Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

COVID 19 : RESTER CHEZ SOI C' EST SAUVER DES VIES. MERCI

COVID 19 : RESTER CHEZ SOI C' EST SAUVER DES VIES
Le Deal du moment : -43%
Souris Gaming sans fil Logitech G903 LIGHTSPEED
Voir le deal
84.99 €
Le Deal du moment : -8%
5€ de réduction sur le jeu PS5 ...
Voir le deal
54.99 €

 

 le séparatisme en question

Aller en bas 
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 09:37

19.11.2020

Le gouvernement a transmis au Conseil d’État son avant-projet de loi, appelé « projet de loi confortant les principes républicains ».

Riche de 57 articles, il vise à renforcer le contrôle des associations, des cultes, des établissements scolaires et à réformer, à la marge, la loi de 1905. Si l’épiscopat n’était « pas demandeur » de ce texte, il affirme « en comprend(re) l’intention générale ».

Affirmer la neutralité des services publics

Fort du constat que les services publics n’échappent pas au prosélytisme islamiste, l’avant-projet de loi entend réaffirmer en leur sein la neutralité politique et religieuse. Sur le modèle de ce qui existe déjà pour les agents publics, ces principes seraient inscrits dans la loi pour les employés des organismes de droit privé chargés d’une mission de service public : chauffeurs de bus, facteurs, contrôleurs de la SNCF, etc.
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 09:57

Voici les mesures : je cite le journal "La Croix".

L'interdiction des signes religieux dans les espaces clos publics
Il s’agit néanmoins davantage d’une confirmation que d’une nouveauté, puisque la jurisprudence va déjà dans ce sens. L’idée est donc consensuelle. La droite souhaitant toutefois aller plus loin en considérant que la neutralité politique et religieuse devrait également s’appliquer aux parents accompagnateurs de sorties scolaires des établissements publics, en particulier les mères portant le voile islamique.

L’ambition du gouvernement est en outre de protéger des pressions religieuses les personnes chargées d’une mission de service public ou les élus locaux. D’une part, avec l’application d’une peine de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende, éventuellement assortie d’une interdiction du territoire français, pour les usagers qui chercheraient à obtenir une « exemption » ou une « application différenciée » de la règle commune en usant de menaces, de violence ou d’intimidation. Sur le site d’actualité juridique Dalloz, Pierre Januel, ancien collaborateur d’un groupe parlementaire de gauche, s’inquiète cependant d’« une rédaction alambiquée pour une peine lourde ».

D’autre part, avec la possibilité pour le préfet de se substituer aux élus locaux si le fonctionnement d’un service public local, qu’il peut immédiatement suspendre, « est de nature à porter gravement atteinte au principe de neutralité des services publics ». L’objectif, d’après l’exposé des motifs du texte, en est surtout de protéger les élus de pressions communautaristes.

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 10:06

SUITE

Contre le terrorisme, des mesures à la marge

Durant son discours aux Mureaux (Yvelines) du 2 octobre, dans lequel il présentait les grands enjeux du projet de loi, le président Emmanuel Macron avait insisté sur le lien entre l’islam radical et le terrorisme, le premier pouvant « créer les conditions » du second. Mais la lutte contre ce terrorisme n’était pas au cœur de son intervention, essentiellement consacrée à ce qu’il appelait alors la lutte contre le séparatisme. De fait, dans l’avant-projet de loi, le terrorisme n’est abordé spécifiquement qu’à trois reprises.

Un article modifie le champ d’application du fichier des auteurs d’infractions terroristes (Fijait) en y intégrant « les délits relatifs à la provocation et à l’apologie d’actes terroristes ». Un deuxième­ interdit à toute personne condamnée pour terrorisme de diriger une association cultuelle pendant dix ans. Enfin, une mesure élargit le droit d’opposition de Tracfin, le service de renseignements de Bercy, qui peut s’opposer à l’exécution d’une opération en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et de lutte contre le terrorisme. « Pour la première fois, on va savoir qui finance qui sur notre sol, et nous allons donner plus de moyens à Tracfin pour s’opposer à tous les flux indésirables », déclare Gérald Darmanin au Figaro.

Mais depuis les attentats contre l’enseignant Samuel Paty et les paroissiens de Nice, la question du terrorisme est redevenue brûlante. Le gouvernement n’exclut donc pas de compléter ce projet de loi d’ici à sa présentation en conseil des ministres, le 9 décembre. Les ministres de l’intérieur et de la justice travaillent en particulier sur la question des sortants de prison. Dans un projet de loi voté avant l’été, la majorité voulait multiplier les mesures de sûreté (interdiction de certaines activités, pointage au commissariat…) visant les détenus condamnés pour terrorisme ou ceux radicalisés en prison.

Mais le Conseil constitutionnel avait jugé au mois d’août le dispositif trop attentatoire aux libertés et invitait le législateur, dans le cas de la réécriture du texte, à respecter un cadre. Le gouvernement pourrait ainsi compléter le présent projet de loi. Pour le magistrat et ex-député LR Georges Fenech, cet ajout est nécessaire mais insuffisant : « Notre parti s’est prononcé pour l’instauration d’une rétention de sûreté comme cela se fait pour certains grands criminels qui représentent un danger pour la société. Après la prison, ils doivent être placés dans des établissements socio-médico-judiciaires qui évaluent leur dangerosité. »

Combattre la haine

Conforter les principes républicains, c’est aussi pour le gouvernement renforcer l’arsenal juridique de lutte contre la haine. En réponse directe aux faits ayant abouti à l’assassinat par décapitation de Samuel Paty, le texte crée un nouveau délit de mise en danger de la vie d’autrui.

« Révéler, diffuser ou transmettre » dans un but malveillant, même si aucun acte n’est commis, « des informations relatives à la vie privée, familiale ou professionnelle d’une personne permettant de l’identifier ou de la localiser » serait puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. Et même cinq ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende s’il s’agit d’une personne chargée d’une mission de service public ou dépositaire de l’autorité publique (policier, militaire, magistrat…). Cette volonté de protection des agents publics n’est pas sans lien avec la question du floutage des visages des forces de l’ordre, soulevée à l’occasion de l’examen parlementaire de la proposition de loi sur la sécurité globale.

Logiquement, l’avant-projet de loi se préoccupe également de la problématique spécifique de la haine en ligne. Le gouvernement s’en était déjà saisi avec la loi dite Avia, mais le mécanisme retenu avait été pour l’essentiel censuré, en juin 2020, par le Conseil constitutionnel. L’objectif est encore de faciliter la procédure et de raccourcir les délais afin de rendre inaccessibles des contenus illicites, à travers leur déréférencement par les moteurs de recherche ou le blocage des sites « miroirs » les dupliquant. Plus globalement, le ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti, a confirmé, mercredi 18 novembre, sur RTL, qu’il réfléchissait à rendre les hébergeurs « enfin responsables du contenu » qu’ils mettent à la disposition du public.

Enfin, de façon plus implicitement tournée vers la lutte contre l’islamisme, le texte cherche à réprimer et à empêcher les prêches haineux des imams islamistes. D’une part, il alourdit la peine pour provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence lorsque ce délit est commis dans ou aux abords d’un lieu de culte : jusqu’à sept ans de prison et 75 000 € d’amende au lieu d’un an et 45 000 €. D’autre part, une nouvelle peine d’interdiction de paraître dans un lieu de culte est créée pour les personnes ainsi condamnées. Des sanctions qui pourraient bien entendu s’appliquer aux discours haineux des extrémistes de toute religion.

(à suivre)


Dernière édition par mario-franc_lazur le Jeu 19 Nov 2020, 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 10:07

SUITE

La police des cultes renforcée


La partie du projet de loi qui concerne les cultes (et retouche, pour ce faire, la loi de 1905) est importante et peut se résumer par un renforcement du contrôle des associations ainsi que de la police des cultes.

Sur le premier volet, comme l’avait expliqué Gérald Darmanin (La Croix du 5 octobre), l’enjeu de la réforme est d’inciter fortement les communautés musulmanes à adopter le régime juridique d’association cultuelle (loi 1905), alors qu’elles sont le plus souvent organisées sous le régime plus souple et moins contrôlé d’association loi 1901. Il s’agit aussi d’instaurer de nouvelles règles de contrôle des financements étrangers (au-delà de 10 000 €, l’administration peut s’y opposer) et de gouvernance. Ainsi, afin d’éviter que des personnalités radicalisées prennent le pouvoir dans une mosquée, la loi impose une délibération pour l’adhésion de tout nouveau membre.

Concernant la police des cultes, la majorité veut d’une part renforcer l’échelle des peines lorsque des infractions sont commises. La provocation à la haine ou à la violence sont désormais susceptibles d’une peine de sept ans de prison. Les sanctions sont aussi renforcées en cas de réunion politique dans un lieu de culte. Le projet de loi met d’autre part en place un nouveau régime de fermeture administrative. Ces dernières années, les pouvoirs publics l’ont obtenu pour certaines mosquées, mais ces procédures restent rares car il est difficile, hors cas d’appel au terrorisme, de qualifier juridiquement les faits. Le texte précise que le préfet peut fermer un lieu dans lequel les activités, les idées diffusées ou les propos tenus provoquent la haine ou la violence envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine, de leur sexe, de leur appartenance à une ethnie, à une religion.

La question se pose de savoir jusqu’où peut aller un tel contrôle. Le juriste Pierre-Henri Prélot souligne que la loi de 1905 était sur ce volet police d’esprit très libéral. « J’ai coutume de dire que la police des cultes, c’est la police de droit commun appliquée aux cultes, rien de plus. Là on peut se demander si l’on n’instaure pas un régime spécifique pour les cultes », interroge-t-il. Le ministère de l’intérieur parle au contraire d’un « alignement » sur le droit commun et la jurisprudence européenne. La fermeture serait en outre limitée à deux mois, le temps de laisser les responsables religieux remettre de l’ordre, précise-t-on au ministère de l’intérieur.

(à suivre)


Dernière édition par mario-franc_lazur le Jeu 19 Nov 2020, 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 10:24

SUITE

les associations

Dans son discours du 2 octobre, Emmanuel Macron avait fait le constat que si « les associations sont un pilier de notre pacte républicain », un certain nombre, en « proposant des activités sportives, culturelles, artistiques, linguistiques ou (…) qui ont pour raison d’être l’accompagnement des plus précaires ou l’aide alimentaire, déploient en réalité des stratégies assumées d’endoctrinement ». Deux semaines après la dissolution de l’ONG Barakacity, l’avant-projet de loi accentue donc le contrôle sur les associations.

D’abord, il s’agit de renforcer les conditions de délivrance d’agréments, sport ou jeunesse par exemple. Surtout, le texte vise à obliger les associations qui demandent une subvention à s’engager, par un « contrat d’engagement républicain », à respecter les valeurs de la République, en particulier « la dignité humaine », « le principe d’égalité, notamment entre hommes et femmes », « le principe de fraternité », « le rejet de la haine », ainsi que la « sauvegarde de l’ordre public ».

D’ores et déjà, un certain nombre de collectivités locales ou d’administrations, comme la Caf, imposent des chartes de la laïcité aux associations financées. Avec quelle utilité ? « Toute association a bien sûr déjà l’obligation de respecter la loi et peut être poursuivie si elle ne le fait pas, rappelle Frédérique Pfrunder, déléguée générale du Mouvement associatif. Et la subvention n’étant pas un droit, l’administration ou la collectivité peut tout à fait la refuser. » Certes, mais « il est toujours utile de rappeler aux associations subventionnées les principes républicains, qui ne sont pas toujours bien compris », estime de son côté Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité. De plus, avec ce cadre nouveau, le préfet aura désormais la possibilité de mettre fin à une subvention octroyée à une association qui ne respecterait pas ces principes, voire de lui demander de la restituer.

Toutefois, la plupart des associations suspectées ne demandent ni agrément ni subvention. L’avant-projet de loi s’intéresse donc aussi aux dons, en permettant au fisc de vérifier si l’association dont les donateurs bénéficient de réductions fiscales correspond bien à des missions d’intérêt général. Il renforce aussi le contrôle sur les fonds de dotation, aux règles moins strictes que les fondations.

Enfin, le texte rend possible la dissolution d’une association du fait « des agissements commis par ses membres et directement liés aux activités de cette association », ou la suspension de ses activités « en cas d’urgence ».


L’instruction à domicile et les écoles hors contrat dans le viseur

Le projet de loi intervient aux marges du système scolaire en encadrant plus étroitement la liberté de l’enseignement, confirmée par le Conseil constitutionnel à plusieurs reprises. Le texte prévoit le basculement d’une obligation d’instruction – qui jusqu’ici pouvait se faire dans la famille – vers une obligation de scolarisation, de 3 à 16 ans, dans un établissement scolaire, public ou privé.

Le gouvernement part du constat que « l’école à la maison » cache parfois la participation à des cours collectifs, plus ou moins formels, au sein de structures non déclarées. Des écoles « clandestines » qui ne séparent pas toujours clairement enseignement religieux et enseignement scolaire. Plus largement, il estime que ce mode d’instruction risque d’exposer l’enfant aux valeurs exclusives de la famille, potentiellement en rupture avec celles de la République.

Seule exception : « Lorsque sa scolarisation dans un établissement scolaire est impossible pour des motifs tenant à sa situation ou à celle de sa famille, l’enfant peut recevoir l’instruction à son domicile, sous réserve d’y avoir été autorisé, pour une durée qui ne peut excéder l’année scolaire, par l’autorité compétente en matière d’éducation. » Cela peut concerner par exemple un enfant atteint d’une maladie l’empêchant de se rendre en classe.

Annoncée début octobre par Emmanuel Macron, cette suppression de « l’école à la maison » a provoqué l’ire des familles des 50 000 enfants recourant à ce mode d’instruction, notamment celles qui s’appuient sur les cours du Centre national d’enseignement à distance, sous tutelle de l’éducation nationale.

Également dans le viseur du gouvernement, les écoles hors contrat, qui scolarisent un nombre limité d’élèves (51 000 dans le primaire, notamment) mais ont vu leurs effectifs croître ces dernières années. Des établissements très divers (confessionnels ou non, souvent centrés sur une pédagogie alternative), déjà censés faire l’objet de contrôles réguliers. La création de ces écoles continuera de relever d’un régime de déclaration (pas d’autorisation préalable), dans des conditions renforcées par la loi Gatel de 2018.

Enfin, le projet s’attaque à la principale difficulté rencontrée ces dernières années : obtenir la fermeture des établissements présentant des dérives, notamment lorsque l’enseignement n’est pas conforme à l’objet de l’instruction obligatoire. Pour y parvenir, il ne sera plus nécessaire de saisir les juges. Même en cas de refus de se soumettre à des contrôles, il sera possible de recourir à une fermeture administrative, temporaire ou définitive, par arrêté préfectoral.

Par ailleurs, un identifiant national sera attribué à chaque enfant pour qu’il soit plus facile de s’assurer qu’il est scolarisé."

Source en spoiler :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 13:31

J'ai sérieusement l'impression que nos politiciens nous prennent pour des idiots . Mais peut être que je me trompe , qui sait je suis comme on dit paranoïïaque (célèbre maxime du grand et glorieux Tony Montana) . Tu veux jouer à la vache ?

Il y a un moment où le discours doit être cohérent avec l'action et donc la mise par écrit de ces textes devraient être cohérent avec les discours sur les "séparatismes" . PArce que le discours sur les sépératismes avaient pourtant mis l'accent sur l'islamisme et le radicalisme islamiste . Et pouf dans les textes ils ont disparus . Parce qu'il ne faut non plus être super intelligent pour comprendre que ces textes et les magouilles sur la loi de 1905 visent essentiellement l'islam et non le catholicisme , ni le séparatisme Corse ou Breton .

donc la première question c'est pourquoi le texte ne fait pas mention explicite de l'islam , islamisme , islamisme radicaliste .... ? Serait ce parce que c'est anticonstitutionnel ?
On tape de plus en plus fort sans se rendre compte que l'on stigmatise et que dans des élans égalitaristes , le flou des textes et l'éloquence des avocats permettra de taper sur les religieux et autres qui s'appuient sur des raisonnements dogmatique avec bien entendu le dogme laïciste qui lui devient peu à peu religion d'état !

On nous bassine avec "Les Lumières ci , Les Lumières ça... " mais on oublie pourtant que le groupe nominal "les lumières " est un pluriel et non un singulier à qui l'on fait porter une majuscule . Les lumières ont été des débats et des discussions et l'ennemi qui devait être abattu c'est bien le dogme , les Dogmes . Le savoir et la clarté , la précision scientifique afin de démontrer et de ne plus avoir le choix si ce n'est de reconnaitre l'erreur dans les raisonnements .
Et voilà que l'on pond des textes flous et vagues disant ce qui n'est pas dit dans les discours et pire que cela , des textes qui auront comme conséquences l'inverse du résultat souhaité .

article a écrit:

Riche de 57 articles, il vise à renforcer le contrôle des associations, des cultes, des établissements scolaires et à réformer, à la marge, la loi de 1905. Si l’épiscopat n’était « pas demandeur » de ce texte, il affirme « en comprend(re) l’intention générale ».

Riche de 57 articles, il vise à renforcer le contrôle des associations, des cultes(islamistes) , des établissements scolaires (islamistes) et à réformer, à la marge, la loi de 1905(pour viser essentiellement le culte islamiste) . Si l’épiscopat n’était « pas demandeur » de ce texte, il affirme « en comprend(re) l’intention générale ». (Un ministre a affrimé que les catholiques n'avaient rien à craindre et encore moins les laïcistes)
...


article a écrit:
Enfin, le projet s’attaque à la principale difficulté rencontrée ces dernières années : obtenir la fermeture des établissements présentant des dérives, notamment lorsque l’enseignement n’est pas conforme à l’objet de l’instruction obligatoire. Pour y parvenir, il ne sera plus nécessaire de saisir les juges. Même en cas de refus de se soumettre à des contrôles, il sera possible de recourir à une fermeture administrative, temporaire ou définitive, par arrêté préfectoral.

Par ailleurs, un identifiant national sera attribué à chaque enfant pour qu’il soit plus facile de s’assurer qu’il est scolarisé."
Nan mais franchement , comme disait un ex-président , en France sommes nous toujours dans un état de droit ? Attention prenez garde à qui vous parlez , je suis ...(Tony Montana , tu veux jouer à la vache ?)

Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 13:52

badrr a écrit:
J'ai sérieusement l'impression que nos politiciens nous prennent pour des idiots . Mais peut être que je me trompe , qui sait je suis comme on dit paranoïïaque (célèbre maxime du grand et glorieux Tony Montana) . Tu veux jouer à la vache ?

Il y a un moment où le discours doit être cohérent avec l'action et donc la mise par écrit de ces textes devraient être cohérent avec les discours sur les "séparatismes" . PArce que le discours sur les sépératismes avaient pourtant mis l'accent sur l'islamisme et le radicalisme islamiste . Et pouf dans les textes ils ont disparus . Parce qu'il ne faut non plus être super intelligent pour comprendre que ces textes et les magouilles sur la loi de 1905 visent essentiellement l'islam et non le catholicisme , ni le séparatisme Corse ou Breton .

donc la première question c'est pourquoi le texte ne fait pas mention explicite de l'islam , islamisme , islamisme radicaliste .... ? Serait ce parce que c'est anticonstitutionnel ?

Tu n'as pas bien lu, mon cher BADRR, car je te copie un paragraphe où il est bien question d'Islam et de radicalisation:

"Sur le premier volet, comme l’avait expliqué Gérald Darmanin (La Croix du 5 octobre), l’enjeu de la réforme est d’inciter fortement les communautés musulmanes à adopter le régime juridique d’association cultuelle (loi 1905), alors qu’elles sont le plus souvent organisées sous le régime plus souple et moins contrôlé d’association loi 1901. Il s’agit aussi d’instaurer de nouvelles règles de contrôle des financements étrangers (au-delà de 10 000 €, l’administration peut s’y opposer) et de gouvernance. Ainsi, afin d’éviter que des personnalités radicalisées prennent le pouvoir dans une mosquée, la loi impose une délibération pour l’adhésion de tout nouveau membre."
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 14:04

Ce n’est pas le texte que tu me cites mais le commentaire d’un journaliste .

Ensuite le problème du texte sera que ces contrôles financiers et savoir si il y a droit à un don défiscalisé ne s’arrêteront pas à l’islam , mais avec un esprit bien égalitariste et avec de bons avocats les étrangers aidant les associations catholiques , pentecôtistes et autres seront aussi dans le viseur . C’est un peu comme ces mairies qui ont placés une crèche dans un établissement laïc .

Mais bon sur le coup on s’en fiche ... c’est après que l’on se rend compte que ben c’est trop tard .
Revenir en haut Aller en bas
Sulayman
Moderateur
Moderateur
Sulayman


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyJeu 19 Nov 2020, 14:58

Mon cher Mario,

Je pense qu'il est en effet un peu trop tôt pour débattre démocratiquement de ce sujet qui risque de faire couler beaucoup d'encre et de déchainer les passions.

En effet, ce projet de loi sur "le séparatisme" est un projet assez flou en réalité et il passera à l'Assemblée Nationale le 09/12/2020 pour être débattu.
De ce qu'on en sait dans les médias, ce projet de loi rebaptisé "renforcer la laicité et les valeurs de la République" porte en lui des réformes liberticites anti-constitutionnelle et allant même contre les principes fondamentales des libertés individuelles défini par la Constitution Française et la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme à l'ONU.

Un exemple significatif est la réforme radicale, de la bouche même de monsieur Macron lors de son allocution aux Mureaux le 02 octobre 2020, sur la loi de 1882 de Jules Ferry garantissant de droit la liberté du choix du mode d'instruction autorisant ainsi la liberté d'instruire son enfant de la manière pédagogique que l'on souhaite dans la connaissance humaine, et ce dans le respect des valeurs démocratiques, sans obligatoirement passer par l'école publique.



Regarder l'extrait de cet article :

  Un identifiant pour contrôler la scolarisation

Le projet de loi comporte un volet éducation visant à lutter contre les écoles associatives clandestines et met fin à la scolarisation à domicile pour tous les enfants dès 3 ans, sauf « pour des motifs très limités tenant à la situation de l’enfant ou à celle de sa famille ».

Il renforce l’encadrement des écoles hors contrat, notamment en introduisant « un régime de fermeture administrative » en cas de « dérives ». En outre, il prévoit d’attribuer « à chaque enfant d’âge scolaire un identifiant national permettant aux autorités académiques de s’assurer qu’aucun enfant n’est privé de son droit à l’instruction ».

« Ce fichier permettra de savoir qui est inscrit à l’école, y compris celle à domicile […] Cela nous permettra de faire des contrôles sur la base de cette inscription, afin que tous les enfants bénéficient de ce suivi », a fait valoir Gérald Darmanin auprès du « Figaro ». « C’est un scandale de ne pas voir ces petits fantômes de la République ni à l’école laïque, ni à celle sous contrat et ni même à l’école hors contrat », a-t-il ajouté, assurant vouloir « sauver ces enfants des griffes des islamistes ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

On parle de fichage généralisé des élèves ! Euhhh...on est pas dans 1984 de Georges Orwell Shocked

Donc attendons de voir exactement quels seront les contours de ce projet de loi présenté à l'Assemblée Nationale avant d'en débattre librement et démocratiquement.


Cordialement,
Sulayman le séparatisme en question 510471374
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyVen 20 Nov 2020, 09:21

A qui la faute des ces décisions radicales?

Fêter Noel ! On fête quoi au juste dans notre pays ?
La Laïcité dans la definition du dictionnaire de l'académie française n'est pas le synonyme D'Athéisme d'état.

Il y a malheureusement dans notre pays des personnes à l'esprit étroit qui ne tolèrent en fin de compte aucune reference religieuse et qui ce font mousser par leurs positions intransigeantes portant atteinte à la démocratie .
(On appelle cela l'ordre nouveau)

Oui que fête-t-on à Noël pour les français de toutes confessions ?

Une creche sur une place publique cela gène qui ?
Un Sapin décoré, des rues décorées , cela gène qui ?
Qu'on fête le solstice d'hiver ou la naissance de Jésus cela gène qui ?

Ceux qui sont contre toutes les religions doivent justifier leurs choix !
Ceux qui passent leurs vies à ce battre au nom de leurs religions doivent justifier leurs choix.

Et ceux qui clament que seul leur religion propre leur donne des droits sur les autres , cela se taisent.

Oui ! C'est une bonne chose que de controller les aides de l'état envers les organisations cultuelles et culturelles.
Oui ! On doit en France assurer l'Unité Nationale.
Oui ! Les étrangers de culture non européenne doivent s'adapter autant que faire ce peut aux US et Coutumes du pays qui les accueillent.

Chrétiens, Musulmans, juifs, Athées, Français = Mêmes droits et mêmes devoirs
La Laïcité et l'unité républicaine permet cela .

(les croisades, la colonisation, c'est du passer et aucun citoyen français de 2020/21 n'est responsable des croisades et de la colonisation faite par nos aïeux)
Simple rappel !


Si l'étranger peut apporter un mieux pour le vivre ensemble il serra toujours bien accueillit.
C'est une question de partage réciproque un point c'est tout !

On dit souvent NOEL fête de la Paix !
Prouvons-le par nos actes humains et citoyens.
Noël ne n'est pas faire la Paix un jour mais souhaiter la PAIX toujours.

Au diable les bonnes intentions
Avec Dieu la bonne volonté.
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyVen 20 Nov 2020, 10:20

BERNARD a écrit:

...........................................
On dit souvent NOEL fête de la Paix !
Prouvons-le par nos actes humains et citoyens.
Noël ne n'est pas faire la Paix un jour mais souhaiter la PAIX toujours.

Au diable les bonnes intentions
Avec Dieu la bonne volonté.

Oui, la paix est entre nos mains :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyVen 20 Nov 2020, 11:22

mario-franc_lazur a écrit:
BERNARD a écrit:

...........................................
On dit souvent NOEL fête de la Paix !
Prouvons-le par nos actes humains et citoyens.
Noël ne n'est pas faire la Paix un jour mais souhaiter la PAIX toujours.

Au diable les bonnes intentions
Avec Dieu la bonne volonté.

Oui, la paix est entre nos mains :


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bonjour,
Si la Paix est entre les mains du juif, du chrétien, du musulman voir même de l'athée nous ne devrions plus nous invectiver, nous critiquer, nous haïr, et nous devrions tous nous faire confiance comme Dieu nous fait confiance.
Dieu à Besoin de nous comme nous avons besoin de Dieu.
Dieu dispose de nous et nous disposons de Dieu!
C'est cela soumettez la terre et multipliez vous !
Dieu nous adonné la VIE ce n'est pas pour qu'on la détruise en son nom.
Que la PAIX de Dieu soit active entre nous !
La Paix mesquine des hommes basée sur des compromis de méfiances n'est pas la PAIX que Dieu nous demande de partager.
Les croyants que nous sommes disent :"on fait confiance à DIEU:" mais souvent on ne ce fait pas confiance entre nous.
Comment pouvons nous croire dans ces conditions à la PAIX de Dieu.
Parler de Paix c'est Bien mais la Vivre c'est Mieux.
Et comme tu dis , pas de paix véritable si on n'agit pas ensemble pour la vivre.
Ce n'est jamais Dieu qui veut les conflits mais bien l'être humain qui refuse , oublie, néglige, ce sert de Dieu jour justifier les conflits qu'il ce fait à lui même.
Oui Vraiment la Paix dépend de nous et Dieu nous aide par son esprit à la vivre.
C'est chaque fois Noël quand un homme, une femme, un enfant partage la Paix don de Dieu avec ses voisins.
La PAIX ne se compromet jamais avec la vengeance mais elle aime le pardon.
Profitons de ce confinement du à la pandémie actuelle pour réfléchir sur ce qui est important, nécessaire pour vire ensemble dans un Esprit de Paix Divin.
Que la PAIX soit entre nous et en nous !


Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
cailloubleu*


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyVen 20 Nov 2020, 13:47

Sulayman a écrit:


  Un identifiant pour contrôler la scolarisation

Le projet de loi comporte un volet éducation visant à lutter contre les écoles associatives clandestines et met fin à la scolarisation à domicile pour tous les enfants dès 3 ans, sauf « pour des motifs très limités tenant à la situation de l’enfant ou à celle de sa famille ».

Tout se joue entre 3 et 4 ans. La première chose qui retarde les enfants c'est de ne pas posséder la langue nationale. Au moment d'apprendre à lire et à écrire ils peinent à apprendre la langue alors que leurs camarades la possèdent déjà et peuvent se consacrer á l'apprentissage des lettres, et du calcul, ces enfants apprennent tout avec un temps de retard s'ils l'apprennent.
Je suis absolument pour la prise en charge gratuite et dès 3 ans de tous les enfants, c'est surtout indispensable pour les enfants issus de familles qui ne parlent pas le français.

Citation :
Il renforce l’encadrement des écoles hors contrat, notamment en introduisant « un régime de fermeture administrative » en cas de « dérives ». En outre, il prévoit d’attribuer « à chaque enfant d’âge scolaire un identifiant national permettant aux autorités académiques de s’assurer qu’aucun enfant n’est privé de son droit à l’instruction ».

Ben oui l'éducation est un droit de l'enfance et dès qu'il y a séparation dans l'éducation  il y a discrimination, ne pas aller à l'école est une privation de droit.

Citation :
« Ce fichier permettra de savoir qui est inscrit à l’école, y compris celle à domicile […] Cela nous permettra de faire des contrôles sur la base de cette inscription, afin que tous les enfants bénéficient de ce suivi », a fait valoir Gérald Darmanin auprès du « Figaro ». « C’est un scandale de ne pas voir ces petits fantômes de la République ni à l’école laïque, ni à celle sous contrat et ni même à l’école hors contrat », a-t-il ajouté, assurant vouloir « sauver ces enfants des griffes des islamistes ».

Oui moi je suis pour, sans doute parce que je suis prof, ainsi que mon mari et mon frère, et ma fille est institutrice, et nous croyons tous qu'on acquiert la liberté par l'accès au savoir. C'est l'instruction qui ouvre les portes.


Citation :
On parle de fichage généralisé des élèves ! Euhhh...on est pas dans 1984 de Georges Orwell Shocked

Nous sommes déjà tous fichés et depuis toujours, à 18 ans nous avons notre numéro d'INSEE, ça ne change rien si on le reçoit à la naissance.
Dès la naissance un bébé doit déjà avoir une carte d'identité pour voyager. C'est normal ce sont des individus. Ce ne sont pas des objets. Jusque là ça ne me choque pas.

Lorsqu'on nous implantera notre numéro sur une puce, aïe, mon cher Sulay :)
Revenir en haut Aller en bas
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyLun 23 Nov 2020, 10:46


Caillou Bleu a écrit:
Tout se joue entre 3 et 4 ans. La première chose qui retarde les enfants c'est de ne pas posséder la langue nationale. Au moment d'apprendre à lire et à écrire ils peinent à apprendre la langue alors que leurs camarades la possèdent déjà et peuvent se consacrer á l'apprentissage des lettres, et du calcul, ces enfants apprennent tout avec un temps de retard s'ils l'apprennent.
Je suis absolument pour la prise en charge gratuite et dès 3 ans de tous les enfants, c'est surtout indispensable pour les enfants issus de familles qui ne parlent pas le français.
Le souci de cette mesure ne réside pas dans le fait de savoir s'il est important de savoir lire ou écrire mais cette mesure qui cible encore une fois l'islam et la volonté de certaines familles à instruire eux mêmes leurs enfants , ne tapera pas sur ces familles . Enfin ce ne sont pas ces familles qui rouspètent sur la radicalité d'une telle mesure .
Mais les familles d'handicapés , les familles des itinérants , les familles des sportifs .... En gros l'instruction à domicile n'est plus un droit et nous avons encore une restriction de droits . Une mesure contre productive qui s'avérera bien plus nuisible pour des non musulmans alors que l'objectif est l'islamisme radical .
Un enfant victime d'harcèlement à l'école et qui n'arrive plus à aller à l'école , les habitants des campagnes où l'école la plus proche est bien éloignée ... Montessori n'a qu'à bien se tenir .

Les mairies n'ont plus le droit d'installer une crèche et bientôt les familles ne pourront plus choisir ce qu'ils estiment être le mieux pour leurs enfants .

Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyLun 23 Nov 2020, 19:26

badrr a écrit:

Caillou Bleu a écrit:
Tout se joue entre 3 et 4 ans. La première chose qui retarde les enfants c'est de ne pas posséder la langue nationale. Au moment d'apprendre à lire et à écrire ils peinent à apprendre la langue alors que leurs camarades la possèdent déjà et peuvent se consacrer á l'apprentissage des lettres, et du calcul, ces enfants apprennent tout avec un temps de retard s'ils l'apprennent.
Je suis absolument pour la prise en charge gratuite et dès 3 ans de tous les enfants, c'est surtout indispensable pour les enfants issus de familles qui ne parlent pas le français.
Le souci de cette mesure ne réside pas dans le fait de savoir s'il est important de savoir lire ou écrire mais cette mesure qui cible encore une fois l'islam et la volonté de certaines familles à instruire eux mêmes leurs enfants , ne tapera pas sur ces familles . Enfin ce ne sont pas ces familles qui rouspètent sur la radicalité d'une telle mesure .
Mais les familles d'handicapés , les familles des itinérants , les familles des sportifs .... En gros l'instruction à domicile n'est plus un droit et nous avons encore une restriction de droits . Une mesure contre productive qui s'avérera bien plus nuisible pour des non musulmans alors que l'objectif est l'islamisme radical .
Un enfant victime d'harcèlement à l'école et qui n'arrive plus à aller à l'école , les habitants des campagnes où l'école la plus proche est bien éloignée ... Montessori n'a qu'à bien se tenir .

Les mairies n'ont plus le droit d'installer une crèche et bientôt les familles ne pourront plus choisir ce qu'ils estiment être le mieux pour leurs enfants .  


Réponse courte : On a les école publique et les école privées , Bien !
En France on apprend le Français et les langue étrangères .
En France on instruit de la même manière filles et garçons.
Dans les école française on apprend l'histoire du pays et des relations du pays avec les autres pays du monde.
L'instruction civique française nous apprend à devenir et être des citoyens libre de penser, de parler, d'agir sans pour autant vouloir imposer sa pensée, sa parole, son action.
Pour ma part j'ai des ADN espagnoles, nordiques, cosaques ce n'est pas pour autant que je doit me croire obligé de parler espagnole, Flaman, cosaque. et d'imposer aux français l'une de ces trois langues de mes aïeux. Je parle français, je pense français, je mange de tout.
Mes enfants on eu des copains et des copines ainsi que mes petits enfants avec leurs libres choix.
J'ai été éduqué par des parents catholique pratiquant qui m'on appris le sens de l'accueil, de la juste critique mais jamais de me sentir supérieur parce que j'étais français .
L'esprit de caste, de classe dominante n'est pas ma tasse de thé ni mon livre de chevet.
Le RESPECT est un acte de réciprocité .
Respecter ne veut pas dire être comme !

Qui faut-il suivre ?
Moïse,
Jésus ,
Mohammed,
Dieu ,

La Foi monte vers Dieu comme on monte sur une échelle à deux pants
Le musulman monte d'un coté, Le chrétiens monte de l'autre Tous les deux veulent monter vers Dieu
Plus ils montent plus ils ce rapprochent l'un de l'autre et arrivent au même but ! DIEU !
Ceux qui scieraient les barreaux des échelons tombent en enfer directement.
Revenir en haut Aller en bas
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyMar 24 Nov 2020, 12:13

Bernard a écrit:
J'ai été éduqué par des parents catholique pratiquant qui m'on appris le sens de l'accueil, de la juste critique mais jamais de me sentir supérieur parce que j'étais français .

Dissonance cognitive ? tu connais la fable le renard et les raisins ?
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyMar 24 Nov 2020, 16:17

badrr a écrit:
Bernard a écrit:
J'ai été éduqué par des parents catholique pratiquant qui m'on appris le sens de l'accueil, de la juste critique mais jamais de me sentir supérieur parce que j'étais français .

Dissonance cognitive ? tu connais la fable le renard et les raisins ?

Je mange les raisins mure .
Je bois du vin avec grande modération.
Si je bois un bon bourgogne avec un bon bœuf bourguignon je ne vais pas en enfer.
Et si j'invite un musulman chez moi je ne met pas de vin à table.
On ne ce désaltère pas avec du vin mais avec de l'eau.
On accompagne un plat avec du vin avec modération.
Oui j'ai le raisin mure !
Je suis fier de l'éducation de mes parents mais pas vaniteux de ce que je suis.
Si je trahis ma foi de chrétien et toi ta foi de musulman nous sommes deux traitres.

Bonne soirée et couvre toi bien .
Revenir en haut Aller en bas
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyMar 24 Nov 2020, 16:52

Bernard a écrit:
Je mange les raisins mure .
Je bois du vin avec grande modération.
Si je bois un bon bourgogne avec un bon bœuf bourguignon je ne vais pas en enfer.
Tu as oublié avec modération . Tu Portes le béret en allant au kiosque prendre ton Journal et ta Baguette ?

Bernard a écrit:
On ne ce désaltère pas avec du vin mais avec de l'eau.
On accompagne un plat avec du vin avec modération.
Heureusement que tu me le dis , et dire que je pensais que les vrais français (c'est à dire pas moi mais toi) se douchait avec .

Bernard a écrit:
Oui j'ai le raisin mure !
Ah bon ? Mais il ne serait pas plus judicieux de se focaliser sur la noix car je pense que c'est ce qui te fait défaut . Pour l'abricot il doit être bien sec , laisse tomber .

Bernard a écrit:
Je suis fier de l'éducation de mes parents mais pas vaniteux de ce que je suis.
Je te le dis en tant que père , je n'aimerai pas voir le raisin tomber loin de la vigne de même que je n'aimerai pas que le raisin se prenne pour une noix .

BErnard a écrit:
Si je trahis ma foi de chrétien et toi ta foi de musulman nous sommes deux traitres.
Pas si je ne trahis pas ma foi de musulman . Donc tu es seul à être traitre comme tu le dis .

Bernard a écrit:
Bonne soirée et couvre toi bien .
Je suis marié .mais sans indiscrétion de ma part , tu en es à combien de verres avec modération aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
cailloubleu*


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyMar 24 Nov 2020, 18:05

badrr a écrit:


Le souci de cette mesure ne réside pas dans le fait de savoir s'il est important de savoir lire ou écrire mais cette mesure qui cible encore une fois l'islam et la volonté de certaines familles à instruire eux mêmes leurs enfants , ne tapera pas sur ces familles . Enfin ce ne sont pas ces familles qui rouspètent sur la radicalité d'une telle mesure .
Mais les familles d'handicapés , les familles des itinérants , les familles des sportifs .... En gros l'instruction à domicile n'est plus un droit et nous avons encore une restriction de droits . Une mesure contre productive qui s'avérera bien plus nuisible pour des non musulmans alors que l'objectif est l'islamisme radical .
Un enfant victime d'harcèlement à l'école et qui n'arrive plus à aller à l'école , les habitants des campagnes où l'école la plus proche est bien éloignée ... Montessori n'a qu'à bien se tenir .

Les mairies n'ont plus le droit d'installer une crèche et bientôt les familles ne pourront plus choisir ce qu'ils estiment être le mieux pour leurs enfants .  


Tu fais bien de rappeler ces cas, je ne pensais qu'aux enfants "normaux". L'école a été créé gratuite et obligatoire,  il faudrait qu'elle le redevienne, pour la quasi totalité des enfants.

Mais pour les exceptions dont tu parlais je ne connais pas la situation en France mais dans de nombreux pays européens et dans les zones urbaines au moins il y a aussi des classes publiques pour les enfants handicapés.
Mes deux voisines à gauche et à droite de chez moi enseignent dans ces classes.

Je pense que c'est l'éducation qui est une droit pas l'éducation à domicile. Mais rien n'empêcherait de créer des exceptions à cette nouvelle loi.
Qui dit règle dit exception.

J'ai connu le CNED, je pense qu'il existe toujours.  Le CNED a des professeurs très qualifiés et la scolarité est contrôlée et certifiée.

Je ne vois pas quoi faire avec des bouts de chou à trente kilomètres de mauvaises routes de leur domicile, il est évident qu'il faudra des solutions locales. Et il est impossible qu'il n'y ait pas de solutions locales pour les situations impossibles.

J'ai été moi-même éduquée à domicile par ma mère car j'étais la seule enfant du village dans un bled impossible des montagnes.
J'ai eu de la chance, ma mère était intelligente, dévouée et à la maison, à 7 ans nous avons déménagé et  j'ai pu intégrer une classe normale, je savais déjà lire, écrire et compter gr^ce à elle.
Si j'avais été la fille de sa cousine, hélas la pauvre,  je ne sais pas ce que je serais devenue.
Etre éduqué par ses parents, c'est quand même une loterie.

Revenir en haut Aller en bas
Sulayman
Moderateur
Moderateur
Sulayman


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyMar 24 Nov 2020, 19:43

L’instruction en famille, une liberté à redouter ?

 La une, N° 1089, Politique Isa Lise, 12 décembre 2018, 11 octobre 2019 Isa Lise.

Depuis des siècles, des enfants apprennent chez eux avec un précepteur particulier ou un parent. Suite aux lois Jules Ferry de 1881 et 1882, rendant l’instruction obligatoire, l’école devint la nouvelle norme.
Cependant, aujourd’hui encore, des familles choisissent l’instruction à domicile. Celle-ci est en effet possible et soumise à divers contrôles. Les raisons de ce choix sont variées, néanmoins le respect du rythme d’apprentissage de l’enfant est une motivation quasi constante.

Il convient, dans un premier temps, de différencier l’instruction à domicile du décrochage scolaire.
En 2015/2016, pour la seule tranche 14/15 ans, 36 801 adolescents n’étaient pas scolarisés, la grande majorité était en décrochage scolaire. Cette situation inquiète régulièrement, à tel point qu’une amie instruisant ses enfants s’est vue proposer de devenir assistante familiale pour accueillir un à plusieurs enfants décrocheurs.

L’instruction à domicile concerne tous les enfants qui ne sont pas scolarisés en présentiel dans un établissement scolaire, qu’il soit public, privé sous contrat ou hors contrat. Deux cas peuvent se présenter : soit l’enfant est instruit par ses parents, par la personne de leur choix ou un cours par correspondance ; soit des circonstances particulières permettent d’obtenir une scolarisation avec le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) réglementé.

En 2014/2015, derniers chiffres officiels, 24 878 enfants de 6 à 16 ans étaient instruits à domicile. Environ 7 400 enfants apprenaient sans cours par correspondance, soit 0,09 % des 8,1 millions d’enfants âgés de 6 à 16 ans.

Les motivations des familles sans CNED réglementé

Deux grands profils de parents sans école se détachent. Les premiers sont à la recherche d’une alternative bienveillante : respect de l’environnement, éducation, etc. Leur choix est parfois arrêté avant même la naissance de l’enfant. Les seconds désirent une alternative scolaire. Il s’agit de parents soucieux du niveau scolaire actuel, mais plus fréquemment inquiets des souffrances vécues par l’enfant : harcèlement, phobie scolaire, profil particulier.

Il ressort d’un sondage réalisé en mars 2018 que les principales motivations des parents sont  :

- respecter le rythme d’apprentissage de mon enfant : 84,7 % ;
- respecter le rythme de vie de mon enfant : sommeil, repas, besoin d’aller aux toilettes librement, etc. : 73,5 % ;
- lui permettre d’apprendre dans une ambiance détendue et en confiance : 66,7 % ;
- lui permettre d’être libre de bouger lorsqu’il en a besoin, de ne pas apprendre assis s’il le désire : 66,7 % ;
- lui offrir du temps pour lire, ne rien faire, inventer, etc. : 66,2 % ;
- encourager sa liberté de pensée : 65,4 % ;
- organiser librement notre temps (temps de famille, activités, voyages, etc.) : 63,6 % ;
- encourager sa créativité : 62,5 % ;
- lui offrir plus de temps de jeu : 62,1 % ;
- apprendre plus s’il le souhaite, avoir du temps pour cela : 57,1 %.

La proposition « Mieux transmettre ma religion, quelle qu’elle soit (christianisme, judaïsme, islam, etc.) » apparaît en avant-dernière raison choisie et elle n’est jamais isolée, elle est souvent associée au respect du rythme d’apprentissage. Suite à des rejets ou violences subies à l’école, des familles musulmanes choisissent parfois une école catholique, puis l’instruction en famille.

Par conséquent, – contrairement à ce qui est souvent craint, ce n’est ni le sectarisme, ni le radicalisme, ni même le rejet de l’institution puisque de nombreuses familles envisagent cette expérience comme un moment court et espèrent découvrir une école où leur enfant s’épanouira – c’est  avant tout le respect du rythme de leur enfant et la bienveillance qui guident la majorité des parents sans école. L’instruction à domicile implique régulièrement des sacrifices financiers, une telle décision n’est pas choisie sur un coup de tête.

De plus, la majorité des parents instruisant leurs enfants sont cultivés et diplômés (au moins 58 % ont au moins un niveau bac+3). Seuls 2,5 % n’ont aucun diplôme, cette particularité n’étant d’ailleurs pas un frein à la réussite des enfants puisque plusieurs jeunes ont obtenu le bac avec mention après seulement deux ou trois ans d’école.

Obligations des familles

Les parents ayant choisi l’instruction en famille sont soumis à certaines obligations.

Deux déclarations

Dans les huit jours suivant la déscolarisation et chaque année, au moment de la rentrée scolaire, les personnes responsables doivent déclarer à la mairie et à l’inspection académique qu’elles ont choisi l’instruction en famille pour les enfants de 6 à 16 ans.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'article de 2018 est plutôt long mais intéressant. Il permet de bien comprendre ce qui est obligatoire dans la loi du Code de l'Éducation à savoir l'instruction et non l'école.
En effet, dans l'esprit de beaucoup de personne, l'école est obligatoire alors que dans la loi, c'est l'instruction qui est obligatoire pour l'enfant de 3 ans à 16 ans selon la nouvelle réforme de 2019 du Ministre de l'Éducation, dit loi Blanquer du 26 juillet 2019 baptisée " l'école de la confiance".





Sulayman study
Revenir en haut Aller en bas
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 11:33

Caillou Bleu a écrit:
Mais pour les exceptions dont tu parlais je ne connais pas la situation en France mais dans de nombreux pays européens et dans les zones urbaines au moins il y a aussi des classes publiques pour les enfants handicapés
en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .

Caillou bleu a écrit:
Je pense que c'est l'éducation qui est une droit pas l'éducation à domicile
Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 12:12

badrr a écrit:
Caillou Bleu a écrit:
Mais pour les exceptions dont tu parlais je ne connais pas la situation en France mais dans de nombreux pays européens et dans les zones urbaines au moins il y a aussi des classes publiques pour les enfants handicapés
en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .

Caillou bleu a écrit:
Je pense que c'est l'éducation qui est une droit pas l'éducation à domicile
Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


L'Instruction c'est l'école !
L'Éducation ce sont les parents !
La démocratie c'est de concilier les deux dans un même pays.
Revenir en haut Aller en bas
Sulayman
Moderateur
Moderateur
Sulayman


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 12:22

BERNARD a écrit:
badrr a écrit:

en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .


Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


L'Instruction c'est l'école !
L'Éducation ce sont les parents !
La démocratie c'est de concilier les deux dans un même pays.

Il n'y a pas de meilleur instruction que l'école de la vie le séparatisme en question 788850

Cordialement,
Sulayman le séparatisme en question 510471374
Revenir en haut Aller en bas
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 12:37

BERNARD a écrit:
badrr a écrit:

en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .


Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


L'Instruction c'est l'école !
L'Éducation ce sont les parents !
La démocratie c'est de concilier les deux dans un même pays.
Finalement tu ne comprends absolument rien des mots qu’on emploi .
Tes trois phrases sont fausses et le pire étant que j’ai bien mis en lien un texte officiel des services publics.
Comprends tu le français ?
Revenir en haut Aller en bas
Cyril 84
Moderateur
Moderateur
Cyril 84


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 18:58

badrr a écrit:
[...] Comprends tu le français ?

Ce serait le comble que notre cher Bernard ne comprenne pas le français..... après une douche au vin rouge et la sortie à la boulangerie pour chercher une baguette couvert d'un béret... scratch

Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
cailloubleu*


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 19:52

badrr a écrit:
Caillou Bleu a écrit:
Mais pour les exceptions dont tu parlais je ne connais pas la situation en France mais dans de nombreux pays européens et dans les zones urbaines au moins il y a aussi des classes publiques pour les enfants handicapés
en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .

badrr a écrit:
Caillou bleu a écrit:
Je pense que c'est l'éducation qui est une droit pas l'éducation à domicile
Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pardon je suis têtue, je pense que si on veut arriver à ce résultat enseigner à la maison, on peut partir de 2 cas de figure, 1) liberté totale et ceux qui le veulent mettent leurs enfants à l'école publique.
2) Ou bien scolarité obligatoire avec dérogations.
L'avantage de la deuxième solution est de permettre une étude au cas par cas: gens du voyage, handicap moteur ou mental, cas de harcèlement.

Dans tous les cas c'est le bien de l'enfant qui doit être considéré.

Ce que je voudrais à tout prix éviter ce sont des enfants éduqués en vase clos, en retard en français et sans contact avec la population générale.
Il est possible d'avoir une éducation originale tout en allant à l'école publique. Mes enfants sont allés à l'école publique allemande, mais à la maison la langue c'était le français avec moi, et mes enfants sont absolument bilingues.

Pour l'arabe et le turc c'est possible aussi, on ne connaît jamais assez de langues, mais la langue nationale est la clé de la réussite.


Dernière édition par cailloubleu* le Mer 25 Nov 2020, 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 19:52

Cyril 84 a écrit:
badrr a écrit:
[...] Comprends tu le français ?

Ce serait le comble que notre cher Bernard ne comprenne pas le français..... après une douche au vin rouge et la sortie à la boulangerie pour chercher une baguette couvert d'un béret... scratch


Déblatérer envers ceux qu'on ne connait pas est-ce un acte intelligentes.
Je garde mon point de vu.
Je n'ai jamais insulter quelqu'un ou alors ceux qui ce croient insulté ne comprennent pas le sens du mot insulte.
Vous avez votre point de vue j'ai le mien et je n'oblige personne a partager mon point de vue.
Est-ce clair ou faut-il faire une dessin .

Certains n'aime pas être remis en cause quoi de plus normal.
Ces certains devraient aussi savoir que me remettre en cause est un droit que j'ai moi même.

Avec certains musulmans on peut discuter de tout sauf de religion.
Mais nous avons un regard très différent sur le plan Politique.

Je suis ce que je suis , très imparfait mais je partage ce défaut avec pas mal d'entre nous.

Cyril 84 et badrr pouvez vous me dire ce qui vous gène dans la Foi des Chrétiens ?
Cyril tu censure assez facilement quand les propos de certains d'entre nous te gênent.
Vous avez le droit, la liberté de dire ce que vous pensez .
Agissez pour que ce droit soit appliqué aux chrétiens qui vivent dans un pays sous charia .
Ensuite on causera sur la liberté d'expression et les démocratie que vous utilisez pour le détruire.
Vous êtes fier d'être musulmans tant mieux continuez , personne ne vous en empêchera.

Qui dit la vérité : JESUS ou Mohammed ?
Tous les deux parle de Dieu .
Aimez vos ennemis dit JESUS
Ne vous faite pas des alliés avec les chrétiens dit Mohammed.

DIEU ! "pardonne nous comme nous pardonnons ceux qui nous ont offensés !"

Si je dit le coran est faux , j'insulte c'est vrai!
Mais si tu dis la bible est fausse tu insultes aussi.(exemple de démonstration du mot insulte)

L'assassin de Notre Dame à Nice il a insulté non seulement des chrétiens en prière mais aussi l'islam.
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyHier à 20:16

cailloubleu* a écrit:
badrr a écrit:

en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .

Caillou bleu a écrit:
Je pense que c'est l'éducation qui est une droit pas l'éducation à domicile
Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pardon je suis têtue, je pense que si on veut arriver à ce résultat enseigner à la maison, on peut partir de 2 cas de figure, 1) liberté totale et ceux qui le veulent mettent leurs enfants à l'école publique.
2) Ou bien scolarité obligatoire avec dérogations.
L'avantage de la deuxième solution est de permettre une étude au cas par cas: gens du voyage, handicap moteur ou mental, cas de harcèlement.

Dans tous les cas c'est le bien de l'enfant qui doit être considéré.

Ce que je voudrais à tout prix éviter ce sont des enfants éduqués en vase clos, en retard en français et sans contact avec la population générale.
Il est possible d'avoir une éducation originale tout en allant à l'école publique. Mes enfants sont allés à l'école publique allemande, mais à la maison la langue c'était le français avec moi, et mes enfants sont absolument bilingues.

Pour l'arabe et le turc c'est possible aussi, on ne connaît jamais assez de langues, mais la langue nationale est la clé de la réussite.

[/quote]

La moindre des choses est que ceux qui ne sont pas français tout en gardant leur langue d'origine apprennent le français quand ils veulent vivre et travailler en France.
Quels sens donne -t-on au mot intégration ?

Le migrant a des droits mais ne doit pas imposer ses US et Coutumes.
Je veux dire par là que le migrant doit savoir voir apprendre que le pays qui l'accueille n'a pas la même façon de vivre que lui !
(Quand je me rend en Angleterre je roule à gauche, je ne cherche pas à imposer de rouler à droite)
Comprenne qui voudra !
Pour tout migrant qui veut venir vivre en France on doit lui donner les information sur les lois élémentaire du pays qui accueille, l'aider à apprendre le français, assurer la scolarité de ses enfants, que la France n'est pas un pays polygame et un pays ou l'on pratique l'excision des filles.
La France est un pays ou les droits de la femme sont les mêmes que les droits de l'homme.
OUI! Quel sens donnons nous au mot Intégration ?

La migration ne doit pas permettre aux assassins de faire leurs basses œuvres chez nous .

Pourquoi les pays d'origine de la migration ne sont-ils pas capables de donner du travail à leurs ressortissant chez eux ?
Nous occidentaux nous avons notre part de responsabilité face à ce problème.
Qu'en est-il de la migration face a la Civid19 ?
Y-a comme un grand silence sur ce point !
Revenir en haut Aller en bas
badrr




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Va   le séparatisme en question EmptyHier à 20:50

cailloubleu* a écrit:
badrr a écrit:

en fait l'exception sont ces familles "islamistes" qui retirent leurs enfants de l'école maternelle . Et afin de l'interdire la majorité (handicapé, habitant loin de l'école , Phobie de l'école Suite aux harcélements .... ) sont les dommages collatéraux . C'est tout simplement absurde .

badrr a écrit:

Ben l'éducation à domicile entre dans l'éducation .
Mais c'est l'instruction qui est obligatoire en France et non l'école .
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pardon je suis têtue, je pense que si on veut arriver à ce résultat enseigner à la maison, on peut partir de 2 cas de figure, 1) liberté totale et ceux qui le veulent mettent leurs enfants à l'école publique.
2) Ou bien scolarité obligatoire avec dérogations.
L'avantage de la deuxième solution est de permettre une étude au cas par cas: gens du voyage, handicap moteur ou mental, cas de harcèlement.

Dans tous les cas c'est le bien de l'enfant qui doit être considéré.

Ce que je voudrais à tout prix éviter ce sont des enfants éduqués en vase clos, en retard en français et sans contact avec la population générale.
Il est possible d'avoir une éducation originale tout en allant à l'école publique. Mes enfants sont allés à l'école publique allemande, mais à la maison la langue c'était le français avec moi, et mes enfants sont absolument bilingues.

Pour l'arabe et le turc c'est possible aussi, on ne connaît jamais assez de langues, mais la langue nationale est la clé de la réussite.
Mais caillou bleu , qui te dit que ces enfants suivant une instruction à domicile sont en retards ? C’est dans l’école publique qu’il y a une retard et les inégalités sociales se répercutent implacablement dans ces écoles publiques . Les meilleurs profs ne vont certainement pas dans les ZEP et les aides et les moyens ne sont pas donnés à ces ZEP .

Mais la n’est pas la question . On désire lutter contre le séparatisme tout en négligeant le véritable séparatisme , à savoir l’absence de mixité sociale .
On se focalise sur des faits minoritaires en délaissant les discriminations et une orientation scolaire discriminante . La solution a cela revient à faire comme tout le monde et s’investir dans l’ouverture d’établissement privé et donc encore plus de repli . Des familles musulmanes inscrivent leurs enfants dans des écoles privées catholiques afin que leurs enfants aient un meilleur niveau que dans l’école primaire ou collège du secteur , il est donc bien question de l’intérêt de l’enfant et non d’un séparatisme .

On parle d’une laïcité stricte et d’une égalité pour tous , mais qu’en est il de l’Alsace avec sa laïcité bien moins stricte ?
Il y a bien un moment où les dirigeants perdent toute crédibilité et il devient tout à fait compréhensible que s’installe un climat de défiance et un sentiment d’injustice , surtout lorsque les mesures visent expressément une certaine confession en particulier .
Le ministre disait que les catholiques n’avaient rien à craindre de ces mesures ...
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD


le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question EmptyAujourd'hui à 07:24

[quote="badrr"]
cailloubleu* a écrit:




Pardon je suis têtue, je pense que si on veut arriver à ce résultat enseigner à la maison, on peut partir de 2 cas de figure, 1) liberté totale et ceux qui le veulent mettent leurs enfants à l'école publique.
2) Ou bien scolarité obligatoire avec dérogations.
L'avantage de la deuxième solution est de permettre une étude au cas par cas: gens du voyage, handicap moteur ou mental, cas de harcèlement.

Dans tous les cas c'est le bien de l'enfant qui doit être considéré.

Ce que je voudrais à tout prix éviter ce sont des enfants éduqués en vase clos, en retard en français et sans contact avec la population générale.
Il est possible d'avoir une éducation originale tout en allant à l'école publique. Mes enfants sont allés à l'école publique allemande, mais à la maison la langue c'était le français avec moi, et mes enfants sont absolument bilingues.

Pour l'arabe et le turc c'est possible aussi, on ne connaît jamais assez de langues, mais la langue nationale est la clé de la réussite.
Mais caillou bleu , qui te dit que ces enfants suivant une instruction à domicile sont en retards ? C’est dans l’école publique qu’il y a une retard et les inégalités sociales se répercutent implacablement dans ces écoles publiques . Les meilleurs profs ne vont certainement pas dans les ZEP et les aides et les moyens ne sont pas donnés à ces ZEP .

Mais la n’est pas la question . On désire lutter contre le séparatisme tout en négligeant le véritable séparatisme , à savoir l’absence de mixité sociale .
On se focalise sur des faits minoritaires en délaissant les discriminations et une orientation scolaire discriminante . La solution a cela revient à faire comme tout le monde et s’investir dans l’ouverture d’établissement privé et donc encore plus de repli . Des familles musulmanes inscrivent leurs enfants dans des écoles privées catholiques afin que leurs enfants aient un meilleur niveau que dans l’école primaire ou collège du secteur , il est donc bien question de l’intérêt de l’enfant et non d’un séparatisme .

On parle d’une laïcité stricte et d’une égalité pour tous , mais qu’en est il de l’Alsace avec sa laïcité bien moins stricte ?
Il y a bien un moment où les dirigeants perdent toute crédibilité et il devient tout à fait compréhensible que s’installe un climat de défiance et un sentiment d’injustice , surtout lorsque les mesures visent expressément une certaine confession en particulier .
Le ministre disait que les catholiques n’avaient rien à craindre de ces mesures ...[/quote]

Les catho comme tu dis n'ont pas l'intention de prendre le pouvoir religieux et politique.
La langue officielle en France est le Français avec ses divers langue régionale qui ne remette pas en cause les lois de la république. On peut parler basque, provençale, alsacen, breton, auvergnat...mais pour nous entendre et avoir des relations normal on parle français.
On peut parler arabe comme on parle anglais, allemand mais en France le Français est la langue officielle et on s'y plie sans discuter.
La France a un histoire chrétienne on a le droit d'exiger qu'elle soit respectée.
Dans pas mal de pays musulmans cette liberté tant demandée par ceux qui vivent en France n'est pas accordée.

Le climat de défiance qui le crée en refusant de ce soumettre envers les lois de la république ?

On a tous des défauts il faut le reconnaitre au lieu de mettre ses propres défauts sur le dos de son voisin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




le séparatisme en question Empty
MessageSujet: Re: le séparatisme en question   le séparatisme en question Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
le séparatisme en question
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: