Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS
Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP
Le Deal du moment : -41%
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à ...
Voir le deal
9.99 €
-41%
Le deal à ne pas rater :
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à 9.99€ – Livraison ...
9.99 € 16.99 €
Voir le deal

 

 Méditations quotidiennes du Pape François

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 22 Nov 2014, 11:59


Peu à peu, chers amis et amies, je vous présenterai des méditations du Pape François.

Elles sont très pertinentes et ouvrent notre coeur à l' Amour de Dieu.




.:.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 22 Nov 2014, 12:00

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Lundi 20 mai 2013




(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 21 du 23 mai 2013)

Surmonter notre incrédulité


Les miracles existent encore aujourd’hui. Mais pour permettre au Seigneur de les accomplir, il faut une prière courageuse, capable de surmonter cette « sorte d’incrédulité » qui loge dans le cœur de chaque homme, même l’homme de foi. Une prière surtout pour ceux qui souffrent à cause des guerres, des persécutions et de tout autre drame qui secoue la société d’aujourd’hui. Mais la prière doit « agir concrètement », c’est-à-dire toucher notre personne et engager toute notre vie, pour surmonter l’incrédulité.

Telle est la recommandation confiée par le Pape François lors de la Messe du 20 mai. Le Pape a proposé une réflexion sur l’incrédulité à partir du récit de l’Évangile de Marc (9, 14-29) sur un jeune possédé par l’esprit du malin et libéré par le Christ. « Ce n’est pas la première fois que Jésus se plaint de l’incrédulité : O générations incrédules ! Il l’a dit tant de fois » ; et il a beaucoup souffert pour cette incrédulité à l’égard de ses paroles, de son message. « On l’aimait. La foule allait le saluer. Ils l’aimaient, mais jusqu’à un certain point. Ils ne risquaient pas trop dans leur foi pour lui. Ils ne risquaient pas. Et Jésus souffrait à cause de cela ». En revenant sur l’épisode évangélique, le Saint-Père a reproposé la question des disciples qui n’avaient pas réussi à chasser l’esprit malin du jeune : « Mais pourquoi n’avons-nous pas pu le chasser, nous ? Cette sorte de démon, explique Jésus, ne peut être chassé d’aucune façon si ce n’est par la prière ». Et le père de l’enfant « a dit : Je crois Seigneur, aide mon incrédulité ». Sa prière a été « une prière forte ; et cette prière, humble et forte, fait que Jésus peut accomplir le miracle. La prière pour demander une action extraordinaire doit être une prière qui nous touche tous, comme si nous engagions toute notre vie dans ce sens. Dans la prière, il faut s’engager activement ». Le Pape a ensuite raconté un épisode survenu en Argentine : « Je me souviens d’une chose qui est arrivée il y a trois ans dans le sanctuaire de Luján. Une enfant de sept ans était tombée malade, mais les médecins ne trouvaient pas de solution. Elle empirait toujours plus, jusqu’à ce qu’un soir, les médecins ne déclarent qu’il n’y avait plus rien à faire et qu’il ne lui restait que quelques heures de vie. Le père, qui était électricien, un homme de foi, est devenu comme fou. Et poussé par cette folie, il a pris le bus et s’est rendu au sanctuaire de Luján, deux heures et demi de bus, à soixante-dix kilomètres de distance. Il est arrivé à neuf heures du soir et tout était fermé. Et il a commencé à prier les mains agrippées au portail de fer. Il priait et pleurait. Il est resté comme ça toute la nuit. Cet homme luttait avec Dieu. Il luttait vraiment avec Dieu pour la guérison de son enfant. Puis, à six heures du matin, il est allé au terminal et il a pris le bus. Il est arrivé à l’hôpital à neuf heures, plus ou moins. Il a trouvé sa femme qui pleurait et a imaginé le pire. Qu’est-ce qui est arrivé ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce qui est arrivé ? Les médecins sont venus, lui a répondu sa femme, et ils m’ont dit que la fièvre a disparu, elle respire normalement, il n’y a plus rien. Ils la garderont encore deux jours seulement. Mais ils ne comprennent pas ce qui est arrivé. Et cela arrive encore. Les miracles arrivent. Mais la prière est nécessaire ! Il faut une prière courageuse, comme celle de tant de personnes qui ont la foi et qui prient, prient avec la foi ». La prière fait des miracles, « mais nous devons y croire : je crois Seigneur ! Aide mon incrédulité. Nous avons tous dans le cœur une sorte d’incrédulité. Disons au Seigneur : Je crois, je crois ! Tu peux ! Aide mon incrédulité. Et lorsqu’on nous demande de prier pour tant de personnes qui souffrent dans les guerres, dans leur condition de réfugiés, dans tous ces drames, prions, mais avec le cœur, et disons : Seigneur, fais-le. Je crois, Seigneur. Mais aide mon incrédulité ».

Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 22 Nov 2014, 16:35

rosedumatin a écrit:

Peu à peu, chers amis et amies, je vous présenterai des méditations du Pape François.

Elles sont très pertinentes et ouvrent notre coeur à l' Amour de Dieu.  





.:.

Méditations quotidiennes du Pape François  175602 ma chère Rose d'avoir ouvert ce sujet, de nous tenir au courant des meditations du pape François !
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 22 Nov 2014, 16:38

Julie a écrit:
rosedumatin a écrit:

Peu à peu, chers amis et amies, je vous présenterai des méditations du Pape François.

Elles sont très pertinentes et ouvrent notre coeur à l' Amour de Dieu.  






.:.

Méditations quotidiennes du Pape François  175602 ma chère Rose d'avoir ouvert ce sujet, de nous tenir au courant des meditations du pape François !


Contente de te croiser ma chère JULIE !! roserouge Méditations quotidiennes du Pape François  766225 Méditations quotidiennes du Pape François  766225 Méditations quotidiennes du Pape François  766225 Méditations quotidiennes du Pape François  189259
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyDim 23 Nov 2014, 19:21

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Samedi 28 septembre 2013




(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 42 du 17 octobre 2013)


La peur de la Croix


La croix fait peur. Mais suivre Jésus signifie inévitablement accepter la croix qui se trouve devant chaque chrétien. Et nous devons demander à la Vierge — qui sait pour l’avoir expérimenté, comment l’on est à côté de la croix — la grâce de ne pas fuir devant elle, même si nous en avons peur. Telle est la réflexion proposée par le Pape François le 28 septembre, lors de la Messe célébrée dans la chapelle de Sainte-Marthe. Commentant le passage liturgique de Luc (9, 43-45), le Saint-Père a rappelé qu’au temps du récit de l’évangéliste « Jésus était engagé dans de nombreuses activités et tous étaient en admiration devant les choses qu’il faisait. Il était le leader du moment. Tous en Judée, en Galilée, en Samarie, parlaient de lui. Et Jésus, peut-être au moment où les disciples se réjouissaient de cela, leur dit : Mettez-vous bien en tête ce que je vous dis là : le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ». Au moment du triomphe, a fait remarquer le Pape, Jésus annonce d’une certaine manière sa Passion. Toutefois les disciples étaient tellement pris par le climat de fête « qu’ils ne comprirent pas ces paroles; elles restaient tellement mystérieuses pour eux qu’ils n’en comprenaient pas le sens ». Et, a-t-il poursuivi, « ils ne demandèrent pas d’explications. L’Évangile dit : “Ils avaient peur de l’interroger sur cela”. Il valait donc mieux ne pas en parler. Il valait mieux ne pas comprendre la vérité ». Ils avaient peur de la croix.

En vérité, même Jésus en avait peur ; mais « lui ne pouvait se tromper lui-même. Lui savait. Et sa peur était si grande que le soir du Jeudi saint il transpira du sang ». Il a même demandé à Dieu : « Père éloigne de moi cette coupe » ; mais il a ajouté, « que ta volonté soit faite. Et cela est la différence. La croix fait peur ». Cela est ce qui arrive lorsque l’on s’engage dans le témoignage de l’Évangile, à la suite de Jésus. « Nous sommes tous contents », a remarqué le Pape, mais nous ne nous demandons rien d’autre, nous ne parlons pas de la croix. Et pourtant, comme il existe la règle selon laquelle le disciple n’est pas plus grand que le maître — une règle, a-t-il précisé que l’on doit respecter, — il existe aussi la règle selon laquelle « il n’y a pas de rédemption sans l’effusion du sang ». Et « il n’y a pas de travail apostolique fécond sans la croix ». Chacun de nous, a-t-il expliqué, « peut peut-être penser : et que m’arrivera-t-il à moi ? Comment sera ma croix ? Nous ne le savons pas mais elle existe et nous devons demander la grâce de ne pas fuir la croix lors-qu’elle arrivera. Bien sûr elle nous fait peur, mais la sequela de Jésus se termine précisément là. Les paroles de Jésus à Pierre me reviennent en mémoire : « M’aimes-tu ? Pais mes brebis... M’aimes-tu ? Pais mes brebis...M’aimes-tu ? Pais mes brebis... » (Jn, 21, 15-19). Et les « dernières paroles étaient les mêmes : tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas. C’était l’annonce de la croix ». C’est précisément pour cela que « les disciples avaient peur de l’interroger. Tout près de Jésus en croix se trouvait sa mère. Peut-être aujourd’hui, jour où nous prions pour elle, il serait bon de lui demander la grâce non pas de nous ôter la peur, parce que celle-ci doit être présente, mais de lui demander la grâce de ne pas fuir la croix. Elle était là et elle sait comment se comporter près de la croix ».



© Copyright - Libreria Editrice Va
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyLun 24 Nov 2014, 17:18

rosedumatin a écrit:

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Lundi 20 mai 2013


(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 21 du 23 mai 2013)

Surmonter notre incrédulité

................................................
Le Pape a ensuite raconté un épisode survenu en Argentine : « Je me souviens d’une chose qui est arrivée il y a trois ans dans le sanctuaire de Luján. Une enfant de sept ans était tombée malade, mais les médecins ne trouvaient pas de solution. Elle empirait toujours plus, jusqu’à ce qu’un soir, les médecins ne déclarent qu’il n’y avait plus rien à faire et qu’il ne lui restait que quelques heures de vie. Le père, qui était électricien, un homme de foi, est devenu comme fou. Et poussé par cette folie, il a pris le bus et s’est rendu au sanctuaire de Luján, deux heures et demi de bus, à soixante-dix kilomètres de distance. Il est arrivé à neuf heures du soir et tout était fermé. Et il a commencé à prier les mains agrippées au portail de fer. Il priait et pleurait. Il est resté comme ça toute la nuit. Cet homme luttait avec Dieu. Il luttait vraiment avec Dieu pour la guérison de son enfant. Puis, à six heures du matin, il est allé au terminal et il a pris le bus. Il est arrivé à l’hôpital à neuf heures, plus ou moins. Il a trouvé sa femme qui pleurait et a imaginé le pire. Qu’est-ce qui est arrivé ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce qui est arrivé ? Les médecins sont venus, lui a répondu sa femme, et ils m’ont dit que la fièvre a disparu, elle respire normalement, il n’y a plus rien. Ils la garderont encore deux jours seulement. Mais ils ne comprennent pas ce qui est arrivé. Et cela arrive encore. Les miracles arrivent. Mais la prière est nécessaire ! Il faut une prière courageuse, comme celle de tant de personnes qui ont la foi et qui prient, prient avec la foi ». La prière fait des miracles, « mais nous devons y croire : je crois Seigneur ! Aide mon incrédulité. Nous avons tous dans le cœur une sorte d’incrédulité. Disons au Seigneur : Je crois, je crois ! Tu peux ! Aide mon incrédulité. Et lorsqu’on nous demande de prier pour tant de personnes qui souffrent dans les guerres, dans leur condition de réfugiés, dans tous ces drames, prions, mais avec le cœur, et disons : Seigneur, fais-le. Je crois, Seigneur. Mais aide mon incrédulité ».




M A G N I F I Q U E
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Cathy91




Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 29 Nov 2014, 21:30

Merci Rose du Matin. Je découvre ces méditations, ne connaissant pas vraiment le Pape, et je les trouve très intéressantes. En tout cas, ce que tu as déjà pu poster me fait beaucoup réfléchir pour progresser dans ma foi. Je sens que je vais venir te lire plus souvent. Et te relire.
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 29 Nov 2014, 21:33

Cathy91 a écrit:
Merci Rose du Matin. Je découvre ces méditations, ne connaissant pas vraiment le Pape, et je les trouve très intéressantes. En tout cas, ce que tu as déjà pu poster me fait beaucoup réfléchir pour progresser dans ma foi. Je sens que je vais venir te lire plus souvent. Et te relire.


Je te remercie Cathy ! moi aussi les méditations du Pape François me font progresser dans la Foi.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 29 Nov 2014, 21:40

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Lundi 27 octobre 2014



(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 45 du 6 novembre 2014)

Catholiques, mais pas trop


Il y a des chrétiens qui s’arrêtent à la « réception » de l’Église et qui restent immobiles devant la porte, sans entrer à l'intérieur, pour ne pas se compromettre. C’est l’attitude de celui qui se déclare « catholique, mais pas trop », contre laquelle le Pape François a mis en garde. Le jour de la fête des saints apôtres Simon et Judas, a immédiatement fait remarquer le Pape, « l’Église nous fait réfléchir sur nous-mêmes », en nous invitant à considérer « comment est l’Église, ce qu’est l’Église ». « Jésus prie, Jésus appelle, Jésus choisit, Jésus envoie les disciples, Jésus guérit la foule ». Et « à l’intérieur de ce temple, Jésus, qui est la pierre d’angle, fait tout ce travail : c’est lui qui conduit ainsi l’Église ». Précisément, comme l’écrit Paul, « cette Église édifiée sur le fondement des apôtres qu’il a choisis ». Cela est confirmé par le passage évangélique (Lc 6, 12-19), quand il rappelle que le Seigneur « en choisit douze : tous pécheurs, tous ». Judas « n’était pas le plus pécheur » et « je ne sais pas qui était le plus pécheur ». Mais « Judas, le pauvre, est celui qui s’est fermé à l’amour et qui pour cette raison est devenu traître ». Le fait est que « tous les apôtres ont fui pendant le moment difficile de la passion et ont laissé Jésus seul : tous sont pécheurs ». Malgré cela, c’est Jésus lui-même qui les a choisis ». « Nous sommes citoyens, concitoyens de cette Église » ; mais « si nous n’entrons pas dans ce temple et ne faisons pas partie de cette construction, afin que le Saint Esprit habite en nous, nous ne sommes pas dans l’Église ». En revanche, « nous sommes devant la porte et nous regardons », peut-être en disant : « Mais que c’est beau, oui, c’est beau ! ». Et nous finissons ainsi par être « des chrétiens qui ne vont pas plus loin que la “réception” de l’Église. Ils sont là, à la porte », précisément dans l’attitude de celui qui pense : « Mais oui, je suis catholique, oui, mais pas trop, comme ça ! ». « La plus belle chose que l’on puisse peut-être dire sur la manière dont on construit l’Église est le premier et le dernier mot du passage de l'Évangile : “Jésus prie”, “il alla sur la montagne prier et il passa toute la nuit en priant Dieu” ». Donc « Jésus prie et Jésus guérit », précisément parce que « de lui sortait une force qui guérissait tout le monde ». À ce propos, a été reproposé le dialogue de Jésus avec Pierre, « le pilier ». Le Seigneur « l’avait choisi, à ce moment-là » et il le rassure en lui disant : « J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas ». C’est Jésus qui prie pour Pierre. « Ce dialogue finit après que Pierre renie Jésus ». Et ainsi, à Tibériade, le Seigneur lui demande : « Pierre, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? ». Dans ce dialogue, on voit bien « Jésus qui prie et Jésus qui guérit le cœur de Pierre blessé par une trahison ». Et pourtant, « il en fait le pilier ». Ce qui signifie qu’« à Jésus le péché de Pierre n’importa pas : il cherchait le cœur ». Mais « pour trouver ce cœur, et pour le guérir, il pria ».




© Copyright - Libreria Editrice Vaticana
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyDim 30 Nov 2014, 18:52

Cathy91 a écrit:
Merci Rose du Matin. Je découvre ces méditations, ne connaissant pas vraiment le Pape, et je les trouve très intéressantes. En tout cas, ce que tu as déjà pu poster me fait beaucoup réfléchir pour progresser dans ma foi. Je sens que je vais venir te lire plus souvent. Et te relire.


Tous les sujets de cette section "SPIRITUALITE CHRETIENNE" et "MYSTIQUE CHRETIENNE ET SAINTS" sont en général très intéressants...

Nos soeurs ROSEDUMATIN et JULIE y sont très présentes! Qu'elles en soient remerciées
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyMer 03 Déc 2014, 15:36

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Mardi 7 octobre 2014



(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 42 du 16 octobre 2014)

Si l’on perd la mémoire

Que signifie prier? «Cela signifie faire mémoire devant Dieu de notre histoire. Parce que notre histoire» est «l’histoire de son amour pour nous». Le Pape François a choisi comme idée pour guider son homélie précisément celle de «faire mémoire». En introduisant sa réflexion, il a d’abord expliqué que souvent, la Bible rappelle «que le Seigneur a choisi son peuple et l’a accompagné au cours du chemin dans le désert, pendant toute la vie». En outre, ce que «Dieu a fait avec son peuple, il l’a fait et le fait avec chacun de nous». En effet, a-t-il poursuivi, «nous avons été choisis». Et qu’il s’agisse d’«une grâce» est si évident qu’il suffirait de se demander: «Pourquoi suis-je chrétien et pas celui-ci, qui est loin, qui n’a jamais entendu parler de Jésus?». C’est «une grâce d’amour». D’où l’invitation à «faire mémoire de cette réalité» dans la prière quotidienne. Une mémoire qui ne doit pas être abstraite, mais qui doit être faite «dans son caractère concret», comme le fait saint Paul dans la première lecture de la liturgie (Ga 1, 13-24). L’invitation à «faire mémoire» naît pour le Pape François de la constatation que cette attitude est une «habitude qui n’est pas très commune parmi nous. Nous oublions les choses, nous vivons dans le moment, puis nous oublions l’histoire». En revanche, «chacun de nous a une histoire: une histoire de grâce, une histoire de péché, une histoire de chemin». Voilà pourquoi «cela fait du bien de prier avec notre histoire». Donc «faire mémoire de sa vie signifie rendre gloire à Dieu» et aussi «faire mémoire de nos péchés, dont le Seigneur nous a sauvés, cela signifie rendre gloire à Dieu». Il suffit de penser à ce que le Seigneur dit à Marthe: «tu te soucies et t’agites pour beaucoup de choses; pourtant il en faut peu, une seule même», tandis que «Marie a choisi la meilleure part». Laquelle? «Ecouter le Seigneur et faire mémoire». Voilà pourquoi «on ne peut prier chaque jour comme si nous n’avions pas d’histoire. Chacun de nous a la sienne. Et avec cette histoire dans le cœur, nous allons à la prière». Le modèle dans ce cas est Marie; et pourtant, nous ressemblons davantage à Marthe. Le Pape François a souligné que «c’est cela la véritable prière», en suggérant qu’«humblement», on pourrait «commencer notre prière par le beau psaume 138» qui a été proclamé au cours de la liturgie de la Parole: «Seigneur, tu me sondes et me connais; que je me lève ou m’assoie, tu le sais, tu perces de loin mes pensées; que je marche ou me couche, tu le sens, mes chemins te sont tous familiers. C’est toi qui m’as formé les reins, qui m’as tissé au ventre de ma mère; je te rends grâce pour tant de prodiges merveille que je suis». Parce que — a-t-il commenté — «c’est cela, prier».






© Copyright - Libreria Editrice Vaticana
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyJeu 04 Déc 2014, 19:55

Croire et lire la Parole de Dieu est magnifique !
Beaucoup de prophètes et de rois ont désiré entendre la Parole et ne l'ont pas entendu, nous dit Jésus .

"Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi."Apocalypse 3,20
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyJeu 04 Déc 2014, 20:06

Notre pape François apportent des explications essentiels concernant l'Évangile, très belles méditations Méditations quotidiennes du Pape François  189259
Revenir en haut Aller en bas
Julie
Moderateur
Moderateur
Julie


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyJeu 04 Déc 2014, 20:10

Méditations quotidiennes du Pape François  189259 Méditations quotidiennes du Pape François  542497 Méditations quotidiennes du Pape François  189259
Revenir en haut Aller en bas
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyJeu 11 Déc 2014, 20:41

PAPE FRANÇOIS
MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE
Vendredi 10 janvier 2014, Extraits


Le Credo des perroquets



Le chrétien ne répète pas le Credo par cœur comme un perroquet et ne vit pas comme un éternel « perdant », mais il confesse sa foi tout entière et il a la capacité d’adorer Dieu, en faisant ainsi s’élever le thermomètre de la vie de l’Église. Pour le Pape François, « confesser et nous confier » sont les deux paroles clés qui nourrissent et renforcent l’attitude de celui qui croit, car « notre foi est une victoire qui a vaincu le monde » comme l’écrit l’apôtre Jean dans sa première lettre. Le Pape l’a réaffirmé au cours de la Messe du 10 janvier. François a repris le fil conducteur de la méditation de la veille. Jean écrit : quiconque reste en Dieu, quiconque a été engendré par Dieu, quiconque reste dans l’amour vainc le monde. « Il est fort ! » s’est exclamé le Pape, car « la victoire qui a vaincu le monde est notre foi. Notre foi peut tout: elle est victoire ! ». Il s’agit d’une vérité qu’il « serait beau » de se répéter souvent, « car très souvent, nous sommes des chrétiens vaincus. L’Église — a affirmé le Pape — est pleine de chrétiens vaincus, qui ne croient pas que la foi est victoire, qui ne vivent pas cette foi. Et si l’on ne vit pas cette foi, il y a la défaite. Et le monde vainc, le prince du monde ». La question fondamentale à se poser à soi-même est alors : « Qu’est cette foi ? ». Précisément « cette foi nous demande deux attitudes : confesser et nous confier » a dit le Pape. Tout d’abord, « la foi est confesser Dieu ; mais le Dieu qui s’est révélé à nous depuis l’époque de nos pères jusqu’à présent: le Dieu de l’histoire ». C’est ce que nous affirmons tous les jours dans le Credo. Mais — a précisé le Pape — « c’est une chose que de réciter le Credo avec le cœur, et une autre de le faire comme des perroquets: je crois en Dieu, je crois en Jésus Christ, je crois... ». Le Pape a poursuivi en proposant un examen de conscience : « Est-ce que je crois dans ce que je dis ? Cette confession de foi est véritable ou est-ce que je le dis par cœur, parce qu’on doit le dire ? Ou est-ce que je crois à moitié ? ». Il faut donc « confesser la foi ». Et la confesser « toute, pas une partie. Toute ! ». Mais, a-t-il ajouté, il faut aussi « la conserver entièrement telle qu’elle nous est arrivée par la voie de la tradition. Toute la foi ! ». Le Pape a ensuite indiqué « le signe » pour reconnaître si nous confessons « bien la foi ». En effet, « qui confesse bien la foi, toute la foi, a la capacité d’adorer Dieu ». C’est un « signe » qui peut sembler « un peu étrange — a commenté le Pape — car nous savons comment demander à Dieu, comment rendre grâce à Dieu. Mais adorer Dieu, louer Dieu est davantage. Seul celui qui a cette foi forte est capable de l’adoration ». Précisément sur l’adoration, a fait remarquer le Pape, « j’ose dire que le thermomètre de la vie de l’Église est un peu bas : nous chrétiens nous n’avons pas tellement — à part certains — de capacité d’adorer, car dans la confession de la foi nous ne sommes pas convaincus. Ou bien nous sommes convaincus à moitié ». Nous devrions en revanche retrouver la capacité « de louer et d’adorer » Dieu ; également parce que, a ajouté le Pape, la prière pour « demander et rendre grâce nous la faisons tous ». Quant à la deuxième attitude, le Pape François a rappelé que « l’homme ou la femme qui a la foi se confie à Dieu. Se confie. Paul, dans les moments sombres de sa vie, disait : je sais bien à qui je me suis confié. À Dieu. Au Seigneur Jésus ». Et « se confier — a-t-il affirmé — nous conduit à l’espérance. De même que la confession de la foi nous conduit à l’adoration et à la louange de Dieu, se confier à Dieu nous conduit à une attitude d’espérance ».
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptySam 20 Déc 2014, 16:50

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Mardi 4 février 2014




(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 8 du 20 février 2014)


Quand Dieu pleure




Tout bon père « a besoin de son fils : il l’attend, il le recherche, il l’aime, il le pardonne, il le veut à ses côtés, aussi proche que la poule veut ses poussins ». En commentant les lectures de la liturgie, le Pape a en effet affronté le thème de la paternité, en le reliant aux deux figures principales décrites dans l’Évangile de Marc (5, 21-43) et dans le second livre de Samuel (18, 9-10.14.24-25.30 ; 19, 1-4) : Jaïre et David. En s’arrêtant d’abord sur le roi d’Israël, le Pape a rappelé que bien que son fils Absalon fût devenu son ennemi, David « attendait des nouvelles de la guerre. Il était assis entre les deux portes du palais et regardait ». Et bien que tous fussent certains qu’il attendait « les nouvelles d’une belle victoire », en réalité « il attendait autre chose : il attendait son fils. C’est son fils qui l’intéressait. Il était roi, il était à la tête du pays mais » surtout « il était père ». Et ainsi « quand est arrivée la nouvelle de la fin de son fils », David « frémit. Il monta dans la chambre supérieure de la porte et se mit à pleurer : “Mon fils Absalon ! mon fils ! mon fils Absalon ! que ne suis-je mort à ta place ! Absalon mon fils ! mon fils !” ». Quant au personnage évangélique, Jaïre, l’un des chefs de la synagogue au temps de Jésus, le Pape François a souligné qu’il s’agissait d’une « personne importante », qui toutefois « face à la maladie de sa fille » n’a pas honte de se jeter aux pieds de Jésus et de l’implorer : « Ma petite fille est à toute extrémité, viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive ! ». Cet homme ne s’arrêta pas à réfléchir aux conséquences de son geste. Voilà alors le lien entre les deux figures de pères. Pour eux la priorité va à leurs enfants. Et cela « fait penser à la première chose que nous disons de Dieu dans le Credo : « Je crois en Dieu le Père ». Cela fait penser à la paternité de Dieu. Dieu est ainsi avec nous ». Quelqu’un pourrait observer : « Mais mon père, Dieu ne pleure pas ! ». Une objection à laquelle le Pape a répondu : « Mais bien sûr que si ! Rappelons-nous Jésus quand il a pleuré en regardant Jérusalem : « Jérusalem, Jérusalem, que de fois j’ai voulu recueillir tes fils ! », comme la poule réunit ses poussins sous ses ailes ». Donc « Dieu pleure ; Jésus a pleuré pour nous ». Et dans ces pleurs il y a la représentation des pleurs du père, « qui nous veut tous avec lui dans les moments difficiles ». D’où le vœu que la paternité physique des pères de famille et la paternité spirituelle des personnes consacrées, des prêtres, des évêques, soient toujours comme celle des deux personnages des lectures : « deux hommes, qui sont des pères ».
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
rosedumatin
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
rosedumatin


Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  EmptyLun 13 Avr 2015, 18:42

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 12 du 19 mars 2015)

Cœurs pétrifiés

Aucun compromis: ou nous nous laissons aimer «par la miséricorde de Dieu» ou nous choisissons le chemin «de l’hypocrisie» et nous faisons ce que nous voulons en laissant notre cœur «s’endurcir» toujours plus. Telle est l’histoire du rapport entre Dieu et l’homme, depuis l’époque d’Abel à nos jours. Le Pape est parti de la prière du psaume responsorial — «N’endurcissez pas votre cœur» — et s’est demandé: «Pourquoi cela arrive-t-il?». Pour le comprendre, il a fait référence avant tout à la première lecture tirée du livre du prophète Jérémie (7, 23-28), où est pour ainsi dire résumée l’«histoire de Dieu». Comment cela, pourrait-on se demander, «Dieu a une histoire?». Comment cela est-il possible, étant donné que «Dieu est éternel»? C’est vrai, «mais à partir du moment où Dieu est entré en dialogue avec son peuple, il est entré dans l’histoire». Et l’histoire de Dieu avec son peuple «est une histoire triste» parce que «Dieu a tout donné» et en échange, «il n’a reçu que des mauvaises choses». Le Seigneur avait dit: «Ecoutez ma voix: je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. Marchez toujours sur la voie que je vous prescrirai et ainsi, vous serez heureux». C’était la «voie» du bonheur. «Mais ils n’écoutèrent pas, et ne prêtèrent pas l’oreille», au contraire: «ils marchèrent dans l’obstination de leur cœur mauvais»: c’est-à-dire qu’ils ne voulaient pas «écouter la Parole de Dieu». Le cœur mauvais, «nous en avons tous un petit peu», «ne nous laisse pas comprendre l’amour de Dieu. Nous voulons être libres», mais «avec une liberté qui à la fin nous rend esclaves, et non pas avec la liberté de l’amour que nous offre le Seigneur». Cela arrive aussi aux «institutions»: par exemple, «Jésus guérit une personne, mais le cœur de ces docteurs de la loi, de ces prêtres, de ce système juridique était si dur, ils cherchaient toujours des excuses». Et ainsi, ils lui disent: «Mais toi tu chasses les démons au nom du démon. Tu es un sorcier démoniaque». Ce sont des juristes «qui croient que la vie de la foi est réglementée uniquement par les lois qu’ils font». Pour eux, «Jésus utilise ce terme: hypocrites, sépulcres blanchis, au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d'ossements de morts et de toute pourriture». Malheureusement, la même chose «est arrivée dans l’histoire de l’Eglise». Pensons à la pauvre Jeanne d’Arc: aujourd’hui elle est sainte! La pauvre: ces docteurs l’ont brûlée vive, parce qu’ils disaient qu’elle était hérétique». Ou encore plus proche dans le temps, pensons au «bienheureux Rosmini: tous ses livres mis à l’index. On ne pouvaient pas les lire. C’était un péché de les lire. Aujourd’hui, il est bienheureux». A cet égard, «dans l’histoire de Dieu avec son peuple, le Seigneur envoyait les prophètes, pour lui dire qu’il aimait son peuple». Et «dans l’Eglise, le Seigneur envoie les saints». Ce sont eux «qui font avancer la vie de l’Eglise: ce sont les saints. Ce ne sont pas les puissants, ce ne sont pas les hypocrites». Ce sont «l’homme saint, la femme sainte, l’enfant, le garçon saint, le prêtre saint, la religieuse sainte, l’évêque saint...»: c’est-à-dire «celui qui n’a pas le cœur endurci», mais «toujours ouvert à la parole d’amour du Seigneur», ceux qui «n’ont pas peur de se laisser caresser par la miséricorde de Dieu. C’est pour cela que les saints sont des hommes et des femmes qui comprennent tant de misères, tant de misères humaines, et qui accompagnent le peuple de près. Ils ne méprisent pas le peuple». Avec ce peuple qui «a perdu la fidélité», le Seigneur est clair: «Qui n’est pas avec moi est contre moi». On pourrait demander: «Mais n’y a-t-il pas une voie de compromis, un peu de ceci et un peu de cela?». Non, «ou tu es sur le chemin de l’amour, où tu es sur le chemin de l’hypocrisie. Ou tu te laisses aimer par la miséricorde de Dieu, ou tu fais ce que tu veux, selon ton cœur qui s’endurcit toujours plus, chaque fois, sur ce chemin». Il n’y a pas «de troisième voie de compromis: ou tu es saint, ou tu prends l’autre chemin». Et celui qui ne «rassemble pas» avec le Seigneur, non seulement «laisse les choses» mais «pire encore: il disperse, détruit. C’est un corrupteur. C’est un corrompu qui corrompt». En raison de cette infidélité, «Jésus a pleuré sur Jérusalem» et «sur chacun de nous». Jésus dit: «Le sang de tous les innocents, à partir de celui d’Abel, coulera sur eux. Ils seront coupables de tout sang innocent, versé par leur méchanceté, par leur hypocrisie, par leur cœur corrompu, endurci, pétrifié».

Revenir en haut Aller en bas
https://www.dialogueislam-chretien.com
Contenu sponsorisé




Méditations quotidiennes du Pape François  Empty
MessageSujet: Re: Méditations quotidiennes du Pape François    Méditations quotidiennes du Pape François  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Méditations quotidiennes du Pape François
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: SPIRITUALITE CHRETIENNE et THEOLOGIE CHRETIENNE-
Sauter vers: