Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez | 
 

 La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 17:03

24 mai 2015

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


La Syrie est devenue l'un des principaux pays à produire et consommer du Captagon, une drogue à base d’amphétamines qui permet "d’oublier la douleur et la peur", rapportent plusieurs médias. Les djihadistes du groupe terroriste Etat islamique, mais aussi d’Al-Nosra (la branche syrienne d’Al-Qaïda) ou encore les combattants de l’armée syrienne libre s’en procurent afin de "tenir le coup".


"Ils rigolaient alors qu'on les bourrait de coups"

"Ça donne la pêche, tu te mets à combattre sans te fatiguer, tu marches droit devant toi, tu ne connais plus la peur. Les combattants l’utilisent pour veiller, pour contrôler leurs nerfs et augmenter leurs performances sexuelles", explique un trafiquant dans ce reportage d’Arte. "On les frappait et ils ne ressentaient pas la douleur: la plupart d’entre eux rigolaient alors qu’on les bourrait de coups", explique encore un officier de la brigade des stupéfiants de Homs à Reuters à propos d’un prisonnier sous l’emprise de cette substance.


à suivre

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 17:06

Autrefois utilisé comme médicament

Le Captagon était autrefois prescrit pour soigner des troubles de la concentration et la narcolepsie, rapporte le Nouvel Obs, avant d’être qualifié de substance psychotrope par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d'être interdit dans plusieurs pays.


De quoi financer les armes

Dans le reportage d’Arte, on découvre qu’au-delà de leur consommation, les combattants exportent ces pilules vers l’étranger et financent ainsi leur armement. Le coût d’un comprimé varie entre 5 et 20 dollars. "Un sac qui contient 200.000 pilules rapporte un demi-million de dollars", alors qu’il ne coûterait que quelques milliers de dollars à fabriquer...


Les civils aussi en consomment


La consommation de ces pilules ne se limiterait pas au front: "L’usage du Captagon et d’autre pilules a augmenté après la révolution auprès des civils en raison des pressions psychologiques et économiques", explique un psychiatre à Reuters.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Documentaire : RTL TVI

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
pinson

avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 19:25

Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 19:35

pinson a écrit:
 Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?


Il faut bien faire la distinction cher PINSON, entre les VRAIS MUSULMANS et ces extrêmistes !!

Jamais un véritable Musulman n'utilisera ces drogues.

Il sont extrêmistes et fous ....

SURTOUT NE FAIS PAS D' AMALGAME !!

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Sun Back




MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 20:08

rosedumatin a écrit:
pinson a écrit:
 Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?


Il faut bien faire la distinction cher PINSON, entre les VRAIS MUSULMANS et ces extrêmistes !!

Jamais un véritable Musulman n'utilisera ces drogues.

Il sont extrêmistes et fous ....

SURTOUT NE FAIS PAS D' AMALGAME !!

rien à voir ! c'est toi qui amalgame la ma chère rose !
j'ai des amis musulmans modérés (donc ce que vous appelez "vrais musulmans") qui boivent, fument, forniquent ...!
la piété n'a rien à voir avec notre statut religieux !
si demain un musulman viole quelqu'un, il reste musulman, avec un péché ; certes, mais musulman quand même !
ne t'est-il jamais arrivé de pécher, malgré ta chrétienté ? est-ce pour autant que tu n'es pas une "vrai chrétienne" ?
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 20:23

Sun Back a écrit:
rosedumatin a écrit:
pinson a écrit:
 Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?


Il faut bien faire la distinction cher PINSON, entre les VRAIS MUSULMANS et ces extrêmistes !!

Jamais un véritable Musulman n'utilisera ces drogues.

Il sont extrêmistes et fous ....

SURTOUT NE FAIS PAS D' AMALGAME !!

rien à voir ! c'est toi qui amalgame la ma chère rose !
j'ai des amis musulmans modérés (donc ce que vous appelez "vrais musulmans") qui boivent, fument, forniquent ...!
la piété n'a rien à voir avec notre statut religieux !
si demain un musulman viole quelqu'un, il reste musulman, avec un péché ; certes, mais musulman quand même !
ne t'est-il jamais arrivé de pécher, malgré ta chrétienté ? est-ce pour autant que tu n'es pas une "vrai chrétienne" ?



Je te l'accorde mon cher Sun Back,

Nous sommes tous des êtres humains.

Je voulais juste parler des extrêmistes, admets tu au moins qu'il y a partout des extrêmistes (dans chaque religion) mais si je pèche gravement, je demande le pardon de mes péchés ( dans le sacrement de confession et avec la ferme intention de ne plus recommencer, puisque je suis Catholique Romaine et confesse cette foi, quitte à résister jusqu'au sang) sinon cela ne sert de rien et NON, alors si je n'ai pas la contrition parfaite, je ne suis pas une vraie chrétienne !!!!!!!!!!!!!!!!!!


Et vous que faites vous pour la rémissions de vos péchés alors chers frères et sœurs Musulmans.


Fraternellement.

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 21:21

rosedumatin a écrit:
Sun Back a écrit:
rosedumatin a écrit:
pinson a écrit:
 Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?


Il faut bien faire la distinction cher PINSON, entre les VRAIS MUSULMANS et ces extrêmistes !!

Jamais un véritable Musulman n'utilisera ces drogues.

Il sont extrêmistes et fous ....

SURTOUT NE FAIS PAS D' AMALGAME !!

rien à voir ! c'est toi qui amalgame la ma chère rose !
j'ai des amis musulmans modérés (donc ce que vous appelez "vrais musulmans") qui boivent, fument, forniquent ...!
la piété n'a rien à voir avec notre statut religieux !
si demain un musulman viole quelqu'un, il reste musulman, avec un péché ; certes, mais musulman quand même !
ne t'est-il jamais arrivé de pécher, malgré ta chrétienté ? est-ce pour autant que tu n'es pas une "vrai chrétienne" ?



Je te l'accorde mon cher Sun Back,

Nous sommes tous des êtres humains.

Je voulais juste parler des extrêmistes, admets tu au moins qu'il y a partout des extrêmistes (dans chaque religion) mais  si je pèche gravement,  je demande le pardon de mes péchés ( dans le sacrement de confession et avec la ferme intention de ne plus recommencer, puisque je suis Catholique Romaine et confesse cette foi, quitte à résister jusqu'au sang)  sinon cela ne sert de rien et NON, alors si je n'ai pas la contrition parfaite, je ne suis pas une vraie chrétienne !!!!!!!!!!!!!!!!!!


Et vous que faites vous pour la rémissions de vos péchés alors chers frères et sœurs Musulmans.


Fraternellement.


Bonne réponse, ma chère ROSE !

A notre frère SUN BACK, je ferai remarquer que PINSON posait une question sur les drogues et le Coran et qu'il ne lui a pas été répondu !...

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Sun Back




MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 21:27

rosedumatin a écrit:


Je te l'accorde mon cher Sun Back,

Nous sommes tous des êtres humains.

Je voulais juste parler des extrêmistes, admets tu au moins qu'il y a partout des extrêmistes (dans chaque religion) mais  si je pèche gravement,  je demande le pardon de mes péchés ( dans le sacrement de confession et avec la ferme intention de ne plus recommencer, puisque je suis Catholique Romaine et confesse cette foi, quitte à résister jusqu'au sang)  sinon cela ne sert de rien et NON, alors si je n'ai pas la contrition parfaite, je ne suis pas une vraie chrétienne !!!!!!!!!!!!!!!!!!



rosedumatin a écrit:
Et vous que faites vous pour la rémissions de vos péchés alors chers frères et sœurs Musulmans.


Fraternellement.

je ne suis pas musulman, mais je me permets de répondre :
il faut prononcer une phrase de repentance ; cela dit, il ne suffit pas de la prononcer : il faut aussi qu'elle soit sincère !

mario-franc_lazur a écrit:
Bonne réponse, ma chère ROSE !

A notre frère SUN BACK, je ferai remarquer que PINSON posait une question sur les drogues et le Coran et qu'il ne lui a pas été répondu !...

il est vrai que la drogue est interdite en islam, mais concernant ce cas précis :
- est-ce de l'info ou de l'intox ?
- si c'est de l'info, peut-être légitiment-ils cette prise de drogue, avec, comme argument "c'est pour être plus apte à combattre pour Allah"
Revenir en haut Aller en bas
SKIPEER

avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 24 Mai 2015, 22:28

pinson a écrit:
Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?
les drogues perturbent les facultés mentales. Or tout ce qui produit un tel effet est interdit en vertu de la parole du Prophète (paix sur lui) : « Tout ce qui entraîne l’ivresse est (comme) du vin et tout ce qui entraîne l’ivresse est interdit de consommation. Et quiconque boit du vin ici-bas ne le boira pas dans l’au-delà » (rapporté par Mouslim, n° 2003).

Al-Boukhari (n° 4087) et Mouslim (n°1733) ont rapporté qu’Abou Moussa a dit : « Le Prophète (paix sur lui) nous envoya, Mu’adh et moi-même, au Yémen et je lui ai dit : on fabrique chez nous une boisson à base d’orge appelée Mizar et une autre à base de miel appelée Shaa..
-le Prophète psl dit : « Tout ce qui entraîne l’ivresse est interdit de consommation ».

AL-Boukhari (n° 4343) et Mouslim (n° 3032) ont rapporté qu’Ibn Omar (P.A.a) a dit : « J’ai entendu Omar dire du haut de la chaire du Prophète (paix sur lui) : « cela étant, ô gens, quand la consommation du vin fut interdite, cette boisson était fabriquée à partir de cinq matières : le vigne, la datte, le miel, le blé et l’orge ».


Ibn Taymiyya dit dans As-Siyassa ash-shariyya (p. 92) : « le hashish confectionné avec des feuilles de vigne est interdit de consommation. Et celui qui le consomme doit subir la même peine que le buveur du vin. Le hashish est même pire que le vin dans la mesure où il détériore le système nerveux et les facultés mentales et favorise l'avilissement et la mollesse) .



Ibn Taymiyya dit encore : « Que dire de celui qui s’entête à consommer du hashish tout en le croyant licite, comme c’est le cas d’un groupe de gens. Une telle personne doit être invitée à se repentir. Si elle le refuse, on l’exécute. Car l’état d’ivresse consécutif à la consommation du hashish est interdit à l’unanimité.
Extrait des Fatawa al-Koubra, 2/309.
La croyance à la licité de l’usage du hashish conduit de l’avis de tous à la mécréante parce que cette plante produit des effets nocifs plus graves que ceux qui résultent de la consommation du vin.

le terme Khamr désigne tout ce qui perturbe le fonctionnement de l’esprit. Or  l’usage des drogues produit un même effet.
Revenir en haut Aller en bas
vivre_ensemble

avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Lun 25 Mai 2015, 00:05

pinson a écrit:
 Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?

Massacrer des gens aussi !!! Ces gens là appliquent tout sauf le Coran !!!


Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Lun 25 Mai 2015, 11:40

vivre_ensemble a écrit:
pinson a écrit:
 Je croyais que les drogues, comme l'est l'alcool, était interdit par le Coran !?

Massacrer des gens aussi !!! Ces gens là appliquent tout sauf le Coran !!!


Et donc, comme je l'ai dit sur un autre topic, il faudrait que ces gens-là soient, non pas "excommuniés", comme ils le seraient chez nous ( les Nazis l'ont été ), mais désislamisés !


Car sont-ils encore musulmans ou non ??????

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Lun 25 Mai 2015, 14:29

Pas grand chose de neuf sous le soleil de Satan:
Les amphétamines ont été abondamment employés pendant la seconde guerre mondiale, en particulier par les nazis.
Au départ cela leur a donné un avantage certain , surtout pendant la guerre éclaire.. Mais tous ce paye, les problèmes d'accoutumance , de manque, les troubles de la personnalité, du sommeil...les effets secondaire se sont révélé désastreux si bien que les allemands ont fini par interdire les amphétamines qui étaient devenu un vrai probléme pour eux!

http://www.histoire-medecine.fr/seconde-guerre-mondiale-les-soldats-de-la-wehrmacht.php


Citation :
Au total plus de 200 millions de comprimés ont été distribués à la Wehrmacht et à la Luftwaffe entre 1939 et 1945. Les soldats allemands la surnommaient "Panzerschokolade", ce qui signifie "réservoir de chocolat". Hitler, lui-même, s’en administrait par voie intraveineuse. Si ce produit a dopé les nazis, ses effets secondaires sont particulièrement graves : vertiges, sueurs, dépression et hallucinations. Certains soldats sont morts d'insuffisance cardiaque, d'autres se sont tués pendant des phases psychotiques. Au vu des symptômes découlant de la consommation de cette substance, des médecins se sont opposés très vite à sa distribution systématique aux soldats de l’armée allemande. Leonardo Conti, chef de la santé du Troisième Reich, en fait partie (Robson, 2013).
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Lun 25 Mai 2015, 21:11

Idriss a écrit:
Pas grand chose de neuf sous le soleil de Satan:
Les amphétamines ont été abondamment employés pendant la seconde guerre mondiale, en particulier par les nazis.
Au départ cela leur a donné un avantage certain , surtout pendant la guerre éclaire.. Mais tous ce paye, les problèmes d'accoutumance , de manque, les troubles de la personnalité, du sommeil...les effets secondaire se sont révélé désastreux si bien que les allemands ont fini par interdire les amphétamines qui étaient devenu un vrai probléme pour eux!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Citation :
Au total plus de 200 millions de comprimés ont été distribués à la Wehrmacht et à la Luftwaffe entre 1939 et 1945. Les soldats allemands la surnommaient "Panzerschokolade", ce qui signifie "réservoir de chocolat". Hitler, lui-même, s’en administrait par voie intraveineuse. Si ce produit a dopé les nazis, ses effets secondaires sont particulièrement graves : vertiges, sueurs, dépression et hallucinations. Certains soldats sont morts d'insuffisance cardiaque, d'autres se sont tués pendant des phases psychotiques. Au vu des symptômes découlant de la consommation de cette substance, des médecins se sont opposés très vite à sa distribution systématique aux soldats de l’armée allemande. Leonardo Conti, chef de la santé du Troisième Reich, en fait partie (Robson, 2013).


Tu abondes dans mon sens, mon cher IDRISS : les adhérents au parti nazi ont été excommuniés ; ce serait bien que les adhérents au califat de Daech soit "désislamisés" .

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
vivre_ensemble

avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Mar 26 Mai 2015, 10:49

mario-franc_lazur a écrit:
Idriss a écrit:
Pas grand chose de neuf sous le soleil de Satan:
Les amphétamines ont été abondamment employés pendant la seconde guerre mondiale, en particulier par les nazis.
Au départ cela leur a donné un avantage certain , surtout pendant la guerre éclaire.. Mais tous ce paye, les problèmes d'accoutumance , de manque, les troubles de la personnalité, du sommeil...les effets secondaire se sont révélé désastreux si bien que les allemands ont fini par interdire les amphétamines qui étaient devenu un vrai probléme pour eux!

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Citation :
Au total plus de 200 millions de comprimés ont été distribués à la Wehrmacht et à la Luftwaffe entre 1939 et 1945. Les soldats allemands la surnommaient "Panzerschokolade", ce qui signifie "réservoir de chocolat". Hitler, lui-même, s’en administrait par voie intraveineuse. Si ce produit a dopé les nazis, ses effets secondaires sont particulièrement graves : vertiges, sueurs, dépression et hallucinations. Certains soldats sont morts d'insuffisance cardiaque, d'autres se sont tués pendant des phases psychotiques. Au vu des symptômes découlant de la consommation de cette substance, des médecins se sont opposés très vite à sa distribution systématique aux soldats de l’armée allemande. Leonardo Conti, chef de la santé du Troisième Reich, en fait partie (Robson, 2013).


Tu abondes dans mon sens, mon cher IDRISS : les adhérents au parti nazi ont été excommuniés ; ce serait bien que les adhérents au califat de Daech soit "désislamisés" .

Nous n'avons pas d'autorité suprême autre que Dieu pour décider qui sort de l'islam et qui y reste. Tout se passe entre Dieu et sa Créature. Qui est musulman et qui ne l'est pas, nous ne le saurons qu'une fois de l'autre côté. Ceux qui prétendent savoir ce qui se trouve dans le cœur d'une personne sont manifestement dans l'erreur, à moins que les membres de ce forum aient pu lire dans les pensées de Daesh.

Quand bien même, il faudrait être Allah pour déterminer qui est musulman et qui ne l'est pas.

Est ce que je vous demande si Bush est chrétien après avoir massacré 3 millions de personnes en Irak, après avoir fait des essais nucléaires sur des populations civiles, après s'être lourdement enrichi grâce à la guerre qu'il a mené contre les musulmans ? Il faut croire que chaque religion a son lot de terroristes.


Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Mar 26 Mai 2015, 18:40

vivre_ensemble a écrit:

.................................
Est ce que je vous demande si Bush est chrétien après avoir massacré 3 millions de personnes en Irak, après avoir fait des essais nucléaires sur des populations civiles, après s'être lourdement enrichi grâce à la guerre qu'il a mené contre les musulmans ? Il faut croire que chaque religion a son lot de terroristes.



L'ignoble Bush n'est pas catholique, ça je peux te l'affirmer, c'était à l'époque de sa désastreuse présidence une sorte de protestant évangélique, anciennement alcoolique notoire !....


Cite-moi maintenant les catholiques terroristes de nos jours !

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Mar 26 Mai 2015, 20:18

Citation :
Les takfiris considèrent les musulmans ne partageant pas leur point de vue comme étant des apostats, donc des cibles légitimes pour leurs attaques.


vivre_ensemble a écrit:


Nous n'avons pas d'autorité suprême autre que Dieu pour décider qui sort de l'islam et qui y reste.
Quand bien même, il faudrait être Allah pour déterminer qui est musulman et qui ne l'est pas.



Point de vu islamique .
Daesh lui exécute toute personne qui ne se soumet pas à son autorité au prétexte que les musulmans qui ne leur obéissent pas doivent être considéré comme mécréant.

Donc Daesh ne respect pas le principe islamique qui interdit la takfirisation !

Citation :

'Abdullàh Ibn 'Outba Ibn Mas'ùd rapporte qu'il a entendu 'Omar Ibn Al Khattàb (das) dire: «II y avait des gens du temps du Messager de Dieu (bsdl) que la révélation de Dieu venait réprimander. Or la révélation s'est désormais arrêtée. Aussi nous ne vous jugeons maintenant que sur les apparences de vos actes. Celui qui nous montre un bon visage, nous le rapprochons de nous sans aller fouiller à l'intérieur de sa conscience. C'est Dieu qui lui demandera compte de ce que contient sa conscience. Celui qui nous montre un mauvais visage, nous ne lui donnons pas notre confiance et nous ne croyons pas ce qu'il dit, quand même il dit que son for intérieur est bon». (Rapporté par Al Boukhari)



vivre_ensemble a écrit:


Il faut croire que chaque religion a son lot de terroristes.

Daesh montre-t-il un bon ou un mauvais visage?
Ne devons nous pas jugez leurs actes selon les apparences?
Le terrorisme revendiqué ( bruler vivant quelqu'un dans une cage...etc) est-il compatible avec l'islam?

Dans certains cas il n'est pas possible de chercher la neutralité! Il est du devoir de chacun de choisir son camp en son âme et conscience...Il faut prendre ses responsabilité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Mar 26 Mai 2015, 20:36

mario-franc_lazur a écrit:
les adhérents au parti nazi ont été excommuniés ; ce serait bien que les adhérents au califat de Daech soit "désislamisés" .

Comparaison n'est pas raison!
Désislamisé?!!! Le mot est malheureux mais tu ne l'auras fait que par maladresse! Dé-islamisé n'est pas l'équivalent d'excommunier....tu aurais pu parler de frapper d'anathème cela aurais été plus judicieux...Hors comme pour vous catholiques , il n’appartiens pas aux individus de frapper d’anathème des quo-religionnaire mais aux autorités religieuses. Hors plusieurs de nos autorités religieuses parmi les plus importantes l'ont fait sans ambiguïté .Tu le savais sans doute mais l'avais oublié!

Au contraire de dé-islamiser Daesh il faudrait les islamiser pour qu'il reviennent à l'islam et à la raison:

L'Imam Ali rapporte :" J'ai interrogé le Messager de Dieu (SAW) sur sa tradition, il m'a dit :
Le savoir est mon capital.
La raison est l'origine de ma religion.
L'amour est mon fondement.

Le désir de voir Dieu est mon embarcation.
L'évocation de Dieu allège ma solitude.
La confiance en Dieu est mon trésor.
Le chagrin est mon compagnon.
La science est mon arme.
La patience est mon manteau.
La satisfaction de mon sort est mon butin.
La reconnaissance de mon incapacité est ma fierté.
La conviction est ma force.
Ma sincérité est mon intercesseur.
Mon obéissance à Dieu me suffit.
Le combat est mon caractère.
La sérénité et la joie de mes yeux sont dans la prière.
La sérénité et la joie de mon cœur sont dans Son évocation.
Mon seul chagrin est au sujet de ma nation.
Mon seul désir est de voir mon Seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Mar 26 Mai 2015, 21:10

Idriss a écrit:


Comparaison n'est pas raison!  
Désislamisé?!!! Le mot est malheureux mais  tu ne l'auras fait que par maladresse! Dé-islamisé n'est pas l'équivalent d'excommunier....tu aurais pu parler de frapper d'anathème cela aurais été plus judicieux...Hors comme pour vous catholiques , il n’appartiens pas aux individus de frapper d’anathème des quo-religionnaire mais aux autorités religieuses. Hors plusieurs de nos autorités religieuses parmi les plus importantes l'ont fait sans ambiguïté .Tu le savais sans doute mais l'avais oublié!  

Au contraire de dé-islamiser  Daesh  il faudrait les islamiser pour qu'il reviennent à l'islam et à la raison:


Je voulais dire : leur enlever leur identité religieuse musulmane !

Car les "islamiser" comme tu le proposes, le crois-tu possible ?

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Jeu 02 Juil 2015, 21:00

Citation :
Seifeddine Rezgui, le tueur de Sousse était sous cocaïne

Les dernières révélations du quotidien britannique The Daily Mail en date du 30 juin concernant le terroriste de Sousse, qui a tué 38 personnes sur la plage d’un hôtel à la station balnéaire Port al-Kantaoui à Hammam Sousse, font froid dans le dos… Selon l’envoyé spécial sur place, détaillant des nouvelles informations dévoilées par les enquêteurs tunisiens , les médecins auraient détecté lors de l’autopsie du corps du tueur un stimulant proche de la cocaïne. Il semble donc que l’homme était bien sous l’influence de la drogue pendant l’attaque terroriste.

« Il est prouvé que le terroriste a usé de certaines drogues, celles que les dirigeants de l’Etat Islamique ( EI ou Daech acronyme arabe ) donnent à leurs tueurs pour mener ce type d’attaques. Ils ne comprenaient certainement pas ce qu’il était en train de faire sur le moment », affirme une source au Daily Mail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Jeu 02 Juil 2015, 21:40

Ces gens là ont mis le masque de l'Islam, mais ils ne sont pas croyants. Ce sont des machines de guerre droguées.

Pourquoi sont-ils drogués?

Autrement, ils ne pourraient pas faire toutes ces atrocités. Ils s'effondreraient bien vite. C'est certainement ce qui leur arrivera dans quelques mois ou années, s'ils survivent. Ils souffriront d'un grave stress post-traumatique.

Le stress post-traumatique de soldats américains rentrés d'Irak et d'Afghanistan


Et imaginez donc, tous ces gens sous pression stressés, déséquilibrés mentalement, qui ont une agressivité et une rage meurtrière contre la société ; tout à coup, on leur donne le feu vert pour massacrer des gens, sous un faux prétexte. Quelle aubaine. Enfin on "légitime" et on "légalise" pour eux le crime. Que dis-je, on le sublime! Ils peuvent donner libre cours à leur folie meurtrière.

C'est un peu comme les hooligans, mais puissance 1000!
Quand les hooligans se fixent rendez-vous pour se battre


Ce qui se passe actuellement, me rappelle la décennie noire en Algérie. Il y a eu une version officielle pendant plus de 15 ans. Et maintenant, la vérité émerge enfin (du moins partiellement) 20 ans plus tard.
On ne sait pas pourquoi ces tueries et cette sauvagerie?

Il faut essayer de dépasser le sensationnel, l'émotionnel, même si cela est difficile, pour analyser "froidement" et rationnellement les choses.

Peut être que la réalité est à milles lieues des apparences.




En restant dans l'émotionnel, on ressent de la peur, de la haine, ...... Des sentiments très négatifs qui nous empêchent de réfléchir et d'avancer.


Ce terrorisme aveugle et sans visage est d'autant plus effrayant que l'ennemi peut frapper n'importe qui, n'importe où et à n'importe quel moment.

Cela détruit la confiance des citoyens dans l’avenir, qui devient noir et incertain. Cela ouvre la porte aux récupérations politiques, notamment par l'extrême droite. A chaque fois que vous verrez un évènement traumatisant dû au terrorisme, vous verrez les leaders de l'extrême droite se manifester pour accroître leur aura et gagner la confiance des citoyens.

Voir mes articles sur Daesh et le parallèle avec la guerre "civile" en Algérie :

http://www.dialogueislam-chretien.com/t9337-jusqu-au-bout-pour-jesus


cyclops


Dernière édition par Pilou le Jeu 02 Juil 2015, 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Jeu 02 Juil 2015, 22:19

Nous pourrions tirer des leçons des évènements du 11 septembre 2001, et les rapprocher de notre actualité :


Ben Laden, secret de famille de l'Amérique

Le Monde.fr | 09.09.2011 à 12h50 | Par Roy Arundhati , écrivain

Après les inadmissibles attentats-suicides qui ont frappé le Pentagone et le World Trade Center, un présentateur du journal télévisé déclarait le 17 septembre sur la chaîne américaine Fox : " Il est rare que le bien et le mal se manifestent aussi clairement qu'ils l'ont fait mardi dernier. Des gens que nous ne connaissons pas ont massacré des gens que nous connaissons - et ils ont commis leurs actes avec une jubilation pleine de mépris. " Puis il a craqué et fondu en larmes.

Voilà le hic : l'Amérique est en guerre contre des gens qu'elle ne connaît pas (parce qu'ils ne passent pas souvent à la télévision). Le gouvernement n'avait pas encore réussi à identifier précisément son ennemi, ni même commencé à cerner sa nature, que déjà, à grand renfort de publicité et de rhétorique douteuse, il se hâtait de concocter une "coalition mondiale antiterroriste" et mobilisait son armée, sa force aérienne, sa marine, ses médias pour les engager dans la bataille.

Le problème, c'est que l'Amérique, une fois partie en guerre, ne saurait décemment rapatrier ses troupes sans qu'il y ait eu, de fait, une guerre. Si elle ne trouve pas son ennemi, il lui faudra en fabriquer un, ne serait-ce que pour calmer la fureur de l'opinion publique. La guerre va acquérir une dynamique, une logique et une justification qui lui appartiendront en propre et feront perdre de vue ses mobiles initiaux.


Mû par la colère, le pays le plus puissant du monde renoue d'instinct avec un réflexe ancestral pour livrer un nouveau type de guerre. Mais en matière de défense nationale, ses navires aérodynamiques, ses missiles de croisière, ses avions de combat F-16 ont soudain l'air d'antiquailles encombrantes.

Son arsenal de bombes nucléaires, qui tenait lieu de force de persuasion, ne vaut plus son pesant de ferraille. Cutters, canifs et froide colère sont les armes de la guerre au XXIe siècle. Rien de plus facile à crocheter que la colère. Elle passe la douane sans attirer l'attention, elle échappe au contrôle des bagages.

Contre qui l'Amérique se bat-elle ? Le 20 septembre, le FBI faisait part de ses doutes quant à l'identité de certains pirates de l'air. Le même jour, George W. Bush déclarait savoir exactement qui étaient les terroristes et quels gouvernements les soutenaient. On aurait dit qu'il avait des informations dont ne disposaient ni le FBI ni la population américaine.

Pour des raisons stratégiques, militaires et économiques, George W. Bush doit à tout prix persuader l'opinion publique que ce sont les valeurs nationales de la liberté et de la démocratie qui sont visées, ainsi que le mode de vie américain. Message facile à colporter dans l'atmosphère de chagrin, d'indignation et de colère qui règne actuellement. Cependant, à supposer que le contenu en soit vrai, on peut légitimement se demander pourquoi ce sont les symboles de la suprématie économique et militaire américaine (le World Trade Center et le Pentagone) qui ont été pris pour cibles. Pourquoi pas la statue de la Liberté ? Ne peut-on alors émettre l'hypothèse que la sombre colère à l'origine des attentats n'a pas pour source la liberté et la démocratie américaines, mais le soutien et l'engagement exceptionnel des Américains pour des causes radicalement opposées : pour le terrorisme militaire et économique, l'insurrection, la dictature armée, le fanatisme religieux, le génocide impensable (hors des frontières du pays) ?

Touchée par des pertes récentes, la majorité de la population doit avoir du mal à regarder le monde en face, les yeux embués de larmes, et n'y rencontrer que ce qu'elle peut interpréter comme de l'indifférence. Mais ce n'est pas de l'indifférence. C'est juste une intuition. Une absence de surprise. La conscience lasse que tout finit par se payer. Les Américains doivent savoir qu'ils ne sont pas en cause, mais que c'est la politique de leur gouvernement qui attise la haine. Ils ne peuvent pas un instant douter qu'ils sont partout bien reçus, eux et leurs musiciens extraordinaires, leurs écrivains, leurs acteurs, leurs athlètes impressionnants, leur cinéma. Immense a été la peine de l'Amérique face aux événements ; immense aussi, la dimension publique de cette peine. Mais de là à penser qu'elle pourrait modérer ou nuancer l'angoisse, ce serait grotesque.

Toutefois, il serait également regrettable que le pays, au lieu d'en profiter pour tenter d'expliquer les événements, saisisse l'occasion pour usurper la souffrance du monde entier, pour pleurer et venger la souffrance qui le concerne seul. Car dans ce cas c'est à nous autres qu'il reviendrait de poser les vraies questions et de prononcer les mots cruels. Pour nos douleurs, pour notre retard, nous serions haïs, ignorés, peut-être même enfin réduits au silence.

Le monde ne saura sans doute jamais pourquoi les pirates de l'air ont dirigé les avions vers les immeubles qu'ils ont percutés. Ils n'avaient que faire de la gloire. Tout ce que nous savons, c'est que la croyance en ce qu'ils faisaient surpassait de loin l'instinct naturel de survie, le désir humain de laisser un souvenir de soi. Presque comme si leurs actes marquaient la limite inférieure en deçà de laquelle ils ne pouvaient exprimer leur immense fureur. Des actes qui ont fait voler en éclats le monde tel que nous le connaissions. Qui, en l'absence d'informations, vont être lus par les hommes politiques, les commentateurs et les écrivains (dont je suis) à la lumière de leurs propres opinions et de leurs propres interprétations. Cette réflexion, cette analyse du climat politique où ont eu lieu les attentats ne peuvent être que bonnes à prendre.

Il n'est pas superflu de procéder à quelques éclaircissements. Et de se demander par exemple : à qui va bénéficier cette "justice sans limites", cette "liberté immuable" ? L'Amérique déclare-t-elle la guerre au terrorisme en Amérique ou au terrorisme en général ? Que s'agit-il de venger au juste ? La mort tragique de près de 6 000 personnes, la disparition de 1,4 million de mètres carrés de bureaux à Manhattan, la destruction d'une partie du Pentagone, la perte de plusieurs centaines de milliers d'emplois, la faillite potentielle de quelques compagnies aériennes ? Ou bien les enjeux sont-ils plus vastes ?

En 1996, interrogée par Leslie Stahl sur sa réaction devant la mort de 500 000 enfants irakiens après les sanctions économiques américaines, Madeleine Albright, alors ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, répondait sur CBS que c'était "un choix très difficile" mais que, tout compte fait, "nous pensons que le prix en vaut la peine". A-t-elle été renvoyée de son poste pour avoir tenu pareils propos ? Pas du tout. Elle a continué à parcourir le monde, à représenter les opinions et les aspirations du gouvernement américain. Plus grave encore, dans les circonstances actuelles : les sanctions contre l'Irak n'ont pas été levées. Des enfants continuent à mourir. Nous y voilà. Un distinguo peu subtil oppose la civilisation et la sauvagerie, le "massacre d'innocents" (ou, si l'on préfère, "le heurt des civilisations" ) et les "dommages de guerre". Pure sophistique, délicate algèbre de la "justice sans limites" ! Combien faudra-t-il de morts irakiens pour améliorer le monde ? Combien de morts afghans pour un seul mort américain ? Combien d'enfants morts pour un seul homme mort ? Combien de cadavres de moudjahidins pour le cadavre d'un seul banquier d'affaires ?
La coalition des superpuissances mondiales resserre son étau sur l'Afghanistan, l'un des pays les plus pauvres qui soient, l'un des plus sinistrés, des plus déchirés par la guerre. Les talibans au pouvoir y offrent un abri à Oussama Ben Laden, tenu pour responsable des attentats du 11 septembre. Faut-il décimer l'ensemble de la population en guise de réparation ? L'économie est chamboulée. Et le problème qui se pose à une armée d'envahisseurs, c'est en réalité que le pays ne possède aucun des signes ou des repères conventionnels à pointer sur la carte : ni bases militaires, ni complexes industriels, ni usines de traitement de l'eau. Les exploitations agricoles se sont transformées en charniers, la campagne est jonchée de mines antipersonnel - au nombre de 10 millions, selon les estimations les plus récentes. L'armée américaine devrait donc commencer par déminer le terrain et par construire des routes pour frayer une voie à ses soldats.

Contemplons-la, la "justice sans limites" au XXIe siècle : des civils mourant de faim en attendant d'être tués. Aux Etats-Unis, on a grossièrement parlé de "ramener l'Afghanistan à l'âge de pierre en le bombardant". Quelqu'un aurait-il l'amabilité d'annoncer qu'il n'est pas besoin de l'y ramener, qu'il y est déjà ? Peut-être que les Américains ne savent pas très bien où se trouve l'Afghanistan, mais cela n'empêche pas le gouvernement américain et l'Afghanistan d'être de vieux amis. En 1979, après l'invasion soviétique de l'Afghanistan, la CIA et l'ISI (InterServices Intelligence : les services de renseignement pakistanais) ont lancé la plus grande opération indirecte de la CIA depuis la guerre du Vietnam. Leur but ? Canaliser l'énergie de la résistance afghane et l'enrôler dans une guerre sainte, un djihad islamique qui dresserait contre le régime communiste les pays musulmans de l'Union soviétique et finirait par l'ébranler.


Dernière édition par Pilou le Jeu 02 Juil 2015, 23:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Jeu 02 Juil 2015, 22:20

Au fil des ans, par l'intermédiaire de l'ISI, la CIA a financé et recruté, dans quarante pays musulmans, des dizaines de milliers de moudjahidins extrémistes qui ont servi de soldats dans cette guerre que livrait l'Amérique par pays interposés. La grande masse d'entre eux ne savaient pas qu'ils se battaient pour l'Oncle Sam. (Mais l'ironie veut que l'Amérique n'ait pas su non plus qu'elle finançait une future guerre contre elle-même.)

En 1989, saignés à blanc par dix années de conflit sans relâche, les Russes se sont retirés, laissant derrière eux une civilisation en ruine. La guerre civile s'est poursuivie de plus belle dans le pays. Le djihad s'est étendu à la Tchétchénie, au Kosovo, puis au Cachemire. La CIA a continué à envoyer des fonds et du matériel militaire, mais, vu l'ampleur des frais généraux, il a fallu trouver encore plus d'argent. C'est alors que les moudjahidins, prétextant un "impôt révolutionnaire", ont donné l'ordre aux paysans de planter de l'opium. Sous la protection de l'ISI, des centaines de laboratoires de traitement de l'héroïne se sont implantés à travers le pays. Deux ans après l'arrivée de la CIA, la frontière pakistano-afghane était devenue le plus grand producteur mondial d'héroïne, la principale source d'approvisionnement pour les villes américaines. Les bénéfices annuels, situés dans une fourchette entre 100 et 200 milliards de dollars, étaient reversés au profit de l'entraînement et de l'armement des militants.

En 1996, les talibans, qui ne formaient alors qu'une secte dangereuse de fondamentalistes intégristes, se sont battus pour s'emparer du pouvoir, avec le soutien financier de l'ISI, ce vieil acolyte de la CIA, et l'appui des partis politiques pakistanais. Ils ont instauré un régime de terreur et s'en sont d'abord pris à leurs concitoyens, en particulier aux femmes : fermeture des écoles de filles, licenciement des fonctionnaires de sexe féminin, application de la charia stipulant que les femmes jugées "immorales" devaient être lapidées et les veuves coupables d'adultère, enterrées vivantes. Devant ce terrible bilan qui bafoue les droits de l'homme, on a du mal à croire que la perspective d'une guerre, ou d'une menace pesant sur la vie des civils, suffise à intimider le gouvernement taliban ou à le détourner de ses buts.

Après tout ce qui s'est passé, peut-il y avoir plus grande ironie que de voir la Russie et l'Amérique se donner aujourd'hui la main pour re-détruire l'Afghanistan ? Reste à savoir si on peut détruire la destruction... De nouveaux bombardements en Afghanistan n'auront d'autre résultat que de déplacer les décombres, de semer le désordre parmi quelques vieilles tombes et de troubler les morts. Le paysage dévasté de l'Afghanistan formait le cimetière du communisme soviétique, le tremplin d'un monde unipolaire dominé par les Etats-Unis. Il a accommodé le néocapitalisme et la mondialisation des grandes entreprises - là encore sous la coupe des Etats-Unis. Or voici que l'Afghanistan s'apprête à se transformer en cimetière pour les soldats sortis victorieux, contre toute attente, de cette guerre pour l'Amérique.

Et que dire de l'allié supposé des Etats-Unis ? Le Pakistan a lui aussi subi de graves pertes. Le gouvernement américain n'a pas hésité à soutenir les dictateurs militaires qui ont tout fait pour empêcher l'idéal démocratique de s'enraciner. Avant l'arrivée de la CIA, il existait un petit marché rural de l'opium. Entre 1979 et 1985, le nombre d'héroïnomanes, parti de presque rien, s'est considérablement accru. Même avant le 11 septembre, des millions d'Afghans vivaient dans des camps de réfugiés sommaires le long de la frontière.

L'économie pakistanaise s'effondre. La violence fanatique, les programmes mondialistes d'ajustement structurel et les seigneurs de la drogue mettent le pays en pièces. Destinés à combattre les Soviétiques, les centres d'entraînement terroristes et les madrasas, qui affleurent sur l'ensemble du territoire comme des dents de dragon, ont produit des fondamentalistes qui jouissent d'un immense succès populaire au Pakistan même. Les talibans, que le gouvernement pakistanais soutient, finance et protège depuis des années, ont noué des alliances matérielles et stratégiques avec les partis politiques pakistanais. Et c'est à ce pays que le gouvernement américain demande (oui, demande) d'étrangler le petit animal qu'il nourrit secrètement au biberon depuis tant d'années ? Après s'être solennellement engagé aux côtés des Etats-Unis, le président Moucharraf pourrait bien avoir à affronter une espèce de guerre civile plus tard.

Pour des raisons géographiques, mais aussi grâce à la vision de ses anciens dirigeants, l'Inde a jusqu'ici eu la chance d'être exclue de ce grand jeu. Si elle avait été attirée dans la partie, il y a fort à parier que notre démocratie, dans l'état où elle se trouve, n'aurait pas survécu. Alors que nous sommes un certain nombre à contempler la situation avec horreur, nos dirigeants se livrent à une danse du ventre effrénée en suppliant les Etats-Unis d'établir leurs bases militaires en Inde plutôt qu'au Pakistan. Nous étions pourtant aux premières loges pour assister au destin ignoble de nos voisins. La volonté du gouvernement n'est pas seulement étrange : elle est inconcevable. Comment un pays du tiers-monde, doté d'une économie fragile et de bases sociales complexes, peut-il encore ignorer qu'inviter sur son sol une superpuissance comme les Etats-Unis (à titre provisoire ou sur le long terme) revient à exposer son pare-brise à un jet de pierres ?

Dans le matraquage médiatique qui a suivi les événements du 11 septembre, les principales chaînes de télévision ont été fort discrètes sur l'implication américaine en Afghanistan. Pour ceux qui n'étaient pas au courant, les reportages pouvaient sembler émouvants ou troublants, voire larmoyants aux yeux des cyniques. Mais pour ceux d'entre nous qui connaissons l'histoire récente de l'Afghanistan la couverture des attentats et la rhétorique de la "coalition mondiale antiterroriste" ne constituent ni plus ni moins qu'un affront. La "liberté" de la presse américaine, comme la "liberté" de l'économie de marché, doit répondre de bien des errements.

De toute évidence, l'opération "Liberté immuable" vise à promouvoir le mode de vie à l'américaine. Mais elle finira sans doute par en saper complètement les fondations. Elle va décupler la colère et le terrorisme dans le monde entier. Pour le commun des mortels, aux Etats-Unis, elle ne signifie rien d'autre que vivre dans un climat révoltant d'incertitude : mes enfants seront-ils bien protégés à l'école ? Y aura-t-il des gaz neurotoxiques ? Une bombe dans la salle de cinéma ? La personne que j'aime rentrera-t-elle à la maison ce soir ? On agite le spectre d'une guerre biologique. Mais la mort au compte-gouttes risque d'être pire que l'anéantissement brutal de l'espèce par une explosion nucléaire.

Le gouvernement américain - suivi sans aucun doute par tous les gouvernements du monde - va profiter du climat de guerre pour brider les libertés civiques, restreindre la liberté d'expression, procéder à des licenciements massifs, harceler des minorités ethniques et religieuses, réduire les dépenses publiques et détourner d'énormes sommes d'argent vers l'industrie de l'armement. Dans quel but ? Le président Bush ne saurait "débarrasser le monde des agents du mal", pas plus qu'il ne saurait le peupler de saints. Il est absurde que le gouvernement américain caresse le projet d'éliminer le terrorisme par une escalade de violence et d'oppression. Le terrorisme est le symptôme, non la maladie. Il voyage sans passeport. Il est transnational, mondial, au même titre que des entreprises comme Coca-Cola, Pepsi ou Nike. Dès les premières difficultés, il peut lever le camp et déménager ses "usines" dans un pays qui lui offrira plus d'avantages. Exactement comme les multinationales.

En tant que phénomène, le terrorisme peut ne jamais disparaître. Mais pour le maîtriser il faut déjà que l'Amérique commence par reconnaître qu'elle partage la planète avec d'autres nations, d'autres êtres humains qui, même s'ils ne passent pas à la télévision, ont eux aussi leurs amours, leurs chagrins, leurs histoires, leurs chants, leurs douleurs - grands dieux ! -, leurs droits. Mais on en est loin.

Les attentats du 11 septembre portent la marque d'un monde complètement détraqué. Ben Laden en a peut-être rédigé le message (qui sait ?), ses coursiers l'ont peut-être livré, mais il aurait tout aussi bien pu être signé par les fantômes des victimes des anciennes guerres américaines. Par les millions de morts en Corée, au Vietnam et au Cambodge, les 17 500 morts lorsque Israël, en 1982, a envahi le Liban avec l'appui des Etats-Unis, les dizaines de milliers d'Irakiens morts pendant l'opération "Tempête du désert", les milliers de Palestiniens tués en luttant contre l'occupation de la Cisjordanie par Israël. Et par les millions de morts en Yougoslavie, en Somalie, en Haïti, au Chili, au Nicaragua, au Salvador, dans la République dominicaine, au Panama - autant de pays dirigés par des terroristes, des dictateurs, des auteurs de génocides que le gouvernement américain soutenait, formait, finançait et armait. La liste est loin d'être exhaustive.

Pour une nation si impliquée dans la guerre et le conflit, les Américains ont eu une chance extraordinaire. Les événements du 11 septembre ne constituent que la deuxième attaque sur leur sol en plus de cent ans. La première, c'était à Pearl Harbour. Les représailles qui se sont ensuivies ont emprunté maints détours, mais elles se sont terminées par Hiroshima et Nagasaki. Aujourd'hui, le monde attend les horreurs à venir en retenant son souffle.

Dans un article intitulé " La nécessité de la dissidence" ( The Guardian du 18 septembre), George Monbiot écrivait que, si Oussama Ben Laden n'existait pas, il faudrait que l'Amérique l'invente. Mais en un sens l'Amérique l'a bel et bien inventé. Il faisait partie du djihad en Afghanistan en 1979, lorsque la CIA y a lancé ses opérations. Ben Laden possède le privilège d'avoir été créé par la CIA et d'être recherché par le FBI. En une quinzaine de jours, il est passé du statut de suspect à celui de suspect numéro un, puis, malgré l'absence de preuves véritables, il a gravi tous les échelons et s'est hissé au rang suprême de celui qu'on réclame "mort ou vif".

Les talibans ont fait preuve d'une pertinence qui leur ressemble peu lorsque les Etats-Unis ont exigé l'extradition de Ben Laden : "Donnez-nous les preuves, ont-ils répondu, et nous vous le livrerons." Bush a répliqué que ses exigences n'étaient "pas sujettes à négociation". Est-ce que l'Inde pourrait en profiter, accessoirement, pour exiger l'extradition de l'Américain Warren Anderson ? En tant que PDG d'Union Carbide, il est responsable de la fuite de gaz qui s'est produite à Bhopal en 1984, causant la mort de 16 000 personnes. Nous avons rassemblé les preuves nécessaires. Elles sont toutes versées au dossier. Vous pourriez nous le livrer, s'il vous plaît ? Merci.

Mais qui est vraiment Oussama Ben Laden ? Ou pour le dire autrement : qu'est-ce qu'Oussama Ben Laden ? C'est le secret de famille de l'Amérique. Le double noir de son président. Le jumeau sauvage de tout ce qui se targue de beauté et de civilisation. Le rejeton d'un monde ravagé par la politique étrangère de l'Amérique : par sa diplomatie de la canonnière, son arsenal nucléaire, sa volonté, comme il est dit vulgairement, de s'arroger une "domination sans partage", par son effroyable mépris de vies qui ne sont pas américaines, par ses interventions militaires barbares, son soutien à des régimes despotiques et dictatoriaux, son programme économique impitoyable, prompt à ne faire qu'une bouchée de pays pauvres comme s'il s'agissait d'une nuée de sauterelles. Sans parler de ses multinationales en maraude qui gouvernent l'air que nous respirons, le sol que nous foulons, l'eau que nous buvons, les pensées que nous avons.

Maintenant que le secret de famille est divulgué, les jumeaux se fondent l'un dans l'autre et deviennent peu à peu interchangeables. Leurs canons, leurs bombes, leur argent et leurs drogues tournent en boucle depuis un moment. Les missiles Stinger qui attendent les hélicoptères américains ont été fournis par la CIA ; l'héroïne consommée par les toxicomanes américains vient d'Afghanistan ; l'administration Bush a récemment fait don de 43 millions de dollars pour financer une "lutte antidrogue"...

Bush et Ben Laden ont désormais recours à la même terminologie. Chacun représente "la tête du serpent" aux yeux de l'autre. Aucun ne se prive d'invoquer Dieu et d'employer un vague lexique millénariste où ont cours les notions de bien et de mal. Ils sont tous les deux impliqués dans des crimes politiques sans ambiguïté, tous les deux armés jusqu'aux dents - l'un avec l'arsenal nucléaire des puissants qui ne redoutent pas l'obscénité, l'autre avec le rayonnement destructeur des cas les plus désespérés. La boule de feu et le pic à glace. La matraque et la hache. Ce qu'il faut garder présent à l'esprit, c'est qu'aucun terme de l'alternative ne représente une solution acceptable pour remplacer l'autre.


Tribune publiée dans Le Monde du 15 octobre 2001

Traduit de l'anglais par Frédéric Maurin. © Arundhati Roy 2001

Roy Arundhati , écrivain


Dernière édition par Pilou le Jeu 02 Juil 2015, 22:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Jeu 02 Juil 2015, 22:37

Qui est Al-Baghdadi, nouveau « calife » djihadiste ?

Le Monde.fr avec AFP | 30.06.2014 à 00h44 • Mis à jour le 30.06.2014 à 02h34


Le mystérieux chef de l'Etat islamique en Irak et au Levant, rebaptisé « l'Etat islamique », fait de plus en plus d'ombre au chef d'Al-Qaida et pourrait être le djihadiste le plus influent au monde.

Abou Bakr Al-Baghdadi, le mystérieux chef de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), désigné par son groupe « calife » de tous les musulmans dimanche 29 juin, fait de plus en plus d'ombre au chef d'Al-Qaida et pourrait bien être le djihadiste le plus influent au monde.


L'EIIL, qui se fait appeler désormais « Etat islamique » en effaçant toute référence géopolitique, a annoncé l'établissement d'un califat sur les larges pans de territoires qu'il a conquis en Irak et en Syrie, dans une tentative de rétablir un régime politique islamique disparu il y a près d'un siècle. Ce groupe, déjà puissant en Syrie, mène depuis le 9 juin une offensive fulgurante en Irak.


ANNONCÉ MORT EN 2005


Mais son chef reste une personnalité trouble et mystérieuse. Né en 1971 à Samarra au nord de Bagdad, selon Washington, Abou Bakr Al-Baghdadi, aurait rejoint l'insurrection en Irak peu après l'invasion conduite par les Etats-Unis en 2003, et aurait passé quatre ans dans un camp de détention américain.

Les forces américaines avaient annoncé en octobre 2005 la mort d'Abou Douaa – un des surnoms de Baghdadi – dans un raid aérien à la frontière syrienne. Mais il est réapparu, bien vivant, en mai 2010 à la tête de l'Etat islamique en Irak (ISI), la branche irakienne d'Al-Qaida, après la mort dans un raid de deux chefs du groupe.

DÉSACCORD AVEC LE CHEF D'AL-QAIDA

La stratégie anti-insurrectionnelle américaine, combinée au retournement d'une partie des tribus sunnites contre les djihadistes, avait mis le groupe à mal. Mais il a rebondi en élargissant ses activités à la Syrie voisine, rejetant ensuite l'ordre du chef d'Al-Qaida, Ayman Zawahiri, de se concentrer sur l'Irak et de laisser la Syrie au Front Al-Nosra, un groupe djihadiste combattant contre le régime de Damas.

En avril 2013, Al-Baghdadi a annoncé une fusion entre l'ISI et les combattants d'Al-Nosra pour former l'EIIL, mais ces derniers ont refusé d'adhérer. Les deux groupes ont commencé à opérer séparément, avant de s'affronter directement à partir de janvier en Syrie.


CULTE DE LA PERSONNALITÉ

Très peu de détails ont filtré sur la personnalité de Baghdadi, ou sur l'endroit où il se trouve. Les Etats-Unis, qui l'ont classé « terroriste » en octobre 2011, avaient déclaré l'an dernier qu'il se trouvait probablement en Syrie. Fin mai, un général irakien a déclaré que ses forces pensaient que Baghdadi était en Irak, mais d'autres responsables ont contesté ce point.

Le visage de Baghdadi n'a été révélé qu'en janvier, lorsque les autorités irakiennes ont pour la première fois publié une photo noir et blanc montrant un homme barbu, au crâne dégarni en costume-cravate.

Le mystère qui l'entoure contribue au culte de sa personnalité et Youtube voit fleurir les chants religieux louant ses vertus. Au sein de l'EIIL, il est salué comme un commandant et un tacticien présent sur le champ de bataille, contrairement à Zawahiri, son ancien supérieur et actuel rival, sur qui il prend de plus en plus l'avantage dans les sphères djihadistes.

Si les combattants de l'EIIL sont majoritairement des Syriens en Syrie et des Irakiens en Irak, cette distinction lui vaut le soutien de nombreux djihadistes, probablement des milliers, venus de toute la région mais aussi d'Europe et au-delà.



Il n'y a pas de volonté de vaincre Daesh



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Ven 03 Juil 2015, 03:39

Pilou a écrit:
Ces gens là ont mis le masque de l'Islam, mais ils ne sont pas croyants. Ce sont des machines de guerre droguées.

Pourquoi sont-ils drogués?

Autrement, ils ne pourraient pas faire toutes ces atrocités. Ils s'effondreraient bien vite. C'est certainement ce qui leur arrivera dans quelques mois ou années, s'ils survivent. Ils souffriront d'un grave stress post-traumatique.

Les drogues du genre "amphétamines" et leurs dérivés sont utilisées depuis au moins la seconde guerre mondiale.

Il n'est pas étonnant de les voir encore produites dans les conflits actuels. Ceux qui vivent dans la guerre vivent dans un autre monde mental, ils imaginent que tout leur est permis, ils n'ont plus de limites.


Dernière édition par Skander le Ven 03 Juil 2015, 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Ven 03 Juil 2015, 07:45

C'est pour cela qu'ils sont d'autant plus incontrôlables et imprévisibles.


En tous cas, il semblerait qu'au nom de la lutte antiterroriste, nous sommes de plus en plus "écoutés", surveillés, géolocalisés :

Le smartphone, ce mouchard qui nous espionne

Les mouchards se banalisent aux États-Unis

Les Américains surveillés par les assurances

Montres connectées : vos données personnelles sont peut-être en danger

Compteurs intelligents : bientôt un mouchard chez vous

Et demain aurons-nous des puces électroniques sous cutanées pour nous localiser très précisément, et "lutter plus efficacement contre le terrorisme"?


États-Unis: l’implantation de puces sous-cutanée autorisée sur des individus


Une société suédoise implante des puces RFID sous la peau de ses salariés


Les gens ont tellement peur des atrocités du terrorisme, qu'ils acceptent d'autant plus ce contrôle de plus en plus resserré sur tous leurs faits et gestes. La diminution des libertés individuelles est tolérée voire même réclamée!....


Un aperçu de l'avenir?

Watch Dogs, le jeu vidéo qui imagine un futur "Big Brother"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Ven 03 Juil 2015, 12:24

Pilou a écrit:
C'est pour cela qu'ils sont d'autant plus incontrôlables et imprévisibles.


En tous cas, il semblerait qu'au nom de la lutte antiterroriste, nous sommes de plus en plus "écoutés", surveillés, géolocalisés .




Le risque est d'autant plus grand que les pouvoirs publics encouragent d'une certaine manière ces dérives sécuritaires, par exemple en ne sanctionnant pas un fichage "ethnique" comme à Béziers.

Big Brother se nourrit aussi de nos silences.


   http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/07/03/l-enquete-sur-le-fichage-des-eleves-musulmans-de-beziers-classee-sans-suite_4668688_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 12:33

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



La drogue qui endort la conscience des islamistes





Mots clés : drogue, Etat islamique, Daech, Amphétamines, psychiatrie

Par figaro iconPauline Fréour - le 03/07/2015

Conçu pour soigner les enfants hyperactifs, le Captagon fait l'objet d'une vaste contrefaçon largement basée en Syrie.
Seiffedine Rezgui, le djihadiste qui a ouvert le feu sur 38 touristes à Sousse en Tunisie il y a une semaine, était-il drogué? Non, affirme au Figaro le ministère de l'Intérieur tunisien, contredisant un article du quotidien britannique The Daily Mail qui cite une source proche du dossier.
L'hypothèse était pourtant plausible. Le comportement étrange du meurtrier, qui a ri et souri pendant son raid barbare sans se départir de son calme ni chercher à fuir, a frappé les témoins de la scène. Et la consommation de fénétylline (également épelée phénétylline ou fénéthylline), un dérivé de l'amphétamine, par les combattants islamistes au Moyen-Orient ou en Libye pour tenir le coup a été largement commentée ces dernières années.
Conçue au début des années 1960 à des fins thérapeutiques pour traiter les enfants hyperactifs, la molécule est commercialisée sous le nom Captagon. «À faibles doses, elle tient en éveil. Elle a été d'ailleurs largement détournée par les étudiants pendant les révisions, car elle leur donnait l'impression de réfléchir plus vite», explique un pharmacologue au Figaro. Ce psychostimulant dissipe les sensations de fatigue et de faim, induit une euphorie et un sentiment d'hyperconcentration. Mais à fortes doses, «ces produits sont dépersonnalisants, induisant des troubles de la personnalité. L'individu perd tout jugement, toute notion de bien et de mal», poursuit le pharmacologue.
Des centaines de millions de dollars
La fénétylline a été interdite dans presque tous les États du monde en 1986 dans le cadre de la Convention sur les substances psychotropes, qui vise à limiter la production et le commerce de substances psychotropes synthétiques. En France, le Captagon a encore été délivré à titre exceptionnel et temporaire à une trentaine de patients ces dix dernières années pour traiter une narcolepsie sévère, explique-t-on à l'Agence nationale de sécurité du médicament, qui signale des difficultés d'approvisionnement.
Alors que la contrefaçon du Captagon émanait principalement des pays d'Europe de l'Est au début des années 2000, le trafic s'est déplacé vers le milieu de la décennie au Moyen-Orient, qui est désormais le principal exportateur et consommateur, rapporte le journal britannique Time. La guerre qui secoue la Syrie a contribué à en faire la plaque tournante régionale, confirme l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime dans son rapport annuel de 2014. Les comprimés blancs transitent par la Jordanie avant d'être envoyés dans tout le sous-continent, l'Arabie saoudite étant le principal destinataire. D'importantes saisies ont aussi été réalisées au Liban, en Jordanie et au Yémen, poursuit l'agence onusienne. Des marchés émergents auraient aussi été détectés en Afrique du Nord, selon l'agence Reuters.
Ces comprimés marqués du logo du Captagon contiennent souvent, plutôt que de la fénétylline, des amphétamines, plus faciles à produire à moindre prix. Leur commerce illégal rapporterait des centaines de millions de dollars chaque année à la Syrie. «Les milices en Syrie en consomment une partie mais elle l'exportent aussi dans les pays du Golfe. Les gains leur permettent de financer l'achat de leurs armes et les opérations militaires», résume dans une interview vidéo publiée sur le site d'Arte Radwan Mortada, spécialiste des mouvements djihadistes.

_________________
Rom 13:8 N' ayez de dettes envers personne, sinon celle de l' amour mutuel. Car celui qui aime autrui a de ce fait accompli la Loi. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 16:23

Merci Rose pour ce complément d'information fort instructif!


Voir sur le sujet l'attitude ambivalente des Talibans en Afghanistan qui parfois participent au trafic d'opium et de cannabis pour se financer et parfois combattent sa culture car contraire au valeurs de l'islam qu'ils sont censé incarner!

http://www.franceinfo.fr/emission/noeud-emission-temporaire-pour-le-nid-source-489799/2012/en-afghanistan-la-guerre-inattendue-des-talibans-contre-l

Quoi qu'il en soit le trafic de drogue joue un rôle important au niveau international, et nos amis agnostiques matérialistes ont beau jeu d'accuser la religion d'être l'opium du peuple...Le vrai opium ( ou la cocaïne en Amérique du sud) est une source de corruption à laquelle viennent s'abreuver pas uniquement les mafieux...
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 18:53

Pilou a écrit:

Voir mes articles sur Daesh et le parallèle avec la guerre "civile" en Algérie :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


cyclops



MERCI, ma chère PILOU, de nous avoir rappelé ces analyses pertinentes ...

_________________
Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis (Saint Exupéry)

Le texte coranique est il divin ? réponse chrétienne écrite à l'intention de ceux qui seraient tentés par l'Islam. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
VOS COMMENTAIRES : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 19:58

Merci Mario!


J'ai une impression de déjà vu lorsque j'écoute les actualités, mais cette fois-ci à l’échelle internationale.

A l'époque, nous avions des "intuitions" en ce qui concernait le tueries sauvages de villages entiers, cela sentait la mise en scène à plein nez, mais les médias accusaient les islamistes.

Finalement, 20 ans plus tard, Monsieur MARTNEZ Luis, universitaire à sciences po, a rédigé des articles qui confirment nos intuitions de l'époque. C'était bien l'armée qui avait organisé ces massacres pour discréditer les islamistes auprès de la population, car ceux-ci avaient remporté les élections législatives (qui avaient été faite en bonne et due forme, pour une fois!!!!)

Mais nous n'avons pas toutes les réponses sur ces affaires. C'était assez nébuleux. Il ya eu des règlements de comptes maquillés en attentats.

Comment un pays peut s'entre déchirer de la sorte? C'est surréaliste.

On ne sait pas qui a commandité l'auto-destruction d'un pays entier.

D'autant plus qu'à cette époque, il y avait des enlèvements et des assassinats d'étrangers dans le sud. Les français, italiens, espagnols,... sont partis.

Et là, des multinationales américaines les ont remplacés pour l'exploitation du pétrole et du gaz. Et  devinez quoi? Pas un seul américain enlevé... Bizarre? Vous avez dit, bizarre???

Aujourd'hui, le même cauchemar se rejoue sous nos yeux.

J'appréhende la suite......






Les américains en Algérie: Pétrole, magouilles et terrorisme





Dernière édition par Pilou le Sam 04 Juil 2015, 20:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 20:21

Idriss a écrit:
une source de corruption à laquelle viennent s'abreuver pas uniquement les mafieux...


Effectivement, prendre de la drogue est anti-islamique.

{O Croyants ! N'approchez pas de la Prière alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites}  [Les femmes : 43].


L'alcool est interdit car il provoque de l'ivresse et altère la conscience et le jugement. Par extension, les drogues qui ont le même effet que l’alcool, sont prohibées aussi.

Ces substances empêchent de se connecter à Dieu. De plus elles altèrent la santé physique et psychique et a des répercussions néfastes aussi bien dans la sphère familiale que dans la société.


Donc, ces terroristes ne sont ni musulmans, ni croyants.

Ce n'est pas parce qu’ils disent des formules musulmanes et exhibent des banderoles avec des formules islamiques qu'ils le sont.

Il n'ont de musulman que les apparences.

Leurs crimes odieux salissent la religion musulmane, du moins aux yeux des gens qui se contentent d’apparences grossières sans rechercher le pourquoi du comment des évènements.

Ils se contentent des reportages sulfureux des médias qui ne sont là que pour faire de l'audimat. C’est connu, plus un évènement est anxiogène, et plus l’audimat grimpe. Les gens sont tenus en haleine.


Si on observe bien, ils ressemblent extérieurement aux musulmans, mais leurs actes témoignent contre eux.

Les gens croient leur bouche qui dit des formules musulmanes.

Mais leurs actes sont clairement anti-islamiques (prise de drogues, crimes odieux).
Cette contradiction flagrante ronge insidieusement leur conscience, et sera source de maladies, un jour ou l’autre.

Leur corps "parlera" et témoignera de tous leurs mauvais actes en tombant malade. C'est son langage.
Quand une personne fait le MAL, sa conscience le sait pertinemment, même si elle le nie, même si cela reste inconscient et enfoui en elle .

La dysharmonie qu'engendrent des pensées, paroles, actes mauvais, conduit tôt ou tard à un "retour de bâton".

Souvent la bouche ment, tandis que les actes ne mentent pas...


« Le jour où leurs langues, leurs mains et leurs pieds témoigneront contre eux ce qu'ils faisaient » (Sourate 24/ Verset 24)

- « Alors quand ils y seront, leur ouïe, leurs yeux et leurs peaux témoigneront  contre eux de ce qu'ils œuvraient » (Sourate 41/ Verset 20).

- « Ils diront à leurs peaux; " Pourquoi avez-vous témoigné contre  nous ?" elles diront: " c'est Dieu qui nous a fait  parler, Lui qui fait parler toute chose. C'est Lui qui vous a créés une première fois et c'est vers Lui que vous serez retournés. » (Sourate 41/ Verset 21)


"Ce jour-là, Nous scellerons leurs bouches, tandis que leurs mains Nous parleront et que leurs jambes témoigneront de ce qu'ils avaient accompli." (36: 65)




Dernière édition par Pilou le Dim 05 Juil 2015, 09:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 21:32

Le fait que les actes terroristes soient commis par ces pseudo-islamistes décuple la haine et l'aversion que beaucoup de gens ont pour l'Islam. Ils trouvent dans ces actes barbares, la preuve qu’ils cherchent tant afin de décrédibiliser définitivement cette religion.

Mais cette peur et cette aversion, voire cette diabolisation de l'Islam, n'est pas nouvelle. Elle est présente depuis le moyen-âge :
Par exemple, connaissez-vous l'expression : "S'en moquer comme de l'an Quarante?"
C'est la déformation moyenâgeuse de : "S'en moquer comme de l'Al Corane", car au Moyen-âge, les Chrétiens appelaient le Coran : Al Corane.

C'était une manière de s'en moquer, de le minimiser,... Déjà....


S'en moquer comme de l'an quarante


Le nombre quarante est lié à un certain nombre de symboles, d’institutions ou de pratiques : semaine des quarante heures, lesquelles sont également des prières que l’on fait avant l’ouverture du Carême, Tribunal des Quarante et bien sûr les célèbres quarante fauteuils de l’Académie française. On dit des chevaliers chrétiens du Moyen Âge qu’ils se moquaient de quelque chose comme de l’alcoran déformation du mot Coran, livre sacré des Musulmans qui peu à peu, se transforma en quarante. Pendant la Révolution française, les royalistes, ironisant sur le nouveau calendrier révolutionnaire instauré en l’An II se plaisaient à dire qu’ils s’en moquaient comme de l’an quarante sous-entendu de la République. S’en moquer comme de l’an quarante veut dire se moquer éperdument d’une chose sans intérêt et que l’on ne craint pas, n’en faire aucun cas, s’en désintéresser absolument.


Enfin, concernant le Coran et l'Islam, les bouches de leurs détracteurs disent qu'ils sont faux et sans intérêt, mais leurs actes : leur acharnement à les démonter, montre qu'ils ne sont pas si dénués que cela d'intérêt!!  Qu'y a-t-il? De la peur? du mépris? de la haine? En tout cas cela ne laisse pas indifférent. Pourquoi?

Encore une fois, la contradiction entre ce que dit la bouche et les actes.

Mais comme souvent, la bouche ment alors que les actes disent la vérité!!

Si c'était si insignifiant, pourquoi s'échiner à montrer leur absurdité?
Dans ce cas, l'ignorer est la meilleurs réponse.

Une chose absurde et bête se détruit d'elle-même...Non?? Elle ne résiste pas au temps. Dans son absurdité même résident les gaines de sa destruction programmée.
Seule la Vérité résiste aux épreuves du temps, et ressort plus lumineuse que jamais.

A moins que......


Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser , tu m'enrichis
(Saint Exupéry)


Les différences nous poussent à nous poser des questions, à réfléchir.

Si nous étions un seul peuple avec une seule religion, pas besoin de se remettre en question. C'est rassurant l'homogénéité, la similarité. La différence dérange.

En même temps ce serait d'une tristesse : la pensée unique!! Des clones fades!
Imaginez que la restauration soit monopolisée par les fast-food type Mac Do!! Au secours!!
Gloups! C'est peut-être bien ce qui est en train de se passer, non???!!!


Sans parler des religions, découvrir d'autres cultures, d'autres façon de penser et d'agir nous interpelle et nous montre d'autre alternatives;

Les voyages dans des pays exotiques nous mettent une belle claque dans la figure! Découvrir d'autres mœurs, d'autres traditions! Woauw!!


C'est un enrichissement, qui met en danger nos certitudes, nous bouscule dans notre façon de voir le monde, certes, mais il est source d'évolution.

Pour certains, les différences peuvent ébranler leurs croyances, leurs certitudes. Ils se sentent déboussolés. C'est une "petite mort" en quelque sorte. Certaines personnes prennent cela du bon côté et évoluent. Et d'autres refusent de toutes leurs forces de changer, elles s'accrochent bec et ongle à leurs croyances. Elles ont peur. Leur identité même est menacée. Leur meilleurs arme est de dévaloriser et mépriser la différence qui a fait vibrer quelque chose en elles. Cette différence qui leur a fait entrevoir autre chose, qui est entré en résonance avec elles. On dirait que la différence les a lésées, quelque part. Elles ridiculisent la différence. Leur bouche dit l'inverse de leurs actes : elles disent que cette différence est idiote, débile, pas crédible. Elles passent des heures à la démonter. Si c'était si insignifiant mieux vaut l'ignorer! Leurs actes ne mentent pas. Cette différence est importante, primordiale, vitale, même!!
Plutôt que mépriser la différence chez l'autre, il faudrait faire un travail d'introspection pour apprendre à mieux connaître les autres et soi-même.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu chapitre 7, versets 3 à 5 :

« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. »

Nous voyons la paille dans l’œil du voisin, car nous avons une poutre dans le nôtre, quelque chose d'apparenté qui nous fait réagir.
Notre voisin a été un miroir pour nous.
Ce qui nous déplaisait en lui, nous l'avons!

La différence permet de nous voir à travers les autres. Nous sommes des miroirs, les uns pour les autres.


Les croyances sont une sorte de "carte routière" qui nous permet de voir le monde d'une certaine façon.

On ne voit jamais le monde tel qu'il est réellement.

Et si la différence véhiculait une vérité qui dérangeait?

Cela me rappelle la peur panique de l'Occident face à l'introduction du zéro dans les mathématiques, qui risquait d'ébranler totalement toute la doctrine chrétienne, et mette à mal leur vision du monde :

Histoires du zéro

"Lorsque, au treizième siècle, Fibonacci essaya d’expliquer à ses contemporains l’intérêt du zéro, l’Eglise jugea que cette innovation bouleversait trop de choses. Certains inquisiteurs estimèrent ce zéro diabolique. Il faut dire que s’il ajoutait de la puissance à certains chiffres, il ramenait à la nullité tous ceux qui tentaient de se faire multiplier par lui." Bernard Werber

D'après l'excellent livre :

Histoire de l'islam et des musulmans en France, du moyen-âge à nos jours.
Mohammed Arkoun (dir.), Albin Michel, 2006, 1220 p. 49 €


Un récent ouvrage dresse une synthèse historique des treize siècles de relations tumultueuses entre la France et l’islam. De cette fresque émerge un constat : l’islam a toujours été, dans le regard occidental, une construction imaginaire de l’autre.

« C’est une sorte de parodie, on s’dit y’a moi et puis y’a l’autre. » Inattendue et formidable de pertinence, la phrase figure à la 1 140e page d’un ouvrage aussi monumental qu’un dictionnaire. Curieuse encyclopédie que cette Histoire de l’islam en France du Moyen Age à nos jours. On y trouve donc pêle-mêle, outre un texte du rappeur Abd al Malik dont est extraite la présente citation, des regards multiples et érudits sur toutes sortes de sujets : la littérature médiévale consacrée aux Sarrasins, la relation du saint-simonisme à l’islam, un portrait d’« Assia Djebar, une Algérienne à l’Académie française »… Arrêtons ici la liste de tous ces objets à la Prévert heureusement classés par ordre chronologique, et examinons la finalité de cet ensemble.
Publier aujourd’hui une fresque historique sur l’islam en France, au fil d’une multitude d’articles rédigés par plus de 70 des plus grands spécialistes contemporains, c’est d’abord scander un grand récit. Il s’articule autour de ces deux regards qui, depuis treize siècles, ont projeté dans les pupilles de l’autre une vision de ce à quoi ils pouvaient bien ressembler. Treize siècles de malentendus qui s’interpénètrent, virevoltent et ont fini par s’accumuler en épaisses couches de stéréotypes. Pour faire bref, cet ouvrage a pour objet essentiel l’identité. Comme le rappelle Jacques Le Goff en préface, « l’Islam face à la Chrétienté avait été l’autre. Or, l’identité naît souvent de l’opposition à un autre. » Mentionnant au passage que « ce n’est pas sous forme de réalité ethnique, politique, administrative que l’islam s’est longtemps montré aux Français, mais sous forme d’image », il conclut que l’objectif de ce livre est « de faire passer le musulman de la situation d’autre à celle de concitoyen à part entière. (…) Il (ce livre) ne semble nous parler que du passé, lointain ou proche. Mais, en réalité, il nous parle de notre présent. Car dans notre présent vit l’histoire complexe des générations passées, et vit aussi notre devenir commun. »
L’édifice se scinde en quatre parties : période médiévale, période moderne, période contemporaine, temps présent. Le fil d’Ariane est tissé par la volonté d’envisager sur le long terme les relations – plus souvent faites de répulsion que d’attraction, d’instrumentalisation que de compréhension – entre la France et l’islam.


Dernière édition par Pilou le Dim 05 Juil 2015, 08:44, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 21:33

Gardons à l'esprit que nous sommes dans une histoire d'images. Zoomons donc sur l’une d’entre elles, prenons-en une toujours considérée comme fondamentale, puisqu’elle figure dans les premières pages de cette somme d’anthropohistoire. Nous sommes quelque part entre Poitiers et Tours. Charles Martel, campé sur son cheval, brandit une hache alors que sa valeureuse armée met en déroute la horde sarrasine, sauvant l’Europe de la barbarie. Ça rappelle l’école primaire, n’est-ce pas ? Pourtant, rien de moins assuré historiquement que cette caricature. Intitulé Bataille de Poitiers, octobre 732, ce tableau de Charles Steuben date de 1837. La notoriété de la bataille ici magnifiée est pourtant inversement proportionnelle au volume des données historiques dont nous disposons à son sujet. Datée approximativement, située sans certitude, elle est davantage un symbole qu’un événement documenté. Si elle reflète bien un état préliminaire de construction de l’Europe, puisqu’elle mobilisa des mercenaires de Germanie autant que des guerriers francs, sa portée immédiate fut plus que limitée. Elle ne mit pas un terme aux razzias musulmanes en France, et permit surtout à Charles Martel de parfaire l’expansion territoriale franque en accaparant l’Aquitaine, les troupes du duc Eudes ayant auparavant été écrasées par les pillards. « Au total, rapportent Françoise Micheau et Philippe Sénac, Poitiers eut bien plus de conséquences pour la construction de l’Occident chrétien que pour les destinées de l’islam. » Cette bataille eut surtout comme mérite de doter, a posteriori, l’imaginaire collectif chrétien d’un ennemi.
Après ce récit épique, le livre enchaîne sur une série d’articles retraçant les grandes lignes de l’émergence d’un discours chrétien sur la guerre, et souligne le glissement d’une origine iréniste (les premiers chrétiens refusaient toute forme de violence, interdisant aux leurs de se faire soldat) à une vocation allant jusqu’à légitimer la constitution d’ordres de moines-soldats au XIIe siècle lors des croisades. Les médiévistes sollicités, notamment Jean Flori, dressent alors un florilège des occasions manquées de possible dialogue entre Chrétienté et Islam. L’histoire aurait pu être autre. A l’idéologie du jihâd répondit celle de la guerre sainte. La sainteté absolue que les chrétiens reportaient sur Jérusalem engendra, de la part de Saladin, un discours qui sacralisa à son tour cette cité pour les musulmans. Si aujourd’hui Jérusalem focalise tant de passions, c’est aussi en partie parce qu’une rhétorique à visées militaires en fit, au XIIe siècle, le troisième lieu saint de l’islam, après La Mecque et Médine…

Simultanément aux mêlées guerrières, se faisait jour un besoin de mieux connaître l’autre. Les auteurs reviennent fréquemment sur Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, qui avait entrepris de faire traduire le Coran au milieu du XIIe siècle. Démarche œcuménique ? Que nenni. Il s’agissait d’en savoir un peu plus sur l’autre pour mieux le diaboliser. Et la démonstration s’appuie sur moultes historiettes farfelues, qui présentent le Prophète sous des jours si peu flatteurs que les récentes caricatures danoises font figure de peccadille. On est là dans un processus qui vise à assimiler l’islam à une idolâtrie païenne, à justifier un discours belliqueux, bref, à camper l’autre en répulsif absolu. L’art de l’époque reflète cette idée : les Sarrasins y sont dépeints comme des diables, Satan y pousse ses sectateurs à adorer Mohamed…


Dernière édition par Pilou le Sam 04 Juil 2015, 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 21:33

Un des mérites de l'ouvrage est l'importance qu'il attache aux contextes. Il n’hésite pas à déborder de son cadre strictement hexagonal pour se tourner vers d’autres horizons. Ce qui pourrait n’être que cacophonie devient alors riche d’enseignements. Sautons maintenant quelques siècles (négligeant une foule de passionnants passages, tel ce portait de Pierre Bayle campé en défenseur déiste de l’islam) et abordons l’un des plus importants points chauds de cette volcanique entreprise : la colonisation. Qu’est-ce que la colonisation dans l’esprit de ses promoteurs du XIXe siècle, sinon une contradiction fondamentale que l’on doit dépasser ? L’air du temps est à l’exaltation des Lumières, de la liberté, voire pour certains à la constitution d’un Orient idyllique, et l’on envoie des soldats prendre possession de l’autre côté de la Méditerranée ! La colonisation est un projet qui se veut civilisateur et porteur de modernisation, et il faut pour cela qu’elle pense l’indigène comme esclave de son tempérament et de sa barbarie politico-sociale. « La peur de l’Islam réapparaît alors, mais sous la forme de la peur du soulèvement des indigènes dominés. On s’enferme ainsi dans le duel à mort de la lutte des peuples puisque l’Islam serait par nature imperméable aux institutions libérales. La France républicaine ne peut donc définir son action que par un despotisme juste », explique Henry Laurens. Tout est dit. De cette image projetée sur l’autre pour justifier son asservissement découleront bien des conséquences qui nous enferment aujourd’hui dans un cycle infernal, entre demande de repentance et factures impayées d’une démocratisation inachevée des ex-colonies. On note avec intérêt que pendant que s’élaborent les futures élites qui aboutiront à l’établissement des dictatures qui aujourd’hui régentent Maghreb et Machrek, Jamâl al-Dîn al-Afghânî, considéré aujourd’hui comme le père de l’islamisme, est reçu dans les milieux de la gauche anticléricale et anticolonialiste. Henri Rochefort et Georges Clémenceau lui ouvrent leurs journaux, Ernest Renan entame avec lui une polémique courtoise, dans laquelle le penseur français estime qu’« émanciper le musulman de sa religion est le meilleur service qu’on puisse lui rendre ». Quant à l’exilé, il va d’emblée « adopter un discours compatible avec celui des penseurs français. Al-Afghânî peut ainsi expliquer que toutes les religions sont intolérantes, chacune à sa manière et que l’islam ne l’est pas moins que le christianisme. »


L'entreprise éditoriale est fondamentale en ce qu'elle documente en butinant très largement ses sujets, tout un passé souvent impensé qui aujourd’hui enferme les débats dans des positions souvent conflictuelles et exclusives les unes des autres. C’est que la thèse qui émerge de l’ensemble, par petites touches, est dérangeante : si l’islam a si mauvaise presse, ne serait-ce pas parce que, depuis treize siècles, il sert de repoussoir identitaire à ce qui s’appelait la Chrétienté et qui est aujourd’hui devenu l’Occident ?



Mohammed Arkoun est professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à La Sorbonne. Il est l’auteur notamment d’Humanisme et Islam. Combats et propositions, Vrin, 2005 ; De Manhattan à Bagdad. Au-delà du bien et du mal, entretiens avec Joseph Maïla, Desclée de Brouwer, 2003 ; La Pensée arabe, Puf, 1975, 6e éd. 2003.


D'après Laurent Testot, dans la revue "Sciences Humaines"








Dernière édition par Pilou le Dim 05 Juil 2015, 08:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 22:06

Merci Pierresuzanne! Tu illustres merveilleusement bien et de façon concrète, les propos du livre dont je parle ci-dessus!
Revenir en haut Aller en bas
Pierresuzanne

avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Sam 04 Juil 2015, 22:23

Pilou a écrit:

Effectivement, prendre de la drogue est anti-islamique.

{O Croyants ! N'approchez pas de la Prière alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites}  [Les femmes : 43].


L'alcool est interdit car il provoque de l'ivresse et altère la conscience et le jugement. Par extension, les drogues qui ont le même effet que l’alcool, sont prohibées aussi.

Ces substances empêchent de se connecter à Dieu. De plus elles altèrent la santé physique et psychique et a des répercussions néfastes aussi bien dans la sphère familiale que dans la société.


Donc, ces terroristes ne sont ni musulmans, ni croyants.

Peut-être que les islamistes de DAEC appliquent cet autre verset du Coran :
« Des produits des dattiers et des vignes, vous tirez une boisson enivrante et aussi un aliment excellent. Voilà bien un signe pour des gens qui comprennent » (S. 16, 67 ; 70e dans l'ordre de la récitation).

Il ne faut pas oublier que le Coran autorise de boire de l'alcool, des boissons enivrantes ! On ne va tout de même pas reprocher aux islamistes de ne pas être musulmans sous prétexte qu'ils ont obéi au Coran.


Personnellement, je préférerais que les islamistes se soûlent la gueule en obéissance de ce verset... plutôt que de mettre en oeuvre les versets les plus abominables du Coran (crucifixion, esclavage, viol des esclaves, amputation) !



Pilou a écrit:

. C’est que la thèse qui émerge de l’ensemble, par petites touches, est dérangeante : si l’islam a si mauvaise presse, ne serait-ce pas parce que, depuis treize siècles, il sert de repoussoir identitaire à ce qui s’appelait la Chrétienté et qui est aujourd’hui devenu l’Occident ?

Je pense que les européens devraient arrêter d'être aussi narcissiques. L'islam a mauvaise presse tout seul comme un grand ! Le Coran et les Hadiths suffisent à entretenir sa mauvaise presse, ... et l'application pratique qu'en ont fait les musulmans depuis 1400 ans justifie tout à fait ces réticences.


Et arrêtons avec la colonisation chrétienne cause de tous les problèmes de l'islam !
Si les musulmans ont été colonisés au XIXe siècle, c'est qu'ils étaient devenus réfractaires à tout progrès scientifique et avaient coulé technologiquement. C'est la technologie européenne qui a balayé les musulmans au XIX e siècle.
On appelle cela la loi du plus fort.

Quand les musulmans étaient les plus forts, ils ont aggressé et colonisé tous leurs voisins sans aucune retenue..... Quand les européens sont devenus les plus fort, ils ont fait la même chose.


La conquête arabe des VIIe au XIe siècles est une colonisation !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 05 Juil 2015, 12:19

Pilou a écrit:


A l'époque, nous avions des "intuitions" en ce qui concernait le tueries sauvages de villages entiers, cela sentait la mise en scène à plein nez, mais les médias accusaient les islamistes.

Finalement, 20 ans plus tard, Monsieur MARTINEZ Luis, universitaire à sciences po, a rédigé des articles qui confirment nos intuitions de l'époque. C'était bien l'armée qui avait organisé ces massacres pour discréditer les islamistes auprès de la population, car ceux-ci avaient remporté les élections législatives (qui avaient été faite en bonne et due forme, pour une fois!!!!)

Mais nous n'avons pas toutes les réponses sur ces affaires. C'était assez nébuleux. Il ya eu des règlements de comptes maquillés en attentats.

Comment un pays peut s'entre déchirer de la sorte? C'est surréaliste.

On ne sait pas qui a commandité l'auto-destruction d'un pays entier.




Une autre raison que des amis Algériens ont évoquées, c'est que la disparition d'un village entier signifiait souvent la disparition de toute une famille, cousins, oncles et neveux compris, et que du fait qu'il ne restait aucun héritier vivant, la propriété des terres revenait à l'état.

Ces massacres ne devaient rien au hasard et les terres les plus riches ou les mieux situées ont changé de mains de cette façon.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Dim 05 Juil 2015, 13:37

Cela fait froid dans le dos....
Revenir en haut Aller en bas
ludovic59

avatar


MessageSujet: re   Lun 08 Aoû 2016, 21:36

Oui , tous des drogués, des lâches.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-phare.xooit.fr/index.php
OlivierV
Moderateur
Moderateur
avatar


MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   Ven 18 Aoû 2017, 17:00

C'est immonde.

Et j'avoue ne pas comprendre comment un homme peut en arriver là. Je ne peux penser que ce soit la religion à elle seule.

Une vidéo circule après que les terroristes ont été abattus à Cambrils. Celle d'un terroriste se relevant en riant et en criant, après avoir déjà été atteint de plusieurs projectiles.

Personnellement, je ne serais pas étonné que tous ces gens agissent sous l'emprise de stupéfiants.

D'autant plus qu'il semble que dans de nombreux cas, le virage intégriste se fait avec une rapidité fulgurante aux dires même de l'entourage. Et le passage à l'acte se fait dans la foulée.

Un esprit humain peut-il basculer ainsi dans l'horreur aussi rapidement ? Je suis peut-être bisounours, mais j'ai des doutes.

Quand au fait que les états ne protégeraient pas leurs citoyens, je me demande bien quels sont les moyens dont ils pourraient disposer pour lutter contre cette forme de terrorisme...

_________________
"Dans une société établie sur l'esprit de compétition, il ne peut y avoir de fraternité ; et aucune réforme, aucune dictature, aucune méthode éducative ne l'engendrera."
Jiddu Krishnamurti
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI   

Revenir en haut Aller en bas
 
La drogue (captagon) qui fait tout oublier aux combattant de l' EI
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» la désagréable impression de tout oublier
» On fait tout pour me décourager. Que faire ?
» mon mari fait tout ppour me décourager
» Erreur ! En fait, vous avez bien le Bac !
» faites tout pour la gloire de Dieu (1 Cor. 10:31).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: QUESTIONS PHILOSOPHIQUES ET ETHIQUES :: Les extrémismes religieux-
Sauter vers: