Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
Le Deal du moment : -8%
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
1099 €
Le Deal du moment : -50%
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil ...
Voir le deal
49.99 €

 

 Le voyage du pape François en Afrique

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyJeu 26 Nov 2015, 18:31

Quel courage il a, cet homme qui, malgré les dangers, veut partout apporter une Parole de paix .....
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyJeu 26 Nov 2015, 18:37

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]" />


Le pape François le 26 novembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyVen 27 Nov 2015, 08:12

La guerre en Centrafrique et la menace terroriste au Kenya rendent son premier voyage sur le continent le plus risqué de son pontificat.

En réponse aux violences, le pape vient appuyer la coexistence pacifique par le dialogue interreligieux et la lutte contre la misère dans un continent d’avenir pour l’Église.


« C’est la première fois de ma vie que je viendrai sur le continent africain », a souligné le pape François dans un vidéo-message diffusé à l’approche de son départ, mercredi 25 novembre, pour le Kenya, première étape d’un voyage qui le mènera en Ouganda puis en Centrafrique.

« Mais le pape est déjà allé en Afrique », s’exclame le P. Janvier Yameogo, prêtre burkinabé employé à la Curie : « À Lampedusa ! », l’île italienne la plus proche des côtes africaines, où le pape a effectué le tout premier déplacement de son pontificat auprès des migrants fuyant l’Érythrée, la Somalie, le Nigeria, entre autres pays.

Après cette périphérie, Jorge Bergoglio se rend cette fois au centre du continent, comme à la racine de ses maux. Celui des guerres tout d’abord. Le conflit médiatiquement oublié de la Centrafrique, qui attise les différences entre chrétiens et musulmans, a été le premier motif à partir duquel s’est construit ce voyage dense dans trois pays multiconfessionnels.

« la troisième guerre mondiale en morceaux »


À la grande mosquée de Bangui, lundi 30 novembre, le pape doit s’adresser à la communauté musulmane (9 % de la population). La veille, depuis la cathédrale de la capitale centrafricaine, il compte ouvrir la porte sainte pour l’année jubilaire de la miséricorde.

Une image pleine de force pour le pays mais aussi pour le reste du continent et du monde, à un moment où le terrorisme, depuis les attentats de Paris, n’a jamais été autant redouté. Y compris au Kenya, où une attaque à l’université de Garissa par le groupe islamiste somalien des chebabs contre les non-musulmans a fait 148 morts, le 2 avril dernier, parmi d’autres exactions.

Les statistiques recensent que le plus grand nombre de victimes du terrorisme dans le monde se trouve au Nigeria, au Mali, au Tchad et dans la Corne de l’Afrique. C’est dans ce lourd climat international, de ce que le pape appelle « la troisième guerre mondiale en morceaux », que se déroule ce voyage.

une « mobilisation des ressources spirituelles »

Les rencontres œcuméniques et interreligieuses qui jalonnent le programme entendent montrer que ces menaces n’appellent pas qu’une réponse sécuritaire mais aussi une « mobilisation des ressources spirituelles », comme l’a déjà souligné le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège.

Le pape présidera une telle rencontre jeudi 26 novembre au Kenya, qui fut au bord de la guerre civile en 2007. En Ouganda, où il poursuit son voyage, le nord-ouest du pays connaît aussi de fortes tensions entre catholiques et musulmans.

En Centrafrique, sa visite vient en soutien aux initiatives que mènent en commun l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, le pasteur évangélique Nicolas Guerekoyame-Gbangou et l’imam Oumar Kobine Layama. La coexistence pacifique à l’aide du dialogue interreligieux et le refus de laisser milices armées et organisations terroristes instrumentaliser les religions dans leur quête du pouvoir s’annoncent ainsi au cœur des messages du pape en Afrique.

Un déplacement en papamobile ouverte

Le choix de se présenter partout en papamobile ouverte, comme dans ses précédents voyages, s’inscrit en cohérence avec ce même message pacifique adressé à la foule. Quitte à défier la sécurité. Des onze déplacements à l’étranger accomplis par le pape François jusqu’ici, celui-ci s’annonce de fait comme le plus périlleux.

L’armée française, qui compte 900 hommes déployés en Centrafrique, a prévenu qu’elle ne pouvait garantir la sécurité de la visite au-delà de l’aéroport de Bangui. Pour autant, le déroulement du voyage, qui survient de surcroît en période pré-électorale dans le pays avant les scrutins du 27 décembre, reste inchangé, à ce stade.

Mais personne au Vatican n’exclut des modifications si la vie des personnes attendues en nombre pour voir le pape, y compris de pays voisins, était en danger.

corruption, pauvreté et confiscation des ressources naturelles

« Si, au final, le pape devait renoncer à aller en Centrafrique, il y enverrait le message qu’il n’y a plus d’espoir », met en garde un de ses collaborateurs. « Aller à Bangui malgré tout, c’est justement refuser le règne de la peur », renchérit le P. Yameogo.


« On a besoin d’un tel signe très positif contre l’idée fausse d’un clash des religions », estime aussi Marco Impagliazzo, le président de Sant’Egidio, dont la communauté spécialisée dans la médiation des conflits est implantée en Centrafrique : « Je doute toutefois de la retombée internationale de ce voyage dans le monde musulman car la République centrafricaine ne représente pas un pays clé pour l’islam. Le retentissement pourra au moins être régional. »

Mais le pape compte aussi interpeller le reste du monde par ce voyage sur d’autres thèmes liés aux violences que sont la corruption, la pauvreté et la confiscation des ressources naturelles de l’Afrique.

Visite dans un bidonville du Kenya

Jeudi 26 novembre, à Nairobi, au siège des agences des Nations unies pour l’environnement et l’habitat, il doit prononcer un grand discours, programmé à dessein à la veille du début de la COP21, la conférence sur le climat à Paris. Une intervention depuis le plus pauvre des continents pour rappeler, à la suite de l’encyclique Laudato si’, combien les luttes contre le réchauffement climatique et contre la misère sont inséparables.

Sa visite, vendredi 27 novembre, dans un bidonville de la mégapole kényane sera une autre manière de remonter à la racine des conflits. Et de faire valoir aussi l’œuvre caritative de l’Église catholique sur le continent. Ce pape qui, dès le début de son pontificat, a mis en garde son Église contre la tentation de ne devenir qu’« une ONG », devrait appuyer les évêques africains dans leur résistance à la « colonisation idéologique ».

Celle qu’exercent, selon eux, les organisations internationales, qui feraient dépendre leur aide au développement à des changements législatifs jugés contraires aux traditions africaines. Mais, par ailleurs, la parole du pape sera aussi guettée en Ouganda, où une loi, promulguée l’an dernier, renforce la pénalisation de l’homosexualité.

Entretiens à huis clos avec les évêques dans chaque pays

Devant tout ce qui génère tensions et violences, le pape François devrait surtout inviter l’Église en Afrique à agir plus encore, selon sa fameuse expression, « comme un hôpital de campagne après la bataille ».

Cette vocation samaritaine, il aura l’occasion de la rappeler lors de ses entretiens à huis clos avec les évêques dans chaque pays. « Il devrait les inviter à être moins cléricaux et à s’ouvrir aux laïcs », estime Marco Impagliazzo, rappelant que les 22 martyrs ougandais, ces premiers martyrs chrétiens d’Afrique de l’ère moderne au sanctuaire desquels le pape se rendra samedi 28 novembre, « étaient tous laïcs ».

Une dimension à faire valoir dans ce voyage sur un continent d’avenir pour l’Église, où le nombre de catholiques pourrait plus que doubler d’ici à 2040.

Sébastien Maillard (à Rome)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptySam 28 Nov 2015, 08:00

" Le pape François plaide pour que toutes les familles puissent accéder à des conditions de vie digne dans des « villes intégrées et pour tous ».


Après les « villas miserias » de Buenos Aires, qu’il parcourait comme archevêque, les « favelas » de Rio qu’il visita au début de son pontificat, François est un familier de longue date des bidonvilles. Dans un « slum » de Nairobi, ce 27 novembre, il a prononcé son premier discours approfondi sur le sort de ces cités, leurs conditions de vies du fait de « l’atroce injustice de la marginalisation urbaine ».


Avec 100 000 habitants, le bidonville de Kangemi, dans l’agglomération de la capitale kényane, où le pape a été accueilli, manque de tout. Jorge Bergoglio a montré qu’il savait de quoi il parlait, en décrivant de manière très concrète le manque d’infrastructures dans ces quartiers. « Je me réfère aux toilettes, aux égouts, aux drainages, à la collecte des déchets, à l’éclairage, aux routes mais aussi aux écoles, aux hôpitaux, aux centres de loisir et de sport, aux ateliers d’art », a énuméré le pape.

« Priver une famille d’eau, sous quelque prétexte bureaucratique, est une grande injustice, surtout lorsqu’on se fait du profit avec cette nécessité », a-t-il encore dénoncé dans un ton rappelant celui de son discours du 9 juillet 2015 en Bolivie devant les mouvements populaires. Il en a repris, comme en d’autres occasions, le droit « aux trois T » : travail, toit et terre.

« Promoteurs privés sans visage »

Le pape s’en est pris en particulier à « l’injuste distribution de la terre », forçant « des familles entières à payer des loyers exorbitants pour des logements qui se trouvent dans des conditions inadéquates ». « Je connais aussi le grave problème de l’accaparement de terres par des promoteurs privés sans visage qui vont jusqu’à vouloir s’approprier la cour des écoles de vos enfants », a poursuivi l’ancien archevêque de Buenos Aires, qui avait écouté auparavant une religieuse investie dans le quartier lui raconter comment une école avait été inondée au profit d’une opération immobilière.

Dans la ligne de son encyclique sur l’écologie Laudato si’, le pape a jugé ainsi insoutenable des « minorités qui concentrent le pouvoir, la richesse et gaspillent de façon égoïste tandis que des majorités toujours croissantes sont obligées de se réfugier dans des périphéries abandonnées, contaminées, marginalisées ».

Son propos, tenu en espagnol et traduit au fur et à mesure en anglais, reprenait celui de la veille au siège des agences des Nations unies pour l’environnement et pour l’habitat. Le pape y avait décrit, en termes plus généraux, la « croissance démesurée et désordonnée » de beaucoup de villes qui sont devenues insalubres et inefficaces entraînant « une tragique rupture des liens d’intégration et de communion sociale, qui conduit à l’augmentation de la violence et à l’émergence de nouvelles formes d’agressivité sociale, au narcotrafic et à la consommation croissante de drogues chez les plus jeunes ».

Nouvelles formes de colonialisme

« Ces réalités que j’ai énumérées ne sont pas une combinaison fortuite de problèmes isolés. Elles sont même une conséquence de nouvelles formes de colonialisme qui veut encore que les pays africains soient « les pièces d’un mécanisme, les parties d’un engrenage gigantesque » », a vigoureusement dénoncé le pape François, citant l’exhortation apostolique Ecclesia in Africa.

Ces fléaux sont présents à Kangemi, comme le pape François a pu l’entendre dans les témoignages de deux femmes, une habitante et une religieuse, qui ont précédé son intervention. À son arrivée au Kenya, il avait souligné combien le désespoir et la misère font le lit de la violence, des trafics et du terrorisme.

« La sagesse des quartiers populaires »

Mais ce familier des bidonvilles a tenu aussi à faire valoir, en premier, « la sagesse des quartiers populaires », ces « liens d’appartenance et de cohabitation, qui transforment l’entassement en expérience communautaire où les murs du moi sont rompus et les barrières de l’égoïsme dépassées ».

Plaidant pour des « villes intégrées et pour tous », où soient réalisées « des actions systématiques améliorant l’habitat populaire » et « de nouvelles urbanisations de qualité pour héberger les futures générations », le pape a promis le concours de son Église. Sensible depuis toujours à la pastorale urbaine, le pape a invité ses pasteurs « à renouveler l’impulsion missionnaire, à prendre l’initiative face à tant d’injustices, à s’impliquer dans les problèmes des voisins, à les accompagner dans leurs luttes ». En somme, à étendre ce qu’il s’employait à réaliser comme archevêque de Buenos Aires."


Sébastien Maillard (à Nairobi)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyLun 30 Nov 2015, 20:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Après six journées intenses, le pape François a quitté l’Afrique
30 novembre 2015 par Manu Van Lier


Le pape François a présidé ce lundi matin, 30 novembre 2015, l’ultime messe de sa tournée en Afrique. Plusieurs dizaines de milliers de Centrafricains étaient rassemblés au stade Barthélémy Boganda, du nom du père de l’indépendance centrafricaine.

Difficile de décrire l’enthousiasme qu’a suscité son arrivée au stade Boganda plein à craquer. Pourtant habitué aux bains de foule, le pape François semblait lui aussi impressionné par cette explosion de joie. Signe du climat de joie qui règne à Bangui, l’Imam Kobine Layama, le membre musulman de la plateforme interreligieuse a lui aussi été ovationné. La présidente Catherine Samba Panza et tous les membres du gouvernement de transition étaient présents. De nombreux fidèles s’abritaient du soleil de plomb sous des parapluies jaunes et blancs aux couleurs du Vatican. Certains chantaient en sango: le pape est venu à Bangui, tout le monde a pu le voir. Jusqu’au dernier jour, beaucoup ne croyaient pas que cette visite puissent avoir lieu en raison des risques sécuritaires.

Avant de commencer la célébration, le Saint-Père a béni une statue noire de la Vierge Marie, une Vierge africaine. Il tenait en guise de crosse une simple croix également en bois d’ébène, un de ces bois précieux, richesse du pays. Cette croix lui avait été offerte la veille par la communauté de la cathédrale de Bangui. Sur le plan liturgique, l’accent a été mis sur l’inculturation. Pour cette messe, le folklore centrafricain s’est déployé dans toute sa richesse, danses, chorégraphie, rythme, percussions, instruments typiques. Avant la lecture de l’Evangile, un tam-tam a résonné pour prévenir qu’un message fort allait être délivré, la Bonne Nouvelle. Au son des cors traditionnels, l’Evangéliaire a été porté en procession dans une pirogue enveloppée d’un drapeau du Vatican, rappelant symboliquement l’arrivée des premiers missionnaires dans le pays. A l’intérieur se trouvait un enfant. A l’offertoire, chaque diocèse a porté des dons typiques à l’autel, des fruits, des peaux d’animaux, une crosse en bois.

La pédagogie de la prière et de la réconciliation

Dans son homélie, prononcée en italien mais traduite simultanément en sango, la langue locale, François a invité la foule à rendre grâce au Seigneur, entre autres, «pour l’audace qu’il met en nos âmes de vouloir créer des liens d’amitié, de dialoguer avec celui qui ne nous ressemble pas, de pardonner à celui qui nous a fait du mal, de nous engager dans la construction d’une société plus juste et plus fraternelle où personne n’est abandonné. En tout cela, le Christ ressuscité nous prend par la main, et nous entraîne à sa suite. Et je veux rendre grâce avec vous au Seigneur de miséricorde pour tout ce qu’il vous a donné d’accomplir de beau, de généreux, de courageux, dans vos familles et dans vos communautés, lors des événements que connaît votre pays depuis plusieurs années.» Mais François a rappelé que la miséricorde et la réconciliation ne doivent jamais être considérées comme des acquis définitifs, car elles relèvent d’un combat spirituel du quotidien: «Tout baptisé doit sans cesse rompre avec ce qu’il y a encore en lui de l’homme ancien, de l’homme pécheur, toujours prêt à se réveiller à la suggestion du démon – et combien il est agissant en notre monde et en ces temps de conflits, de haine et de guerre -, pour l’entraîner à l’égoïsme, au repli sur soi et à la méfiance, à la violence et à l’instinct de destruction, à la vengeance, à l’abandon et à l’exploitation des plus faibles…»

«Nous savons aussi combien nos communautés chrétiennes, appelées à la sainteté, ont encore du chemin à parcourir. Certainement, nous avons tous à demander pardon au Seigneur pour trop de résistances et de lenteur à rendre témoignage de l’Evangile. Que l’Année Jubilaire de la Miséricorde, qui vient de commencer dans votre pays, en soit l’occasion», a-t-il insisté.

Dans son discours de remerciement, l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, a remercié le pape pour ces journées «inoubliables, inscrites assurément dans notre cœur, et dans l’histoire de notre pays, le début d’une ère pour tout le peuple centrafricain.» Après la cérémonie, le pape François a offert un ostensoir à chacun des évêques centrafricains, pour inviter chaque diocèse à l’adoration perpétuelle. Une dame âgée a offert au pape une marmite traditionnelle, avec de la terre à l’intérieur, et le pape l’a bénie, bénissant ainsi, symboliquement, la terre de la Centrafrique.

Par ailleurs, en ce jour de la fête de la saint André, le pape François a tenu, «du cœur de l’Afrique», à saluer le patriarche de Constantinople, Bartholomée 1er. «Je lui formule des vœux de bonheur et de fraternité, et je demande à Dieu de bénir nos Eglises soeurs», a déclaré le pape François à la fin de cette messe qui clôture cette première tournée africaine.

Retour à Rome


Après une courte cérémonie protocolaire à l’aéroport international M’Poko de Bangui, et un ultime salut à la présidente centrafricaine Catherine Samba-Pamza, le pape François s’est envolé vers 12h30 vers Rome où il devrait atterrir vers 18h45.

C’est donc le terme d’un voyage de six jours qui l’a conduit au Kenya, en Ouganda, et en République centrafricaine, qui s’est finalement déroulé dans de bonnes conditions de sécurité. Selon la tradition des voyages pontificaux, le pape devrait tenir une conférence de presse dans l’avion. Ce voyage constituait le 11e déplacement à l’étranger du pape François, et au total, le 148e voyage apostolique d’un souverain pontife, depuis que Paul VI a inauguré cette tradition en 1964.

Radio Vatican (Romilda Ferrauto, envoyée spéciale à Bangui)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyMar 01 Déc 2015, 09:31

« Les chrétiens et les musulmans de ce pays sont condamnés à vivre ensemble et à s’aimer. » L’imam de la mosquée centrale de Bangui, Tidiani Moussa Naibi, l’a déclaré sans détour en accueillant le pape François.

Par cette visite la plus risquée mais aussi la plus hautement symbolique de son séjour d’un jour et demi en Centrafrique, qu’il a quittée le 30 novembre dans l’après-midi, le pape a voulu montrer que la paix pouvait revenir dans ce quartier dit du PK-5 dont les musulmans ne sortent plus, de crainte d’être tués par des milices chrétiennes. Sur la route y conduisant, tous les commerces, d’ordinaire tenus par les musulmans, restent fermés, faute de clients s’y aventurant.

« Les fauteurs de trouble pourraient retarder la réalisation de tel ou tel projet d’intérêt commun ou compromettre pour un temps telle ou telle activité, mais jamais in sha Allah, ils ne pourraient détruire les liens de fraternité qui unissent si solidement nos communautés », a affirmé l’imam, qui a reçu dans sa mosquée le pape venu avec le nonce et l’archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga.

« Après les attentats de Paris, le pape ne pouvait pas ne pas venir. Cela aurait été la victoire du mal », estime le P. Antonio Spadaro, directeur de Civiltà Cattolica, la revue jésuite italienne et proche de Jorge Bergoglio, présent sur place. La visite a été placée sous très haute sécurité.

Des casques bleus étaient postés dans les trois minarets de la mosquée et déployés par centaines dans les rues voisines.

« Le pape vient chez nous lancer un message de réconciliation. La prochaine fois, cela pourrait être un imam d’un pays musulman », estime un habitant installé avec environ 250 hommes à l’intérieur pour l’écouter, avec quatre autres imams. Dans la cour en terre battue de ce lieu de culte aux murs vert et blanc, des tentes abritent des déplacés.

« Chrétiens et musulmans, nous sommes frères. Nous devons donc nous considérer comme tels, nous comporter comme tels »,
a déclaré le pape accueilli dans la clameur à son arrivée en papamobile ouverte dans la mosquée. Des jeunes musulmans portent des tee-shirts à son effigie. Un pasteur évangélique tombe dans les bras d’un imam.

« Nous savons bien que les derniers événements et les violences qui ont secoué votre pays n’étaient pas fondés sur des motifs proprement religieux. Celui qui dit croire en Dieu doit être aussi un homme, une femme, de paix », a insisté le pape, qui, comme pour associer le geste à la parole, a visité, de manière imprévue, une école voisine que fréquentent des musulmans mais aussi une minorité de chrétiens.

Multiplier les démarches d’apaisement

Autre geste significatif, la veille, durant la messe du premier dimanche de l’Avent à la cathédrale de Bangui qu’il célébrait, le pape est descendu de l’autel, au moment du geste de paix, saluer l’imam Omar Kobine Layama et le pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou, présents aux premiers rangs.
Avec Mgr Nzapalainga, les trois hommes multiplient les démarches interreligieuses d’apaisement de la Centrafrique, que le pape a salué dans son discours à la mosquée : « En ces temps dramatiques, les responsables religieux chrétiens et musulmans ont voulu se hisser à la hauteur des défis du moment. Ils ont joué un rôle important pour rétablir l’harmonie et la fraternité entre tous. »

Dans un climat de haine vengeresse, de tels efforts exigent une détermination à toute épreuve pour un changement des regards, celle qu’a encouragée le 28 novembre soir le pape lorsqu’il s’est adressé aux jeunes Centrafricains, osant parler d’« amour des ennemis ».

« La paix se fait tous les jours »

« La paix n’est pas un document qu’on signe et qui reste là. La paix se fait tous les jours, elle est un travail artisanal, par ses propres mains », leur a-t-il expliqué en termes simples, les incitant à ne pas quitter le pays mais à s’y investir.


En marche pour la messe finale que le pape a célébrée le 30 novembre dans la ferveur d’un stade rempli, Maxime Rivière, 39 ans, petit crucifix en pendentif, veut y croire. « Mon grand frère a été tué par les musulmans qui ont tout commencé. La maison de mon père est dans le PK-5 et je ne peux plus m’y rendre », raconte-t-il. « Mais je pardonne. Du fond du cœur. »

Sa seule supplique : qu’après le départ du pape, le « calme total » ayant marqué en ville son séjour ne reste pas qu’une parenthèse.

SÉBASTIEN MAILLARD (à Bangui)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Pierresuzanne

Pierresuzanne



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyMar 01 Déc 2015, 15:12

mario-franc_lazur a écrit:
« Les chrétiens et les musulmans de ce pays sont condamnés à vivre ensemble et à s’aimer. » L’imam de la mosquée centrale de Bangui, Tidiani Moussa Naibi, l’a déclaré sans détour en accueillant le pape François.

Salut Mario,
Le pape François est un homme admirable. Il est courageux et il a totalement raison de prêcher la paix et la tolérance.

Cependant, ... tu vas dire que j'ai mauvais esprit.... c'est bien possible !
J'aurais préféré que ce soit un imam qui vive dans un pays en majorité musulmane, qui ait tenu ces beaux propos de tolérance.
Dans un pays où les musulmans sont 8 % et où leurs extrémistes ont commencé les exactions..... cela revient à appeler à la tolérance pour sa propre communauté.... et à réclamer des droits pour l'islam minoritaire. On aimerait tant que les musulmans soient capables de donner des droits aux chrétiens, quand ils sont minoritaires.

Disons que le catholicisme est une religion remarquable,
que le pape est un homme formidable,
et qu'il est donc normal que les catholiques donnent le bon exemple....mais il faut le faire sans naïveté et sans se faire enfumer par la taqyia islamique.

J'espère que ce brave imam avait pensé à appeler les factions musulmanes à déposer les armes, quand ils ont commencé à tuer des civils chrétiens, il y a quelques années. Cela rendrait ses appels à la tolérance pour les musulmans un peu plus sympathique. On ne peut pas appeler à la tolérance uniquement quand on en est bénéficiaire.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyMar 01 Déc 2015, 16:54

Pierresuzanne a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:
« Les chrétiens et les musulmans de ce pays sont condamnés à vivre ensemble et à s’aimer. » L’imam de la mosquée centrale de Bangui, Tidiani Moussa Naibi, l’a déclaré sans détour en accueillant le pape François.

Salut Mario,
Le pape François est un homme admirable. Il est courageux et il a totalement raison de prêcher la paix et la tolérance.

Cependant, ... tu vas dire que j'ai mauvais esprit.... c'est bien possible !
J'aurais préféré que ce soit un imam qui vive dans un pays en majorité musulmane, qui ait tenu ces beaux propos de tolérance.
Dans un pays où les musulmans sont 8 % et où leurs extrémistes ont commencé les exactions..... cela revient à appeler à la tolérance pour sa propre communauté.... et à réclamer des droits pour l'islam minoritaire. On aimerait tant que les musulmans soient capables de donner des droits aux chrétiens, quand ils sont minoritaires.

Disons que le catholicisme est une religion remarquable,
que le pape est un homme formidable,
et qu'il est donc normal que les catholiques donnent le bon exemple....mais il faut le faire sans naïveté et sans se faire enfumer par la taqyia islamique.

J'espère que ce brave imam avait pensé à appeler les factions musulmanes à déposer les armes, quand ils ont commencé à tuer des civils chrétiens, il y a quelques années. Cela rendrait ses appels à la tolérance pour les musulmans un peu plus sympathique. On ne peut pas appeler à la tolérance uniquement quand on en est bénéficiaire.

Bonjour Pierre Suzanne,

En attendant la réponse de Mario je désire m'exprimer également

Nous avons un pape 'merveilleux' , il ne veut à aucun moment fermer les portes de la " papemobile" il prend tous les risques car comme il l'a dit " ma vie appartient à Dieu " !

Je suis fière, de plus en plus depuis Jean-Paul II surtout d' être Catholique et je vois que l' Esprit-Saint continue à nous donner des Papes remarquables.

Je doutais pourtant lorsque notre Saint Pape Jean-Paul II est rentré à la Maison du Père, j'avais suivi d' heure en heure son agonie, je ne sais pas ce que je souhaitais le plus qu'il vive ou enfin "entre dans la vie " avec les années, quand on vieillit  Le voyage du pape François en Afrique 871642   il faut d'ailleurs accepter ce dépouillement, les souvenirs s'estompent plus vite ........ la mémoire défaille, je suis à l'automne de ma vie mais cela ne m'attriste pas, d'autant plus qu'alors je rejoindrai mon époux parti récemment !!

Bref,

Je me souviens que lors de l'annonce du décès de JPII, j'avais un poignard dans le coeur, j'étais tendue à cause de ses souffrances et j'avais peur pour l'avenir de l' Eglise Catholique. Je priais toute son agonie devant une statue de ND de Fatima, à cette annonce j'ai éclaté en sanglots de soulagement et aussi de souffrance qu'il nous quittait, je sanglotais et seulement quand je pris la statue de ND de Fatima en pleurant, pleurant et lui demandant secours je me suis sentie vraiment consolée .......... je n'ai jamais douté qu'un jour JP II deviendrait Bienheureux et puis serait proclamé " SAINT ".

Je vois que Jésus veille sur son Eglise, jamais Il ne l'abandonnera ......... quel surprise avec notre cher Pape François !!! Il n'a peur de rien .... peur de rien pour annoncer le Christ ....... et donc je pense que comme Jésus a dit au sujet de Son Eglise " Les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle " , Jésus veille et aime tous les hommes et veut le Salut de tous !!!!

Je ne crois pas que le Pape a été naïf, Jésus nous " priez pour vos ennemis, priez pour ceux qui vous persécutent ", le Pape va vers un Imam dans un esprit d' Amour et de Charité !

N'est il pas complètement ridicule qu'en ce monde, on se dispute pour la " religion " alors que nous adorons le même Dieu UNIQUE ??? !!!

Si tu aimes ton prochain et je ne veux pas faire de prosélytisme ici mais pour une fois tant pis si je heurte : si tu aimes donc tous les hommes de cette terre, sachant et étant convaincu que Jésus est la LUMIERE, il faut le faire connaitre, par " TOUS LES MOYENS " , nous n'avons pas le droit de garder ce bonheur pour nous, le Christianisme a 700 ans de plus déjà que l' Islam ........

Nous devons exposer la Foi Chrétienne , c'est notre devoir sans forcer personne et garder le dialogue amical, fraternel même si pour les Musulmans nous sommes des " mécréants " " des impies " de ceux qui iront en " enfer " qui pourra nous séparer de l' Amour du Christ ? personne, ni l'angoisse, ni la peur, ni la souffrance, ni la faim, ni les tribulations ..... rien !!!!!!!!!!!!

Il faut garder Confiance et ceci dit,

Certes, les Musulmans qui déplorent que l'on fasse l'amalgame avec les terroristes, alors il est temps que les Musulmans le fassent savoir, qu'ils se prononcent ... clairement, sans équivoque ....... sinon alors nous risquons le chaos mais qu'importe pour un Chrétien, rien ne PEUT NOUS SEPARER DE JESUS !


Fraternellement
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
Invité
Invité




Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyMar 01 Déc 2015, 18:23

mario-franc_lazur a écrit:


À la grande mosquée de Bangui, lundi 30 novembre, le pape doit s’adresser à la communauté musulmane (9 % de la population). La veille, depuis la cathédrale de la capitale centrafricaine, il compte ouvrir la porte sainte pour l’année jubilaire de la miséricorde.



« On a besoin d’un tel signe très positif contre l’idée fausse d’un clash des religions », estime aussi Marco Impagliazzo, le président de Sant’Egidio, dont la communauté spécialisée dans la médiation des conflits est implantée en Centrafrique : « Je doute toutefois de la retombée internationale de ce voyage dans le monde musulman car la République centrafricaine ne représente pas un pays clé pour l’islam. Le retentissement pourra au moins être régional. »



C'est un geste fort et admirable de la part d'un homme courageux, mais aussi lucide et pragmatique qui connait les difficultés et les embûches de son siècle.

Et puis l'Argentine n'a pas été un pays de tout repos non plus, il n'a pas été à une école facile.

J'ai voyagé en Afrique de l'Ouest, au Mali, au Sénégal et au Burkina-Faso. Ce qui frappe le visiteur, pour peu qu'il se plonge dans la population, c'est de voir que l'athéisme est un concept inconnu et que la foi, celle des Chrétiens, des Musulmans ou des animistes, est présente partout.

En fait, quand on parle de religion à quelqu'un, on ne sait pas de prime-abord quelle est sa religion, tellement on croit parler à un coreligionnaire.

J'ai discuté avec des Chrétiens et le partage était tellement fort que j'étais étonné d'apprendre qu'il était Chrétien, et lui que j'étais Français.

Ce n'est pas tout le monde qui comprend l'Afrique, mais je crois que le Pape François fait partie de ces privilégiés qui la comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyMar 01 Déc 2015, 18:25

rosedumatin a écrit:


En attendant la réponse de Mario je désire m'exprimer également



Je n'ai rien à ajouter ma chère ROSE..... roserouge
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Pierresuzanne

Pierresuzanne



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyMar 01 Déc 2015, 21:12

mario-franc_lazur a écrit:
rosedumatin a écrit:


En attendant la réponse de Mario je désire m'exprimer également



Je n'ai rien à ajouter ma chère ROSE..... roserouge

Effectivement, très belle réflexion.

Le Christ est la lumière des nations,
et le pape est son vicaire.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique EmptyJeu 03 Déc 2015, 08:13

SUITE ET FIN DU VOYAGE PAPAL :

Lors de l’audience générale place Saint-Pierre mardi 1er décembre, le pape François est revenu en détail sur son voyage au Kenya, en Ouganda et en Centrafrique, qui s’est achevé lundi. « Merci de tout cœur ! », a-t-il lancé à l’intention de ses hôtes africains, en particulier les autorités civiles et les évêques des trois pays.

Les inégalités, « honte pour l’humanité »

Le Kenya est un pays qui représente bien le défi global de notre époque, a estimé François : protéger la création en réformant le modèle de développement. Il a cependant dénoncé les inégalités criantes dans le pays. « C’est un scandale, une honte pour l’humanité ! a improvisé le pape. Et pas seulement en Afrique, mais ici aussi ».

Il a également évoqué le meurtre d’étudiants chrétiens à l’université de Garissa par des terroristes islamistes, le 2 avril : « Tués parce que chrétiens, leur sang sème la paix et la fraternité dans le monde. »

À propos de l’Ouganda, François a tenu à saluer ceux qui œuvrent auprès des plus pauvres, handicapés et malades, particulièrement ceux qui travaillent auprès des malades du sida et ceux qui accueillent des réfugiés. « Tous ces témoins sont un levain pour la société tout entière », a salué le pape.

La porte sainte de Bangui, signe de foi et d’espérance

Enfin, le pape a rappelé que sa troisième et dernière étape, la Centrafrique, était sa priorité en raison de la souffrance de la population. « J’ai voulu ouvrir, à Bangui, la première porte sainte du jubilé de la Miséricorde » en signe de foi et d’espérance pour ce peuple, et au-delà, pour toutes les populations africaines qui ont besoin de réconfort.
L’apport des différentes communautés religieuses du pays est essentiel pour bâtir la culture de la paix et du développement. « Avec les prêtres et les consacrés mais aussi les jeunes, nous avons partagé la joie de sentir que le Seigneur ressuscité est avec nous sur la barque, c’est Lui qui nous guide sur l’autre rive » s’est réjoui le pape.

Il s’est réjoui de la présence de très nombreux jeunes à la messe dans le stade de Bangui. « Plus de la moitié de la population est mineure, c’est une promesse pour aller de l’avant ! », s’est-il exclamé.En conclusion, le pape a invité les jeunes, en particulier en Europe, à réfléchir à la possibilité d’être missionnaires. Tout en rappelant qu’être missionnaire, « ce n’est pas faire du prosélytisme, mais du témoignage ».

Pour le cardinal Filoni, les pauvres ont protégé le pape

Témoignant lui aussi à son retour d’Afrique, le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, qui accompagnait le pape est revenu sur la chaleur des populations africaines qui ont accueilli ce dernier. Interrogé sur les mesures de sécurité, le cardinal italien a estimé que, plus que les forces de sécurité déployées, c’est l’enthousiasme et l’affection du peuple qui ont réellement protégé le pape, de son atterrissage à son départ.

« Une ceinture de personnes très pauvres, qui courraient continuellement autour de la voiture du pape, n’a jamais laissé le pape seul et l’ont ainsi défendu y compris de tout possible danger », a-t-il expliqué.


Le cardinal Filoni est revenu en particulier sur l’étape centrafricaine, qui a beaucoup marqué les esprits. « Tous s’accordaient pour dire que l’étape centrafricaine serait difficile et l’avaient même déconseillée, a-t-il remarqué, mais la détermination du pape a eu raison de ces nombreuses préoccupations humaines et politiques ».

Le préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples a aussi souligné que le pape répétait toujours que la prière des pauvres est celle qui le soutient le plus dans son ministère. Une réalité touchée de près lors de ce voyage apostolique.

G.V. avec Radio Vatican

Le voyage du pape en Afrique en images

2/12/15 - 16 H 12
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Contenu sponsorisé





Le voyage du pape François en Afrique Empty
MessageSujet: Re: Le voyage du pape François en Afrique   Le voyage du pape François en Afrique Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le voyage du pape François en Afrique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: