Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
-59%
Le deal à ne pas rater :
Balance cuisine électronique Raniaco (batterie rechargeable)
6.99 € 16.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -23%
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD ...
Voir le deal
929 €

 

 l'identité berbère

Aller en bas 
+3
BERNARD
Le chant du cygne
mario-franc_lazur
7 participants
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur



l'identité berbère Empty
MessageSujet: l'identité berbère   l'identité berbère EmptyLun 24 Mar 2014, 09:14

24 mars 2014

Lu dans le journal "La Croix"

Les Marocains sont libres de choisir le prénom de leur enfant, a réaffirmé la Haute Commission de l’état civil marocain dans un communiqué diffusé lundi. Cette liberté concerne « sans distinction aucune », les prénoms arabes, amazighs (berbères), hassanis (dialecte maure) et hébraïques, précise la commission, pour autant qu’il n’y ait pas atteinte à la morale ou à l’ordre public.

En dépit du fait que l’amazigh a été reconnu langue officielle dans la Constitution de 2011, les prénoms amazighs font encore régulièrement l’objet d’interdiction au Maroc. « Le mois dernier encore, à Casablanca, des parents n’ont pas pu inscrire sur les registres d’état civil leur fils qu’ils voulaient prénommer Anir », déplore Ahmed Assid, chercheur à l’institut royal de la culture amazighe et président de l’Observatoire amazigh des droits et libertés.

Une identité combattue pendant près d’un siècle

« Les officiers d’état civil se réfèrent à une liste officielle de prénoms arabes pour interdire les prénoms amazighs, explique-t-il. Or, ils ignorent que cette liste a été supprimée en 2003, à la suite de la création par le roi Mohammed VI d’une commission visant à régler cette question des prénoms. »

L’identité amazighe, combattue pendant près d’un siècle, d’abord par la France coloniale, puis par la monarchie marocaine, peine encore à être pleinement reconnue dans les esprits, alors même que la majorité de la population marocaine est d’origine berbère. Il a fallu la mort du roi Hassan II, le père de Mohammed VI, en 1999, pour que puisse renaître la question amazighe.

« Jusque-là, la diversité était considérée comme une menace pour la cohésion nationale. Le Maroc a mené dès son indépendance une politique continue d’arabisation. L’amazighité était taboue. Hassan II n’a d’ailleurs jamais prononcé le mot “amazigh”. Il fallait avoir beaucoup de courage, pendant les années de plomb, pour revendiquer un prénom amazigh », rappelle Ahmed Assid.

En 1992, la publication de la liste des prénoms arabes considérés comme seuls de caractère marocain a rendu même impossible toute velléité de donner à son enfant un prénom berbère. La liste a donc été supprimée en 2003, après que le jeune roi Mohammed VI eut reconnu la diversité culturelle et identitaire du Maroc en 2001. Mais la discrimination sur les prénoms a perduré.

Une lettre adressée par Human Rights Watch en juin 2009 au ministre de l’intérieur, Chekib Benmoussa, réclamant des explications sur cette discrimination, a, à l’époque, fait grand bruit. L’année suivante, le ministre a publié une circulaire rappelant que la liste des prénoms était supprimée et la liberté des prénoms instaurée. Une nouvelle circulaire d’avril 2013 a, à nouveau, rappelé la consigne.

« Mais l’information n’a pas circulé, et des bureaux d’état civil et des consulats marocains à l’étranger s’y opposent toujours », constate Ahmed Assid. Le chercheur ajoute que l’enseignement en amazigh, prévu depuis 2003, « n’est devenu réalité que dans 15 % des écoles du pays, alors même qu’une partie de la population la plus défavorisée ne parle que cette langue ». Quant à la loi organique devant mettre en œuvre le caractère officiel de la langue amazighe, elle reste encore lettre morte, deux ans et demi après l’adoption de la Constitution."

MARIE VERDIER
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Le chant du cygne

Le chant du cygne



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptyLun 24 Mar 2014, 10:36

Bonjour Marion.

Le Maroc, à l'arrivée des musulmans, était le pays le moins christianisé d'Afrique du Nord, tout simplement parce qu'il était le plus loin géographiquement du mouvement de christianisation. Ensuite, le mouvement d'islamisation (couplé à l'arabisation)a eu les mêmes conséquences pour les mêmes causes.
Il ne faut pas rêver, cette arabisation est politique. Ceux qui sont au pouvoir sont arabes, ils vont tout faire pour anéantir la culture berbère(qui est pourtant majoritaire).
Un prétexte magnifique pour le jour où nous aurons besoin des ressources du pays. Le Sahara occidental ?
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptyVen 03 Déc 2021, 11:54

mario-franc_lazur a écrit:
24 mars 2014

Lu dans le journal "La Croix"

Les Marocains sont libres de choisir le prénom de leur enfant, a réaffirmé la Haute Commission de l’état civil marocain dans un communiqué diffusé lundi. Cette liberté concerne « sans distinction aucune », les prénoms arabes, amazighs (berbères), hassanis (dialecte maure) et hébraïques, précise la commission, pour autant qu’il n’y ait pas atteinte à la morale ou à l’ordre public.

En dépit du fait que l’amazigh a été reconnu langue officielle dans la Constitution de 2011, les prénoms amazighs font encore régulièrement l’objet d’interdiction au Maroc. « Le mois dernier encore, à Casablanca, des parents n’ont pas pu inscrire sur les registres d’état civil leur fils qu’ils voulaient prénommer Anir », déplore Ahmed Assid, chercheur à l’institut royal de la culture amazighe et président de l’Observatoire amazigh des droits et libertés.

Une identité combattue pendant près d’un siècle

« Les officiers d’état civil se réfèrent à une liste officielle de prénoms arabes pour interdire les prénoms amazighs, explique-t-il. Or, ils ignorent que cette liste a été supprimée en 2003, à la suite de la création par le roi Mohammed VI d’une commission visant à régler cette question des prénoms. »

L’identité amazighe, combattue pendant près d’un siècle, d’abord par la France coloniale, puis par la monarchie marocaine, peine encore à être pleinement reconnue dans les esprits, alors même que la majorité de la population marocaine est d’origine berbère. Il a fallu la mort du roi Hassan II, le père de Mohammed VI, en 1999, pour que puisse renaître la question amazighe.

« Jusque-là, la diversité était considérée comme une menace pour la cohésion nationale. Le Maroc a mené dès son indépendance une politique continue d’arabisation. L’amazighité était taboue. Hassan II n’a d’ailleurs jamais prononcé le mot “amazigh”. Il fallait avoir beaucoup de courage, pendant les années de plomb, pour revendiquer un prénom amazigh », rappelle Ahmed Assid.

En 1992, la publication de la liste des prénoms arabes considérés comme seuls de caractère marocain a rendu même impossible toute velléité de donner à son enfant un prénom berbère. La liste a donc été supprimée en 2003, après que le jeune roi Mohammed VI eut reconnu la diversité culturelle et identitaire du Maroc en 2001. Mais la discrimination sur les prénoms a perduré.

Une lettre adressée par Human Rights Watch en juin 2009 au ministre de l’intérieur, Chekib Benmoussa, réclamant des explications sur cette discrimination, a, à l’époque, fait grand bruit. L’année suivante, le ministre a publié une circulaire rappelant que la liste des prénoms était supprimée et la liberté des prénoms instaurée. Une nouvelle circulaire d’avril 2013 a, à nouveau, rappelé la consigne.

« Mais l’information n’a pas circulé, et des bureaux d’état civil et des consulats marocains à l’étranger s’y opposent toujours », constate Ahmed Assid. Le chercheur ajoute que l’enseignement en amazigh, prévu depuis 2003, « n’est devenu réalité que dans 15 % des écoles du pays, alors même qu’une partie de la population la plus défavorisée ne parle que cette langue ». Quant à la loi organique devant mettre en œuvre le caractère officiel de la langue amazighe, elle reste encore lettre morte, deux ans et demi après l’adoption de la Constitution."

MARIE VERDIER

Qui sont les colonisateurs en Afrique de nord avant les Français c'e sont bien les arabes d'Arabie .
Au Maroc, En Algérie, En Tunisie ont est arabe ou berbère faudrait savoir.?
Avoir un Nom et un Prénom Berbère cela gène qui ?
En 2021 tout le monde est musulmans dans ces pays.
L'unité dans ces régions est-elle une réalité ?
Y-a-t-il une bonne colonisation et une mauvaise colonisation ?
En France on a des noms bretons, alsaciens, auvergnats, provençaux, basques et on est tous français ....
On parle même tous un peu franglais dans bien des cas.
Qu'elles étaient les langues en Gaulle avant les Francs.?
Le musulman doit-il impérativement parler arabe pour être un bon musulman.
Revenir en haut Aller en bas
salamsam

salamsam



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptyVen 03 Déc 2021, 16:09

mario-franc_lazur a écrit:
24 mars 2014

Lu dans le journal "La Croix"

Les Marocains sont libres de choisir le prénom de leur enfant, a réaffirmé la Haute Commission de l’état civil marocain dans un communiqué diffusé lundi. Cette liberté concerne « sans distinction aucune », les prénoms arabes, amazighs (berbères), hassanis (dialecte maure) et hébraïques, précise la commission, pour autant qu’il n’y ait pas atteinte à la morale ou à l’ordre public.

En dépit du fait que l’amazigh a été reconnu langue officielle dans la Constitution de 2011, les prénoms amazighs font encore régulièrement l’objet d’interdiction au Maroc. « Le mois dernier encore, à Casablanca, des parents n’ont pas pu inscrire sur les registres d’état civil leur fils qu’ils voulaient prénommer Anir », déplore Ahmed Assid, chercheur à l’institut royal de la culture amazighe et président de l’Observatoire amazigh des droits et libertés.

Une identité combattue pendant près d’un siècle

« Les officiers d’état civil se réfèrent à une liste officielle de prénoms arabes pour interdire les prénoms amazighs, explique-t-il. Or, ils ignorent que cette liste a été supprimée en 2003, à la suite de la création par le roi Mohammed VI d’une commission visant à régler cette question des prénoms. »

L’identité amazighe, combattue pendant près d’un siècle, d’abord par la France coloniale, puis par la monarchie marocaine, peine encore à être pleinement reconnue dans les esprits, alors même que la majorité de la population marocaine est d’origine berbère. Il a fallu la mort du roi Hassan II, le père de Mohammed VI, en 1999, pour que puisse renaître la question amazighe.

« Jusque-là, la diversité était considérée comme une menace pour la cohésion nationale. Le Maroc a mené dès son indépendance une politique continue d’arabisation. L’amazighité était taboue. Hassan II n’a d’ailleurs jamais prononcé le mot “amazigh”. Il fallait avoir beaucoup de courage, pendant les années de plomb, pour revendiquer un prénom amazigh », rappelle Ahmed Assid.

En 1992, la publication de la liste des prénoms arabes considérés comme seuls de caractère marocain a rendu même impossible toute velléité de donner à son enfant un prénom berbère. La liste a donc été supprimée en 2003, après que le jeune roi Mohammed VI eut reconnu la diversité culturelle et identitaire du Maroc en 2001. Mais la discrimination sur les prénoms a perduré.

Une lettre adressée par Human Rights Watch en juin 2009 au ministre de l’intérieur, Chekib Benmoussa, réclamant des explications sur cette discrimination, a, à l’époque, fait grand bruit. L’année suivante, le ministre a publié une circulaire rappelant que la liste des prénoms était supprimée et la liberté des prénoms instaurée. Une nouvelle circulaire d’avril 2013 a, à nouveau, rappelé la consigne.

« Mais l’information n’a pas circulé, et des bureaux d’état civil et des consulats marocains à l’étranger s’y opposent toujours », constate Ahmed Assid. Le chercheur ajoute que l’enseignement en amazigh, prévu depuis 2003, « n’est devenu réalité que dans 15 % des écoles du pays, alors même qu’une partie de la population la plus défavorisée ne parle que cette langue ». Quant à la loi organique devant mettre en œuvre le caractère officiel de la langue amazighe, elle reste encore lettre morte, deux ans et demi après l’adoption de la Constitution."

MARIE VERDIER

Pour l'anecdote, ma mère me racontait que lorsqu'elle était étudiante dans les années 70, des amis de son université, un frère et une soeur avaient été arrêté par la police parce qu'ils avaient osé donner des cours d'Amazigh, et l'apprentissage de cette langue était interdite à l'époque.

On revient de loin en Algérie sur la question de la reconnaissance de notre culture d'origine...

Et cette facon de rejeter notre racine berbère n'a fait que provoquer une réaction d'identitarisme exacerbé chez certain nord Afriquain, qui en réaction, se sont mis à rejeter complètement l'aspect Arabe de notre culture. Car l'Afrique du nord est Berbère ET Arabe.

Certain voudraient que l'Afrique du Nord ne soient que l'un ou l'autre au lieu d'assumer ces 2 identités.

Revenir en haut Aller en bas
cailloubleu*
Moderateur
Moderateur
cailloubleu*



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptyVen 14 Jan 2022, 19:30

salamsam a écrit:
mario-franc_lazur a écrit:
24 mars 2014

Lu dans le journal "La Croix"

Les Marocains sont libres de choisir le prénom de leur enfant, a réaffirmé la Haute Commission de l’état civil marocain dans un communiqué diffusé lundi. Cette liberté concerne « sans distinction aucune », les prénoms arabes, amazighs (berbères), hassanis (dialecte maure) et hébraïques, précise la commission, pour autant qu’il n’y ait pas atteinte à la morale ou à l’ordre public.

En dépit du fait que l’amazigh a été reconnu langue officielle dans la Constitution de 2011, les prénoms amazighs font encore régulièrement l’objet d’interdiction au Maroc. « Le mois dernier encore, à Casablanca, des parents n’ont pas pu inscrire sur les registres d’état civil leur fils qu’ils voulaient prénommer Anir », déplore Ahmed Assid, chercheur à l’institut royal de la culture amazighe et président de l’Observatoire amazigh des droits et libertés.

Une identité combattue pendant près d’un siècle

« Les officiers d’état civil se réfèrent à une liste officielle de prénoms arabes pour interdire les prénoms amazighs, explique-t-il. Or, ils ignorent que cette liste a été supprimée en 2003, à la suite de la création par le roi Mohammed VI d’une commission visant à régler cette question des prénoms. »

L’identité amazighe, combattue pendant près d’un siècle, d’abord par la France coloniale, puis par la monarchie marocaine, peine encore à être pleinement reconnue dans les esprits, alors même que la majorité de la population marocaine est d’origine berbère. Il a fallu la mort du roi Hassan II, le père de Mohammed VI, en 1999, pour que puisse renaître la question amazighe.

« Jusque-là, la diversité était considérée comme une menace pour la cohésion nationale. Le Maroc a mené dès son indépendance une politique continue d’arabisation. L’amazighité était taboue. Hassan II n’a d’ailleurs jamais prononcé le mot “amazigh”. Il fallait avoir beaucoup de courage, pendant les années de plomb, pour revendiquer un prénom amazigh », rappelle Ahmed Assid.

En 1992, la publication de la liste des prénoms arabes considérés comme seuls de caractère marocain a rendu même impossible toute velléité de donner à son enfant un prénom berbère. La liste a donc été supprimée en 2003, après que le jeune roi Mohammed VI eut reconnu la diversité culturelle et identitaire du Maroc en 2001. Mais la discrimination sur les prénoms a perduré.

Une lettre adressée par Human Rights Watch en juin 2009 au ministre de l’intérieur, Chekib Benmoussa, réclamant des explications sur cette discrimination, a, à l’époque, fait grand bruit. L’année suivante, le ministre a publié une circulaire rappelant que la liste des prénoms était supprimée et la liberté des prénoms instaurée. Une nouvelle circulaire d’avril 2013 a, à nouveau, rappelé la consigne.

« Mais l’information n’a pas circulé, et des bureaux d’état civil et des consulats marocains à l’étranger s’y opposent toujours », constate Ahmed Assid. Le chercheur ajoute que l’enseignement en amazigh, prévu depuis 2003, « n’est devenu réalité que dans 15 % des écoles du pays, alors même qu’une partie de la population la plus défavorisée ne parle que cette langue ». Quant à la loi organique devant mettre en œuvre le caractère officiel de la langue amazighe, elle reste encore lettre morte, deux ans et demi après l’adoption de la Constitution."

MARIE VERDIER

Pour l'anecdote, ma mère me racontait que lorsqu'elle était étudiante dans les années 70, des amis de son université, un frère et une soeur avaient été arrêté par la police parce qu'ils avaient osé donner des cours d'Amazigh, et l'apprentissage de cette langue était interdite à l'époque.

On revient de loin en Algérie sur la question de la reconnaissance de notre culture d'origine...

Et cette facon de rejeter notre racine berbère n'a fait que provoquer une réaction d'identitarisme exacerbé chez certain nord Afriquain, qui en réaction, se sont mis à rejeter complètement l'aspect Arabe de notre culture. Car l'Afrique du nord est Berbère ET Arabe.

Certain voudraient que l'Afrique du Nord ne soient que l'un ou l'autre au lieu d'assumer ces 2 identités.


Les gens qui n'ont qu'une culture veulent interdire aux autres d'en avoir deux.
Revenir en haut Aller en bas
Thedjezeyri14

Thedjezeyri14



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptyVen 14 Jan 2022, 21:38

salamsam a écrit:
Pour l'anecdote, ma mère me racontait que lorsqu'elle était étudiante dans les années 70, des amis de son université, un frère et une soeur avaient été arrêté par la police parce qu'ils avaient osé donner des cours d'Amazigh, et l'apprentissage de cette langue était interdite à l'époque.

On revient de loin en Algérie sur la question de la reconnaissance de notre culture d'origine...

Et cette facon de rejeter notre racine berbère n'a fait que provoquer une réaction d'identitarisme exacerbé chez certain nord Afriquain, qui en réaction, se sont mis à rejeter complètement l'aspect Arabe de notre culture. Car l'Afrique du nord est Berbère ET Arabe.

Certain voudraient que l'Afrique du Nord ne soient que l'un ou l'autre au lieu d'assumer ces 2 identités.

C'etait l'epoque du president Boumedien  notre Nasser , Kadhafi , Saddam a nous il etait panarabiste et a voulu ecraser les berberes .
Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptySam 15 Jan 2022, 07:47

Thedjezeyri14 a écrit:
salamsam a écrit:
Pour l'anecdote, ma mère me racontait que lorsqu'elle était étudiante dans les années 70, des amis de son université, un frère et une soeur avaient été arrêté par la police parce qu'ils avaient osé donner des cours d'Amazigh, et l'apprentissage de cette langue était interdite à l'époque.

On revient de loin en Algérie sur la question de la reconnaissance de notre culture d'origine...

Et cette façon de rejeter notre racine berbère n'a fait que provoquer une réaction d'identitarisme exacerbé chez certain nord Afriquain, qui en réaction, se sont mis à rejeter complètement l'aspect Arabe de notre culture. Car l'Afrique du nord est Berbère ET Arabe.

Certain voudraient que l'Afrique du Nord ne soient que l'un ou l'autre au lieu d'assumer ces 2 identités.

C'était l'époque du président Boumediene  notre Nasser , Kadhafi , Saddam a nous il était panarabiste et a voulu écraser les berbères .

Berbère et arabe sont de confession musulmane il me semble
Pourquoi y aurait-il dès conflits ?
Et les "Arabes osent donner des leçons de démocratie et nous critique au sujet des colonisations occidentales !" On rêve … !
En France i y a plusieurs langues régionales et une langue nationale .
Les bretons , la basque, l'alsacien, le provençal n'impose pas le breton au provençale ou au alsacien et à toute la France.
Et de plus tous ont les mêmes droits sociaux et les mêmes devoirs .
Les Berbères ont été christianisés avant d'être contraint à devenir musulman par "les Arabes d'Arabie"
Les arabes ont agit envers les autochtones du nord de l'Afrique comme les anglais envers les indiens, et la communauté française dans leurs colonies en imposant l'anglais comme langue avec leurs coutumes et religions.
Le Berbère doit être la langue officiel en Afrique du nord et l'arabe la langue communicative avec l'extérieur .

En 2022 Berbères, Arabes, Juifs, Chrétiens et musulmans dans les pays islamisés ont droit au même droits et aux même devoir réciproque.
On a le droit de parler et diffuser l'islam en France des qu'on respecte les lois républicaines.
Pourquoi ce droit est-il sérieusement limitatif à l'égard des chrétiens dans des pays islamisés sous charia ?

Tout ce qui limite la liberté de penser, d'agir, est illicite devant DIEU.
A partir du moment ou le mot RESPECT est vécu de façon réciproque il ne doit pas y avoir de conflit relationnels entre nous.
On est loin de compte en 2022 pas vrai ?

Revenir en haut Aller en bas
Cyril 84
Moderateur
Moderateur
Cyril 84



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptySam 15 Jan 2022, 09:51

Cher Bernard, est-tu déjà allé au Maroc ?

Car il faut déjà savoir un minimum de quoi on parle avant de donner son avis sur tout les sujets à la manière de Lucky Luke qui tire plus vite que son ombre.


Au Maroc sur les bâtiments administratifs il-y-a le triple affichage : en arabe, en amazigh (berbère) et en français.

Comme également dans la majorité des chaînes de télévision.

Revenir en haut Aller en bas
BERNARD

BERNARD



l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère EmptySam 15 Jan 2022, 12:16

Cyril 84 a écrit:
Cher Bernard, est-tu déjà allé au Maroc ?

Car il faut déjà savoir un minimum de quoi on parle avant de donner son avis sur tout les sujets à la manière de Lucky Luke qui tire plus vite que son ombre.


Au Maroc sur les bâtiments administratifs il-y-a le triple affichage : en arabe, en amazigh (berbère) et en français.

Comme également dans la majorité des chaînes de télévision.


Et comme le disait un célèbre policier joué par Raymond Souplex "Et bien c'est tant mieux"


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





l'identité berbère Empty
MessageSujet: Re: l'identité berbère   l'identité berbère Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
l'identité berbère
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: