Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
Le Deal du moment : -8%
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
1099 €
-8%
Le deal à ne pas rater :
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
1099 € 1199 €
Voir le deal

 

 L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
chrisredfeild

chrisredfeild



L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE Empty
MessageSujet: L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE   L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE EmptyDim 06 Mar 2011, 01:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




La crise des rapports Nord-Sud et l’islamophobie ne sont pas une vue de l’esprit.

Le libéralisme sauvage est dans l’impasse, les relations internationales ne sont pas démocratiques et les sociétés du Sud sont confrontées à des défis sans précédent, dont le plus décisif consiste à articuler authenticité et modernité, unité et pluralité, Etat de droit et stabilité. Au même moment, fabrications occidentales, la propagande du choc des civilisations et l’islamophobie s’amplifient. Sous couvert de mondialisation et de modernisation, l’ingérence étrangère vise à dominer et à dépersonnaliser, en imposant sa seule version du développement et de l’émancipation.

Faire preuve de vigilance
Dans ce contexte, tout est prétexte pour perturber le monde arabo-musulman, modèle culturel qui, malgré ses faiblesses actuelles, résiste à la marchandisation du monde et à la deshumanisation. Ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte est un séisme politique et les peuples arabes aspirent au changement, mais il faut faire preuve de vigilance. La priorité aujourd’hui est d’éviter aux pays arabes des situations risquées, tout en favorisant des réformes efficientes.
Les théoriciens néoconservateurs et les sionistes, de Fukuyama à Hunting-ton, depuis longtemps, considèrent que le musulman est le nouvel ennemi. Les pays arabes doivent accéder à l’universel moderne, mais pas à n’importe quel prix, de surcroît imposé, sous des formules qui récupèrent le souffle du changement. La mondialisation est une occidentalisation aveugle et déstabilisatrice, comme l’affirment le philosophe Derrida et d’autres penseurs, de Berque à Legendre et Hessel qui appellent à s’indigner.
Il est choquant de constater les interférences de puissances étrangères dans les affaires de la société arabe, alors que le système mondial dominant est en crise, marqué par des contradictions, le recul du droit, la loi du plus fort, la politique des deux poids, deux mesures et le racisme antimusulman. L’invention d’un «nouvel ennemi», l’Arabe, comme diversion, qui dope la propagande du prétendu «choc des civilisations», est en train de prendre une dimension démesurée.
L’interférence dans les politiques des autres pays à travers le monde constituent une donnée visible de l’ordre mondial. L’interférence opportuniste, dictée par leurs intérêts, la stratégie d’hégémonie et l’endiguement de ce qu’ils prétendent être des menaces, sont un danger pour le droit des peuples. Toute politique doit tenir compte de ce facteur, en vue de préserver la souveraineté, en démontrant que les sociétés arabes sont soucieuses de coexistence, capables d’accéder à l’universel politique et de solutionner leurs problèmes internes sur une base nationale. Pour préserver l’indépendance, dénoncer et rejeter les ingérences, pressions et interférences extérieures, est plus que légitime. Pour les tarir, il reste à accélérer des réformes propres à chaque pays arabe, en vue du changement pacifique, la bonne gouvernance et répondre aux aspirations des populations, dans le cadre du renouveau du nationalisme.
Aujourd’hui, l’idéologie sioniste et néoconservatrice impose sa loi de la jungle. Le 51e dernier veto américain, en faveur d’Israël, au Conseil de sécurité de l’ONU, en est le sinistre symbole. L’occupation de la Palestine, les inégalités et les politiques qui manipulent, produisent des impasses et puis considèrent les musulmans comme les nouveaux ennemis.
Les surenchères intoxiquent les opinions, pendant que le plan d’un Grand Moyen-Orient tente de se mettre en place. Depuis des années nous tentons d’éveiller les consciences, pour dénoncer la duplicité. Entre le Monde musulman et l’Occident, pour parvenir à des normes de civilisation et un nouvel ordre juste, il faut commencer par démocratiser les relations internationales.
Le Nord ne veut pas se départir de ses prétentions à l’hégémonie et une minorité parmi les musulmans prête le flanc et alimente la diversion. Comme hier pour les chrétiens, quand les guerres de religion et l’Inquisition ont suscité un sentiment anticlérical, le terrorisme des faibles, les courants fondamentalistes, la remise en cause de la liberté de conscience et l’image désastreuse de potentats arabes nourrissent le sentiment antimusulman.


Dernière édition par chrisredfeild le Dim 06 Mar 2011, 01:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
chrisredfeild

chrisredfeild



L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE Empty
MessageSujet: Re: L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE   L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE EmptyDim 06 Mar 2011, 01:26

Se moderniser ne signifie pas se dépersonnaliser
Après avoir produit une civilisation incomparable, le Monde musulman, depuis trois siècles, est en retard scientifique. Les résistances, comme l’épopée héroïque de l’Émir Abdelkader, et les tentatives de renaissance ne purent freiner le déséquilibre. Le repli ruine l’image de musulmans qui s’enferment. Reste que si nul ne peut tourner le dos aux progrès, se moderniser ne signifie pas se dépersonnaliser.
L’aspiration au changement émancipateur et à la justice sociale légitime, mais il faut faire attention à «ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain». Le refus de surenchères doit rester au-dessus de toutes les considérations. La stabilité, la cohésion sociale et nos valeurs propres doivent être préservées sur la base du patriotisme et de la mémoire commune.
La situation est hétérogène dans le Monde arabe, mais le dirigisme, la mauvaise gouvernance, l’instrumentalisation de la religion et d’autres faiblesses tracent le tableau pour nombre de pays. Aujourd’hui, environ 70% des Arabes vivent dans la paupérisation et la fragilité sociale et 40% sont illettrés. Économiquement et scientifiquement dépendant, le Monde arabe est utilisé comme épouvantail. Il doit faire son autocritique, mais ne pas tomber dans les pièges tendus, car la fin ne justifie jamais les moyens et aucune puissance étrangère ne peut oeuvrer pour les intérêts des peuples arabes.
La stratégie du système mondial a besoin d’un épouvantail pour faire diversion, en vue de tenter de réaliser la totalité de son hégémonie pour le siècle à venir. Depuis la chute du mur de Berlin en 1989, suivie par la première guerre du Golfe en 1990, puis situation aggravée par le 11 septembre 2001, des puissants se sont réinventés un ennemi, pour faire écran à leurs visées. L’amalgame fonctionne sur le matraquage de médias et d’industries culturelles liées à des cartels qui diabolisent les musulmans. L’islamophobie n’est pas une ruse difficile à mettre en pratique, car l’ethnocentrisme occidental est ancien. Depuis 14 siècles le Monde arabe est déformé et avec acharnement depuis vingt ans. Aujourd’hui, des discours et des médias occidentaux amplifient la peur de l’Islam et cherchent à perturber la société arabe. Des intellectuels originaires de la rive Sud dénigrent de manière schizophrénique leurs racines, les institutions de nos pays et les symboles de la société.

Raffermir la prise de conscience nationale
La crise des rapports Nord-Sud et l’islamophobie ne sont pas une vue de l’esprit. Les nostalgiques de la nuit coloniale et les sionistes, qui ont de la haine pour les musulmans et nient les valeurs du droit des peuples, cherchent à perturber toute évolution pacifique du Monde arabe, l’empêcher de faire éclore un modèle autre que celui du culte du veau d’or. Ils déplacent les problèmes du monde, masquent leurs échecs par l’idée funeste d’un «nouvel ennemi». Ils s’ingèrent dans les affaires des peuples, surfant sur l’exaspération face à la mauvaise gouvernance.
Les préjugés et la prolifération des slogans des partis d’extrême droite débordent. L’islamophobie immonde s’érige en politique.
Est une hypocrisie que l’empressement avec lequel des responsables occidentaux condamnent des situations de blocage ou de désordre, alors qu’elles procèdent d’un climat auquel ils ont contribué. Malgré des comportements inadmissibles chez une infime minorité de musulmans dans le monde, la réalité sociologique montre leur aptitude à vivre le progrès. Il n’y a pas de modèle unique de la Cité. Cela gêne les tenants du libéralisme sauvage et du sionisme. Ces courants incitent à la chasse aux musulmans et la déstabilisation de leur pays.
Vouloir limiter la souveraineté des pays arabes et attiser l’hostilité vis-à-vis des musulmans, signifient que l’humanité éprouve les limites de sa tendance au vivre-ensemble. Le besoin de partage qui pousse les hommes à s’unir, s’épuise. On sort de l’humanisme si les peuples occidentaux laissent faire cette tendance. On sort des valeurs de la vigilance, si nous ne tirons pas les leçons de l’histoire et si on laisse faire la réaction irréfléchie.
L’arrogance que l’Occident a à s’approprier des valeurs comme la démocratie, la sécularité et la raison et sa politique des deux poids, deux mesures ruinent la possibilité d’une civilisation mondiale commune.
En riposte, communiquer, parler au peuple et pratiquer l’éveil des consciences est la voie; et montrer que les musulmans n’ont pas besoin d’anarchie et de tuteur, mais de respect de leur évolution historique progressive, et de soutien en matière de transfert de connaissances et de techno-sciences pour se développer. Ce qui compte est surtout de produire des richesses, en renforçant l’Etat de droit, la bonne gouvernance et le renouvellement des élites. Cela peut se réaliser, sans surenchères.
L’image dépréciative des Arabes est ancienne, mais elle a pris des proportions alarmantes. L’Occident se forge une identité contre l’autre. La diversion du «choc des civilisations» devrait être démasquée. Pendant le matraquage hystérique et médiatique sur les soubresauts de la rue arabe, la bataille dans le monde fait rage sur des fronts décisifs: l’éducation, la technoscience, la finance, l’économie et les forces armées. Les enjeux pour les rapports de force demain.
Raffermir la prise de conscience nationale face aux enjeux est une priorité de l’heure, notamment dans notre pays, libéré au coût le plus élevé par ses enfants et riche de son histoire et de ses réalisations. La vigilance, la sagesse et la patience doivent prévaloir. La relance de la bonne gouvernance, de la justice sociale et le renforcement des libertés, sont salutaires. Le peuple ne perd pas espoir. La logique de l’ouverture, du débat et du patriotisme, pour responsabiliser toute la société et faire renaître la confiance, est à même de permettre de relever les défis de notre temps.
En ce début du XXIe siècle, XVe siècle de l’Hégire, les rapports Nord-Sud, Islam-Occident, sont à un nouveau tournant. Il faut en discerner les enjeux.

Mustapha CHÉRIF
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE Empty
MessageSujet: Re: L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE   L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE EmptyDim 06 Mar 2011, 08:23

Chrsiredfeild a écrit:

Aujourd’hui, l’idéologie sioniste et néoconservatrice impose sa loi de la jungle. Le 51e dernier veto américain, en faveur d’Israël, au Conseil de sécurité de l’ONU, en est le sinistre symbole. L’occupation de la Palestine, les inégalités et les politiques qui manipulent, produisent des impasses et puis considèrent les musulmans comme les nouveaux ennemis.



La cause en est , non pas ce qui serait la mauvaise mentalité des chrétiens d'Occident, mais la main-mise des milieux jiufs sionistes sur les médias !

"Souvent dans les médias il faut être sioniste pour exister. C’est le cas par exemple avec la reprise en main de France-Inter par Philippe Val celui-là même qui défend l’idée de pouvoir caricaturer l’Islam mais pas Israël. Il est là le danger vous ne croyez pas? Est-ce tolérable que dans un pays qui se dit démocratique ne pas pouvoir débattre de l’état d’Israël, de sa politique menée depuis sa création, et surtout de sa propension à nous pousser à la guerre, à la haine contre l’autre. Israël a-t-il été un facteur de paix dans le monde depuis sa création ou sert-il de caution à l’expansion militaire occidentaliste? Regardez par exemple le poids exorbitant de ce lobby aux USA qui dirige carrément la politique étrangère des USA et qui terrorise le pays à coups d’antisémitisme projetés pour qu’on ne puisse surtout pas dénoncer le pouvoir néfaste de ce lobby juif sioniste!"

Lu sur :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Fraternellement

Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosarum

rosarum



L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE Empty
MessageSujet: Re: L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE   L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE EmptyDim 06 Mar 2011, 10:59

chrisredfeild a écrit:
Se moderniser ne signifie pas se dépersonnaliser

.../...

Mustapha CHÉRIF

le même auteur écrit aussi :




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Eduquer à l’acceptation de la diversité

Dans ce contexte, en Europe, au plus haut niveau est contesté le multiculturalisme; alors que ce mode n’exclut pas l’acculturation, c’est-à-dire l’adaptation à la culture locale dominante. Le multiculturalisme est la cohabitation de groupes culturels différents mais qui respectent les valeurs, les lois et les institutions du pays où ils résident. L’acculturation est un processus d’adaptation aux normes et valeurs culturelles locales dominantes. L’un n’empêche pas l’autre. La logique de la diversité est légitime. La remise en cause du multiculturalisme, pratique sociale aussi ancienne que les civilisations, présage de mauvais jours.
Même si tous les Européens ne confondent pas Islam et fanatisme, on constate un emballement inquiétant, est récusée la possibilité de respecter ses racines et de s’ouvrir sur le monde dans lequel on vit. Pourtant, la civilisation musulmane, issue du troisième rameau monothéiste et de la culture gréco-arabe, partage des valeurs universelles. C’est cela qui mérite d’être connu.
Les valeurs de respect de la dignité des gens et du droit des peuples furent bafouées hier par le colonialisme, les totalitarismes et aujourd’hui par des dogmatiques qui déversent leurs angoisses sur les musulmans. Il faut éduquer à l’acceptation de la diversité pour faire reculer le racisme. Les préjugés doivent disparaître. L’immense majorité des musulmans accepte le débat et la critique sans limites et nul ne peut nier que se posent pour tous les citoyens et peuples des problèmes d’articulation entre progrès et authenticité, entre unité et pluralité, et que des fondamentalismes soient visibles, mais l’heure devrait être au vivre-ensemble.
Les polémiques qui traversent tous les courants politiques européens au sujet des citoyens européens musulmans sont alarmantes, alors qu’acculturation et multiculturalisme ne sont pas antinomiques. Chacun est transformé par son milieu social et pratique des synthèses et symbioses.
Il est temps de mettre fin au sentiment antimusulman, aux faux débats et au populisme. Le malentendu persistera tant qu’on n’aura pas extirpé la principale racine du problème: la méconnaissance. Musulmans, chrétiens, juifs, humanistes, apprenons à nous connaître et à faire notre examen de conscience. L’amplification de la peur, l’exploitation avec cynisme des archaïsmes et des dérives des fondamentalismes jettent de manière inique l’opprobre sur tous les musulmans.
La propagande du choc des civilisations et la politique du deux poids, deux mesures gagnent du terrain et s’illustrent par les ingérences dans la vie des citoyens et communautés musulmanes d’Europe et celle des sociétés arabes. Aucune puissance étrangère ne peut oeuvrer pour les intérêts des peuples. La renaissance ne peut être dictée de l’extérieur. La mondialisation et la modernité ne doivent pas signifier dépersonnalisation et dépendance.
La caricature et le rejet des musulmans stigmatisés n’est pas un simple épiphénomène, mais une diversion aux impasses du système dominant. Ce n’est plus le radicalisme qui est dénoncé. Les références fondatrices, le Coran et le Prophète [PBDSL] sont attaqués. La xénophobie, d’une part, et l’intégrisme, d’autre part, tous deux déforment l’image de l’Islam.
En Europe, l’immense majorité des musulmans est bien intégrée et prouve ses compétences et qualités. Cette réalité est déformée. Comme celles de l’antisémitisme, les causes de l’islamophobie sont anciennes: l’ignorance, les situations de crise, des stratégies d’invention d’un bouc émissaire et les fondamentalismes. L’islamophobie n’est malheureusement pas une ruse difficile à mettre en pratique, car l’ethnocentrisme occidental est ancien.
Depuis 14 siècles, le Monde arabe est déformé par des non-musulmans. Les xénophobes nostalgiques de l’ère coloniale puisent dans l’imaginaire qui occulte le fait qu’entre l’Occident et l’Islam l’échange était plus décisif que les divergences. Par le passé, autour de la Méditerranée, les peuples ont fécondé une histoire riche. Le citoyen musulman de par le monde doit faire son autocritique, ne pas tomber dans les provocations, reprendre confiance et énoncer des voies pour le vivre-ensemble.


Changer l’image

En Europe, au sujet de l’Islam il y a lieu de prendre la parole pour changer l’image et contribuer au discernement, malgré le verrouillage des champs médiatiques. Il faut se démarquer des courants qui nuisent à ce qu’ils croient défendre, en montrant que le fondamentalisme est l’anti-Islam et l’antihumanisme.
Afin que le clair l’emporte sur l’obscur, chacun doit s’engager et oeuvrer aux côtés de ceux qui défendent les causes justes. C’est avec les personnes soucieuses de respect du droit à la différence que l’avenir sera préservé. Ce qui est en jeu, c’est la Cité juste, pas seulement le sort des musulmans. L’Islam réintroduit le débat de fond, celui sur la question du sens et de la justice, dans une société qui a besoin d’équilibre, car, malgré les prodigieux progrès technoscientifiques, se profile la déshumanisation.
C’est l’ère de la dégradation intellectuelle, du recul du droit, de la crise de la modernité européenne et de la tradition sclérosée en Orient. Cependant, risques et opportunités s’entremêlent. Les peuples sont confrontés à la mise en demeure de se dépasser.
Compte tenu du choc des ignorances, il est vital de garantir l’interconnaissance: pour tous les jeunes en Occident, introduire l’enseignement du fait religieux, de la civilisation et de la langue de l’autre dans les établissements scolaires, et pour la communauté, les animateurs cultuels doivent être formés à la langue et aux cultures du pays. Le dépassement de faux clivages est vital. Rassembler est la tâche de l’heure, la communauté manque de figures de proue. Le droit d’exprimer collectivement la foi doit être protégé, afin de resserrer les liens sans communautarisme.
Il reste à faire prendre conscience que les mauvaises interprétations de nos sources nourrissent le sentiment antimusulman. Ceux qui s’attachent à la gestuelle et réduisent la foi à des aspects rigides se trompent. L’’intégrisme est un contre-exemple de l’Islam. Des bricolages exégétiques renforcent le refuge contestataire. Mais les croyants sincères qui recherchent l’approfondissement de leur foi de manière paisible et ouverte sont l’immense majorité.
Par des paroles justes, des actions réfléchies, le souci du dialogue, ils seront à la hauteur de la tâche. Être musulman c’est être pieux, juste et logique, ligne civilisée et médiane. En Occident, dans des quartiers défavorisés, des citoyens de confession musulmane, au chômage, notamment les jeunes, souffrent. Il est impérieux de les écouter, en leur offrant une formation et des perspectives. Il s’agit non pas de survivre ni de se renier, mais d’être fier de ses racines, de vivre avec les autres et d’accepter l’évolution.
Durant des siècles, la coexistence et l’échange entre des populations aux parcours culturels différents caractérisaient le Bassin méditerranéen. Les dérives ne peuvent occulter la réalité. Les musulmans d’Europe participent sans complexe à la vie de la Cité. Ils prouvent leurs qualités et n’ont aucun problème à vivre avec les non-musulmans. Ils savent que leur religion fonde la sécularité et la vie sous la forme du savoir.
Il n’y a aucune opposition de principe entre les civilisations. Ce n’est pas seulement au musulman de s’adapter. Nous refusons l’arrogance avec laquelle on parle du musulman, comme s’il était susceptible de n’accéder à la dignité que s’il s’occidentalise. Nous escomptons le sens de la clairvoyance, afin que le débat sur le vivre-ensemble ne soit pas dévié. De la pertinence de la réponse dépend l’avenir du monde.
Les musulmans ne réfutent pas seulement le paternalisme et n’exigent pas seulement que leur différence soit tolérée. Ils demandent davantage qu’un simple «droit de survivre», mais le droit de vivre avec leur temps dignement. L’ordre de la tutelle est inadmissible, l’ordre de la tolérance est insuffisant, seul l’ordre de la reconnaissance du droit à la différence ouvre la possibilité d’une civilisation commune juste.
Depuis des années, nous tentons de sonner l’alerte, d’éveiller les consciences, d’attirer l’attention de tous pour dénoncer la politique du deux poids, deux mesures.
La question palestinienne est le symbole le plus significatif de l’injustice. Nord et Sud doivent d’égal à égal parvenir à des normes de civilisations, éthiques et juridiques pour un nouvel ordre juste, d’autant que les deux mondes sont imbriqués.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE Empty
MessageSujet: Re: L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE   L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L’OCCIDENT ET LE MONDE ARABE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: