Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 – 4K UHD, Smart TV
564 €
Voir le deal
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 – 4K UHD, Smart TV
564 €
Voir le deal

 

 AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyLun 20 Juin 2011, 09:00


Jean-Noël Ferrié : « La Constitution marocaine va exercer une pression dans la région »

D’après Jean-Noël Ferrié, directeur de recherche CNRS à Rabat, les pays du Maghreb connaissent des évolutions assez différentes.

Leurs citoyens ne cessent de regarder les événements chez leurs voisins, et de comparer les libertés qu’ils obtiennent peu à peu.

N’y a-t-il pas de la déception au Maroc après le discours du roi Mohammed VI ?

Il y a un énorme décalage entre la perception à l’étranger des réformes annoncées et le ressenti au Maroc de cet événement historique. Le roi cède de larges pans de pouvoir au gouvernement et crée des institutions, telle la Cour constitutionnelle que les citoyens pourront saisir directement. Bien sûr, il faudra que les acteurs, gouvernants, partis politiques, citoyens, habitent ce texte. Mais il peut se comparer aux Constitutions des grandes démocraties occidentales.

Comment expliquer ce décalage ?
À l’extérieur du Maroc, il y a une tendance excessive à interpréter les événements au travers du mouvement de mécontentement du 20 février. Or ce mouvement se délite et n’existe pratiquement plus. La majorité des Marocains sont contents, et considèrent cette réforme constitutionnelle comme un événement fondateur.

Les évolutions au Maroc sont-elles portées par le « printemps arabe » ?
Le mouvement du 20 février, issu de l’extrême gauche, a tenté de rebondir sur les événements tunisiens et égyptiens. Mais il n’y a pas eu une montée spontanée de la population marocaine comme à la place Tahrir, seulement 20 000 ou 30 000 personnes dans les rues le 20 février. Pas de quoi ébranler la monarchie. En revanche, la monarchie a clairement utilisé le mouvement pour relancer un projet de réforme constitutionnelle qui dormait dans les cartons et se heurtait à des conservatismes religieux et d’intérêt.

Vu d’Algérie, la perception est différente. Le quotidien El Watan, très critique, parle de « petite révolution de palais » dans son édition d’hier…
Le régime marocain n’est pas apprécié des Algériens. Une telle avancée au Maroc crée une sorte d’énervement et de jalousie. Sans doute parce que la Constitution du Maroc est la première à voir le jour après les événements du printemps arabe. Parce qu’elle est très libérale, elle va exercer une pression dans la région, au premier chef sur le régime algérien, qui fait de la résistance. D’où la réaction préventive d’El Watan.

Quel peut être l’impact sur les autres pays ?
La Constitution marocaine servira, au moins implicitement, de référence pour l’élaboration de la Constitution tunisienne en raison, notamment, de l’étendue des réformes, des garanties des libertés contenues dans la Constitution marocaine.

Et en Égypte ?
Les militaires, les anciens notables et les Frères musulmans sont dans une sorte d’alliance pour mettre un terme à la période révolutionnaire. Les Frères musulmans joueront un rôle déterminant dans la préparation de la Constitution. Ils seront peu désireux de s’inspirer de l’expérience marocaine, même si les manifestants de la place Tahrir, eux, aimeraient sans doute pouvoir s’y référer.

Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
ASHTAR

ASHTAR



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyLun 20 Juin 2011, 10:47


On peut lire dans le journal le monde :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Citation :

Une réforme de la justice. Du côté de la justice, le Conseil supérieur de la magistrature ne sera plus présidé par le ministre de la justice, qui y représentait le roi. "C'est un des moyens par lesquels s'opérerait l'indépendance de la justice", explique Jean-Noël Ferrié. Une indépendance confirmée par les informations obtenues par l'AFP. L'article 107 prévoit que le roi en soit le garant.

Des limites au champ d'intervention du roi comme "commandeur des croyants" vont être posées. Contrairement à son prédécesseur, Mohammed VI n'a jamais fait un usage politique de ce titre. La Constitution devrait acter cette pratique en le réservant explicitement aux seules questions religieuses. "Elle fera bien la différence entre le roi en tant que chef d'Etat, et le roi comme chef religieux", résume Jean-Noël Ferrié. Enfin, le berbère deviendra la deuxième langue officielle du pays, au même titre que l'arabe.

Si tu as lu mes anciennes observations ,tu verra que la rigidité du pouvoir -que j'admire- est revenu sur plusieurs thèmes qui allaient faire le bouleversement du Maroc qui n'est pas près de les recevoir .La nouvelle constitution laisse la Roi du Maroc responsable sur tout point de vue .

Citation :

Au Maroc, le roi bénéficie de larges pouvoirs. Sur le plan politique, ses pouvoirs sont les mêmes que celui du président de la République en France. Il préside le conseil des ministres, nomme et révoque le premier ministre et le gouvernement. Il peut dissoudre les deux chambres du Parlement. C'est également lui qui dirige la diplomatie du pays et commande les forces armées.

En matière de justice, le roi préside le Conseil supérieur de la magistrature, ce que ne fait plus le président français depuis 2011, exerce le droit de grâce et nomme les magistrats. Enfin, sur le plan religieux, il est le "commandeur des croyants" et la seule autorité religieuse légitime.

Une chose qui est aussi évoque c'est l'intégrité nationale et l'autonomie de gestion du Sahara par les sahraouis .
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyLun 20 Juin 2011, 13:43

ASHTAR a écrit:

On peut lire dans le journal le monde :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Citation :

Une réforme de la justice. Du côté de la justice, le Conseil supérieur de la magistrature ne sera plus présidé par le ministre de la justice, qui y représentait le roi. "C'est un des moyens par lesquels s'opérerait l'indépendance de la justice", explique Jean-Noël Ferrié. Une indépendance confirmée par les informations obtenues par l'AFP. L'article 107 prévoit que le roi en soit le garant.

Des limites au champ d'intervention du roi comme "commandeur des croyants" vont être posées. Contrairement à son prédécesseur, Mohammed VI n'a jamais fait un usage politique de ce titre. La Constitution devrait acter cette pratique en le réservant explicitement aux seules questions religieuses. "Elle fera bien la différence entre le roi en tant que chef d'Etat, et le roi comme chef religieux", résume Jean-Noël Ferrié. Enfin, le berbère deviendra la deuxième langue officielle du pays, au même titre que l'arabe.

Si tu as lu mes anciennes observations ,tu verra que la rigidité du pouvoir -que j'admire- est revenu sur plusieurs thèmes qui allaient faire le bouleversement du Maroc qui n'est pas près de les recevoir .La nouvelle constitution laisse la Roi du Maroc responsable sur tout point de vue .

Citation :

Au Maroc, le roi bénéficie de larges pouvoirs. Sur le plan politique, ses pouvoirs sont les mêmes que celui du président de la République en France. Il préside le conseil des ministres, nomme et révoque le premier ministre et le gouvernement. Il peut dissoudre les deux chambres du Parlement. C'est également lui qui dirige la diplomatie du pays et commande les forces armées.

En matière de justice, le roi préside le Conseil supérieur de la magistrature, ce que ne fait plus le président français depuis 2011, exerce le droit de grâce et nomme les magistrats. Enfin, sur le plan religieux, il est le "commandeur des croyants" et la seule autorité religieuse légitime.

Une chose qui est aussi évoque c'est l'intégrité nationale et l'autonomie de gestion du Sahara par les sahraouis .


Mais, ces remarques faites, penses-tu, mon cher ASHTAR, que ces "avancées " (pour employer un terme occidental ) sont positives ou négatives en leur essence ?
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Elmakoudi

Elmakoudi



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyLun 20 Juin 2011, 13:50

mario-franc_lazur a écrit:

Jean-Noël Ferrié : « La Constitution marocaine va exercer une pression dans la région »

D’après Jean-Noël Ferrié, directeur de recherche CNRS à Rabat, les pays du Maghreb connaissent des évolutions assez différentes.

Leurs citoyens ne cessent de regarder les événements chez leurs voisins, et de comparer les libertés qu’ils obtiennent peu à peu.

N’y a-t-il pas de la déception au Maroc après le discours du roi Mohammed VI ?

Il y a un énorme décalage entre la perception à l’étranger des réformes annoncées et le ressenti au Maroc de cet événement historique. Le roi cède de larges pans de pouvoir au gouvernement et crée des institutions, telle la Cour constitutionnelle que les citoyens pourront saisir directement. Bien sûr, il faudra que les acteurs, gouvernants, partis politiques, citoyens, habitent ce texte. Mais il peut se comparer aux Constitutions des grandes démocraties occidentales.

Comment expliquer ce décalage ?
À l’extérieur du Maroc, il y a une tendance excessive à interpréter les événements au travers du mouvement de mécontentement du 20 février. Or ce mouvement se délite et n’existe pratiquement plus. La majorité des Marocains sont contents, et considèrent cette réforme constitutionnelle comme un événement fondateur.

Les évolutions au Maroc sont-elles portées par le « printemps arabe » ?
Le mouvement du 20 février, issu de l’extrême gauche, a tenté de rebondir sur les événements tunisiens et égyptiens. Mais il n’y a pas eu une montée spontanée de la population marocaine comme à la place Tahrir, seulement 20 000 ou 30 000 personnes dans les rues le 20 février. Pas de quoi ébranler la monarchie. En revanche, la monarchie a clairement utilisé le mouvement pour relancer un projet de réforme constitutionnelle qui dormait dans les cartons et se heurtait à des conservatismes religieux et d’intérêt.

Vu d’Algérie, la perception est différente. Le quotidien El Watan, très critique, parle de « petite révolution de palais » dans son édition d’hier…
Le régime marocain n’est pas apprécié des Algériens. Une telle avancée au Maroc crée une sorte d’énervement et de jalousie. Sans doute parce que la Constitution du Maroc est la première à voir le jour après les événements du printemps arabe. Parce qu’elle est très libérale, elle va exercer une pression dans la région, au premier chef sur le régime algérien, qui fait de la résistance. D’où la réaction préventive d’El Watan.

Quel peut être l’impact sur les autres pays ?
La Constitution marocaine servira, au moins implicitement, de référence pour l’élaboration de la Constitution tunisienne en raison, notamment, de l’étendue des réformes, des garanties des libertés contenues dans la Constitution marocaine.

Et en Égypte ?
Les militaires, les anciens notables et les Frères musulmans sont dans une sorte d’alliance pour mettre un terme à la période révolutionnaire. Les Frères musulmans joueront un rôle déterminant dans la préparation de la Constitution. Ils seront peu désireux de s’inspirer de l’expérience marocaine, même si les manifestants de la place Tahrir, eux, aimeraient sans doute pouvoir s’y référer.

SALAM CHER LAZUR
comparé avec les constitutions des monarchies démocratiques européennes, notamment les pouvoirs de chacun des monarques: ce projet est vraiment en avance.
Lisez la c'est une très belle constitution: les ingrédients du parlementarisme ( séparation et équilibre des 3 pouvoirs), les droits individuels et collectifs, les libertés, l'ouverture et la diversité culturelle et religieuse,...TOUT Y EST.


Dernière édition par Elmakoudi le Lun 20 Juin 2011, 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ASHTAR

ASHTAR



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyLun 20 Juin 2011, 13:56

mario-franc_lazur a écrit:
ASHTAR a écrit:

On peut lire dans le journal le monde :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Si tu as lu mes anciennes observations ,tu verra que la rigidité du pouvoir -que j'admire- est revenu sur plusieurs thèmes qui allaient faire le bouleversement du Maroc qui n'est pas près de les recevoir .La nouvelle constitution laisse la Roi du Maroc responsable sur tout point de vue .



Une chose qui est aussi évoque c'est l'intégrité nationale et l'autonomie de gestion du Sahara par les sahraouis .


Mais, ces remarques faites, penses-tu, mon cher ASHTAR, que ces "avancées " (pour employer un terme occidental ) sont positives ou négatives en leur essence ?

Positive dans le sens d'une conception islamo- politique .
C'est une conception purement marocaine tenant en compte la lignée prophétique du Roi et la démocratisation des pouvoirs en laissant le pouvoir juridique au main du Roi aussi bien que le commandement militaire (car il demeure le gardien du royaume et le garant de l'équité sociale).
Revenir en haut Aller en bas
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyMer 22 Juin 2011, 10:38

AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... 175602 mes chers amis ELMAKOUDI et ASHTAR de vos réflexions réfléchies et positives sur ce projet de réforme constitutionnelle au MAROC ....
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyMer 21 Déc 2011, 09:34



" À 41 ans, Younes Bouhmedi est le fondateur de Hit Radio, la première radio musicale pour jeunes au Maroc.

En juin, à la demande des étudiants, il a lancé le Café Politis, lieu d’échange entre des personnalités politiques, des intellectuels et le public.


Il n’est pas franchement « 20-Février », même s’il confesse son admiration et sa sympathie pour ces jeunes Marocains descendus ce jour-là dans la rue pour demander le changement.

Younes Bouhmedi, le sémillant patron de Hit Radio, station musicale « branchée » destinée aux moins de 30 ans, ne cache pas son excitation face au printemps marocain : « C’est un vrai mouvement de fond, multiforme. Il y a aujourd’hui une prise de conscience que les choses peuvent bouger au Maroc. Certains pensent que cela se passe dans la rue, d’autres que ça se passe ailleurs, en s’impliquant dans la vie politique, associative, culturelle. Les gens ont retrouvé le goût pour la chose publique et réalisent que personne ne changera les choses à leur place. »

Des yeux rieurs, un visage juvénile derrière une barbe de trois jours, Younes Bouhmedi, 41 ans, est un optimiste né, un hyperactif, confiant dans l’avenir de son pays. Jeunesse dorée, rigueur et principes dans son éducation y sont sans doute pour quelque chose. Fils de médecin militaire, avec une mère française et des racines africaines, il croit en un Maroc tolérant, ouvert, multiethnique.

Passé par la mission française à Rabat, diplômé de l’European Business School à Paris après avoir échoué de peu au concours de Sciences-Po, il rentre au Maroc en 1993, avec une idée en tête : lancer la première radio musicale pour jeunes. Un rêve qu’il poursuivra avec acharnement pendant plus de dix ans, avant de bénéficier de la libéralisation des ondes en 2006.

Une radio libre et impertinente

Un ton libre, impertinent, qui vaudra à la station d’être sanctionnée à deux reprises, pour avoir laissé les auditeurs parler de sexualité à l’antenne. « Les Marocains ne sont pas conservateurs, plutôt conformistes ; il faut expliquer, susciter le débat, écouter la jeunesse », selon lui.

Susciter le débat justement, c’est l’objectif du Café Politis, qu’il a lancé en juin avec l’association Marocains Pluriels, à la demande des étudiants. Le rendez-vous, lieu de débat et d’échanges entre des personnalités politiques, des intellectuels et le public, est désormais rodé.

« Les projets, j’en ai des tas. Mais ce qui me tient aujourd’hui à cœur, c’est d’aider l’art et la culture. Il faut se battre contre l’incurie de notre administration, contre l’Etat qui a du mal à comprendre que la culture est un axe essentiel dans un pays qui se veut démocratique ». Il réfléchit au moyen d’accompagner les artistes dans la musique, se rêve en homme de télévision.

L’arrivée au pouvoir des islamistes du Parti Justice et Développement (PJD), vainqueur des élections législatives en novembre, ne l’étonne guère. « Reste que cela n’est pas très plaisant d’avoir au gouvernement des gens avec des idées arrêtées sur l’ouverture, la modernité. Ce qui fait plaisir, en revanche, c’est ce processus démocratique en marche, même si pour cela, on doit en passer par le PJD. De toutes les façons, ils vont bientôt être confrontés aux réalités. »

Le patron de Hit Radio ne se fait pas de souci concernant la culture. « Sur la censure, les interdictions, le pire est déjà passé… »,estime-t-il.

Christelle Marot (à Casablanca)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
ASHTAR

ASHTAR



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyMer 21 Déc 2011, 10:04

J'ai un peu de repoussement lorsque je lis :"des islamistes du Parti Justice et Développement (PJD)

Nous n'avons pas des islamistes mais des musulmans .
Tous nos partis politiques son constitué de musulmans car la religion dans notre pays(de part la constitution) est l'Islam .
Bien sur ,ce parti comme d'autres verra ses visées politiques conformes à la religion de l'islam comme tout parti Marocain d'Ailleurs.

On ne verra par exemple aucun changement dans les mœurs et le commerce de l’illicite.Nous auront toujours du vin dans les hôtels et les bars ...Mais il y aurait plus de sérieux contre la corruption et la gestion du pays .
Revenir en haut Aller en bas
Matrix

Matrix



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyMer 21 Déc 2011, 11:53

mario-franc_lazur a écrit:


[u]" À 41 ans, Younes Bouhmedi est le fondateur de Hit Radio, la première radio musicale pour jeunes au Maroc.

En juin, à la demande des étudiants, il a lancé le Café Politis, lieu d’échange entre des personnalités politiques, des intellectuels et le public[...]

[b] Christelle Marot (à Casablanca)


Mon cher Mario, je résume l'article en un seul mot "Christelle Marot" qui réside au Maroc depuis 2007 n'a pas une connaissance assez suffisante pour parler au nom des marocains, ou elle essaye de vendre son produit à ses clients (L'Express, La Croix, Econostrum, African Business).

Revenir en haut Aller en bas
http://sciences-religion.com
Averroes

Averroes



AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... EmptyMer 21 Déc 2011, 17:14

Matrix a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:


[u]" À 41 ans, Younes Bouhmedi est le fondateur de Hit Radio, la première radio musicale pour jeunes au Maroc.

En juin, à la demande des étudiants, il a lancé le Café Politis, lieu d’échange entre des personnalités politiques, des intellectuels et le public[...]

[b] Christelle Marot (à Casablanca)


Mon cher Mario, je résume l'article en un seul mot "Christelle Marot" qui réside au Maroc depuis 2007 n'a pas une connaissance assez suffisante pour parler au nom des marocains, ou elle essaye de vendre son produit à ses clients (L'Express, La Croix, Econostrum, African Business).

Bonsoir cher Matrice!
Je ne crois pas que "Christelle Marot" nous pose un problème qu'elle puisse écrire un article sur nous,l'important c'est le contenu;j'estime qu'il est tout à fait normal bien que limite puisque le processus démocratique a commencé au Maroc il y 20 ans même s'il est lent et que les évènements récents ne vont faire qu'affiner certaines revendications,par contre j'adhère à la réticence d'ASTHAR quant à l'emploi du mot "islamistes" au lieu de "musulmans",il ne faut pas les "singulariser" car c'est ce que certaines personnes cherchent:faire qu'il ait des "nous" et des "eux";et c'est là le danger.Le PDJ est un parti politique musulman respectable comme tous les autres partis politiques marocains,c'est ce qu'il est et rien d'autres;sa ré-élection prochaine reposera sur le sérieux qu'il va mettre pour se distinguer des autres partis corrompus et rien d'autres,s'il a d'autres projet,il va se rendre compte très vite qu'il a choisit le mauvais pays pour les réaliser!

ps:à propos de ce que tu poste sur la théorie de l'évolution:magnifique, surtout sur la création d'Adam!Je n'ai jamais lu quelque chose de comparable!Extraordinaire!


Revenir en haut Aller en bas
http://causeries-islamo-chr.forumsmaroc.com/
Contenu sponsorisé





AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty
MessageSujet: Re: AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...   AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
AU MAROC : les réformes constitutionnelles et leur impact...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Président de la République , leur personnalité , leur éthique.
» fatwa au maroc
» Le "polythéisme chrétien" et son impact sur la communauté musulmane
» DÉSINFORMATION, FAKE NEWS, QUEL IMPACT SUR LA SOCIÉTÉ ?
» Au MAROC : aspiration à plus de démocratie .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: