, les aptitudes, les vertus .... second aspect de la communion aux choses saintes dont le troisième secret est LA CHARITE " .

... à suivre ...


Dernière édition par rosedumatin le Ven 27 Déc 2013, 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyVen 27 Déc 2013, 18:33

† Lucas † a écrit:
J'ai acheté l'encyclique en entier à la boutique de la basilique de Marienthal en Alsace, j'ai feuilleté ça a l'air très bien. Vous l'avez lue en entier ?

Oui, Lucas je l'ai lue en entier et suivi les enseignements ... d' où la raison pour laquelle j'ai ouvert ce topic.

Cette encyclique a vraiment enrichi ma vie spirituelle !  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyVen 27 Déc 2013, 18:49

rosedumatin a écrit:
† Lucas † a écrit:
J'ai acheté l'encyclique en entier à la boutique de la basilique de Marienthal en Alsace, j'ai feuilleté ça a l'air très bien. Vous l'avez lue en entier ?

Oui, Lucas je l'ai lue en entier et suivi les enseignements ... d' où la raison pour laquelle j'ai ouvert ce topic.

Cette encyclique a vraiment enrichi ma vie spirituelle !  Very Happy 


Pour ceux qui voudraient la lire :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



@ LUCAS -- Quels commentaires ferais-tu sur cette encyclique ?
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyVen 27 Déc 2013, 18:58

mario-franc_lazur a écrit:
rosedumatin a écrit:
† Lucas † a écrit:
J'ai acheté l'encyclique en entier à la boutique de la basilique de Marienthal en Alsace, j'ai feuilleté ça a l'air très bien. Vous l'avez lue en entier ?

Oui, Lucas je l'ai lue en entier et suivi les enseignements ... d' où la raison pour laquelle j'ai ouvert ce topic.

Cette encyclique a vraiment enrichi ma vie spirituelle !  Very Happy 


Pour ceux qui voudraient la lire :


http://www.vatican.va/holy_father/francesco/encyclicals/documents/papa-francesco_20130629_enciclica-lumen-fidei_fr.html



@ LUCAS -- Quels commentaires ferais-tu sur cette encyclique ?


Pour l'instant aucun, je ne l'ai pas encore lu, je le ferai bientôt
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  EmptyMar 31 Déc 2013, 19:44

Les sacrements et la transmission de la foi



Audience générale du 6 novembre 2013



" Les sacrements sont la force du Christ .... en eux nous rencontrons le Christ Sauveur et à travers eux, nos frères dans la Foi. Chaque rencontre avec le Christ nous invite à aller communiquer aux autres un salut que nous avons pu voir, toucher, rencontrer, accueillir et qui est vraiment crédible car il est Amour... il est important de recevoir la communion, il est important que les enfants soient baptisés tôt, qu'ils soient confirmés, parce que les sacrements sont la présence de Jésus-Christ en nous, une présence qui nous aide ..... C'est important lorsque nous nous sentons pécheurs , (ajoutons que le juste pèche 7 fois par jour !) que nous nous approchions du Sacrement de la réconciliation.

... N'éteignons pas l' Esprit qui nous donne les cadeaux, les aptitudes, les vertus ... second aspect de la communion aux choses saintes dont le troisième aspect est la Charité."

... A suivre ....
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Contenu sponsorisé




Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty
MessageSujet: Re: Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei    Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Première encyclique du Pape François : Lumen Fidei
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première mondiale : Le 2 juin 2013 Adoration Eucharistique dans le monde entier, en union avec le pape François.
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Le blason du Pape François
» LE PAPE FRANÇOIS PARLE DU "MARIAGE POUR TOUS" ...
» les tweets du pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: