Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
-55%
Le deal à ne pas rater :
Mini Aspirateur Robot LEFANT à 90€
89.99 € 199.99 €
Voir le deal

 

 Semaine Sainte 2020

Aller en bas 
AuteurMessage
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 04 Avr 2020, 19:30

04/04/2020



Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 04 Avr 2020, 19:40

Qu’est-ce que le Dimanche des rameaux ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur.

C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.
Citation :

Citation :
La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !


Ces paroles sont chantées comme antienne d’ouverture au lieu où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux et l’on lit le récit évangélique de l’entrée messianique de Jésus avant de se rendre en procession jusqu’à l’église.
La tradition chrétienne veut que l’on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 04 Avr 2020, 19:41

Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 04 Avr 2020, 22:00




Avec le jour de Noël et le mercredi des Cendres, le dimanche des Rameaux rassemble des assemblées nombreuses dans les églises. Les rites de ce dimanche, qui inaugure la semaine sainte, sont particulièrement signifiants.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Le décorum liturgique du dimanche des Rameaux peut sembler folklorique pour le non-initié. Pourtant il met en scène liturgiquement l’essentiel de la vie de foi du croyant.



Après la lecture d’un des textes de l’entrée de Jésus à Jérusalem, les rameaux sont bénis et distribués sur le chant du Hosanna directement emprunté à l’épisode de l’Évangile. La célébration commence à l’extérieur de l’église, toutes portes closes. Chacun reçoit un rameau : une branche d’arbre ou d’arbuste. Selon la latitude où l’on célèbre ce jour, on utilisera du sapin, des palmes, de l’olivier, du buis etc.


Ces branches vertes, levées par l’Église en prière sur le chant joyeux «Hosanna!», sont une réponse collective et personnelle à l’invitation du Seigneur : «Suis-moi!»



En franchissant les portes et en entrant dans l’église, l’assemblée, conduite par la croix de procession, manifeste ce désir de suivre le Seigneur jusqu’au bout.


La violence de la Passion



Le croyant est ainsi prévenu. La vie à la suite du Christ ne préserve pas de la violence, de la haine ou de la mort. L’Évangile n’est pas un conte de fées qui permettrait de s’évader des réalités concrètes. Après cette  marche de tous derrière la croix, l’évangile de la Passion est lu, comme pour insister à nouveau sur l’exigence d’une vie de croyant à la suite du Christ.


A la fin de la célébration chacun retournera chez lui, et traditionnellement déposera son rameau près d’un crucifix. C’est le signe fort de la volonté du disciple de suivre toutes les exigences de l’Évangile au quotidien, dans l’intimité de sa maison et de l’ordinaire des jours. Cet élan généreux va pourtant, au long de l’année et au rythme des reculs et du péché du croyant, peu à peu s’assécher.


Au bout d’un an, cette branche sèche deviendra l’image de l’impuissance des seules forces du croyant et donc de son besoin d’être sauvé. Mais la vie du croyant n’est pas une spirale infernale dont l’issue serait le désespoir. Cette branche morte servira à fabriquer les cendres qui marqueront les fronts des disciples repentants. En étant marqué par la cendre de son rameau et en entendant «Convertis-toi et crois à l’Évangile», le disciple prend conscience que seuls la fidélité et l’amour du Seigneur pourront le relever. Il en prend le chemin pendant les 40 jours du carême qui, vécus dans la prière, le jeûne et le partage, lui permettront de soulever un nouveau rameau et de chanter Hosanna en redisant son désir d’être vraiment disciple : humblement mais fermement !




Sébastien Antoni, assomptionniste
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyDim 05 Avr 2020, 11:48

Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyDim 05 Avr 2020, 11:57

Rameaux 2020


On ne reste jamais insensible face à un passionné. Ou bien il exaspère, ou bien il séduit… De toute façon, il dérange. Jésus a été passionné de Dieu son Père. Une seule chose comptait pour lui : faire sa volonté. Croire vous offre une Lectio divina (Lecture - Méditation - Contemplation et Prière) de l’Évangile.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  





LECTIO




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 21, 1-11)



Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent en vue de Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les moi. Et si l’on vous dit quelque chose, vous répondrez : ‘Le Seigneur en a besoin’. Et aussitôt on les laissera partir. » Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d’une bête de somme. Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation,
et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »





MEDITATIO




Hosanna !

«Sauve moi !» ou «sauve nous !», tel est le premier sens du mot Hosanna, le cri que le pauvre adressait au roi qui pouvait le sauver et lui faire justice. C’est aussi ce cri que le peuple lance vers Dieu dans sa marche vers le temple : «Donne, Seigneur, donne le salut» (Ps 117, 25). En la fête de Sukkôt célébrée à l'automne, on demandait aussi par ce cri l'eau pour les semences et moissons à venir. Mais dans le cadre de la fête, le terme est devenu une acclamation, se séparant peu à peu de son sens premier et reprise plus tard dans la liturgie chrétienne, pour dire l'attente eschatologique, l'attente de la venue définitive du Messie. Le verset suivant ne dit-il pas dans le même sens : «Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !» (Psaume 117, 26).


A mort !


Celui qui «vient au nom du Seigneur», comme le crient les foules dans la liesse, si proches du cœur de Jésus, va être refusé par la ville, qui se raidit de tout son être à sa venue. Matthieu le dit dans une figure forte (en grec c'est le mot séisme, qui il est vrai est le signal discret que s'opère ici une révélation de Dieu).



Ainsi Jésus entre dans la ville de Dieu. Déjà au temps des mages, Hérode s'indignait et tremblait (Matthieu 2, 3). C'est désormais le front du refus. Jésus aura maille à partir avec les grands prêtres et les scribes. La confrontation sera forte, l'évangile le dit en plusieurs chapitres très vifs, qui s'achèveront par la croix… Et le troisième jour, la résurrection, le signe le plus fort de Dieu.


Le Messie humble


Le messie qui entre dans la ville est un messie humble : il est assis sur un ânon, incomparable avec les montures romaines. Déjà il l'avait dit aux foules en peine : «Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur» (Matthieu 11, 28-30). Ceux qui l'entourent à l'entrée dans la ville de Dieu, ce sont les foules, les petits et les pauvres, qui le reconnaissent et l'acclament. Or Matthieu plus que les autres, le montre : «oui, c'est »le Seigneur« qui vient. Du temple et de toute vie il attend la miséricorde et non les sacrifices» (Osée 6, 6 ; cité deux fois par Matthieu : Matthieu 9, 13 ; 12, 7).



Grands prêtres et scribes veulent faire taire les foules. Mais Jésus s'y oppose. Et Luc a même ici un mot terrible et fort : «Maître, disent-ils, arrête tes disciples !» Mais il leur répond : «Je vous le dis : s'ils se taisent, les pierres crieront» (Luc 19, 39). Et le lecteur lui-même, lisant ces lignes, est amené à se prononcer lui aussi, sur le Messie humble.


P. Jacques Nieuviarts, assomptionniste, bibliste





CONTEMPLATIO







ORATIO


O mes amis, je viens jeter le feu!
Comme il me tarde qu’il embrase tout !
Je dois passer les eaux de la douleur !
Jusqu’à ce jour, quel n’est pas mon tourment !

Restez en paix, vous qui m’avez suivi :
Vigne et sarments ne font qu’un même corps.
Je suis la grappe et vous boirez mon vin,
Le grain qui meurt : vous mangerez mon pain.

Folie de Dieu, Sagesse de la croix !
Force et douceur, langage du pardon !
Qu’en cet amour, nous te suivions, Seigneur,

Toi le chemin, la vérité, la vie !
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyLun 06 Avr 2020, 19:20

LUNDI SAINT 6 AVRIL 2020

Parfum d’ambiance Jean 12, 1-11 


Avec Marie, répandons le nard très pur de notre prière : prière du nom de Jésus (Ct 1, 3. 12), prière de repentance ou de compassion (saint Bernard), 


d’action de grâce ou de louange. 


Car n’est-ce pas ainsi que nous sommes appelés à embaumer notre maison commune : l’Église et le monde ? 


N’est-ce pas dans la prière que nous puiserons les forces nécessaires pour incarner la Parole jusqu’à ce que nous puissions dire avec saint Paul : « Ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20) ? 


 Sœur Emmanuelle Billoteau, ermite


« Un repas » Jean 12, 2 (p. 38) 


Ce repas à Béthanie, six jours avant la Pâque juive, baigne dans une atmosphère pascale déjà chrétienne. À la fois, il anticipe la mort de Jésus, dont le parfum répandu évoque l’ensevelissement, et il anticipe aussi, par la présence de Lazare, sa résurrection d’entre les morts. 


C’est la maîtresse de maison, Marthe, qui sert (le verbe employé est celui de la « diaconie »). Il annonce le dernier repas de Jésus et, déjà, préfigure ce « dîner » du Seigneur (« deipnon »), tel que Paul le nommera, et tel que le partageront, aussitôt après sa résurrection, ses premiers disciples. 


Un repas que le Seigneur ressuscité préside sous le mode de l’absence et par lequel ils continueront, à travers les siècles, à « proclamer [sa] mort, jusqu’à ce qu’il vienne » (1 Co 11, 26). 


Roselyne Dupont-Roc, bibliste

@PRIONS EN ÉGLISE 
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyLun 06 Avr 2020, 19:21

Lundi Saint et l’onction de Béthanie (Jean 12, Is 42)

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 5 Avril 2020, 19:57pm



L’entrée dans la Semaine Sainte se fait à Béthanie, par une onction de parfum abondant généreux. Ce temps vient accomplir la révélation de Syméon à Marie : les cœurs se révèlent. Le fossé grandit, la rupture va s’accomplir, entre deux esprits. Le Jaloux, inquiet, captateur de la vie, semble le seul acteur et décideur. Il ne voit pas qu’il ne fera que révéler Dieu, un Dieu autre que le sien, Serviteur souffrant d’Isaïe, Fils de l’Homme en ce Verbe fait chair qui traverse les siècles et donne la vie, le Bien-Aimé du Père. Il y a Marthe, il y a Marie, il y a la foule, et il y a Lazare, Jésus et les douze… Et, à part, dans les ténèbres, des grands prêtres inquiets d’eux-mêmes. Et Judas, la faille en moi qui laisse entrer le [......] et la mort.
L’événement Béthanie me fait penser à ce qui deviendra eucharistie : un repas pascal avant l’heure. Marthe sert, telle une diaconesse, femme de l’ombre sans qui ce repas ne se vivrait pas, pour rassembler une communauté autour de leur Pasteur et agneau, Jésus, le Christ. Marie vient ouvrir les cœurs à Celui qui s’offre, comme un encens d’offertoire qui invite à accueillir et faire mémoire de Celui qui vient nous tourner, avec lui, vers son Père et notre Père. La foule est le fruit du grain qui va tomber en terre, assemblée mue par la foi et le désir de rencontrer la Vie, communauté eucharistique ! Ce repas dit l’assemblée des croyants venus s’exposer à la « faiblesse » de Dieu en son Fils, serviteur, grain bientôt enseveli pour notre Vie. Faiblesse apparente forte d’une infinie tendresse divine. Ce repas invite au silence intérieur.
Le chant du Serviteur évoque Jésus à son baptême : voici mon élu qui a toute ma faveur, sur lui repose mon esprit. Il établira le droit sur la terre. Il l’établira en étant, plus que serviteur, « fils » de Dieu jusqu’au bout. Rendons grâce pour Celui qui reçoit de Dieu d’être fils. « Aimez-vous comme je vous ai aimés », voici la loi nouvelle. Il ne s’accapare jamais Dieu, il le reçoit, il le partage à ses amis.
Olivier de Framond, compagnon jésuite



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyMar 07 Avr 2020, 21:47

MARDI SAINT 7 AVRIL 2020 


le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récompense, auprès de mon Dieu. Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » – Parole du Seigneur.


Seuls, mais pas trop Isaïe 49, 1-6 ; Jean 13, 21-33. 36-38 Isaïe et Jean nous préparent à contempler la solitude du Christ aux derniers
moments de sa vie, la trahison de Judas ne faisant que précéder la défection des disciples. 


Une solitude qui est aussi un espace de relation au Père, qui ne cesse de « protéger par l’ombre de sa main », « de cacher » son élu « dans son carquois » (c’està-dire contre lui), malgré les apparences contraires. Ne craignons pas d’entrer dans cet espace avec lui, pour aborder les événements de la Passion et notre propre vie.  


Sœur Emmanuelle Billoteau, ermite

 @PRIONS EN EGLISE
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyMer 08 Avr 2020, 14:00

Semaine Sainte 2020 175602 pour ce partage ma chère Pétunia roserouge
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyMer 08 Avr 2020, 18:25

Julie a écrit:
Semaine Sainte 2020 175602 pour ce partage ma chère Pétunia roserouge

Contente que ça te plaise Julie   sunny    Semaine Sainte 2020 766225
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyMer 08 Avr 2020, 18:27

Jérusalem, la ville qui tue Jésus.


En ce mercredi de la Semaine sainte, réfléchissons au mystère de notre liberté et de la possibilité du « refus de Dieu » que symbolise Jérusalem, la ville qui n’a pas voulu reconnaître que Dieu la visitait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  




Lectio




Mt 23, 37


Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !



Contemplatio





Oratio


Sans tourner son visage,
Notre Roi est passé,
Il va devant nous.
Il suit jusqu’au bout
Le chemin tracé
A l’aube des âges.


Hors des murs de la ville,
Sous le ciel silencieux,
La croix est dressée.
Le Fils Bien-aimé
Dans les mains de Dieu
Rassemble sa vie.


Il n’est pas de ténèbres
Que ne brûle son jour,
Et tout s’accomplit.
Au feu de midi,
Le plus haut amour
Prendra sur la terre.





Méditer en musique


« Hagios o Theos, impropères », d’André Gouzes, chanté par les moines de Sylvanès, extrait de Office de la Croix, ADF Studio SM.

Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyMer 08 Avr 2020, 18:27

Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyJeu 09 Avr 2020, 11:26

Lectio divina pour le Jeudi saint



[size=18]Jésus présente la coupe comme « la nouvelle Alliance en [son] sang ». Il fait ainsi écho aux paroles de Dieu, lors de la nuit de la première Pâque des Hébreux, scellée dans le sang d’un agneau : « Ce jour-là sera pour vous un mémorial. »[/size]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Lectio



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 13, 1-15).


Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit :
« C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. » Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »





Meditatio



[b]La mémoire du commencement[/b]


Le commencement fascine : à preuve les travaux des scientifiques sur le Big Bang initial. Aussi la Bible, l’Évangile de Jean, celui de Marc s’ouvrent par le mot «commencement» ; l’Évangile de Matthieu débute par une généalogie et aussi­tôt après (1,18) on lit : «Voici ce qu'il en fut de l'origine de Jésus-Christ». Luc dit dans son prologue qu'il s'est informé de tout «depuis les origines» (1,3). La sortie d’Égypte est considérée comme «le commencement des mois» (1ere lecture). Les textes relatant la Cène ne parlent pas directement de commencement mais de «nouvelle Alliance» (2e lecture), ce qui implique le départ d'un nouveau statut. C'est que le commencement est lourd d'une promesse ; il contient les clefs du présent et du futur. Commémorer le commencement, c'est reprendre conscience du sens de la trajectoire que l'on est en train de parcourir. La Cène est «fondatrice» parce qu'elle commence la nou­velle Pâque, en donne le sens et par là éclaire tout ce que nous avons à vivre. Et cette nouvelle Pâque est révélation de ce qui arrive depuis le commencement absolu : «Ce qui vous a libérés, (...) c'est le sang précieux du Christ, l'Agneau sans défaut et sans tache (comparez avec la 1re lecture). Dieu l'avait choisi dès avant la fondation du monde et il l'a manifesté pour vous à la fin des temps» (1 Pierre 1,18-21).


[b]La mémoire du futur[/b]


Bien que cela n'apparaisse pas dans la 1re lec­ture, la Pâque juive est un repas d'actions de grâces . La Cène du Christ aussi («il rendit grâce») d'où le nom d'eucharistie (action de grâce) donné à sa réitération. Et pourquoi ce remerciement ? Certes pour le passé, le commencement, car le commencement est toujours don. Don de l'être et de la vie, don de la liberté, ce qui revient au même car la liberté est le pouvoir de vivre, de créer du «nouveau», de nous faire autres. Justement, le nouveau nous invite à regarder vers le futur. Aussi Israël, en Égypte, rend grâce à l'avance pour sa libération future ; Jésus rend grâce pour la résurrection à venir ; dans l'eucharistie, nous ren­dons grâce pour notre propre résurrection : «jusqu'à ce qu'il vienne» (2e lecture). La certitude du retour du Christ, c'est-à-dire de l'accom­plissement du Royaume, nous fait déjà exulter. Ou devrait nous faire exulter : c'est de notre vie qu'il s'agit et la foi consiste à nous réjouir de la certitude que, même dans les dents de la mort, Dieu nous engendre à la vie. L'eucharistie couvre donc la totalité de notre temps et toute l'histoire, du commencement à la fin.


[b]Comment «faire mémoire»[/b]


Donc, nous célébrons la vie qui nous est et nous sera donnée, fruit de l'Alliance à la fois nouvelle et éter­nelle. Nous nous remettons en mémoire le don et le donateur ; le don passé, présent et à venir. Rendre grâce pour le don, c'est faire retour­ner le don à sa source, c'est redonner ce qui nous est donné. Dans «rendre grâce», il y a «rendre». Le don redonné, c'est l'échange qui boucle le cercle de l'amour. La fin rejoint le commencement. Mais comment redonner, comme retourner le don à Dieu origine ? Regar­dons le Christ. Passer à Dieu coïncide pour lui à passer aux hommes : «ceci est mon corps pour vous», dit-il (2e lecture). Commémorer le don reçu c'est, à notre tour, donner. La vraie mémoire du Christ, c'est la charité. C'est pour cela que, dans l’Évangile de Jean, à la place où nous devrions trouver un récit de la Cène, nous avons le récit du lavement des pieds, «afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous». Et quand le maître et Seigneur se fait serviteur, alors le ferment de division - fruit de la volonté de domination - perd toute sa force et l'unité devient réalité. Ne prenez pas ce paragraphe comme une sorte d'application moralisante. Il s'agit de se laisser porter par ce courant du don qui est le véhicule de la vie. Il n'est pas question d'adopter une attitude qui viendrait se surajouter à ce que nous som­mes mais de nous confier à la force qui nous constitue.



Ce commentaire n'est pas un traité de l'eucharistie : ne m'en veuillez pas de n'avoir pas tout dit!



père Marcel Domergue, jésuite




Contemplatio




Oratio




Pour le grain semé en terre qui meurt et porte beaucoup de fruit, Père, nous bénissons. Pour le pain remis entre nos mains, nous te bénissons. Pour les prémices de la vie que tu nous remets, nous te bénissons. En faisant mémoire de l’offrande de ton Fils nous rappelons le don que tu nous en fais. L’Esprit met ton nom dans nos cœurs. Il nous donne de te prier ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyJeu 09 Avr 2020, 11:33

Méditation pour les jours Saints 



P. Jacques Nieuviarts a.a.



Jeudi saint ! Voici le jour où tout est donné… ou reçu. 


Le jour fondateur du don, de tout don sûrement, puisque le corps de Dieu est donné, livré pour tous. 


Le pain est partagé, comme l’agneau, c’est-à-dire brisé pour le partage.


 La coupe passe de l’un à l’autre. 


Elle contient le vin des fêtes, et celui aussi des solitudes des hommes, que l’homme-Dieu prend et donne, disant une parole folle : faisant ce geste, on reçoit sa vie qui est donnée. Car ce pain partagé, c’est la vie de Dieu.


 C’est Pâques entrant par effraction, dans le geste dans lequel tout est donné : ‘pour vous, dit Jésus, et pour la multitude’. 


Et le cantique d’antan poursuit avec la profondeur de l’Évangile et de la parole de Jésus :


 ‘ma vie, nulle ne la prend, mais c’est moi  qui la donne’. 


Tout est donné. Absolument tout, quand le pain est rompu comme un blé qui a tout donné de son fruit pour transmettre la vie. 


Le fils de l’Homme a tout dit en mots simples, et tout donné en gestes de bonté, en paroles de pardon, pour la vie des hommes, de tous. 



Désormais, c’est sa vie même qui est donnée. 



Elle l’était déjà, en fait, dans ses paroles et ses gestes ! 



Des boiteux marchent, des sourds entendent, des cœurs lourds s’allègent, des cœurs brisés reprennent souffle. Le pardon donné à l’infini a pour prix et pour creuset la vie de Dieu donnée… à hauteur d’homme, dans une proximité troublante, si l’on s’y arrête un instant.


 Et il le faut. 


Le Jeudi saint, c’est le temps des hommes fécondé pour toujours par le don… total de Dieu. 





Pour visualiser les photos prises par Jacques :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyJeu 09 Avr 2020, 11:38



1 - La nuit qu'il fut livré, le Seigneur prit du pain;
En signe de sa mort le rompit de sa main:
"Ma vie, nul ne la prend mais c'est moi qui la donne
Afin de racheter tous mes frères humains."

2 – Après qu'il eut soupé pour la dernière fois
S'offrit comme victime au pressoir de la Croix:
"Mon sang, versé pour vous est le sang de l'Alliance
Amis, faites ceci en mémoire de moi."

3 – Et nous, peuple de Dieu nous en sommes témoins.
Ta mort, nous l'annonçons par ce pain et ce vin.
Jésus ressuscité ton église t'acclame.
Vainqueur, passé du monde à la gloire sans fin.

4 – Tu viens revivre en nous ton mystère pascal.
Eteins en notre chair le foyer de tout mal:
Nous sommes tes sarments, Sainte vigne du Père,
Fais nous porter du fruit pour le jour triomphal.

5 – Seigneur, nous attendons ton retour glorieux;
Un jour, tu nous prendras avec toi dans les cieux.
Ton Corps est la semence de vie éternelle:
Un jour, tu nous prendras à la table de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyVen 10 Avr 2020, 10:48

VENDREDI SAINT - UNE CROIX -

Vendredi saint. Jour marqué d’une croix. Tant de jours sont marqués d’une croix. Celle-ci est source.
‘Comme un buisson en terre aride… sans apparence ni beauté qui attire nos regards !’ dit le texte de l’Ecriture parlant du ‘Serviteur souffrant’  (Isaïe chapitre 53).

 


Terre aride. Ciel sombre au milieu du jour, dit encore l’Ecriture, dans le récit de la Passion et de la mort de Jésus. Ciel plombé ou vide, tristesse infinie de la terre. 
 
 
Face au don total…
 

Sur la croix, la vie est pour toujours donnée. Jour le plus grave pour la foi, comme pour chacun, quand la vie vient à son terme. Dans la mort de Jésus, la vie est ainsi donnée, totalement. C’est le temps du mystère pour tout homme.
 
Mais la vie donnée est aussi le temps d’une naissance. Dans la mort de Jésus, l’homme renaît, sans autre condition que d’accueillir ce don. C’est le temps d’une éclosion pour toute vie.

 


pour les photos prises par Jacques Nieuvarts et qui illustrent ce texte :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyVen 10 Avr 2020, 11:02

Lectio divina Vendredi Saint


[size=18]Il y a peu de personnages dans la Bible qui ressemblent à ce mystérieux serviteur de Dieu. Qui est-il ? Le peuple rescapé de l’Exil, un roi sans puissance, un prophète persécuté…? Les chrétiens relisent ce texte en pensant à la passion de Jésus.[/size]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  



Lectio



Lecture du livre du prophète Isaïe


Mon serviteur réussira, dit le Seigneur ; il montera, il s’élèvera, il sera exalté ! La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme ;



il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme. Il étonnera de même une multitude de nations ; devant lui les rois resteront bouche bée, car ils verront ce que, jamais, on ne leur avait dit, ils découvriront ce dont ils n’avaient jamais entendu parler. Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? Le bras puissant du Seigneur, à qui s’est-il révélé ? Devant lui, le serviteur a poussé comme une plante chétive, une racine dans une terre aride ; il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé, abandonné des hommes,


homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien. En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait,



nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri par Dieu, humilié. Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous. Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs,


i
l n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple. On a placé sa tombe avec les méchants, son tombeau avec les riches ; et pourtant il n’avait pas commis de violence, on ne trouvait pas de tromperie dans sa bouche. Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira. Par suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le comblera. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes,


il se chargera de leurs fautes. C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, avec les puissants il partagera le butin, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs.





Meditatio




Jésus, le serviteur



assons sur le langage sacrificiel de la première lecture (Isaïe 52,13-53,12). Nous savons que l’on peut utiliser ces images à condition de ne pas les prendre au pied de la lettre. D’ailleurs les quatre évangélistes ont écrit la passion du Christ sans jamais éprouver le besoin de recourir au langage sacrificiel. Paul Beauchamp a bien expliqué, dans Psaumes nuit et jour, que les auteurs évangéliques, par des petites touches, par des allusions littéraires, se sont arrangés pour nous montrer que Jésus se coulait, en quelque sorte, dans l'habit du serviteur, qu'il en prenait le masque, le personnage. Or, ces vieux chants du serviteur, tout prophétiques qu'ils soient, parlaient bien de quelqu'un, d’un personnage existant ou ayant existé. On n'a pas réussi à savoir de qui il s'agissait. En fait, la description de l'homme persécuté, bafoué, chargé des péchés des autres, peut s'appliquer à beaucoup de personnages. C'est la multitude de nos victimes, de tous ceux à qui nous faisons porter la responsabilité de nos malheurs. En entrant dans « peau » du serviteur, en faisant sien son programme, Jésus se met donc dans la situation de toutes les victimes du monde, de tous les hommes rejetés et persécutés. Seulement, il réalise mieux que tous autres le programme du serviteur ; il en accomplit la figure à un point inouï, indépassable. En effet, il est le juste par excellence. On peut trouver des raisons, bonnes ou mauvaises, pour haïr quelqu'un. Pour le Christ se vérifie cette parole de l’Écriture : « Ils m'ont haï sans raison.» Ainsi est démasqué le péché de l'homme qui est haine de Dieu parce qu'il est haine de la vie, de la vraie justice, de l'amour. Ainsi également est dévoilé l'amour de Dieu, qui se met dans la situation, la posture, de l'homme écrasé.



Bouche bée



Pourquoi les rois restent-ils bouche bée, sans parole ? D’où vient cette stupéfaction ? Elle vient de la découverte de l'innocence et de l'exaltation du serviteur. Brusquement, devant ce cadavre, les hommes prennent conscience de leur crime : « Et nous, nous l’avons méprisé, compté pour rien.» Et voilà l'éclatement de la vérité : « C'étaient nos souffrances qu'il portait, nos douleurs dont il était chargé. » Dans les synoptiques, le centurion, après la mort du Christ dit : « Cet homme était juste » ; les gens s'en retournent en se frappant la poitrine. Dans saint Jean : « Ils tourneront leurs regards qu'ils ont transpercé. » Beaucoup de psaumes demandent à Dieu l’anéantissement des persécuteurs, et cela choque les bons chrétiens, comme s'ils n'avaient jamais éprouvé haine ni rancune (la Parole de Dieu vient nous chercher là où nous sommes pour nous faire aller ailleurs). Justement, avec la prophétie du serviteur, la haine, la rancune dépassées : les persécuteurs ne sont pas détruits mais convertis par ce qu'ils voient. Aussi, une fois « élevé de terre » par la fureur homicide, une fois affiché sur la croix, le Christ attire tout à lui. Il n’est pas question ici de bons et de méchants : chacun est dévoilé méchant, se reconnaît tel et se tourne vers la victime. Ce regard vers le transpercé est le seuil du salut, et le seuil de la « justification ».



« Regarder vers », qu'est-ce que c'est ?



D'abord, il s'agit de ne pas détourner les yeux du spectacle de la faiblesse de l'homme. Découvrir là notre pauvreté fondamentale, notre nudité originelle. Mais il s'agit également de ne pas escamoter le fait que c'est nous qui « l'avons transpercé » : ce regard est un aveu. S'en retourner en se frappant la poitrine n'est pas suffisant ; il ne faut pas s'en retourner ni se détourner : il faut rester là, et regarder. Prendre conscience. C'est nous qui sommes sur la croix. Meurtre suicidaire. Descendons au plus profond de notre mal. Pourtant, « regarder vers » veut dire davantage : si tel parti politique me déçoit, je peux « regarder vers » un autre. Toutes proportions gardées, c'est en ce sens-là qu'il faut « se tourner vers » le Christ. C'est lui qui est le signe du salut (voir Sagesse 16,5- 7). Ce retournement vers le Christ crucifié est déjà résurrection : reconnaître dans le Christ mis à mort la surabondance de la vie et de l'amour, c'est entrer dans son exaltation.



P. Marcel Domergue, sj



Contemplatio









Oratio



« La parole en silence se consume pour nous. » Le Fils de l’homme affronte la nuit, notre nuit,
et il change nos ténèbres en lumière ! Béni sois-tu, Père, toi qui accueilles son offrande quand il se remet entre tes mains. Nos cœurs s’ouvrent à l’espérance. La mort n’aura pas le dernier mot : nous vivrons ! Du côté ouvert du Christ a jailli une source de vie et l’Esprit fait monter en nous sa prière.
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyVen 10 Avr 2020, 11:04

les sept paroles du Christ en Croix


Jésus a prononcé sept paroles sur la Croix, rapportés par les quatre évangélistes. Elles constituent son testament spirituel. Dans cette vidéo, à l’occasion de l’entrée dans le Triduum pascal, Croire vous propose de les méditer.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les 7 paroles du Christ en Croix



Jésus a prononcé sept paroles lorsqu’il était sur la croix.

Elles constituent, en quelque sorte, son testament spirituel.

Luc rapporte trois de ces paroles. Jean en donne trois autres. Marc et Matthieu ont retenu la dernière.





La 1re : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23, 34)



Jésus se tourne vers son Père pour qu’il pardonne. Nous sommes si peu conscients de la profondeur de nos fautes !



La 2e : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » (Luc 23, 43)



A la prière du bon larron Jésus répond par la promesse du Paradis. Accompagner le Christ dans sa souffrance, c’est le suivre partout.



La 3e : « Puis il dit au disciple : voici ta mère » (Jean 19, 27)



Marie devient la mère de Jean et ainsi de tous les disciples du Christ, qui deviennent frères. L’Église naît au pied de la croix.


La 4e : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Marc 15, 34)


Jésus reprend le cri de détresse du psaume 22, affirmant ainsi sa pleine humanité, jusque dans l’expérience de l’absence de Dieu.



La 5e : « J’ai soif. » (Jean 19, 28)



C’est le cri de l’homme martyrisé. C’est aussi le cri d’un Dieu qui a soif de l’amour de chacun.



La 6ème : « Tout est consommé. » (Jean 19, 30)



Jésus a bu le vin aigre des soldats, conformément à la prophétie. Mais il sait aussi qu’il accomplit le dessein de Dieu.


La 7e : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » (Luc 23, 46)



Jésus remet son esprit à Dieu. Pour Luc, il prononce ces mots au moment de mourir. Marc et Matthieu parlent seulement d’un grand cri. Chez Jean, il incline la tête.



Marguerite Lefebvre
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyVen 10 Avr 2020, 11:05

Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptyVen 10 Avr 2020, 23:33

Semaine Sainte 2020 173236763 Semaine Sainte 2020 189259
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 11 Avr 2020, 10:59

Samedi Saint – Silence et attente
 
 
 
Samedi saint. Jour de grand silence et de vide, le temps de l’attente. 


 

La vie de Jésus est donnée. Il a expiré, dit-on.  L’évangéliste Jean dit qu’il a donné ou transmis le souffle, l’Esprit.  C’est pour le croyant une naissance. 



La terre durant ce temps, retient son souffle. Sous le poids du mystère, de l’incomparable… entre l’immensité de Dieu et l’humanité humble.

  
Le geste ultime de Jésus l’a engendrée à l’éternité, à l’immensité de Dieu. 
 
 

 Samedi saint ! Jour de grand silence. Retenue du souffle, en attente. Vide immense d’une terre où le fils de Dieu n’est plus. 
 
Emporté par la violence des hommes.  Emporté par l’incompréhension radicale que suscitait la proximité audacieuse qu’il donnait à quiconque, avec Dieu, qu’il appelait Père et nous apprenait à appeler de même pour le prier. 
 
Emporté aussi par l’audace du pardon, qu’il disait en paroles et en gestes. Audace lumineuse, car Dieu seul pardonne. Lui donnait ce pardon, sans mesure, sans compter. Comme on redonne le souffle. Comme on redonne vie. Comme on fait renaître l’espoir. 
 
 
Samedi saint… 
 
C’est le temps d’un long silence, du suspens de tout.  Le temps d’après la mort, sans aucune certitude autre que le silence. 
 
La terre retient son souffle. Pour comprendre.  Le temps aussi que la touche le mystère. Jour de silence, d’attente.
 

Dans le silence, dans la foi, nous guettons les feux de l’aube.  




pour voir les photos prises par Jacques JNieuviarts  : 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Pétunia
Moderateur
Moderateur
Pétunia


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 11 Avr 2020, 18:25

Code:
Nuit pascale
 
Nuit pascale
 

 Nuit pascale
 
Jaillissement du feu dans la nuit, et le long rappel de l’histoire d’un peuple en naissance, conduit par son Dieu. Son long rappel – et la lumière – gagnent alentour. En l’homme aussi.  En cette nuit la nouvelle éclate, se murmure et s’amplifie : Il est ressuscité, Il est vivant.  Oui ! Brillez déjà lueurs de Pâques. 


Nuit pascale. Nuit entre toutes. Fondatrice. 

C’est la brèche, qui ouvre pour toujours le chemin. 

La vie l’emporte sur la mort. 

La grâce l’emporte sur le péché.

 L’amour l’emporte sur les haines. 




Nuit source pour quiconque en accueille la brise, l’étincelle. 

Nuit de resplendissement de la lumière. 

Nuit d’étonnement infini.

 Nuit de Dieu… 

Nuit transformée pour l’homme. 



 
Le chrétien en porte le signe, 

qui le dépasse infiniment, 

signe ouvert pour tous, 

brèche instauratrice pour tout homme… 





Nuit pascale. Nuit entre toutes. 

Fondatrice. 

Ne le fut-elle pas un jour, ne l’est-elle pas pour nous ? 




Mais cette nuit est neuve. 




Espace ouvert, où chacun peut témoigner, dire ou penser, repenser, voyant sa vie à 



 l’instauration de cette brèche,       

    

 la liberté rendue,    

        

la grâce attendue ou rencontrée,  

          

le pardon donné, reçu…  

          

L’éveil du jour. 


Nuit de lumière.  
 
 
 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 EmptySam 02 Mai 2020, 11:13

Ma chère PETUNIA, j'ai mis en spoiler 4 de tes liens qui, étant trop longs, déformaient la page.


Ceci dit Semaine Sainte 2020 175602 pour toutes ces profondes méditations.
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Contenu sponsorisé




Semaine Sainte 2020 Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte 2020   Semaine Sainte 2020 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Semaine Sainte 2020
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: