Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
Le Deal du moment : -31%
PC Portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
899 €
Le Deal du moment :
Manette Xbox Séries X avec adaptateur sans-fil ...
Voir le deal
52.99 €

 

 Evangile du jour avec son commentaire - année 2020

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 31 Déc 2019, 23:24

Rappel du premier message :

1 janvier 2020

Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,16-21.

En ce temps-là, les bergers se hâtèrent d’aller à Bethléem, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire.
Après avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant.
Et tous ceux qui entendirent s’étonnaient de ce que leur racontaient les bergers.
Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.
Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé.
Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception

Commentaire du jour

Sainte Gertrude d'Helfta (1256-1301)
moniale bénédictine

Exercices I, SC 127 (Œuvres spirituelles, trad. J. Hourlier et A. Schmitt, Éd. du Cerf, 1967, p. 67-69, rev.)

Reçois moi en ton amour, Vierge et Mère

Prie la Mère virginale de t’obtenir le parfait renouvellement de ta vie. Elle, rose vénérable, qu’elle soit tellement, en cette grâce, ta mère et marraine que tu lui sois dans tes mœurs une véritable fille. Elle, la perle de pudeur, qu’elle couvre ton âme du manteau de sa pureté et, sous sa très douce protection, qu’elle la conserve sans tache à son Fils le Seigneur Roi. Qu'elle fasse inscrire ton nom en Israël, héritage élu, afin que ta part soit avec ceux qui marchent dans l’innocence du cœur et se proposent toujours le Seigneur comme but en toutes leurs voies (cf. Ps 15,8 ).

           Salut, Marie, Reine de clémence, olivier de miséricorde, toi par qui nous est venu le remède de vie ; Reine de clémence, Vierge et Mère du divin rejeton, toi par qui nous est venu le Fils de l’éternelle lumière, l’odorant rejeton d’Israël. Ah ! puisque, par ton Fils, tu es devenue la véritable mère de tous les hommes dont lui, ton unique, n’a pas dédaigné devenir le frère ; ainsi maintenant, pour son amour, reçois-moi, malgré mon indignité, en ton amour de mère : toi, aide ma foi, conserve-la et fortifie-la. Et ainsi maintenant, sois pour moi la marraine de mon renouvellement et de ma foi, afin d’être pour l’éternité mon unique et très aimante mère toujours affectueuse ; accorde-moi tes soins en cette vie, et reçois-moi à la plénitude de ta maternité à l’heure de ma mort. Amen.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Julie
Moderateur
Moderateur



Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 08 Fév 2020, 23:27

9 février

Cinquième dimanche du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,13-16.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens.
Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.
Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

Commentaire du jour

Hésychius le Sinaïte
dit de Batos – parfois assimilé à Hésychius prêtre de Jérusalem – (Ve s. ?), moine

Chapitres « Sur la sobriété et la vigilance » n° 87, 88, 108, 197 (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, Ed. DDB-Lattès)

Jésus illumine l’espace du cœur

Le sel sensible donne de la saveur au pain et à tout aliment, empêche de pourrir certaines viandes et les conserve longtemps. Considère qu’il en va de même de la garde de l’intelligence. Car elle comble de saveur divine l’homme intérieur comme l’homme extérieur, elle chasse l’odeur fétide des pensées mauvaises, et nous donne de persévérer dans le bien. De la suggestion naissent de nombreuses pensées, et de celles-ci la mauvaise action sensible. Mais celui qui avec Jésus éteint aussitôt la première, échappe à la suite et s’enrichira de la douce connaissance divine par laquelle il trouvera Dieu qui est partout présent.

           Tenant devant Dieu le miroir de l’intelligence, il est continuellement illuminé, à l’image du cristal pur et du soleil sensible. Alors, parvenue à la cime ultime des désirs, l’intelligence se reposera en lui de toute autre contemplation. (…) Il est impossible que celui qui regarde le soleil n’ait pas ses yeux inondés de lumière. De même celui qui se penche toujours sur l’espace de son cœur ne peut pas ne pas être illuminé. (…) Quand les nuages se dissipent, l’air apparaît pur. De même, quand sous le soleil de justice, Jésus Christ, se dissipent les fantasmes des passions, ne cessent de naître dans le cœur des pensées lumineuses, pareilles aux étoiles. Car Jésus illumine l’espace du cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyDim 09 Fév 2020, 22:38

10 février

Le lundi de la 5e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,53-56.

En ce temps-là, après la traversée, abordant à Génésareth, ils accostèrent.
Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus :
ils parcoururent toute la région, et se mirent à apporter les malades sur des brancards là où l’on apprenait que Jésus se trouvait.
Et dans tous les endroits où il se rendait, dans les villages, les villes ou les campagnes, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.

Commentaire du jour


Saint Léon le Grand (?-v. 461)
pape et docteur de l'Église

Lettre 28, à Flavien, 3-4 ; PL 54, 763-767 (Livre des jours – Office romain des lectures ; Le Cerf – Desclée de Brouwer – Desclée – Mame ; © AELF Paris 1976 ; 25/03, rev.)

« Tous ceux qui le touchèrent étaient sauvés »


La petitesse humaine a été assumée par la majesté de Dieu, notre faiblesse par sa force, notre servitude à la mort par son immortalité. Pour payer la dette de notre condition humaine, la nature inaltérable de Dieu s'est unie à notre nature exposée à la souffrance. C'est ainsi que, pour mieux nous guérir, « le seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ » (1Tm 2,5) devait, d'un côté, pouvoir mourir, et de l'autre, ne pas pouvoir mourir.

           C'est donc dans la nature intégrale et complète d'un vrai homme que le vrai Dieu est né (...). Il a pris la condition de l'esclave sans la souillure du péché ; il a rehaussé l'humanité sans abaisser la divinité. En se dépouillant lui-même (Ph 2,7), celui qui était invisible s'est rendu visible ; le Créateur et Seigneur de toutes choses a voulu être un mortel parmi les autres mortels. Mais tout cela était la condescendance de sa miséricorde, non une défaite de sa puissance. (...) Tout cela est d'un ordre nouveau (...) : lui qui dépasse toute limite a voulu être limité comme nous, lui qui existait avant la création du temps a commencé à exister dans le temps, le Seigneur de l'univers a pris la condition d'esclave (Ph 2,7), en plongeant dans l'ombre la grandeur infinie de sa majesté. Le Dieu incapable de souffrir n'a pas dédaigné d'être un homme capable de souffrir, et lui qui est immortel, de se soumettre aux lois de la mort. En effet, le même Christ qui est vrai Dieu est aussi vrai homme (...). Il est vrai Dieu du fait qu'« au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu » ; il est homme du fait que « le Verbe s'est fait chair et a établi sa demeure parmi nous » (Jn 1,1.14).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyLun 10 Fév 2020, 23:16

11 février

Le mardi de la 5e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,1-13.


En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus,
et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.
– Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ;
et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats.
Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »
Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : ‘Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.’
Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. »
Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour établir votre tradition.
En effet, Moïse a dit : ‘Honore ton père et ta mère.’ Et encore : ‘Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort.’
Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont ‘korbane’, c’est-à-dire don réservé à Dieu”,
alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ;
vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

Commentaire du jour


Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)
carmélite, docteur de l'Église

Le Chemin de la perfection, ch. 28, 9-11 (Œuvres complètes; trad. par mère Marie du Saint-Sacrement; les Éd. du Cerf, 1995, p. 805)

« Ce peuple m'honore des lèvres mais son cœur est loin de moi »

Imaginons qu'il y a en nous un palais d'une immense richesse, construit tout en or et en pierres précieuses, digne enfin du Maître auquel il appartient. Puis dites-vous, mes sœurs, que la beauté de cet édifice dépend aussi de vous. C'est vrai, car est-il plus bel édifice qu'une âme pure et pleine de vertus ? Plus elles sont grandes, plus les pierreries resplendissent. Enfin, songez que dans ce palais habite ce grand Roi qui a bien voulu se faire notre Père ; il se tient sur un trône de très haut prix, qui est votre cœur. (...)

           Peut-être rirez-vous de moi, et direz-vous que c'est fort clair, et vous aurez raison, mais cela a été obscur pour moi pendant un certain temps. Je comprenais bien que j'avais une âme, mais l'estime que méritait cette âme, la dignité de celui qui l'habitait, voilà ce que je ne comprenais pas. Les vanités de la vie étaient comme un bandeau que je mettais sur les yeux. Si j'avais compris, comme je le fais aujourd'hui, qu'en ce tout petit palais de mon âme habite un si grand Roi, je ne l'aurais pas laissé seul si souvent ; je me serais tenue de temps en temps près de lui, et j'aurais fait le nécessaire pour que le palais soit moins sale. Qu'il est donc admirable de songer que celui dont la grandeur emplirait mille mondes et beaucoup plus, s'enferme ainsi en une si petite demeure !
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 11 Fév 2020, 22:58

12 février

Le mercredi de la 5e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,14-23.

En ce temps-là, appelant de nouveau la foule, Jésus lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »
[…]
Quand il eut quitté la foule pour rentrer à la maison, ses disciples l’interrogeaient sur cette parabole.
Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur,
parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? » C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments.
Il leur dit encore : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui le rend impur.
Car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres,
adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure.
Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Commentaire du jour

Philothée le Sinaïte
moine et higoumène du monastère du Buisson ardent

Chapitres neptiques n° 23, 33, 36 (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, éd. DDB-Lattès)

Au-dedans du cœur, le Royaume

À toute heure et à chaque instant, gardons assurément notre cœur (cf. Pr 4,23 LXX) des pensées qui viennent obscurcir le miroir de l’âme, sur lequel Jésus Christ, la sagesse et la puissance de Dieu le Père (cf. 1 Cor 1,24), pose son empreinte et inscrit son image lumineuse, et cherchons sans relâche au-dedans du cœur le Royaume des cieux (cf. Mt 6,33). (...)

           Il est impossible à celui qui se livre aux pensées mauvaises de se garder pur des péchés dans son homme extérieur. Et s’il ne déracine pas de son cœur les pensées mauvaises, il ne se peut pas non plus qu’il ne les porte pas vers des œuvres mauvaises. La cause du regard adultère est que l’œil intérieur s’est déjà livré à l’adultère et aux ténèbres. Et la cause du désir d’écouter des infamies est que nous écoutons ce que nous murmurent les démons infâmes qui sont en nous. Nous devons donc, dans le Seigneur, chacun de nous, nous purifier au-dedans et au dehors, garder nos propres sens, nous maintenir purs de toute activité inspirée par la passion et le péché. Et de même qu’auparavant adonnés à la vie du monde, dans notre ignorance et la vanité de notre intelligence, nous étions asservis par toute notre intelligence et tous nos sens au [......] du péché, de même, nous retournant vers la vie selon Dieu, il nous faut, par toute notre intelligence et tous nos sens, nous asservir au Dieu vivant et véritable (cf. 1 Th 1,9), à sa justice et à sa volonté. (...)

           Menons donc le combat de l’intelligence contre ces démons, afin de ne pas faire passer leurs volontés mauvaises dans nos œuvres comme des péchés réels. Mais si nous retranchons de nos cœurs le péché, nous trouverons en nous-mêmes le Royaume de Dieu. Par cette très belle ascèse, gardons au nom de Dieu la pureté et la continuelle componction de notre cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMer 12 Fév 2020, 22:46

13 février

Le jeudi de la 5e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 7,24-30.

En ce temps-là,  Jésus partit et se rendit dans le territoire de Tyr. Il était entré dans une maison, et il ne voulait pas qu’on le sache, mais il ne put rester inaperçu :
une femme entendit aussitôt parler de lui ; elle avait une petite fille possédée par un esprit impur ; elle vint se jeter à ses pieds.
Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance, et elle lui demandait d’expulser le démon hors de sa fille.
Il lui disait : « Laisse d’abord les enfants se rassasier, car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux petits chiens. »
Mais elle lui répliqua : « Seigneur, les petits chiens, sous la table, mangent bien les miettes des petits enfants ! » Alors il lui dit :
« À cause de cette parole, va : le démon est sorti de ta fille. »
Elle rentra à la maison, et elle trouva l’enfant étendue sur le lit : le démon était sorti d’elle.

Commentaire du jour

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)
prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

Homélies sur l'évangile de Matthieu, n°52, § 2 ; PG 58, 520 (trad.©Evangelizo.org)

« Les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des petits enfants »


En s'approchant de Jésus, la Cananéenne ne dit que ces mots : « Aie pitié de moi » (Mt 15,22), et ses cris redoublés attirent un grand nombre de gens. C'était un spectacle touchant que de voir une femme crier avec tant d'émotion, une mère implorer pour sa fille, une enfant si durement malmenée. (...) Elle ne dit pas « Aie pitié de ma fille », mais : « Aie pitié de moi ». « Ma fille ne se rend pas compte de son mal ; moi au contraire, j'éprouve mille souffrances, je suis malade de la sentir dans cet état, je suis presque folle de la voir ainsi. » (...)

           Jésus lui répond : « Je n'ai été envoyé que pour les brebis perdues de la maison d'Israël » (Mt 15,24). Que fait la Cananéenne après avoir entendu ces paroles ? Est-ce qu'elle s'en va en gardant le silence ? Perd-elle courage ? Pas du tout ! Elle insiste davantage. Ce n'est pas ce que nous faisons : quand nous ne sommes pas exaucés, nous nous retirons découragés, alors qu'il faudrait insister avec plus d'ardeur. Qui donc, il est vrai, n'aurait pas été découragé par la réponse de Jésus ? Son silence aurait suffi à ôter tout espoir... Mais cette femme ne perd pas courage, au contraire elle s'approche de plus près et se prosterne en disant : « Seigneur, viens à mon aide (v. 25) (...). Si je suis un petit chien dans cette maison, alors je ne suis plus une étrangère. Je sais bien que la nourriture est nécessaire aux enfants (...), mais il ne faut pas interdire de donner les miettes. On ne doit pas me les refuser (...), parce que je suis le petit chien qu'on ne peut pas repousser ».

           C'est parce qu'il prévoyait sa réponse que le Christ tardait à exaucer sa prière. (...) Ses réponses n'étaient pas destinées à faire de la peine à cette femme, mais à révéler ce trésor caché.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyJeu 13 Fév 2020, 22:52

14 février

Fête des saints Cyrille, moine, et Méthode, évêque, patrons de l'Europe

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-9.

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson.
Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.
Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin.
Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’
S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous.
Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté.
Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : “Le règne de Dieu s’est approché de vous.” »

Commentaire du jour

Saint Jean-Paul II (1920-2005)
pape

Homélie du 14/2/85 (trad. DC 1893, p. 367 copyright © Libreria Editrice Vaticana)

Saints Cyrille et Méthode, apôtres des Slaves, apôtres de l'unité

La grande mission de ces deux frères s'est terminée avec la mort de Méthode en l'an 885 ; son frère Constantin-Cyrille était mort seize ans auparavant, ici à Rome. À ces deux grands apôtres, le Pasteur éternel a confié l'œuvre de l'Évangile parmi les Slaves. Ils sont devenus les premiers évangélisateurs des peuples qui habitent la partie orientale et la partie méridionale de l'Europe. Ils sont devenus les pères de leur foi et de leur culture. (...)

           Vers la moitié du IXe siècle et au cours de la période qui a suivi immédiatement, approchait le moment de la maturité politique et culturelle du grand ensemble des peuples slaves, celui de leur entrée comme protagonistes dans la convivialité internationale, dans le système qui prenait la succession de l'ancien Empire romain. C'était aussi cependant le moment où la civilisation ancienne se rompait et se fragmentait, où les tensions entre l'Orient et l'Occident se transformaient en divisions et, bientôt, en séparations. Les Slaves sont entrés sur la scène du monde en s'insérant entre ces deux parties et, par la suite, ont fait par eux-mêmes l'expérience des effets tragiques du schisme ; eux aussi ont été divisés comme le monde européen était alors divisé.

           C'est pourquoi nous devons admirer d'autant plus la clairvoyance spirituelle des deux saints frères qui ont décidé courageusement de construire un pont idéal là même où le monde de leur époque creusait au contraire des fossés de séparation et de déchirement. « Cyrille et Méthode, ai-je écrit dans la lettre apostolique du 31 décembre 1980 par laquelle je les proclamais patrons célestes de toute l'Europe, accomplirent leur service missionnaire en union tant avec l'Église de Constantinople par laquelle ils avaient été envoyés qu'avec le Siège romain de Pierre dont ils reçurent appui et soutien, manifestant ainsi l'unité de l'Église qui, à l'époque où ils vécurent et où ils déployèrent leur activité, n'était pas frappée du malheur de la division entre l'Orient et l'Occident, malgré les graves tensions qui, en ce temps, marquèrent les relations entre Rome et Constantinople. »
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 15 Fév 2020, 00:04

15 février

Le samedi de la 5e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,1-10.


En ces jours-là, comme il y avait de nouveau une grande foule, et que les gens n’avaient rien à manger, Jésus appelle à lui ses disciples et leur dit :
« J’ai de la compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger.
Si je les renvoie chez eux à jeun, ils vont défaillir en chemin, et certains d’entre eux sont venus de loin. »
Ses disciples lui répondirent : « Où donc pourra-t-on trouver du pain pour les rassasier ici, dans le désert ? »
Il leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils lui dirent : « Sept. »
Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Puis, prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit, et il les donnait à ses disciples pour que ceux-ci les distribuent ; et ils les distribuèrent à la foule.
Ils avaient aussi quelques petits poissons, que Jésus bénit et fit aussi distribuer.
Les gens mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles.
Or, ils étaient environ quatre mille. Puis Jésus les renvoya.
Aussitôt, montant dans la barque avec ses disciples, il alla dans la région de Dalmanoutha.

Commentaire du jour

Baudouin de Ford (?-v. 1190)
abbé cistercien, puis évêque

Le Sacrement de l'autel, II,1 ; SC 93 (trad. E. de Solms, o.s.b.; Éd. Le Cerf 1963, p. 131s rev.)

« Prenant les sept pains et rendant grâce, il les rompit »

Jésus a rompu le pain. S'il n'avait pas rompu le pain, comment les miettes seraient-elles venues jusqu'à nous ? Mais il l'a brisé et il l'a distribué ; « il l'a dispersé et donné aux pauvres » (Ps 111,9 Vulg). Il l'a brisé par grâce, pour briser la colère du Père et la sienne. Dieu l'avait dit : il nous aurait brisés, si son Unique, « son élu, ne s'était pas tenu devant lui, debout sur la brèche, pour détourner sa colère » (Ps 105,23). Il s'est tenu devant Dieu et il l'a apaisé ; par sa force indéfectible, il s'est tenu debout, non brisé.

           Mais lui-même, volontairement, il a brisé, a offert sa chair, rompue par la souffrance. C'est là qu'il a « brisé la puissance de l'arc » (Ps 75,4), « brisé les têtes du dragon » (Ps 73,14), tous nos ennemis, dans sa colère. Là, il a brisé en quelque sorte les tables de la première alliance (cf Ex 32,19), pour que nous ne soyons plus sous la Loi. Là, il a brisé le joug de notre captivité. Il a brisé tout ce qui nous brisait, pour réparer en nous tout ce qui était brisé, et pour « renvoyer libres ceux qui étaient opprimés » (Is 58,6). En effet, nous étions « captifs de la misère et des chaînes » (Ps 106,10).

           Bon Jésus, aujourd'hui encore, bien que tu aies brisé la colère, brisé le pain pour nous, pauvres mendiants, nous avons encore faim. (...) Romps donc chaque jour ce pain pour ceux qui ont faim. Car aujourd'hui et tous les jours nous recueillons quelques miettes, et chaque jour nous avons de nouveau besoin de notre pain quotidien. « Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour » (Lc 11,3). Si tu ne le donnes, qui le donnera ? Dans notre dénuement et notre besoin (...), il n'y a personne pour nous rompre le pain, personne pour nous nourrir, personne pour nous refaire, personne que toi, notre Dieu. En toute consolation que tu nous envoies, nous recueillons les miettes de ce pain que tu nous romps et nous goûtons « combien est douce ta miséricorde » (Ps 108,21 Vulg).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 15 Fév 2020, 23:07

16 février

Sixième dimanche du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,17-37.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.
Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne commettras pas de meurtre’, et si quelqu'un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. »
Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu ne commettras pas d’adultère.’
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la géhenne.
Il a été dit également : ‘Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation’.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. »
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.’
Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,
ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi.
Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Commentaire du jour

Concile Vatican II
Constitution sur l'Église « Lumen gentium », § 9 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana; rev.)

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir »

De tout temps et en toute nation, Dieu tient pour agréable quiconque le craint et pratique la justice (Ac 10,35).Cependant il a plu à Dieu de sanctifier et de sauver les hommes non pas individuellement, hors de tout lien mutuel, mais de les constituer en un peuple qui le connaîtrait dans la vérité et le servirait dans la sainteté. Il a donc choisi le peuple d'Israël pour être son peuple, avec qui il a fait une alliance et qu'il a progressivement instruit, se manifestant lui-même et manifestant son dessein dans l'histoire de ce peuple et en le sanctifiant pour qu'il soit à lui.

           Tout cela cependant est arrivé pour préparer et préfigurer l'Alliance Nouvelle et parfaite qui serait conclue dans le Christ, et la révélation plus complète qui serait apportée par le Verbe de Dieu lui-même fait chair. « Voici venir des jours, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle... Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l'écrirai sur leur cœur. Alors, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Tous me connaîtront du plus petit jusqu'au plus grand, dit le Seigneur » (Jr 31,31s). Le Christ a institué ce pacte nouveau, la Nouvelle Alliance dans son sang (1Co 11,25), appelant la multitude des hommes parmi les juifs et parmi les païens pour former un tout, non selon la chair mais dans l'Esprit, et constituer le nouveau peuple de Dieu (...) : « race choisie, sacerdoce royal, nation sainte, le peuple qui appartient à Dieu » (1P 2,9). (…)

           De même que l'Israël selon la chair cheminant dans le désert reçoit déjà le nom d'Église de Dieu (2Esd 13,1; Nb 20,4; Dt 23,1s), de même le nouvel Israël qui s'avance dans l'ère présente en quête de la cité future, celle qui est permanente (He 13,14), est aussi appelé l'Église du Christ (Mt 16,18). C'est le Christ, en effet, qui l'a acquise par son sang (Ac 20,28), l'a remplie de son Esprit et l'a pourvue des moyens appropriés pour son unité visible et sociale.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyDim 16 Fév 2020, 23:56

17 février

Le lundi de la 6e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,11-13.

En ce temps-là, les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. »
Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive.

Commentaire du jour

Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968)
capucin

OP ; GF 174 ; Ep 4,418 (Une pensée par jour; traduction de Buona giornata par Y. d'Horrer; Mediaspaul 1991, p.45)

« Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? » : Croire même dans l'obscurité

L'Esprit Saint nous dit : Ne laissez pas votre esprit succomber à la tentation et à la tristesse car la joie du cœur est vie de l'âme. La tristesse ne sert à rien et cause notre mort spirituelle.

           Il arrive parfois que les ténèbres de l'épreuve accablent le ciel de votre âme ; mais elles sont lumière ! C'est grâce à elles que vous croyez même dans l'obscurité ; l'esprit se sent perdu, il craint de ne plus voir, de ne plus rien comprendre. Mais c'est le moment où le Seigneur parle et se rend présent à l'âme ; et celle-ci écoute, comprend et aime dans la crainte de Dieu. Pour « voir » Dieu, n'attendez donc pas le Thabor (Mt 17,1) quand vous le contemplez déjà au Sinaï (Ex 24,18).

           Progressez dans la joie d'un cœur sincère et grand ouvert. Et s'il vous est impossible de garder cette allégresse, au moins ne perdez pas courage et gardez toute votre confiance en Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyLun 17 Fév 2020, 23:12

18 février

Le mardi de la 6e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,14-21.

En ce temps-là, les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.
Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! »
Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains.
Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ?
Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ?
Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze.
– Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. »
Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »

Commentaire du jour

Sainte Gertrude d'Helfta (1256-1301)
moniale bénédictine

Les Exercices, n° 5 ; SC 127 (trad. (Œuvres spirituelles, trad. J. Hourlier et A. Schmitt, Éd. du Cerf, 1967; p. 159 rev.)

« Vous ne voyez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? »

« Dieu, mon Dieu, je te cherche dès l'aurore » (Ps 62,2 Vulg) (…) Ô lumière très sereine de mon âme, matin resplendissant, deviens enfin en moi lever du jour ; brille sur moi avec tant de clarté que « dans ta lumière je contemple la lumière » (Ps 35,10). Que par toi ma nuit soit changée en jour. Mon matin très aimé, que par amour de ton amour je tienne pour rien et vanité tout ce qui n'est pas toi. Visite-moi dès le point du jour, pour me transformer soudain en toi tout entière. (…) Détruis ce qui est de moi ; fais que je passe totalement en toi de sorte que jamais plus je ne puisse me retrouver en moi pour ce temps limité, mais que je demeure étroitement unie à toi pour l'éternité. (…)

           Quand serai-je rassasiée par une beauté si grande et si éclatante ? Toi Jésus, magnifique Étoile du matin (Ap 22,16), resplendissante de la clarté divine, quand serai-je illuminée par ta présence ? Splendeur si digne d'amour, quand me rassasieras-tu de toi ? Oh, si seulement ici-bas je pouvais percevoir tant soit peu les rayons délicats de ta beauté pour qu’il me soit permis d’avoir au moins un avant-goût de ta douceur, et de te savourer par avance, toi qui es mon héritage de choix (cf Ps 15,5). (…) Tu es le miroir resplendissant de la sainte Trinité qu'il est permis de contempler de l'œil d'un cœur pur (Mt 5,8) : là-haut face à face, ici-bas dans un reflet seulement.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 18 Fév 2020, 23:16

19 février

Le mercredi de la 6e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,22-26.

En ce temps-là, Jésus et ses disciples arrivèrent à Bethsaïde. Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher.
Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. Il lui mit de la salive sur les yeux et lui imposa les mains. Il lui demandait : « Aperçois-tu quelque chose ? »
Levant les yeux, l’homme disait : « J’aperçois les gens : ils ressemblent à des arbres que je vois marcher. »
Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté.
Jésus le renvoya dans sa maison en disant : « Ne rentre même pas dans le village. »

Commentaire du jour

Saint Jérôme (347-420)
prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église

Homélies sur Marc, n°8, 235 (SC 494; trad. Jean-Louis Gourdain; Éd. du Cerf, 2005, p. 143)

« Ouvre mes yeux... aux merveilles de ta Loi » (Ps 118,18)

« Jésus lui a mis de la salive sur les yeux, lui a imposé les mains et lui a demandé s'il voyait quelque chose. » La connaissance est toujours progressive. (...) Ce n'est qu'au prix de beaucoup de temps et d'un long apprentissage qu'on peut parvenir à la connaissance parfaite. D'abord les saletés s'en vont, la cécité s'en va, et c'est ainsi que la lumière vient. La salive du Seigneur est un enseignement parfait : pour enseigner de façon parfaite, elle provient de la bouche du Seigneur. La salive du Seigneur, qui provient pour ainsi dire de sa substance, est la connaissance, comme sa parole qui provient de sa bouche est un remède. (...)

           « Je vois des hommes, comme des arbres qui marchent » ; je vois toujours l'ombre, pas encore la vérité. Voici le sens de cette parole : je vois quelque chose dans la Loi, mais je n'aperçois pas encore la lumière éclatante de l'Évangile. (...) « Et il lui posa à nouveau les mains sur les yeux et il commença à voir si bien qu'il voyait tout clairement. » Il voyait, dis-je, tout ce que nous voyons : il voyait le mystère de la Trinité, il voyait tous les mystères sacrés qui sont dans l'Évangile. (...) Nous aussi nous les voyons, car nous croyons en Christ qui est la vraie lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMer 19 Fév 2020, 23:06

20 février

Le jeudi de la 6e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,27-33.

En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? »
Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »
Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.
Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

Commentaire du jour

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350)
évêque de Jérusalem et docteur de l'Église

Catéchèse baptismale n° 13, 3.6.23 (Livre des jours – Office romain des lectures ; Le Cerf – Desclée de Brouwer – Desclée – Mame ; © AELF Paris 1976 ; 4e jeudi TO, 578-579)

« Pierre, prenant Jésus à part, se mit à lui faire de vifs reproches »

Nous ne devons pas avoir honte de la croix du Sauveur, mais plutôt en tirer gloire. « Le langage de la croix est scandale pour les juifs, folie pour les païens », mais pour nous elle est le salut. Pour ceux qui se perdent, elle est folie ; pour nous qui sommes sauvés, elle est puissance de Dieu (1Co 1,18-24). Car ce n'était pas un homme sans plus qui mourait, mais le Fils de Dieu, Dieu fait homme. L'agneau, du temps de Moïse, éloignait l'ange exterminateur (Ex 12,23) ; est-ce que « l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29) ne nous a pas bien davantage libérés de nos péchés ? (...)

           Ce n'est pas par contrainte qu'il a quitté la vie, ce n'est pas par force qu'il a été immolé, mais par sa propre volonté. Écoutez ce qu'il dit : « J'ai le pouvoir de donner ma vie, et le pouvoir de la recevoir à nouveau » (Jn 10,18). ~ Il est venu délibérément à sa Passion, heureux de son exploit, souriant à son triomphe, content de sauver les hommes. Il n'a pas eu honte de la croix, car il sauvait toute la terre. Ce n'était pas un pauvre homme qui souffrait, mais Dieu fait homme qui allait combattre pour obtenir le prix de la patience.

           Ne te réjouis pas de la croix en temps de paix seulement ; garde la même foi en temps de persécution ; ne sois pas l'ami de Jésus seulement en temps de paix, pour devenir son ennemi en temps de guerre. Tu reçois maintenant le pardon de tes péchés et les dons spirituels prodigués par ton roi ; lorsque la guerre éclatera, combats vaillamment pour ton roi. Jésus a été crucifié pour toi, lui qui était sans péché.Ce n'est pas toi qui lui as fait cette grâce, car tu l'as reçue le premier. Mais tu rends grâce à celui qui a payé ta dette en étant crucifié pour toi sur le Golgotha.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyJeu 20 Fév 2020, 22:28

21 février

Le vendredi de la 6e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 8,34-38.9,1.

En ce temps-là, appelant la foule avec ses disciples, Jésus leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera.
Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier si c’est au prix de sa vie ?
Que pourrait-il donner en échange de sa vie ?
Celui qui a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. »
Et il leur disait : « Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le règne de Dieu venu avec puissance. »

Commentaire du jour

Sainte Gertrude d'Helfta (1256-1301)
moniale bénédictine

Exercices VII, SC 127 (Œuvres spirituelles, trad. J. Hourlier et A. Schmitt, Éd. du Cerf, 1967, p. 283, rev.)

Celui qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera
.

Ô mort très chère, toi, tu es mon très heureux partage. De grâce, qu’en toi mon âme trouve donc un nid pour elle, que tes flots de vie m’enveloppent tout entière. Ô mort, vie éternelle, de grâce que j’espère toujours sous tes ailes. Ô mort salutaire, de grâce, que mon âme trouve sa demeure salutaire en tes biens excellents. Ô mort très précieuse, tu es ma richesse la plus chère. Oh ! toi, absorbe en toi toute ma vie, et engloutis en toi ma propre mort.

           Ô mort qui apportes la vie, de grâce, puissé-je me fondre sous tes ailes. Ô mort d’où découle la vie, fais qu’une très douce étincelle de ton action vivifiante brûle en moi à jamais. Ô mort cordialement aimée, tu es de mon cœur la confiance spirituelle. Ô mort très aimante, en toi sont contenus pour moi tous les biens ; prends-moi, je t’en prie, sous ta bienveillante protection, afin qu’à ma mort, doucement, je repose sous ton ombre.

           Ô mort très miséricordieuse, toi tu es ma vie très heureuse. Toi, tu es mon meilleur partage. Toi, tu es ma rédemption surabondante. Toi, tu es mon très précieux héritage. De grâce, enveloppe-moi en toi tout entière, cache toute ma vie en toi, et en toi ensevelis ma mort. Ô mort cordialement aimée, toi alors, garde-moi en toi à jamais, dans ta charité paternelle, comme une acquisition et une possession éternelles.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyVen 21 Fév 2020, 23:57

22 février

Chaire de saint Pierre, apôtre, fête

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

Commentaire du jour

Saint Léon le Grand (?-v. 461)
pape et docteur de l'Église

4e  sermon pour l'anniversaire de son ordination ; PL 54, 14a ; SC 200 (Livre des jours – Office romain des lectures ; Le Cerf – Desclée de Brouwer – Desclée – Mame ; © AELF Paris 1976 ; 22 fév)

« Sur cette pierre je bâtirai mon Église »

Rien n'échappait à la sagesse et à la puissance du Christ : les éléments de la nature étaient à son service, les esprits lui obéissaient, les anges le servaient. (...) Et pourtant dans tout l'univers, Pierre seul est choisi pour présider à l'appel de tous les peuples, à la direction de tous les apôtres et de tous les Pères de l'Église. Ainsi, bien qu'il y ait dans le peuple de Dieu beaucoup de prêtres et beaucoup de pasteurs, Pierre en personne les gouvernerait tous, alors que le Christ les gouverne aussi à titre de chef. (...)

           Le Seigneur demande à tous les apôtres quelle est l'opinion des hommes à son sujet. Et ils disent tous la même chose aussi longtemps qu'ils exposent les doutes venus de l'ignorance humaine. Mais lorsque le Seigneur exige de connaître le sentiment des disciples eux-mêmes, le premier à confesser le Seigneur est celui qui est le premier dans la dignité d'apôtre. Comme il avait dit : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant », Jésus lui répond : « Heureux es-tu, Simon, fils de Yonas, car ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. » C'est-à-dire : heureux es-tu parce que c'est mon Père qui t'a enseigné ; l'opinion de la terre ne t'a pas égaré, mais c'est une inspiration du ciel qui t'a instruit ; ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont permis de me découvrir, mais celui dont je suis le Fils unique.

            « Et moi, je te le déclare », c'est-à-dire : de même que mon Père t'a manifesté ma divinité, de même moi je te fais connaître ta supériorité. « Tu es Pierre », c'est-à-dire : Moi je suis le rocher inébranlable, la pierre d'angle qui de deux peuples n'en fait qu'un seul (Ep 2,14), le fondement en dehors duquel personne ne peut en poser d'autre (1Co 3,11), mais toi aussi, tu es pierre, car tu es solide par ma force, et ce que j'ai en propre par ma puissance, tu l'as en commun avec moi du fait que tu y participes. « Sur cette pierre, je bâtirai mon Église (…) ». Sur la solidité de ce fondement, dit-il, je construirai un temple éternel, et mon Église, dont le sommet doit être introduit au ciel, s'élèvera sur la fermeté de cette foi.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 22 Fév 2020, 22:30

23 février

Septième dimanche du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,38-48.

En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Œil pour œil, et dent pour dent’.
Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre.
Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.
À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos ! »
Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.’
Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,
afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

Commentaire du jour


Saint Maxime le Confesseur (v. 580-662)
moine et théologien

Centurie I sur l’amour, n° 17, 18, 23-26, 61 (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, éd. DDB-Lattès)

L’art d’aimer comme Dieu

Bienheureux l’homme qui peut aimer tous les hommes également. Bienheureux l’homme qui ne s’attache à rien de ce qui est corruptible et passager. (…)

           Celui qui aime Dieu aime aussi totalement son prochain. Un tel homme ne saurait garder ce qu’il a, mais il le dispense comme Dieu, donnant à chacun ce dont il a besoin. Celui qui fait l’aumône à l’imitation de Dieu ignore la différence entre le méchant et le bon, le juste et l’injuste (cf. Mt 5,45), dès lors qu’ils souffrent dans leur corps. Mais il donne à tous également, selon leurs besoins, même s’il préfère pour sa bonne volonté, l’homme vertueux à l’homme dépravé. De même que Dieu, qui par nature est bon et impassible, aime également tous les êtres comme ses œuvres, mais qu’il glorifie l’homme vertueux parce que celui-ci lui est uni par la connaissance, et que, dans sa bonté, il a pitié de l’homme dépravé et le fait revenir en l’instruisant dans ce siècle, de même celui qui, de son propre mouvement, est bon et impassible, aime tous les hommes également. Il aime l’homme vertueux pour sa nature et sa volonté bonne. Et il aime l’homme dépravé pour sa nature et pour la compassion, car il a pitié de lui comme d’un fou qui va dans les ténèbres.

           Non seulement partager ce que l’on a révèle l’art d’aimer, mais bien plus encore transmettre la parole et servir les autres dans leur corps. (…) « Et moi je vous dis, demande le Seigneur : aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, priez pour ceux qui cherchent à vous nuire » (Mt 5,44).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyDim 23 Fév 2020, 22:45

24 février

Le lundi de la 7e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,14-29.

En ce temps-là, Jésus, ainsi que Pierre, Jacques et Jean, descendirent de la montagne ; en rejoignant les autres disciples, ils virent une grande foule qui les entourait, et des scribes qui discutaient avec eux.
Aussitôt qu’elle vit Jésus, toute la foule fut stupéfaite, et les gens accouraient pour le saluer.
Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? »
Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet ;
cet esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette par terre, l’enfant écume, grince des dents et devient tout raide. J’ai demandé à tes disciples d’expulser cet esprit, mais ils n’en ont pas été capables. »
Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incroyante, combien de temps resterai-je auprès de vous ? Combien de temps devrai-je vous supporter ? Amenez-le-moi. »
On le lui amena. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit fit entrer l’enfant en convulsions ; l’enfant tomba et se roulait par terre en écumant.
Jésus interrogea le père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il répondit : « Depuis sa petite enfance.
Et souvent il l’a même jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par compassion envers nous ! »
Jésus lui déclara : « Pourquoi dire : “Si tu peux”… ? Tout est possible pour celui qui croit. »
Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! »
Jésus vit que la foule s’attroupait ; il menaça l’esprit impur, en lui disant : « Esprit qui rends muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus jamais ! »
Ayant poussé des cris et provoqué des convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme un cadavre, de sorte que tout le monde disait : « Il est mort. »
Mais Jésus, lui saisissant la main, le releva, et il se mit debout.
Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples l’interrogèrent en particulier : « Pourquoi est-ce que nous, nous n’avons pas réussi à l’expulser ? »
Jésus leur répondit : « Cette espèce-là, rien ne peut la faire sortir, sauf la prière. »

Commentaire du jour

Hermas (2e siècle)
Le Pasteur (Naissance des lettres chrétiennes ; collection Ichtus/Les Pères dans la foi, v. 1; trad. A. Hamman, p. 168)

« Viens au secours de mon peu de foi »


Chasse de ton âme le doute, n'hésite jamais à adresser à Dieu ta prière, en te disant : « Comment pourrais-je prier, comment pourrais-je être exaucé, après avoir tant offensé Dieu ? » Ne raisonne pas ainsi ; mais tourne-toi de tout ton cœur vers le Seigneur, et prie-le avec une pleine confiance. Tu connaîtras alors l'étendue de sa miséricorde ; tu verras que, loin de t'abandonner, il comblera les désirs de ton cœur. Car Dieu n'est pas comme les hommes qui gardent le souvenir du mal ; chez lui, pas de ressentiment, mais une tendre compassion envers ses créatures. Purifie donc ton cœur de toutes les vanités du monde, du mal et du péché (...), et prie le Seigneur. Tu obtiendras tout (...), si ta prière est faite avec une entière confiance.

           Mais si le doute se glisse dans ton cœur, aucune de tes demandes ne sera exaucée. Ceux qui doutent de Dieu sont des âmes doubles ; ils n'obtiennent rien de ce qu'ils demandent. (...) Quiconque doute, à moins de se convertir, sera difficilement exaucé et sauvé. Purifie donc ton âme du doute, revêts-toi de la foi, car elle est puissante, et crois fermement que Dieu exaucera toutes tes demandes. Et s'il arrive qu'il tarde un peu à exaucer ta prière, ne retombe pas dans le doute pour n'avoir pas obtenu tout de suite ce que tu demandes ; ce retard est pour te faire grandir dans la foi. Ne cesse donc pas de demander ce que tu désires. (...) Garde-toi du doute : il est pernicieux et insensé, il déracine la foi chez beaucoup, même chez ceux qui étaient très fermes (...). La foi est forte et puissante ; elle promet tout et elle réussit en tout ; le doute, faute de confiance, échoue en tout.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyLun 24 Fév 2020, 22:30

25 février

Le mardi de la 7e semaine du temps ordinaire

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 9,30-37.

En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache,
car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. »
Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger.
Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? »
Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.
S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »
Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit :
« Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

Commentaire du jour

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (1873-1897)
carmélite, docteur de l'Église

Prière 20, 16 juillet 1897 (Œuvres complètes, Éd. Cerf - DDB 1997; p. 975-976)

« Si quelqu'un veut être le premier, qu'il soit le dernier de tous et le serviteur de tous »

Jésus ! (...) Quelle n'est pas votre humilité, ô divin Roi de Gloire, de vous soumettre à tous vos prêtres sans faire aucune distinction entre ceux qui vous aiment et ceux qui sont, hélas ! tièdes ou froids dans votre service. À leur appel vous descendez du ciel ; ils peuvent avancer, retarder l'heure du saint sacrifice, toujours vous êtes prêt. Ô mon Bien-Aimé, sous le voile de la blanche hostie, que vous m'apparaissez doux et humble de cœur ! (Mt 11,29) Pour m'enseigner l'humilité vous ne pouvez vous abaisser davantage ; aussi je veux, afin de répondre à votre amour, désirer que mes sœurs me mettent toujours à la dernière place et bien me persuader que cette place est la mienne. (...)

           Je le sais, ô mon Dieu, vous abaissez l'âme orgueilleuse, mais à celle qui s'humilie vous donnez une éternité de gloire ; je veux donc me mettre au dernier rang, partager vos humiliations afin « d'avoir part avec vous » (Jn 13,8 ) dans le royaume des Cieux.

           Mais, Seigneur, ma faiblesse vous est connue ; chaque matin je prends la résolution de pratiquer l'humilité et le soir je reconnais que j'ai commis encore bien des fautes d'orgueil. À cette vue je suis tentée de me décourager mais, je le sais, le découragement est aussi de l'orgueil. Je veux donc, ô mon Dieu, fonder sur vous seul mon espérance ; puisque vous pouvez tout, daignez faire naître en mon âme la vertu que je désire. Pour obtenir cette grâce de votre infinie miséricorde je vous répéterai bien souvent : « Ô Jésus, doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au vôtre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 25 Fév 2020, 23:12

26 février

Le mercredi des Cendres

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,1-6.16-18.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite,
afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;
ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »

Commentaire du jour


Saint Grégoire le Grand (v. 540-604)
pape et docteur de l'Église

Homélies sur les évangiles, n° 16, 5 (trad. par les moines du Barroux ; Le Barroux , Éd. Sainte-Madeleine ; diff. Téqui, 2000; rev.)

Quarante jours pour grandir dans l'amour de Dieu et de notre prochain


Nous entamons aujourd'hui les saints quarante jours du carême, et il nous faut examiner attentivement pourquoi cette abstinence est observée pendant quarante jours. Moïse, pour recevoir la Loi une seconde fois, a jeûné quarante jours (Ex 34,28). Élie, dans le désert, s'est abstenu de manger quarante jours (1R 19,8 ). Le Créateur des hommes lui-même, venant parmi les hommes, n'a pas pris pas la moindre nourriture pendant quarante jours (Mt 4,2). Efforçons-nous, nous aussi, autant que cela nous est possible, de refréner notre corps par l'abstinence en ce temps annuel des saints quarante jours (...), afin de devenir, selon le mot de Paul, « une hostie vivante » (Rm 12,1). L'homme est une offrande à la fois vivante et immolée (cf Ap 5,6) lorsque, sans quitter cette vie, il fait cependant mourir en lui les désirs de ce monde.

           C'est la satisfaction de la chair qui nous a entraînés au péché (Gn 3,6) ; que la chair mortifiée nous ramène au pardon. L'auteur de notre mort, Adam, a transgressé les préceptes de vie en mangeant le fruit défendu de l'arbre. Il faut donc que nous, qui sommes déchus des joies du Paradis par le fait de la nourriture, nous nous efforcions de les reconquérir par l'abstinence.

           Mais que personne ne s'imagine que seule cette abstinence nous suffise. Le Seigneur dit par la bouche du prophète : « Le jeûne que je préfère ne consiste-t-il pas plutôt en ceci ? Partager ton pain avec l'affamé, recevoir chez toi les pauvres et les vagabonds, habiller celui que tu vois sans vêtement, et ne pas mépriser ton semblable » (Is 58,6-7). Voilà le jeûne que Dieu approuve (...) : un jeûne réalisé dans l'amour du prochain et imprégné de bonté. Prodigue donc aux autres ce que tu retires à toi-même; ainsi, ta pénitence corporelle soulagera le bien-être corporel de ton prochain qui est dans le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMer 26 Fév 2020, 22:52

27 février

Le jeudi après les Cendres

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,22-25.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »
Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. »
Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? »

Commentaire du jour

Saint François de Sales (1567-1622)
évêque de Genève et docteur de l'Église

Entretiens (Publiés par la Visitation d'Annecy d'après les anciens manuscrits, éd. 1933, p. 300, 305-306, 315, 318 ; rev.)

Le renoncement à soi-même

L’amour que nous avons pour nous-mêmes (…) est affectif et effectif. L’amour effectif est celui qui gouverne les grands, ambitieux d’honneurs et de richesses, qui se procurent tant de biens et qui ne se rassasient jamais d’en acquérir : ceux-là, dis-je, s’aiment grandement de cet amour effectif. Mais il y en a d’autres qui s’aiment davantage de l’amour affectif : ceux-ci sont grandement tendres avec eux-mêmes, et ne font jamais autre chose que de se dorloter, soigner et réconforter : ils craignent tant tout ce qui pourrait leur nuire que c’est grande pitié. (…)

           Cette tendreté est plus insupportable encore aux choses de l’esprit qu’aux choses corporelles ; surtout si elle est par malheur pratiquée ou entretenue par les personnes les plus spirituelles, lesquelles voudraient être saintes du premier coup, sans qu’il leur en coutât rien, pas même les combats que leur cause la partie inférieure de l’âme par ses répugnances envers les choses contraires à la nature. (…)

           Répugner à nos répugnances, faire taire nos préférences, mortifier nos affections, mortifier le jugement et renoncer à la volonté propre est une chose que l’amour effectif et tendre que nous nous portons à nous-mêmes ne peut se permettre sans crier : oh, que cela nous coûte ! Et ainsi nous ne faisons rien. (…)

           Il vaut mieux porter une petite croix de paille que l’on m’a mise sur les épaules sans mon choix, qu’aller en couper une bien plus grande dans du bois avec beaucoup de travail, et la porter ensuite avec une grande peine. Et je serai plus agréable à Dieu avec la croix de paille qu’avec celle que je me serais fabriquée avec plus de peine et de sueur, et que je porterais avec plus de satisfaction, à cause de l’amour propre qui se plaît tant à ses inventions, et si peu à se laisser simplement conduire et gouverner.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyJeu 27 Fév 2020, 22:49

28 février

Le vendredi après les Cendres

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,14-15.

En ce temps-là, les disciples de Jean le Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront.

Commentaire du jour

Sainte Claire d'Assise (1193-1252)
fondatrice de l'ordre des Pauvres Dames ou Clarisses

3e Lettre à Agnès de Prague, 32-41 (Sainte Claire d’Assise; trad. Père Vorreux, O.F.M.; Éd. Franciscaines, 1983)

Vivre pour le louer


Pour chacune de nous, pourvu qu'elle soit saine et valide, le jeûne devrait être perpétuel. Les jeudis ordinaires, le jeûne est laissé au gré de chaque sœur, et celle qui préférerait ne pas jeûner doit être laissée libre. Quant à nous qui nous portons bien, nous jeûnons tous les jours sauf le dimanche et le jour de Noël. Nous ne sommes pas non plus obligées de jeûner durant le temps pascal, ainsi que nous le savons par un billet de saint François, ni aux fêtes de sainte Marie et des saints Apôtres, à moins qu'elles ne tombent un vendredi. Comme je l'ai dit plus haut, nous qui sommes bien portantes et valides, nous nous contentons chaque jour des seuls aliments permis en carême.

           Cependant, nous n'avons pas un corps d'acier ni une solidité de granit ; nous sommes faibles et sujettes aux infirmités de la nature. Aussi je te prie, sœur bien-aimée, de modérer avec sagesse et discernement la rigueur exagérée de ton abstinence dont j'ai eu des échos. Et je te demande dans le Seigneur de vivre pour le louer, de rendre raisonnables les hommages que tu lui rends, et de toujours assaisonner ton sacrifice du sel de la sagesse.

           Je te souhaite une santé aussi bonne que je puis le désirer pour moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 29 Fév 2020, 02:24

29 février

Le samedi après les Cendres

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 5,27-32.

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. »
Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait.
Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? »
Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »

Commentaire du jour

Julienne de Norwich (1342-après 1416)
recluse anglaise

Révélations de l'amour divin, ch. 51-52 (trad. Evangelizo.org d'après le texte original)

« Je suis venu appeler…les pécheurs, pour qu’ils se convertissent »

     Dieu m'a montré un seigneur assis solennellement dans la paix et le repos ; avec douceur il a envoyé son serviteur accomplir sa volonté. Le serviteur a couru en grande hâte, par amour ; mais voilà qu'il est tombé dans un ravin et s'est blessé gravement. (…) Dans ce serviteur, Dieu m'a montré le mal et l'aveuglement provoqués par la chute d'Adam ; et dans ce même serviteur la sagesse et la bonté du Fils de Dieu. Dans le seigneur, Dieu m'a montré sa compassion et sa pitié pour le malheur d'Adam, et dans ce même seigneur la haute noblesse et la gloire infinie à laquelle l'humanité est élevée par la Passion et la mort du Fils de Dieu. C'est pourquoi notre Seigneur se réjouit beaucoup de sa propre chute [dans ce monde et dans sa Passion], à cause de l'exaltation et de la plénitude de bonheur auxquelles parvient le genre humain, surpassant certainement celui que nous aurions eu si Adam n'était pas tombé. (…)

     Ainsi nous avons une raison de nous affliger, car notre péché est la cause des souffrances du Christ, et nous avons constamment une raison de nous réjouir, car c'est son amour infini qui l'a fait souffrir. (…) S'il arrive que par aveuglement et faiblesse nous tombions, alors relevons-nous promptement, sous le doux toucher de la grâce. De toute notre volonté corrigeons-nous en suivant l'enseignement de la sainte Église, selon la gravité du péché. Avançons vers Dieu dans l'amour ; ne nous laissons jamais aller au désespoir, mais ne soyons pas trop téméraires, comme si cela n'avait pas d'importance. Reconnaissons franchement notre faiblesse, sachant que, à moins que la grâce ne nous garde, nous ne tiendrons pas le temps d'un clin d'œil. (…)

     Il est légitime que notre Seigneur désire que nous nous accusions et que nous reconnaissions, loyalement et en vérité, notre chute et tout le mal qui s'ensuit, conscients que nous ne pourrons jamais les réparer. Il veut en même temps que nous reconnaissions, loyalement et en vérité, l'amour éternel qu'il a pour nous et l'abondance de sa miséricorde. Voir et connaître l'un et l'autre ensemble par sa grâce, voilà l'humble confession que notre Seigneur attend de nous et qui est son œuvre dans notre âme.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 29 Fév 2020, 22:57

1 mars

Premier dimanche de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4,1-11.

En ce temps-là, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable.
Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
Mais Jésus répondit : « Il est écrit : ‘L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.’ »
Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple
et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : ‘Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.’ »
Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : ‘Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu.’ »
Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire.
Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. »
Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : ‘C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte.’ »
Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.

Commentaire du jour

Hésychius le Sinaïte
dit de Batos – parfois assimilé à Hésychius prêtre de Jérusalem – (Ve s. ?), moine

Chapitres « Sur la sobriété et la vigilance » n° 12, 20, 40 (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, éd. DDB-Lattès)

Le combat de l’âme


Notre maître et Dieu incarné nous a donné un modèle (cf. 1 P 2,21) de toute vertu, un exemple pour la race des hommes et il nous a fait revenir de l’ancienne chute, en signifiant la vie vertueuse à même sa chair. Il nous a révélé toutes ses œuvres bonnes, et c’est avec elles qu’il est monté au désert après le baptême, et qu’il a commencé là par le jeûne le combat de l’intelligence, quand le diable l’approcha comme un simple homme (cf. Mt 4,3). Par la manière dont il a vaincu, le maître nous a enseigné alors, à nous aussi, les inutiles, comment il nous faut mener la lutte contre les esprits du mal : dans l’humilité, le jeûne, la prière (cf. Mt 17,21), la sobriété et la vigilance. Mais lui-même n’avait nul besoin de ces choses. Car il est Dieu et le Dieu des dieux. (…)

           Celui qui mène le combat intérieur doit à chaque instant avoir ces quatre choses : l’humilité, une attention extrême, la réfutation et la prière. L’humilité, parce que le combat l’oppose aux démons orgueilleux, et afin d’avoir l’aide du Christ à la portée de son cœur, car « le Seigneur hait les orgueilleux » (Pr 3,34 LXX). L’attention, afin de garder toujours son cœur pur de toute pensée, combien même elle paraîtrait bonne. La réfutation, afin de contester tout de suite le malin avec colère. Dès qu’on l’a vu venir. Il est dit : « Je répondrai à ceux qui m’outragent. Mon âme ne sera-t-elle pas soumise à Dieu ? » (Ps 61(62),2 LXX). Enfin la prière, afin de crier vers le Christ en un « gémissement ineffable » (Rm 8,26), aussitôt après la réfutation. Alors celui qui combat verra l’ennemi se dissiper avec l’apparition de son image, comme poussière au vent ou fumée qui s’évanouit, chassée par le nom adorable de Jésus. (…)

           Que l’âme mette donc sa confiance dans le Christ, qu’elle l’invoque et qu’elle n’ait nullement peur. Car elle ne combat pas seule, mais avec le Roi terrible, Jésus Christ, Créateur de tous les êtres, des incorporels et des corporels, c'est-à-dire des visibles et des invisibles.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyDim 01 Mar 2020, 22:39

2 mars

Le lundi de la 1re semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs :
il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ;
j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Commentaire du jour


Thalassius l’Africain
higoumène en Lybie

Centuries I-IV (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, éd. DDB-Lattès, p. 571-585, rev.)


Au jour du Jugement


Avec la mesure dont tu te sers pour tout mesurer à ton corps, tu seras en retour mesuré par Dieu (cf. Mt 7,2).

Les œuvres des jugements divins se trouvent être les justes rétributions de ce qui a été fait par le corps. (...)

Le Christ donne leur juste rétribution aux vivants et aux morts, et aux actions de chacun. (...)

La conscience est un vrai maître. Celui qui lui obéit est toujours gardé de tout faux pas. (...)

Le Royaume de Dieu est la bonté et la sagesse. Celui qui les a découvertes est citoyen des cieux (cf. Ph 3,20). (...)

De terribles jugements attendent les cœurs durs. Car sans de grandes peines, ils n’acceptent pas de s’adoucir. (...)

Combats jusqu’à la mort pour les commandements du Christ. Car, purifié par eux, tu entreras dans la vie. (...)

Est fils de Dieu celui qui s’est fait semblable à Dieu à travers la bonté de la sagesse, de la puissance et de la justice. (...)

Nos paroles, nos œuvres et nos pensées, Dieu nous demandera d’en rendre compte au jour du Jugement. (...)

Dieu est éternel, sans fin, sans limites, et il a promis des biens éternels, sans fin, ineffables, à ceux qui l’écoutent.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyLun 02 Mar 2020, 22:52

3 mars

Le mardi de la 1re semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,7-15.

En ce temps-là,  Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »

Commentaire du jour

Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859)
prêtre, curé d'Ars

Pensées choisies du saint Curé d'Ars (J. Frossard, Éds Tequi 2007, p. 80-82, rev.)

L’amour de Dieu est infini

À présent, il y a si peu de foi dans le monde que l'on espère trop, ou que l'on désespère.

     Il y en a qui disent : « J'ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner. » Mes enfants, c'est un gros blasphème ; c'est mettre une borne à la Miséricorde de Dieu et elle n'en a point : elle est infinie. Vous auriez fait autant de mal qu'il en faut pour perdre une paroisse, si vous vous confessez, si vous êtes fâché d'avoir fait ce mal et que vous ne vouliez plus le refaire, le Bon Dieu vous l'a pardonné.

     Notre Seigneur est comme une mère qui porte son enfant sur ses bras. Cet enfant est méchant : il donne des coups de pieds à sa mère, il la mord, il l'égratigne ; mais la mère n'y fait pas seulement attention ; elle sait que si elle le lâche, il tombera, il ne pourra pas marcher seul. (...) Voilà comment est Notre Seigneur (...). Il endure tous nos mauvais traitements ; Il supporte toutes nos arrogances ; Il nous pardonne toutes nos sottises ; Il a pitié de nous malgré nous.

     Le Bon Dieu est aussi prompt à nous accorder notre pardon, quand nous Le lui demandons, qu'une mère est prompte à retirer son enfant du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 03 Mar 2020, 23:10

4 mars

Le mercredi de la 1re semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 11,29-32.

En ce temps-là, comme les foules s’amassaient, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle cherche un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que le signe de Jonas.
Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération.
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. »

Commentaire du jour


Saint Raphaël Arnáiz Barón (1911-1938)
moine trappiste espagnol

Écrits spirituels, 14/12/1936 (trad. A. Rodriguez, o.p. ; éds. Cerf 2008, p. 266)

« Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits ; de même le Fils de l'homme restera au cœur de la terre trois jours et trois nuits » (Mt 12,40)

Pour se consacrer à un art, pour approfondir une science, l'esprit a besoin de solitude et d'isolement ; il a besoin de recueillement et de silence. Mais pour l'âme enamourée de Dieu, pour l'âme qui ne voit plus d'autre art ni d'autre science que la vie de Jésus, pour l'âme qui a trouvé dans la terre le trésor caché (Mt 13,44), le silence ne suffit pas, ni le recueillement dans la solitude. Il lui faut se cacher de tous, il lui faut se cacher avec le Christ, chercher un coin de la terre où les regards profanes du monde n'arrivent pas, et là, se tenir seule avec son Dieu. Le secret du Roi (Tb 12,7) se gâte et perd son éclat en se dévoilant. C'est ce secret du Roi qu'il faut cacher pour que personne ne le voie, ce secret que beaucoup croiront être fait de communications divines et de consolations surnaturelles ; ce secret du Roi, que nous envions aux saints, se réduit souvent à une croix.

           Ne mettons pas la lumière sous le boisseau, nous dit Jésus (Mt 5,15)... Proclamons aux quatre vents notre foi, remplissons le monde de cris d'enthousiasme pour un Dieu si bon, ne nous lassons pas de prêcher son Évangile et de dire à tous ceux qui veulent nous entendre que le Christ est mort aimant, cloué sur le bois, qu'il est mort pour moi, pour toi, pour celui-là. Si nous l'aimons vraiment, ne le cachons pas ; ne mettons pas la lumière qui peut éclairer les autres sous le boisseau.

     Mais par contre, Jésus béni, portons intérieurement, et sans que personne ne soit au courant, ce secret divin, ce secret que tu confies aux âmes qui t'aiment le plus, cette particule de ta croix, de ta soif, de tes épines. Cachons dans le coin le plus reculé de la terre nos larmes, nos peines et nos chagrins ; ne remplissons pas le monde de tristes gémissements, ni ne faisons parvenir à personne la plus petite part de nos afflictions... Cachons-nous avec le Christ, pour le rendre participant, lui seul, à ce qui, à bien regarder, est seulement son affaire : le secret de la croix. Apprenons une fois pour toutes, en méditant sa vie, sa Passion et sa mort, qu'il n'y a qu'un seul chemin pour parvenir à lui : le chemin de sa sainte croix.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMer 04 Mar 2020, 23:20

5 mars

Le jeudi de la 1re semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 7,7-12.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.
Ou encore : lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils quand il lui demande du pain ?
ou bien lui donnera un serpent, quand il lui demande un poisson ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent !
Tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. »

Commentaire du jour

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716)
prédicateur, fondateur de communautés religieuses

Quarante-septième et quarante-huitième roses (Le secret du Rosaire, éd. Traditions monastiques, 2003, p. 193-194, rev.)

Prier avec confiance et persévérance

Priez avec beaucoup de confiance, laquelle est fondée sur la bonté et libéralité infinies de Dieu et sur les promesses de Jésus-Christ. (...)

           Le plus grand désir qu’ait le Père éternel à notre égard, c’est de nous communiquer les eaux salutaires de sa grâce et de sa miséricorde, et il crie : « Venez boire de mes eaux par la prière » ; et quand on ne le prie pas, il se plaint de ce qu’on l’abandonne : « Ils m’ont abandonné, moi qui suis la source d’eau vive » (Jr 2,13). C’est faire plaisir à Jésus-Christ de lui demander ses grâces, et si on ne le fait pas, il s’en plaint amoureusement : « Jusqu’ici vous ne m’avez rien demandé. Ah ! demandez-moi et je vous donnerai, cherchez chez moi et vous me trouverez, frappez à ma porte et je vous l’ouvrirai » (cf. Jn 16,24; Mt 7,7; Lc 11,9) . De plus, pour vous donner encore plus de confiance à le prier, il a engagé sa parole, à savoir que le Père éternel nous accorderait tout ce que nous lui demanderions en son nom.

           Mais à notre confiance joignons la persévérance dans la prière. Il n’y aura que celui qui persévérera à demander, à chercher et à frapper, qui recevra, qui trouvera et qui entrera.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyJeu 05 Mar 2020, 22:58

6 mars

Le vendredi de la 1re semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,20-26.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.
Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne commettras pas de meurtre’, et si quelqu'un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.»

Commentaire du jour

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)
prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

Homélie sur la trahison de Judas, 6 ; PG 49, 390 (Les Pères de l'Église commentent l'Évangile; Collection liturgique Mysteria sous la direction de Henri Delougne; trad. Abbaye de Clervaux; Éd. Brepols 1991, p. 96)

« Va d'abord te réconcilier avec ton frère »

     Écoute ce que dit le Seigneur : « Lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande ». Mais tu diras : « Vais-je laisser là l'offrande et le sacrifice ? » « Certainement, répond-il, puisque le sacrifice est offert justement pour que tu vives en paix avec ton frère. » Si donc le but du sacrifice est la paix avec ton prochain, et que tu ne sauvegardes pas la paix, il ne sert à rien que tu prennes part au sacrifice, même par ta présence. La première chose que tu aies à faire c'est bien de rétablir la paix, cette paix pour laquelle, je le répète, le sacrifice est offert. De celui-ci, alors, tu tireras un beau profit.

     Car le Fils de l'homme est venu dans le monde pour réconcilier l'humanité avec son Père. Comme Paul le dit : « Maintenant Dieu a réconcilié avec lui toutes choses » (Col 1,22) ; « par la croix, en sa personne, il a tué la haine » (Ep 2,16). C'est pourquoi celui qui est venu faire la paix nous proclame également bienheureux, si nous suivons son exemple, et il nous donne son nom en partage : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5,9). Donc ce qu'a fait le Christ, le Fils de Dieu, réalise-le aussi autant qu'il est possible à la nature humaine. Fais régner la paix chez les autres comme chez toi. Le Christ ne donne-t-il pas le nom de fils de Dieu à l'ami de la paix ? Voilà pourquoi la seule bonne disposition qu'il requiert de nous à l'heure du sacrifice, c'est que nous soyons réconciliés avec nos frères. Il nous montre par là que de toutes les vertus la charité est la plus grande.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 07 Mar 2020, 14:04

7 mars

Le samedi de la 1re semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,43-48.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi’.
Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,
afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

Commentaire du jour


Saint Maxime le Confesseur (v. 580-662)
moine et théologien

Centurie sur l’amour IV n° 19, 20, 22, 25, 35, 82, 98 (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, éd. DDB-Lattès)

Les amis du Christ persévèrent jusqu’à la fin dans leur amour

Veille sur toi-même. Prends garde que le mal qui te sépare de ton frère ne se trouve, non dans ton frère, mais en toi. Hâte-toi de te réconcilier avec lui (cf. Mt 5,24), afin de ne pas déchoir du commandement de l’amour. Ne méprise pas le commandement de l’amour. C’est par lui que tu seras fils de Dieu. Mais si tu le transgresses, tu te retrouveras fils de la géhenne. (…)

As-tu connu l’épreuve du fait de ton frère, et la tristesse t’a-t-elle mené à la haine ? Ne te laisse pas vaincre par la haine, mais vaincs la haine par l’amour. Voici comment tu vaincras : en priant sincèrement Dieu pour lui, en faisant droit à sa défense, ou même en l’assistant pour le justifier, en considérant que tu es toi-même responsable de ton épreuve, et en la supportant avec patience jusqu’à ce que le nuage soit passé. (…) Ne consens pas à perdre l’amour spirituel, car nulle autre voie de salut n’a été laissée aux hommes. (…) Une âme raisonnable qui nourrit de la haine contre un homme ne peut être en paix avec Dieu qui a donné les commandements. « Car, dit-il, si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes, le Père céleste non plus ne pardonnera pas vos fautes » (Mt 6,14-15). Si cet homme ne veut pas être en paix avec toi, du moins garde-toi de la haine, en priant sincèrement pour lui et en ne disant à personne du mal de lui. (...)

Applique-toi autant que tu le peux à aimer tout homme. Et si tu ne le peux pas encore, au moins ne hais personne. Mais cela non plus tu ne peux pas le faire si tu ne méprises pas les choses du monde. (…) Les amis du Christ aiment vraiment tous les êtres, mais ils ne sont pas aimés de tous. Les amis du Christ persévèrent jusqu’à la fin dans leur amour. Mais les amis du monde persévèrent jusqu’à ce que le monde les porte à se heurter les uns aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 07 Mar 2020, 23:20

8 mars

Deuxième dimanche de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 17,1-9.

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne.
Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière.
Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui.
Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! »
Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte.
Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts.
»

Commentaire du jour

Saint Léon le Grand (?-v. 461)
pape et docteur de l'Église

Sermon 51 (64) (trad. cf SC 74 bis, p. 29 et Véricel, p. 211)

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé... : écoutez-le ! »

     Les apôtres, qui devaient être affermis dans leur foi, ont reçu dans le prodige de la Transfiguration un enseignement propre à les amener à la connaissance de toutes choses. En effet, Moïse et Élie, c'est-à-dire la Loi et les prophètes, sont apparus en conversation avec le Seigneur... Comme le dit saint Jean : « La Loi a été communiquée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ » (1,17).

     L'apôtre Pierre était pour ainsi dire ravi en extase par le désir des biens éternels ; rempli de joie par une telle vision, il souhaitait habiter avec Jésus en un lieu où sa gloire ainsi manifestée le comblait de joie. Il dit donc : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ; si tu le veux, je vais faire ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie. » Mais le Seigneur n'a pas répondu à cette proposition, voulant montrer non certes que ce désir était mauvais, mais qu'il était déplacé. Car le monde ne pouvait être sauvé que par la mort du Christ, et l'exemple du Seigneur invitait la foi des croyants à comprendre que, sans qu'il nous soit permis de douter du bonheur promis, nous devions pourtant, au milieu des tentations de cette vie, demander la patience plutôt que la gloire, car le bonheur du Royaume ne peut pas précéder le temps de la souffrance.

     C'est pourquoi, comme il parlait encore une nuée lumineuse les a enveloppés, et voici que de la nuée une voix a proclamé : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis tout mon amour ; écoutez-le »... « Celui-ci est mon Fils, par qui tout a été fait et sans qui rien n'a été fait (Jn 1,3). Tout ce que je fais, il le fait pareillement ; tout ce que j'opère, il l'opère avec moi inséparablement, sans différence (Jn 5,17-19)... Celui-ci est mon Fils, qui n'a pas retenu jalousement cette égalité qu'il avait avec moi, n'a pas revendiqué son droit, mais tout en demeurant dans ma gloire divine, s'est abaissé jusqu'à la condition de serviteur (Ph 2,6s), pour mettre en œuvre notre dessein commun de la restauration du genre humain. Écoutez sans hésitation donc celui-ci, qui a toute ma faveur, dont l'enseignement me manifeste, dont l'humilité me glorifie, car il est la Vérité et la Vie (Jn 14,6). Il est ma puissance et ma sagesse (1Co 1,24). Écoutez-le, lui qui rachète le monde par son sang..., lui qui ouvre le chemin du ciel par le supplice de sa croix. »
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyDim 08 Mar 2020, 22:12

9 mars

Le lundi de la 2e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,36-38.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.
Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.
Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. »

Commentaire du jour

Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231)
franciscain, docteur de l'Église

Quatrième dimanche après la Pentecôte (Une Parole évangélique, trad. V. Trappazzon, éd. Franciscaines, 1995, p. 53 )

La triple miséricorde

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6,36). De même que la miséricorde du Père céleste à ton égard est triple, ta miséricorde envers ton prochain doit elle aussi être triple.

             La miséricorde du Père est bonne, large et précieuse. « La miséricorde est bonne au temps de l’épreuve, dit Sirac, comme les nuages de pluie au temps de la sécheresse » (Si 35,26). Au temps de l’épreuve, lorsque l’esprit s’attriste à cause des péchés, Dieu infuse la pluie de la grâce qui est rafraîchissement pour l’âme et remet les péchés. Elle est large car au cours du temps elle s’étend dans les bonnes œuvres. Elle est précieuse dans les joies de la vie éternelle. « Je vais célébrer les grâces du Seigneur, les louanges du Seigneur, dit Isaïe, pour tout ce qu’il a accompli pour nous, pour sa grande bonté envers la maison d’Israël, pour tout ce qu’il a accompli dans sa miséricorde » (Is 63,7).

             Ta miséricorde envers ton prochain doit avoir, elle aussi, ces trois qualités : s’il a péché contre toi, pardonne-lui ; s’il s’est égaré du chemin de la vérité, instruis-le ; s’il a soif, restaure-le. « Par la foi et la miséricorde, les péchés sont purifiés », dit Salomon (cf. Pr 15,27 LXX). « Celui qui ramène le pécheur de son égarement sauvera son âme de la mort et couvrira une multitude de péchés », rappelle Jacques (Jc 5,20). « Heureux, dit le psaume, celui qui pense au pauvre et au faible » (Ps 40,2).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyLun 09 Mar 2020, 21:45

10 mars

Le mardi de la 2e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 23,1-12.

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples,
et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse.
Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas.
Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.
Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ;
ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues
et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères.
Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux.
Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ.
Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »

Commentaire du jour

Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997)
fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité

No Greater Love, p. 3s

« Qui s’abaissera sera élevé »

Je ne crois pas qu'il existe quelqu'un qui ait besoin du secours et de la grâce de Dieu autant que moi. Parfois je me sens si désarmée, si faible. C'est pour cela, je crois, que Dieu se sert de moi. Puisque je ne peux pas compter sur mes propres forces, je me tourne vers lui vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et si la journée comptait encore plus d'heures, j'aurais besoin de son aide et de sa grâce toutes ces heures durant. Tous nous devons nous accrocher à Dieu par la prière. Mon secret est très simple : je prie. Par la prière, je deviens une dans l'amour avec le Christ. J'ai compris que le prier, c'est l'aimer. (…)

           Les gens ont faim de la Parole de Dieu qui apportera la paix, qui apportera l'unité, qui apportera la joie. Mais on ne peut pas donner ce qu'on n'a pas. C'est pour cela qu'il faut approfondir notre vie de prière. Sois sincère dans tes prières. La sincérité, c'est l'humilité, et on n'acquiert l'humilité qu'en acceptant les humiliations. Tout ce qui a été dit sur l'humilité ne suffira pas à te l'enseigner. Tout ce que tu as lu sur l'humilité ne suffira pas à te l'enseigner. On n'apprend l'humilité qu'en acceptant les humiliations, et tu rencontreras l'humiliation tout au long de ta vie. La plus grande des humiliations est de savoir qu'on n'est rien ; voilà ce qu'on apprend lorsqu'on se retrouve face à Dieu dans la prière.

           Souvent un regard profond et fervent sur le Christ constitue la meilleure des prières : je le regarde et il me regarde. Dans le face-à-face avec Dieu, on ne peut que savoir qu'on n'est rien et qu'on n'a rien.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 10 Mar 2020, 21:55

11 mars

Le mercredi de la 2e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 20,17-28.

En ce temps-là, Jésus, montant à Jérusalem, prit à part les Douze disciples et, en chemin, il leur dit :
« Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort
et le livreront aux nations païennes pour qu’elles se moquent de lui, le flagellent et le crucifient ; le troisième jour, il ressuscitera. »
Alors la mère des fils de Zébédée s’approcha de Jésus avec ses fils Jacques et Jean, et elle se prosterna pour lui faire une demande.
Jésus lui dit : « Que veux-tu ? » Elle répondit : « Ordonne que mes deux fils que voici siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume. »
Jésus répondit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ? » Ils lui disent : « Nous le pouvons. »
Il leur dit : « Ma coupe, vous la boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé par mon Père. »
Les dix autres, qui avaient entendu, s’indignèrent contre les deux frères.
Jésus les appela et dit : « Vous le savez : les chefs des nations les commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne devra pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur ;
et celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave.
Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. »

Commentaire du jour

Saint Théodore le Studite (759-826)
moine à Constantinople

Catéchèse 1 (Les Grandes Catéchèses, coll. Spiritualité orientale n° 79, trad. F. de Montleau, éd. Bellefontaine, 2002, p. 138-140 ; rev.)

Servir et plaire à Dieu

C’est notre rôle et c’est pour nous une obligation de faire de vous, dans la mesure de nos forces, l’objet de tout notre souci, de tout notre zèle, de tout notre soin, par la parole et par l’action, par des avertissements, des encouragements, par des admonestations, des incitations, (…) afin que de cette façon nous puissions vous mettre au rythme de la volonté divine et vous orienter vers le but qui nous est proposé : plaire à Dieu. (…)

           Il a versé son sang spontanément, lui qui est immortel ; il a été ligoté par la main des soldats, lui qui a créé l’armée des anges ; et il a été traîné en justice, lui qui doit juger les vivants et les morts (cf. Ac 10,42 ; 2 Tm 4,1) ; la Vérité a été exposée à de faux témoignages, a été calomniée, frappée, couverte de crachats, suspendue au bois de la croix; le Seigneur de gloire (cf. 1 Co 2,8 ) a enduré tous les outrages et toutes les souffrances sans avoir lui-même besoin de ces épreuves. Comment cela aurait-il pu se faire, lui qui, même en tant qu’homme, était sans péché, qui au contraire nous arrachait à la tyrannie du péché par lequel la mort était entrée dans le monde et s’était emparée trompeusement de notre premier père ?

           Si donc nous subissons quelqu’une de ces épreuves, il n’y a rien là de surprenant, car telle est notre condition (…). Il nous faut donc aussi être outragés et tentés, être affligés par le retranchement de nos volontés. Selon la définition de nos pères, c’est là une effusion de sang ; car c’est cela être moine ; et nous devons acheter ainsi le Royaume des cieux en passant notre vie dans l’imitation du Seigneur. (…) Appliquez-vous avec zèle à vos services, dans la pensée que par eux, loin d’être les esclaves des hommes, vous servez Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMer 11 Mar 2020, 21:33

12 mars

Le jeudi de la 2e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 16,19-31.


En ce temps-là,  Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux.
Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères.
Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères.
Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra.
Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui.
Alors il cria : “Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise.
– Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance.
Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.”
Le riche répliqua : “Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père.
En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !”
Abraham lui dit : “Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent !
– Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.”
Abraham répondit : “S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.” »

Commentaire du jour

Saint Théodore le Studite (759-826)
moine à Constantinople

Catéchèse 11 (Les Grandes Catéchèses, coll. Spiritualité orientale n° 79, trad. F. de Montleau, éd. Bellefontaine, 2002, p. 196-198)

« Les anges emportèrent Lazare » (Lc 16,22)

Votre tâche est angélique. Si nous devons endurer quelques peines, si nous devons nous mortifier un peu, patientons encore quelques temps. Déjà voici le but et le terme de notre vie, nous serons emmenés par les saints anges et nous serons dans la joie pour l’éternité, cohéritiers avec tous les saints des biens qui nous ont été promis (cf. He 11,9). (…)

           C’est pourquoi désormais nous acceptons avec patience ce qui nous arrive ; car nous recevrons en échange un bonheur éternel, de même que le malheur échoira à ceux qui font le mal. Que le ciel nous épargne cette souffrance d’entendre : « Tu as reçu tes biens durant ta vie, mais celui-ci est consolé », et « entre nous et vous, un grand abîme a été établi » (Lc 16,25-26). Ne sont-elles pas terribles à entendre et à concevoir ces sentences divines qui séparent le pécheur du juste ? En effet, la distance, l’abîme, la perte et la chute de ceux qui sont dans le péché les éloignent du Seigneur notre Dieu autant que le ciel est éloigné de la terre (cf. Is 55,9). Mais ceux qui, comme vous-mêmes, désirent ardemment être chaque jour ses amis et ses vrais serviteurs entreront avec lui dans les demeurent célestes, dans la Jérusalem d’en haut (cf. Ga 4,26), la grande cité, remplie de merveilles inimaginables, à laquelle s’attachent une gloire sans limite et une puissance éternelle ; là nous nous verrons les uns les autres et nous nous connaîtrons nous-mêmes parfaitement. Et je le crois, si nous accomplissons la volonté de Dieu, nous serons tous ensemble dans une joie éternelle. (…)

           Puissiez-vous aussi vous conduire d’une manière angélique, vous attachant au bras de Dieu qui vous fortifie, aux encouragements de l’Esprit Saint qui vous affermit, aux saints anges, à tous les martyrs et saints bénis de Dieu qui vous viennent en aide.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyJeu 12 Mar 2020, 21:46

13 mars

Le vendredi de la 2e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 21,33-43.45-46.

En ce temps-là,  Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage.
Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne.
Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième.
De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon.
Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : “Ils respecteront mon fils.”
Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : “Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !”
Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? »
On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : ‘La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux !’
Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »
En entendant les paraboles de Jésus, les grands prêtres et les pharisiens avaient bien compris qu’il parlait d’eux.
Tout en cherchant à l’arrêter, ils eurent peur des foules, parce qu’elles le tenaient pour un prophète.

Commentaire du jour

Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208)
évêque, théologien et martyr

Contre les hérésies, IV 36, 2-3 ; SC 100 (trad. SC p. 883 rev.)

La vigne de Dieu

     Dieu a planté la vigne du genre humain par le modelage d'Adam (Gn 2,7) et l'élection des patriarches. Puis il l'a confiée à des vignerons par le don de la Loi transmise par Moïse. Il l'a entourée d'une clôture, c'est-à-dire a circonscrit la terre qu'ils auraient à cultiver ; il a bâti une tour, c'est-à-dire il a choisi Jérusalem ; il a creusé un pressoir, c'est-à-dire a préparé ceux qui allait recevoir l'Esprit prophétique. Et il leur a envoyé des prophètes avant l'exil de Babylone, puis après l'exil d'autres encore en plus grand nombre, pour réclamer les fruits et pour leur dire... : « Redressez vos voies et vos habitudes de vie » (Jr 7,3) ; « Jugez avec justice, pratiquez la pitié et la miséricorde chacun envers son frère ; n'opprimez pas la veuve et l'orphelin, l'étranger et le pauvre, et que personne d'entre vous ne rumine dans son cœur le souvenir de la méchanceté de son frère » (Za 7,9-10)... ; « Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez la malice de vos cœurs..., apprenez à faire le bien ; recherchez la justice ; sauvez celui qui souffre l'injustice » (Is 1,16-17)...

     Voilà par quelles prédications les prophètes réclamaient le fruit de la justice. Mais comme ces gens demeuraient incrédules, il leur a envoyé finalement son Fils, notre Seigneur Jésus Christ, que ces mauvais vignerons ont tué et jeté hors de la vigne. C'est pourquoi Dieu l'a confié — non plus circonscrite, mais étendue au monde entier — à d'autres vignerons pour qu'ils lui en remettent les fruits en leur temps. La tour de l'élection se dresse partout dans son éclat, car partout resplendit l'Église ; partout aussi est creusé le pressoir car partout sont ceux qui reçoivent l'Esprit de Dieu...

     C'est pourquoi le Seigneur disait à ses disciples, pour faire de nous de bons ouvriers : « Tenez-vous sur vos gardes et veillez en tout temps, de crainte que vos cœurs ne s'alourdissent dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie » (Lc 21,34.36)...; « Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées : soyez semblables à des gens qui attendent leur maître » (Lc 12,35-36).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptySam 14 Mar 2020, 21:57

15 mars

Troisième dimanche de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 4,5-42.

En ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.
Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi.
Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »
– En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions.
La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.
Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ?
Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ;
mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »
La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »
La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari :
des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. »
La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !...
Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »
Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.
Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.
Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »
À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »
La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :
« Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? »
Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui.
Entre-temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »
Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »
Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »
Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.
Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant,
le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur.
Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne.”
Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »
Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »
Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui,
et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

Commentaire du jour


Saint Jacques de Saroug (v. 449-521)
moine et évêque syrien

Homélie sur notre Seigneur et Jacob, sur l'Église et Rachel (Lire la Bible avec les Pères, t. 1 La Genèse; trad. Sr Isabelle de la Source; Éds Paulines 1988; p. 98 rev.)

« Serais-tu plus grand que notre père Jacob ? »

     La vue de la beauté de Rachel a rendu Jacob en quelque manière plus fort : il a pu soulever l'énorme pierre de dessus le puits et abreuver le troupeau (Gn 29,10)... En Rachel qu'il épousait, il voyait le symbole de l'Église. C'est pourquoi il fallait qu'en l'embrassant il pleure et souffre (v. 11), afin de préfigurer par son mariage les souffrances du Fils... Combien plus belles les noces de l'Époux royal que celles de ses ambassadeurs ! Jacob a pleuré pour Rachel en l'épousant ; notre Seigneur a couvert l'Église de son sang en la sauvant. Les larmes sont le symbole du sang, car ce n'est pas sans douleur qu'elles jaillissent des yeux. Les pleurs du juste Jacob sont le symbole de la grande souffrance du Fils, par laquelle l'Église des nations a été sauvé.

     Viens, contemple notre Maître : il est venu de chez son Père dans le monde, il s'est anéanti pour accomplir sa route dans l'humilité (Ph 2,7)... Il a vu les nations comme des troupeaux tout assoiffés, et la source de vie fermée par le péché comme par une pierre. Il a vu l'Église semblable à Rachel : alors il s'est élancé vers elle, a renversé le péché lourd comme un rocher. Il a ouvert pour son épouse le baptistère pour qu'elle s'y baigne ; il y a puisé, il a donné à boire aux nations de la terre, comme à ses troupeaux. De sa toute-puissance, il a soulevé le lourd poids des péchés ; pour le monde entier, il a mis à découvert la source d'eau douce...

     Oui, pour l'Église, notre Seigneur s'est donné une grande peine. Par amour, le Fils de Dieu a vendu ses souffrances, afin d'épouser, au prix de ses plaies, l'Église abandonnée. Pour elle qui adorait les idoles, il a souffert sur la croix. Pour elle, il a voulu se livrer, afin qu'elle soit à lui, tout immaculée (Ep 5,25-27). Il a consenti à mener paître le troupeau entier des hommes, avec le grand bâton de la croix ; il n'a pas refusé de souffrir. Races, nations, tribus, foules et peuples, il a accepté de les conduire tous, pour avoir à lui, en retour, l'Église, son unique (Ct 6,9).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyDim 15 Mar 2020, 23:28

16 mars

Le lundi de la 3e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 4,24-30.

Dans la synagogue de Nazareth, Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »
À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Commentaire du jour

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)
prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

Homélies sur la conversion, n°3, sur l'aumône (La conversion, coll. Les Pères dans la foi, n°8; trad. M.-H. Stébé; Éd. DDB 1978, p. 54)

Accueillir le Christ

Les pauvres devant l'église demandent une aumône. Combien donner ? C'est à vous de décider ; je ne fixerai pas de montant, afin de vous éviter tout embarras. Achetez dans la mesure de vos moyens. Vous avez une pièce ? Achetez le ciel ! Non pas que le ciel soit offert à bon marché, mais c'est la bonté du Seigneur qui vous le permet. Vous n'avez pas de pièce ? Donnez un verre d'eau fraîche (Mt 10,42)...

     Nous pouvons acheter le ciel, et nous négligeons de le faire ! Pour un pain que vous donnez, vous obtenez en retour le paradis. Offrez même des objets de peu de valeur, et vous recevrez des trésors ; faites don de ce qui passe, et vous obtiendrez l'immortalité ; donnez des biens périssables, et recevez en échange des biens impérissables... Lorsqu'il s'agit de biens périssables, vous savez faire preuve de beaucoup de perspicacité ; pourquoi manifestez-vous une telle indifférence lorsqu'il s'agit de la vie éternelle ?... Nous pouvons d'ailleurs établir un parallèle entre ces vasques remplies d'eau que l'on trouve aux portes des églises pour y purifier ses mains, et les pauvres qui sont assis à l'extérieur de l'édifice pour que vous purifiiez votre âme par eux. Vous avez lavé vos mains dans l'eau : de la même manière, lavez votre âme par l'aumône...

     Une veuve, réduite à une pauvreté extrême, a donné l'hospitalité à Élie (1R 17,9s) : son indigence ne l'a pas empêché de l'accueillir avec une grande joie. Et alors, en signe de reconnaissance, elle a reçu de nombreux cadeaux qui symbolisaient le fruit de son geste. Cet exemple vous fait souhaiter peut-être d'accueillir un Élie. Pourquoi demander  Élie ? Je vous propose le Maître d'Élie, et vous ne lui offrez pas l'hospitalité... Voici ce que nous dit le Christ, le Seigneur de l'univers : « Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25,40).
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyLun 16 Mar 2020, 21:56

17 mars

Le mardi de la 3e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,21-35.

En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.
Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.”
Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.
Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”
Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.”
Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.
Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”
Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »

Commentaire du jour

Les liturgies byzantines et orientales du Grand Carême
Prière de saint Ephrem le Syrien

Avoir pitié de notre prochain comme Dieu a eu pitié de nous

Seigneur et Maître de ma vie,
ne m'abandonne pas à l'esprit de paresse, de découragement,
de domination et de vain bavardage.
(On fait une prosternation)

Fais-moi la grâce, à moi ton serviteur/ta servante,
de l'esprit de chasteté, d'humilité, de patience et de charité.
(On fait une prosternation)

Oui, Seigneur et Roi, accorde-moi de voir mes fautes
et de ne pas condamner mon frère,
toi qui es béni dans les siècles des siècles. Amen.
(On fait une prosternation.
Ensuite on dit trois fois en s'inclinant jusqu'à terre : )
Dieu, aie pitié de moi, pécheur.
Dieu, purifie-moi, pécheur.Dieu, mon créateur, sauve-moi.
De mes nombreux péchés, pardonne-moi !
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMar 17 Mar 2020, 21:46

18 mars

Le mercredi de la 3e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,17-19.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Commentaire du jour

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)
abbé

Les « instruments des bonnes œuvres » (Le Christ Idéal du Moine, éd. DDB, 1936 ; p. 184-185; rev.)

« Me voici, afin d’accomplir votre volonté » (He 10,5)

La fidélité est la plus riche et la plus délicate fleur de l’amour ici-bas. Là-haut, dans le ciel, l’amour s’épanouira en action de grâces, en complaisance, en jouissance, dans la possession pleine et entière de l’objet aimé ; ici-bas, il se traduit par une fidélité généreuse et constante à Dieu, malgré les ténèbres de la foi, malgré les épreuves, les difficultés, les contradictions. À l’exemple de notre divin modèle, nous devons nous donner sans réserve, comme lui-même s’est livré sans réserve au Père en entrant dans le monde « me voici, afin d’accomplir votre volonté » (He 10,5).

           (…) Nous devons dire à Jésus : « Je veux être à vous tout entier ; je désire vivre de votre vie par la foi et l’amour ; je veux que vos désirs soient mes désirs, et, comme vous, par amour pour votre Père, je veux faire tout ce qui peut vous être agréable : “J’ai placé votre loi au milieu de mon cœur” (Ps 40,9 Vg) ; il vous est agréable que je garde fidèlement les prescriptions de la loi chrétienne que vous avez établies (…), comme preuve de la délicatesse de mon amour envers vous, je veux dire comme vous avez dit vous-même : ni un iota ni une virgule ne sera enlevé par moi de votre loi (cf. Mt 5,18) ; donnez-moi votre grâce pour que je ne laisse pas passer la moindre chose qui puisse vous faire plaisir, afin que, selon votre propre parole, “étant fidèle dans les petites choses, je le devienne aussi dans les grandes” (cf. Lc 16,10) ; faites surtout que toujours j’agisse par amour pour vous et pour votre Père (cf. Jn 14,31) ; tout mon désir serait de pouvoir dire comme vous : “J’accomplis toujours ce qui est agréable au Père” (cf. Jn 8,29) ».
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyMer 18 Mar 2020, 21:46

19 mars

Solennité de saint Joseph, époux de la Vierge Marie, patron de l'Église universelle

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 1,16.18-21.24a.

Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l’on appelle Christ.
Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit.

Commentaire du jour

Saint Bernardin de Sienne (1380-1444)
franciscain

Homélie sur Saint Joseph ; OC 7, 16. 27-50 (Livre des jours – Office romain des lectures ; Le Cerf – Desclée de Brouwer – Desclée – Mame ; © AELF Paris 1976; 19 mars)

Saint Joseph, gardien fidèle des mystères du salut.

Lorsque la bonté divine choisit quelqu'un pour une grâce singulière (...), elle lui donne tous les charismes nécessaires à sa personne et à sa fonction, et augmente fortement sa beauté spirituelle. Cela s'est tout à fait vérifié chez saint Joseph, père légal de notre Seigneur Jésus Christ et véritable époux de la Reine du monde et Souveraine des anges. Le Père éternel l'a choisi pour être le nourricier et le gardien fidèle de ses principaux trésors, c'est-à-dire de son Fils et de son épouse, fonction qu'il a remplie très fidèlement. C'est pourquoi le Seigneur a dit : « Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître » (Mt 25,21).

           Si tu compares Joseph à tout le reste de l'Église du Christ, n'est-il pas l'homme particulièrement choisi, par lequel (...) le Christ est entré dans le monde de façon régulière et honorable ? Si donc toute la sainte Église est débitrice envers la Vierge Marie parce que c'est elle qui lui a donné de recevoir le Christ, après elle, c'est à saint Joseph qu'elle doit une reconnaissance et un respect sans pareil.

           Il est en effet la conclusion de l'Ancien Testament : c'est en lui que la dignité des patriarches et des prophètes reçoit le fruit promis. Lui seul a possédé en réalité ce que la bonté divine leur avait promis. Certes, il ne faut pas en douter : l'intimité, le respect et la dignité que le Christ accordait à Joseph pendant sa vie humaine, comme un fils à son père, il n'a pas renié tout cela au ciel : il l'a plutôt enrichi et achevé. C'est pourquoi le Seigneur ajoute bien : « Entre dans la joie de ton maître. » (...)

           Souviens-toi de nous, bienheureux Joseph, intercède par le secours de ta prière auprès de ton fils adoptif ; rends-nous favorable également la bienheureuse Vierge, ton épouse, car elle est la mère de celui qui, avec le Père et le Saint-Esprit, vit et règne pour les siècles sans fin.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyJeu 19 Mar 2020, 22:04

20 mars

Le vendredi de la 3e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 12,28b-34.

En ce temps-là, un scribe s’avança pour demander à Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements  ? »
Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : ‘Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.
Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.’
Et voici le second : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même.’ Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »
Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as dit vrai : Dieu est l’Unique et il n’y en a pas d’autre que lui.
L’aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toute offrande d’holocaustes et de sacrifices. »
Jésus, voyant qu’il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n’osait plus l’interroger.

Commentaire du jour

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)
abbé
Les « instruments des bonnes œuvres » (Le Christ Idéal du Moine, éd. DDB, 1936 ; p. 185-189 ; rev.)

Jésus dit : « Tu aimeras »

L’amour est ce qui mesure, en dernier ressort, la valeur de tous nos actes, même des plus ordinaires. Aussi Saint Benoît indique-t-il comme tout premier “instrument” l’amour de Dieu : « Avant tout, aimer le Seigneur de toute son âme, de tout son esprit, de tout son cœur ». Autant nous dire : « Placez l’amour dans votre cœur avant toutes choses ; que l’amour vous régisse et vous guide dans toutes vos actions ; c’est l’amour qui doit mettre en vos mains tous les autres instruments des bonnes œuvres ; c’est lui qui donnera aux détails les plus insignifiants de vos journées une haute valeur. Les petites choses, dit S. Augustin, sont petites en elles-mêmes, mais elles deviennent grandes par l’amour fidèle qui les fait accomplir (De doctina christiana, 1. IV, c. 18) ». (…)

           L’idéal auquel nous devons viser est (…) l’exactitude de l’amour, non le scrupule ni la préoccupation de ne pas se tromper ni le désir de pouvoir se dire : « Je veux qu’on ne puisse jamais me trouver en défaut » : il y a en cela de l’orgueil. C’est du cœur que jaillit la vie intérieure ; et si vous la possédez, vous chercherez à remplir par amour toutes vos prescriptions, avec la plus grande pureté d’intention et le plus de soin possible. (…)

           La vrai valeur d’une chose se trouve dans le degré de l’union que nous lui donnons avec le Christ par la foi et la charité. Il faut tout exécuter, mais par amour pour notre Père des cieux et en union, par la foi, avec Notre-Seigneur. Ne l’oublions jamais : la source même de la valeur de nos œuvres est dans notre union au Christ Jésus par la grâce, dans l’amour avec lequel nous accomplissons nos actions. À cet effet, il faut, comme dit S. Benoît, diriger notre intention vers Dieu avant chaque bonne entreprise, avec une grande intensité de foi et d’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 EmptyVen 20 Mar 2020, 23:27

21 mars

Le samedi de la 3e semaine de Carême

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 18,9-14.

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici :
« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).
Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain.
Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’
Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

Commentaire du jour

Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968)
capucin

Ep 3,713 ; 2,277 in Buona Giornata (Une pensée par jour; traduction de Buona giornata par Y. d'Horrer; Mediaspaul 1991, p.81)

« Prends pitié du pécheur que je suis »

Il est capital que tu insistes sur ce qui est la base de la sainteté et le fondement de la bonté, je veux parler de la vertu par laquelle Jésus se présente explicitement comme modèle : l'humilité (Mt 11,29). L'humilité intérieure ; plus intérieure qu'extérieure. Reconnais qui tu es véritablement : un rien, bien misérable, faible, pétri de défauts, capable de changer le bien en mal, d'abandonner le bien pour le mal, de t'attribuer le bien et de te justifier dans le mal, et par amour de ce mal, de mépriser Celui qui est le bien suprême.

           Ne te mets jamais au lit sans avoir au préalable examiné en conscience comment tu as passé ta journée. Tourne toutes tes pensées vers le Seigneur, et consacre-lui ta personne ainsi que tous les chrétiens. Puis offre à sa gloire le repos que tu vas prendre, sans jamais oublier ton ange gardien, qui se tient en permanence à tes côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Evangile du jour avec son commentaire - année 2020   Evangile du jour avec son commentaire - année 2020 - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangile du jour avec son commentaire - année 2020
Revenir en haut 
Page 2 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: