Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

Partagez
 

 Sanctuaires trop méconnus en France

Aller en bas 
AuteurMessage
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Sanctuaires trop méconnus en France Empty
MessageSujet: Sanctuaires trop méconnus en France   Sanctuaires trop méconnus en France EmptySam 11 Juil 2015, 15:35


11.07.2015

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Certains sanctuaires sont trop méconnus et méritent pourtant d' être fréquentés

Nous allons commencer par le sanctuaire de La Louvesc ....



à suivre
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Sanctuaires trop méconnus en France Empty
MessageSujet: Re: Sanctuaires trop méconnus en France   Sanctuaires trop méconnus en France EmptySam 11 Juil 2015, 15:36

Cinq cents habitants et deux saints : rares sont les villages à pouvoir concurrencer les références de Lalouvesc, en Ardèche, qui a vu passer Jean-François Régis et Thérèse Couderc. Ces deux figures locales attirent la dévotion des pèlerins depuis plusieurs générations.
8 h 00 – La basilique, la chapelle et le musée Saint-Régis sont déjà ouverts. Pour rejoindre Lalouvesc, il faut quitter les grands axes. S’enfoncer par les routes tortueuses, dans l’âpre et rocailleuse nature du Vivarais au nord de l’Ardèche, monter à 1 080 mètres. Dans l’immense Maison Saint-Régis de Lalouvesc ne restent que deux Pères Jésuites. Ils assurent le service de la paroisse et du pèlerinage de Saint-Régis.




« SFR » annoncent les vitraux colorés de la basilique : n’y voyez aucun jeu de mot téléphoné, mais les initiales de saint Jean-François Régis, qui mourut ici le 31 décembre 1640, après avoir prêché et confessé sans relâche pendant trois jours. Lalouvesc fut d’ailleurs surnommée « la montagne des pardons ». Sensible aux questions sociales de son époque, le « saint Père » – comme l’ont surnommé les habitants de Lalouvesc, les Louvetous – avait fondé au Puy-en-Velay voisin l’œuvre du Bouillon, et ouvert un foyer pour « femmes perdues ». Un message encore actuel pour le Père Beal, vicaire épiscopal : « les oubliés de la société se ressemblent. Le spectacle du monde est une succession d’appels et de cris. Et il faut des témoins pour répondre à l’urgence. »

Connu des Lyonnais et des Marseillais, François-Régis parcourait l’hiver les monts du Vivarais, à la rencontre de ses habitants, sur des terres conquises par le protestantisme. Après la mort du missionnaire jésuite, la petite église s’est montrée rapidement trop petite. La vaste basilique actuelle date du XIXe siècle, construite par le même architecte que celles de Fourvière et d’Ars. Le site est aujourd’hui un des sanctuaires ardéchois les plus fréquentés.

Remerciement pour une guérison

9 h 00 – Dans une ruelle attenante à la basilique se dresse la chapelle Saint-Régis, aux pierres apparentes rosées. Passé la porte, le regard est happé par un personnage se soulevant de son lit. La scène représente le saint, à l’endroit même où il vécut ses derniers instants. Chaque matin, Clovis, 75 ans, paroissien régulier, nettoie les portes bougies. « On me l’a demandé, et il faut bien faire quelque chose, comme les autres qui ont aussi leurs tâches ! ». Salvator, 65 ans, vient tous les ans de la région grenobloise, « remercier pour la guérison de mon fils, handicapé, il y a dix-neuf ans. J’ai mis de l’eau de la fontaine sur un gant, et lui en ai passé dans le dos. Je rentre toujours chez moi avec cinq litres d’eau. J’en asperge chaque jour ma maison en priant. »

Cyclistes ou pèlerins ?

10 h 00 – Dans les rues de Lalouvesc, les habitants se croisent et se saluent. Les premiers cyclistes s’installent en terrasse. Ils déferleront sur la ville demain et seront bénis devant la basilique. L’un des circuits de la vingtième édition de l’Ardéchoise passe par Lalouvesc. À L’Abri du pèlerin, maison d’accueil des jésuites, on les attend de pied ferme. Une habitante d’Annonay (à 25 km de là) est même venue prêter main-forte aux Pères : « Ici, on accueille les pèlerins, mais aussi les autres ».

Car si l’attrait principal de Lalouvesc a longtemps résidé dans son pèlerinage, les randonneurs sont de plus en plus nombreux. Le GR 430, ou chemin de Saint-Régis, rejoint Le Puy en neuf jours de marche. Lalouvesc a connu son âge d’or au XIXe siècle : les pèlerins étaient si nombreux qu’il a fallu ajouter une église, Saint-Ignace, à la chapelle. Les dix confessionnaux étaient pleins. Plusieurs grandes figures spirituelles de l’époque se rendirent à Lalouvesc : Pauline Jaricot, Jean-Marie Vianney, Antoine Chevrier, Pierre-Julien Eymard. Mais le pèlerinage est désormais en perte de vitesse. Jésuite originaire du pays Basque installé à Lalouvesc depuis six ans, le Père Iratzoquy commente : « On vient en pèlerinage autrement. Plutôt que d’un pèlerinage, il vaut mieux parler d’un sanctuaire, où les gens passent, qu’ils soient croyants ou non. Nous cherchons à les rencontrer, quels qu’ils soient ».

Un pèlerinage en déclin, mais héréditaire

Toutefois commerces et hôtels ferment petit à petit. Le maire du village, Jean-François Couette s’inquiète : « La bourgade peine à vivre en hiver. En été les gens ne restent que pour la journée. De plus les saisons touristiques se rétrécissent. Seuls les hôtels à gestion familiale tiennent ». Beaucoup de bâtiments sont désormais vides à Lalouvesc, tel l’ancien hospice des Jésuites. Vieillissants, Sœurs du Cénacle et jésuites ne sont plus aussi nombreux qu’autrefois.

11 h 00 – Du parvis de la basilique, l’esplanade offre un point de vue sur la vallée. Par temps clair, le mont Blanc et la chaîne des Alpes se dévoilent. Le bourdon de la basilique invite les pèlerins à la messe de la Saint-François-Régis. Dix prêtres la président. Louvetous, Louvetonnes et un groupe de Grenoblois retraités s’installent dans l’église. Un seul adolescent dans cette assemblée : l’organiste. La Saint-Régis, fêtée le 16 juin, est suivie d’une solennité le dimanche, à laquelle le maire participe depuis plusieurs générations. À l’issue de la messe, un cycliste de l’Ardéchoise, né le jour de la Saint-Régis, remet une offrande de messe pour son père.

Saint Régis est prié pour la bonne mort, la paix et la fécondité. En témoignent les nombreux ex-voto de la chapelle, récents pour certains. Ou ces parents de dix enfants, qui ne parvenaient pas à en avoir, et remercient désormais tous les ans d’avoir été si bien exaucés. Yann, 40 ans, est venu avec sa femme, ses deux enfants et une dizaine de membres de sa famille « rendre hommage au grand-père, décédé l’an dernier, qui venait ici à la Saint-Régis. Du coup, personne ne travaille aujourd’hui, et les enfants ne vont pas à l’école ».

14 h 00 – Ludivine, 25 ans, organise une visite guidée de Lalouvesc : « Sans le pèlerinage, le village ne serait pas ce qu’il est. Malgré le potentiel qu’offre la nature, les touristes ne seraient pas venus. Tout est lié ». Un avis que partage le maire, pour qui « Lalouvesc ressemble à un mini-Lourdes, surtout au moment du 15 août », mais pas par tous les commerçants. Certains voudraient que « la Saint-Régis ne soit plus qu’un souvenir sans signification spirituelle », souffle une proche des jésuites. À la boutique de souvenirs, on vend ainsi des croix et des objets à l’effigie du saint « parce qu’il faut bien vendre de tout pour s’adapter à la demande ». Quant à la boulangerie Au pavé de saint Régis, elle affirme tirer son appellation… du sentier de randonnée.

Un deuxième saint et une troisième Thérèse…


15 h 00 – Un orage éclate, vidant les rues, les terrasses. Mais pas la chapelle, ni le musée. Assise en face de la reproduction de saint Régis agonisant, une femme se recueille, mains jointes, yeux fermés. Une projection sur la vie du saint est proposée à la maison du même nom. Ou au Cénacle, sur la vie de sainte Thérèse Couderc. Car Lalouvesc a abrité deux saints. Mais si saint Régis a laissé une basilique, sainte Thérèse, elle, s’est faite plus discrète. Ludivine le confirme : « les gens viennent pour saint Régis et découvrent sainte Thérèse sur place ». Placée en 1828 à la tête d’une maison d’accueil pour femmes en pèlerinage, Thérèse Couderc orienta cette hospitalité vers un approfondissement de la foi. La communauté a essaimé dans le monde entier. Les six Sœurs du Cénacle proposent toujours des retraites, sur le modèle des exercices spirituels de saint Ignace. Le corps de Thérèse est conservé dans une châsse, où elle expose un visage sévère.

« À bientôt, je t’embrasse »

16 h 00 – Il faut se rendre à la sortie de Lalouvesc pour découvrir la fontaine où saint Régis s’abreuva juste avant d’entrer dans la ville. Coincée au fond d’une cour, entre deux maisons, elle voit encore passer des visiteurs tous les jours, comme à la chapelle. Autrefois, un petit commerce de souvenirs se tenait là. Les habitants fabriquaient des chapelets l’hiver, qu’ils vendaient aux beaux jours. Sous l’auvent, un homme descend les trois marches. Il se découvre, remplit sa bouteille, boit. Puis se signe et se recueille quelques instants. Il est venu de la Haute-Loire voisine « pour la Saint-Régis, parce que c’était un saint du pays »

20 h 00 – Une veillée de prière rassemble quelques habitants. Les Jean, Régis, Régine et Jean-François sont légions à Lalouvesc. L’ancien boulanger, Régis, 82 ans, porte ce prénom « parce qu’il est né le jour de la mort du saint. Depuis mon grand-père, on lui est très attaché, de père en fils. Les Louvetous, même peu pratiquants, aiment leur saint ». Une relation étroite, que révèle cette intention griffonnée sur le livre de la chapelle « Saint François-Régis, me voici de retour, l’année s’est bien passée, à bientôt, je t’embrasse ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Sanctuaires trop méconnus en France Empty
MessageSujet: Re: Sanctuaires trop méconnus en France   Sanctuaires trop méconnus en France EmptySam 11 Juil 2015, 15:37

Source : Famille Chrétienne


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Sanctuaires trop méconnus en France Empty
MessageSujet: Re: Sanctuaires trop méconnus en France   Sanctuaires trop méconnus en France EmptySam 11 Juil 2015, 17:51

rosedumatin a écrit:

11.07.2015

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Certains sanctuaires sont trop méconnus et méritent pourtant d' être fréquentés

Nous allons commencer par le sanctuaire de La Louvesc ....



à suivre



EXCELLENTE initiative .... Sanctuaires trop méconnus en France 2129354088 ma chère ROSE !
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Contenu sponsorisé




Sanctuaires trop méconnus en France Empty
MessageSujet: Re: Sanctuaires trop méconnus en France   Sanctuaires trop méconnus en France Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sanctuaires trop méconnus en France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trop de Twix tue le Twix....
» PAS TROP LE MORAL
» j'ai trop bu et ...
» La crainte de trop maigrir!!!
» Quelques compositeurs ou artistes méconnus...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: